Version classiqueVersion mobile

Principes de géographie humaine

 | 
Paul Vidal de La Blache

Deuxième partie. Les formes de civilisation

Chapitre II

Les instruments et le matériel

Texte intégral

I. Intérêt de l’étude des musées ethnographiques

1Il était bon d’envisager d’abord, dans un coup d’œil d’ensemble, ce complexe qui constitue la population d’une contrée : les différents éléments qui entrent dans la composition des groupes ; tout ce qu’ont assemblé les circonstances et tout ce que tient réuni la force des milieux. Il y a peu de groupes homogènes, si même il en existe, au point de vue de la race. Mais, sous l’influence des divers milieux, l’activité et l’industrie humaines se sont orientées en sens différent ; des suggestions locales ont agi, et, pour réaliser les intentions qui se sont fait jour, des instruments ont été imaginés. Bref, un travail s’est fait qui représente autant d’essais indépendants de résoudre en communauté le problème de l’existence sous la pression des influences géographiques.

2Ces influences se dessinent avec le relief des choses concrètes, lorsqu’on examine un de ces musées ethnographiques comme il en existe dans certaines villes d’Europe ou des États-Unis, où l’on a eu soin de coordonner d’une façon systématique, et en nombre suffisant, les spécimens d’objets et d’instruments en usage chez les différents peuples. Les savants qui ont présidé à ces collections en ont cherché de préférence les éléments dans les sociétés offrant le plus de chances d’originalité, par leur isolement, leur autonomie, et souvent dans les civilisations les plus menacées de périr. Cette juxtaposition prête à comparaisons instructives. À côté des matériels relativement riches qu’offrent les civilisations de la Mélanésie ou du Centre-Africain, il en est de chétifs et de rudimentaires, et qui sont tels, non par le hasard des trouvailles, mais par l’indigence des milieux. Quelques coquilles tranchantes, quelques pointes de flèche ou amulettes en os : voilà tout ce qui représente les insulaires Andamans dans ce musée des civilisations ; quelques engins de pêche, avec une peau de phoque pour vêtement, résument à peu près l’outillage des Fuégiens, tandis qu’à l’autre extrémité du même continent, les Eskimaux ont su tirer d’une nature plus ingrate encore un matériel infiniment plus riche. Parfois, certains spécimens appartiennent déjà au passé, ils évoquent un état de civilisation décapitée, qui a déjà perdu en partie, avec sa raison d’être, ce qui faisait son orgueil et son luxe : ainsi disparaissent les peaux de bisons sur lesquelles les Sioux bariolaient leurs textes hiéroglyphiques, les manteaux de plumes dont s’ornaient les grands chefs polynésiens, les boucliers en peaux de buffles qui figuraient dans l’attirail guerrier des riverains des grands lacs africains, les belles haches en serpentine ou en néphrite qu’on fabriquait en Nouvelle-Calédonie et en Nouvelle-Zélande. Elles vont rejoindre dans le passé ces grandes pirogues à becs richement sculptés que virent les Cook, les Bougainville, les Dumont d’Urville, et dont ils nous ont laissé des dessins, témoignages d’industries en train de s’éteindre et de civilisations condamnées, dont quelques-unes n’auront bientôt plus que les vitrines de musées pour dernier asile !

3Quelles qu’elles soient cependant, humbles ou riches, ces collections évoquent des sociétés qui ont vécu, évolué, qui ont subi l’action des temps comme celle des lieux. Jusqu’en Nouvelle-Calédonie des indices attestent une civilisation qui fut jadis moins rudimentaire.

4Ce n’est pas, en effet, sur l’impression superficielle d’exotisme qui résulte de la réunion d’objets rassemblés de toutes parts, qu’il faut s’arrêter. Lorsqu’une idée méthodique a présidé à leur classement, on ne tarde pas à percevoir qu’un rapport intime unit les objets de même provenance. Isolés, ils ne frappent que par un air de bizarrerie ; groupés, ils décèlent une empreinte commune. Peu à peu, par la comparaison et l’analyse, l’impression géographique se précise. De même que l’aspect du feuillage et des organes végétaux d’une plante, que celui de la fourrure et des organes de locomotion d’un animal permettent à un botaniste ou à un zoologue de discerner sous quelles influences générales de climat et de relief ces êtres pratiquent leur existence, il est possible au géographe de discerner, d’après le matériel soumis à son examen, dans quelles conditions de milieu il a été formé. Est-ce à une région de silves tropicales, de steppes, ou de bois résineux qu’appartiennent ces types d’habitations, d’armes et d’ustensiles ? Pour quel genre de proie ou de moyens de subsistance, ces instruments ont-ils été combinés ? La matière et la forme de ces appareils de chasse, de capture, de défense, de travail, de dépôt, de transport, dénoncent une provenance et une approximation se rapportant à certains genres de vie, formés eux-mêmes sous l’influence de conditions physiques et biologiques qu’il est possible de déterminer. En ce sens une leçon de géographie comparative se dégage des témoignages des sociétés les plus humbles. Et quant aux sociétés évoluées dont le matériel infiniment accru ne saurait se circonscrire dans les vitrines d’un musée, il s’y conserve, du moins provisoirement, assez de vestiges locaux d’usages et de costumes, pour que les spécimens en soient instructifs. L’émancipation du milieu local n’est jamais aussi absolue que nos yeux de citadins nous le feraient croire.

