Version classiqueVersion mobile

Pétrole et corruption

 | 
Marion Morellato

Annexes

Notices biographiques

Texte intégral

ABU-MOH François — d’origine syrienne, il est secrétaire de la Commission pontificale pour les affaires islamiques et représentant pour l’Italie du patriarche d’Antioche (à la tête de l’Église orthodoxe), Hakim Maximos V.

ABUAGELA M. Huegi — chargé d’affaires auprès de l’ambassade de Libye à Rome. Le dossier Mi.Fo.Biali révèle qu’il est un relais important entre Mario Foligni et les autorités libyennes, dans le cadre des accords pétroliers négociés en 1975.

ALLAVENA Giovanni — général de l’armée italienne. Il a été à la tête du SIFAR (services secrets à structure militaire ayant précédé le SID).

ALVINO Vittorio — lieutenant-colonel de la Guardia di Finanza. Il connaît le général Raffaele Giudice et est un ami intime de Mario Foligni.

ANDREOTTI Giulio — dirigeant de la Démocratie chrétienne, il a été sept fois président du Conseil et dix-neuf fois ministre. Il siège au Parlement à partir de 1946 et est nommé sénateur à vie en 1991. De très nombreux doutes subsistent sur sa carrière politique. Il est impliqué dans de multiples scandales (accords de 1972, nomination du général Giudice à la tête de la Guardia di Finanza, entre autres). Dans les années soixante-dix, il conduit une politique pro-arabe, en faveur notamment de la Libye. Il est mis en accusation comme commanditaire du meurtre de Mino Pecorelli, condamné en première instance mais jugé innocent en appel. De plus, il comparaît devant le tribunal de Palerme pour collusion avec la mafia, lequel se conclut par une sentence ambiguë : on considère qu’il avait eu des rapports avec la mafia, mais seulement jusqu’en 1980 (date à partir de laquelle est reconnu le délit d’association mafieuse), ce qui lui évite toute condamnation. Il meurt le 6 mai 2013.

ANGELINI Fiorenzo — évêque titulaire dans les hôpitaux de Rome. Il a un bureau au nom de l’Association des médecins catholiques italiens. Il est très proche de Giulio Andreotti et a très probablement eu un rôle dans la nomination du général Giudice à la tête de la Guardia di Finanza. Le dossier Mi.Fo.Biali révèle une tentative de corruption auprès de ce dernier pour empêcher un contrôle fiscal à l’encontre d’une société de Pomezia dont il est actionnaire et qui est coupable d’une évasion de plus de 700 millions de lires.

ANSELMI Tina — ancienne résistante et députée italienne. Elle est trois fois sous-secrétaire au ministère du Travail et de la prévoyance sociale. En 1976, elle est nommée ministre du Travail dans le gouvernement Andreotti III, devenant ainsi la première femme d’Italie à accéder à un tel poste. En 1981, elle est nommée présidente de la Commission parlementaire d’enquête sur la loge maçonnique P2.

ATRASH (el-) M. Kadri — ambassadeur de Libye en Italie, officiellement arrivé à Rome le 15 octobre 1975.

BARBAGALLO Salvo — journaliste, collaborateur de L’Ora à Palerme. Il réside à Catane. Il écrit Une révolution manquée, publié en septembre 1974, sur les problèmes de l’indépendantisme sicilien. Il succède aux avocats Filippo Jelo et Michele Papa à la tête de l’Association siculo-arabe.

BERNABEI Ettore — ancien président de la RAI, titulaire en 1975 de la société Italstat (Société italienne pour les infrastructures et l’aménagement du territoire). En juillet 1975, il sert d’intermédiaire à Amintore Fanfani pour tenter d’arrêter le lancement du parti de Mario Foligni.

BISAGLIA Antonio — député démocrate-chrétien, ministre des Participations de l’État en 1975. Il reçoit de nombreux pots-de-vin liés à la contrebande de pétrole tout au long des années soixante-dix. Il meurt noyé dans des circonstances mystérieuses en 1984.

BOLZANI Primo — pétrolier italien. Il connaît personnellement Raffaele Giudice et le recommande auprès de ses contacts démocrates-chrétiens afin de le faire nommer commandant général de la Guardia di Finanza. En échange, il obtient des avantages pour s’insérer dans le système de fraude lié à la contrebande de pétrole.

BONADEO Agostino — aumônier militaire en chef auprès de l’8o Comiliter, chef de la région militaire centrale, ami intime de Luigi Gedda. Il rencontre le colonnel Giudice à Novara en 1972 et entretient avec lui une amitié chaleureuse. Au moment de l’enquête Mi.Fo.Biali, il tient la chiesa del Gesù, à Rome. Il affirme être ami de Giulio Andreotti. Il ne semble pas totalement étranger aux accords pétroliers de 1972, dans la mesure où il connaît personnellement le colonel Roberto Jucci. En 1975, il tient un rôle de premier plan dans les négociations pétrolières en faveur de Giuseppe Morelli, qui sont conduites à Malte. Il est cependant difficile de connaître avec précision les bénéfices qu’il en tire.

BORROMEO Giovanni Lodovico — issu d’une famille noble lombarde, il est nommé ambassadeur d’Italie à Tripoli en décembre 1969. Dans un premier temps, c’est à lui que Kadhafi annonce son intention de chasser l’ensemble de la communauté italienne du territoire libyen, en 1970.

BORSI DI PARMA Vittorio Emanuele — général du corps de l’armée italienne. De 1972 à 1974, il est commandant en chef de la Guardia di Finanza, avant de céder sa place à Raffaele Giudice.

BOUISSIR Salah Messaoud — journaliste libyen exilé en 1955, il participe au coup d’État de 1969 aux côtés du capitaine Muammar el-Kadhafi en s’emparant de l’ambassade libyenne à Rome. Au sein du nouveau régime, il occupe le poste de ministre des Affaires étrangères (jusqu’en 1971).

