Version classiqueVersion mobile

Pétrole et corruption

 | 
Marion Morellato

II. 1975 : Mi.Fo.Biali, ou comment lier corruption italienne et géopolitique méditerranéenne

6. « La Sicile, “Quatrième rive” de Muammar el-Kadhafi »*

Texte intégral

  • * M. PecorelliPecorelli, Carmine (Mino), OP, 28 mars 1978, cité par F. MangiavaccaMangiavacca, Franca (...)
  • 1  Citée par la Commission parlementaire d’enquête sur la loge maçonnique P2, Doc. XXIII, no 2 quater (...)

1Mario Foligni est, d’un point de vue politique, un agent des aspirations libyennes sur le territoire italien. Mais il est important de rappeler que les convoitises du colonel Kadhafi ne se limitent pas aux pouvoirs de Rome – sur lesquels, du reste, il exerce une influence par d’autres moyens. Son attention est aussi et surtout dirigée vers la Sicile. Il s’intéresse en effet aux mouvements indépendantistes, leur accordant une aide considérable. À ce sujet, il convient d’étudier avec précision la dernière note du dossier Mi.Fo.Biali1. Aucun lien ne permet réellement de la rattacher au reste du dossier, dans la mesure où elle présente des acteurs tout à fait nouveaux et où elle n’est même pas numérotée. Ni Mario Foligni, ni Raffaele Giudice, ni aucun des protagonistes du dossier n’y est cité. Mais il y est question des velléités libyennes sur le territoire italien, et en particulier des liens suspects entre le séparatisme sicilien et les autorités libyennes. Et l’île de Malte est une fois de plus présente dans les relations entre les deux pays. Il apparaît enfin que le journaliste Mino Pecorelli a connaissance de cette note et la publie en 1979, en l’explicitant, dans la revue Osservatore politico. Deux éléments apparaissent clairement dans ces textes : l’opportunisme des leaders indépendantistes siciliens, et la volonté des Libyens de contrôler l’activité sicilienne – ou du moins d’empêcher qu’elle ne collabore avec les États-Unis. Ils financent ainsi une partie des associations indépendantistes de l’île et en surveillent tous les faits et gestes.

  • 2  M. Pecorelli, OP, 12 décembre 1978, cité par F. Mangiavacca, Memoriale, ouvr. cité, p. 369.

2Au centre de cette note, on trouve Salvo Barbagallo, journaliste de la revue L’Ora de Palerme, de sensibilité communiste. La note semble laisser entendre qu’il est agent du SID, dans la mesure où il peut obtenir des informations de la part de ce dernier. Un article publié par Mino Pecorelli le 12 décembre 1978, intitulé « Séparatisme. Où va la Sicile ? »2, nous apprend également qu’au début de l’année 1975, il est nommé à la tête de l’association siculo-arabe. Créée en 1974 à Catane sous l’égide de la Ligue des États arabes à Rome, elle a pour objectif officiel de mettre en place un vaste programme de collaboration économique et culturelle entre la Sicile et le Monde arabe. Mais dans la pratique, l’association est manœuvrée par les autorités libyennes qui lui accordent une subvention initiale de 250 millions de lires. Après un discours aux accents séparatistes, le 15 février 1975, qui déplaît à la Libye – car il est jugé prématuré –, ses dirigeants Michele Papa et Filippo Jelo sont destitués et remplacés par Salvo Barbagallo. Si l’on s’en tient aux affirmations de Mino Pecorelli, c’est avec lui que la collaboration entre la Sicile et la Libye prend son essor. Le 22 juin 1975, il parvient à convaincre Silvio Milazzo, ancien président de la région Sicile et dirigeant du « Mouvement indépendantiste sicilien », de s’engager auprès de l’association siculo-arabe. Dès lors, les contacts avec la Libye se font plus intenses. Notons en particulier que nombre de « diplomates » ou observateurs libyens s’installent alors en Sicile (notamment à Catane) et servent de relais dans les relations entre l’île et l’ancienne colonie. Citons notamment Ahmed Chehati (secrétaire général de l’Union socialiste arabe de Libye), Edmond Farhat (travaillant au Secrétariat d’État du Vatican), Abdellatif Kikhia (récemment nommé ambassadeur de Libye en Italie), Gibril Challouf (ancien ambassadeur de Libye en Italie), ainsi que le Jordanien d’origine palestinienne Sobbi Youssef Nasr (étudiant à Catane, chargé par les autorités libyennes de surveiller l’action des différentes associations indépendantistes implantées dans la ville). Salvo Barbagallo s’emploie également à obtenir le soutien d’hommes politiques siciliens. Il parvient à rallier à sa cause l’ancien député communiste Francesco Pizzino, le député socialiste Concetto Carone ainsi que le syndicaliste Giuseppe Mancusa.

3De leur côté, Michele Papa et Filippo Jelo, toujours membres de l’association, tentent de mettre en place une étroite collaboration avec le leader de l’Organisation pour la libération de la Palestine, Yasser Arafat. Mais leur action semble être le fait d’un certain opportunisme. Dans un article publié le 30 janvier 1979 dans Osservatore politico, Mino Pecorelli rapporte les détails d’une entrevue, en septembre 1978, de Michele Papa et Mario Labisi (représentant du Parti républicain italien en Sicile) avec trois représentants de l’OLP. L’étude de cette conversation nous montre bien à la fois l’artificialité des revendications des dirigeants siciliens, prêts à tout accepter pour collaborer avec l’OLP, et le rôle important que joue le colonel Kadhafi en faveur de la cause palestinienne. En effet, Mario Labisi affirme à propos de la lutte contre Israël :

  • 3  M. Labisi dans « Sicilia. Mò che il Libano s’avvicina », OP, 30 janvier 1979, M. Pecorelli, cité p (...)