II. L’empreinte de la silve équatoriale

5Parmi les grandes zones de climat et de végétation, aucune n’est marquée d’un cachet d’œcologie plus frappant que celle des forêts tropicales humides, approximativement circonscrites entre 10 degrés au Nord et au Sud de l’Équateur. Nous avons dit quelles causes y conspirent à maintenir l’isolement des groupes humains. On aurait tort cependant de conclure qu’il ne s’y est pas développé de civilisations intéressantes. La majesté du monde végétal n’a pas été une magnificence perdue pour les œuvres des hommes. Les fûts élancés à grand diamètre, piliers sur lesquels s’étagent les galeries forestières, fournirent aux constructions les matériaux de gros œuvre, les pièces de charpente. Les bois durs et compacts se prêtèrent au travail de moulures et d’ornement. Diverses espèces d’arbres, figuiers ou autres, mirent au service des hommes une écorce flexible, propre à se découper en bandes et à acquérir par macération la solidité d’un tissu. Dans l’innombrable famille de palmiers qui peuplent cette zone, depuis l’Elæis guineensis, africain, la Mauritia flexuosa du Brésil, jusqu’au cocotier polynésien, l’homme mit à profit pour ses instruments ou ses édifices les fibres qui soutiennent les feuilles et les filaments tenaces dont s’entortillent les troncs. Le mode d’adaptation des pièces hétérogènes qui entrent dans la composition d’un instrument ou d’une arme, d’une case ou d’un bateau, a été souvent une pierre d’achoppement pour les industries primitives. Des chevilles en os ou en métal ou même des enduits de poix ou de goudron ont pourvu ailleurs à ces nécessités. Des filaments végétaux remplissent ici le même office. Ce fut avec eux qu’on lia le manche de bois et la hache de jade, le bois et la corde de l’arc, qu’on parvint à ajuster les pièces de charpente, à assujettir hermétiquement les bandes d’écorce formant paroi le long des cases, à maintenir dans le bateau les poutres assemblées et à leur superposer un appareil moteur. Les peuples mêmes qui connaissent l’usage du fer n’en continuèrent pas moins à user des fibres ou du rachis de leurs palmiers comme moyen de liaison et de soudure. Rien dans cette prodigieuse poussée végétale ne demeura inaperçu. Ces palmiers, ces pandanées, ces musacées ont de longues et larges feuilles que l’atmosphère gorge d’humidité, mais qui doivent néanmoins à la nécessité de résister à une évaporation puissante une extraordinaire consistance de tissu : ces frondaisons s’offrirent d’elles-mêmes pour former par leur assemblage des nattes souples et résistantes, des récipients à toute épreuve, et pour ménager aux habitations un revêtement de « tuiles végétales » non moins imperméable que celui dont nous sommes redevables à la tuile ou à l’ardoise.

6L’homme a entamé profondément ce monde végétal grandiose. Il en a disjoint les éléments pour les maîtriser. Ce n’est pas dans la masse forestière restée intacte, mais en bordure, dans les parties limitrophes qui en ont été détachées, qu’on peut le mieux observer ses effets sur les civilisations humaines. Les botanistes ont noté sur plusieurs points les traces incontestables des défrichements qui en ont restreint l’étendue. Telle est d’ailleurs la puissance de la végétation que des graminées arbustives, des roseaux géants se hâtent de prendre les places que la destruction de la silve laisse pour un court instant vides ; et c’est ainsi que le bambou, annexe et succédané de ce genre de forêts, est arrivé à occuper une aire dont l’étendue immense contribue à expliquer la diversité d’emplois auquel il donne lieu. Il s’associe de la sorte aux matériaux dont l’homme a pu faire usage ; il fournit son appoint dans ce somptueux arsenal d’énergies végétales, sous lequel a succombé l’activité des silvatiques eux-mêmes, mais qui a puissamment servi les riverains de la silve.

