Version classiqueVersion mobile

Principes de géographie humaine

 | 
Paul Vidal de La Blache

Deuxième partie. Les formes de civilisation

Chapitre V

Les établissements humains

Texte intégral

1Les établissements humains ajoutent une expression au pays. La première apparition d’un hameau, après une course de hautes montagnes, est une joie. Cette impression respire dans Richthofen, quand il note jour par jour les spectacles de voyage qui le frappent, dans Barth, quand il passe du Sahara au Soudan. Une ville, un village, des maisons, sont un élément descriptif ; soit que l’on considère leur forme et leurs matériaux, leur adaptation à un genre de vie, rural ou urbain, agricole ou herbager, ils jettent un jour sur les rapports de l’homme et du sol. Il y a donc une grande variété d’établissements humains ; mais il importe d’en embrasser l’ensemble pour faire à chaque élément la part qui lui convient. Le site est le premier à considérer, celui du moins où l’on saisit le plus aisément, semble-t-il, les influences géographiques.

I. Les sites

Établissements temporaires et établissements permanents

2Certains établissements se présentent comme des créations éphémères. Les Germains de l’époque romaine avaient des villages, mais, comme pour les indigènes de l’Amérique du Nord, c’était des domiciles dont on s’écartait fréquemment pour la chasse ou les besoins de nourriture et de vêtement, et qu’on abandonnait parfois pour en former d’autres. L’emplacement des villages nègres du Soudan est sujet à changer si le sol s’épuise, s’il devient malsain ; il est à la merci d’une épidémie. La fixité des établissements est en proportion du patrimoine amassé sur place, des améliorations réalisées, des relations formées. Entre le village africain qu’un accident déplace, et nos villages d’Europe dont nous pouvons suivre l’existence depuis des milliers d’années, il y a toute la distance qui sépare les civilisations rudimentaires d’une civilisation avancée, comme entre la petite ville d’autrefois et les immenses cités que notre époque voit grandir.

3Si nous laissons de côté ces établissements éphémères des peuples primitifs, nous devons aussi mettre de côté les refuges et les abris de circonstance. Dans un état d’insécurité chronique, les établissements humains s’écartent des sites qu’ils devraient normalement occuper. Au lieu de se placer là où s’offrent les ressources naturelles et où l’espace n’est pas misérablement restreint, ils se nichent sur des points peu accessibles, sur des amoncellements de blocs comme ceux qu’on nous dépeint dans certaines contrées de l’Afrique, sur des sommets rocheux comme les vieux oppida des bords de la Méditerranée ou nos châteaux-forts du Moyen Âge, dans des îlots ou sur des caps comme les fondations que jadis le Melkart ou l’Astarté phéniciennes semèrent autour de la Méditerranée. Mais ces sites ne sont pas durables, ils sont abandonnés dès que les circonstances deviennent plus propices et ne subsistent qu’à l’état de ruines. Les conditions naturelles prennent alors le dessus ; sous le château fort abandonné, un village ou une ville se forment et grandissent. « Quand, dit Thucydide, on commença à être rassuré contre les pirateries, les villes se rapprochèrent de la mer. » Et d’autre part la piraterie faisant place au commerce, les îlots sur lesquels avaient été déposés par les pirates eux-mêmes un germe de villes, entrèrent en contact avec la terre ferme et s’y rattachèrent même artificiellement. Tyr, Syracuse, Alexandrie ont ainsi brisé leurs coquilles. Mais alors, à partir du moment où l’établissement a trouvé ou conquis les conditions favorables à sa vitalité, il peut faire preuve d’une singulière persistance à durer, même à travers les révolutions de l’histoire.

4En fondant sur certains points favorables des établissements sur lesquels des générations successives concentrent les produits de leur activité, l’homme implante un levier pour agir aux alentours, parfois au loin. Ces établissements font figure géographique, non seulement par eux-mêmes, mais par les modifications qu’ils produisent autour d’eux. Sans parler des influences lointaines presque incalculables qu’exercent les grandes cités de nos jours, une ville, même médiocre, crée sa banlieue et transforme ainsi ses alentours. Une village groupe et associe les cultures suivant les commodités de l’exploitation. Même les hameaux, les fermes ou maisons isolées, avec leur ouches, leurs courtils, leurs vergers, leurs masures, opèrent une séparation de formes qui s’enchevêtrent à l’état de nature, un classement des champs, prairies, vergers ou bois dont nos yeux ont pris l’habitude. L’aspect de contrée pleinement civilisée, avec sa continuité de cultures, ses étendues où se manifeste une règle introduite par l’homme, est un résultat artificiel qui tient à la quantité, au voisinage et à la durée des établissements qu’il a pu fonder. L’absence ou la rareté d’établissements permanents se traduisent par une composition tout autre du paysage, d’autres associations végétales, des interruptions ou des vides suivant la nature des lieux, l’apparition sporadique de sols ingrats que rien n’a amendés. Ce dernier trait a été noté par tous les observateurs dans l’Afrique tropicale.

Complexité dans les pays de vieille civilisation

5Cependant, dès qu’il s’agit de passer à l’analyse, de distinguer les différents types d’établissements dans leurs rapports avec les conditions naturelles et les genres de vie, c’est dans les contrées de vieille civilisation que la complexité des faits rend l’observation le plus difficile.

6L’aspect de nos campagnes, en France par exemple ou dans l’Europe centrale, est un tableau singulièrement composite, où les retouches et les disparates ne manquent pas. On y voit se côtoyer des formes qui sont l’expression de diversités sociales et parfois même de diversités ethniques. L’usine a pris place près de la maison rurale, le château près de la ferme. Pourquoi ici la maison flamande, là le village alsacien font-ils brusquement place aux fermes wallonnes ou aux villages lorrains ? Diverses influences se croisent, parmi lesquelles les traditions ethniques ne sont pas méconnaissables. On sent avec quelle circonspection doit procéder l’analyse et de combien de nuances il faut tenir compte. Mais cette complication porte en soi son enseignement.

7Les établissements humains sur le sol historique de notre Europe ont, plus profondément et plus généralement qu’ailleurs, remanié les conditions naturelles. Quelques jalons nous permettent de remonter dans leur histoire. Nulle part elle ne s’offre plus variée et plus riche. Des bords de la Méditerranée à l’Europe centrale, jusqu’au Nord scandinave et à la plaine russe, on suit une série chronologique, comme une vague envahissante dans les régions les plus diverses de sol et de climat. Tour à tour, les hauteurs qui encadrent le bassin méditerranéen ont été aménagées en gradins ; les plaines qui entourent les Alpes ont été drainées ; les Alpes elles-mêmes ont été, jusque dans leurs hautes régions, livrées à l’exploitation pastorale. Après que les forêts à feuilles caduques de l’Europe centrale eurent été éclaircies, on s’est attaqué aux marécages des contrées qu’avait éprouvées l’action glaciaire ; enfin, les forêts de conifères des terrains graveleux de la Russie du Nord ont été à leur tour atteintes par le progrès des établissements humains. À chacune de ces conquêtes sur les pentes, sur les forêts, les marécages, a correspondu l’invention de procédés souvent systématiques de culture, de modes particuliers d’économie rurale.

8Sans doute, il y a des contrées dont la civilisation ne le cède pas en ancienneté à celle de l’Europe ; mais elle le cède en variétés. En Chine, comme au Japon, et même dans l’Inde, il n’y a pas eu d’attaque méthodique de nouveaux domaines de culture ; on s’est contenté de tirer le meilleur parti de celui qui, de temps immémorial avait été fixé ; les établissements humains sont restés plus spécialement confinés dans certaines zones : la montagne et la plaine y sont comme deux éléments séparés ; ni le Chinois, ni l’Annamite, ni l’Hindou, ne propagent leurs établissements dans les montagnes, domaine malsain, hostile de sociétés primitives. La montagne a joué surtout un rôle passif ; elle s’est dépouillée au profit de la plaine ; elle n’a pas participé aux transformations qu’entraîne le cours mobile d’une vitalité en éveil, à ce perpétuel devenir qui affecte aussi l’occupation humaine. En ce sens l’Europe est la plus humanisée de toutes les parties du monde. Nulle autre n’offre une matière aussi riche et hiérarchisée d’exemples. L’Amérique a installé son système d’établissements sur d’autres bases. Elle a brûlé les étapes. Sans doute, le village existe aux États-Unis dans les parties de colonisation ancienne. Mais les moyens actuels de circulation, les créations d’entrepôts approvisionnés de toute espèce de marchandises, l’usage de transformer les produits agricoles en valeurs de banque, ôtent à la formation des villages une partie de sa raison d’être. C’est à la ville, et même à la très grande ville que tendent les groupements. C’est la ville qui régit les relations entre ruraux.

Existence de types

9Dans cette complexité des pays de vieille civilisation, ne peut-on découvrir des types susceptibles de classification ?

