Version classiqueVersion mobile

Pétrole et corruption

 | 
Marion Morellato

III. 1976-1979 : un partenariat privilégié mais menacé par les affaires nationales italiennes

9. Une période dorée pour les relations italo-libyennes

Texte intégral

Des relations économiques florissantes

Mi.Fo.Biali : une conséquence directe des accords de 1974 ?

  • 1  A. Del Boca, ouvr. cité, p. 134.

1Mariano Rumor et Abdessalam Jalloud signent, en 1974, un accord-cadre pour la coopération entre l’Italie et la Libye. Cela entraîne une accélération des relations économiques entre les deux pays. Outre les ventes d’armement qui se poursuivent, de nombreuses entreprises peuvent s’implanter dans l’ancienne colonie, en particulier dans le secteur du bâtiment. La construction d’édifices publics de Tripoli, habitations, égouts et installations de dépuration à Sebha, Hon, Socna, Uaddan, est confiée à des sociétés italiennes. Angelo Del Boca, rappelant que le partenariat économique entre les deux pays est particulièrement florissant, affirme : « À la moitié des années soixante-dix, la Libye est désormais devenue pour l’Italie le pays de cocagne où il y a des commandes à foison et où les paiements sont d’une ponctualité exemplaire. »1 De la sorte, les tensions politiques internationales de la deuxième moitié de la décennie ne perturbent en rien les échanges entre les deux pays. En juillet 1977, après une guerre de courte durée entre la Libye et l’Égypte, le colonel Kadhafi constitue le « front de la fermeté », qui doit bientôt envenimer les relations déjà conflictuelles au sein du Monde arabe. Parallèlement, le rapprochement d’Anouar el-Sadate avec les États-Unis, qui aboutit aux accords de Camp David et à la reconnaissance d’Israël par l’Égypte, portent le dirigeant libyen à accepter, par opposition, d’ouvrir le dialogue avec l’Union soviétique.

  • 2  Ibid., p. 135.

2Malgré cela, l’année 1978 est des plus fructueuses pour les relations commerciales entre l’Italie et la Libye. Au début de l’année, l’ensemble des contrats en cours, signés par les entreprises italiennes, représente quelque 1 500 milliards de lires, auxquelles s’ajoutent les 1 200 milliards des accords signés durant l’année. On citera en particulier l’énorme contrat de la Snam-Progetti avec la Libyan National Oil Corporation pour la construction à Marsa el-Brega d’une installation, « clés en main », pour la production d’ammoniaque, dont la capacité doit s’élever à 1 000 tonnes par jour. Le tout pour une valeur de 150 millions de dollars. À l’inverse, en 1977, près de 25 % des importations libyennes proviennent d’Italie2. Un partenariat fort et durable a ainsi été mis en place. Le manque de sources nous empêche d’en connaître avec précision les circonstances, mais il semble évident qu’en échange du savoir-faire et des technologies mises à disposition par les Italiens, la Libye assure un approvisionnement en pétrole particulièrement avantageux.

  • 3  « Libye/ENI: la CGIL va-t-elle devoir garantir le flux pétrolier ? », M. Pecorelli, OP, 31 mars 19 (...)
  • 4  M. Vignolo, Gheddafi, ouvr. cité, p. 148.

3Notons tout de même que le colonel Kadhafi ne renonce pas pour autant à ses moyens de pression sur la politique italienne. Dans un article du 31 mars 1977 publié dans Osservatore politico3, Mino Pecorelli rappelle comment les autorités libyennes ont bloqué les travaux de la Saipem, une société associée à l’ENI, pour des raisons politiques. La plateforme pétrolière nommée Scarabée 4, détenue par l’entreprise italienne, est en effet située dans une zone maritime contestée entre la Libye et la Tunisie. Le colonel oblige la Saipem à arrêter les recherches de pétrole, provoquant chez cette dernière une perte d’environ 80 millions de lires par jour. Selon le journaliste, il s’agit là d’un chantage évident, visant à obliger l’Italie à prendre position et à soutenir la Libye dans ce conflit. Mais en dehors de ce genre d’épisodes qui demeurent isolés, on peut affirmer avec Mino Vignolo : « Les intérêts entre l’Italie et la Libye sont désormais si nombreux et si importants qu’un pas en arrière serait extrêmement dommageable pour les deux pays. »4

4C’est donc dans ce contexte qu’il convient d’inscrire les contrats négociés par Mario Foligni et décrits dans le dossier Mi.Fo.Biali. L’échec final de ces accords nous pousse à ne l’envisager que comme un épiphénomène. Mais l’ampleur et le type de contrat apparaissent comme un résultat direct des relations officielles entre les deux pays. L’objectif semble être à la fois de profiter de ce cadre favorable et de prendre part à la contrebande de pétrole opérée au niveau national italien, afin, à terme, de financer le NPP.