Nous sommes convaincus que vos revendications sont sacrées, qu’avec l’aide d’un peuple noble, d’un peuple fort comme l’est celui de Kadhafi, vous parviendrez à obtenir la victoire, et votre victoire sera la victoire de Kadhafi. Ce sera la victoire de tous ceux qui se sont unis à vos revendications sacrées et sacro-saintes.3

4Toutefois, les propositions énoncées par les deux hommes laissent planer un doute sur les idéaux qui les poussent à agir. Lors de la discussion rapportée par Mino Pecorelli, ils offrent tout d’abord d’envoyer un corps de combattants volontaires siciliens, puis envisagent l’éventualité d’envoyer des médecins et infirmières à Beyrouth, avant d’accepter avec enthousiasme le souhait de l’OLP d’envoyer ses blessés en Sicile.

5En parallèle, Salvo Barbagallo fonde l’Organisation pour la libération de la Sicile (OLS) avec Giuseppe Mignemi et Gaetano Ferrini – vraisemblablement au cours de l’année 1975. Ici aussi, les liens avec la Libye sont étroits : l’objectif des trois hommes est d’obtenir des financements de la part de la Libye. À cette fin, et grâce à l’aide de Sobbi Youssef Nasr, Giuseppe Mignemi se rend à plusieurs reprises à Tripoli : il est chargé par ses associés de négocier la concession de 500 milliards de lires pour réaliser un plan politique et économique en Sicile afin de convaincre l’opinion publique, d’abord régionale puis nationale, de s’opposer à la présence américaine en Sicile et d’accueillir favorablement celle de la Libye. Notons également qu’il y rencontre, en 1975, Yasser Arafat avec qui il discute de la possibilité d’envoyer cinq cents jeunes Siciliens dans des camps d’entraînement palestiniens afin qu’ils combattent aux côtés des fedayins. Enfin, il apparaît là encore que l’île de Malte, par sa position de neutralité, n’est pas totalement étrangère aux rapports entre les deux pays. La note du dossier Mi.Fo.Biali précise en effet qu’un rendez-vous (infructueux) est organisé à Malte entre des représentants libyens et les dirigeants de l’OLS, le 1er juin 1975.

6Cette rencontre manquée est une preuve supplémentaire de la volonté de la Libye de contrôler l’activité séparatiste sicilienne. Les représentants de Kadhafi ne s’y présentent pas, mais surveillent de manière ostentatoire tous les mouvements des trois dirigeants siciliens. L’objectif est clairement de montrer leur supériorité et l’efficacité de leurs services secrets. D’une manière générale, l’appui proposé par la Libye n’est pas exempt de conditions. Contrairement à ce que le colonel Kadhafi déclarera par la suite, il ne s’agit pas seulement de soutenir un peuple oppressé mais d’en contrôler l’activité. L’ambition de l’ancienne colonie est de protéger ses intérêts en Italie en s’infiltrant dans le jeu politique du pays. Ainsi, lors d’un débat sur le séparatisme qui a lieu en Sicile, le 14 mars 1975, en présence de Salvo Barbagallo, Silvio Milazzo, Giuseppe Mancusa et Concetto Carone, entre autres, Ahmed Chehati déclare que le gouvernement libyen est prêt à financer l’Italie, et en particulier la Sicile, à condition que celles-ci prennent leurs distances avec les États-Unis et que les bases militaires américaines présentes sur le territoire soient fermées. Et les dernières pages de la note du dossier Mi.Fo.Biali nous révèlent que le gouvernement de Tripoli, par l’intermédiaire de Gibril Challouf et Ahmed Chehati, espère obtenir un appui concret à Rome, sur le plan politico-journalistique. À cette fin, les deux hommes rencontrent Salvo Barbagallo le 10 juin 1975 et se renseignent sur la possibilité de collaborer avec l’Agence de presse Inter Press Service. Le manque de sources à ce sujet nous empêche toutefois de connaître l’issue de cette initiative.

7D’une manière générale, il est à supposer que l’ensemble des contacts rapportés par le dossier du SID entre la Sicile et la Libye demeurent marginaux et n’ont pas une influence décisive sur la politique italienne. Toutefois, à l’instar du poids de l’ancienne colonie dans le NPP de Mario Foligni, ces différents épisodes témoignent d’une volonté certaine, de la part du colonel Kadhafi, de s’infiltrer dans le système politique italien afin d’y protéger ses intérêts. L’objectif principal de Muammar el-Kadhafi est d’empêcher l’Italie de s’engager plus avant dans la collaboration avec les États-Unis. Rome répond à ces tentatives par un discours ambivalent vis-à-vis de la superpuissance américaine. D’une part, on recherche sa protection et un partenariat économique privilégié, et d’autre part on souhaite une certaine autonomie, en particulier sur les questions géopolitiques concernant le bassin méditerranéen. Cette stratégie se renforce par la suite : il n’est peut-être pas anodin d’observer que Giulio Andreotti, considéré comme le démocrate-chrétien le plus proche des États-Unis, est également l’interlocuteur privilégié de Muammar el-Kadhafi.

Illégalité et intérêts personnels à la tête de la Guardia di Finanza

Les contacts de Raffaele Giudice

  • 4  Note MFB no 28 (3 juillet 1975), p. 1-2, ibid., p. 143-144.
  • 5  Note MFB no 40 (8 septembre 1975), p. 1-2, ibid., p. 258-259.
  • 6  Note MFB no 44 (2 octobre 1975), p. 1-3, ibid., p. 293-295.

