Version classiqueVersion mobile

Pétrole et corruption

 | 
Marion Morellato

III. 1976-1979 : un partenariat privilégié mais menacé par les affaires nationales italiennes

7. La fin de l’enquête Mi.Fo.Biali

Texte intégral

  • 1  Note citée lors de l’audition de G. Andreotti devant la Commission parlementaire d’enquête sur la (...)

1À la fin de l’année 1975, l’enquête du SID s’achève comme elle a commencé : de nombreuses zones d’ombre demeurent quant au destin du dossier Mi.Fo.Biali pendant et après son élaboration. Comme nous l’avons vu, Giulio Andreotti nie avoir eu connaissance des évolutions de l’enquête. Il est, en cela, contredit par l’amiral Casardi et le général Maletti : ce dernier rencontre le ministre de manière régulière afin de le tenir au courant de tous les aspects de l’affaire. Au cours de son audition, le 19 septembre 1981, face aux juges d’instruction Mario Vaudano et Pier Giorgio Gosso, il nie pourtant avoir évoqué l’affaire du pétrole libyen et le nom du général Giudice devant Giulio Andreotti, accréditant ainsi le témoignage de ce dernier. Mais l’ensemble est réfuté par l’agenda de Gian Adelio Maletti, saisi par la magistrature. Il y est écrit par exemple qu’une visite à Giulio Andreotti est prévue pour le 19 mai 1975, et une note manuscrite ajoute « NPP, Libye, pétrole, activité autorité judiciaire, Mic et ainsi de suite »1. De plus, l’amiral Casardi affirme devant les juges :

  • 2  M. Casardi, cité par P. Amendola, G. De Lutiis et E. Nunzi, Rapport de consultation technique, man (...)

Je confirme être certain d’avoir aussi prononcé devant le ministre Andreotti le nom du général Giudice, dans la mesure où il apparaissait dans le cadre des rapports avec Mario Foligni, au début de l’affaire, ou en tout cas peu de temps après.2

2Ainsi, à la fois l’amiral Casardi et le général Maletti rencontrent le ministre pour le tenir au courant de l’enquête. Mais un premier soupçon apparaît ici. La logique veut en effet que le responsable du bureau « D » s’adresse d’abord au directeur général du SID – l’amiral Casardi – qui à son tour, informerait le ministre de la Défense. En aucun cas le premier ne peut avoir de relation directe avec Giulio Andreotti. De même, c’est au début de l’automne 1974 que ce dernier commande l’enquête sur Mario Foligni. Or, dès le 23 novembre 1974, il quitte le ministère de la Défense au profit d’Arnaldo Forlani et se trouve nommé ministre du Bilan (gouvernement Moro IV). Les enquêtes du SID n’entrent plus, dès lors, dans le cadre de ses compétences. Mais il est le seul à être informé des évolutions de l’enquête.

  • 3  G. Maletti, interrogé par les juges d’instruction M. Vaudano et P. Gosso le 29 septembre 1981 à Jo (...)
  • 4  P. Gosso, Sentence de renvoi en jugement, p. 70.

3Il est apparu que les mises sur écoute n’ont pas été autorisées par la magistrature italienne et demeurent donc illégales. Or, la gravité des renseignements recueillis peut largement justifier que le SID informe la justice, a posteriori et sans risque d’être condamné pour avoir pris une telle initiative, afin qu’une procédure pénale soit lancée. Mais aucune démarche n’est entreprise dans ce sens. Le général Maletti affirme plus tard qu’il a ainsi voulu éviter un « tremblement de terre institutionnel » (un terremoto istituzionale)3. Mais l’omniprésence de la loge maçonnique P2 dans cette affaire peut expliquer le silence qui demeure autour du dossier Mi.Fo.Biali. C’est du moins ce qu’affirme le juge d’instruction Pier Giorgio Gosso dans la sentence qu’il rédige le 19 mars 1982 pour le tribunal de Turin. Il est vrai que l’ensemble du personnel chargé de l’enquête (c’est-à-dire Gian Adelio Maletti, Antonio La Bruna et Antonio Viezzer) est affilié à la P2, et que le dossier révèle l’influence de la loge dans de nombreux domaines de la vie politique italienne4.

4Enfin, les notes sur Mario Foligni et la Guardia di Finanza sont brusquement interrompues par la mutation du général Maletti – supérieur hiérarchique des agents responsables de l’enquête – au commandement de la division des grenadiers de Sardaigne, le 30 octobre 1975. Or, au lieu de transmettre les résultats de l’enquête à son successeur, le général Romeo, il confie le dossier à son bras droit, le capitaine Antonio La Bruna, afin qu’il le conserve dans un coffre-fort du NOD. Dans l’interview qu’il accorde à Andrea Sceresini, Nicola Palma et Maria Elena Scandaliato, publiée dans Piazza Fontana: noi sapevamo, il se justifie ainsi :

  • 5  G. Maletti, dans A. Sceresini et al., Piazza Fontana : noi sapevamo, ouvr. cité, p. 211.

