Version classiqueVersion mobile

Pétrole et corruption

 | 
Marion Morellato

III. 1976-1979 : un partenariat privilégié mais menacé par les affaires nationales italiennes

10. 1979 : Italie et Libye dans un contexte de moins en moins favorable

Texte intégral

Mino Pecorelli et le dossier Mi.Fo.Biali

Les relations du journaliste

1La fin des années soixante-dix est marquée par l’histoire du journaliste Carmine Pecorelli, dit Mino. Directeur de l’agence Osservatore politico, il bénéficie de nombreux contacts, notamment au sein du SID, qui lui permettent d’accéder à des informations confidentielles. Ses contacts avec Vito Miceli et Nicola Falde sont attestés, de même que sa brève collaboration avec le capitaine du SID Antonio Maroni et Annibale Ilari – tous deux présents dans le dossier Mi.Fo.Biali pour leurs contacts avec Mario Foligni. Toutefois, sa pratique du journalisme est particulièrement controversée. Il apparaît en effet qu’il publie ses articles à des fins précises. Il semble disposé à se faire payer en amont afin de publier certaines informations ou de soutenir certains acteurs. Ainsi, une conversation de Mario Foligni et Antonio Maroni (ici appelé « Tonì »), le 27 septembre 1975, rapportée dans le dossier Mi.Fo.Biali, nous apprend que Mario Foligni a eu recours à ses services :

  • 1  Note no 44 du dossier Mi.Fo.Biali (2 octobre 1975), p. 16-17, Doc. XXIII no 2 quater / 3 / XXIV, o (...)

Tonì : L’article à publier dans Osservatore politico, il est prêt ? […]
Foligni
 : Oui… mais après, il faut toujours donner de l’argent à Pecorelli, sous le manteau.
Tonì : Oui mais tu m’as dit que tu lui en avais donné beaucoup… […] et tu le lui as donné directement ?
Foligni
 : Non… par l’intermédiaire de Nicola (Falde). De ma part, directement, Pecorelli n’a jamais eu une lire. […]
Tonì : D’accord, mais Pecorelli n’a jamais vu une lire (même par l’intermédiaire de Falde). […] Je te dis seulement que Pecorelli est tout à fait prêt à te soutenir, mais par mon intermédiaire.1

  • 2  Voir S. Flamigni, Le idi di marzo : il delitto Moro secondo Pecorelli, Milan, Kaos, 2006, p. 163-1 (...)

2Le tout est confirmé par les articles parus dans Osservatore politico au cours des semaines suivantes. En effet, le journaliste exprime son soutien au NPP, affirmant que le parti bénéficie d’un large consensus. Le 21 octobre 1975, il dédie même un numéro spécial au parti2.

3À l’inverse, il sait utiliser en aval ses articles pour exercer un certain chantage. Certes, l’ensemble des informations confidentielles qu’il publie, pour surprenantes qu’elles puissent paraître à l’époque, est confirmé dans les années suivantes. Mais à de nombreuses reprises, il ne les évoque que partiellement, et dans le but d’exercer une pression sur les acteurs en question pour en recevoir de l’argent. Ainsi, il publie en 1977 des articles concernant les négociations menées avec la Libye en 1972, à la suite desquels il est d’ailleurs attaqué en justice par le colonel Jucci. Il est vrai qu’il est connu pour utiliser les informations dont il dispose pour exercer une forme de chantage. Plus d’une fois, il publie des articles lourds de sous-entendus que seuls les intéressés peuvent comprendre. Les références au « Noto servizio » l’illustrent parfaitement. Miguel Gotor rappelle en effet :

  • 3  M. Gotor, Il memoriale della repubblica, gli scritti di Aldo Moro dalla prigionia e l’anatomia del (...)

Au printemps 1977, alors que le « Noto servizio » était encore secret, Mino Pecorelli, dont les rapports avec le SID étaient prouvés, montra son existence en le citant trois fois dans ses articles, en référence au trafic de pétrole et d’armes avec la Libye, dans lesquels il rappelait l’implication présumée d’Andreotti et du général Jucci et la tentative de Moro de leur faire obstacle.3

4L’objectif du journaliste est à la fois de dévoiler une partie des informations dont il dispose (le trafic avec la Libye) et de faire comprendre qu’il en connaît davantage (existence du « Noto servizio »).