8Bien vite, l’enquête dirigée par Demetrio Cogliandro est étendue à la Guardia di Finanza et met en lumière des problèmes de corruption à l’échelle nationale. Le SID confirme les doutes soulevés quant aux soutiens dont a bénéficié le général Giudice lors de sa nomination au commandement général. Peu de renseignements nous sont donnés sur les appuis politiques dont il bénéficie. Le dossier Mi.Fo.Biali relève des contacts entre le général et le conseiller d’État Ugo Niutta, mais il est difficile d’en connaître précisément les circonstances. On sait seulement que ce dernier profite de la position du couple Giudice-Trisolini pour obtenir des informations sur le compte de certaines personnes4. De plus, la note no 40 du dossier nous apprend que les époux Giudice et Ugo Niutta partent ensemble dans le Nord de l’Italie, le 5 septembre 1975, et prévoient même certainement un voyage à l’étranger. Aucune information n’apparaît sur la raison d’un tel voyage, mais il semble révéler des intérêts communs – probablement d’ordre commercial – entre le couple et le conseiller d’État5. Enfin, les deux hommes sont liés au général Miceli, qu’ils ont – dans un passé non déterminé – promis de soutenir si nécessaire6.

  • 7  Voir note MFB no 10 (9 mai 1975), p. 4, ibid., p. 46.
  • 8  Voir infra.
  • 9  Note MFB no 25 (24 juin 1975), p. 9-10, Doc. XXIII cité, p. 132-133.
  • 10  Voir témoignage de R. Giudice, 3 juin 1981, cité par P. Gosso, Sentence de renvoi en jugement, doc (...)
  • 11  Voir note MFB no 37 (4 août 1975), p. 9, Doc. XXIII cité, p. 208.

9Le dossier Mi.Fo.Biali fait état, tout d’abord, d’une relation étroite du général Giudice et du colonel Trisolini avec le dirigeant de la P2 Licio Gelli. Outre une série de dîners7, le colonel informe régulièrement ce dernier de leurs activités, notamment à la suite du transfert d’argent vers la Suisse8 qu’il effectue en compagnie de Giuseppina Giudice. Certes, le dossier fait état presque exclusivement des contacts du colonel Trisolini – et non du général – avec Licio Gelli. Mais dans la note no 25 (24 juin 1975), le lieutenant-colonel Demetrio Cogliandro constate que « ces derniers jours, Giudice et Trisolini ont aussi augmenté leurs contacts avec le représentant maçon Licio Gelli »9. Cela contredit de facto le témoignage du général Giudice à ce sujet (3 juin 1981), selon lequel le colonel est le seul affilié à la P2 et aurait cherché à éviter tout contact entre son supérieur hiérarchique et le dirigeant de la loge maçonnique10. Notons en particulier une conversation entre Giuseppe Trisolini et Licio Gelli, datant du 30 juillet 1975. Inquiet des rumeurs selon lesquelles le général Giudice doit être nommé au commandement général de l’Arme des carabiniers, le colonel contacte le dirigeant de la loge maçonnique pour lui demander de se renseigner sur les évolutions récentes concernant cette charge. Giuseppe Trisolini énonce les noms des généraux Piero Ardizi Zavattaro, Gian Giorgio Barbasetti Di Prun et Eugenio Rambaldi, à la demande de Licio Gelli qui s’engage à les recommander auprès des autorités qualifiées, afin que l’un d’eux soit nommé à la tête de l’Arme des carabiniers au lieu du général Giudice11. Il apparaît donc clairement que, en raison de la protection offerte par ce dernier, le colonel Trisolini a un intérêt particulier à maintenir le général à la Guardia di Finanza. De plus, cet épisode confirme ainsi l’influence considérable jouée par Licio Gelli et la P2, en coulisses, sur les nominations aux postes clés de l’administration et de l’armée. Ce qui renforce l’hypothèse selon laquelle il est intervenu en faveur du général Giudice pour sa nomination à la tête de la Guardia di Finanza.

  • 12  Très influent chef du bureau des juges d’instruction du tribunal de Rome.
  • 13  Note MFB no 7 (5 mai 1975), p. 1, Doc. XXIII cité, p. 36.
  • 14  Note MFB no 44 (2 octobre 1975), p. 2, ibid., p. 294.

10Le dossier Mi.Fo.Biali confirme également les rapports personnels qui existent entre Vito Miceli et Raffaele Giudice. Il apparaît que ce dernier œuvre en sa faveur auprès du juge d’instruction Achille Gallucci12 afin de le faire libérer de prison. Le magistrat et le commandant général de la Guardia di Finanza entretiennent en effet une relation tout à fait cordiale, et lors d’une discussion à propos de l’ancien responsable du SID avec Mario Foligni le 2 mai 1975 (soit deux jours après sa libération), le général Giudice affirme : « Une de mes conversations avec Gallucci a été déterminante »13. Il offre également à Vito Miceli une aide financière considérable : la note no 44 du dossier Mi.Fo.Biali (2 octobre 1975) rapporte une discussion avec Ugo Niutta, au cours de laquelle le général Giudice déclare que son ami se trouve dans une position économique difficile. Il ajoute : « J’ai l’intention d’intervenir personnellement, à mon compte. Mais je me disais, si vous, vous pouviez faire quelque chose… […] Je te le dis tout de suite : il (Vito Miceli) en a demandé 10 (millions de lires). »14

  • 15  Note MFB no 34 (25 juillet 1975), p. 6, ibid., p. 184. À la suite de cette citation, Demetrio Cogl (...)