Romeo était un homme de confiance de mon ancien chef de service, Vito Miceli. Donc j’avais peur que les nouvelles [contenues dans le dossier] puissent être emmenées à un autre endroit, ou même utilisées pour affaiblir le général Maletti. […] Avec l’accord de l’amiral Casardi, j’ai décidé de conserver le dossier dans l’armoire blindée du Noyau d’opération directe, le NOD. Alors, juste avant de passer les consignes, j’ai appelé le capitaine La Bruna et je lui ai dit de garder ces documents à disposition de l’amiral Casardi qui, en temps voulu, aurait dû les transmettre à la magistrature.5

  • 6  Voir note MFB no 38 (7 août 1975), p. 2, Doc. XXIII cité, p. 220.

5Quel que soit le degré de vérité de ces propos, le général Maletti commet ainsi une grave erreur professionnelle. De plus, il semble évident que son objectif est également de ne pas exposer son protecteur, Giulio Andreotti. Outre sa demande illégitime d’enquêter sur Mario Foligni, son absence de réaction face aux activités du général Giudice et au trafic de pétrole, il peut être mis en cause pour le contenu même du dossier. Son nom y apparaît dans une note du 7 août 1975 : la Guardia di Finanza engage en effet un contrôle fiscal auprès d’une entreprise de médicaments siégeant à Pomezia et coupable d’une évasion de plus de 700 millions de lires. Or, l’on découvre que Giulio Andreotti et Mgr Fiorenzo Angelini sont actionnaires de cette entreprise et que ce dernier cherche, en vain, à entrer en contact avec le général Giudice pour bloquer le contrôle fiscal6.

  • 7  G. De Lutiis, I servizi segreti in Italia, ouvr. cité, p. 310.

6Il existe donc, pour les principaux acteurs, de nombreuses raisons de dissimuler ce dossier. Il est ainsi négligé durant plusieurs années – jusqu’en 1978, date à laquelle, comme nous le verrons, Mino Pecorelli commence à en publier de larges extraits. Là encore, des doutes subsistent sur la façon dont le journaliste parvient à mettre la main sur le dossier. Il est difficile de savoir qui, du capitaine La Bruna ou du colonel Viezzer, le lui donne. Selon un article publié par Silvana Mazzocchi dans La Repubblica le 22 septembre 1987, intitulé « Les mille et une trames du grand marionettiste », le colonel Viezzer aurait également fourni à Licio Gelli une copie du dossier. Il ne serait donc pas invraisemblable d’apprendre qu’il a fait de même avec le journaliste. Mais si l’on s’en tient aux déclarations du général Maletti, le capitaine La Bruna est seul en mesure de transmettre le dossier à une tierce personne. Quoi qu’il en soit, d’une part la dissimulation d’une telle enquête auprès de la magistrature, et d’autre part sa transmission à un journaliste constituent des fautes professionnelles graves. Et à ce sujet, l’amiral Casardi, le général Maletti et le capitaine La Bruna sont inculpés, le 12 novembre 1981, par le parquet de la République de Rome, pour « violation de la garde publique de documents »7. Mais la mesure disciplinaire est suspendue car une action pénale est déjà en cours pour chacun d’eux.

Notes

1  Note citée lors de l’audition de G. Andreotti devant la Commission parlementaire d’enquête sur la loge maçonnique P2, Rome, 11 novembre 1982. Voir Rapport de la Commission parlementaire d’enquête, Doc. XXIII, no 2 quater / 3 / XXIII, Rome, 1984, p. 52.

2  M. Casardi, cité par P. Amendola, G. De Lutiis et E. Nunzi, Rapport de consultation technique, mandat du 3 août 1995, parquet de la République de Palerme, p. 120.

3  G. Maletti, interrogé par les juges d’instruction M. Vaudano et P. Gosso le 29 septembre 1981 à Johannesburg. Voir Sentence du procès sur la corruption de la Guardia di Finanza, vol. V, chap. 18, sect. 1, p. 206.

4  P. Gosso, Sentence de renvoi en jugement, p. 70.

5  G. Maletti, dans A. Sceresini et al., Piazza Fontana : noi sapevamo, ouvr. cité, p. 211.

6  Voir note MFB no 38 (7 août 1975), p. 2, Doc. XXIII cité, p. 220.

7  G. De Lutiis, I servizi segreti in Italia, ouvr. cité, p. 310.

© ENS Éditions, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search