La publication de Mi.Fo.Biali

  • 4  A. Giannuli, Rapport de consultation technique 47, procédure pénale 91/97 mod. 21, parquet de la R (...)

5Mino Pecorelli prend parti au sein du conflit entre Vito Miceli et Gian Adelio Maletti. Cela le porte à attaquer de manière régulière et injustifiée ce dernier, ainsi que son bras droit, le capitaine Antonio La Bruna. Toutefois, lorsque les deux hommes quittent le SID, le rédacteur en chef d’Osservatore politico se met sur leurs traces, espérant obtenir des informations que Vito Miceli ne peut plus lui procurer. En particulier, dès 1975, il entre en contact avec le capitaine La Bruna et engage une fructueuse collaboration. Il semble en effet, comme l’explique Aldo Sabino Giannuli4, que l’ancien agent du SID lui fournisse les informations concernant les actions Juri et Occhio. Ces dossiers rassemblent les résultats des mises sur écoute du colonel Jucci en 1971 et 1972, c’est-à-dire au moment des négociations avec la Libye. C’est ainsi que Mino Pecorelli parvient à publier les articles que nous avons cités et à accuser le colonel avec une telle précision. Enfin, et surtout, c’est très probablement Antonio La Bruna qui fournit une copie du dossier Mi.Fo.Biali au journaliste.

  • 5  Jour où fut retrouvé le cadavre d’Aldo Moro.
  • 6  « Omnia Finantia est : divisa in partes tres », M. Pecorelli, OP, 9 mai 1978, cité par F. Mangiava (...)
  • 7  « Pétrole et mousquet, escroquerie parfaite », M. Pecorelli, OP, 14 mai 1978, cité par F. Mangiava (...)
  • 8  Le premier subit une dégradation licencieuse puisque le cesso désigne, en Italien, le cabinet de t (...)

6Ainsi, après être tombé dans l’oubli pendant deux ans, le dossier Mi.Fo.Biali est enfin révélé publiquement. Dès le 13 novembre 1977, un article paru dans Osservatore politico revient sur la nomination du général Giudice et l’accuse ouvertement de bénéficier de l’influence de ses contacts en Sicile, en particulier du ministre Gioia. Mais c’est entre le 9 mai5 et le 28 novembre 1978 que Mino Pecorelli publie véritablement des extraits du dossier Mi.Fo.Biali. Il consacre tout d’abord un article aux relations du général Giudice. Tous les noms présents dans le dossier du SID y apparaissent, ainsi que les discussions les plus compromettantes. Il convient cependant d’observer que malgré la gravité des révélations, Mino Pecorelli demeure fidèle à ses propres contacts : ni Vito Miceli ni Nicola Falde ne sont cités dans cette affaire. Le journaliste va jusqu’à échanger certains noms pour couvrir ses collaborateurs. Ainsi, la discussion de Mario Foligni et Antonio Maroni sur les contacts de ce dernier et du général Giudice avec la mafia sicilienne, en septembre 1975, est presque entièrement retranscrite. Cependant, ici, c’est Antonio Chiappalone (c’est-à-dire le prénom de l’agent du SID et le nom de Saverio Rino Chiappalone, collaborateur d’Antonio Maroni) qui donne la réplique à Mario Foligni6. De même, les contacts entre ce dernier et Vito Miceli sont dissimulés : Mino Pecorelli rapporte en détails, dans un article du 14 novembre 1978, l’affaire du pétrole négocié sur l’île de Malte. Or, là où Demetrio Cogliandro relève, le 22 mai, une entrevue de Mario Foligni avec l’ancien responsable du SID pour le tenir informé des négociations, le directeur d’Osservatore politico écrit à l’inverse que l’idéologue du NPP a rencontré le général Giudice7. Citons également les notes concernant Paul Mintoff et ses contacts en Italie. Dans l’article de Mino Pecorelli, le repas organisé par Mgr Abu-Moh pour le frère du Premier ministre maltais, le 9 juin 1975, est bel et bien évoqué, ainsi que la liste des autres invités : Mgr Bonadeo, sa nièce Assunta et Mario Foligni. Mais là encore, le général Miceli n’apparaît pas. Enfin, les noms évoqués sont parfois modifiés, vraisemblablement dans une optique moqueuse. Dans l’affaire Vatta, le colonel Trisolini et son interlocuteur Carlo Voltolini deviennent respectivement « Gridolini » et « Voltoncini ». De leur côté, Duilio Di Censo est renommé « Di Cesso », et Donato Lo Prete devient « Lo Frate »8.