CALENDA Carlo — ambassadeur d’Italie en Libye de 1966 à 1971. Il conseille à Aldo Moro de prendre rapidement position face au coup d’État de Kadhafi, sans chercher forcément à s’aligner sur la réaction des États-Unis et de la Grande-Bretagne.

CARRER Piero — professeur de l’université de Bologne. C’est lui qui élabore et rédige le contrat pour l’importation de deux millions de tonnes de pétrole brut libyen au profit du pétrolier Attilio Monti.

CASARDI Mario — amiral de la marine italienne. En 1974, il remplace le général Vito Miceli à la tête du SID, poste qu’il conserve jusqu’en 1977. C’est sous ses ordres qu’est rédigé le dossier Mi.Fo.Biali. Il assure avoir tenu au courant des évolutions de l’enquête le député Giulio Andreotti, par l’intermédiaire du général Maletti.

CEFIS Eugenio — ancien résistant et officier des Carabiniers, il succède à Enrico Mattei en 1962 à la tête de l’ENI avant de devenir, en 1966, dirigeant de Montedison (entreprise pétrochimique italienne). Démocrate chrétien de droite, membre de la P2, Eugenio Cefis a de solides liens au sein des services secrets atlantiques et des forces armées. Selon une note rédigée par un agent du SISMI le 20 septembre 1983, il aurait été à la tête de la loge maçonnique P2, avant Licio Gelli et Umberto Ortolani.

CHALLOUF Gibril — ancien ambassadeur de Libye à Rome. En 1975, il réside dans la capitale italienne. Le dossier Mi.Fo.Biali nous apprend qu’il tente d’ouvrir une collaboration entre une agence de presse italienne et les autorités libyennes.

CHEHATI Ahmed — en 1975, il est secrétaire général de l’Union socialiste arabe de Libye, résidant à Catane. Il sert de relais entre les différents mouvements indépendantistes siciliens et les autorités libyennes. Quelques années plus tard, il est nommé ministre des Affaires étrangères libyennes.

CHIAPPALONE Saverio Rino — collaborateur d’Antonio Maroni, il est proche des responsables de la société pétrolière Sarom siégeant à Rome, dirigée par Attilio Monti. Il aurait eu un rôle décisif dans les négociations concernant l’importation de pétrole en 1975 en faveur de Giuseppe Morelli.

COGLIANDRO Demetrio — lieutenant-colonel des Carabiniers, il est secrétaire général du bureau « D » du SID dans les années soixante-dix. Il dirige les mises sur écoute et filatures de l’enquête sur Mario Foligni et rédige lui-même le dossier Mi.Fo.Biali. Par la suite, après avoir été promu général, il est nommé chef du contre-espionnage du SISMI.

COSSIGA Francesco — homme politique et juriste, représentant de la Démocratie chrétienne. Il occupe diverses charges : ministre de l’Intérieur du gouvernement Andreotti III de 1976 à 1978 (il donne sa démission après l’assassinat d’Aldo Moro), président du Conseil de 1979 à 1980, président du Sénat de 1983 à 1985, date à laquelle il est élu président de la République.

CRAXI Bettino — représentant du Parti socialiste italien, dont il devient secrétaire général en 1976. En 1978, il se montre favorable, en vain, à une action visant à sauver Aldo Moro. En 1979, il est partiellement responsable de la divulgation du scandale ENI-Petromin. D’août 1983 à avril 1987, il est nommé président du Conseil italien. Il aurait prévenu Muammar el-Kadhafi du bombardement sur Tripoli prévu par les États-Unis en 1986.

CROCETTA Dario Maria — secrétaire particulier d’Emilio Colombo depuis 1961. En 1975, il aurait perdu les faveurs du ministre. Selon le témoignage du pétrolier Primo Bolzani, il aurait été l’un des intermédiaires de ce dernier pour appuyer la candidature du général Giudice à la tête de la Guardia di Finanza.

CRUCIANI Camillo — président de la firme Finmeccanica au moment de l’enquête Mi.Fo.Biali, il est impliqué dans le scandale Lockheed.

CUCINO Andrea — général du corps de l’armée italienne. Il a été commandant de la division Ariete avant d’être nommé chef d’état-major de l’armée de 1975 à 1977.

DALLA CHIESA Carlo Alberto — responsable du Noyau antiterrorisme dans les années soixante-dix, il lutte contre les Brigades rouges. Mais l’organisme est dissout en 1977, ce qui l’empêchera de travailler efficacement l’année suivante pour retrouver Aldo Moro avant qu’il ne soit tué. Il est possible que Carlo Alberto Dalla Chiesa soit le responsable de la disparition de certains extraits du Memoriale d’Aldo Moro. C’est probablement pour cette raison qu’il est assassiné en 1982.

DI CENSO Duilio — colonel de la police tributaire de Milan. Le dossier Mi.Fo.Biali révèle qu’il collabore avec Giuseppe Trisolini pour obliger les entreprises coupables de fraude fiscale à verser des pots-de-vin à ce dernier.

DIANA Mario — haut fonctionnaire de la Banca nazionale del Lavoro de Rome. En collaboration avec Fancesco Giudice, il gère les comptes du général Raffaele Giudice ainsi que de Donato Lo Prete, dont il blanchit l’argent.

DONAT-CATTIN Carlo — syndicaliste et homme politique italien, il est élu député dans les listes de la Démocratie chrétienne. En 1973, il est nommé ministre des Interventions extraordinaires dans le Mezzogiorno. De 1974 à 1978, il est à deux reprises ministre de l’Industrie, du Commerce et de l’Artisanat. Il est impliqué dans la contrebande pétrolière découverte à la fin des années soixante-dix.