11Il est donc clair que Raffaele Giudice est d’une grande aide auprès de Vito Miceli. Le fait que tous deux soient inscrits à la P2 pourrait constituer une première explication de cette solidarité. Mais le manque de sources à ce sujet nous empêche d’étayer cette thèse. Notons également sur cette question une conversation de Mario Foligni avec Giuseppe Mirabile, le 24 juin 1975, qui confirme le rôle important de la loge maçonnique dans la vie politique italienne. Le procès de Vito Miceli dans le cadre de l’affaire de la Rose des Vents aurait été voulu par la Maçonnerie pour « lui permettre d’accuser publiquement Monsieur Giulio Andreotti »15. Il est difficile d’en connaître les raisons exactes. Néanmoins cet élément nous confirme l’influence considérable de la P2 dans les affaires du pays.

  • 16  Note MFB no 25 (24 juin 1975), p. 2, ibid., p. 125.
  • 17  Il est vrai que dans les années soixante-dix, déjà, la mafia sicilienne a d’importants intérêts éc (...)

12D’autre part, l’enquête du SID confirme les liens que le général Giudice entretient avec la mafia sicilienne. Nous avons déjà vu, grâce à la conversation de Mario Foligni et Antonio Maroni du 27 septembre 1975, la bienveillance dont le général bénéficie de la part des chefs mafieux. Il apparaît également que Mario Foligni a conscience de ces relations et espère pouvoir s’en servir pour mener à bien ses projets. À ce sujet, nous pouvons nous intéresser à la présence de Mario Rendo dans le dossier Mi.Fo.Biali. Cet important entrepreneur sicilien, originaire de Catane, connaît personnellement Raffaele Giudice et Mario Foligni. En particulier, ces derniers l’introduisent auprès de Paul Mintoff, vraisemblablement dans l’objectif d’engager des échanges commerciaux avec les autorités maltaises. La note no 25 (24 juin 1975) nous apprend en effet que Mario Rendo prévoit un voyage sur l’île pour rencontrer le ministre de la Programmation maltais16. Notons également que Mario Foligni et Raffaele Giudice lui permettent de s’implanter au Canada : par leur intermédiaire et à la suite d’un voyage prévu le 11 juillet 1975 en compagnie de Giuseppe Giudice (fils du général) et d’un officier de la Guardia di Finanza, Mario Rendo y achète un terrain d’une superficie de 4 500 hectares. Mais le dossier Mi.Fo.Biali ne permet pas de connaître les raisons d’un tel achat. D’une manière plus générale, ces deux épisodes traduisent une réelle volonté des deux protagonistes de faciliter les initiatives de Mario Rendo, dont les motivations restent obscures17. Comme le rappelle Riccardo Orioles dans Mafia e P2 :

  • 18  R. Orioles, Mafia e P2, Mardiponente, 2005, p. 36.

Que signifie un tel lien, à une époque où Giudice représentait non seulement un escroc et trafiquant de devise habile, mais l’un des soutiens plus actifs du dessein subversif de la loge P2 ? Que pouvait offrir Rendo au commandant de la Guardia di Finanza en échange de l’amitié de ce dernier et de son intervention dans des affaires d’une valeur de quelques centaines de milliers de dollars ?18

  • 19  Voir rapport de la Guardia di Finanza, général Elio Pizzuti, 13 janvier 1984, cité par Mario Vauda (...)

13Ajoutons à cela les enquêtes menées par le noyau régional de la police de Palerme en 1982 et 1983 sur les comptes de Mario Rendo, qui mettent en lumière une évasion fiscale de très grande ampleur19. Il semble donc évident que le général Giudice le couvre sur ce point, dans la mesure où il est précisément à la tête de l’appareil d’État chargé de traquer les fraudes fiscales et qu’aucune enquête n’est ouverte à ce moment-là.

  • 20  M. Pecorelli, OP, 7 novembre 1978, cité par F. Mangiavacca, Memoriale di Mino Pecorelli, ouvr. cit (...)

14Or, dès 1975, de forts soupçons planent sur ses relations avec la mafia sicilienne – soupçons confirmés par la justice quelques années plus tard. On peut donc avancer l’hypothèse selon laquelle la bienveillance de Mario Foligni et Raffaele Giudice est liée aux amitiés entretenues par l’entrepreneur de Catane. Enfin, c’est dans cette même ville que siègent les différents mouvements indépendantistes évoqués dans la dernière note du dossier Mi.Fo.Biali. Il peut s’agir d’une simple coïncidence, mais le fait que, justement, ces mouvements soient financés par les autorités libyennes et qu’une partie de leurs activités passe par Malte soulève de nombreuses questions sur un lien éventuel. Mario Rendo servirait-il de relais entre le séparatisme sicilien et les protagonistes du dossier du SID, en mettant à la disposition des premiers les contacts dont disposent les seconds ? C’est du moins ce que laisse entendre Mino Pecorelli dans un article publié le 7 novembre 1978, intitulé « Raffineries et contrebande : mécanisme, accusés, soupçons. Pétrole et menottes »20. Il est toutefois impossible de confirmer cette hypothèse.

Une couverture pour les activités occultes à la tête de la Guardia di Finanza

  • 21  Note MFB no 4 (23 avril 1975), p. 4, Doc. XXIII cité, p. 31.

