Version classiqueVersion mobile

Pétrole et corruption

 | 
Marion Morellato

Conclusion

Texte intégral

1Il apparaît donc au fil de cette étude que les secteurs du pétrole et de l’armement sont le moteur des relations entre l’Italie et la Libye tout au long des années soixante-dix, relations qui évoluent au rythme de la signature des différents accords. L’arrivée au pouvoir de Muammar el-Kadhafi modifie radicalement ces relations, à la fois sur le plan politique par son opposition au néocolonialisme et un discours bien plus agressif que celui de son prédécesseur, et sur le plan économique par la conduite de négociations mêlant pétrole, armements et pots-de-vin versés au pouvoir italien. En 1975, le dossier Mi.Fo.Biali témoigne de la volonté d’acteurs privés d’imiter précisément l’épisode de 1972 dans le but d’obtenir un certain poids électoral. Mais la tentative échoue par manque de soutien des acteurs publics – notamment le SID, qui y fait obstacle. En 1979, les accords avec l’Arabie Saoudite respectent eux aussi ces mêmes logiques. Or, dans l’ensemble de ces affaires, une donnée constante n’est pas à négliger : la présence de Giulio Andreotti. En tant que président du Conseil, il est au premier plan en 1972 comme en 1979. En 1975, il est tenu au courant, mais demeure extérieur à l’affaire : Mario Foligni mène les négociations dans le but précis de pouvoir le concurrencer. Mais justement, l’initiative ne porte pas ses fruits. En ce sens, le dossier Mi.Fo.Biali constitue donc un épisode anecdotique, mais non pas un tournant dans les rapports italo-libyens. Il témoigne d’un certain état des relations commerciales, dont il constitue un temps fort. En réalité, il n’a de répercussions qu’à l’échelle nationale italienne, et de manière inattendue, dans la mesure où il constitue une preuve flagrante à la fois de la corruption et des fréquentations douteuses de Raffaele Giudice, ainsi que de l’omniprésence de la loge maçonnique P2 dans les affaires du pays. C’est en cela qu’il peut ensuite servir de preuve dans le cadre du procès du tribunal de Turin et de la Commission parlementaire d’enquête sur la P2.

2D’une manière plus générale, les relations officielles et officieuses entre l’Italie et la Libye apparaissent comme deux secteurs distincts et évoluant de manière autonome. Mieux encore, il convient d’envisager trois domaines d’interactions entre les deux pays : la politique, l’économie, les relations secrètes. Il apparaît clairement qu’en coulisse, le colonel est largement soutenu par l’Italie. Dès 1970, le SID déjoue une tentative de coup d’État en Libye. De même, en 1975, Mario Foligni n’est pas étranger à l’échec d’une tentative d’assassinat contre le leader libyen. Tout au long de la décennie, l’Italie fournit à son ancienne colonie non seulement des armes, mais également du personnel compétent pour se servir de celles-ci. La guerre contre le Tchad est particulièrement révélatrice à cet égard.

3En parallèle, les échanges commerciaux sont très avantageux pour les deux pays et découlent très certainement du soutien apporté par l’Italie au colonel Kadhafi. L’ENI obtient des concessions pétrolières à des conditions extrêmement intéressantes et des entreprises italiennes sont mises à contribution pour le développement économique de la Libye. À l’inverse, le colonel est le premier dirigeant d’un pays arabe à pouvoir investir directement dans une société italienne en achetant 10 % des parts de Fiat en 1976. En revanche, au niveau politique, aucun véritable partenariat n’est mis en place. Le colonel ne cesse de s’opposer à l’Italie, en particulier sur la question des réparations des dommages subis pendant la période coloniale, pour obtenir le soutien de sa population. L’amitié personnelle entre Giulio Andreotti et Muammar el-Kadhafi a peut-être amené ce dernier à se montrer moins agressif lors des gouvernements Andreotti, de 1976 à 1979. Mais pour autant, rien n’est véritablement construit. La visite du président du Conseil à Tripoli, en 1978, permet certes d’ouvrir un dialogue calme et sincère entre les deux leaders, mais ne débouche sur aucun projet politique commun. Bien qu’elle soit difficile à appréhender, la relation entre les deux hommes semble tout de même avoir été à l’origine d’un certain aspect des relations entre les deux pays. Les bonnes dispositions de Giulio Andreotti face aux exigences du colonel sont évidentes, mais surtout réciproques : dans les années qui suivent la période que nous venons d’étudier, celui-ci fait montre d’un soutien sans faille à l’égard de Giulio Andreotti. Citons notamment les procès engagés en Italie en 1993 : Muammar el-Kadhafi lui aurait ainsi proposé de payer ses dépenses judiciaires. Or, il est probablement le seul homme d’État, dans l’histoire récente, à faire une telle offre à un dirigeant politique d’un autre pays, ce qui en dit long sur les rapports privilégiés qu’entretiennent les deux hommes.