ENI — Ente nazionale idrocarburi (surnommé « le chien à six pattes » en raison de son logo). Il s’agit de la compagnie pétrolière nationale italienne, créée en 1953. Enrico Mattei est son premier dirigeant et œuvre pour un rapport direct de l’Italie avec les pays producteurs de pétrole (c’est-à-dire sans passer par l’intermédiaire des multinationales anglo-américaines contrôlant le domaine). À sa mort en 1962, Marcello Boldrini prend la tête de la compagnie, jusqu’en 1967, date à laquelle il est remplacé par Eugenio Cefis. Ceux-ci mènent une action plus classique, notamment en créant des partenariats avec les grandes firmes telles qu’Esso. En 1971, après la nomination d’Eugenio Cefis à la tête de Montedison, Raffaele Girotti est nommé pour le remplacer. Celui-ci est l’un des principaux acteurs des accords avec la Libye prévoyant une fourniture d’armes italiennes en échange de pétrole libyen.

FALDE Nicola — colonel de l’armée italienne habitant à Rome. Corédacteur en chef de l’agence Osservatore politico, il a collaboré avec Mino Pecorelli. Ami de longue date de Mario Foligni. Il a un bureau auprès du CED (Centro elaborazione dati). Il est membre occulte de l’AIAC, et en tant que tel, il soutient toutes les initiatives du NPP. Il est affilié à la loge maçonnique P2.

FANFANI Amintore — professeur d’histoire économique à Milan, puis à Rome, il est député de 1946 à 1968 puis sénateur. En 1972, il est nommé sénateur à vie. Six fois président du Conseil des ministres, trois fois président du Sénat, il est élu secrétaire de la Démocratie chrétienne en 1954 pour cinq ans, puis en 1973 avant de devenir, en 1975, président du parti.

FAVUZZI Enrico — directeur de l’Hôpital militaire principal Celio à Rome. En octobre 1975, il est muté à la Direction de la santé à Vérone, où il aurait organisé un réseau d’intérêts commerciaux, soutenu dans son action par Onofrio Cengarle, sénateur démocrate-chrétien de la région et sous-secrétaire à la Défense. Il serait en contact avec le général Vito Miceli depuis 1935. Il est membre occulte de l’AIAC et soutient secrètement toutes les initiatives du NPP. Il est affilié à la loge maçonnique P2.

FERRARI Alberto — directeur général de la Banca nazionale del lavoro de 1966 à 1978. C’est dans son bureau qu’est conclu, en 1975, l’accord pétrolier entre Attilio Monti et les autorités libyennes, en présence du ministre des Affaires étrangères Mariano Rumor. Il est affilié à la loge maçonnique P2.

FOLIGNI Mario — né à Frascati (province romaine) en 1935, il est l’objet de mises sur écoute dans le cadre du dossier Mi.Fo.Biali en 1974-1975. Avant cela, il a déjà été plusieurs fois accusé de fraude. Président d’une association fantomatique (AIAC) ainsi que de la Nuova SIRCE (commerce d’import-export), il s’affiche comme profondément catholique et cherche à travers son parti, le NPP, à nettoyer la vie politique italienne d’une DC corrompue afin de revenir aux valeurs traditionnelles du christianisme. Mais en réalité, ces différentes sociétés, associations, partis, sont autant de moyens de masquer sa véritable activité. Homme de confiance de Raffaele Giudice, il est un informateur pour le compte de la Libye – qui finance d’ailleurs le NPP – pour Mgr Bonadeo, pour Alfio Marchini ou encore pour Paul Mintoff. Le dossier Mi.Fo.Biali dévoile le rôle d’intermédiaire qu’il a joué dans les accords pétroliers illégaux conclus entre la Libye et des acteurs privés italiens (Attilio Monti, Giuseppe Morelli).

FORLANI Arnaldo — important représentant de la Démocratie chrétienne, il est notamment ministre de la Défense de 1974 à 1976, ministre des Affaires étrangères de 1976 à 1979, président du Conseil d’octobre 1980 à juin 1981.

FRAGOLA Ottorino — chef de la Maçonnerie internationale au niveau européen. Il est le juge suprême pour l’Europe de la Maçonnerie et il a le soutien de toutes les banques centrales européennes. Le dossier Mi.Fo.Biali révèle des contacts avec Mario Foligni. Il est d’ailleurs membre du NPP.

FREATO Sereno — homme de confiance d’Aldo Moro, les enquêtes judiciaires liées au scandale pétrolier démontrent qu’il est secrètement associé à Bruno Musselli au sein de la société Bitumoil. Dans les années soixante-dix, il détient un compte bancaire en Suisse, par l’intermédiaire duquel Bruno Musselli finance le courant politique d’Aldo Moro. Il meurt le 18 mars 2013.

GAJA Roberto — il est représentant du gouvernement italien en Libye de 1949 à 1952 (soit précisément au moment où l’Italie doit renoncer à sa souveraineté sur les trois provinces). Apprécié par Aldo Moro, il est secrétaire général du ministère des Affaires étrangères de 1969 à 1975.

GALLUCCI Achille — juge d’instruction auprès du Parquet de la République de Rome. Il intervient, en 1975, pour obtenir la liberté provisoire de Vito Miceli (mai 1975). Il entretient une profonde amitié avec Raffaele Giudice. Fervent partisan de Giulio Andreotti, il impose le secret d’État sur le dossier Mi.Fo.Biali, interdisant ainsi pour plusieurs années les enquêtes de la magistrature à ce sujet.

GASCA QUEIRAZZA Federico — colonel de l’armée italienne et chef du bureau « D » (contre-espionnage) du SID jusqu’en 1971, date à laquelle le général Gian Adelio Maletti le remplace.

GEDDA Luigi — il a dirigé les « comités civiques » en 1948 en faveur de la Démocratie chrétienne. Le dossier Mi.Fo.Biali révèle des contacts réguliers avec Mario Foligni, mais à quelques jours de la conférence du 18 juillet 1975 pour officialiser le NPP, il décide de ne plus soutenir ce dernier.

