Version classiqueVersion mobile

La lumière noire d’Elsa Triolet

 | 
Alain Trouvé

Première partie. La visée réaliste

La visée réaliste

Texte intégral

Je viens de déclencher un mécanisme, à lui seul qui pourrait permettre de mettre sur pied une explication de la volonté de roman […]. L’affaire ayant à chaque pas, je veux dire à chaque exemple donné, à chaque démonstration prétendue roman, le double caractère contradictoire d’expliquer et de compliquer.
Aragon, Théâtre/Roman

  • 1 Dictionnaire des littératures de langue française, Paris, Bordas, 1984, p. 2333.

1La question du réalisme et de ses liens avec l’idéologie constitue un des horizons d’attente de l’œuvre. L’étiquette « réaliste socialiste » apposée par la critique y conduit, introduisant le soupçon de propagande. Spécialement visé : L’Âge de nylon, retenu ici, où apparaîtrait « un écrivain réaliste socialiste affirmant ses idéaux démocratiques »1. Comme pour accroître la suspicion, l’auteur ne récuse pas le concept et en donne, dans un commentaire de la même époque, une version seulement aménagée. Mais il ne faut pas confondre le discours théorique et l’écriture en acte. Rappelons d’abord brièvement de quelle façon la question du réalisme socialiste s’inscrit dans une tradition plus large et plus ancienne.

Notes

1 Dictionnaire des littératures de langue française, Paris, Bordas, 1984, p. 2333.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search