Muammar el-Kadhafi, actionnaire de Fiat

  • 5  Voir A. Varvelli, L’Italia e l’ascesa di Gheddafi, ouvr. cité, p. 299.

5L’étape décisive dans les relations commerciales entre l’Italie et la Libye est constituée par l’investissement de capitaux libyens au sein de la firme italienne Fiat, en 1976. Il s’agit là d’une démarche particulièrement audacieuse, et qui inquiète grandement les observateurs occidentaux – rappelons que Fiat compte parmi les plus importants producteurs d’armement italiens, et qu’à cette date la Libye s’est déjà résolument tournée vers l’Union soviétique. Le 1er décembre, le président de Fiat, Giovanni Agnelli, annonce l’entrée des capitaux libyens, correspondant à 9,5 % des actions de l’entreprise : la Libyan Arab Foreign Bank a versé 415 millions de dollars et obtenu deux des quinze sièges au conseil d’administration de Fiat5.

  • 6  Voir A. et G. Mazzuca, La Fiat: da Giovanni a Luca, Milan, Baldini Castoldi Dalai, 2004, p. 323.

6En réalité, l’initiative a été prise dix-huit mois plus tôt par les autorités libyennes, qui cherchent depuis quelques années à investir en Europe. Après avoir essuyé le refus de l’Allemagne puis celui de la France, elles ouvrent des négociations avec Fiat, qui est justement à la recherche de financements6. Les rencontres entre les deux délégations demeurent secrètes jusqu’à la conclusion de l’accord. Dans le monde politique italien, seules trois personnes en sont tenues informées : Giulio Andreotti (président du Conseil au moment de la signature de l’accord), Rinaldo Ossola (ministre du Commerce extérieur) et le comte Aldo Marotta (ambassadeur d’Italie à Tripoli).

  • 7  A. Varvelli, L’Italia e l’ascesa di Gheddafi, ouvr. cité, p. 299.

7Arturo Varvelli propose ainsi de mettre en relation le silence de Giulio Andreotti sur Mi.Fo.Biali et cette affaire7. En effet, le dossier révèle la tentative des autorités libyennes, bien que maladroite et velléitaire, d’exercer une influence sur le système politique italien, à travers le NPP. Or, les deux démarches sont menées de manière concomittante. En mars 1975, le parti de Mario Foligni est constitué et quelques mois plus tard, les documents sont envoyés en Libye. En mai 1975, les négociations avec Fiat s’amorcent. Giulio Andreotti est donc le seul à connaître l’existence de ces deux opérations, et son silence à propos du NPP est vraisemblablement destiné à ne pas compromettre les pourparlers de l’entreprise automobile. En effet, dans les deux cas, il s’agit d’une intrusion de l’ancienne colonie dans les affaires italiennes. Mais les deux épisodes se distinguent sur de nombreux points. Tout d’abord, pour inquiétantes qu’elles puissent être, les négociations menées par Fiat demeurent dans les limites de la légalité. Leur originalité vient du choix de l’interlocuteur, mais non de l’opération elle-même. À l’inverse, la démarche de Mario Foligni est tout à fait illégale. Sa disposition à introduire des autorités étrangères au sein même de l’échiquier politique italien constitue un danger pour les affaires italiennes.

8Quoiqu’il en soit, Giovanni Agnelli n’informe les différentes forces politiques et autorités institutionnelles qu’à quelques heures de la signature de l’accord. Celui-ci est généralement bien accueilli et bénéficie en particulier du soutien de Giulio Andreotti et du gouverneur de la Banque d’Italie, Paolo Baffi. L’affaire s’avère toutefois extrêmement délicate et éveille l’inquiétude de l’ensemble des responsables italiens, ainsi que des États-Unis, en raison surtout des liens du colonel Kadhafi avec l’URSS (c’est d’ailleurs à Moscou qu’a lieu l’unique rencontre entre Giovanni Agnelli et Muammar el-Kadhafi). Cela investit l’accord d’une dimension politique considérable et comporte un risque grave dans le contexte de guerre froide.

  • 8  Voir A. Varvelli, ibid., p. 300-301.