  • 9  M. Pecorelli, OP, 9 mai 1978, cité par F. Mangiavacca, Memoriale, ouvr. cité, p. 392.
  • 10  P. Gosso, Sentence de renvoi en jugement, doc. cité, p. 123.

7Malgré ces quelques modifications, la publication du dossier est fidèle, parfois accompagnée de détails supplémentaires (notamment à propos du séparatisme sicilien). Mino Pecorelli insiste tout particulièrement sur les relations du général Giudice, qu’il définit notamment comme « la créature d’Andreotti et d’Evangelisti, [maintenant des contacts] avec le maître très vénérable Licio Gelli »9. Ainsi, il contribue grandement à discréditer le commandant général de la Guardia di Finanza, qui se résigne à démissionner en novembre 1978. Le juge d’instruction Pier Giorgio Gosso remarque également, dans sa sentence de renvoi en jugement du 19 mars 1982, que de facto, Raffaele Giudice et Giuseppe Trisolini donnent raison au journaliste. En effet, se disant indignés, ils manifestent au général Floriani et au colonel Alvino leur intention d’attaquer Mino Pecorelli en justice. Cependant, tous deux s’abstiennent d’une telle initiative : « Signe, là aussi, qu’ils savaient bien qu’ils n’avaient pas vraiment la conscience assez tranquille pour se sentir en mesure de répliquer, preuves à l’appui, contre les accusations journalistiques qui circulaient à leur encontre. »10

  • 11  Voir G. De Lutiis, I servizi segreti in Italia, ouvr. cité, p. 310.

8Le journaliste évoque également l’amitié du général avec le procureur de la République Achille Gallucci. Or, en octobre 1980, celui-ci propose justement d’imposer le secret d’État sur le dossier Mi.Fo.Biali, afin d’empêcher toute étude approfondie. Mais la requête n’est pas acceptée par le président du Conseil (Arnaldo Forlani) et le dossier peut être acquis de plein droit par le tribunal de Pérouse dans le cadre du procès sur la mort du journaliste11.

L’assassinat de Mino Pecorelli

  • 12  G. Maletti, dans A. Sceresini et al., Piazza Fontana: noi sapevamo, ouvr. cité, p. 188.
  • 13  Condamné à vingt-quatre années de réclusion par le tribunal de Pérouse en première instance, il es (...)
  • 14  Il est également assassiné, en 1982 à Palerme.

9Mino Pecorelli est, en effet, assassiné le 20 mars 1979. Les raisons de ce crime demeurent obscures, car le journaliste vient de révéler – ou est sur le point de le faire – plusieurs affaires qui pourraient engendrer un tel acte. Comme le rappelle Gian Adelio Maletti dans Piazza Fontana : noi sapevamo, la manière dont il est tué est à elle seule très révélatrice : « Mino Pecorelli a été tué à la “mode mafieuse” : un coup de pistolet dans la bouche, qui, si on traduit, signifie : “maintenant, tu ne parles plus”. »12 La divulgation du dossier Mi.Fo.Biali est envisagée comme un mobile possible du crime : il s’agirait alors d’une vengeance de la part des responsables de la Guardia di Finanza, ou de la P2, à qui le journaliste a causé bien des ennuis. L’hypothèse est toutefois rapidement écartée par le tribunal de Pérouse. En revanche, Giulio Andreotti (président du Conseil au moment de l’assassinat) est désigné comme le commanditaire du meurtre, bien que l’accusation n’ait jamais été prouvée13. Il est vrai que le président du Conseil fait l’objet de nombreuses attaques du journaliste. Notons en particulier un numéro spécial d’Osservatore politico intitulé « Les chèques du Président », qui devait paraître quelques jours après le meurtre et dont la couverture a été retrouvée à l’imprimerie, dépouillée de ses pages intérieures. Enfin et surtout, il publie de nombreux articles à propos de l’assassinat d’Aldo Moro. Il apparaît clairement que Mino Pecorelli a découvert – probablement par Carlo Alberto Dalla Chiesa14 – que son mémoire était incomplet. Or nous avons vu que le président du Conseil en est peut-être responsable.

