Version classiqueVersion mobile

Pétrole et corruption

 | 
Marion Morellato

III. 1976-1979 : un partenariat privilégié mais menacé par les affaires nationales italiennes

8. La Guardia di Finanza dans le scandale pétrolier

Texte intégral

Un scandale annoncé par le dossier Mi.Fo.Biali ?

Un pétrole d’origine inconnue

  • 1  D. Labozzetta, Audition du 20 octobre 1982, cité par T. Anselmi, La P2, nei diari segreti di Tina (...)

1L’étude du dossier Mi.Fo.Biali a dévoilé l’ampleur des accords négociés par Mario Foligni, avec l’aide du général Giudice, pour l’importation de pétrole brut libyen. Pour le seul Attilio Monti, le contrat représente un sixième des besoins énergétiques de l’Italie en 1975, et les 20 millions de tonnes de pétrole doivent être livrées sous trois à cinq ans. La découverte d’une contrebande de pétrole tout aussi vaste, quatre années plus tard, impliquant très largement à la fois les compagnies pétrolières italiennes et la Guardia di Finanza semble donc étroitement liée aux informations contenues dans les notes du SID. Ainsi, une fois authentifiées par le lieutenant-colonel Demetrio Cogliandro, elles comptent parmi les pièces centrales lors du procès sur la corruption de la Guardia di Finanza concernant le scandale pétrolier, engagé auprès du tribunal de Turin par les juges d’instruction Pier Giorgio Gosso et Mario Vaudano. Pourtant, il apparaît bien vite que l’affaire n’est pas si simple : il n’est pas possible de certifier l’origine du pétrole en question. Vraisemblablement d’origine libyenne, il ne serait pas lié aux négociations menées par Mario Foligni. En effet, si l’on s’en tient aux déclarations de Domenico Labozzetta, substitut du procureur de la République de Trévise, lors de son audition du 20 octobre 1982 devant la Commission parlementaire d’enquête sur la P2, il serait « arbitraire de relier ce scandale au pétrole de Mi.Fo.Biali »1. Le témoignage de Mario Foligni devant le juge Domenico Sica, le 18 novembre 1980, va également dans ce sens :

  • 2  M. Foligni, cité par D. Sica, « Mémorial des faits et rapports élaborés en 1975 », 18 novembre 198 (...)

Je peux assurer que le Chevalier du Travail Attilio Monti aurait fait tout son possible pour nous aider à réaliser l’affaire, mais du côté des Libyens, au bout d’un peu plus d’un an, toutes les négociations ont été abandonnées sans aucune raison apparente. En réalité, aujourd’hui nous pouvons être certains que c’était le MYSTÉRIEUX AUDITEUR qui a dû décourager les Libyens de nous accorder la moindre aide.2

2De même, à propos de l’affaire Morelli :

  • 3  M. Foligni, Audition devant le juge d’instruction A. Cuva, tribunal de Turin, 23 avril 1983, cité (...)

L’opération n’est pas arrivée à bon port, à cause de la persécution continuelle des services secrets du SID qui décourageaient systématiquement toutes mes initiatives pour m’empêcher d’avoir la moindre autonomie financière pouvant faire décoller politiquement le Nouveau parti populaire.3

  • 4  A. Cuva, Ordre de sentence du procès sur le scandale pétrolier, tribunal de Turin, 12 juin 1984, p (...)

3Le juge d’instruction Aldo Cuva, dans la sentence qu’il rédige le 12 juin 1984 pour le tribunal de Turin, arrive à la même conclusion : « Pour conclure cette mission, des échantillons de pétrole brut furent prélevés et amenés en Italie, mais l’opération n’arriva pas à bon port, seulement à cause de l’interférence des contrôles des services du SID. »4

4Dans ce cas, le lien entre la contrebande de pétrole et le dossier Mi.Fo.Biali serait à chercher davantage du côté des acteurs de ces deux épisodes. En effet, si le dossier du SID n’est pas lié au scandale, il en constitue du moins un prélude. Tout d’abord, si l’on s’en tient aux articles publiés par Mino Pecorelli, la volonté de Giuseppe Morelli de faire des affaires en dépit de toute légalité est confirmée. De plus, et surtout, le lien entre les deux affaires est à établir dans le rôle de la Guardia di Finanza. La disponibilité du général Giudice à couvrir les fraudes liées à ce trafic est révélée dès l’enquête de 1975. Or, ce rôle est certifié lorsque le scandale éclate en 1980. Le dossier Mi.Fo.Biali sert donc de preuve quant au comportement corrompu des responsables de la Guardia di Finanza. En cela, sa portée se limite aux affaires nationales italiennes. Les révélations qu’il contient à propos des rapports avec la Libye ne sont pas mises en cause.

Une contrebande de très grande ampleur

  • 5  M. Pecorelli, OP, 7 novembre 1975, cité par F. Mangiavacca, Memoriale di Mino Pecorelli, ouvr. cit (...)

5Les articles de Mino Pecorelli citent, en 1978, Giuseppe Morelli comme l’un des acteurs principaux de la contrebande. Défini comme le « chef de bande présumé »5, son ascension trop rapide parmi les leaders du marché pétrolier italien soulève les soupçons :

  • 6  Ibid.