9L’amiral Casardi exprime d’ailleurs son inquiétude, le 15 janvier 1977, rappelant au dirigeant de Fiat que lui seul peut désigner les personnes habilitées à gérer les affaires relatives à la défense et à la sécurité de l’État italien8. D’une manière plus générale, l’entrée de la Libye dans le capital de l’entreprise italienne est interprétée comme un moyen de recycler activement (et proprement) les pétrodollars accumulés par le colonel Kadhafi. De plus, ce dernier aurait désormais un intérêt à maintenir la stabilité économique de l’Occident et, par extension, la tendance modérée de l’OPEP quant aux prix du pétrole. En somme, selon les responsables italiens, cette opération peut « responsabiliser » le colonel. L’expérience montre cependant que les autorités libyennes ne considèrent l’affaire que comme un simple investissement financier, dépourvu de toute dimension politique. Cela ne réfrène donc en rien les provocations continuelles de Muammar el-Kadhafi contre l’Occident et en particulier contre les États-Unis – en témoigne le chantage imposé à l’ENI dans le cadre du conflit entre la Libye et la Tunisie, que nous avons étudié.

Un partenariat secret toujours plus étroit

  • 9  Voir L. Ferraris, Manuale della politica estera italiana (1947-1993), Rome-Bari, Laterza, 1998, p. (...)

10Comme nous l’avons vu pour le dossier Mi.Fo.Biali, il semble que les accords pétroliers négociés par Mario Foligni et Raffaele Giudice s’accompagnent d’un trafic d’armes. Mais aucun élément concret ne nous permet de confirmer cette hypothèse. En effet, peu de traces subsistent quant aux ventes d’armement à la Libye. En particulier, il apparaît que le colonel Kadhafi s’adresse au Kremlin, dès 1974-1975, pour obtenir des contrats d’armement de grande ampleur. L’URSS devient ainsi l’interlocuteur privilégié de la Libye dans ce secteur économique. Toutefois, l’apport des compagnies d’armement italiennes en faveur de l’armée libyenne demeure considérable. Parallèlement aux négociations de Mario Foligni, la société Agusta vend vingt-quatre hélicoptères militaires à la Libye, ainsi que quatre corvettes lance-missiles. De plus, sur le modèle des négociations de 1972, le ministre libyen des Affaires étrangères, Abdessalam Jalloud, effectue une visite officielle à Rome, en mai 1977, afin de mettre au point l’accord de coopération technique, économique et financière et pour effectuer une commande d’armements. Il espère en effet acquérir des avions militaires de transport de type G-222, mais comme en 1972, il s’agit de produits fabriqués sous licence américaine. Or, cette fois, les États-Unis s’opposent fermement à un tel contrat. Ici encore, les autorités libyennes utilisent l’arme pétrolière pour faire pression : Abdessalam Jalloud fait comprendre que cette fourniture constitue une condition sine qua non pour la reprise de l’activité de l’ENI sur la plateforme Scarabée 4, ainsi que pour la finalisation de l’accord de coopération bilatérale. La tentative échoue, cependant, car l’ENI décide de céder la plateforme à une société américaine, évitant aux responsables italiens de devoir prendre position9.

  • 10  La « synthèse » fait état de vingt avions de transport, deux cent chars armés, quatre corvettes la (...)

11D’une manière plus générale, la « synthèse des concepts exposés au juge d’instruction Carlo Palermo, le 8 novembre, dans le cadre de l’instruction sur le trafic d’armes », rédigée en 1983 après la déposition d’un ancien officier du SISMI, fait le point sur l’ensemble des armes italiennes à la disposition de la Libye à la fin des années soixante-dix – sans nous dire où et quand les armes ont été acquises. Or, il apparaît que les fournitures sont particulièrement conséquentes10 et que les entreprises d’armement italiennes font preuve d’un zèle surprenant. En effet, bien qu’aucun nom ne soit cité, la « synthèse » affirme que l’une de ces sociétés a vendu 300 avions d’entraînement à la Libye, mais les a elle-même transformés en chasseurs-bombardiers et avions antiguérilla avant de les livrer. De même, la vente de missiles Otomat est accompagnée de l’engagement de construire en Libye un atelier de manutention et de réparation des produits en question. À la lumière des négociations de 1972, il convient donc de s’interroger sur les circonstances dans lesquelles les entreprises italiennes peuvent souscrire des contrats si importants et sur les moyens employés pour respecter leurs engagements. Ici encore, le dossier Mi.Fo.Biali apparaît donc comme un exemple, dont la portée est certes limitée, mais qui illustre bien la tendance des relations entre les deux pays au milieu de la décennie. En outre, un tel trafic d’armes comporte une réelle menace pour la sécurité dans le bassin méditerranéen. L’auteur de la « synthèse » explique en effet :

  • 11  Ibid.