15Comme le montrent de nombreux épisodes relevés par le dossier Mi.Fo.Biali, la nomination de Raffaele Giudice au commandement général de la Guardia di Finanza bénéficie à tout son entourage. Grâce à sa position, il a bientôt la mainmise sur l’ensemble de l’appareil d’État – puisqu’il s’empresse de remplacer les officiers, comme le colonel Salvatore Florio, qui peuvent mener des enquêtes gênantes sur ses amis. Lors d’une discussion avec Mario Foligni, le 19 avril 1975, le lieutenant-colonel Vittorio Alvino (de la Guardia di Finanza) affirme : « Giudice s’est assuré le “contrôle” quasi absolu de la Guardia di Finanza. »21 Il peut ainsi offrir une certaine protection à l’activité irrégulière de son conseiller, le colonel Trisolini, et de sa famille. Comme l’explique le général Gian Adelio Maletti le 29 septembre 1981, dans son procès-verbal :

  • 22  G. Maletti, procès-verbal du 29 septembre 1981 à Johannesburg, cité par P. Gosso, Sentence de renv (...)

La rumeur courait, dans le milieu militaire, que le général Giudice, bien qu’étant préparé techniquement et professionnellement, favorisait de manière excessive ses propres subordonnés. Il était une sorte de « mère poule ». Il était critiqué pour ses rapports trop étroits avec son aide de camp (Giuseppe Trisolini).22

  • 23  Note MFB no 44 (2 octobre 1975), p. 7, Doc. XXIII cité, p. 299

16Les relations avec Eugenio Vatta, industriel de Trieste, révélées par le dossier Mi.Fo.Biali en sont une preuve irréfutable. En tout premier lieu, notons la description que fait Demetrio Cogliandro du colonel Trisolini dans la note no 44 du 2 octobre 1975 : « [C’est un] élément vénal, insatiable, doté d’un désir inné de gagner continuellement de l’argent en dépit des valeurs les plus élémentaires de l’honneur, de l’honnêteté, et en cela soutenu en particulier par Giuseppina [sa maîtresse], épouse du général Giudice. »23

  • 24  L’un des intermédiaires par lesquels Eugenio Vatta contacta le colonel Trisolini.

17Dans cette même note, on apprend par une conversation entre Giuseppina Giudice et le colonel Trisolini que ce dernier cherche à interrompre un contrôle fiscal organisé par la Guardia di Finanza de Trieste à l’encontre d’un industriel nommé Eugenio Vatta. Une rencontre est organisée par Carlo Vlah, ami de ce dernier, dans le port de Sistiana a Mare (près de Trieste) entre les deux hommes le 26 septembre 1975, au cours de laquelle Eugenio Vatta promet, le cas échéant, de verser 200 millions de lires au colonel Trisolini et au général Giudice. Une conversation entre Carlo Voltolini24 et Giuseppe Trisolini datant du 30 septembre 1975 est tout à fait révélatrice des ambitions de ce dernier :

  • 25  Note MFB no 47 (16 octobre 1975), p. 2-6, Doc. XXIII cité, p. 342-346.

Trisolini : En fait, l’escroquerie s’élève à plusieurs milliards… un truc effrayant ! Voilà pourquoi il (Eugenio Vatta) s’est tout de suite montré prêt à augmenter (pour arriver aux 200 millions susdits) […].
Voltolini : Le fait que le problème soit encore plus énorme qu’on ne le pensait, c’est bien, non ?
Trisolini : C’est bien, parce que lui (Eugenio Vatta), dans tout ça, il est susceptible d’augmenter (c’est-à-dire disposé à dépasser les 200 millions déjà versés, si nécessaire).25

  • 26  Général Raffaele Giudice, cité par les juges M. Vaudano et P. Gosso, Sentence du procès sur la cor (...)
  • 27  P. Gosso, Sentence de renvoi en jugement, doc. cité, p. 42.

18Bien que le dossier Mi.Fo.Biali n’y fasse pas référence explicitement, on peut supposer que le colonel aborde le sujet avec son supérieur hiérarchique. En effet, il apparaît clairement, dans les mois suivants, que le général Giudice cherche à bloquer l’enquête – ou du moins à la ralentir. C’est le colonel Vincenzo Bianchi, alors commandant du Noyau régional de la police fiscale de la Guardia di Finanza de Trieste, qui mène avec rigueur le contrôle en question, de 1975 à 1976. Selon les éléments rapportés par la sentence du procès mené par les juges d’instruction Mario Vaudano et Pier Giorgio Gosso, le colonel Bianchi subirait des pressions de la part de ses supérieurs. Le général Giudice le contacte à de nombreuses reprises pour connaître l’évolution de l’enquête et prétexte une visite à Trieste pour constater par lui-même la situation. Il convoque même le colonel Bianchi à Rome, le 10 janvier 1976, et lui reproche de « malmener » l’industriel de Trieste (lo sta tartassando)26. Pier Giorgio Gosso conclut dans sa sentence de renvoi en jugement : « Tout cela démontre l’existence d’un accord Trisolini-Giudice-Vatta, ayant pour objectif d’obtenir un assouplissement des enquêtes menées par Bianchi. Vlah organisa une rencontre sur son yacht entre Trisolini et Vatta à cette fin. » 27

19Cette affaire révèle donc à la fois la corruption qui s’installe à la tête de la Guardia di Finanza, avec le général Giudice et le colonel Trisolini, et la protection que le premier offre au second dans les affaires les plus obscures. Même si, cette fois, les manœuvres des deux hommes en faveur d’Eugenio Vatta ont une issue négative due à l’inflexibilité du colonel Bianchi. Mais, comme l’écrit Pier Giorgio Gosso :

  • 28  Ibid., p. 122.