GELLI Licio — né à Pistoia (Toscane) en 1919. Volontaire auprès des Chemises noires lors de la guerre d’Espagne, puis collaborateur de la République de Salò, il entre parallèlement en contact avec la Résistance puis avec les services secrets militaires américains. Il séjourne en Argentine avant de rentrer en Italie et de s’inscrire, en 1963, dans la Maçonnerie. Le « grand Maître » Giordano Gamberini le transfère en 1966 dans la loge P2, où il fait preuve d’un grand activisme et obtient l’adhésion de nombreux personnages de tous bords (industriels, hommes politiques, militaires, journalistes). En tant que « Maestro venerabile » de la P2, il a vraisemblablement de nombreux contacts avec Giulio Andreotti.

GIOVANNONE Stefano — colonel de l’armée italienne et agent du SISMI opérant au Moyen-Orient. Il ne serait pas étranger à l’accord ENI-Petromin de 1979.

GIROTTI Raffaele — président d’ENI de 1971 à 1975. Il est un acteur de premier plan lors des négociations de 1972 avec la Libye.

GIUDICE Francesco — fils du général Raffaele Giudice, il est employé à la Banca nazionale del lavoro et collabore notamment avec Mario Diana pour couvrir les actions illégales de son père.

GIUDICE Giuseppe — fils du général Raffaele Giudice, il est associé à Giuseppe Morelli auprès d’une société de Civitavecchia et impliqué dans la contrebande de pétrole de 1976.

GIUDICE Raffaele — nommé commandant de la Guardia di Finanza en juillet 1974 dans des circonstances obscures, il est membre occulte de l’AIAC, et en tant que tel, il soutient secrètement toutes les initiatives du NPP, y compris les négociations engagées par Mario Foligni pour importer illégalement du pétrole brut libyen en faveur de Giuseppe Morelli et Attilio Monti. Le dossier Mi.Fo.Biali révèle un large système de corruption qu’il a mis en place avec son associé, le colonel Trisolini, ainsi qu’une grave collusion familiale. On y apprend également qu’il est lié aux milieux mafieux siciliens et qu’il est affilié à la loge maçonnique P2. Il est attaqué à ce sujet par Mino Pecorelli dans ses articles publiés dans OP et est contraint de démissionner en novembre 1978. Les enquêtes judiciaires de la fin de la décennie démontrent qu’il tire les ficelles d’une contrebande de pétrole de très grande ampleur.

GIUDICE GALLUZZO Giuseppina — épouse du général Raffaele Giudice et maîtresse du colonel Giuseppe Trisolini. Avec ce dernier, elle se charge de transférer illégalement de l’argent en Suisse, en 1975.

GRAF George — consultant pour un groupe de banques suisses au niveau du gouvernement, il réside à Lausanne et connaît personnellement Mario Foligni. Selon le dossier Mi.Fo.Biali, il gère les bénéfices de Mario Foligni dans les accords pétroliers en faveur d’Attilio Monti.

Guardia di Finanza — corps militaire spécial formé en 1881, dépendant directement du ministère de l’Économie et du ministère des Finances. La Guardia di Finanza possède de nombreuses compétences de police judiciaire et financière et est dotée d’importants pouvoirs administratifs. Ses principales attributions sont les contrôles douaniers et la lutte contre la fraude, la criminalité financière, la contrebande, le trafic international de drogue, le blanchiment d’argent. Il s’agit d’un secteur très important des forces de l’ordre italiennes, comprenant près de 50 000 employés. Depuis 1989, des représentants de la Guardia di Finanza sont présents dans la section Police judiciaire de tous les parquets de la République italiens. Au début des années quatre-vingt, la Guardia di Finanza est mise en accusation par le tribunal de Turin au cours du procès sur la corruption de la Guardia di Finanza, mené par Mario Vaudano et Pier Giorgio Gosso, pour avoir protégé voire participé à un trafic illégal de pétrole. Son commandant général (de 1974 à 1978), Raffaele Giudice, est même accusé de transfert illicite d’argent vers un compte bancaire situé en Suisse.

GUI Luigi — député de la Démocratie chrétienne, ministre de la Défense de 1968 à 1970, puis cinq fois ministre de la Santé. Il est impliqué dans le scandale Lockheed, avec Mariano Rumor et Mario Tanassi, mais jugé innocent par la Cour constitutionnelle.

HAIKAL Mohammed — confident du général Gamal Abdel Nasser, il va en Libye dès le 2 septembre 1969 pour reconnaître le nouveau régime. Malgré une incompréhension de départ (Mohammed Haikal n’ayant pas compris que l’auteur du coup d’État n’est pas Omar Shalhi, numéro deux de l’ancien régime), une relation de confiance et un solide soutien égyptien est apporté aux jeunes officiers philo-nassériens.

HAJI (el-) Moussa Salem — il participe au coup d’État libyen aux côtés du capitaine Muammar el-Kadhafi, puis dirige les services secrets libyens opérant sur le territoire italien. Il a de nombreux contacts avec le colonel Roberto Jucci, lors des négociations sur le pétrole et le matériel de guerre, en 1972.

HAMIDI (el-) Khouildi — officier de l’armée libyenne, il participe au coup d’État libyen, aux côtés du capitaine Muammar el-Kadhafi. Dans le nouveau régime, il obtient le poste de commandant de police.

HENKE Eugenio — amiral de l’armée italienne, il est à la tête du SID de 1966 à 1970, date à laquelle il cède sa place au général Miceli. Il occupe alors la charge de commandant de la brigade navale avant d’être nommé, quelques mois plus tard, chef d’état-major de la Défense.