On ne peut pas soutenir honnêtement que […] la vente à la Libye voisine [de tous ces équipements] ne constitue pas, pour la sécurité de notre pays, une grave menace, directe et indirecte : directe parce que, vue la position assumée par le gouvernement de Tripoli face aux deux blocs, il n’y a aucun doute que l’accroissement de sa productivité constitue une menace directe pour notre pays, qui occupe une position si délicate et fragile dans le contexte des alliances gravitant dans l’aire méditerranéenne. Indirecte, parce qu’avec l’action déstabilisante menée à l’encontre des pays gravitant dans l’aire méditerranéenne, la Libye rend possible l’internationalisation des conflits locaux, menant à une possible implication de notre pays.11

12Ainsi, on peut dire que les accords de 1972 constituent le point de départ d’un des aspects les plus fructueux des relations commerciales entre les deux pays. Tout au long de la décennie, le secteur pétrolier et celui de l’armement sont au centre des échanges bilatéraux. Comme en 1972, l’objectif semble demeurer purement économique et la vente d’armes s’effectue indépendamment de toute appréciation de l’équilibre des forces dans le bassin méditerranéen. Il apparaît toutefois que Giulio Andreotti, alors président du Conseil italien, tient une place décisive dans l’évolution globale de ces relations. Nous avons vu, en effet, le rôle tout à fait central du député Andreotti dans les négociations de 1972. Or, il est à nouveau nommé à la tête du pouvoir exécutif pour trois gouvernements successifs du 29 juillet 1976 au 4 août 1979, c’est-à-dire au moment exact où les relations italo-libyennes sont les plus prolifiques.

Giulio Andreotti et la Libye

  • 12  A. Varvelli, L’Italia e l’ascesa di Gheddafi, ouvr. cité, p. 302.

13Les échanges commerciaux entre les deux pays sont donc particulièrement intenses, et, comme le rappelle Arturo Varvelli12, l’Italie devient le partenaire le plus fidèle du colonel Kadhafi en zone méditerranéenne. Rappelons qu’après son arrivée au pouvoir, il tente de se rapprocher de l’Égypte et profite de la bienveillance de la France et de la Grande-Bretagne (grâce notamment aux importantes fournitures d’armements demandées par le colonel) ainsi que des États-Unis, en raison de son opposition à l’URSS. Mais dans la seconde moitié de la décennie, alors que les échanges commerciaux avec l’Italie s’intensifient, le colonel Kadhafi perd progressivement ses autres alliés : en 1977, il entre en guerre avec l’Égypte. Parallèlement, la France prend ses distances avec lui à la suite de la guerre qu’il a engagée contre le Tchad ; les relations du colonel avec la Grande-Bretagne deviennent très conflictuelles en raison des financements accordés par la Libye à l’IRA ; les États-Unis s’opposent au leader dès 1974 lorsqu’il se rapproche de Moscou. De facto, il perd tous ses alliés occidentaux. L’entente entre l’Italie et la Libye devient donc le seul élément solide et durable dans la politique méditerranéenne du colonel, malgré les provocations continuelles de ce dernier à propos de la période coloniale. Elle est donc relativement bien soutenue par le président des États-Unis, Jimmy Carter, selon lequel il peut être utile de laisser « l’option occidentale » ouverte à la Libye.

La visite officielle de Giulio Andreotti à Tripoli

14Cependant, les deux pays ne parviennent pas à construire, du moins officiellement, un véritable partenariat politique. Là encore, Giulio Andreotti est le protagoniste de la seule tentative d’une entente dans ce domaine. En 1978, à la suite des accords de Camp David, qui ont suscité une vive opposition de la part de nombreux pays arabes, le président du Conseil italien est prié par ses alliés américain et égyptien de profiter de sa position pour ouvrir un dialogue et adoucir leur résistance. Il entame alors, en compagnie de son ministre des Affaires étrangères, Arnaldo Forlani, un voyage à Tripoli, au Caire, à Amman et à Bagdad. L’escale en Libye revêt une importance toute particulière : pour la première fois depuis 1969, un président du Conseil italien rend une visite officielle au colonel Kadhafi.