7La végétation tropicale a non seulement servi, mais maintes fois inspiré les œuvres des hommes. Ce sont des édifices vivants que ces étages superposés des galeries forestières, depuis le sous-bois à ras-de-sol et les arbres à mi-hauteur, jusqu’aux cimes suprêmes que surmonte et enveloppe la toiture aérienne de feuillage. Si l’architecture des cases n’en est qu’une reproduction bien médiocre, elle n’en décèle pas moins quelque lointaine réminiscence. Les entrelacements de lianes qui permettent à certains hôtes de la forêt de circuler sans toucher terre, devinrent entre les mains des hommes ces ponts végétaux qu’on trouve en usage depuis l’Afrique occidentale jusqu’à la Mélanésie ; les indigènes d’Amazonie en prirent modèle pour les hamacs, qui semblent avoir leur origine chez eux. Les gros fruits sphériques du Lagenaria et du cocotier, comme ailleurs les œufs d’autruche, communiquèrent aux coupes ou calebasses taillées dans leurs flancs, une configuration ronde ou ovale. Un autre type de récipient fut fourni par le cylindre creux qui existe entre chaque nœud du bambou, et dont la capacité peut aller jusqu’à deux litres. La nature vivante a cela de caractéristique, qu’elle suggère la forme en même temps qu’elle fournit les matériaux.

8Il y a un air de famille entre les œuvres matérielles issues de ces civilisations tropicales. Les analogies de climat et de nature vivante l’expliquent suffisamment, sans qu’il soit nécessaire de supposer des rapports et des emprunts, bien invraisemblables, quand il s’agit de contrées séparées par des étendues océaniques telles que l’Atlantique ou l’océan Indien. De l’Ouest-Africain au Congo, puis de la Mélanésie aux Philippines, enfin en Amazonie, le type de case rectangulaire à pignon domine. L’abondance et les proportions de bois durs, capables de fournir des piliers d’angles et des solives transversales, ont permis de donner à ces constructions des dimensions considérables, abritant de nombreux hôtes, se prêtant à servir de lieux de rassemblement et de danse ; on trouve jusque chez les tribus les plus reculées de Nouvelle-Guinée ces types de maisons communes. Partout, clans ces régions, le sol est stagnant et humide, réceptacle de reptiles et d’ennemis de toute sorte : partout aussi ou peu s’en faut, l’habitat est maintenu par des piliers ou pilotis à distance du sol ; non seulement sur les bords des fleuves ou des lacs du Vénézuela, mais jusque sur les collines où se logent de préférence les populations de Mélanésie, ou dans les régions élevées que les Tagals des Philippines choisissent pour leurs hameaux. Il faut enfin qu’un revêtement épais et sans défaut protège l’habitation contre l’assaut des pluies : de là ces toits à forte inclinaison où, grâce au raphia, au bananier, au ranevala, au cocotier, à une multitude d’essences également souples et résistantes, un habile entrecroisement des tiges ou des feuilles compose une supra-structure imperméable qui enveloppe la case presque tout entière. Tantôt s’écartant assez des parois végétales qui constituent le mur pour laisser la place d’une véranda, tantôt s’articulant de façon à emboîter l’une dans l’autre deux toitures superposées, ce pittoresque couronnement de la construction lui imprime une physionomie caractéristique, qui a dû frapper l’imagination des hommes, inspirer autour d’elle un éveil de goût artistique, car elle n’a pas été sans rapport avec l’architecture chinoise et japonaise.

9L’analogie des matériaux s’exprime plus d’une fois dans l’analogie des instruments. De ces bois durs et fortement colorés, dont la consistance conserve les arêtes vives et les moulures délicates gravées par la main de l’ouvrier, les Mélanésiens, les Africains du Congo et du Dahomey, les Américains de l’Amazonie ont tiré ces sièges sculptés, ces escabeaux ou tabourets sur lesquels s’est exercée, parfois jusqu’au délire, leur verve décorative. La massue, qui en d’autres contrées est restée une arme grossière et fruste, s’est raffinée, aussi bien en Polynésie qu’en Guyane, par une élégance et une variété de formes qui lui ont donné la valeur d’un ornement et d’un insigne de domination. Enfin, il a suffi d’évider le diamètre de certains troncs, pour obtenir ces tambours énormes qu’on trouve, depuis l’Ouest-Africain jusqu’à la Mélanésie, servant de signaux et d’appels, remplissant l’office qui revient ailleurs aux cornes et conques marines.