10Remarquons d’abord que les formes d’établissements, quelles qu’elles soient, ne se représentent pas isolément. Si l’on met à part quelques exploitations minières situées en pleine forêt ou au cœur des montagnes, c’est par essaims, par familles en quelque sorte que certains types se répartissent à la surface. Si c’est le régime d’habitat disséminé qui prévaut, les maisons, fermes ou hameaux ne se comptent pas par quelques unités, mais par centaines ; c’est comme une poussière d’habitation qui couvre le sol. Si c’est au contraire le type de villages agglomérés qui domine, ils se distribuent de telle façon que, pour peu qu’on embrasse un horizon de quelque étendue, on aperçoit toujours plusieurs clochers à la fois : nombre de proverbes, chez nous, ont noté le fait. Les villes mêmes ont tendance à se multiplier et à se presser sur certains points, comme si elles s’attiraient les unes les autres. Ainsi, abstraction faite des formes qui peuvent venir à la traverse, on discerne aisément que les mêmes types sont tirés, dans les régions qu’ils occupent, à un très grand nombre d’exemplaires. Il est par là permis de dire que le site gouverne en partie l’habitat, que parmi les signes qui concourent à caractériser une contrée, à marquer un pays d’une empreinte propre, cet indice n’est pas négligeable. Celui qui, en France, quitte le pays de Caux pour celui de Bray, la Brie pour la Beauce, celle-ci pour le Perche, recueille ce sentiment sur le vif. Richthofen ne l’exprime pas avec moins de netteté, quand il décrit les différences qui le frappent entre les provinces de Chine : différences autant dans le mode de groupement que dans la forme des maisons.

11Rien de plus naturel, si l’on y réfléchit. L’analogie des conditions de sol, d’hydrographie, de climat, fait qu’un type d’établissement, une fois implanté dans une contrée, y devient dominant, par la nécessité qui pousse les cohabitants à s’adapter les uns aux autres. C’est un phénomène d’accommodation réciproque. Les relations quotidiennes et multiples qui naissent entre habitants d’une même contrée ne permettaient guère, autrefois surtout, de se départir des types de groupement et d’habitat qui correspondent au genre de vie dominant. Dans les pays de grande culture de céréales, la simultanéité des travaux, l’usage des mêmes pistes imposaient un même mode de groupement pour arriver en temps utile aux parcelles à travailler ; le paiement s’y faisant en nature, la maison du salarié aussi bien que celle du fermier ou propriétaire, devait être aménagée en vue de ce qu’elle devait contenir. Dans les régions où, au contraire, le sol se morcelait en terrains enclos, tour à tour champs et pâtures, « les petits pays », comme les désignent les habitants, il fallait bien que chaque ferme s’isolât pour subvenir aux nécessités de cet émiettement des cultures, qu’elle se rattachât au lacis de petits sentiers qui couvrent le pays pour s’y nicher en place utile. C’est surtout dans les pays d’irrigation que la règle d’adaptation réciproque se manifeste. Tout y est tellement subordonné à l’élément qui distribue la vie, qu’il ne peut y avoir d’autre mode de groupement, d’autre disposition d’habitat que celle qu’exige la jouissance en commun soit des eaux courantes, soit des nappes d’eau. Rien de plus uniforme en effet que les baracas qui peuplent la huerta de Valence ou que les innombrables petites cases qui s’égrènent dans la haute Égypte, ou que les villages qui encadrent les compartiments à rizière du Tonkin.

12L’observation montre donc qu’il existe des séries. Ce sont elles qu’il faut reconnaître et étudier et non l’exception. Elles seules ont une valeur géographique.

Influence des routes

13La plupart des auteurs qui se sont occupés des établissements humains se sont attachés à mettre en lumière le rôle des voies de communication. C’est qu’ils songeaient surtout aux villes. Les routes, c’est-à-dire le commerce et la politique, ont fait les villes ; il en est autrement des établissements plus humbles qui ont procédé de mille manières différentes à l’exploitation du sol. Meitzen l’a prouvé pour les anciennes communautés villageoises de l’Europe centrale. Nous le voyons autour de nous. Les petits hameaux qui se multiplient dans le Sud du Massif central, les fermes voisines mais isolées du bassin de Rennes, les maisons rurales des régions de bocage ne se rattachent au réseau routier que par des sentiers que la boue rend impraticables. Dans la Brie, la répartition de ces fermes, qui sont pourtant de grands centres d’exploitation rurale, montre une disposition tout à fait indépendante des routes : c’est par un lacis de pistes qu’elles communiquent. En Limagne, la petite culture laisse à peine de place à quelques sentiers herbeux. En Beauce, de grandes routes, mais pas de sentiers.

14Cela ne veut pas dire que les routes soient incapables de faire naître des villages. La nomenclature topographique en fait foi. On voit actuellement, dans les pays de population disséminée, Flandre, vallée de la Loire, les maisons s’aligner docilement à l’appel des routes, former des rues et donner ainsi un aspect semi-urbain à certaines campagnes. Mais que de pays (Morvan, Vendée, Sidobre) où la route ne fait naître aucun établissement.

15La vie rurale se contente d’une viabilité rudimentaire, soumise à toutes les difficultés des saisons, adaptée aux piétons ou aux bêtes de somme. Dans l’Est de la France et les plaines agricoles de l’Allemagne, comme en Angleterre, on entrevoit le vestige d’un type d’organisation aussi ancien que l’assolement triennal, où l’indépendance des routes est manifeste. Autour d’un noyau où se groupent les maisons rurales se déroulent en longues bandes parallèles des champs soumis à des règles d’assolement communes, de sorte que semailles, travaux, récolte, mise en pâture s’y succèdent dans le même ordre et s’accomplissent en même temps. À l’origine les rues du village s’y prolongeaient sous forme d’étroites bandes gazonnées ou laissées en friche pour la commodité des opérations agricoles. Ce système autonome de communications, bien que moins manifeste aujourd’hui, est de création villageoise ; il se suffit. Des routes ont pu être surajoutées en vertu des besoins extérieurs, mais l’unité sociale, la cellule organisée pour subsister de sa vie propre avait déjà de cette manière pourvu à sa propre viabilité.

16Isolé des routes, l’établissement rural doit avoir sous la main les ressources indispensables à sa vie.

17Dans les régions arides ou désertiques, la nature restreint l’habitat à une zone étroite dont il ne peut s’écarter. La proximité de l’eau est la règle inflexible ; pas d’établissement qui s’en écarte, qui ne tienne de l’oasis. Mais les régions tempérées laissent plus de marge ; l’homme y peut choisir les sites suivant différentes combinaisons. Le besoin de quelque variété dans l’alimentation, l’eau pour de multiples usages, les terrains nécessaires à l’entretien d’animaux domestiques, le combustible et les matériaux de construction, la salubrité du sol, voilà un résumé des exigences de l’homme pour sa demeure.

18Le problème a été résolu de façon à concentrer le mieux possible la réunion des choses nécessaires ; c’est ce qui explique la fixité des établissements humains dans nos régions de vieille civilisation. Le principe de combinaison est systématiquement appliqué dans l’organisation des anciens villages d’Angleterre ; on y distingue autour de l’agglomération : 1° les champs de culture ; 2° les prairies (meadow grounds) ; 3° les pâtures.

Lignes de contact

19Un relief dont les lignes s’harmonisent et où l’inclinaison des pentes ne dépasse pas les degrés qui rend les transports et les relations difficiles, mais qui joint à l’avantage d’orientations différentes celui qui résulte d’une composition variée du sol ; telles sont, entre autres, les conditions qui attirent et fixent les établissements ruraux. Nos coteaux de France, surtout dans le bassin parisien, abondent en pareils sites. L’érosion s’y est exercée assez pour que des éboulis aient enrichi en même temps qu’amorti les pentes, sans compromettre la stabilité du sol. Les couches du sous-sol, n’ayant pas été dérangées par des dislocations, se déroulent en assises régulières : aux sables et aux matériaux friables, se superposent en successions ordonnées des zones d’inégale consistance, calcaires ou marnes, entre lesquelles affleurent des sources. À cette coordination, il a été possible d’adapter un classement de prairies, de cultures, de vergers, de taillis, bois ou garennes, dans lequel les besoins de la communauté trouvent à portée ce qui leur suffit. L’œil embrasse aisément cette superposition régulière et unit le village et le clocher dans l’image qu’il en retient. Sur les flancs des coteaux calcaires couronnés de bois que l’érosion a isolés dans le Noyonnais, où aux environs de Saint-Gobain et Laon, des champs s’étalent jusqu’au contact des éboulis avec les fonds argileux : les établissements, dociles à ces dispositions linéaires, forment ceinture autour de chaque massif. Les collines de craie tendre du Sénonais doivent à l’érosion un profil évasé et sensiblement concave dont les champs dessinent en long ruban la sinuosité. Sur les coteaux plus raides du calcaire jurassique, en Bourgogne ou en Lorraine, se succèdent, de la base au sommet, les prés, les champs, les vergers, les forêts, soulignant les différences si légères qu’elles soient de sol, de climat et d’hydrographie, qui se concentrent sur une centaine de mètres d’altitude. Ce rapprochement en raccourci de zones diverses fournit aux établissements un cadre propice ; il est combiné en raison du va-et-vient qui relie les diverses parties de l’exploitation rurale. Le choix de la position représente la meilleure possibilité de combinaisons utiles.

20Chaque modification du relief offre ainsi de nouvelles chances favorables aux établissements. Il se produit aux inflexions de pente, aux intersections de plans diversement inclinés, une tendance visible au rapprochement et même à la concentration des lieux habités. On peut vérifier en divers pays cette loi naturelle, même en ceux où la disette d’eau ne relègue pas, comme en certains plateaux calcaires, les villages aux affleurements latéraux de sources ou au voisinage de rivières. Les plateaux de travertins et de meulières de la Brie, où l’eau est partout et à l’intérieur desquels prévaut le système de grandes fermes, se couronnent sur leur périphérie de villages placés en corniche, penchés d’un côté sur des vergers, adossés, de l’autre, à des champs.