Morelli était sorti de nulle part. Il y a encore quelques années, il n’était qu’un employé fiduciaire d’Attilio Monti. Puis, soudain, il a décidé de commercialiser son propre pétrole. En peu de temps, il a accumulé une fortune par milliards. En fraudant le fisc […], il s’est élevé au rang de Moratti, de Buticchi et de Rovelli. […] Il avait entendu parler de l’enquête du juge Locajono, des enquêtes de la Guardia di Finanza, mais […] avec, dans son bordereau des salaires, un employé du calibre de Giuseppe Giudice, fils de Raffaele Giudice, commandant général de la Guardia di Finanza, il se considérait à l’abri dans un tonneau de fer.6

6Giuseppe Morelli est d’ailleurs l’un des premiers à être découverts – et est emprisonné le 17 septembre 1978 – précisément à la suite de l’enquête du juge Locajono pour le tribunal de Civitavecchia. Un premier lien peut donc être établi entre le dossier Mi.Fo.Biali et le scandale pétrolier de la fin de la décennie. Que le pétrole provienne ou non des négociations menées avec Malte, c’est bel et bien en 1975 que le pétrolier se lance dans les affaires frauduleuses. En effet, dans son article du 7 novembre 1978, Mino Pecorelli rappelle que l’évasion fiscale entre 1975 et 1978 est effectuée à travers sa société, Pargas italiana petroli, constituée peu de temps avant les pourparlers avec Malte. La fraude passe également par la société ad hoc Soficom constituée sur l’île, siégeant à Civitavecchia, et au sein de laquelle le pétrolier est associé à Giuseppe Giudice, fils du commandant général de la Guardia di Finanza. Le manque de sources nous empêche toutefois d’envisager l’ampleur de la contrebande opérée par Giuseppe Morelli.

7À l’inverse, il est possible d’établir précisément le rôle joué par Bruno Musselli, autre pétrolier implanté dans le Nord de l’Italie, et qui est peut-être l’acteur le plus important de la fraude découverte en 1980. Ici, toutefois, aucun lien ne semble pouvoir être établi avec les informations contenues dans le dossier du SID. Avec sa société, la Bitumoil, fondée en 1957, il apparaît comme un personnage mineur dans le secteur pétrolier – dominé par Attilio Monti, Massimo Moratti, Eugenio Cefis, Vincenzo Cazzaniga. Mais dès 1973, il met en place un système lui permettant, à terme, de soustraire au fisc près de 2 000 milliards de lires. En produisant des certificats falsifiés, il évite de payer les taxes de fabrication sur environ 20 % de sa production annuelle de gasoil et d’huile lubrifiante.

  • 7  P. Gosso, Sentence de renvoi en jugement, p. 14-18.

8Mais ce qui surprend, lorsque la fraude est découverte, c’est le nombre de complices sur lesquels s’appuie Bruno Musselli. Si l’on suit la description du juge d’instruction Pier Giorgio Gosso dans sa sentence de renvoi en jugement rédigée le 19 mars 1982 pour le tribunal de Turin, la contrebande implique de très nombreuses sociétés7. Le pétrole brut est officiellement expédié vers certaines raffineries, mais officieusement détourné et envoyé vers d’autres raffineries. Les premières feignent de recevoir le produit, de le travailler et de le vendre ensuite à d’autres sociétés. Le tout étant rendu possible grâce à l’élaboration, à chaque étape supposée, de fausses attestations délivrées par les Bureaux techniques pour les taxes de fabrication (Uffici tecnici imposte di fabbricazione, UTIF). En parallèle, les raffineries ayant effectivement reçu le pétrole brut se contentent de le mélanger à des produits chimiques et colorants pour en faire de l’essence, qu’elles régularisent, ici encore grâce à des certificats falsifiés, pour la revendre ensuite aux sociétés de Bruno Musselli (Bitumoil, Costieri alto adriatico, qui sont les centres névralgiques de la fraude). Celles-ci alors se chargent d’échanger l’essence de contrebande avec celle produite régulièrement dans les dépôts de sociétés multinationales. Un tel parcours suppose donc qu’un très grand nombre d’acteurs – des dirigeants des sociétés aux ouvriers travaillant dans les raffineries, en passant par les chauffeurs censés acheminer le produit et aux autorités chargées d’effectuer les contrôles – soient conscients de la fraude et la couvrent volontairement. De plus, cela empêche de conserver la moindre information sur la provenance du pétrole. Près d’un cinquième de la production annuelle de pétrole raffiné en Italie échappe ainsi au fisc durant sept ans. On comprend dès lors comment les contrats révélés par le dossier Mi.Fo.Biali sont possibles. L’ampleur de l’importation de pétrole prévue par Attilio Monti et Giuseppe Morelli pouvait, a priori, soulever des soupçons : par quel moyen prévoient-ils d’insérer ce pétrole acquis illégalement sur le marché italien ? En réalité, on peut supposer que le produit est destiné à alimenter la fraude en étendant le système en amont, jusqu’aux contrats d’importation effectués hors des frontières italiennes.

La Guardia di Finanza : une « association de malfaiteurs » ?

9Le juge d’instruction Mario Vaudano explique dans la sentence du procès sur la corruption de la Guardia di Finanza :

  • 8  M. Vaudano, Sentence du procès sur la corruption de la Guardia di Finanza, ouvr. cité, vol. V, cha (...)

Les officiers publics (et aussi, dans la mesure où cela aura également une influence dans le cadre de ce procès, les corrupteurs actifs privés) se sont comportés de façon contraire à leurs devoirs institutionnels, agissant de différentes manières, toutes illicites, et s’associant criminellement avec les auteurs des délits qu’ils étaient censés poursuivre, examiner, tout en vérifiant s’ils avaient aussi accumulé un patrimoine absolument injustifié et injustifiable dans le cadre d’entrées d’argent légitimes. Il est statistiquement démontré, par ailleurs, que, le plus souvent, ils obtenaient une rémunération évaluable économiquement, et correspondant (presque toujours) à leurs infidélités institutionnelles.8

10Comme nous le verrons, les hauts responsables de la Guardia di Finanza ont un rôle décisif dans ce qui est bientôt considéré comme le plus grand scandale de corruption qu’ait connu l’Italie à cette époque. Mais il ne faut pas pour autant sous-estimer le rôle que jouent, à plus grande échelle, les officiers de grades inférieurs présents sur le terrain.