10Quoi qu’il en soit, le dossier Mi.Fo.Biali est retrouvé dans le bureau du journaliste : l’original ayant été détruit, il demeure l’unique exemplaire de l’enquête effectuée par Demetrio Cogliandro. Un mois après le meurtre, un procès est ouvert par le parquet de la République de Rome à l’encontre du général Maletti, ainsi que des capitaines La Bruna et Viezzer, tous trois accusés d’avoir soustrait le dossier aux autorités compétentes : ils sont jugés coupables mais leurs peines ne sont pas appliquées.

L’affaire ENI-Petromin

11Les derniers mois du gouvernement Andreotti V sont marqués par un nouveau scandale pétrolier. Au début de l’année 1979, l’Iran – devenu le principal fournisseur de brut de l’Italie – est le théâtre d’une Révolution islamique qui porte au pouvoir l’ayatollah Khomeiny. L’événement provoque de fortes oscillations du prix du pétrole brut, marquant ainsi le début du second choc pétrolier.

  • 15  Audition de G. Mazzanti devant la cour d’assises de Rome, 1er décembre 1993, cité par S. Flamigni, (...)

12Afin de pallier les difficultés d’approvisionnement, le gouvernement italien nomme, à la fin du mois de janvier, le socialiste Giorgio Mazzanti à la présidence de l’ENI (en remplacement de Pietro Sette). Il est chargé de rechercher de nouvelles sources « à n’importe quel prix, à n’importe quelles conditions, à n’importe quels endroits »15. Dès février, des négociations sont ouvertes avec le gouvernement saoudite. Le contrat, signé le 12 juin 1979, prévoit la vente par Petromin, la firme nationale, de 91 millions de barils de brut fournis sur une période de 3 ans, au prix de 18 dollars par baril (le prix courant étant, à ce moment-là, de 21,75 dollars). Cet accord soulève toutefois de nombreuses contestations. À commencer par le fait que, pour la première fois, l’Arabie Saoudite fournit directement un pays occidental sans passer par Aramco (le consortium international des grandes compagnies multinationales américaines, dominant le marché), ce qui risque de susciter de fortes réactions chez les « Sept sœurs ».

13Mais surtout, l’accord est accompagné de pots-de-vin considérables versés aux autorités italiennes, qui sont bien vite révélés à l’opinion publique. En effet, l’ENI s’engage à verser un dessous-de-table correspondant à 7 % de la valeur totale du contrat – soit près de 200 millions de dollars – à une mystérieuse société nommée Sophilau, née après la signature du contrat et domiciliée au Panama. Ce contrat n’est donc pas sans rappeler les négociations menées avec la Libye en 1972. Il existe en effet de nombreux points communs entre les deux épisodes, à commencer par la place de Giulio Andreotti à la tête du gouvernement italien. L’accord de 1979 est signé selon les mêmes logiques : les autorités politiques facilitent le contrat signé par l’ENI et s’en trouvent « remerciées » par des dessous-de-table si considérables qu’ils risquent de détruire l’équilibre des forces politiques. Sergio Flamigni note en particulier que l’ENI présente, le 10 juillet 1979, une autorisation de paiement du « maxi-pot-de-vin » auprès du gouvernement démissionnaire Andreotti V. Il s’agit là d’une circonstance particulièrement inquiétante : la demande est effectuée directement auprès du pouvoir exécutif, comme si le versement de dessous-de-table constituait une procédure régulière et légale.

  • 16  S. Flamigni, Trame atlantiche, ouvr. cité, p. 330.