4Mais ces rapports ne débouchent pas sur un partenariat politique. Et face au colonel Kadhafi, le gouvernement de Rome applique une Realpolitik poussée à l’extrême, dissociant totalement les domaines politique et économique. Ce déséquilibre trouve son origine dans la différence de priorités de chacun des dirigeants. Pour l’Italie, la Libye compte parmi les partenaires commerciaux non occidentaux les plus importants. D’autant qu’après l’expulsion de 1970, une nouvelle communauté italienne s’implante progressivement dans l’ancienne colonie. En 1986, alors que le gouvernement de Rome recommande une nouvelle fois aux expatriés de rentrer en Italie, l’on découvre qu’ils sont désormais près de 18 000. Il s’agit de la plus importante communauté italienne résidant sur le continent africain après celle d’Afrique du Sud. Enfin, en raison de la position géographique de l’Italie, ses dirigeants considèrent la politique méditerranéenne – et, partant, le maintien de bonnes relations avec la Libye – comme une priorité. À l’inverse, le colonel Kadhafi est soutenu militairement par l’URSS, en particulier dans les dernières années de la décennie, et ses ambitions politiques s’adressent avant tout au Moyen-Orient et à l’Afrique. La rive nord de la Méditerranée ne constitue pas une priorité et il ne se tourne vers l’Italie que dans la mesure où celle-ci constitue une cible facile à laquelle s’attaquer pour conserver le soutien de sa population. L’étroit partenariat commercial qui se met en place au fil des ans est ainsi rendu possible par la bonne volonté des sociétés italiennes, plutôt que par les besoins de la Libye.

5Le début des années quatre-vingt en est une preuve : les relations entre les deux pays se dégradent progressivement jusqu’en 1986, date à laquelle le colonel Kadhafi lance des missiles sur l’île de Lampedusa – qui manquent heureusement leur objectif –, à la suite de quoi le gouvernement de Rome conseille aux Italiens résidant en Libye de rentrer dans la Péninsule. Dès 1979, il prend en otage des pêcheurs siciliens puis, en 1981, un attentat est commis à l’aéroport Fiumicino de Rome par des terroristes libyens. Il est même probable, si l’on s’en tient aux hypothèses formulées lors des enquêtes judiciaires menées en Italie, que la Libye ait également fourni des armes aux terroristes italiens du groupe Prima Linea (Première Ligne). Rome réagit à cette série de provocations en prenant officiellement ses distances avec l’ancienne colonie, mais demeure extrêmement patiente : la rupture ne sera jamais totale. En 1980, le SISMI déjoue une nouvelle fois une tentative d’assassinat contre le colonel, en prévenant ce dernier qu’une attaque aérienne est prévue contre lui au large de l’île d’Ustica (au nord de la Sicile) le 27 juin 1980, date à laquelle le colonel doit se rendre en Yougoslavie. Selon Rosario Priore, c’est probablement la raison pour laquelle un avion civil aurait été abattu par erreur par un missile français, provoquant la mort de 81 personnes. La même année, Kadhafi pose un ultimatum aux « ennemis de la révolution » : s’ils ne rentrent pas en Libye avant le 11 juin, ils seront exécutés. Or, les enquêtes du juge Rosario Priore démontrent qu’en ce qui concerne l’Italie, le SISMI aurait fourni à Muammar el-Kadhafi la liste des réfugiés libyens résidant dans la Péninsule. Parallèlement, l’année 1981 enregistre des chiffres d’affaire records : l’Italie réalise l’exploit d’avoir une balance commerciale excédentaire dans ses relations avec un pays de l’OPEP. Tripoli importe des marchandises italiennes pour une valeur de 4 800 milliards de lires. La dégradation des rapports entre les deux pays ne concerne donc que le plan politique. L’Italie renouvelle, malgré tout, son soutien infaillible au colonel Kadhafi afin de préserver ses intérêts dans le domaine économique.