15Le récit qu’en fait Giulio Andreotti quelques années plus tard, dans Visti da vicino, nous montre combien la relation entre les deux hommes est amicale :

  • 13  G. Andreotti, Visti da vicino, 1985, Milan, Rizzoli, p. 4.

Je ne cacherai pas que cela m’intéressait aussi de connaître de près le colonel Kadhafi, dont la personnalité était (et est toujours) entourée d’un épais halo de mystère, avec les clairs obscurs les plus antagoniques […] Il faut reconnaître que le numéro un [du régime libyen] avait un charisme très particulier, imprégné de doctrine sociale.13

  • 14  A. Del Boca, Gheddafi, ouvr. cité, p. 136.

16Angelo Del Boca rappelle en effet que Muammar el-Kadhafi et Giulio Andreotti ont de nombreux traits de caractère communs : « la profonde conviction religieuse, la manière désinvolte de faire de la politique, une dose non négligeable de cynisme dans les rapports avec les autres, la passion du pouvoir »14.

17En réalité, les accords de Camp David apparaissent comme un prétexte permettant au président du Conseil de se rendre à Tripoli. Mais le colonel refuse d’écouter les arguments en faveur de ces accords, rendant inutile le dialogue sur ce sujet. À l’inverse, de nombreuses questions concernant l’Italie et la Libye sont abordées. Il est également convenu de l’élaboration d’une Commission économique mixte présidée par les ministres des Affaires étrangères libyen et italien, et qui doit se réunir périodiquement. Mais surtout, Giulio Andreotti avance l’hypothèse – formulée par Aldo Moro – d’un traité collectif assurant la neutralité de l’île de Malte, et signé par des pays des deux rives de la Méditerranée (France, Allemagne, Italie d’un côté, et de l’autre Libye, Tunisie, Algérie). Proposition que son interlocuteur accueille très favorablement. Il est vrai que les enjeux de la position géographique de Malte sont de taille pour les deux pays : l’Italie la considère comme un rempart pour sa rive Sud, et la Libye la voit comme une protection contre l’Occident. La prise de position de Dom Mintoff pour l’un ou l’autre camp constituerait une menace pour l’une des deux rives. De facto, la stratégie du Premier ministre maltais et les intérêts communs entre l’Italie et la Libye ont fait de l’île un État tampon, dans lequel des délégations des deux rives peuvent se rencontrer en toute sécurité. Le traité proposé par Giulio Andreotti est ainsi destiné à inscrire ce rôle dans la durée grâce à de solides garanties et à un recours à la loi.

  • 15  G. Andreotti, Visti da vicino, ouvr. cité, p. 6.

18Enfin, le colonel Kadhafi insiste sur les bonnes relations qui existent entre les deux pays : « Il souhaitait tout le bien possible à l’Italie, et était convaincu que les motivations d’un accord avec la Libye prévalaient sur les différences de coalition (nous alignés, lui non…). Il espérait également que nous surmontions le danger du terrorisme. »15

19Pour résumer, la rencontre des deux hommes confirme une réelle proximité d’un point de vue personnel. Aucun véritable accord politique ne s’ensuit, mais tous deux peuvent confirmer leur volonté de collaborer et de renforcer les relations entre leurs pays respectifs. Muammar el-Kadhafi accepte même l’invitation à effectuer une visite officielle en Italie, que Giulio Andreotti lui adresse au nom du président de la République, Sandro Pertini. En réalité, si rien n’est fait d’un point de vue officiel, il apparaît clairement que Giulio Andreotti œuvre en coulisse et de manière probablement illégale pour rapprocher les deux pays. On peut supposer qu’il renouvelle l’action menée en 1972 et facilite à son interlocuteur l’acquisition d’armements.

Une relation obscure avec les autorités libyennes

  • 16  A. Varvelli, L’Italia e l’ascesa di Gheddafi, ouvr. cité, p. 295.

20Comme l’explique Arturo Varvelli, les échanges commerciaux entre l’Italie et les pays de l’OPEP se résument à une équation simple : le pétrole contre les technologies italiennes. Le président du Conseil est le protagoniste de cette stratégie, et, dans le cas de l’ancienne colonie, la technologie militaire est de loin la plus demandée16. Il est certes difficile de connaître avec précision les relations des deux pays dans ce secteur, ni la succession des différents contrats ou l’identité des acteurs. Toutefois, Giulio Andreotti semble constituer un élément tout à fait central en ce domaine.