HOUNI (el-) Abdel Moneim — il participe au coup d’État libyen aux côtés du capitaine Muammar el-Kadhafi, puis dirige les services secrets. Il a de nombreux contacts avec le colonel Roberto Jucci, lors des négociations sur le pétrole et le matériel de guerre, en 1972.

ILARI Annibale — vicaire. Il est présenté à Mino Pecorelli par Nicola Falde, et devient secrétaire pour la revue OP. Il est ensuite engagé par Mario Foligni en tant que secrétaire de l’AIAC.

JALLOUD Abdessalam — ami proche de Muammar el-Kadhafi, il participe au coup d’État de 1969, à la suite de quoi il est nommé numéro deux du régime libyen. Il est l’un des protagonistes de la politique pétrolière de la Libye en faisant directement pression sur les compagnies indépendantes pour les forcer à payer des taxes plus élevées. Il est également au premier plan des relations de son pays avec l’Italie. En 1974, il signe un accord de coopération économique, technique et scientifique avec Mariano Rumor. Trois ans plus tard, il vient lui-même en Italie pour effectuer une commande d’armes.

JUCCI Roberto — cousin de la femme de Giulio Androtti et colonel de l’armée italienne. Il a un rôle de premier plan dans les négociations de 1972 pour la vente d’armes à la Libye. Lorsque Mino Pecorelli révèle cette affaire en 1976, le colonel Jucci l’attaque en justice pour diffamation. Mais le procès est annulé après la mort du journaliste. Par la suite, il est promu général et nommé chef de la section de contre-espionnage du bureau « D » du SID. Dans les années quatre-vingt, il devient commandant général des Carabiniers.

KADHAFI (el-) Muammar — bédouin d’origine modeste, il s’engage dans l’armée à la fin de ses études. Devenu capitaine, il fomente un coup d’État contre le roi Idris, qu’il réalise le 1er septembre 1969. Rédacteur du « Livre Vert », il prône une politique à mi-chemin entre capitalisme et communisme, et une République du peuple au sein de laquelle l’État serait absent : la Jamahiriyya. Il se sert de l’Italie comme cible afin d’obtenir le soutien de la population libyenne : il multiplie les accusations liées à la période coloniale et demande des réparations financières. Parallèlement, il entame dès 1972 un trafic de pétrole et d’armes avec l’ancienne puissance coloniale. Il a une relation particulièrement privilégiée avec Giulio Andreotti. L’aide des services secrets italiens lui permet à plusieurs reprises de faire échouer les tentatives de coup d’État et d’assassinat à son encontre. Vivement anti-américain et anti-israélien, il finance le terrorisme international. Son pays fait l’objet d’un embargo de 1986 à 2004. Après cette date, il revient sur la scène internationale et est considéré comme un allié par beaucoup de pays. En 2008, il est invité au G8 de L’Aquila pour discuter du commerce international et de la sécurité alimentaire. La même année, il obtient les réparations pour la période coloniale, par un Traité d’amitié signé avec Silvio Berlusconi. Dans les premiers mois de l’année 2011, son pouvoir est mis en difficulté par une guerre civile au cours de laquelle les rebelles sont aidés par l’OTAN. Il est finalement renversé puis tué, le 20 octobre 2011, près de Syrte.

KARRUBI (el-) Mustapha — officier de l’armée libyenne, il participe au coup d’État de 1969 aux côtés du capitaine Muammar el-Kadhafi. Au sein du nouveau régime, il obtient le poste de chef d’état-major.

KIKHIA (el-) Mansour — sous-secrétaire aux Affaires étrangères à la fin de l’année 1970, il dirige de facto ce ministère dès le début de l’année suivante.

LA BRUNA Antonio — capitaine de l’armée italienne et agent du SID dans le Noyau d’opération directe (NOD) sous la direction du général Maletti. Il s’inscrit à la P2 en 1972 et est condamné en 1976 dans le cadre du procès sur l’attentat de Piazza Fontana pour avoir aidé Marco Pozzan et Guido Giannettini à s’évader. Il est également soupçonné d’avoir dévoilé le contenu du dossier Mi.Fo.Biali à Mino Pecorelli, avec qui il a collaboré. Au début des années quatre-vingt-dix, il accepte de collaborer avec le juge Salvini en révélant à la magistrature de nouveaux détails sur la stratégie de la tension.

LA PIRA Giorgio — député démocrate chrétien, élu dès 1946. Il a inspiré la politique d’Amintore Fanfani.

LO PRETE Donato — haut officier de la Guardia di Finanza, il a été commandant du Noyau de la police tributaire de Rome. En 1975, il est chef d’état-major de la Guardia di Finanza lors de l’affaire Mi.Fo.Biali. Les enquêtes judiciaires révèlent qu’il est très largement impliqué dans le scandale pétrolier de la fin des années soixante-dix. Il est affilié à la loge maçonnique P2.

MAGHRABI (el-) Mahmoud Soliman — opposant au régime du roi Idris. Il est nommé Premier ministre du gouvernement libyen formé au lendemain de la prise de pouvoir de Kadhafi.

MALETTI Gian Adelio — né à Milan en 1921. Général de l’armée italienne, homme froid et aristocratique, il se forme à l’Académie de Modène où il fréquente Eugenio Cefis. De 1948 à 1950, il suit une formation aux États-Unis, accompagné d’Enrico Mino. Il séjourne à plusieurs reprises en Allemagne et en Israël, où il conserve des liens solides, mais également en Grèce. En 1971, il est nommé numéro deux du SID à la tête du bureau « D » (contre-espionnage). Bien vite, il bénéficie de l’appui de Giulio Andreotti et s’oppose à son supérieur, le général Miceli. Enquêtant sur le coup d’État Borghese, il découvre que ce dernier est impliqué. Il commande à son bras droit, le capitaine La Bruna, les mises sur écoute du colonel Jucci (accords pétroliers de 1972) et de Mario Foligni (Mi.Fo.Biali, 1975). Il est condamné pour avoir soustrait ce dernier dossier à l’autorité de la magistrature. En 1979, il est également condamné à 4 ans et 6 mois de réclusion pour avoir aidé Guido Giannettini (l’un des responsables présumés du massacre de Piazza Fontana) à quitter l’Italie. En 1981, son nom est trouvé dans la liste des affiliés à la P2. Il se réfugie en Afrique du Sud.