Une protection assurée à l’échelle nationale

  • 9  Les organismes censés surveiller le marché du pétrole sont la Douane (pour les dépôts côtiers), l’ (...)
  • 10  M. Vaudano, Sentence du procès sur la corruption de la Guardia di Finanza, vol. I, chap. 6, p. 362

11Afin de garantir le succès d’un tel système, Bruno Musselli n’hésite pas à impliquer l’appareil d’État censé traquer les fraudes fiscales9. Outre la protection offerte par les généraux Giudice et Lo Prete, il peut compter sur le soutien d’anciens officiers de la Guardia di Finanza. La sentence rédigée par le juge d’instruction Mario Vaudano, le 14 août 1985 pour le tribunal de Turin, rappelle que de nombreux officiers demandent régulièrement à être reversés dans la réserve du corps militaire. Redevenus civils, ils se lancent dans des affaires plus lucratives, mettant à profit leurs compétences et les contacts qu’ils ont maintenus dans la Guardia di Finanza10.

12Ainsi, par exemple, en 1972, l’ancien major Vincenzo Gissi rachète la société Siplar au sein de laquelle il s’associe à Salvatore Galassi, autrefois lieutenant-colonel de la Guardia di Finanza. Ensemble, ils engagent une collaboration étroite avec Bruno Musselli et contribuent largement à la qualité de son système de fraude. Le premier dirige également la société Costieri alto adriatico avec Bruno Musselli et Mario Milani (commerçant de produits chimiques pétroliers). Les quatre hommes constituent ainsi le centre névralgique de la contrebande. Le tout est rendu possible par une collaboration étroite entre Vincenzo Gissi et Donato Lo Prete. Lors de son interrogatoire du 14 décembre 1983, Bruno Musselli rappelle en effet que les deux hommes sont au centre de la collaboration entre les pétroliers et la Guardia di Finanza :

  • 11  B. Musselli, interrogatoire du 14 décembre 1983, cité par M. Vaudano, ibid., vol. II, chap. 9, sec (...)

En ce qui concerne les questions sur les accords au sommet entre les fonctionnaires UTIF et la Guardia di Finanza, je confirme ce que j’ai déjà dit sur les positions de Giudice-Lo Prete […] : la condition collusive et corruptive était déjà organisée par Vincenzo Gissi et par son groupe, grâce à ses connaissances dans le corps de la Guardia di Finanza et son amitié avec Lo Prete, qu’il me présenta en 1971-1972.11

  • 12  V. Gissi, mémoire du 31 décembre 1982 envoyé au juge d’instruction de la maison de réclusion de Fo (...)

13Face à eux, Giuseppe Morelli parvient à élaborer son propre système de fraude de manière autonome. Le dossier Mi.Fo.Biali démontre qu’il connaît personnellement les responsables de la Guardia di Finanza : c’est ce qui lui permet de bénéficier de leur protection sans passer par Bruno Musselli. À ce propos, nous pouvons ici nous intéresser au jugement de Vincenzo Gissi sur les affaires pétrolières contenues dans le dossier Mi.Fo.Biali : « L’activité médiatrice entre l’acquéreur et le fournisseur se serait accompagnée d’un bénéfice économique considérable pour les intermédiaires, personnages qui, par leur haute position, offraient évidemment les garanties adéquates. »12

14Ainsi, selon lui, deux réseaux différents permettent à Attilio Monti d’entrer en contact avec le commandant général de la Guardia di Finanza et d’obtenir le contrat que nous avons étudié. D’une part, Attilio Monti a pu rencontrer le colonel Trisolini par l’intermédiaire de Giuseppe Morelli. Ce dernier est en effet un bon ami et client du pétrolier, associé au fils du général Giudice et il connaît personnellement le colonel Trisolini. D’autre part, il atteint directement le général grâce au colonel Donato Lo Prete (ami de longue date du pétrolier). Ainsi, le contrat signé en faveur d’Attilio Monti est à replacer dans le contexte précis de la contrebande pétrolière. Il s’est servi des deux « canaux » principaux – Giuseppe Morelli et Donato Lo Prete – pour obtenir la protection du général Giudice.

15Mais si la volonté vient des hauts responsables, il est bien évident que rien n’aurait été fait sans la participation du reste du corps militaire (ou au moins d’une partie de celui-ci). En effet, comme l’explique Mario Vaudano dans la sentence du 14 août 1985, l’ensemble de l’appareil d’État prend part à la fraude :

  • 13  M. Vaudano, ibid., vol. I, chap. 8, sect. 5, p. 382.

La police judiciaire et plus spécifiquement la police tributaire et spécialisée (Guardia di Finanza) a été au mieux […] inerte, mais le plus souvent associée et/ou complice des auteurs des fraudes. Pire encore, à partir d’un certain moment, elle a même adopté une fonction d’impulsion des actions illicites, afin d’en retirer le gain maximum et ainsi, fondamentalement, sa conduite a été aux limites de l’extorsion et/ou de la concussion. L’administration civile paritaire, celle des UTIF et de la Direction générale des douanes et impôts indirects, s’est comportée de manière tout à fait identique ; et même, si cela est possible, collusoire et corrompue de façon encore plus généralisée.13

  • 14  Ibid., vol. V, chap. 18, sect. 4, p. 364-373.
  • 15  Ibid., p. 365.