10Les lanières d’écorce fournies par différentes essences de Ficus, par l’Artocarpus en Indonésie, le mûrier à papier en Océanie, ont donné lieu, grâce à des préparations de macération et de battage, à ces tissus dont l’industrie polynésienne nous fournit de riches échantillons, mais qu’à un degré plus humble on retrouve en usage presque universel tout le long de la zone subéquatoriale, de la Polynésie à l’Indonésie, de l’Ouellé jusqu’à l’Orénoque.

11Non moins caractéristiques sont les applications auxquelles se sont prêtés les longs tuyaux de graminées arborescentes : dans les silves de l’Amazone, comme dans celles de Bornéo, de Sumatra et de la presqu’île Malaise, ils ont été convertis en cette arme de jet, Blowgun (Blasrohr) que nous appelons sarbacane, et d’où partent, mus par le souffle, le projectile ou la flèche empoisonnée. Engin essentiellement approprié à la forêt épaisse, où l’arc et la sagaie ne seraient pas d’un bon usage, il s’y est spécialisé à tel point qu’aujourd’hui son aire d’extension a décru en même temps que celle de la forêt même. Mais, comme les tissus d’écorce et beaucoup d’autres inventions caractéristiques dont l’emploi va se rétrécissant, il atteste le parti que ces embryons de civilisation ont su tirer du monde végétal au milieu duquel ils évoluaient. En l’absence même de rapports directs, de singulières convergences sont là pour attester une marche commune dans les procédés d’emprunts tirés de la nature ambiante.

12L’usage même des métaux a stimulé l’industrie indigène sans la transformer. Il est remarquable de constater surtout dans le centre et l’Ouest africain, combien la technique du métal s’y inspire de formes dérivées du régime végétal. On dirait que le fer ne s’est substitué au bois qu’en l’imitant. Il y a parmi ces couteaux de jet, ces serpes, ces instruments de sacrifice qui sont originaires de la région entre l’Ouellé et le Cassaï, une variété de formes qui rappelle celle qui s’exhale des innombrables essences réunies et concentrées dans la forêt tropicale. Les uns se profilent symétriquement le long d’un axe semblable à la nervure médiane d’une feuille de bananier ; d’autres se terminent en lancéoles comme une tige de palmier ; d’autres s’incurvent, et, dans leur concavité, projettent des dents ou lamelles semblables aux stipules qui se détachent de la gaine d’une feuille.

III. Centres de développement originaux

13Naturellement, une connaissance plus complète du monde tropical a mis en relief, se détachant sur ce fonds commun, une variété inattendue de développements originaux. L’intérieur africain, par exemple, a cessé de nous apparaître comme un morne ensemble d’uniforme barbarie. Sur les bords du Cassaï, du Congo, de l’Ouellé, les observations de voyageurs scientifiques ont dressé devant nous des types relativement avancés de civilisations : ainsi chez les Bakoubas, les Batékès, les Mongbouttous, chez d’autres encore.

14On a souvent remarqué, depuis Livingstone, la différence de nature à l’Est et à l’Ouest des grands lacs africains. Entre les Massaï et les peuples du Congo les instruments, les armes, les vêtements s’opposent comme la steppe à la silve, la faune de grands coureurs à la faune arboricole, le pasteur au cultivateur.

Les Malais

15C’est dans le monde insulaire et péninsulaire de Malaisie et de Mélanésie, au Sud du continent asiatique et comme à son ombre, que de nouveau la végétation tropicale se déploie dans sa splendeur. Elle s’accompagne, dans les grandes îles voisines du vaste continent, comme Sumatra et Bornéo, d’une richesse inaccoutumée en espèces de mammifères. La richesse et l’originalité du matériel ethnographique sont en harmonie avec cette nature vivante. Les Bataks de l’intérieur de Sumatra, les Semangs et Sakaïs de la presqu’île malaise, les Dayaks et Keniahs de Bornéo, ont constitué, chacun dans son genre, des types d’armes, vêtements, instruments, figures aussi archaïques maintenant par rapport à la civilisation malaise que le paraissent au milieu de nous celles du pâtre castillan ou du Palikare. Au bord des golfes ou des fleuves, au penchant des collines, entre les forêts qui couvrent l’intérieur à peine connu de ce petit continent qu’on appelle la Nouvelle-Guinée (plus de 800 000 kilomètres carrés), des Nègres dolichocéphales à épaisse toison chevelue ont, sans le secours des métaux, fabriqué des massues, des arcs, des tambours comme les Nègres d’Afrique, des masques fétichistes comme ceux du Dahomey, des tabourets artistement sculptés pour appuyer la tête, comme on en use au Japon, des pirogues à balanciers et plates-formes comme il en fourmille entre les îles du Pacifique.