MARCELLI Augusto — journaliste pour Lo Speciale. Il aurait été, auparavant, l’un des vice-directeurs du journal Paese Sera et correspondant à Moscou. Il apparaît à plusieurs reprises dans le dossier Mi.Fo.Biali dans le cadre d’une interview de Mario Foligni, le 14 juillet 1975, à propos du NPP.

MARCHINI Alfio — entrepreneur résidant à Rome, connu pour financer le PCI. Il entretient des relations étroites avec Mario Foligni.

MARONI Antonio — capitaine des Carabiniers, il est pour un temps agent du SID et collaborateur de Mino Pecorelli. Le dossier Mi.Fo.Biali dévoile qu’il est en contact avec Mario Foligni. Il aurait collaboré avec le colonel Roberto Jucci lors des négociations ENI-LNOC de 1972. Il est très proche de milieux mafieux siciliens.

MATTEI Enrico — résistant pendant la seconde guerre mondiale, il fonde l’ENI en 1953 pour remplacer AGIP. L’entreprise cherche à acquérir une position autonome face au cartel des grandes multinationales dominant ce secteur. Il cherche donc à privilégier une relation directe entre pays consommateur (l’Italie) et pays producteurs de pétrole, sans passer par la médiation de ces multinationales. Cette politique lui vaut une excellente réputation. Il meurt dans un accident d’avion, le 27 octobre 1962, vraisemblablement victime d’un attentat.

MEDICI Giuseppe — il dirige la Farnesina en 1968, puis redevient ministre des Affaires étrangères en 1972 dans le gouvernement Andreotti. Il est l’un des protagonistes des négociations pour les accords sur la fourniture d’armes et les concessions pétrolières en 1972.

MEHEISHI (el-) Omar — officier de l’armée libyenne, il participe au coup d’État de 1969 aux côtés du capitaine Muammar el-Kadhafi.

MICELI Vito — né en 1916 à Trapani. Il participe, en tant que sous-lieutenant puis commandant général, à la guerre d’Éthiopie, dont il revient fervent fasciste. Lorsqu’éclate la seconde guerre mondiale, il repart en Afrique, où il est fait prisonnier et envoyé en Inde. À son retour, il reprend sa carrière militaire à la tête de la division blindée Centauro puis Ariete. Il suit un stage à l’école de guerre, puis à la NATO Defence College. Il devient chef du SIOS Armée, qu’il dirige jusqu’en octobre 1970, date à laquelle il est nommé à la tête du SID. Il doit toutefois quitter son poste en juin 1974 et est arrêté en septembre de la même année, dans le cadre de l’enquête menée par le tribunal de Padoue sur la Rose des Vents. Peu après son arrestation, le parquet de la République de Rome obtient un déplacement de la procédure. Dès le printemps suivant, le procureur de Rome obtient une remise en liberté du général Miceli. De 1976 à 1987, il est député du MSI-DN. Il meurt à Rome en décembre 1990. En 1981, son nom a été retrouvé dans la liste des affiliés à la loge maçonnique P2.

MIGNEMI Giuseppe — ingénieur de Catane, conseiller des prud’hommes de l'Association siculo-arabe et cofondateur de l’Organisation pour la libération de la Sicile en 1975. Il effectue régulièrement des voyages à Tripoli afin de négocier des financements pour l’OLS, et entreprend des négociations avec Yasser Arafat pour une collaboration entre la Sicile et l’OLP.

MILAZZO Silvio — en 1958, il accède à la présidence de la Région Sicile grâce à une alliance très hétérogène (extrême droite, extrême gauche et dissidents de la Démocratie chrétienne). Après son succès, d’aucuns affirment qu’il peut briser le consensus dont bénéficie la DC. Il s’agit là d’une première expérience, qui anticipe la tentative de Mario Foligni avec le NPP. En 1975, il dirige le Mouvement indépendantiste sicilien et a de nombreux contacts avec le Monde arabe. Dans le dossier Mi.Fo.Biali, Mario Foligni affirme qu’il s’est rallié au NPP.

MINTOFF Dom — premier ministre de Malte de 1955 à 1958 puis de 1971 à 1984. De 1949 à 1984, il dirige le Parti travailliste maltais. Le dossier Mi.Fo.Biali révèle de nombreux contacts entre Mario Foligni et le général Miceli. Il est impliqué dans les trafics d’armes et de pétrole entre l’Italie et la Libye. Il meurt le 20 août 2012.

MINTOFF Paul, Père Dionisio — frère du Premier ministre maltais Dom Mintoff, prélat de l’Église chrétienne. L’affaire Mi.Fo.Biali révèle qu’il entretient des contacts réguliers avec Mario Foligni et Roberto Jucci, et qu’il participe aux négociations liées à l’importation illégale de pétrole par Giuseppe Morelli en 1975.

MIRABILE Giuseppe — avocat du NPP, il est de sensibilité communiste et connaît personnellement Mario Foligni.

MONTI Attilio — directeur du Groupe Monti, il est le bénéficiaire d’une opération de grande ampleur prévoyant l’importation de 20 millions de tonnes de pétrole brut libyen. L’opération, conduite personnellement par Mario Foligni par l’intermédiaire de l’ambassade de Libye à Rome, prévoit le paiement de pots-de-vin pour le NPP à travers des virements bancaires auprès de l’Anstadt, une banque suisse.