16En effet, les enquêtes menées par la magistrature14 démontrent que la Guardia di Finanza est organisée de manière profondément corrompue. La bonne volonté des officiers et sous-officiers est ainsi devenue nécessaire pour bénéficier de perspectives de carrière, ou tout du moins pour éviter de voir sa carrière irrémédiablement dégradée, d’être humilié ou de s’attirer des problèmes. Délivrer un certificat falsifié, effectuer un faux contrôle ou, mieux, donner une certaine somme d’argent à son supérieur hiérarchique : cela constitue désormais l’étape première et indispensable pour obtenir une mutation dans un lieu acceptable (ou éviter une mutation indésirable), être favorisé dans l’évaluation pour le passage aux grades supérieurs (major, colonel, général), assumer des charges « particulières » auxquelles est associé un pouvoir plus important. De plus, les officiers qui se plient aux exigences obtiennent généralement une compensation économique (par l’intermédiaire de tierces personnes). De la sorte, comme l’explique le juge d’instruction Mario Vaudano : « La corruption était non seulement favorisée, mais programmée scientifiquement. »15 Ainsi, les officiers doivent payer des sommes fixes correspondant au poste qu’ils briguent, afin d’assurer une « protection générique » du système ; à l’inverse, des sommes « extraordinaires », et bien plus considérables, leur sont attribuées en cas d’actions spécifiques visant à couvrir la fraude.

  • 16  Ibid., vol. IV, p. 126-127.

17Un officier de Mantoue (Enrico Ferlito) est ainsi contraint d’acheter, pour son supérieur de la Direction générale des douanes, une télévision en couleur et une montre en or, puis de délivrer des livres sterling pour une valeur de près d’un million de lires. Lorsqu’il demande à être muté à Milan, il entre directement en contact avec Bruno Musselli. C’est lui qui, après avoir rappelé le rôle du général Giudice dans ce système, fait accepter la demande de l’officier16.

18À l’inverse, le colonel Florio, déjà évoqué, est un contre-exemple édifiant de ce système. Ayant entrepris une enquête sur Licio Gelli, il reçoit des menaces auxquelles il résiste. À la suite des nominations du général Giudice et du colonel Lo Prete, il est muté à Gênes (à un poste bien inférieur à celui qu’il occupait à Rome) pour la raison explicite qu’il a refusé d’adhérer à la P2. Là, il est témoin des activités de contrebande couvertes par la Guardia di Finanza, mais n’y prend pas part. Enfin, il a un entretien avec le général Giudice en juin 1978, au cours duquel il révèle toutes les informations compromettantes qu’il connaît sur ce dernier. Un mois plus tard, le 26 juillet 1978, il périt, vraisemblablement assassiné, dans un mystérieux accident de voiture.

Raffaele Giudice et Donato Lo Prete dans le trafic de pétrole

19Les interrogatoires des principaux pétroliers montrent que le général Giudice et le colonel Lo Prete participent directement à la fraude, en tant qu’associés occultes de la société Bitumoil, se rendant ainsi coupables de graves délits de collusion. Les différents témoignages montrent qu’il s’agit d’une véritable « participation sociétaire » proportionnelle, détenue secrètement par l’intermédiaire de Bruno Musselli. Or, la Bitumoil est constituée bien avant la nomination du général au commandement de la Guardia di Finanza. À ce sujet, le constat du juge d’instruction Mario Vaudano est particulièrement grave :

  • 17  M. Vaudano, ibid., vol. III, chap. 9, sect. 12, p. 78.

Ce qui compte, c’est de relever, comme cela apparaît dans les actes, qu’un parallèle parfait peut être fait entre, d’une part, la naissance et l’évolution des structures sociétaires contrebandières principales de Musselli et de Gissi-Galassi (Siplar et Garlate) et l’affirmation progressive de la contrebande et, d’autre part, l’arrivée au sommet de la Guardia di Finanza des deux accusés Lo Prete et Giudice et l’intensification des comportements de corruption et de collusion pour permettre la naissance et le développement inexorable de la fraude.17

20Dans le cadre de cette participation sociétaire, Bruno Musselli admet également avoir demandé des fonds à ses associés, Vincenzo Gissi et Mario Milani, pour rémunérer le commandant général. À la lumière de ces éléments, il apparaît donc évident que le général Giudice, avec l’aide des colonels Lo Prete et Trisolini, est l’élément indispensable au bon fonctionnement de la contrebande. Et la rapidité avec laquelle il met tout ce système en place fait peser, a posteriori, de graves soupçons sur sa nomination à la tête de la Guardia di Finanza. Comme l’écrit Pier Giorgio Gosso dans la sentence de renvoi en jugement :

  • 18  P. Gosso, Sentence de renvoi en jugement, doc. cité, p. 64.

Un soupçon prend alors corps et consistance, selon lequel le couple Giudice-Trisolini aurait su à l’avance qu’il allait accéder à la tête de la Guardia di Finanza et par conséquent, il se serait amplement documenté et préparé sur le fonctionnement des fraudes pétrolières, de manière à parvenir à ces fonctions après avoir déjà acquis une maîtrise considérable des mécanismes typiques de ces délits et à être ainsi en condition d’en tirer un profit économique au plus vite.18

  • 19  Voir S. Flamigni, Trame atlantiche, ouvr. cité, p. 313.

21De même, selon Giovanni Pasotelli, collaborateur de l’un des contrebandiers, au printemps 1974, le colonel Lo Prete tire déjà les fils dans le Nord et le Centre de l’Italie, grâce à la complicité de Vincenzo Gissi. Le général Giudice est nommé car il va permettre de contrôler également le Sud de la Péninsule19. L’objectif est donc de prendre en main l’intégralité du système de fraude.