16Ces surfaces terrestres vont s’émiettant, se dispersant en une poussière d’îles dont les marins se racontaient, du temps de Marco Polo, « qu’il y en avait 12 700, toutes habitées sans compter celles qu’on ne sait pas ». Mais si l’appauvrissement de la nature végétale y correspond au rétrécissement des surfaces, les analogies générales subsistent. Il n’y a pas d’hiatus véritable entre le monde malais et le monde polynésien ; une connexité s’y laisse apercevoir, beaucoup plus nette qu’entre l’Est et l’Ouest de l’Afrique équatoriale. Il faut ici certainement tenir grand compte des relations d’échanges et d’emprunts qui se sont produites sur les voies d’une colonisation embrassant presque toute l’étendue du Pacifique. Toutefois c’est encore la nature ambiante qui fournit le fil conducteur.

Les Polynésiens

17Dans l’inventaire tropical des continents, les seuls animaux mis à contribution sont les oiseaux, surtout au Brésil et en Guyane, ou les hôtes puissants des marais ou savanes, éléphants en Afrique, buffles en Asie. La faune marine n’apparaît que çà et là sous les formes minuscules de perles ou monnaies d’échange. Elle prend, au contraire, de plus en plus d’importance en Indonésie, en Mélanésie, pour devenir enfin prépondérante dans les archipels du Pacifique. Déjà à Bornéo, en Nouvelle-Guinée, et jusque dans les montagnes de la Birmanie et de l’Assam, on voit les longs boucliers de bois se garnir et se rehausser de coquilles, à Bornéo des cuirasses d’écorce se blinder d’écailles de poissons, en Nouvelle-Guinée les masques fantastiques se recouvrir d’une plaque en carapace de tortue.

18Ainsi s’annoncent les approches d’une région maritime qui se distingue entre toutes les autres par la variété et la magnificence de sa faune. C’est entre l’océan Indien et la partie tropicale du Grand Océan que le domaine des tortues géantes, des huîtres perlières, se rencontre avec celui de la Cyprea moneta, premier spécimen de cette monnaie de coquillage qui eut une si extraordinaire dispersion, du Nautilus, et surtout de la merveille des merveilles, le Tridacna gigas, dont les coquilles bivalves, larges souvent d’un mètre et semblables à un bénitier, se drapent des plus vives couleurs. Cette région indo-pacifique, par ses constructions de coraux qui ménagent l’abri et la nourriture, entre leurs récifs et dans leurs lagunes, à des légions de poissons, est, à sa manière, un puissant foyer de vie. L’empreinte de cette animalité maritime s’est communiquée à l’industrie humaine. Privés de métaux, ces Océaniens ont utilisé la dureté et les dimensions du Tridacna gigas, qu’ils trouvaient implanté sur les récifs de polypiers, pour en fabriquer des ornements et des armes. Par un frottement obstiné au moyen d’une pierre enchâssée dans une tige de bambou, ils en évidaient le centre, ou ils en taillaient les arêtes. Des disques, des bracelets, des instruments ayant le tranchant de la hache sont sortis de ce patient travail. De plus, les grands rôdeurs des mers tropicales, squales, cachalots, ont contribué par leurs dents et leurs arêtes à hérisser les massues, lances et harpons, et à renforcer d’accessoires aussi meurtriers que pittoresques l’arsenal sur lequel est fondée l’existence de ces insulaires.

19Une note fortement caractérisée d’endémisme prévaut à la faveur du morcellement insulaire. Le matériel ethnographique, comme le genre de vie, varient d’archipels en archipels. À côté de spécimens perfectionnés d’art nautique, on constate l’ignorance de la navigation. C’est ainsi que l’archipel des îles Matty, si voisin de la Nouvelle-Guinée, s’en distingue par l’absence de tout matériel naval. Les formes de massues, quoiqu’empruntées aux mêmes matières, se diversifient d’île en île. L’attirail et l’accoutrement guerrier se spécialisent. L’insulaire des Salomon, avec son disque d’écaille plaqué sur le front, son arc en bois de cocotier et son bouclier de filaments végétaux, représente un des types les plus originaux. Plus étrange et plus formidable est le guerrier des îles Gilbert, armé d’une massue que hérissent des dents de squales, et protégé par une cuirasse de filaments de cocotiers garnie de chevelures humaines, dont il s’enveloppe hermétiquement, malgré le climat, et qui évoque je ne sais quelle figure de samouraï ou de chevalier du Moyen Âge égarée dans ces mers polynésiennes ! Parmi cette diversité de civilisations insulaires, s’étalait enfin, aux temps où ces sociétés étaient encore intactes, l’aristocratique chef maori, avec le casse-tête en serpentine ou en os de baleine suspendu au poignet, et le manteau en Phormium tenax dans lequel se drapait son importance. Dans cette lointaine Nouvelle-Zélande, terme extrême vers le Sud des colonisations polynésiennes, comme dans l’archipel des Hawaï, vers le Nord, ces civilisations insulaires avaient jeté un certain éclat. Là, comme à Tonga, Samoa, Tahiti, se pratiquait la construction de ces grandes pirogues qui firent l’admiration des Cook et des Dumont d’Urville. Quand on songe que les artisans qui avaient su accoupler ensemble de grandes pirogues, longues parfois de 30 mètres, assez étroitement reliées pour manœuvrer ensemble, n’avaient eu pour accomplir cette difficile besogne d’autres matériaux, en dehors du bois, que des filaments végétaux et des gommes, ni d’autres instruments que la coquille ou la pierre, cette admiration ne peut que redoubler.