MORELLI Giuseppe — né en 1938, résidant à Parme, c’est un riche commerçant de pétrole du groupe Monti. Titulaire de la société Pargas italiana petroli dont le siège est à Rome, il constitue une société ad hoc à Malte pour bénéficier d’un accord avantageux prévoyant l’achat de pétrole brut libyen par l’intermédiaire de Malte. Pour « remercier » Mario Foligni de lui avoir permis de conclure ce contrat, il soutient financièrement son parti politique, le NPP, dont il est membre occulte.

MORO Aldo — professeur de droit, député, secrétaire de la Démocratie chrétienne (1959-1963). Il est cinq fois président du Conseil entre 1963 et 1968, et entre 1974 et 1976. En 1969, il lance la « stratégie de l’attention » à l’égard des communistes italiens, ce qui aboutit au « compromis historique ». Il dirige longtemps le ministère des Affaires étrangères (1969-1972 puis 1973-1974) et y mène notamment une politique favorable aux pays arabes, prenant position pour la défense des droits du peuple palestinien (il est notamment l’auteur du « lodo Moro »). Vis-à-vis de Kadhafi, il recherche des compromis mais ne parvient pas à comprendre la stratégie du leader libyen. Il surestime l’importance de l’Italie dans l’économie libyenne et croit en vain pouvoir bénéficier d’une médiation de l’Égypte. Bien qu’étant favorable à la vente d’armes à l’ancienne colonie, il recommande une grande prudence. En 1978, il est enlevé par les Brigades rouges. Le 9 mai 1978, au terme d’une captivité de 55 jours, il est exécuté.

MUGARIEFF (el-), Mohammed — officier de l’Armée libyenne, il participe au coup d’État de 1969 aux côtés du capitaine Muammar el-Kadhafi.

MOKHTAR (el-) Omar — originaire de Cyrénaïque, il est considéré comme un héros national, symbole de la résistance libyenne contre la colonisation de l’Italie fasciste. En 1931, il est arrêté par l’armée italienne et mis à mort.

MUSSELLI Bruno — pétrolier implanté dans le Nord de l’Italie. Les enquêtes judiciaires démontrent que ses sociétés constituent le centre névralgique de la contrebande de pétrole dans les années soixante-dix. En 1957, il fonde la Bitumoil, avec laquelle il entreprend son activité frauduleuse. Il détient aussi la société Costieri alto adriatico, également centrale dans le système de fraudes. Il est associé à Vincenzo Gissi et Salvatore Galassi, ainsi qu’à Sereno Freato. Ses bénéfices lui servent également à financer le courant politique d’Aldo Moro.

NAJM Mohammed — major de l’armée libyenne, il préside le tribunal militaire spécial constitué pour juger 32 personnes impliquées dans un complot contre le colonel Kadhafi. En 1970, il est nommé ministre des Affaires étrangères, charge qu’il ne conserve que durant deux mois. En raison de son jeune âge, l’on nomme Mansour el-Kikhia comme sous-secrétaire de ce ministère. Celui-ci le remplace dès le début de l’année 1972 à la tête des Affaires étrangères.

NASR Youssef Sobbi — Jordanien d’origine palestinienne, étudiant à l’Université de Catane. Il sert de relais entre les indépendantistes siciliens et l’Union socialiste arabe de Libye (dont le secrétaire est Ahmed Chehati). C’est notamment par son intermédiaire que Giuseppe Mignemi peut, au nom de l’OLS, entreprendre des voyages à Tripoli pour négocier des fonds.

NASSER Gamal Abdel — général de l’armée égyptienne, il dirige son pays jusqu’en 1972, date à laquelle il meurt, victime d’une attaque cardiaque. Il est un exemple et une source d’inspiration pour le capitaine (puis colonel) Muammar el-Kadhafi.

NIUTTA Ugo — conseiller d’État et étroit collaborateur d’Enrico Mattei et d’Eugenio Cefis. Après avoir travaillé à l’ENI, il est nommé conseiller de la Cour des comptes. En septembre 1975, il devient président de l’Ente per la cinematografia e lo spettacolo. Le dossier Mi.Fo.Biali révèle qu’il connaît le colonel Trisolini, le général Giudice et le général Miceli. En 1984, il se suicide dans des circonstances qui n’ont jamais été éclaircies.

ORTOLANI Umberto — ancien président de l’INCIS, il est présenté dans le dossier Mi.Fo.Biali comme ayant d’excellents rapports avec les hauts représentants de la Démocratie chrétienne. Il est ami de Vito Miceli. Membre de la loge maçonnique P2, au sein de laquelle il semble avoir détenu une place importante.

PALMIOTTI Bruno — secrétaire du député démocrate-chrétien Mario Tanassi et membre de la P2.

PECORELLI Carmine — dit « Mino ». Né en 1928 à Sessano (Molise). Pendant la seconde guerre mondiale, il s’engage comme « volontaire de la guerre de Libération » auprès de l’armée polonaise. À la fin de la guerre, il obtient un diplôme en droit à Rome. Il travaille pour la revue Mondod’Oggi avant de créer sa propre agence, Osservatore politico, en 1968. Son parcours de journaliste est pour le moins obscur : ayant ses sources au sein du SID, il se sert des informations brûlantes dont il dispose comme chantage et est certainement payé par le général Vito Miceli pour attaquer certains officiers. Atlantiste et anti-communiste convaincu, il dénonce comme « scandale du régime » les négociations sur les armes et le pétrole, en 1972, et attaque Giulio Andreotti, considéré comme le parrain de l’initiative. En 1978-1979, il commence à divulguer le dossier Mi.Fo.Biali. Le 20 mars 1979, juste avant la publication (annulée) d’un numéro d’Osservatore politico intitulé « les chèques du président », dédié aux pots-de-vin reçus par Giulio Andreotti, il est assassiné par la Banda della Magliana, un groupe criminel lié à la Mafia et aux services secrets. Giulio Andreotti a été accusé d’avoir commandité le meurtre, mais il est jugé innocent en appel. En 1981, le nom de Pecorelli est trouvé sur la liste des affiliés à la loge P2.