14De plus, l’un des liens les plus directs entre ces deux affaires est certainement à rechercher dans les négociations menées par Mario Foligni en 1975. En effet, nous avons vu qu’au dernier moment, le colonel Kadhafi avait redirigé Attilio Monti vers l’Arabie Saoudite : c’est précisément la société Petromin qui doit se charger de fournir le pétrole promis par le leader libyen. En cela, l’accord pétrolier révélé par le dossier Mi.Fo.Biali est bel et bien un intermédiaire important entre les deux affaires. Il n’est d’ailleurs pas anodin d’observer que, si l’on s’en tient aux propos d’Umberto Ortolani, cité par Sergio Flamigni dans Trame atlantiche, l’opération en faveur de l’ENI doit être suivie d’une seconde série de pourparlers incluant le groupe Monti16. Ceux-ci ne sont toutefois jamais ouverts, car le scandale est révélé trop rapidement : dès le 5 décembre 1979, l’Arabie Saoudite suspend la fourniture et le président de l’ENI est remplacé.

15Il est vrai que le contrat ENI-Petromin a été signé dans un contexte tout à fait particulier. Tout d’abord, le président du Conseil, Giulio Andreotti, perd l’appui du PCI au début de l’année, ce qui mène, à terme, à la dissolution du Parlement et aux élections législatives anticipées du 3 juin, qui marquent un renforcement de la Démocratie chrétienne (38 %) face au Parti communiste (30,4 %). Le Parti socialiste italien, quant à lui, consolide sa position mais demeure en proie à des luttes intestines : Bettino Craxi, fervent anti-communiste, a été désigné secrétaire en 1976. Mais en 1979, ses opposants de l’aile gauche, Claudio Signorile en tête, menacent de lui retirer leur soutien. Or, lors de sa nomination à la tête de l’ENI, Giorgio Mazzanti est soutenu par Claudio Signorile et Giulio Andreotti – avec lequel le secrétaire du PSI est en conflit. Toutefois, le vice-président, Leonardo Di Donna, est l’homme de Bettino Craxi. Ce dernier est donc tenu au courant des accords avec l’Arabie Saoudite et il menace d’en divulguer les parts d’ombre. Enfin, la P2 est une fois de plus omniprésente et il convient de noter en particulier l’adhésion à la loge de Giorgio Mazzanti en novembre 1979, en raison des pressions de Licio Gelli qui menace lui aussi de révéler l’affaire. Mais on remarque surtout que l’ensemble des acteurs principaux de cette opération appartient à la P2 : outre Giulio Andreotti, dont les liens avec la P2 demeurent obscurs, l’on peut citer Gaetano Stammati (ministre du Commerce extérieur, qui joue un rôle de premier plan), Leonardo Di Donna, Francesco Malfatti Di Montetretto (secrétaire général de la Farnesina), Umberto Ortolani, ainsi que le général Giuseppe Santovito, responsable du SISMI (services secrets militaires italiens, ayant remplacé le SID), qui envoie le colonel Stefano Giovannone (collaborateur d’Umberto Ortolani au sein de l’Ordre de Malte) au Moyen-Orient pour faciliter les contacts entre les responsables italiens et saoudiens.

16Ainsi, les affaires de corruption liées au pétrole qui marquent les années soixante-dix apparaissent comme une preuve de la consolidation progressive de la loge maçonnique. En effet, si, en 1972, il s’agit avant tout d’une affaire commerciale rassemblant des personnes désireuses de faire du profit, les accords de 1975 permettent à la P2 de se renforcer et de jouer un rôle de fond, mais sans apparaître au centre des négociations. Vito Miceli, Giuseppe Trisolini, Raffaele Giudice sont au premier plan, et tiennent Licio Gelli informé de l’évolution de l’affaire, mais ce dernier n’y tient aucun rôle actif. À l’inverse, en 1979, l’ensemble des protagonistes y est affiliés, et Licio Gelli est alors plus qu’un simple observateur. Mais le scandale ENI-Petromin constitue également un tournant dans la mesure où l’ensemble des acteurs ayant pris part aux négociations pétrolières de la décennie vont très vite être écartés du pouvoir. Giulio Andreotti quitte son poste de président du Conseil, la loge de Licio Gelli est découverte deux années plus tard, Giorgio Mazzanti doit bien vite démissionner. Il est important, enfin, de remarquer qu’ici, la Libye n’est pas impliquée. Certes, les relations italo-libyennes sont tout à fait prospères sur le plan économique, et le partenariat entre les deux pays ne faiblit pas. Mais comme nous le verrons, le leader libyen se trouve de plus en plus isolé dans le bassin méditerranéen, rendant difficiles des transactions aussi délicates.