21D’autres exemples nous viennent du Midi et de l’Ouest. Dans la plaine du Pô, en Émilie, en Lombardie et Piémont, le pays fourmille de maisons rurales, distantes la plupart à peine de 500 mètres. Rien ne distingue particulièrement les alentours de ces grosses bâtisses : ni arbres, ni jardins, à peine quelques lopins de potagers minuscules. Elles sont indistinctement confondues dans l’immense jardin dont le travail des habitants a revêtu la plaine entière, avec ces cultures qu’un rideau d’arbres entrelacés de festons de vignes protège contre les rayons du soleil. Mais avec les collines du Montferrat reparaissent les villages, couronnant les cimes de leurs clochers et de leurs vieilles tours.

22Dans le Lauraguais languedocien, l’imperméabilité du sol a favorisé la dispersion par bordes ; mais sur la tranche que ces plateaux de molasse opposent aux vallées, se succèdent des bourgs ou villages, très anciens pour la plupart, signalés au loin par des rangées de moulins à vent. C’est un spectacle analogue qui frappe le voyageur qui suit la Loire entre Chalonnes et Ancenis et qui voit sur la rive gauche, de Saint-Florent à Liré, les rampes du pays des Mauges se hérisser de clochers et de moulins à faible distance les uns des autres : derrière cette façade villageoise qui fait illusion, on ne découvre, si on la franchit, que de larges croupes parsemées de fermes dans un fouillis d’arbres.

23Une recrudescence de centres habités signale le bord des plateaux de lœss en Alsace, entre Strasbourg et Saverne, comme en Autriche le bord des plateaux que longe la Morava au Nord de Vienne ; la vigne et les vergers ajoutent leur appoint aux cultures de céréales. C’est que, dans ce cas comme dans les précédents, un talus adouci, formé de glissements et d’éboulis, facilite la liaison entre les sections de pentes. Cette disposition familière a pris racine dans les habitudes. Il semble bien qu’avec le besoin instinctif des combinaisons, ce type ait flotté devant les yeux de nos paysans de France, lorsqu’ils transplantèrent en Amérique ce plant exotique, le village agricole ; sur les terrasses au bord du Saint-Laurent, leurs maisons s’alignent, voisines sans être contiguës, déroulant en bandes rectangulaires leurs vergers de pommiers, leurs champs d’avoine, leurs prairies entourées de barrières de bois, entre la forêt d’en haut et la berge du fleuve.

24On peut considérer comme une loi générale la prédilection des établissements humains pour les lignes de contact de couches géologiques différentes. Celui des calcaires oolithiques surmontant les marnes du lias, si fréquent en Bourgogne et en Lorraine, a été un des plus féconds en établissements précoces. Le site fameux d’Alise-Sainte-Reine mériterait de servir de type. L’éocène parisien a fourni, soit entre le calcaire et les sables, soit entre les gypses et les marnes vertes, l’occasion de villages s’étageant à flanc de coteaux, le long de la Seine, de la Marne et de l’Oise. Les coulées de basalte qui, en Auvergne, surmontent les coteaux d’argile, ont formé à leur extrémité une lisière de villages, dont le type est Royat.

25Les établissements affectent de préférence soit le palier supérieur, ainsi que nous l’avons vu, soit le palier inférieur. Les côtes calcaires de Meuse ne manquent pas de bourgs situés au sommet, mais c’est surtout leur base qui est garnie de riches et florissants villages se succédant de près, tous orientés vers l’Est. Même disposition dans les bourgs du vignoble bourguignon.

Villages en série

26Le nombre et le rapprochement des établissements qui se pressent sur ces lignes de contact sont le commentaire vivant de la force d’attraction qui les tient unis. Rien de plus frappant que ces rangées de villages qui, en de certains endroits, semblent être nés du même besoin, puisant à la même sève. Un coup d’œil les embrasse se succédant sur le même plan, en lignes presque ininterrompues, soit autour des coteaux de Noyon et de Saint-Gobain, soit le long des berges calcaires qui descendent vers l’Oise. Au pied des côtes de Meuse, entre Neufchâteau et Vaucouleurs, les villages s’alignent aussi, unis ensemble par un lien de ressemblance, parfois de filiation : Domrémy de Greux, disait Jeanne d’Arc en parlant de son village natal, qu’elle ne séparait pas du village aîné et voisin.

27Il y a là de véritables lignes de cristallisation. Les établissements humains ont obéi strictement à l’attraction de certaines conditions propices ; ils s’y sont propagés comme ces coraux dont les constructions ne s’écartent pas de certaines zones. Ils se prêtent, par ce voisinage, un mutuel appui et y trouvaient, dans les temps troublés, des garanties de sécurité. Les exemples ne manquent pas hors de France, en Allemagne notamment, aux pieds des plates-formes calcaires de Souabe, le long de l’Odenwald, suivant la Bergstrasse et ailleurs. Une grande partie de nos populations a vécu ainsi de ces rapports de villages formant comme des familles sociales.

Types montagnards

28Dans les montagnes, les lignes de cristallisation sont plus rares. C’est le type disséminé qui prévaut et qui persiste. Dans les Alpes franco-piémontaises, on rencontre des groupes de hameaux plutôt que des villages. Cependant quelques lignes d’habitat se laissent particulièrement distinguer. Elles correspondent aux zones de végétations qui se succèdent en altitude. Sur les flancs de ce qu’on appelle dans les Vosges des collines, les habitations s’alignent sur une zone de cultures, qui, surmontant de 100 à 150 mètres les prairies d’en bas, s’élève au-dessus des brouillards sur les versants où s’attardent les rayons du soleil. Le bas de la zone de la châtaigneraie, au-dessus des vignes, dans les monts du Vivarais et une partie des Cévennes, trace une ligne sensible de peuplement. Il en est de même dans le Tessin. En Corse, c’est au contact de la zone de l’olivier et de celle du châtaignier qu’est la ligne de prédilection. Dans les montagnes du Cantal, les gros villages sont à 800 ou 900 mètres, au-dessus des cultures, près des forêts et des pâturages. Le Jura est jalonné d’établissements, respectivement situés à la limite supérieure du vignoble et des vergers, puis à la limite des cultures de céréales. Il y a coïncidence entre les lignes d’habitat et certaines courbes de niveau : celle de 800 mètres dans les Alpes françaises se signale par des formes variées d’établissements ; c’est la limite entre la zone plutôt agricole et la zone de plus en plus pastorale.

29Mais d’autres causes interviennent : énergie de l’érosion, contraste entre l’humidité des vallées et la luminosité sèche des hauteurs, orientation, ventilation, pour multiplier les sites d’établissements. Dans la zone des cultures, les hameaux ou villages cherchent les versants ensoleillés, les épaulements, les terrasses à niveaux successifs qu’atteint plus rarement le brouillard, les moraines, les cônes de déjection étalés aux débouchés des vallées secondaires. Mais le genre de vie pastorale qui s’est développé dans les Alpes, repose sur une combinaison intime entre les prairies à fauchaison des régions basses et les pâturages des hauteurs, « les montagnes ». Les établissements permanents tendent à se placer vers l’extrémité supérieure des vallées, pour être à portée des pâturages et non loin des bois, et sont précédés vers les hauteurs par une marée montante de chalets, casere ou habitations temporaires, tantôt espacés à quelque cent mètres de distance, tantôt pelotonnés en petits groupes, tantôt en bois, tantôt mariant le bois et la pierre.

30En somme, tout ce qui sème la variété à la surface, tout ce qui engendre les facilités d’assemblage et de combinaison se reflète dans la répartition de l’habitat. Dans les montagnes, ce sont les talus morainiques, les cônes d’éboulis qui servent de sièges préférés à des hameaux ou à des villages. Le long des côtes lagunaires, l’apparition de lignes de dunes suscite sur leurs versants un surcroît d’habitations. Dans les plaines que sillonnent nos fleuves, les terrasses qui correspondent à d’anciennes berges se couronnent volontiers de maisons ou de villages. Les monticules isolés dans les régions noyées des marschen ou polders de la Basse-Allemagne furent jadis les premiers sites d’établissements. Les cordons pierreux appelés osar en Finlande, servent, entre les dépressions argileuses, de points d’attraction. Dans le Sahara, les massifs montagneux (Aïr, Hoggar), condensateurs de nuées, sont les seuls sites qui se prêtent à l’habitat permanent.

31On voit donc qu’à des degrés divers, mais sous tous les climats, tout accident de relief introduit un élément nouveau qui, par l’orientation, la sensibilité aux influences météorologiques, le changement de nature du sol, fournit à l’homme l’occasion, toujours cherchée, de concentrer à sa portée la nourriture, l’abri, la demeure stable et d’acquérir par ce moyen des avantages transmissibles dont se grossit son patrimoine.

32Ce ne sont pas les considérations de prudence qui prévalent. Dans les montagnes, les sites d’habitat affectent ou non les terrains meubles, placages, cônes de déjections, endroits exposés aux éboulis. Le voisinage des volcans a attiré, jamais écarté. Dans les régions séismiques, les terrains meubles et friables, les plus exposés, sont ceux qui ont rassemblé les habitants.

II. L’habitat aggloméré. Fermes et villages

  • 1 Jirecek, Das Fürstentum Bulgarien, in-4°, Vienne, 1891.