21Le manque de sources nous empêche d’en connaître les modalités avec précision. Mais les auditions des différents protagonistes italiens auprès de la Commissione Stragi en 1997 nous permettent d’appréhender la proximité qui semble exister entre le président du Conseil et les autorités libyennes. On y apprend en particulier qu’à plusieurs reprises, il rencontre Abdessalam Jalloud dans le plus grand secret – épisode qu’il niera totalement par la suite. Le général Maletti, interrogé par la Commission le 3 mars 1997 à Johannesburg, explique que même le SID n’a pas été tenu au courant de ces entrevues :

  • 17  G. Maletti, Rapport de la Commissione Stragi, Rome, 3 mars 1997.

Le sénateur Andreotti rencontrait de nuit, secrètement, le numéro deux du gouvernement libyen, Abdessalam Jalloud, et nos services n’en auraient rien su si les services secrets libyens n’avaient pas prévenu notre Service pour que nous organisions la protection de ces rencontres nocturnes afin d’éviter des problèmes à leur numéro deux.17

  • 18  Ibid.

22Il semblerait également que la mutation du général Maletti, en octobre 1975, soit liée à cette proximité de Giulio Andreotti avec la Libye, dans la mesure où le général est proche des services secrets israéliens et refuse de soutenir la politique d’Aldo Moro quant au terrorisme palestinien (ce qui va à l’encontre du « lodo Moro », qui prévoit un certain laxisme en ce domaine). De plus, l’enquête Mi.Fo.Biali – qui est justement interrompue à cause du départ du général – risque de compromettre les intérêts de Muammar el-Kadhafi en Italie si elle est menée à terme et occasionne une enquête judiciaire. Il est donc envisageable, comme l’évoque la Commissione Stragi que le président du Conseil ait écarté le général Maletti, l’utilisant comme un bouc émissaire afin de préserver de bonnes relations avec la Libye18.

  • 19  Audition de G. Andreotti, Rapport de la Commissione Stragi, Rome, 8 mai 1997.

23Enfin, lors de l’audition de Giulio Andreotti du 8 mai 1997 par la Commissione Stragi, l’épisode de la disparition du Libanais Moussa Sadr est évoqué. Il s’agit d’un imam chiite, « chef d’une secte religieuse qui rassemble des millions d’adeptes et qui a toujours empêché Kadhafi de pouvoir être reçu dans de nombreux pays arabes »19. Or, en août 1978, il disparaît mystérieusement dans un avion entre Tripoli et Rome. Les autorités libyennes sont formelles : Moussa Sadr est monté dans l’avion. De son côté, l’Italie atteste de l’arrivée de l’imam à Rome, mais aucune preuve concrète n’est fournie. Il est donc probable qu’en réalité, le colonel Kadhafi cherche à accréditer l’hypothèse d’une fugue de l’imam à Rome, afin d’éviter les accusations selon lesquelles il l’aurait fait éliminer à Tripoli. Dans une telle version des faits, il est vraisemblable d’imaginer que les services secrets italiens, et par extension le gouvernement Andreotti IV, aient couvert l’action du colonel.

Andreotti et l’enlèvement de Moro : entre protection des intérêts libyens et contrôle des affaires italiennes

  • 20  Rappelons qu’Aldo Moro est, avec le leader du PCI, Enrico Berlinguer, le principal artisan d’un ra (...)

24Il convient également de mettre en relation les rapports amicaux de Giulio Andreotti et des autorités libyennes et les rebondissements de la vie politique italienne de la fin de la décennie. Aldo Moro est enlevé le 16 mars, puis tué le 9 mai 1978 par les Brigades rouges, un groupe terroriste italien d’extrême gauche. Il ne s’agit pas ici d’étudier les enjeux d’un tel épisode, qui demeure une affaire proprement italienne. Mais des questions se posent tout de même quant au rôle de Giulio Andreotti. En tant que chef du gouvernement20, mais surtout à titre personnel, il est considéré par de nombreux observateurs comme l’un des responsables de la mort du député. Il est vrai qu’il a refusé, ainsi que l’ensemble de la Démocratie chrétienne, d’ouvrir le dialogue avec les terroristes – condamnant de facto Aldo Moro.