22Mais outre leur participation directe à la contrebande, le général Giudice et le colonel Lo Prete synchronisent l’ensemble de la fraude, protégeant les contrebandiers de toute attaque extérieure. Le commandant général reçoit à plusieurs reprises des rapports dénonçant une activité frauduleuse liée au commerce de pétrole et pour laquelle une enquête plus approfondie est demandée, mais n’engage aucune démarche. Pire, il cherche à museler les officiers responsables de ces rapports en les mutant et en cherchant à les discréditer. Quant au colonel Lo Prete, il gère directement le réseau de corruption interne à la Guardia di Finanza.

  • 20  Ibid., p. 310.

23Pour cela, ils sont largement « remerciés » par les pétroliers. Silvio Brunello avouera que, chaque mois, un de ses collaborateurs délivre près de 200 millions de lires aux responsables de la Guardia di Finanza qui sont au courant de la fraude et qui doivent continuer de fermer les yeux20. De même, l’amitié qui existe entre Vincenzo Gissi et le colonel Lo Prete semble particulièrement profitable, et ce dernier est récompensé pour son aide. Vincenzo Gissi admet à ce sujet :

  • 21  V. Gissi, interrogatoire du 6 décembre 1983, cité par M. Vaudano, Sentence du procès sur la corrup (...)

Galassi mettait chaque mois à ma disposition pour Lo Prete deux millions de lires dans une enveloppe. Je les transformais ensuite en présents variés pour Lo Prete, et je précise qu’ils étaient d’une valeur considérablement supérieure à la somme donnée par Galassi. Il ne me serait jamais venu à l’idée de donner des billets de banque à Lo Prete, ne serait-ce que pour des raisons d’esthétique et de rapports personnels.21

  • 22  Voir P. Gosso, Sentence de renvoi en jugement, doc. cité, p. 39.
  • 23  B. Musselli, interrogatoire du 14 décembre 1983, cité par M. Vaudano, Sentence du procès sur la co (...)

24Rappelons également que le général Giudice tolère que son fils, Giuseppe Giudice, s’associe à Giuseppe Morelli au sein de la société pétrolière Soficom, malgré les conflits d’intérêts que cela engendre22. Le général utilise même sa position pour favoriser les affaires de son fils. Des pressions sont ainsi exercées sur Bruno Musselli pour que sa raffinerie, la Panta, monte un partenariat avec la Soficom. Du pétrole est alors fourni à cette dernière pour une valeur de 400 millions de lires, mais que Giuseppe Giudice ne paiera jamais. Bruno Musselli, insistant sur le caractère illégal de cette affaire, affirme devant la justice : « Lorsque j’ai sollicité le général Giudice à propos du débit de son fils, il m’a dit que je devais être patient. Du reste, à ce moment-là, je ne pouvais certainement pas me heurter au général Giudice, vu sa position, donc j’ai compris que je devais lui faire cette faveur. »23

25Il apparaît d’ailleurs que la même démarche est opérée auprès d’AGIP et du groupe Monti.

26Quant au colonel Trisolini, il n’a pas un rôle direct dans la contrebande, mais sait s’insérer dans les relations entre, d’une part, les pétroliers et sous-officiers et, d’autre part, les responsables de la Guardia di Finanza. Vincenzo Gissi affirme à son sujet :

  • 24  V. Gissi, interrogatoire du 4 janvier 1983, cité par M. Vaudano, Sentence du procès sur la corrupt (...)

En ce qui concerne le comportement de Trisolini pour les mutations du personnel (pas seulement des officiers), il était de notoriété publique qu’il en faisait un trafic illicite, tout le monde le savait dans le corps. De sorte que même ceux qui étaient, avant, des amis de Lo Prete ont dû passer par Trisolini pour obtenir le nécessaire, même s’il s’agissait de choses régulières.24

  • 25  Il fut également le gérant des finances illicites de l’entourage de Cesare Previti, ministre de la (...)

27L’ensemble de l’argent rassemblé par le commandant général de la Guardia di Finanza à la suite de ces opérations est ensuite déposé à la BNL. Mario Diana, avec l’aide d’Alberto Ferrari et de Francesco Giudice, est chargé de le réinvestir afin de le blanchir. Le secrétaire particulier de Donato Lo Prete, Giovanni Acampora25, est quant à lui l’agent central de l’exportation d’argent vers des comptes bancaires suisses (au total, près de 4 millions de dollars sont exportés). Sur ce point, le dossier Mi.Fo.Biali est donc d’une grande utilité pour les enquêtes judiciaires : tous les aspects de l’activité occulte du général Giudice et de son secrétaire particulier y sont abordés.

Pétrole, politique et loge maçonnique

28Enfin, tout comme pour les accords de 1972, la classe politique ne semble pas totalement étrangère au scandale. Comme le rappelle Giorgio Galli, la fraude est d’une telle ampleur que ni les lois favorables ni les protections de la Guardia di Finanza ne peuvent suffire à l’expliquer. Il s’agit en effet de près de 20 % des produits pétroliers raffinés chaque année en Italie pendant sept ans : il semble improbable que la classe politique, et a fortiori les ministres de l’Industrie et des Finances, ne se soient pas aperçus de l’écart entre la quantité de pétrole en circulation dans le pays et le montant des impôts perçus par l’État dans ce secteur.

29De même, Mario Vaudano explique :

  • 26  M. Vaudano, Sentence du procès sur la corruption de la Guardia di Finanza, doc. cité, vol. I, chap (...)