33Deux types, rentrant dans la même famille, correspondent au genre de vie agricole des plaines ouvertes de l’Europe centrale et occidentale : l’un est le village, l’autre la ferme ou le hof, bien distincts par leur ampleur et la régularité de leur disposition générale de la borde languedocienne ou du mas provençal. L’affinité entre ces deux types d’établissement rural tient à l’affinité des genres de vie auxquels ils se rapportent. Elle est génétique, elle se montre à l’origine. Le vicus s’est groupé autour de la villa, comme on a vu de nos jours le village bulgare se former autour du tchiflik turc1.

La ferme

  • 2 Musée du Cinquantenaire de Bruxelles, fouilles de la Société Archéologique de Namur à Sauvenière, p (...)

34La ferme est un tout par l’outillage, les granges, les animaux, le personnel ouvrier qu’elle héberge. Par sa régularité, ses dimensions, elle s’associe à la physionomie des grandes plaines agricoles. Elle en est un élément ordinaire. Le plus souvent au Nord de la Loire, elle affecte la forme d’une enceinte carrée ou rectangulaire s’ouvrant par la grange, enserrant une cour, une habitation et des écuries ; c’est probablement le type qui se rapproche le plus de l’ancienne villa gallo-romaine2. Elle n’est pas un type particulier aux pays picards et wallons ; on la retrouve, quoiqu’avec de moindres dimensions, sur les plaines de lœss de l’Autriche entre Linz et Vienne. N’est-ce pas l’établissement adapté par excellence à l’outillage considérable et au personnel nombreux qu’exigent les grandes cultures de céréales ?

35Les préoccupations d’arboriculture et d’élevage se font sentir dans la ferme-masure caractéristique du pays de Caux. Elle se distribue en bâtiments séparés, mais tous compris dans l’enceinte rectangulaire où des pâtures complantées de pommiers sont encloses d’un fossé couronné de hêtres, tache sombre qui se détache à intervalle presque régulier dans la brume estompée du plateau. Sur les confins de l’Artois, de même qu’en Danemark et ailleurs, elle se compose de trois bâtiments perpendiculaires, enserrant une cour avec un entourage d’arbres et de vergers.

36Nous n’insistons pas sur l’analyse des détails ; ce qu’il importe de noter, c’est la fixité des types, leur multiplication et la fidélité avec laquelle ils se répètent sur une certaine étendue, attestant l’exacte adaptation à un genre de vie.

37La ferme se montre tantôt dans l’intervalle des villages, tantôt coexistant avec eux. C’est ainsi que, dans nos plaines des environs de Paris, on voit à l’entrée ou à la périphérie du village, une de ces constructions que la longueur de ses murailles nues, la large et haute porte qui s’ouvre sur la cour intérieure, avec la mare et quelques grands arbres aux abords, distinguent des maisons qui lui succèdent. Cependant c’est suivant les pays, tantôt, la ferme, tantôt le village aggloméré qui domine, sans qu’il soit toujours facile de dégager les raisons de ces différences. Assurément la présence de l’eau à la surface y contribue. C’est la raison pour laquelle la ferme domine sur les meulières imperméables de Brie, et est fréquente, comme dans le pays de Caux, sur les limons qui se prêtent à la formation des mares ; tandis qu’elle est subordonnée et même rare sur les craies perméables de Picardie, de Champagne ou sur les plateaux du « Muschelkalk » lorrain. Mais il y aurait sans doute d’autres éléments à chercher dans le domaine de l’histoire et dans le domaine de l’ethnographie, si l’on avait à traiter cette question.

Le village

  • 3 Les établissements à désinence en ville avaient, en Normandie, remplacé les villages détruits par l (...)
  • 4 Sur 1/4 de feuille de la carte d’état-major (Amiens S.-E.), nous trouvons : Achiet-le-Grand et Achi (...)

38Le village des grandes plaines agricoles, tel qu’il existe en France, dans l’Europe centrale, dans les plaines du Bas-Danube, et dans la Petite-Russie, est une des expressions méthodiques d’un genre de vie. Son pullulement sur les espaces naturellement découverts ou faciles à défricher se lit sur la carte et frappe la vue sur le terrain. Dans nos campagnes du Santerre, de l’Artois, du Cambrésis, etc., dans le Kochersberg entre Saverne et Strasbourg, dans le Hellweg entre Unna et Soest, dans la Borde de Magdebourg à l’Ouest de l’Elbe, les villages se distribuent, semblables entre eux, comme sur un échiquier, à faible distance les uns des autres. La régularité de leur répartition est moins apparente en Champagne, où ils se serrent le long des rivières, sur le plateau lorrain où ils affectionnent les dépressions, dans le Soissonnais où ils sont au bord des plateaux calcaires. En dépit de différences qu’expliquent le climat ou des causes historiques, ces établissements ont entre eux un lien d’origine ; la sève est puisée aux mêmes sources. Leur formation s’est faite par groupes3. Ce sont comme des colonies de plantes sociales. L’onomastique révèle souvent cette filiation : tel village, sans doute plus ancien, est représenté par son diminutif, à peu de distance4.

39Ces types d’établissement tirent leur force de leur adaptation aux caractères de sol et de climat propres à une partie de l’Europe.

  • 5 Flach dans Foville, Enquête sur l’habitation, t. II, p. 41.

40Ces plaines unies sur lesquelles la charrue peut prolonger ses sillons rachètent leur uniformité par l’avantage de se prêter à de nombreuses combinaisons agricoles. Les cultures peuvent s’y pratiquer en grand, par les mêmes procédés, avec les mêmes instruments, aux mêmes époques : semences, sarclages, récoltes pouvant s’y faire simultanément. Il y a là un principe d’entente, l’avantage consiste en une économie de frais et en commodités réciproques. Ces conditions ont fait naître un système combiné de culture, une pratique réglée des assolements. Dès une époque ancienne, l’assolement triennal y a trouvé son domaine, on en a des preuves dès le ixe siècle5. On a pu ainsi associer d’un commun accord les cultures de céréales ou légumineuses avec les jachères et les pâtures. Mais cette organisation n’est compatible qu’avec un mode d’habitat où tout l’espace réservé aux maisons se concentre, où toutes les parcelles sont accessibles et d’où rayonnent en longues bandes les pièces de terre alloties à tour de rôle. Le village aggloméré autour duquel se coordonnent les cultures, vers lequel convergent les sentiers ou pistes herbeuses, persiste en vertu de son organisation intrinsèque indépendamment de toute cause extérieure.

41À proximité des maisons se centralisent les choses nécessaires à la communauté : les puits creusés à frais communs, organe essentiel des villages de plateaux perméables, les étangs et les réservoirs des régions à sous-sol imperméable ; puis les vergers, les enclos de prés, les bouquets d’arbres. Dans nos plaines de l’Artois, ce qu’on appelle le plant est une partie essentielle du village. Composé de potagers, de vergers de pommiers, de petits prés enclos de fils de fer, il forme aux maisons qu’il abrite et au clocher qui seul parfois émerge, une ceinture verdoyante en été. Rien de plus varié que ces plants, sorte d’abrégé de vie rurale. Au-delà règne l’uniformité, s’étendent les champs et, jadis surtout, les jachères utilisées par les troupeaux. Le village centralise l’exploitation.

Modifications du paysage

42Ainsi par le principe de combinaisons, l’ordonnance aussi bien que la composition des paysages ont été modifiées. L’homme a rallié autour de ses habitations un ensemble composite d’arbres et de plantes, tandis qu’à distance de la périphérie habitée, il disposait l’espace pour ses cultures. Dans l’Europe occidentale et centrale, c’est surtout aux dépens de l’arbre que s’est fait le changement, tandis que dans l’Europe orientale c’est surtout aux dépens de la steppe.

43Toutes les observations de la géographie botanique semblent indiquer que, dans l’Ouest et le Centre de l’Europe, une grande partie de la surface était le domaine des arbres à feuilles caduques formant des forêts, continues ou coupées de clairières comme une sorte de parc. Il est naturel de retrouver dans le paysage actuel certains vestiges de l’état ancien, comme on retrouve dans les traits de l’adulte des réminiscences des traits enfantins.