L’isolement de Muammar el-Kadhafi

Les provocations du colonel

  • 17  G. Fasanella, R. Priore, Intrigo internazionale, ouvr. cité, p. 169.

17Sur le plan international, la fin de la décennie marque un isolement accru du leader libyen. En effet, les tensions grandissent dans le bassin méditerranéen et, d’une manière plus générale, avec les puissances occidentales. Le colonel Kadhafi entre en guerre avec trois de ses voisins (Tunisie, Égypte, Tchad). Ensuite, l’Union soviétique – devenue son principal protecteur – se détourne temporairement de la Libye après l’invasion de l’Afghanistan en 1979. La même année, la campagne pour les élections présidentielles américaines est lancée : le président sortant, Jimmy Carter, y est mis en difficulté, notamment à cause de son indulgence vis-à-vis de la Libye. Il est vrai que le 2 décembre 1979, l’ambassade des États-Unis à Tripoli est attaquée, rendant le sujet particulièrement sensible. En conséquence, dès le 29 décembre, la Libye est inscrite sur la liste des pays responsables du terrorisme d’État élaborée par le département d’État américain. Notons également que le colonel Kadhafi provoque une forte hostilité de la France – notamment en raison du conflit avec le Tchad. Rosario Priore explique à ce sujet qu’en 1977, le président français, Valéry Giscard d’Estaing, convient même avec Anouar el-Sadate d’un plan visant à renverser le colonel libyen17. L’opération n’a cependant pas lieu car les États-Unis, d’abord favorables, s’opposent finalement à une opération qui risque d’accroître l’instabilité dans le Bassin méditerranéen. Enfin, le 4 août 1979, Giulio Andreotti, partenaire privilégié du colonel, quitte durablement le gouvernement de Rome au profit de Francesco Cossiga.

  • 18  A. Del Boca, Gheddafi, ouvr. cité, p. 138.

18Parallèlement, le colonel Kadhafi relance les polémiques vis-à-vis de l’Italie. Comme l’explique Angelo Del Boca, il se trouve désormais isolé, déçu dans ses projets d’expansion, et cherche une cible facile et adaptée à ses objectifs afin de conserver le soutien de la population libyenne18. Ainsi, dès le début de l’année 1979, il rappelle au ministre italien des Affaires étrangères, Franco Maria Malfatti, lors de sa visite à Tripoli, qu’il n’a en rien renoncé à sa demande de réparations pour les dommages subis pendant la période coloniale. Il annonce même qu’il compte subordonner son voyage officiel en Italie – pourtant annoncé depuis plusieurs mois – au règlement de ce problème. Mais l’épisode le plus fort, marquant une prise de distance de la Libye vis-à-vis de la Péninsule, a lieu en mars 1979. Vingt-trois pêcheurs de Mazara del Vallo (Sicile) sont arrêtés et incarcérés à Tripoli pour être entrés sans autorisation dans les eaux territoriales libyennes. Au mois d’août, le colonel offre de les libérer en échange de l’extradition en Libye des opposants au régime exilés en Italie – proposition évidemment refusée.

  • 19  G. Fasanella, R. Priore, Intrigo internazionale, ouvr. cité, p. 174-175.

19Face à lui, l’Italie devient moins coopérative : la mort d’Aldo Moro et la fin de la présidence de Giulio Andreotti ont fait perdre au colonel ses deux principaux interlocuteurs. Nous l’avons déjà évoqué, le « lodo Moro » est remis en question après la disparition de son auteur, ce qui provoque une nouvelle division des services secrets italiens entre courant pro-arabe et courant pro-israélien. Les premiers demeurent fidèles à la politique du député démocrate-chrétien, tandis que les seconds se montrent plus hostiles à toute collaboration avec les responsables du terrorisme palestinien. L’opération d’Ortona est particulièrement révélatrice de cette évolution. En novembre 1979, trois représentants d’Autonomia operaia romana (Autonomie ouvrière romaine) sont interceptés à Ortona alors qu’ils transportent deux missiles de fabrication bulgare. Cela mène également à l’arrestation d’Abou Anzeh Saleh (responsable pour l’Italie du Front populaire pour la libération de la Palestine) et suscite une protestation officielle de la part des Palestiniens : l’opération d’Ortona viole ouvertement le « lodo Moro ». Rosario Priore explique en outre que les missiles sont probablement commandés par la Libye à la Bulgarie dans le but d’organiser un attentat contre Anouar el-Sadate19. Il apparaît ainsi que l’action est menée par le courant pro-israélien des services secrets afin de signifier aux interlocuteurs d’outremer que le « lodo Moro » n’est plus valable. Dès lors, le colonel Kadhafi semble abandonné même par ses alliés italiens. Notons cependant que le partenariat italo-libyen demeure stable : les intérêts italiens auprès de l’ancienne colonie sont désormais trop importants pour envisager un véritable recul.