6La place de l’île de Malte entre les deux pays ne permet pas non plus un apaisement des tensions. Grâce, notamment, à la volonté de Dom Mintoff de profiter de sa situation géopolitique, Malte devient très vite un territoire neutre entre l’Italie et la Libye, où des agents des deux pays peuvent se rencontrer secrètement pour conclure des affaires commerciales. En 1978, Giulio Andreotti propose d’officialiser cette position grâce à un traité signé par la Libye, la Tunisie, l’Algérie, la France, l’Allemagne et l’Italie, censé assurer la neutralité de l’île. Le 2 août 1980, l’accord est effectivement signé, mais seulement par l’Italie et Malte – les autres s’étant désistés un à un. Outre la promesse d’une aide financière s’élevant à 14 millions de dollars, la Péninsule s’engage unilatéralement à défendre la neutralité de Malte, si nécessaire par la force, ce que le colonel Kadhafi considère comme une menace pour la sécurité de son pays. La théorie du sous-secrétaire aux Affaires étrangères de l’époque, Giuseppe Zamberletti, est particulièrement intéressante : l’étrange simultanéité entre la signature du traité italo-maltais et l’attentat de la gare de Bologne – l’un des plus meurtriers des années de plomb – le pousse à envisager que l’attaque terroriste ait été ourdie par le colonel Kadhafi en représailles contre le traité. Le juge d’instruction Rosario Priore rejette toutefois cette hypothèse : selon lui, il n’est pas logique que le colonel veuille s’en prendre à l’Italie puisque les services secrets italiens lui ont sauvé la vie en faisant échouer l’opération d’Ustica moins de deux mois avant la tragédie de Bologne. Quoiqu’il en soit, le traité italo-maltais n’est pas une réussite puisque le Parlement italien refuse, en 1984, de voter la concession des 14 millions de dollars prévus. De plus, Dom Mintoff ne cherche pas à protéger la neutralité de l’île : dès 1982, il conclut un accord avec l’URSS et bloque ensuite les importations italiennes à cause du déficit de la balance commerciale du pays. Mais surtout, un Traité d’amitié entre Malte et la Libye est signé le 21 novembre 1984, par lequel les deux pays s’engagent dans une collaboration politique, économique et militaire. Dix jours plus tard, le Premier ministre maltais invite les soldats italiens censés contribuer à la tutelle de la neutralité de l’île à quitter le territoire. En 1985, le successeur de Dom Mintoff, Ugo Mifsud Bonnici, tente une nouvelle fois de se rapprocher de l’Italie. Mais le tournant décisif ne s’effectue qu’en 1987, lorsque Malte émet le souhait d’intégrer la Communauté économique européenne : le soutien de la Péninsule devient désormais indispensable.