IV. Le monde des savanes découvertes

20Plus on s’éloigne vers les Tropiques, plus la végétation cesse d’être souveraine maîtresse. À la savane boisée succède la savane herbeuse, à celle-ci la steppe. Avec l’amoindrissement de la végétation diminuent les emprunts dont elle est l’objet. Mais la substitution d’une faune de steppe à la faune de forêt donne lieu à des combinaisons nouvelles. C’est le règne animal qui devient le guide de l’industrie humaine. Par troupeaux, par hordes innombrables, antilopes, gazelles, autruches, bisons, ovidés, animaux coureurs adaptés par leur pelage ou leurs plumes à de plus grandes diversités de milieux et à de plus grandes intempéries de climat, s’offrent comme matières vivantes. Le cuir découpé en lanières, tendu en boucliers, assoupli en vêtements ou récipients, remplit l’office dévolu dans la zone tropicale humide aux lianes, filaments, cylindres de bambou, écorce végétale. Le développement de la vie pastorale en Afrique dans l’un et l’autre hémisphère a accentué cette empreinte commune. Pasteurs et guerriers, les Massaï et Gallas au Nord de l’Équateur, les Cafres et Zoulous au Sud, s’accordent pour emprunter aux dépouilles d’animaux leur équipement et leurs ustensiles. Mais le goût de chacun ou les circonstances locales introduisent des variantes. Le bouclier oblong en peau de bœuf prend chez les Zoulous, ces Spartiates de l’Afrique, des proportions en rapport avec leur haute taille. Le guerrier matébélé s’entoure d’une ceinture où pendent des peaux de bêtes. Plus pacifique, le pasteur héréro a consacré un soin particulier à l’outillage transportable qu’exige son genre de vie ; il oppose un ample manteau de peau, le karof, aux brusques variations de température. Chez les peuplades guerrières de l’Est africain, l’édifice de la chevelure ressemble à une crinière léonine que rehausse un encadrement de plumes d’autruche : et la figure ainsi affublée des guerriers massaï ou du Kavirondo ressuscite à nos yeux ces chasseurs berbères que représentent, au Nord du Sahara, les gravures rupestres de la période néolithique, ou les Libyens que nous montrent les monuments égyptiens de la dix-neuvième dynastie.

21Si inférieure que soit la faune des steppes du nouveau monde elle ne fit pas défaut à l’industrie humaine : dans l’Amérique du Sud le guanaco fournit aux Tehuelchés de Patagonie le cuir nécessaire pour le maniement de la bola, et, après l’introduction du cheval, pour le harnachement de leurs montures. Les Sioux dans l’Amérique du Nord dressèrent leurs tentes avec des peaux de bison, ou en firent la trame de ces étoffes sur lesquelles des figures peintes retraçaient des signes généalogiques ou parlaient un langage symbolique.