Kadhafi et le Tchad : un exemple du soutien infaillible apporté secrètement par l’Italie

  • 20  Ibid., p. 158-161.
  • 21  Territoire au nord du Tchad, considéré par le colonel comme territoire libyen. Le contentieux remo (...)

20Ainsi, malgré un contexte de moins en moins favorable, l’Italie demeure patiente et ne cesse de soutenir Muammar el-Kadhafi, au moins secrètement. En particulier, le juge Rosario Priore rappelle, dans Intrigo internazionale20, le rôle fondamental joué par la Péninsule dans le conflit entre la Libye et le Tchad. Après une première attaque en 1973, visant à annexer la bande d’Aouzou21, le colonel autorise, durant l’été 1979, la Légion islamique à occuper les points les plus stratégiques du territoire tchadien, bouleversant ainsi le contrôle de la France sur son ancienne colonie. Afin de défendre le territoire, Paris déploie des forces considérables, que les Libyens cherchent à intercepter grâce à une aéronautique bien entraînée et équipée. Or, précisément, quelques mois avant le conflit, la société italienne Siai-Marchetti a vendu à la Libye des avions d’entraînement. Parallèlement, des pilotes « enrôlés » par l’Aereo leasing italiana (ALI), société fournissant des services dans le secteur aérien, sont envoyés à Tripoli. En réalité, comme l’explique Rosario Priore, ALI est une société de couverture pour les services secrets italiens, dont dépendent de nombreux officiers et sous-officiers libérés de leurs services militaires et recrutés par une agence romaine œuvrant pour le compte du gouvernement libyen. Citant la sentence de renvoi en jugement du procès qu’il mène à ce sujet, le juge affirme :

  • 22  Ibid., p. 161.

Il apparaît également, selon de nombreux textes, qu’après le début des hostilités entre la Libye et le Tchad, les autorités libyennes demandèrent aux responsables de Siai-Marchetti la mise à disposition de pilotes ALI afin d’accompagner à la frontière libyenne, et dans la zone des opérations, les élèves récemment habilités à voler et peu exercés en matière de navigation, afin d’effectuer des missions opérationnelles dans les territoires occupés et d’apporter un appui logistique avec des spécialistes de l’entreprise auprès des bases opérationnelles de l’intérieur du territoire tchadien. Selon les dires des personnes interrogées, ces dernières demandes furent refusées par la société, mais acceptées individuellement par quelques employés, en échange de compensations généreuses.22

  • 23  Réseau de radar de l’OTAN protégeant l’ensemble de l’espace aérien européen, de la Turquie à la No (...)

21Il est bien évident que si les autorités italiennes avaient couvert officiellement ces requêtes, l’Italie aurait alors ouvertement pris part au conflit, aux côtés de la Libye et contre la France – hypothèse tout à fait inenvisageable. Mais l’envoi d’officiers « à titre individuel » traduit bien un réel soutien de la part de la Péninsule. Rosario Priore rappelle également que les enquêtes de la magistrature italienne certifient que les Italiens, vraisemblablement dans le cadre du « lodo Moro », ont depuis longtemps désigné aux autorités libyennes les couloirs aériens surplombant l’Italie dans lesquels le système Nadge23 est inopérant. De la sorte, les avions de chasse libyens peuvent traverser sans danger le pays (bien que cela leur soit officiellement interdit) pour des ravitaillements et des réparations à Venise ou en Yougoslavie.