7Enfin, l’histoire très récente des relations italo-libyennes montre que les logiques des années soixante-dix sont toujours à l’œuvre. Après avoir fait l’objet d’un embargo de près de vingt ans, la Libye a retrouvé des interlocuteurs dans le monde occidental en 2005. À partir de cette date, le colonel Kadhafi est reçu à Paris, à Rome, ainsi qu’à Washington, où il est accueilli comme un allié et un partenaire sur le plan commercial. En octobre 2008, il investit de nouveau dans une société occidentale. Il s’agit cette fois de la banque Unicredit, dont il acquiert 4,2 % du capital. Un Traité d’amitié est même signé le 30 août 2008 avec le président du Conseil Silvio Berlusconi, traité par lequel l’Italie accepte finalement de verser 5 milliards de dollars sur une période de 20 ans afin de réparer les dommages subis par la Libye pendant la période coloniale. En échange, le colonel Kadhafi accepte d’empêcher les immigrés clandestins provenant du Maghreb d’arriver en Italie. Il est probable que cette clause comporte des enjeux économiques plus que politiques : il s’agit de relancer le partenariat économique entre les deux pays. Il apparaît que le Traité instaure effectivement un climat de confiance propice aux échanges commerciaux. En avril 2011, le Rete italiana per il disarmo (Réseau italien pour le désarmement) et la Tavola della pace (Table de la paix) dénoncent un accord conclu en 2009, dont les clauses ne sont pas sans rappeler l’affaire Mi.Fo.Biali : la société italienne Beretta aurait fourni des armes légères au colonel Kadhafi pour une valeur de 79 millions d’euros, et la livraison aurait transité par Malte. L’importation a bien été confirmée par le ministère des Affaires étrangères maltais, mais le gouvernement de Rome nie en avoir donné l’autorisation, ce qui rendrait cette opération totalement illégale. Soit la société en question a exporté des armes sans autorisation du gouvernement – mais dans ce cas, les douanes maltaises auraient dû bloquer la fourniture –, soit l’autorisation a été accordée secrètement par un bureau du gouvernement sans que le responsable n’en réfère ni au Parlement ni à l’Union européenne. Enfin, selon les articles publiés dans plusieurs journaux, cette affaire se serait accompagnée d’une commission versée par Beretta au gouvernement italien. Il s’agit là d’une affaire particulièrement grave au regard du conflit qui déchire la Libye au moment où les faits sont révélés. Dans les premiers mois de l’année 2011, en effet, la situation internationale change radicalement. La chute des régimes tunisien et égyptien entraîne une vague de révolte fortement réprimée, qui part de Benghazi avant de s’étendre aux régions alentour. Une guerre civile éclate ainsi en Libye, au cours de laquelle les rebelles se révèlent être aussi bien armés que les autorités. Les nombreux armements fournis par les pays européens (l’Italie en tête, mais également la France) semblent donc avoir servi à alimenter ce conflit. Face à cela, l’Europe et les États-Unis décident, au nom de l’OTAN, d’apporter une aide militaire aux rebelles et se déclarent officiellement opposés au régime du colonel Kadhafi. Cette volteface soudaine soulève de nombreuses polémiques, notamment en Italie. En effet, Silvio Berlusconi est considéré comme un allié et ami du colonel et envoie des avions bombardiers italiens rejoindre, en mars 2011, les troupes de l’OTAN. Le gouvernement de Rome se trouve ainsi dans une situation extrêmement délicate. Résultat, sans aucun doute, de sa Realpolitik. En dissociant totalement économie et politique, l’Italie s’est peut-être engagée dans une impasse. Les entreprises italiennes œuvrant en Libye se sont multipliées et les accords concernant le secteur pétrolier accroissent la dépendance de l’Italie envers son ancienne colonie. Le Traité d’amitié de 2008 a vu Silvio Berlusconi céder sur une question politique, mais pour des raisons purement économiques. Celui-ci se retrouve désormais dans une situation contradictoire. D’une part, il lui faut garantir les intérêts nationaux en Libye, sans lesquels l’économie italienne risque de s’affaiblir. D’autre part, il doit prendre position auprès de ses alliés politiques – l’Union européenne et les États-Unis – contre son partenaire commercial. Outre le discrédit qu’une telle trahison peut apporter au gouvernement de Rome, de graves conséquences peuvent apparaître sur le plan économique. L’Italie, désormais ennemie de la Libye, est particulièrement vulnérable aux sanctions que le colonel Kadhafi pourrait imposer aux entreprises opérant sur son territoire. La chute du régime du colonel, en août 2011, vient changer radicalement la donne. En ayant soutenu les rebelles, l’Italie espère profiter de cette victoire pour maintenir ses relations commerciales avec la Libye, mais dans un premier temps, le gouvernement provisoire libyen semble délaisser cet ancien allié du colonel Kadhafi au profit de la France et de la Grande Bretagne, qui se sont montrées plus promptes à soutenir les rebelles. Aujourd’hui, les relations bilatérales et le statut particulier de l’ENI semblent cependant avoir été rétablis.