44À vrai dire cependant il y a des parties où l’arbre, s’il a existé, a été à peu près éliminé. Les croupes crayeuses qui s’étendent entre les vallées de l’Aube, de la Suize et de la Marne en Champagne, ou bien entre l’Ancre et la Somme en Picardie, ne montrent que des espaces dénudés, où, çà et là, quelque moulin ou quelque arbre isolé servent de point de repère. La Beauce elle-même, sans les allées qui bordent ses grandes routes, ne connaîtrait d’arbres que sur la lisière qui assombrit sa périphérie. Mais le plus souvent, du moins dans notre France du Nord, un équilibre s’est établi entre les anciens et les nouveaux occupants végétaux du sol. Si les masses forestières ont, en grande partie, déserté les plateaux limoneux, elles ont trouvé asile sur les surfaces qui mettent à jour l’argile à silex, sur les sables qui dans une partie du bassin parisien tantôt surmontent les calcaires et tantôt leur sont sous-jacents (Hurepoix) (forêt de Villers-Cotterets), sur les graviers d’alluvions anciennes qu’enserrent les méandres fluviatiles de la Seine. L’affleurement des argiles à silex les déroule en franges le long des vallées (Caux). L’érosion leur a ménagé des asiles où elles se sont retranchées, et d’où elles débordent encore partiellement sous forme de boqueteaux, de garennes, de buissons : ainsi entre le Vexin et le pays de Caux, ou dans le Hurepoix entre Paris et la Beauce, ou en Picardie, sur les confins du Ponthieu, de l’Artois, entre Valenciennes et Mons, sur les confins du Hainaut, des lambeaux de bois, où le chêne et le hêtre sont fortement représentés, semblent encore protester par leur allure vigoureuse contre les démembrements dont ils ont été victimes. Ailleurs, leur ancienne continuité n’est pas encore complètement masquée : c’est ainsi qu’autour du plateau de grande culture de la Pévèle une ceinture à peine interrompue de bois se dessine. Leurs lambeaux se rapprochent dans l’Arrouaise, aux confins du Vermandois et de l’Artois. On peut même citer des plaines de grande culture où l’impression de forêt est encore omniprésente : la Brie, ancien Saltus, se distingue par un foisonnement de grands arbres dans l’intervalle des cultures. Lorsque la couverture limoneuse, plus épaisse sur la convexité du plateau, s’amincit sur les bords, les bois reprennent le dessus ; c’est ce qui arrive dans le pays de Caux notamment. Une bande de forêts, de taillis ou de landes s’interpose entre le peuplement surtout industriel des vallées et le peuplement surtout agricole des plateaux. C’est à distance des bords, sur le dos intact ou à peine mamelonné, au sommet de larges ondulations que se multiplient les fermes ou les gros villages et encore lorsque l’intervalle entre deux vallées est réduit, que les villages sont comme pincés entre deux bandes de forêts.

45Que la forêt ait été chez elle, dans la plupart de ces plaines, qu’elle n’ait cédé qu’à regret et qu’à demi aux empiètements, c’est ce que montrent, notamment sur le plateau calcaire lorrain, la force et la composition quasi intacte du sous-bois qu’elle abrite. Les lambeaux de bois de chênes et de charmes, dont les formes régulièrement géométriques piquent çà et là de taches sombres la surface des chaumes, conservent, quoiqu’à l’état de réserve, un air de santé affirmant la robustesse qu’ils tiennent du climat et du sol.

Influence du climat continental

46L’arbre semble au contraire un intrus dans la puszta hongroise, sur les plateaux de Podolie et de Petite-Russie, où les moissons de céréales, souvent bordées de tournesols, ont remplacé le tapis onduleux de Stipa pennata. Les cultures s’y étendent sur de grands espaces où l’arbre ne prend pied que sous la tutelle de l’homme. Les versants abrités et les pentes y sont, avec plus de netteté que dans nos climats océaniques, les asiles où se retrempe la forêt. Le climat qui avait favorisé l’extension des steppes se prolonge dans la période actuelle, si atténué qu’il soit, par des influences hostiles à l’arbre : tels ces vents glacés du Nord-Est qui amènent au printemps des gelées tardives, succédant brusquement à des soleils déjà chauds. Les plateaux, inhospitaliers aux arbres, le sont également aux hommes. Sous l’influence du climat excessif de l’Europe orientale, la même préoccupation s’impose qu’en montagne : le besoin de procurer aux établissements l’abri nécessaire pour les commodités de l’existence et pour les cultures délicates dont l’homme doit s’entourer. Les fertiles plateaux de Podolie offrent souvent le spectacle de cultures s’étendant à perte de vue, sans qu’on aperçoive de village ; ceux-ci sont nichés sur les flancs ou à la naissance de vallées secondaires, à moins que ce soit à l’intérieur des profonds méandres burinés par le Dniester, la Strypa ou le Sereth. Plus significative encore est la répartition des villages dans la région russe de la terre noire. Ils se posent exclusivement soit à la naissance des ravins latéraux, soit sur les terrasses qui bordent les fleuves. Et si les cours d’eau sont insuffisants, des barrages artificiels, organes aussi indispensables à ces villages que les tanks aux villes du Sud de l’Inde, pourvoient, par la formation d’étangs permanents, aux usages rituels et domestiques.

47Ainsi se groupe par gros villages la population de la région de la terre noire. Les maisons ne s’y dispersent pas au hasard ; elles se subordonnent à un alignement : une large voie unique forme l’axe du village. Avec la partie réservée à l’habitat, les bâtiments d’exploitation dessinent un carré qui est la cour. Lorsque, s’avançant vers le Nord, on arrive au 53e degré de latitude environ, aux approches de la région forestière mieux pourvue d’eau, on voit peu à peu les villages s’éparpiller, s’écarter des rivières, et former, avec les champs défrichés qui les entourent, des oasis de plus en plus petites dans des forêts immenses. C’est entre 55° et 50° de latitude que s’accuse la transition, sensible plutôt dans le mode de construction que dans la forme des villages. La maison de bois remplace la maison de pierre, le toit de bois le toit de chaume, mais la disposition générale ne change pas. Le type de village composé d’une large rue reste commun à la région moscovite et à celle de la terre noire ; la régularité du plan persiste comme signe extérieur de l’organisation villageoise.

Conclusion

48Ne pouvons-nous pas tirer déjà de ces observations les généralités qu’elles impliquent ?

  • 6 China, II, p. 680.

49Partout nous voyons que les surfaces étendues où prévaut une relative uniformité de relief et une certaine homogénéité de sol, ont donné lieu à des villages agglomérés ou à des établissements qui lui ressemblent par le personnel nombreux qui s’y trouve. Il en a été ainsi non seulement en Europe, mais en Chine. « Ce sont, dit Richthofen, en parlant des villages des pays de lœss, des associations de familles unies par une communauté de descendance ou du moins de rites, dont la cohésion est maintenue par la nécessité d’entente dans la conduite des mêmes cultures6. » À la Chine on pourrait ajouter la plaine indo-gangétique, non compris le delta du Bengale, où s’est développé et fixé un des types les plus complets de communauté de village.

50Tous ces établissements, sous des formes variées qu’expliquent les différences de climat ou des degrés d’état social, sont l’expression du même besoin de centraliser sur quelque point l’exploitation du sol. Une coopération réglant les dates des actes de la vie agricole, fixant certains procédés d’exploitation, s’impose comme avantageuse à tous. La nécessité de s’unir pour l’aménagement des eaux, la construction de puits, l’entretien de certains travaux, l’accommodation d’un milieu favorable aux cultures, resserre la cohabitation. Le village est un organisme bien défini, distinct, ayant sa vie propre et une personnalité qui s’exprime dans le paysage. La concentration de l’habitat s’y associe avec la multiplicité des parcelles, celles-ci ne pouvant trouver que dans le village l’intermédiaire commun auquel aboutissent toutes les pistes.

51Ainsi constitué, le village est apte à fournir un marché et à donner lieu à des industries rurales, de même que maintenant dans la Petite-Russie, dans la plaine allemande ou de la France du Nord, la culture industrielle a joint l’usine à la ferme.

III. L’habitat dispersé

52Les établissements humains n’ont pas rencontré partout les mêmes sollicitations de groupement. La diffusion des eaux, la diversité des orientations, le morcellement des sols, fournissent spontanément sur divers points la somme des conditions nécessaires à une existence fixe. Les groupements élémentaires, tels que ceux que peuvent former les membres d’une famille, à peine assistés de quelques voisins, suffisent. Aucune condition n’impose les diverses servitudes qu’implique une communauté villageoise. L’habitat se disperse.

53Cet habitat dispersé se présente en France sous des formes diverses, mais avec un caractère régional assez nettement marqué pour qu’on puisse, en traits généraux, lui assigner des limites. Tantôt c’est la petite ferme isolée, presque ensevelie dans les arbres, reliée par des sentiers couverts et fangeux à d’autres fermes distantes de quelques centaines de mètres, cas fréquent en Bretagne et dans l’Ouest de la France. Ailleurs, dans le Cotentin, s’observe fréquemment l’accouplement de deux ou trois fermes. Des hameaux assez serrés, groupant ensemble une douzaine de feux, forment un mode de peuplement assez ordinaire dans plusieurs parties du Massif central. Des groupes de maisons séparées constituent ce que, dans le Pays Basque, on appelle un quartier.

54Maisons isolées ou hameaux, ce sont des agrégats minuscules, incapables d’exercer autour d’eux une attraction semblable à celle qui coordonne les cultures autour des villages agglomérés des grandes plaines. La physionomie de paysage qui résulte de ces formes d’établissements reflète en ses traits généraux un tout autre mode d’exploitation du sol, un autre genre de vie, une disposition bien différente de celle que nous avons observée dans les villages agglomérés.

55C’est le particularisme substitué à la centralisation. Tout parle ici de séparation, tout marque le cantonnement à part ; des haies d’arbres dessinent partout leurs zigzags, raient les collines, et leurs cimes mutilées, présentant d’étranges silhouettes, divisent jalousement les enclos et les champs. Les mêmes cultures se déroulent rarement sur de grands espaces. C’est par lopins variés qu’elles s’encadrent entre les haies. Des landes s’entremêlent avec les cultures. Parfois le même enclos sert tour à tour à la culture et au pâturage. Au lieu d’espaces unis, rarement interrompus par des chemins, partout des sentiers creux, fossés et levées de terre garnies de buissons et d’arbres. Ce morcellement de détail laisse rarement place à des vues d’ensemble ; et, quand un point dominant s’offre par hasard, c’est un pays fourré qu’on découvre, où il est difficile de distinguer entre des croupes et des ondulations qui se ressemblent, entre des sentiers qui divaguent. Une impression d’isolement se dégage de cet ensemble ; et l’étranger se sent mal à l’aise devant ce dédale qui lui semble inhospitalier et hostile. Dans ce système d’établissements, les centres de vie se réduisent à des lieux de rendez-vous périodique, marché, église, chapelle, panégyrie.