Un tel « super-contrôle » [du système de fraude] ne peut que se faire valoir des complicités des responsables du corps de la Guardia di Finanza et du ministère des Finances, car autrement il n’aurait même pas pu naître ni survivre. Et ce en plus, logiquement, d’une « couverture » politique générale.26

30La sentence du procès en première instance du tribunal de Milan, rédigée par le juge d’instruction Sergio Silocchi le 15 juin 1982, désigne le démocrate-chrétien Carlo Donat-Cattin (successivement ministre de l’Industrie, du Commerce et de l’Artisanat de 1974 à 1978) comme l’un des principaux bénéficiaires des chèques signés Bruno Musselli, de même qu’Antonio Bisaglia, dont les liens avec Vincenzo Gissi, Salvatore Galassi et Bruno Musselli sont attestés. Mario Vaudano explique à ce sujet :

  • 27  Ibid., vol. I, chap. 8, sect. 5, p. 372.

La Guardia di Finanza rapporte que derrière ce trio, il y a un « représentant politique connu », dont le nom, bien que prévisible, n’apparaît pas dans les pages du procès. Seul Giovanni Vissicchio, dans son interrogatoire du 15 janvier 1983, évoquera, par « ouï-dire », Monsieur Antonio Bisaglia.27

  • 28  B. Musselli, ibid., vol. V, chap. 19, p. 470.
  • 29  M. Foligni, Audition devant A. Cuva, tribunal de Turin, 23 avril 1983, cité par la Commission parl (...)
  • 30  S. Freato, Audition du 3 avril 1984, cité par M. Vaudano, Sentence du procès sur la corruption de (...)
  • 31  Voir Sentence du tribunal de Milan rédigée le 28 mars 1985, citée par M. Vaudano, ibid., vol. V, c (...)
  • 32  V. Gissi, interrogatoire du 4 janvier 1983, cité par M. Vaudano, ibid., vol. II, chap. 9, sect. 3, (...)

31Giulio Andreotti est, lui aussi, indirectement impliqué dans le scandale, en ce qu’il est à l’origine de la nomination de Raffaele Giudice, l’un des principaux protecteurs de cette contrebande. Notons également Rodolfo Tambroni, ainsi que Bettino Craxi – qui reçoit de la part de Bruno Musselli une voiture blindée d’une valeur de 20 millions de lires, « à titre amical »28. Enfin, Aldo Moro ne semble pas totalement étranger à l’affaire. En effet, lors de son interrogatoire du 23 avril 1983 face au juge d’instruction Aldo Cuva, Mario Foligni définit Bruno Musselli comme « un homme qui entretenait avec Sereno Freato des rapports qui l’auraient conduit à soutenir économiquement le courant de Moro au sein de la Démocratie chrétienne »29. Lors de son interrogatoire du 3 avril 198430, Sereno Freato admet en effet avoir possédé un compte bancaire en Suisse – fermé en 1976 et dont aucune trace n’a subsisté – à travers lequel Bruno Musselli finançait le courant du député démocrate-chrétien. Il est vrai que le collaborateur d’Aldo Moro est un intermédiaire idéal. L’enquête menée par le tribunal de Milan dévoile qu’il est engagé activement dans l’escroquerie, en tant qu’associé occulte de la Bitumoil, chargé de la protection de l’activité de contrebande au niveau politico-administratif31. Selon le témoignage de Vincenzo Gissi32, son rôle au sein de la société est de faciliter les contacts avec les grandes compagnies pétrolières (en particulier Esso, Montedison, Total, Gulf, mais aussi ENI et AGIP). Son nom est même découvert sur un document provenant de la Direction générale des douanes et impôts indirects du ministère des Finances, dans lequel est établie une liste des raffineries soupçonnées de fraude fiscale et pour lesquelles aucun contrôle ne doit être effectué.

32Ainsi, le système de fraude bénéficie d’une protection certaine au niveau politique. Toutefois, les logiques occultes qui le régissent ont évolué. En 1972, comme nous l’avons vu, les compagnies d’armement et l’ENI « remercient » directement les hommes politiques qui leur ont permis de conclure des contrats avantageux. Ici, la P2 s’est interposée entre les deux groupes : il apparaît que la plus grande partie des hommes politiques, officiers de la Guardia di Finanza et pétroliers, y sont affiliés. Les propos de Sereno Freato, le 3 avril 1984, confirment d’ailleurs l’importance de la loge :

  • 33  S. Freato, interrogatoire du 3 avril 1984, cité par M. Vaudano, ibid., vol. V, chap. 19, p. 466.

Sur toute cette histoire, cela fait longtemps que j’ai ma propre théorie : si on réussissait à connaître exactement tous les inscrits, et à tous les niveaux, de la loge maçonnique P2 (à laquelle ont appartenu quatre des principaux inculpés), et en particulier si on réussissait à comprendre qui était à la tête de cette association secrète, de nombreux mystères italiens, dont le scandale pétrolier, pourraient enfin être mis en lumière.33

33À ce sujet, le dossier Mi.Fo.Biali est d’une grande utilité. On y découvre les liens du colonel Trisolini et de son supérieur avec Licio Gelli, on y apprend que ce dernier a une influence sur la nomination aux hautes charges militaires, et qu’éventuellement, la loge peut jouer un rôle dans la vie politique italienne. Or, ces trois points sont essentiels pour constituer le système de fraude que nous venons d’étudier. Sergio Flamigni, dans Trame atlantiche, rappelle d’ailleurs que le général Giudice et le colonel Lo Prete sont liés par toute une série d’affinités extrinsèques à leurs charges militaires. Tous deux sont affiliés à la P2, tous deux possèdent de grandes fortunes mobilières et immobilières (confirmées par le dossier Mi.Fo.Biali), tous deux en confient la gestion à la BNL et en particulier à Mario Diana – lui aussi de la P2. Selon cet auteur, la loge de Licio Gelli joue un rôle non négligeable dans l’élaboration et la protection d’une contrebande à une échelle si vaste.