22De nombreux éléments contribuent donc à modifier le contexte politique dans lequel évoluent les relations entre l’Italie et la Libye. À cet égard, l’année 1979 est particulièrement importante : la Libye se trouve isolée à l’échelle internationale, les principaux interlocuteurs et protecteurs italiens du colonel Kadhafi sont écartés de la scène politique. De plus, une série de révélations, de la publication des accords de 1972 dans Osservatore politico en 1977 au dossier Mi.Fo.Biali en 1978, en passant par la mort de Mino Pecorelli, et le scandale ENI-Petromin en 1979, force l’Italie à prendre officiellement ses distances avec l’ancienne colonie. La relation privilégiée entre les deux pays n’est pas affaiblie pour autant puisque l’Italie poursuit secrètement ses efforts pour soutenir militairement la Libye.

Notes

1  Note no 44 du dossier Mi.Fo.Biali (2 octobre 1975), p. 16-17, Doc. XXIII no 2 quater / 3 / XXIV, ouvr. cité, p. 308-309.

2  Voir S. Flamigni, Le idi di marzo : il delitto Moro secondo Pecorelli, Milan, Kaos, 2006, p. 163-164.

3  M. Gotor, Il memoriale della repubblica, gli scritti di Aldo Moro dalla prigionia e l’anatomia del potere italiano, Turin, Einaudi, 2011, p. 377.

4  A. Giannuli, Rapport de consultation technique 47, procédure pénale 91/97 mod. 21, parquet de la République de Brescia, mandat du 17 septembre 2002 (documents de La Bruna), p. 61.

5  Jour où fut retrouvé le cadavre d’Aldo Moro.

6  « Omnia Finantia est : divisa in partes tres », M. Pecorelli, OP, 9 mai 1978, cité par F. Mangiavacca, Memoriale di Mino Pecorelli, ouvr. cité, p. 394-396.

7  « Pétrole et mousquet, escroquerie parfaite », M. Pecorelli, OP, 14 mai 1978, cité par F. Mangiavacca, ibid., p. 399.

8  Le premier subit une dégradation licencieuse puisque le cesso désigne, en Italien, le cabinet de toilettes. Pour le second, Mino Pecorelli joue sur le vocabulaire religieux, entre prete, le prêtre, et frate, le moine, le frère (dans l’Église chrétienne). Dans les deux cas, le surnom donné est trop transparent pour nous laisser croire que le journaliste a voulu protéger leur identité.

9  M. Pecorelli, OP, 9 mai 1978, cité par F. Mangiavacca, Memoriale, ouvr. cité, p. 392.

10  P. Gosso, Sentence de renvoi en jugement, doc. cité, p. 123.

11  Voir G. De Lutiis, I servizi segreti in Italia, ouvr. cité, p. 310.

12  G. Maletti, dans A. Sceresini et al., Piazza Fontana: noi sapevamo, ouvr. cité, p. 188.

13  Condamné à vingt-quatre années de réclusion par le tribunal de Pérouse en première instance, il est innocenté par la cour d’appel.

14  Il est également assassiné, en 1982 à Palerme.

15  Audition de G. Mazzanti devant la cour d’assises de Rome, 1er décembre 1993, cité par S. Flamigni, Trame atlantiche, ouvr. cité, p. 328.

16  S. Flamigni, Trame atlantiche, ouvr. cité, p. 330.

17  G. Fasanella, R. Priore, Intrigo internazionale, ouvr. cité, p. 169.

18  A. Del Boca, Gheddafi, ouvr. cité, p. 138.

19  G. Fasanella, R. Priore, Intrigo internazionale, ouvr. cité, p. 174-175.

20  Ibid., p. 158-161.

21  Territoire au nord du Tchad, considéré par le colonel comme territoire libyen. Le contentieux remonte à l’époque coloniale : la bande d’Aouzou, revendiquée à la fois par l’Italie et la France, fait l’objet d’un accord, le 7 janvier 1935, par lequel Pierre Laval la cède à l’Italie de Mussolini. C’est pourquoi, de nombreuses années plus tard, le colonel Kadhafi refuse de la considérer comme territoire tchadien. Il est vrai que cette étendue de pierre et de sable, longue de 114 km, est extrêmement riche en uranium.

22  Ibid., p. 161.

23  Réseau de radar de l’OTAN protégeant l’ensemble de l’espace aérien européen, de la Turquie à la Norvège.

© ENS Éditions, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search