PERTINI Sandro — né en 1896 et membre du Parti socialiste italien, il s’oppose au fascisme dès 1922. Résistant durant la seconde guerre mondiale, il se lance en politique après le conflit, mais n’entre jamais au gouvernement. De 1968 à 1976, il est président de la Chambre des députés, puis président de la République de 1978 à 1985.

PULLARA Giovanni — l’un des douze fondateurs de la Démocratie chrétienne. En 1975, il est invité à rejoindre le NPP afin de donner une image crédible au nouveau parti.

RENDO Mario — chevalier du travail, d’origine sicilienne (Catane). Il s’agit d’un personnage éminent de la finance et de l’industrie du bâtiment siciliennes. Défini par Giuseppe Fava comme un des « quatre chevaliers de l’apocalypse mafieuse » (avec Francesco Finocchiaro, Gaetano Graci et Carmelo Costanzo, tous originaires de Catane), il est probablement le plus riche des quatre. Il est connu pour entretenir des relations de nature commerciale avec les pays de l’Est. Il est très ami de Raffaele Giudice, et est affilié à la loge maçonnique P2. Ses activités font l’objet d’enquêtes judiciaires dans la période précédant de peu l’opération « Mains propres ».

ROMEO Giovanni — général de l’armée italienne, et agent secret. En 1975, il remplace le général Maletti au poste de directeur du bureau « D » du SID. À partir de 1978, il fait partie des plus hauts dirigeants du SISMI.

SADATE (el-) Anouar — successeur du général Nasser à la tête de l’Égypte, en 1972. À l’inverse de son prédécesseur, il défend largement le nationalisme égyptien, laissant au second plan la revendication d’un nationalisme panarabe.

SANTOVITO Giuseppe — général de l’armée italienne. Il est le premier directeur du SISMI, de 1978 à 1981. En 1981, on découvre son nom dans la liste des affiliés à la P2.

SENOUSSI (es-) Idris — nommé à la tête du Royaume-Uni de Libye en 1951 lors de l’indépendance des trois provinces (Tripolitaine, Fezzan, Cyrénaïque), c’est sous son règne que le pays commence à exploiter ses ressources pétrolières. Pour gouverner le pays, il s’appuie sur les grandes familles claniques et laisse se répandre un système de corruption. En 1969, il est renversé par le capitaine Muammar el-Kadhafi.

SIGILLO’ Fortunato — originaire de Campanie, il serait à la tête d’une entreprise milanaise vraisemblablement spécialisée dans la construction de moteurs à réaction. Il est inscrit au NPP. Le dossier Mi.Fo.Biali révèle des contacts avec Mario Foligni, très probablement liés à l’affaire Giuseppe Morelli et à l’importation illégale de pétrole libyen.

TEODORI Massimo — député radical nommé dans la Commission parlementaire d’enquête sur la loge maçonnique P2.

TORCHIA Giorgio — journaliste d’extrême droite, il écrit pour Il Tempo et a des liens avec Mario Foligni.

TRISOLINI Giuseppe — colonel de la Guardia di Finanza, bras droit du général Raffaele Giudice et membre de la P2. Il collabore étroitement avec son supérieur et il est décrit par le lieutenant-colonel Demetrio Cogliandro comme un « élément vénal ». Il meurt en août 1979, c’est-à-dire avant l’ouverture du procès concernant la corruption de la Guardia di Finanza, au cours duquel il est jugé coupable.

VATTA Eugenio — né en Yougoslavie, il est commerçant à Trieste et président de la Chambre de commerce, section économique. En 1975, il fait l’objet de contrôles de la section locale de la Guardia di Finanza, qui découvre qu’il est impliqué dans un trafic illégal d’alcool, importé depuis les pays d’Europe de l’Est, et revendu en Espagne. Afin de protéger ses intérêts, il se lance également dans une affaire de corruption : il promet au colonel Trisolini 200 millions de lires si l’enquête est bloquée. Mais la manœuvre est un échec.

VIEZZER Antonio — officier de l’armée italienne et agent secret. Au début des années soixante-dix, il collabore étroitement avec le général Maletti. Il est soupçonné d’être impliqué dans la divulgation du dossier Mi.Fo.Biali au journaliste Mino Pecorelli, et fait partie de la P2.

VIGLIONE Andrea — chef d’état-major de l’armée de terre (d’avril 1973 à janvier 1975) puis de la défense (de janvier 1975 à février 1978). Il entretient d’excellents rapports avec Mgr Agostino Bonadeo et connaît personnellement le général Giudice et Mario Foligni.

VITALI Aldo — commandant de la Légion de la Guardia di Finanza de Venise, il rédige en janvier 1976 un rapport dénonçant la contrebande pétrolière dont il est témoin. Il est alors muté et déclassé, et aucune enquête n’est engagée à ce sujet.

VLAH Carlo — industriel de Trieste, commerçant de produits pharmaceutiques. Il connaît bien Eugenio Vatta. Lors du contrôle de ce dernier par la Guardia di Finanza, en 1975, c’est lui qui le met en contact, par le biais de son beau-frère, avec le colonel Trisolini.

VOLTOLINI Carlo — beau-frère de Carlo Vlah et propriétaire du logement loué par la famille Trisolini à Florence. Il est l’un des intermédiaires qui permet à Eugenio Vatta d’entrer en contact avec le colonel Trisolini afin de faire obstacle au contrôle fiscal mené par la Guardia di Finanza de Trieste à son encontre.

YUNÈS Abou Bakr — colonel libyen. Il participe à la « révolution populaire » aux côtés du capitaine Muammar el-Kadhafi. Il devient ensuite chef de l’armée de Libye.

© ENS Éditions, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search