56On est en face d’un état arriéré. Que ce genre de vie ait de profondes racines, qu’il tienne au sol autant qu’à des habitudes, c’est ce que montre sa persistance, sa généralité dans les contrées auxquelles il s’est adapté ; ainsi que les rapports, peut-être indissolubles, qu’il a noués avec les institutions, les conceptions sociales de certaines races.

57Les cadres de la vie sociale, aussi bien que l’aspect du pays, soulignent la différence entre les régions de villages agglomérés et celles où l’isolement, tout au plus interrompu à de certains jours, est la règle.

  • 7 Gradmann, Die ländlichen Siedelungen Wurttembergs, Pet. Mitt., 1910, I, p. 184-186.

58L’opposition entre ces deux types d’établissements n’est naturellement point particulière à la France, quoiqu’elle ne se présente pas partout avec un caractère aussi tranché. Elle a été signalée particulièrement en Souabe7, tandis que l’habitat aggloméré règne sur les plaines calcaires du Moyen-Neckar et sur les plateaux de la Rauhe-Alp, le système d’habitat disséminé (Einödhof) trouve un domaine très distinct et très net dans la région morainique qui s’étend au Nord du lac de Constance et de l’Allgäu. Les mêmes causes physiques que celles qui ont été signalées plus haut semblent bien ici entrer aussi en jeu : le morcellement du relief, la richesse en sources, la présence diffuse des eaux ont laissé se multiplier les petites unités indépendantes, autour desquelles se pratique l’exploitation du sol. Et ce mode d’exploitation se traduit par le mélange et les enchevêtrements de champs et pâtures, où se reflète un genre de vie resté mi-agricole et mi-pastoral.

  • 8 C’est de ces peuples que Constantin Porphyrogénète écrivait : « Ils ne peuvent souffrir que deux ca (...)
  • 9 J. Cvijic, Grundlinien der Geographie und Geologie von Mazedonien und Altserbien (Pet. Geogr. Mitte (...)
  • 10 Les Kolibari, dit Jirecek, étaient primitivement plutôt des bergers qui, subsidiairement, pratiquai (...)
  • 11 Em. de Martonne, La Valachie, Paris, 1902, p. 249.

59Nulle part en Europe ce type d’établissements morcelé ne se montre sur une plus grande échelle et avec un caractère plus marqué d’archaïsme que dans la péninsule des Balkans. L’habitat dispersé et l’habitat aggloméré, le type hameau et le type village y semblent bien correspondre à des différences géographiques. En Serbie, comme en Bulgarie, ce sont les parties accidentées et montagneuses, pentes ou versants à l’exclusion des plaines et vallées, qui paraissent le domaine naturel de la dispersion8. Plutôt que la ferme isolée, on rencontre là des maisons associées par groupes d’une douzaine de feux ou même davantage, dont les occupants sont ordinairement reliés par des liens de famille. L’habitat est calqué ainsi sur l’état social. Sur les confins de la vieille Serbie et de la Bulgarie, entre Koumanovo et Kustendil notamment, Cvijic a cherché à tracer la limite, toujours incertaine en ces matières, qui séparerait les villages agglomérés des groupements de hameaux9. Ces hameaux, désignés sous le nom de Kolibé en Bulgarie, y paraissent aussi le type dominant des collines et des montagnes10, ils en constituent le mode de peuplement caractéristique, en antinomie marquée avec les villages de plaines. Même contraste en Valachie : le Catun, ou groupements par hameaux de 3, 4 ou 5 maisons ou plus, est le type des collines et des avant-monts, comme le village est le type des plaines. « Partout de l’eau, dans chaque repli du sol un ruisselet, une source ; la forêt, si ravagée qu’elle ait été, est encore prochaine, offrant les bois nécessaires à la construction de la maison et à l’entretien du feu en hiver11. » Même opposition encore au Nord des Carpathes entre le peuplement par hameaux des collines et les gros villages des plaines de Galicie et Podolie.

60Il y a trop de complexité dans les races et trop de fluctuations d’ordre économique pour que cette délimitation à base géographique ne puisse être entamée. Des causes diverses interviennent pour en modifier les linéaments, la prédominance de la vie agricole sur la vie pastorale peut s’accentuer ; la démarcation continuera cependant de subsister. Dans cette péninsule balkanique que tant d’accidents historiques ont traversée et qui a été livrée à un tel enchevêtrement de races, elle répond à des conditions naturelles ; elle demeure un témoignage vivant de l’ancienneté de genres de vie spontanément issus du milieu.

IV. Types de régions subtropicales et subarctiques

61Soit qu’on s’avance dans la direction des pôles, soit qu’on aille dans la direction de l’Équateur, les zones propices aux établissements humains se réduisent progressivement : ici par la surabondance d’eau, là par la sécheresse ou par d’autres causes.

Régions subarctiques

  • 12 J. Smirnov (trad. par P. Boyer), Les populations finnoises du bassin de la Volga et de la Kama, p. (...)

62Dans le Nord de la Russie d’Europe, c’est aux abords de la région forestière, sur les confins de la forêt d’arbres feuillus et de la forêt de conifères, par 58° de latitude environ, que des différences tranchées, inconnues à nos régions tempérées, se dessinent entre les parties humanisées et les parties rebelles aux établissements. Dans la région de la Haute-Volga, domaine des Finnois Tchérémisse à peine entamé par la colonisation russe, le contraste s’accuse entre le haut-pays dont le sol friable couvert d’une couche de terre noire a permis de pratiquer des clairières agricoles, et le bas-pays où la forêt de pins et de sapins, encore dominante, n’est interrompue que par des lacs et des marécages. Le village s’est constitué, florissant, entouré de vergers et de massifs de tilleuls, bouleaux et aulnes dans le haut-pays. Il n’existe dans le bas-pays qu’à l’état rudimentaire, « et ne montre pas de traces de végétation autour des constructions »12. L’eau stagnante, avec les miasmes et les gelées qu’elle engendre, est visiblement l’élément hostile.

63Dans les provinces de la Baltique, comme en général en Scandinavie, l’éparpillement des fermes est le régime qui apparaît, dès qu’à la continuité des plaines se substitue le morcellement propre aux contrées qu’ont envahies les glaciers.

  • 13 Atlas de Finlande : carte n° 2 ; texte, p. 20 (Sederholm).
  • 14 Atlas de Finlande : carte n° 12 ; texte, p. 20.
  • 15 Atlas de Finlande : carte n° 20. Population dans les communes rurales réparties par villages (chaqu (...)
  • 16 Atlas de Finlande : carte n° 14 ; texte, p. 43.

64Au Nord du 60°, la Finlande a été le siège d’une colonisation plus active. C’est là peut-être que l’homme a fait le plus d’efforts pour approprier à ses besoins une contrée peu hospitalière. Rabotée à la fois par les glaciers et jonchée de leurs dépôts, la surface en est sans cesse morcelée « en une foule de petits territoires par une alternance de petites collines rocheuses, de terrains de gravier, de lacs et de champs d’argile »13. Ce morcellement, là comme dans les régions où nous l’avons vu déjà prévaloir pour d’autres causes, a produit son effet ordinaire : hostile à la formation de villages, et favorable aux hameaux et fermes isolés (torp). Une sorte de besoin centrifuge a même porté les pionniers de la colonisation dans le plateau inférieur à s’établir autant que possible à l’écart les uns des autres, comme ils l’ont fait plus tard en Amérique dans le Far-West, seul moyen de combiner librement des ressources éparses que la pêche et la chasse permettaient de joindre à une agriculture très restreinte. Peu à peu, il est vrai, par les progrès du drainage et de l’assainissement du sol, une marge plus grande s’est ouverte aux établissements des hommes. Dans l’Est du plateau lacustre, la coutume s’établit alors de bâtir çà et là sur les collines de graviers et de sables, médiocrement fertiles mais moins exposées aux gelées que les terrains argileux ou les tourbières du fond des vallées14. Des groupes sporadiques d’établissements ont pris naissance ; mais ils ne forment de véritables ensembles que le long des fleuves15. Entre les solitudes sur lesquelles pèsent la stagnation des eaux et des marécages, l’immobilité des forêts de conifères et de bouleaux, où l’agriculture ne dispose que des misérables ressources de l’écobuage, la circulation des cours d’eau représente le mouvement et la vie ; c’est en effet le long des fleuves qu’ont afflué les établissements humains. Une frange d’établissements suit fidèlement les cours d’eau, surtout dans la partie orientale où l’évolution du réseau fluvial est plus avancée ; ils s’égrènent, plutôt qu’ils ne se concentrent sur leurs rives. Par une analogie remarquable avec nos pays de montagnes, on y remarque que chaque vallée fluviale forme une région à part16. Ainsi la répartition des établissements est en rapport avec les forces physiques qui travaillent à substituer un réseau fluvial coordonné aux labyrinthes lacustres et marécageux, héritage des anciens glaciers quaternaires.