22Beaucoup de ces choses appartiennent au passé : une note d’archaïsme se mêle ainsi à la note d’exotisme. Nos yeux en Europe sont accoutumés à associer ces différences tranchées de costumes et d’affublements à des régions exceptionnellement restées à l’écart, vivant de leur vie propre. Il s’en trouve encore de telles, bien que plus rares chaque jour, dans nos montagnes d’Europe, autour de la Méditerranée, et sporadiquement dans les Alpes et les Carpathes. Le pâtre castillan, le Palikare, le berger valaque, le Tirolien, l’Uzule des Tatras, sont des exemplaires à peu près intacts de ces survivances déjà partiellement en péril de mort. Quelques pièces de costume, le plus souvent, demeurent les seuls indices des exigences locales des milieux. Aujourd’hui, comme de temps immémorial, le Touareg, cavalier voilé du désert, protège par le litham son visage et ses yeux contre la fine poussière qui flotte dans l’air. Contre les inégalités du soir et du matin, du soleil et de l’ombre, la chlamyde velue en peau de mouton, la mastruca sarde, le capuchon du burnous protègent les épaules et complètent l’image toujours vivante de types connus, que figurent les terres cuites antiques. Sous différentes formes, avec ou sans broderies, on peut observer, de l’Espagne à l’Iran, l’existence d’une pièce de vêtement, la guêtre de feutre ou de cuir, rendue indispensable par les taillis et broussailles qui encombrent le sol en l’absence de véritables forêts.

V. Survivances et développements autonomes dans les zones tempérées et froides

23L’empreinte locale est tenace. Elle subsiste dans nos contrées civilisées sous les formes multiples des objets de première nécessité que continue à fabriquer l’industrie domestique : les jarres, les vases et poteries en Espagne, comme en Berbérie et en Égypte, s’y reproduisent tels encore qu’ils sortirent des mains des premiers potiers qui pratiquèrent l’art de façonner la matière argileuse. L’habileté à plier le bois aux formes et aux usages les plus variés trouva, dans les forêts à feuilles caduques de l’Europe centrale et orientale, matière à s’exercer en sens différent : nous verrons le parti que l’art de la construction et celui du transport surent tirer de ces bois résistants et flexibles ; mais, si l’on veut encore aujourd’hui se faire une idée de la familiarité avec laquelle en usèrent nos pères, on n’a qu’à considérer ce qui reste de leur mobilier dans quelques campagnes reculées ; ou mieux encore qu’à voir à combien d’applications les emploie l’industrie domestique dans les gouvernements forestiers de Russie d’Europe. Le bois, pour bien des choses, y tient lieu de métal ; le moujik est charpentier comme le fellah est potier. Les deltas du Tonkin et de la Guyane amazonienne ne sont guère inférieurs à cet égard au delta du Nil.

24L’isolement, la spécialisation des genres de vie sont, pour quelque temps encore, des garanties de conservation. Dans les steppes de l’Asie centrale, le matériel des pasteurs kirghiz, tentes de feutre, lanières de cuir, cordes de laine, tapis et vêtements, ustensiles, est entièrement emprunté au bétail qui constitue la richesse ; et il garde, malgré l’invasion du coton et des importations étrangères, ce caractère local qui, chez nos montagnards, nous frappe comme un archaïsme.

25Il existe, le long des fiords et des fleuves poissonneux qui sillonnent dans le Nord-Ouest de l’Amérique la bande en partie vierge des forêts de la Colombie britannique, un groupe de tribus dites Nutkas qui forment un chapitre curieux et unique d’ethnographie américaine. Là se conserve un ensemble encore à peu près complet de civilisation matérielle portant à un haut degré l’empreinte d’un milieu spécial. Le bois domine dans les constructions et les ustensiles. Dans ces maisons de planches, que précèdent des piliers sculptés représentant des figures totémiques, la poterie est inconnue, et c’est dans des vases de bois qu’au moyen de pierres brûlantes on procède à la cuisson des aliments.

26Cependant pour trouver des sociétés gardant plus strictement encore l’empreinte locale, il faut pousser jusqu’à ces peuples que la configuration de l’hémisphère boréal relègue autour des mers arctiques, au-delà de la ceinture forestière qui entoure le Nord de l’ancien et du nouveau monde. Il est vrai que ce qu’on appelle par antiphrase la civilisation les assiège, sous forme d’alcool, et les décime. Ceux, toutefois, qui, comme les Samoyèdes, ont pu s’accommoder du séjour de la toundra, des steppes de l’Extrême-Nord, échappent plus que les chasseurs de fourrures au péril qui les guette. Ils trouvent dans l’élevage du renne et dans l’existence du bouleau-nain, seul arbrisseau qui se hasarde jusqu’en ces parages, la matière des vêtements dont ils se couvrent, des peaux ou des écorces dont ils revêtent leurs tentes d’été, des récipients dont ils font usage.