Cela ne prive certainement pas l’épisode de son caractère illégal face à la juridiction pénale. Il est évident que le délit de collusion représente un grand danger, et en tant que tel, nous arrivons à la conclusion simple d’un accord clandestin pour frauder la Guardia di Finanza, sans que la réalisation concrète de la fraude concertée ne soit nécessaire.28

20Le caractère « vénal » de Giuseppe Trisolini est également confirmé par ses conversations avec Duilio Di Censo. Il y apparaît que le colonel profite de sa position à la Guardia di Finanza pour constituer un système de pots-de-vin aux dépens des entreprises coupables de fraude fiscale. Dans la note no 50 du dossier Mi.Fo.Biali, Demetrio Cogliandro conclut :

  • 29  Note MFB no 50 (28 octobre 1975), p. 10, Doc. XXIII cité, p. 387.

On peut affirmer, si l’on considère les contacts précédents, plus ou moins similaires, que, dans certains cas spécifiques, le travail de Trisolini consiste à repérer des entreprises ou sociétés connues par des personnes en contact avec le colonel, lesquelles sont donc aptes à jouer les médiateurs, pour promouvoir des contrôles fiscaux de la part de collègues complaisants, dans le but d’obtenir des profits illicites. Après les interventions préliminaires, on fera en sorte que les responsables des entreprises ou sociétés malchanceuses aient recours aux médiateurs en question pour joindre les hautes autorités de la Guardia di Finanza, et promettent les « dessous-de-table et pots-de-vin », déjà signalés, dans le but d’obtenir la cessation des contrôles de la police tributaire.29

21Or il est bien évident que de telles initiatives ne peuvent pas être menées à l’insu du supérieur hiérarchique de Giuseppe Trisolini. En effet, bien que le général Giudice ait toujours affirmé n’avoir pas soupçonné les activités occultes de son subordonné, les témoignages de différents acteurs tels Gian Adelio Maletti, Mario Diana, ou encore Salvatore Galassi démontrent que la corruption du colonel Trisolini est très largement connue.

22Enfin, il convient d’évoquer brièvement la note no 48 (21 octobre 1975), qui introduit le général Donato Lo Prete, alors chef d’état-major de la Guardia di Finanza. On y apprend, en effet, que cette dernière entreprend un contrôle fiscal de l’agence italienne de Mercedes-Benz, présidée par Pietro Boccanelli, lequel connaît personnellement le général Lo Prete. Il apparaît que le premier est coupable d’une évasion fiscale de très grande ampleur et de longue durée, qu’il a rendue possible en impliquant le second : le général Lo Prete aurait reçu des pots-de-vin à hauteur de 100 millions de lires. Le dossier Mi.Fo.Biali ne nous permet pas de connaître la conclusion de ce contrôle fiscal. Cependant, dans la note no 48, Mario Foligni laisse entendre qu’il peut, moyennant une participation financière au NPP, s’accorder avec le général Giudice pour bloquer l’action de la Guardia di Finanza. Certes, l’épisode en question reste anecdotique, et le général Lo Prete demeure extérieur à l’affaire Mi.Fo.Biali. Mais cela constitue une bonne introduction de la figure du chef d’état-major de la Guardia di Finanza, qui est bientôt largement impliqué dans le scandale pétrolier, aux côtés du général Giudice.

Une collusion familiale

  • 30  Voir M. Vaudano, Sentence du procès sur la corruption de la Guardia di Finanza, doc. cité, vol. V, (...)

23Outre le soutien accordé à son conseiller, le général Giudice profite de son poste pour favoriser ses affaires familiales. On apprend grâce à l’enquête menée par Demetrio Cogliandro que ses deux fils (Francesco et Giuseppe) prennent part à ses activités illicites. Le premier, employé à la BNL, est au centre des nombreuses transactions financières du général. Signalons en particulier la note no 35 (29 juillet 1975), qui évoque un transfert en Suisse (dans une banque située à Lugano) de 500 millions de lires, sur un compte bancaire ouvert par Giuseppina Giudice et le colonel Trisolini. Interrogé à ce sujet le 7 février 1981, Francesco Giudice reconnaît s’être lui-même rendu à Lugano, en mars 1976, pour apposer une signature sur ledit compte. Concernant cet épisode, le tribunal de Turin reconnaît l’ensemble de la famille Giudice coupable de collusion avec le colonel Trisolini, dans le but de frauder la Guardia di Finanza en exportant illégalement cet argent – dont l’origine est d’ailleurs inconnue. Sur ce dernier point, les révélations faites devant les juges d’instruction Vaudano et Gosso, le 6 avril 1981, par Mario Diana, banquier de la BNL gérant une partie de l’activité économique du général, sont particulièrement intéressantes. D’après son témoignage, le général Giudice charge périodiquement Mario Diana ainsi que d’autres banquiers (dont Francesco Giudice, son fils) d’ouvrir des livrets (cinq à dix au total) contenant environ 20 à 25 millions de lires chacun. Il commande toujours directement ces livrets en envoyant à Mario Diana – par l’intermédiaire de sous-officiers de la Guardia di Finanza – l’argent correspondant, en liquide, dans une enveloppe portant le sigle du commandemant général. Les juges d’instruction de Turin estiment qu’entre les livrets effectivement connus et ceux dont on ne peut certifier l’existence, 200 millions de lires auraient été confiées à la BNL30.

  • 31  Voir note MFB no 39 (6 septembre 1975) p. 4, ibid., p. 238.

24Quant à Giuseppe Giudice, avec l’accord de son père et allant à l’encontre de toute règle de déontologie, il s’associe à Giuseppe Morelli – et à ses opérations illicites de contrebande – au sein de la société pétrolière Soficom. Or, la note no 39 du dossier Mi.Fo.Biali laisse entendre qu’il s’agit là de la société ad hoc créée pour engager les négociations pétrolières avec l’île de Malte31. Ainsi, Giuseppe Giudice devient un complice de premier plan d’une fraude que son père, le commandant général de la Guardia di Finanza, devrait réprimer. Il est également remarquable que Francesco et Giuseppe Giudice soutiennent tous deux l’entreprise politique de Mario Foligni.