La Chine

65L’homogénéité du sol dans le Nord de la Chine est propice aux agglomérations : les unes ne dépassent pas les proportions de hameaux, les autres sont de gros villages agglomérés. Dans la vallée du Veï-ho ce sont plutôt les hameaux réunissant dans une enceinte de terre un certain nombre de maisonnées en forme de cubes que de grands villages fermés. Le village se montre plus perfectionné dans la province de Chan-toung, comme partie intégrante de cette vieille civilisation qui s’y est conservée mieux qu’ailleurs.

66Avec ses temples ornés de grands arbres, avec les portraits ornés de moulures et d’inscriptions en pierres sculptées, il réalise parfois ce type classique que se complaisent à représenter les anciennes peintures chinoises.

  • 17 V. fig. dans E. Tiessen, China, p. 339, ferme au-dessus de terrasses irriguées de la haute vallée d (...)
  • 18 Richthofen, China, I, p. 405,

67Lorsqu’on s’avance vers le Sud, du Ho-nan vers le Hou-pé, ou du Chan-toung dans le Kiang-sou entre les deux grands fleuves, surtout dans le Hou-nan et le Tché-Kiang au Sud de Yang-tseu, et dans la riche province de l’Ouest, le Szé-tchouan, l’effet des changements de climat et de sol se fait sentir sur le régime de l’habitat rural. Plus de lœss pour amortir les inégalités du sol et répandre une teinte uniforme sur toutes choses. La tendance à l’éparpillement des maisons s’accuse de plus en plus, se conformant de plus près à l’usage d’association familiale. Tantôt l’habitat suit jusqu’au sommet des pentes les jardins de thé qui s’échelonnent, tantôt il élit domicile sur les terrains relativement trop élevés pour qu’il soit possible d’y faire parvenir en été l’eau nécessaire à la culture du riz ; il se superpose aux régions étagées comme le village méditerranéen se superpose au verger17. Ces petits groupes de maisons juxtaposées expriment la cohabitation familiale au sens étendu qu’elle a chez ce peuple : avec ses ramifications, sa nombreuse descendance cimentée en étroite association par les croyances et les rites, et retenant ainsi autour des ascendants des groupes de 30, 40, 50 personnes et plus18. Les travaux de saisons auxquelles la culture du riz, la cueillette du thé donnent lieu, doivent à cette coopération familiale un caractère patriarcal, auquel la maison ou le groupe sert de cadre. Cela représente quelque chose de plus expressif que nos hameaux, une incarnation plus exacte des principes sur lesquels est fondée la civilisation chinoise.

68Nulle part ce mode de répartition ne s’épanouit plus librement que dans le bassin « rouge », la grande région irriguée du Szé-tchouan, « un grand jardin regorgeant d’hommes ». Les cultures d’arbres s’y mêlent aux cultures de céréales et de légumineuses, riz, orge, blé, fèves, chanvre, colza, etc., qui se pressent étroitement ; des massifs d’orangers, de mûriers, de résineux, de bambous, signalent les groupes d’habitation ; et dans cette Chine où le déboisement a partout marqué ses stigmates, où il ne reste à l’arbre partout pourchassé que quelques refuges, autour des temples, ou de ces tombeaux de familles qui abondent dans la province essentiellement chinoise de Ho-nan, les haies de bambou, peupliers, mûriers qui encadrent ces fermes du Szé-tchouan, donnent çà et là la réminiscence de la forêt disparue.

69Mais quelle que soit la forme de l’habitat rural, fermes, hameaux ou villages, la zone en est restreinte en Chine, comme les modes d’exploitation qu’on y pratique. Des vallées et des plaines qui sont ses lieux de prédilection, elle gagne péniblement à l’aide de terrassements tout ce qu’elle peut conquérir sur les collines ; mais l’absence d’élevage met une restriction à ses empiètements. De là ces contrastes qui prêtent à illusion. À la multitude de hameaux ou villages qui se pressent dans les vallées irriguées ou près des embouchures fluviales où l’adoucissement de la pente et le jeu régulier des marées facilitent l’aménagement des eaux, succèdent parfois de grands espaces inutilisés. Nous avons noté que des intervalles existent dans les régions arides ou semi-arides des bords de la Méditerranée ; mais l’explication ici ne vaut pas, puisque c’est précisément dans les régions arrosées de la Chine centrale et méridionale que s’intercalent des espaces où l’habitat se raréfie, ne se montre que sous ses formes les plus rudimentaires. Un fait social, tenant à des habitudes agricoles invétérées, concentrant toute l’ingéniosité et tout l’effort sur les cultures qui défraient les besoins de nourriture, de vêtement et d’éclairage auxquelles s’est accoutumée la société chinoise ; telle est et restera, du moins jusqu’à nouvel ordre, la cause de cette répartition singulièrement exclusive, qui ne répond à rien d’impératif dans les conditions physiques. Bien plutôt elle exprime un stade ancien, fixé dans une perfection précoce et auquel un isolement séculaire a servi de préservatif.

  • 19 Chassigneux, L’irrigation dans le delta du Tonkin (Revue de Géographie, t. VI, p. 44, fasc. I).

70À ce point de vue nous ne sortons guère de Chine en passant au Tonkin. Le delta y fourmille de villages analogues entre eux, très voisins et se reproduisant à des centaines d’exemplaires, comme un type de colonisation. Le site en est circonscrit par les casiers naturels formés par les bourrelets des fleuves19. Entre les digues élevées contre les inondations, de petits compartiments s’inscrivent où l’eau s’accumule avec les pluies d’été dans des arroyos, des mares, des étangs en partie artificiels. C’est là que l’Annamite du delta a constitué son village ; avec ses maisons en pisé, ses étangs, ses mares, ses jardinets de légumes et la lisière de bambous, interrompue de portes, qui lui sert d’abri ou de défense, il forme un tout. L’autonomie de ce petit monde est garantie par la réunion de tous les organes de culture, de défense, de réserve et d’assurance contre la sécheresse. Ce cadre n’est qu’en partie artificiel. Ces cuvettes où l’on recueille l’eau des pluies sont, comme les johls du Bengale, dérivées des flaques que, chaque été, les pluies et les inondations laissent après elles. Il a suffi d’en consolider les contours, d’en régulariser le régime pour pratiquer un aménagement minutieux, tout à fait proportionné aux forces de main-d’œuvre, aux procédés et aux instruments de culture dont disposent ces petites communautés. L’unité sociale sur laquelle est fondée la société annamite trouve dans ce cadre une expression adéquate ; c’est elle qui réduit en menue monnaie la richesse apportée en lingot par les fleuves.

L’Inde

71Abstraction faite des vastes plateaux du Centre où persistent les modes les plus rudimentaires d’établissements, l’Inde est par excellence un pays de villages. Dans cette immense agglomération d’hommes les cités ne prennent que 2 % de la population ; et l’habitat rural se présente surtout sous forme de villages. La dissémination par hameaux ou par cases ne prévaut que dans le Bas-Bengale, où de toutes parts, les groupes s’éparpillent entre des haies de bambous, et sur la lisière étroite de Malabar et de Travancore, régions où l’abondance des pluies et la présence universelle des eaux permettent et favorisent l’éparpillement.

  • 20 Census of India, 1891, p. 53.
  • 21 Census, 1901

72Le village se montre au contraire très aggloméré dans le Pendjab, si populeux, si complet, avec son organisation et ses corps de métiers, si bien circonscrit par des murailles de terre, qu’il ressemble à un campement de tribu. Entre les croupes herbeuses où l’élevage, les marchés, les foires entretiennent le mouvement (bas-pays ou Khadar), le captage des crues dans les vallées au moyen de dérivations élémentaires, le forage des puits au voisinage des monts, tiennent la population concentrée. Le rapprochement des genres de vie différents et hostiles se marque dans le mode de groupement. L’habitat se délie davantage, devient plus libre, dans la grande plaine de la Djumna et du Gange jusqu’à Allahabad et Bénarès. Non loin des frontières menacées et des marches d’invasions, le village a laissé se relâcher la rigueur de l’ancienne organisation en communauté ; les collectivités qu’il groupe sont moindres numériquement. Elles sont aussi plus voisines ; l’intervalle qui les sépare n’atteint pas en moyenne 2 kilomètres20. Le voisinage de la nappe d’eau souterraine que les puits atteignent à une faible profondeur, a permis à ces communautés de se multiplier uniformément sur toute la surface meuble et légère que circonscrivent au Nord le Teraï, au Sud les falaises de grès de l’Inde centrale. On compte par centaines de mille les puits soit en maçonnerie, soit temporaires qui, perçant de toutes parts le sol du Doab (Mésopotamie gangétique), y sont l’œuvre anonyme et ancienne des cultivateurs du sol. Ils se sont groupés ; et sans doute ce mode d’habitat dans la haute et moyenne vallée du Gange est moins dicté par la nature que par le désir de rester concentrés, de conserver les liens entre des races diverses traditionnelles. C’est un type de colonisation, comme dans le delta du Tonkin. Les groupes, quoique rapprochés, vivent renfermés sur eux-mêmes, dans les cadres traditionnels qui contiennent, soit en agriculteurs, soit en artisans, tout ce que peuvent réclamer les besoins et même les ambitions de luxe, et qui, une fois complets, s’ouvrent difficilement à de nouveaux-venus. Nulle part les recensements n’ont relevé un plus grand nombre d’habitants vivant à l’endroit même dont ils sont originaires21. Tout au plus des mariages entretiennent-ils quelque échange de population entre villages voisins. Si d’une part la facilité de culture sur un sol homogène et ami a favorisé la propagation d’un même type de villages, c’est la nécessité de se précautionner contre les insuffisances et les irrégularités des pluies qui en a maintenu la cohésion.