8En jetant un regard sur l’ensemble de la période qui a vu le colonel régner sur la Libye, on peut donc faire ressortir des constantes qui sous-tendent de manière permanente les relations entre les deux pays. Du début à la fin, les trafics d’armes et de pétrole liés à des pots-de-vins versés au pouvoir italien sont au fondement de l’entente entre les deux régimes et de l’intérêt que la Libye porte aux entreprises italiennes dans d’autres secteurs de l’économie. Et si les années soixante-dix voient cette tendance s’accentuer, c’est que la politique italienne est mue par des forces occultes qui affaiblissent l’État de droit et facilitent cette dissociation de l’économique et du politique. La P2, les complots visant à renverser le régime, les terrorismes d’extrême droite et d’extrême gauche sont autant d’obstacles à l’application du droit qui favorisent les manœuvres occultes. Le phénomène s’atténue dans les années quatre-vingt en Italie, et les tensions avec la Libye s’accentuent. Pour autant, le fondement de leurs relations ne change pas et se développe même une nouvelle fois au début des années deux mille, lors du retour du colonel sur la scène internationale. À présent que Muammar el-Kadhafi est mort et qu’un nouveau régime se met en place, un grand défi s’annonce pour la Péninsule. Elle devra s’engager dans une lutte de longue haleine pour faire oublier son attitude passée et obtenir les faveurs du nouveau gouvernement, afin de protéger les entreprises présentes sur place et conserver les avantages dont elle bénéficiait.

9On notera tout de même que les difficultés politiques que connaît actuellement le nouveau régime libyen semblent favoriser les anciens partenaires italiens. Le 7 juillet 2012 se tiennent les deuxièmes élections de l’histoire de la Libye. Il s’agit de nommer un nouveau Congrès national dont l’objectif est de doter le pays des instruments démocratiques qui lui manquent : un gouvernement, une Constitution écrite, un système de partis politiques libres et indépendants, des mass media indépendants. Or, depuis le jour des élections, et a fortiori un an plus tard, de violents affrontements secouent le pays. La Cyrénaïque – derrière son leader Ahmed es-Senoussi, petit-neveu d’Idris et emprisonné pendant 31 ans par le colonel Kadhafi – revendique une autonomie qui serait une porte d’accès vers l’indépendance complète. Les chefs de groupes armés ayant pris part à la rébellion contre le colonel refusent pour l’instant de rendre les armes et les utilisent comme monnaie d’échange pour obtenir un poste dans l’armée ou l’administration. De même que des groupuscules armés fidèles au colonel Kadhafi sont encore actifs. Le Congrès est désormais paralysé par l’opposition entre les deux partis les plus importants, l’un laïc (la Coalition des forces nationales, CFN), l’autre issu des Frères musulmans (le Parti justice et construction) et par la décision du CFN de suspendre temporairement sa participation aux travaux quotidiens de l’Assemblée. Dans ce contexte, les partenaires italiens conservent une certaine marge de manœuvre. On note en particulier que dès octobre 2011, l’ENI peut remettre en exploitation un premier gisement de pétrole et non des moindres : il s’agit en effet du gisement d’Abou Attifel obtenu à la suite des négociations de 1972, soit l’un des plus riches gérés par l’ENI. Mais les préoccupations principales de l’Italie ainsi que de l’ensemble de l’Union européenne concernent désormais l’immigration clandestine. Il s’agissait déjà d’un enjeu majeur pour l’Union européenne au début des années deux mille, enjeu dont l’urgence s’est accrue au fil des ans. Le Traité d’amitié de 2008 a réduit considérablement le nombre de passages vers l’île de Lampedusa, mais les combats de 2011 ont eu pour conséquence presque immédiate d’augmenter le nombre de barques s’échouant au large de l’île de Lampedusa. Dans un premier temps, l’on a pu espérer que les migrants décident majoritairement de s’installer en Libye plutôt que de traverser la Méditerranée, dans la mesure où le pays en reconstruction avait grand besoin de main-d’œuvre. Les naufrages spectaculaires de barques à destination de Lampedusa, au début du mois d’octobre 2013, ont cependant rappelé à l’opinion publique européenne l’urgence de cette question : le 3 octobre 2013, une embarcation prend feu, faisant au moins 127 morts et 300 disparus. De toute évidence, l’instabilité chronique que connaît la Libye actuellement ne lui permet pas d’établir de politique de régulation des flux migratoires. Or, dans la mesure où elle se trouve en première ligne pour gérer ces flux, l’Italie se trouve indirectement liée à l’évolution des affaires politiques libyennes. Et puisque l’implantation de l’ENI dans l’ancienne colonie semble durable, il y a fort à parier que la recherche d’une solution raisonnable relative aux contrôles des frontières constitue désormais l’enjeu central dans la construction des relations de l’Italie avec le nouveau régime.

© ENS Éditions, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search