25Enfin, il convient d’évoquer brièvement les propriétés immobilières de la famille Giudice, dont une partie est relevée dans le dossier Mi.Fo.Biali. En tout premier lieu, l’acquisition d’autant de biens paraît douteuse, par rapport au salaire officiel du général Giudice. La note no 26 du dossier du SID indique en effet qu’un immeuble d’une valeur de 100 millions de lires vient d’être acheté à Palerme. Et la note no 44 (2 octobre 1975) évoque une propriété acquise récemment sur l’île de Lampedusa. Or, à propos de cette dernière, le juge d’instruction Mario Vaudano, dans la sentence du 14 août 1985, met en évidence le caractère illégal de l’acquisition et surtout des travaux effectués autour de la propriété.

  • 32  Rapport de la Guardia di Finanza, général E. Pizzuti, 13 janvier 1984, cité par M. Vaudano, Senten (...)

Des rapports entre le général Giudice Raffaele et la région Sicile ont été mis en lumière […] en relation avec l’île de Lampedusa. Il est apparu qu’un financement régional destiné à relier le centre habité de la commune de Lampedusa aux habitations de la contrée « Cala Francese » a servi à l’inverse à relier la commune à la villa du général.32

26Cela démontre donc parfaitement les contacts que le général Giudice peut entretenir en Sicile et, par extension, à Lampedusa, sans lesquels de tels détournements de fonds ne seraient pas possibles.

27L’étude de la famille Giudice à travers le dossier Mi.Fo.Biali est donc particulièrement révélatrice. Il apparaît clairement que le général bénéficie de ses contacts pour accéder au commandement général de la Guardia di Finanza, et qu’il use de son pouvoir de manière personnelle et illégale, n’hésitant pas à couvrir les fraudes de ses collaborateurs, tout en facilitant celles exécutées par sa propre famille. Or, l’atmosphère corrompue régnant à la tête de cet appareil d’État et décrite par le dossier du SID est l’élément déterminant qui permet de faire entrer sur le territoire national le pétrole négocié pour Attilio Monti et Giuseppe Morelli, entraînant une contrebande pétrolière de très grande ampleur.

28En résumé, le dossier Mi.Fo.Biali est constitué dans des circonstances relativement obscures : commandée par le ministre de la Défense Giulio Andreotti à des fins politiques et non sécuritaires, la mise sur écoute n’est pas autorisée par la justice italienne. Ainsi, les révélations contenues dans le dossier, aussi graves puissent-elles être, n’ont aucune valeur probatoire. Pour commencer, le SID est chargé de mener une enquête sur Mario Foligni. Très vite, de nombreuses anomalies apparaissent. Le parti doit se placer à droite de la Démocratie chrétienne mais attirer également l’électorat de gauche ; Mario Foligni, défini par le SID comme un élément rusé et intelligent, tient un discours politique trop ambitieux pour être crédible ; selon son fondateur, le parti doit attirer au moins la moitié des électeurs démocrates-chrétiens, mais aux premières élections, il n’obtient qu’à peine 11 000 voix. Selon Massimo Teodori, le parti n’est qu’un moyen de dissimuler l’argent obtenu illégalement par Mario Foligni au cours des accords pétroliers qu’il négocie pour le compte de Giuseppe Morelli et Attilio Monti. Il est vrai que l’enquête du SID permet de découvrir des contacts surprenants entre Mario Foligni et les autorités libyennes. Il leur transmet l’intégralité des documents concernant le NPP, et leur dévoile très certainement des informations confidentielles permettant à la Libye de s’infiltrer de manière décisive dans les affaires italiennes. En échange, il reçoit de considérables sommes d’argent, destinées en théorie à financer le NPP. Parallèlement à ces relations d’ordre politique, il est l’acteur central de deux séries de négociations prévoyant l’importation – dans d’obscures circonstances – de très grandes quantités de pétrole brut. D’une part, il permet à Attilio Monti d’obtenir un contrat avec les autorités libyennes pour l’importation de 20 millions de tonnes de pétrole brut à un prix nettement inférieur au tarif officiel de l’OPEP. D’autre part, il négocie pour Giuseppe Morelli un contrat prévoyant l’acquisition par les autorités maltaises de pétrole brut libyen ensuite revendu à l’homme d’affaires italien. Dans les deux cas, le fondateur du NPP reçoit de généreux pots-de-vin pour son parti, soit directement, soit par l’intermédiaire de banques suisses. Le dossier Mi.Fo.Biali présente également une note finale sur les relations entre les mouvements séparatistes siciliens basés à Catane et les autorités libyennes. Il apparaît que les premiers sont financés par les seconds. Ici encore, l’île de Malte peut apparaître comme un territoire neutre où il est possible de mener discrètement des négociations. Il est difficile de connaître avec précision la relation à établir entre ces organisations siciliennes et les accords négociés par Mario Foligni. Toutefois, dans les deux cas, la Libye parvient à s’immiscer dans les affaires non seulement économiques mais également politiques de l’Italie. De plus, l’élargissement de l’enquête du SID au commandement général de la Guardia di Finanza démontre les contacts qui existent entre Mario Foligni, Raffaele Giudice et Mario Rendo, important entrepreneur sicilien originaire, justement, de Catane. Enfin, on a pu confirmer, au fil de cette étude, les relations douteuses entretenues par Raffaele Giudice. Outre l’omniprésence de la loge maçonnique P2, ses liens avec la mafia sicilienne – notamment à travers Mario Rendo – sont vérifiés. De plus, la position du général à la tête de l’appareil d’État destiné à contrôler les fraudes fiscales en matière d’import-export bénéficie à son entourage. Il couvre très largement les opérations illicites de son subordonné Giuseppe Trisolini, et est impliqué – ainsi que toute sa famille – dans d’obscurs transferts d’argent.