La découverte de la fraude

34Comme nous l’avons vu, la contrebande est effectuée à très grande échelle et sur une longue période. Toutefois, un premier signal d’alarme est lancé en janvier 1976, lorsque le colonel Aldo Vitali, commandant de la Légion de la Guardia di Finanza de Venise, rédige un rapport dénonçant l’affaire. Il a alors droit à une mutation, fait l’objet d’une enquête et son rapport – qui contient les noms de Milani, Musselli, Gissi et de leurs couvertures politiques dans la région – est occulté.

  • 34  Voir S. Flamigni, Trame atlantiche, ouvr. cité, p. 310.

35Il faut attendre 1978 et l’arrestation – le 9 novembre – de Silvio Brunello, dirigeant d’une société pétrolière, surpris en flagrant délit de contrebande d’essence, à la suite des accusations de Primo Migliorini et Mario Ocello. Ces deux sous-officiers de la Guardia di Finanza s’adressent en effet à la magistrature, après s’être vus offrir quelque 25 millions de lires pour passer sous silence les irrégularités dont ils sont témoins au cours de leurs contrôles fiscaux34. Dès lors, le scandale éclate et les arrestations se multiplient.

  • 35  Ibid., p. 319.
  • 36  Document retrouvé à Castiglion Fibocchi en mars 1981, en même temps que la liste des affiliés. Sel (...)

36De leur côté, les responsables de la Guardia di Finanza, discrédités par les révélations, doivent quitter leurs postes. Le général Giudice démissionne en novembre 1978, avant d’être arrêté et condamné. Il est remplacé par le général Marcello Floriani. Mais là encore, il s’agit d’un proche de Licio Gelli qui a œuvré en sa faveur auprès du président du Conseil Giulio Andreotti. Donato Lo Prete, quant à lui, est remplacé par le général Pietro Spaccamonti, lui aussi affilié à la P2. La loge exerce donc un contrôle total et de longue durée sur l’appareil d’État responsable des contrôles fiscaux. Si l’on s’en tient aux propos de Sergio Flamigni35, la Guardia di Finanza constitue en effet un instrument tout à fait central pour couvrir les opérations politico-économiques liées au Plan de renaissance36 : elle compte au moins 39 officiers inscrits à la loge maçonnique. Il n’est d’ailleurs pas anodin de constater que le Rapport de la Commission parlementaire d’enquête sur la loge maçonnique P2, présidée par Tina Anselmi en 1984, contient le dossier Mi.Fo.Biali dans sa version intégrale. La P2 y est, en effet, omniprésente. Sans constituer le cadre principal au sein duquel se placent les activités de Mario Foligni et du général Giudice, elle apparaît tout de même comme une toile de fond à partir de laquelle peuvent naître toutes les initiatives des protagonistes.

37À la lumière de toutes ces informations, il apparaît que le dossier Mi.Fo.Biali est d’une importance considérable pour authentifier les activités illicites des responsables de la Guardia di Finanza. L’ensemble des chefs d’accusation émis à leur encontre par la magistrature au début des années quatre-vingt est illustré par au moins un épisode du dossier du SID. On comprend alors la portée tout à fait surprenante de cette enquête. Censée dévoiler les secrets d’un nouveau parti politique italien, elle permet de découvrir les contacts de certains acteurs italiens avec les autorités libyennes. La découverte de la corruption du général Giudice et de son entourage est révélée par surprise, mais constitue l’élément le plus important et le plus utile du dossier. C’est en effet sous cet angle que le dossier Mi.Fo.Biali, par son existence même, a une influence sur les affaires italiennes. À l’inverse, la dimension sécuritaire qu’il révèle quant aux relations de Mario Foligni avec la Libye est occultée. Nous chercherons donc, dans la suite de notre étude, à replacer celles-ci dans le cadre plus large des relations politiques entre les deux pays, et à comprendre la place réelle qu’elles y occupent.

Notes

1  D. Labozzetta, Audition du 20 octobre 1982, cité par T. Anselmi, La P2, nei diari segreti di Tina Anselmi, A. Vinci éd., ouvr. cité, p. 218.

2  M. Foligni, cité par D. Sica, « Mémorial des faits et rapports élaborés en 1975 », 18 novembre 1980, tribunal de Rome, cité par la Commission parlementaire d’enquête sur la loge maçonnique P2, Doc. XXIII cité, p. 754-755.

3  M. Foligni, Audition devant le juge d’instruction A. Cuva, tribunal de Turin, 23 avril 1983, cité par la Commission parlementaire d’enquête sur la loge maçonnique P2, Doc. XXIII, no 2 bis / 2, Rome, 1984, p. 211.

4  A. Cuva, Ordre de sentence du procès sur le scandale pétrolier, tribunal de Turin, 12 juin 1984, p. 316, cité dans le Rapport de la Commission parlementaire d’enquête sur la loge maçonnique P2, Doc. XXIII, no 2 quater / 3 / XXIII, p. 532.

5  M. Pecorelli, OP, 7 novembre 1975, cité par F. Mangiavacca, Memoriale di Mino Pecorelli, ouvr. cité, p. 397-398.

6  Ibid.

7  P. Gosso, Sentence de renvoi en jugement, p. 14-18.

8  M. Vaudano, Sentence du procès sur la corruption de la Guardia di Finanza, ouvr. cité, vol. V, chap. 18, sect. 4, p. 362.