25En particulier, l’ensemble du parti cherche à discréditer les tentatives de ce dernier pour communiquer avec l’extérieur. Aldo Moro écrit en effet de nombreuses lettres, destinées aux principales autorités italiennes. Il rédige surtout un certain nombre de notes (le « mémoire d’Aldo Moro »), souvent compromettantes, concernant la politique et les politiciens italiens, et qui ne seront jamais retrouvées entièrement. Rappelons qu’il a été l’un des protagonistes de la politique méditerranéenne de l’Italie, notamment vis-à-vis du Moyen-Orient, et est responsable d’un accord secret entre les autorités nationales et l’OLP. En tant que ministre des Affaires étrangères puis président du Conseil, il a pu connaître les relations spéciales de Giulio Andreotti avec les autorités libyennes.

  • 21  Note du 1er décembre 1978 rédigée par M. Coppetti, citée par la Commission parlementaire d’enquête (...)

26Une note du 1er décembre 1978, rédigée par le journaliste Marcello Coppetti et découverte quelque temps plus tard, est particulièrement révélatrice à ce sujet. Résumant une discussion entre Licio Gelli et Umberto Nobili à propos des rapports entre le président du Conseil et le général Carlo Alberto Dalla Chiesa (à la tête du « noyau antiterroriste »), il explique que ce dernier a récupéré une partie du mémoire d’Aldo Moro sur demande expresse de Giulio Andreotti. En effet, celui-ci est très inquiet quant aux révélations que peut contenir le mémoire21. Or, en marge du texte, l’auteur ajoute « Libye. Malte : Mintoff ! ». Un soupçon se fait ainsi jour à propos des informations que peut détenir Aldo Moro à ce sujet et à la place que celles-ci occupent dans la décision de Giulio Andreotti de ne pas sauver son rival. La note ne donne malheureusement pas plus de précisions, ce qui nous empêche d’affirmer qu’il s’agit d’une référence au dossier Mi.Fo.Biali. Mais d’une manière générale, cela confirme le rôle de Malte dans les relations italo-libyennes. On peut même supposer que la part la plus obscure des rapports entre les deux pays passe par l’île – le dossier du SID en constitue d’ailleurs un bon exemple. Sans aller jusqu’à l’envisager comme la principale raison pour laquelle Aldo Moro n’est pas sauvé, il est donc possible d’avancer l’hypothèse selon laquelle l’ampleur des relations secrètes entre l’Italie et la Libye a un rôle dans la conclusion de cet épisode.

  • 22  M. Pecorelli, cité par T. Anselmi, La P2, nei diari segreti di Tina Anselmi, A. Vinci éd., ouvr. c (...)

27En effet, nous avons vu le rôle que joue Aldo Moro dans la politique méditerranéenne de l’Italie. Selon Mino Pecorelli, il existe un lien entre celle-ci et l’enlèvement du député. Un document (sans date) retrouvé dans son bureau par les autorités judiciaires affirme : « Moro a mené une politique philo-libyenne, puis a changé : son enlèvement est le prix à payer. »22 Aucun élément ne nous permet cependant de confirmer une telle hypothèse. Toutefois, il apparaît clairement que la disparition du député démocrate-chrétien a des répercussions sur la place de l’Italie en Méditerranée. Rosario Priore, dans Intrigo internazionale, rappelle le lien étroit qu’il a entretenu avec le Monde arabe :

  • 23  R. Priore, interviewé par G. Fasanella, Intrigo internazionale: perché la guerra in Italia. Le ver (...)

Avec l’assassinat de Moro, Kadhafi perdit un référent et un protecteur. Le leader démocrate-chrétien avait été le partisan le plus important de la politique philo-arabe et philo-libyenne tout au long des années soixante-dix. Tiers-mondiste, héritier et interprète de la vision politique de Giorgio La Pira, Moro s’était fait autant d’ennemis en Occident, en particulier en France, Angleterre et Israël, que d’amis dans le Monde arabe et à Tripoli.23

  • 24  Coalition des pays arabes s’opposant à tout accord avec Israël.
  • 25  Ibid., p. 175.

28Rappelons notamment l’importance du « lodo Moro », par lequel l’Italie concède une certaine marge de manœuvre sur le territoire italien au colonel Kadhafi et aux organisations palestiniennes liés au « Front du refus »24. Ainsi, pour certains de ses collaborateurs, la mort du leader démocrate-chrétien en 1978 entraîne un affaiblissement de cet accord et, partant, la fin de la protection accordée au dirigeant libyen25.