27Plus spécialisé dans un autre genre de milieu arctique est l’ensemble des tribus Innuit ou Eskimaux, qui ont su se créer une patrie depuis le nord de l’Alaska jusqu’au Groenland. Là, ce n’est pas l’élevage du renne, ni la pêche dans les fiords qui subviennent à l’existence : mais les grands mammifères marins, qu’il faut, l’été, poursuivre au large, ou, pendant l’hiver, surprendre dans les trous de glace où ils viennent respirer. Pour subvenir au vêtement, à la nourriture, à l’abri, à l’armement, au transport, rien que les peaux, les défenses ou les os, l’huile de ces animaux ; la neige pour y pratiquer des demeures hivernales ; et ce que les courants marins peuvent rejeter de bois flottés sur les rivages ! Ce que l’Eskimau est parvenu à réaliser avec ces moyens est extraordinaire. Nul autre que ce spécialiste des régions polaires américaines n’a pu s’accommoder de ce milieu : cet isolement a protégé son originalité. C’est avec un mélange de bois et de peaux de morses ou de phoques qu’il fabrique ses embarcations, avec les dents ou défenses de ces animaux qu’il arme ses harpons ; il n’est pas jusqu’à l’arc dont jadis le bois était remplacé par un assemblage d’os articulés. Dans l’exécution technique et le fini artistique des objets variés qu’exigeait leur genre de vie, « les Eskimaux, dit Ratzel, ont réalisé de grandes choses ». Ce qu’il y a chez eux de plus remarquable, après le vêtement qui est l’arme contre le climat, ce sont les instruments de locomotion : le traîneau, que des attelages de chiens font glisser sur la neige ou le tapis de mousse, et surtout le cayak, la longue et mince barque couverte de cuir, dans l’orifice duquel s’introduit le pêcheur et qui est comme le prolongement de sa personne.

Conclusion. Les civilisations stéréotypées

28L’intérêt qu’excitent de nos jours ces exemplaires de civilisations autonomes se justifie. On y voit comment, spontanément, indépendamment les uns des autres, sur des points très divers, ont pu s’organiser des genres de vie. Forcé de tirer parti des ressources fournies par le milieu, ne pouvant faire dépendre sa vie de l’apport faible et aléatoire du commerce, l’homme a concentré son ingéniosité sur un nombre parfois très restreint de matériaux, et a su les plier à une extraordinaire multiplicité de services. Tel a été le rôle du bambou ou du cocotier sous les tropiques, du dattier ou de l’agave dans les contrées arides, du bouleau dans les régions subarctiques, du renne dans le Nord de l’ancien monde, du phoque ou du morse dans le Nord du nouveau ; de telle sorte qu’on pourrait, à l’exemple de certains géographes botanistes, attribuer à telle ou telle de ces espèces vivantes la valeur d’un type et en faire le signalement de certains domaines de civilisation.

29Mais, si intéressantes que paraissent ces civilisations, par cela même qu’elles sont attachées à des milieux spéciaux, elles sont frappées d’infirmité. Il leur manque le don de se communiquer et de se répandre. Toutefois, si leur dépendance envers le milieu local est une infériorité, elle ne fait que mieux éclater en certains cas la puissance et la variété d’inventions dont l’homme est capable. Car il s’en faut que ces civilisations autonomes, que nous sommes tentés de traiter de rudimentaires et primitives, soient toutes au même niveau et se montrent sur le même plan. Le temps n’est plus où le Centre africain nous apparaissait sous l’aspect d’une morne uniformité barbare. Il y a, ou il y a eu parmi ces sociétés des degrés divers ; quelques-unes, comme ces Mongbouttous qu’a décrits Schweinfürth, étaient parvenus à un assez haut degré d’évolution, par comparaison avec d’autres groupes. Entre les Eskimaux de l’Extrême-Nord de l’Amérique et les Fuégiens de l’Extrême-Sud, l’inégalité est un abîme : tous ces peuples pourtant ont eu à se débattre, livrés à leurs propres ressources, contre une nature plus ou moins inhospitalière. Le succès a été inégal comme l’effort.

30On remarque toutefois, à travers la variété des matériaux fournis par la nature, une ressemblance dans les procédés d’adaptation mis en œuvre. Les instruments que l’homme a fabriqués pour l’attaque ou la défense, pour le transport, ou comme récipients, ne s’écartent pas sensiblement de certaines formes générales. Que ce soient la pierre, l’or, la coquille ou le bois qui entrent dans leur composition, la hache, la massue, l’arc, présentent le même ensemble. La pirogue creusée dans un tronc, le canot d’écorce, le cayak revêtu de peaux, le gréement des voiles de nattes, de lin et de cuir comme chez les anciens Celtes, diffèrent plus par les matériaux que par les formes. Ce qui s’exprime ainsi, c’est l’intention qui préside à l’adaptation de la matière, c’est l’élément inventif par lequel l’homme y imprime sa marque. Il y a dans l’esprit humain assez d’unité pour qu’elle se manifeste par des effets à peu près semblables.

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search