29Les révélations contenues dans le dossier Mi.Fo.Biali sont donc de première importance. Pourtant, elles ne sont effectivement connues qu’à partir de 1979, lorsque le journaliste Mino Pecorelli en publie de larges extraits. Or, pendant ces quatre années les relations entre l’Italie et la Libye sont particulièrement cordiales, mais s’assombrissent dès 1979. Y a-t-il un lien avec les articles publiés par Mino Pecorelli ? Quelles sont les conséquences directes de l’activité des protagonistes du dossier Mi.Fo.Biali dans les années suivantes ? Dans quelle mesure l’existence même d’un tel dossier constitue-t-elle une épée de Damoclès pour de nombreux responsables politiques et militaires italiens ?

Notes

* M. PecorelliPecorelli, Carmine (Mino), OP, 28 mars 1978, cité par F. MangiavaccaMangiavacca, Franca, Memoriale di Mino Pecorelli, ouvr. cité, p. 368.

1  Citée par la Commission parlementaire d’enquête sur la loge maçonnique P2, Doc. XXIII, no 2 quater / 3 / XXIV, Rome, 1984, p. 392-404.

2  M. Pecorelli, OP, 12 décembre 1978, cité par F. Mangiavacca, Memoriale, ouvr. cité, p. 369.

3  M. Labisi dans « Sicilia. Mò che il Libano s’avvicina », OP, 30 janvier 1979, M. Pecorelli, cité par F. Mangiavacca, ibid., p. 372.

4  Note MFB no 28 (3 juillet 1975), p. 1-2, ibid., p. 143-144.

5  Note MFB no 40 (8 septembre 1975), p. 1-2, ibid., p. 258-259.

6  Note MFB no 44 (2 octobre 1975), p. 1-3, ibid., p. 293-295.

7  Voir note MFB no 10 (9 mai 1975), p. 4, ibid., p. 46.

8  Voir infra.

9  Note MFB no 25 (24 juin 1975), p. 9-10, Doc. XXIII cité, p. 132-133.

10  Voir témoignage de R. Giudice, 3 juin 1981, cité par P. Gosso, Sentence de renvoi en jugement, doc. cité, p. 68.

11  Voir note MFB no 37 (4 août 1975), p. 9, Doc. XXIII cité, p. 208.

12  Très influent chef du bureau des juges d’instruction du tribunal de Rome.

13  Note MFB no 7 (5 mai 1975), p. 1, Doc. XXIII cité, p. 36.

14  Note MFB no 44 (2 octobre 1975), p. 2, ibid., p. 294.

15  Note MFB no 34 (25 juillet 1975), p. 6, ibid., p. 184. À la suite de cette citation, Demetrio Cogliandro ajoute : « “Un certain jeu de la part des Américains” serait également là pour confirmer une telle thèse. Ceux-ci tendraient, eux aussi, à agir résolument dans le but de discréditer l’ancien ministre de la Défense. » Aucun élément ne nous permet cependant d’en comprendre les raisons.

16  Note MFB no 25 (24 juin 1975), p. 2, ibid., p. 125.

17  Il est vrai que dans les années soixante-dix, déjà, la mafia sicilienne a d’importants intérêts économiques au Canada et en particulier dans le territoire de Montréal.

18  R. Orioles, Mafia e P2, Mardiponente, 2005, p. 36.

19  Voir rapport de la Guardia di Finanza, général Elio Pizzuti, 13 janvier 1984, cité par Mario Vaudano, Sentence du procès sur la corruption de la Guardia di Finanza, tribunal de Turin, 14 août 1985, vol. V, chap. XIX, p. 483.

20  M. Pecorelli, OP, 7 novembre 1978, cité par F. Mangiavacca, Memoriale di Mino Pecorelli, ouvr. cité, p. 396-399.

21  Note MFB no 4 (23 avril 1975), p. 4, Doc. XXIII cité, p. 31.

22  G. Maletti, procès-verbal du 29 septembre 1981 à Johannesburg, cité par P. Gosso, Sentence de renvoi en jugement, doc. cité, p. 55.

23  Note MFB no 44 (2 octobre 1975), p. 7, Doc. XXIII cité, p. 299

24  L’un des intermédiaires par lesquels Eugenio Vatta contacta le colonel Trisolini.

25  Note MFB no 47 (16 octobre 1975), p. 2-6, Doc. XXIII cité, p. 342-346.

26  Général Raffaele Giudice, cité par les juges M. Vaudano et P. Gosso, Sentence du procès sur la corruption de la Guardia di Finanza, doc. cité, vol. V, chap. XVIII, sect. I, p. 212.

27  P. Gosso, Sentence de renvoi en jugement, doc. cité, p. 42.

28  Ibid., p. 122.

29  Note MFB no 50 (28 octobre 1975), p. 10, Doc. XXIII cité, p. 387.

30  Voir M. Vaudano, Sentence du procès sur la corruption de la Guardia di Finanza, doc. cité, vol. V, chap. XVIII, sect. IV, p. 375-376.

31  Voir note MFB no 39 (6 septembre 1975) p. 4, ibid., p. 238.

32  Rapport de la Guardia di Finanza, général E. Pizzuti, 13 janvier 1984, cité par M. Vaudano, Sentence du procès sur la corruption de la Guardia di Finanza, vol. V, chap. XIX, p. 485.

© ENS Éditions, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search