29Mais il s’agit en réalité du premier épisode d’une longue série portant à une prise de distance décisive entre l’Italie et la Libye. À cet égard, l’année 1979 constitue un tournant. D’une part, le contexte politique italien évolue grandement : Giulio Andreotti quitte le pouvoir, Mino Pecorelli est assassiné juste après avoir publié des extraits du dossier Mi.Fo.Biali, un nouveau scandale pétrolier est révélé. L’ensemble témoigne également de la montée en puissance de la P2, désormais omniprésente. D’autre part, le colonel Kadhafi, se retrouvant isolé sur le plan international, se remet à provoquer l’Italie, qui se montre moins patiente.

Notes

1  A. Del Boca, ouvr. cité, p. 134.

2  Ibid., p. 135.

3  « Libye/ENI: la CGIL va-t-elle devoir garantir le flux pétrolier ? », M. Pecorelli, OP, 31 mars 1977, cité par Franca Mangiavacca, Memoriale di Mino Pecorelli, ouvr. cité, p. 385.

4  M. Vignolo, Gheddafi, ouvr. cité, p. 148.

5  Voir A. Varvelli, L’Italia e l’ascesa di Gheddafi, ouvr. cité, p. 299.

6  Voir A. et G. Mazzuca, La Fiat: da Giovanni a Luca, Milan, Baldini Castoldi Dalai, 2004, p. 323.

7  A. Varvelli, L’Italia e l’ascesa di Gheddafi, ouvr. cité, p. 299.

8  Voir A. Varvelli, ibid., p. 300-301.

9  Voir L. Ferraris, Manuale della politica estera italiana (1947-1993), Rome-Bari, Laterza, 1998, p. 281.

10  La « synthèse » fait état de vingt avions de transport, deux cent chars armés, quatre corvettes lance-missiles, de centaines de chars chenillés et de batteries automotrices, de missiles, appareils militaires de télécommunication à grande distance, de centaines de milliers d’armes automatiques, ainsi que de nombreux hélicoptères militaires. Voir « synthèse des concepts exposés au juge d’instruction Carlo Palermo le 8 novembre 1983 dans le cadre de l’instruction sur le trafic d’armes », citée par Massimo Teodori dans le Rapport de la Commission parlementaire d’enquête sur la loge maçonnique P2, Doc. XXIII, no 2 bis / 1, vol. II, Rome, 1984, p. CXLVII.

11  Ibid.

12  A. Varvelli, L’Italia e l’ascesa di Gheddafi, ouvr. cité, p. 302.

13  G. Andreotti, Visti da vicino, 1985, Milan, Rizzoli, p. 4.

14  A. Del Boca, Gheddafi, ouvr. cité, p. 136.

15  G. Andreotti, Visti da vicino, ouvr. cité, p. 6.

16  A. Varvelli, L’Italia e l’ascesa di Gheddafi, ouvr. cité, p. 295.

17  G. Maletti, Rapport de la Commissione Stragi, Rome, 3 mars 1997.

18  Ibid.

19  Audition de G. Andreotti, Rapport de la Commissione Stragi, Rome, 8 mai 1997.

20  Rappelons qu’Aldo Moro est, avec le leader du PCI, Enrico Berlinguer, le principal artisan d’un rapprochement entre la Démocratie chrétienne et le Parti communiste, le « compromis historique ». Le PCI a obtenu un consensus de plus en plus important, et a désormais un poids électoral comparable à celui de la Démocratie chrétienne. Dans ce cadre, et afin de ne pas perdre le pouvoir, Aldo Moro propose d’ouvrir une collaboration entre les deux partis. Le PCI n’entre certes pas au gouvernement, mais appuie ce dernier en s’abstenant de voter lors des consultations parlementaires. Giulio Andreotti est le grand bénéficiaire de cette stratégie et devient président du Conseil du gouvernement « de la non méfiance » et obtient la confiance du Parlement le jour même de l’enlèvement d’Aldo Moro.

21  Note du 1er décembre 1978 rédigée par M. Coppetti, citée par la Commission parlementaire d’enquête sur la loge maçonnique P2, Doc. XXIII, no 2 quater / 3 / XXIII, Rome, 1984, p. 697-698.

22  M. Pecorelli, cité par T. Anselmi, La P2, nei diari segreti di Tina Anselmi, A. Vinci éd., ouvr. cité, p. 74.

23  R. Priore, interviewé par G. Fasanella, Intrigo internazionale: perché la guerra in Italia. Le verità che non si sono mai potute dire, Milan, Chiarelettere, 2010, p. 170.

24  Coalition des pays arabes s’opposant à tout accord avec Israël.

25  Ibid., p. 175.

© ENS Éditions, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search