73Le rapport entre l’irrigation et le type de villages ne se montre pas moins dans les régions intérieures du Décan, où il est nécessaire aussi de constituer des réserves pour parer aux insuffisances de pluie. Le substratum archéen des roches ne permet pas d’y multiplier les forages de puits comme dans les sols meubles des plaines indo-gangétiques ; mais il suffit de quelques barrages dans les larges ondulations de ces surfaces de pénéplaine pour former des tanks ou réservoirs artificiels. On a compté de ces bassins jusqu’à 43 000 rien que dans les 14 districts dépendant de Madras, tous d’origine indigène. Il n’est pas de village qui ne possède cet organe essentiel, qui est à la fois son œuvre et sa raison d’être.

  • 22 V. table de la population des villages, Census, 1891, p. 49.

74Ainsi, dans l’œuvre anonyme qui a précédé dans le Sud comme dans le Nord de l’Inde les grands travaux qu’ont accomplis des dynasties historiques, on retrouve, précédant les grands canaux du Sind et Gange, les digues monumentales du Cavery et des fleuves du Carnatie, le travail préliminaire d’installations et d’aménagements modestes, conçus et exécutés à la mesure de villages ou groupes restreints, et qui n’avaient pas d’autre prétention que de nourrir des communautés de 200 à 1 000 personnes22. Leur adaptation aux conditions de sol et de climat a fait que, soit dans les contrées de Mysore et de Carnatic, soit dans la plaine gangétique, le type une fois formé s’est répété, presque sans variantes, à des millions d’exemplaires. Il s’est propagé autant que le permettaient les conditions du sol.

V. Conclusion

75Si incomplet que soit cet aperçu comparatif, il suggère quelques remarques. Il y a quelque chose d’essentiellement géographique dans la répartition de ces formes diverses d’habitat rural que nous avons rencontrées en Europe autour de la Méditerranée, en Chine, au Tonkin, dans l’Inde, et que nous pourrions sans doute rencontrer ailleurs. Ces exemples montrent que la répartition s’organise régionalement. Ce n’est pas le hasard qui a implanté ici le type de villages agglomérés, là celui de hameaux dispersés, ailleurs celui de petites maisons ou cases semées comme une poussière. Cependant, il serait chimérique de prétendre établir des classifications générales en rapport avec les circonstances géographiques. Certaines conditions seulement de sol et de climat sont compatibles avec le mode disséminé, dispersé, ou aggloméré ; d’autres y sont réfractaires. Le groupement dispersé convient aux régions où, par suite du morcellement du relief, du sol et de l’hydrographie, la terre arable est elle-même morcelée. Le village aggloméré est chez lui, au contraire, dans les contrées où cette surface arable est continue, d’un seul tenant, permettant une exploitation uniforme. Sous l’empire de nécessités communes se sont formées des associations collectives. Le creusement et l’entretien de puits, d’étangs et de mares, la nécessité de construire des murailles, contribue à resserrer et à agglomérer l’habitat.

76Il serait vain de négliger l’influence de la question de sécurité et de défense. Au contact de la steppe et des domaines d’autres genres de vie, tout prend un aspect de forteresse : le village lui-même, aux confins du Sahara, de l’Arabie, du Turkestan, de la Mongolie, devient une prison et un refuge. Par contre, là où la sécurité, longtemps absente, commence à renaître, nous assistons à un mouvement de dispersion. L’habitat se délie en quelque sorte. Du vieux village fortifié, d’aspect méfiant, de plus en plus déserté sur sa montagne, se détachent comme une bande d’écoliers émancipés, des groupes de maisons s’éparpillant à leur guise.

  • 23 H. Russier et H. Brenier, L’Indo-Chine française, p. 136.

77Mais, dans le groupement de l’habitat rural, la considération de défense, de refuge, n’est pas la principale. Le site exprime une combinaison d’influences physiques, où la pente, le niveau d’eau jouent leur rôle, avec une association de cultures artificiellement assemblées. Ces combinaisons se coordonnent différemment, suivant que le noyau est un village, un hameau, une ou deux fermes isolées ; mais elles existent du fait de l’homme. Elles modifient profondément le paysage, et sont par là un des objets essentiels de la géographie humaine. De grandes différences sociales sont nées de différences d’habitat. Le village réalise un type de communauté dépassant le cadre de la famille et du clan. Les vieilles organisations villageoises ont leur rôle dans nos anciennes sociétés d’Europe, sans parler même de celui qu’elles conservent en Russie. Si elles l’ont perdu, cela tient à l’importance croissante des villes, au développement des communications et de la vie commerciale qui ont fait naître de toutes parts des germes nouveaux. Les industries villageoises ont en grande partie péri dans nos contrées ; l’industrie moderne tend à se distribuer d’après des lois nouvelles. Mais il y a de vastes contrées où le village est resté et reste encore l’organisme essentiel : l’Inde, l’Indochine et une grande partie au moins de la Chine. Le village continue à réaliser dans l’Inde ce qui partout ailleurs est le privilège des villes : division du travail, satisfaction des besoins, même du superflu. C’est un petit monde fermé et dont la prise est si forte qu’il étouffe tout autre sentiment de communauté, qu’il bouche l’horizon. « Nous Annamites, écrit le mandarin Tran Than Rinh, à cause de la grande variété des institutions communales, nous nous croyons en Chine ou en Amérique aussitôt sortis de notre village23. »

78Le village ainsi, dans ces contrées orientales, absorbe une plus forte part de vie sociale, au détriment des formes plus vastes d’organisation, ville ou état. L’antithèse est forte vis-à-vis de l’Europe ; elle apparaît plus forte encore si l’on songe aux États-Unis d’Amérique. Mais tout cela est matière qui participe à la vie, s’assouplit et s’adapte aux circonstances. L’insécurité, l’état de piraterie et de guerre modifient plus ou moins temporairement l’habitat. Aucun État ne saurait être considéré comme définitif et immuable. Le lien qui tenait autour de la Méditerranée les habitations étroitement groupées sur les hauteurs s’est relâché. Les types de groupements évoluent comme toutes choses. Il sera d’un grand intérêt de suivre cette évolution, non seulement dans les contrées méditerranéennes, où elle est actuellement très sensible, dans les contrées de colonisation récente, l’Amérique et les régions tempérées de l’hémisphère austral, où elle est à ses débuts ; mais encore dans les contrées tropicales, et dans ces contrées d’Orient et d’Extrême-Orient où la population semble figée en des moules très anciens. Ils ont duré dans l’isolement ; mais ils ne résisteront peut-être pas aux chemins de fer, à la grande industrie, aux innovations qui résultent du contact avec le commerce mondial.

Notes

1 Jirecek, Das Fürstentum Bulgarien, in-4°, Vienne, 1891.

2 Musée du Cinquantenaire de Bruxelles, fouilles de la Société Archéologique de Namur à Sauvenière, plan des substructions d’une ferme du iie siècle de J.-C.

3 Les établissements à désinence en ville avaient, en Normandie, remplacé les villages détruits par les invasions des Vikings (v. Joret, Des caractères et de l’extension du patois normand, Paris, 1883).

4 Sur 1/4 de feuille de la carte d’état-major (Amiens S.-E.), nous trouvons : Achiet-le-Grand et Achiet-le-Petit, Chuignes et Chuignolles, Ailly et Alliel, Lucheux et Luchuel.

5 Flach dans Foville, Enquête sur l’habitation, t. II, p. 41.

6 China, II, p. 680.

7 Gradmann, Die ländlichen Siedelungen Wurttembergs, Pet. Mitt., 1910, I, p. 184-186.

8 C’est de ces peuples que Constantin Porphyrogénète écrivait : « Ils ne peuvent souffrir que deux cabanes soient l’une près de l’autre. »

9 J. Cvijic, Grundlinien der Geographie und Geologie von Mazedonien und Altserbien (Pet. Geogr. Mitteilungen, Erg nzungsheft, n° 162, 1908), p. 125.

10 Les Kolibari, dit Jirecek, étaient primitivement plutôt des bergers qui, subsidiairement, pratiquaient une faible agriculture (Bulgarien, p. 149).

11 Em. de Martonne, La Valachie, Paris, 1902, p. 249.

12 J. Smirnov (trad. par P. Boyer), Les populations finnoises du bassin de la Volga et de la Kama, p. 81 sqq.

13 Atlas de Finlande : carte n° 2 ; texte, p. 20 (Sederholm).

14 Atlas de Finlande : carte n° 12 ; texte, p. 20.

15 Atlas de Finlande : carte n° 20. Population dans les communes rurales réparties par villages (chaque point correspond à 10 habitants).

16 Atlas de Finlande : carte n° 14 ; texte, p. 43.

17 V. fig. dans E. Tiessen, China, p. 339, ferme au-dessus de terrasses irriguées de la haute vallée de Han.

18 Richthofen, China, I, p. 405,

19 Chassigneux, L’irrigation dans le delta du Tonkin (Revue de Géographie, t. VI, p. 44, fasc. I).

20 Census of India, 1891, p. 53.

21 Census, 1901

22 V. table de la population des villages, Census, 1891, p. 49.

23 H. Russier et H. Brenier, L’Indo-Chine française, p. 136.

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search