9  Les organismes censés surveiller le marché du pétrole sont la Douane (pour les dépôts côtiers), l’UTIF (Ufficio tecnico imposte di fabbricazione) pour les dépôts et raffineries (aussi appelés « SIF ») destinés au pétrole pour lequel les impôts n’ont pas été payés, et la Guardia di Finanza (rôle institutionnel). En théorie, pour commercialiser du pétrole en Italie, il convient de décharger le pétrole brut à peine importé dans les dépôts côtiers et de le faire mesurer par l’administration douanière. Il est ensuite acheminé vers les raffineries (avant que l’impôt ne soit payé) et accompagné du certificat C/21. Les camions citernes doivent être scellés par le personnel de la Douane au moment du départ. À la raffinerie, le produit est pris en charge par l’Ufficio finanziario di fabbrica (dépendant de l’UTIF) qui contrôle toutes les étapes du travail et atteste la quantité et qualité du produit. L’impôt est payé à la sortie de ces raffineries ou des SIF. Le produit est alors stocké dans les dépôts libres en attendant sa commercialisation. L’opérateur pétrolier doit tenir un registre des chargements et déchargements du dépôt (quantité, provenance/destination, date, copie des documents accompagnant le transport), vérifié par l’UTIF. Le transport du produit doit être escorté d’un certificat de destination (H ter 16) délivré par l’UTIF et comprenant notamment dates et lieux de provenance et destination, heure de départ et d’arrivée, identité du chauffeur et immatriculation du véhicule et quantité et type de produit transporté. La connaissance de toutes les étapes et de tous les contrôles prévus théoriquement pour commercialiser du pétrole nous permet ainsi de nous rendre compte de l’ampleur et de la gravité de la complicité de la Guardia di Finanza, à tous les niveaux.

10  M. Vaudano, Sentence du procès sur la corruption de la Guardia di Finanza, vol. I, chap. 6, p. 362.

11  B. Musselli, interrogatoire du 14 décembre 1983, cité par M. Vaudano, ibid., vol. II, chap. 9, sect. 2, p. 112.

12  V. Gissi, mémoire du 31 décembre 1982 envoyé au juge d’instruction de la maison de réclusion de Fossano, cité par M. Vaudano, ibid., vol. II, chap. 9, sect. 3, p. 151.

13  M. Vaudano, ibid., vol. I, chap. 8, sect. 5, p. 382.

14  Ibid., vol. V, chap. 18, sect. 4, p. 364-373.

15  Ibid., p. 365.

16  Ibid., vol. IV, p. 126-127.

17  M. Vaudano, ibid., vol. III, chap. 9, sect. 12, p. 78.

18  P. Gosso, Sentence de renvoi en jugement, doc. cité, p. 64.

19  Voir S. Flamigni, Trame atlantiche, ouvr. cité, p. 313.

20  Ibid., p. 310.

21  V. Gissi, interrogatoire du 6 décembre 1983, cité par M. Vaudano, Sentence du procès sur la corruption de la Guardia di Finanza, doc. cité, vol. II, chap. 9, sect. 3, p. 166.

22  Voir P. Gosso, Sentence de renvoi en jugement, doc. cité, p. 39.

23  B. Musselli, interrogatoire du 14 décembre 1983, cité par M. Vaudano, Sentence du procès sur la corruption de la Guardia di Finanza, doc. cité, vol. II, chap. 9, sect. 2, p. 121.

24  V. Gissi, interrogatoire du 4 janvier 1983, cité par M. Vaudano, Sentence du procès sur la corruption de la Guardia di Finanza, doc. cité, vol. II, chap. 9, sect. 3, p. 142.

25  Il fut également le gérant des finances illicites de l’entourage de Cesare Previti, ministre de la Défense du gouvernement Berlusconi I, et de la corruption de la magistrature romaine en faveur du groupe Berlusconi.

26  M. Vaudano, Sentence du procès sur la corruption de la Guardia di Finanza, doc. cité, vol. I, chap. 8, sect. 5, p. 390.

27  Ibid., vol. I, chap. 8, sect. 5, p. 372.

28  B. Musselli, ibid., vol. V, chap. 19, p. 470.

29  M. Foligni, Audition devant A. Cuva, tribunal de Turin, 23 avril 1983, cité par la Commission parlementaire d’enquête sur la loge maçonnique P2, Doc. XXIII, no 2 bis / 2, Rome, 1984, p. 212.

30  S. Freato, Audition du 3 avril 1984, cité par M. Vaudano, Sentence du procès sur la corruption de la Guardia di Finanza, doc. cité, vol. V, chap. 19, p. 462-466.

31  Voir Sentence du tribunal de Milan rédigée le 28 mars 1985, citée par M. Vaudano, ibid., vol. V, chap. 19, p. 422.

32  V. Gissi, interrogatoire du 4 janvier 1983, cité par M. Vaudano, ibid., vol. II, chap. 9, sect. 3, p. 140.

33  S. Freato, interrogatoire du 3 avril 1984, cité par M. Vaudano, ibid., vol. V, chap. 19, p. 466.

34  Voir S. Flamigni, Trame atlantiche, ouvr. cité, p. 310.

35  Ibid., p. 319.

36  Document retrouvé à Castiglion Fibocchi en mars 1981, en même temps que la liste des affiliés. Selon ce texte, l’objectif final de la loge maçonnique est de renouveler l’ensemble du système politique italien et de constituer une république présidentielle sur le modèle français, tout en contrôlant les médias et la magistrature.

© ENS Éditions, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search