Version classiqueVersion mobile

Pétrole et corruption

 | 
Marion Morellato

II. 1975 : Mi.Fo.Biali, ou comment lier corruption italienne et géopolitique méditerranéenne

5. Les accords pétroliers

Texte intégral

  • 1  G. Maletti, cité par F. Mangiavacca, Memoriale di Mino Pecorelli, ouvr. cité, p. 337.

1Les relations avec la Libye mises à jour par le dossier Mi.Fo.Biali constituent une grave révélation. Outre l’hypothèse selon laquelle Mario Foligni vend aux autorités de Tripoli des informations d’une importance capitale pour la sécurité italienne et méditerranéenne, on apprend qu’il mène des négociations pour le compte de compagnies privées afin d’importer illégalement une très grande quantité de pétrole libyen. Malgré sa mise sur écoute par le SID, rien n’est fait pour empêcher ce trafic. À ce sujet, le général Maletti affirmera quelques années plus tard : « Une opération très importante était en cours… Nous ne pouvions pas l’interrompre. C’était quelque chose de très délicat qui concernait la sécurité de notre pays en Méditerranée. »1 Or, comme l’affirme Franca Mangiavacca, le dossier Mi.Fo.Biali semble être au centre de cette opération :

  • 2  F. Mangiavacca, ibid., p. 343.

Le voici donc, le noyau dur des révélations de Mino [Pecorelli] : la sécurité du système Italie dans le système Méditerranée, et ainsi, la sécurité internationale. C’est là le sens réel des paroles de Maletti, et c’est là la dimension véritable du Mi.Fo.Biali. Parlons-en une bonne fois pour toutes ! Demandons-nous, enfin, si entre Piazza Fontana, Italicus, Bologne et Ustica […], il y a une autre connexion. […] Disons, une bonne fois pour toutes, que Girotti, Rovelli, la bande sicilienne de l’ENI, pour devenir des despotes de la pétrolcratie en Italie, ont compromis les équilibres démocratiques du pays et la sécurité en Méditerranée. Scellant un pacte avec le diable et avec Muammar el-Kadhafi.2

2Si l’on s’en tient à cette déclaration, la dimension sécuritaire est au centre des accords pétroliers négociés par Mario Foligni, lesquels sont directement liés aux accords ENI-LNOC de 1972 et aux affaires de la fin de la décennie. En étudiant successivement les deux négociations en fonction du contexte national et international au sein duquel elles sont menées, il s’agira donc de comprendre quelles en sont les logiques internes, tout en cherchant le lien avec les accords de 1972, et leurs conséquences, au moins sur le plan national italien.

Miceli, Foligni, Libye : les accords signés par Attilio Monti

  • 3  Il est vrai que le secteur des « crimes contre la sécurité de l’État » entre obligatoirement dans (...)

3La première série de négociations menées par Mario Foligni – en faveur d’Attilio Monti – porte à une certaine interprétation du nom du dossier Mi.Fo.Biali : les deux premières lettres renverraient ici au général Vito Miceli, ancien chef du SID, libéré de prison en mai 1975. Cette interprétation met l’accent sur l’aspect italo-italien des éléments révélés par le dossier, laissant une place secondaire aux relations avec la Libye. Or, c’est précisément le général qui introduit Mario Foligni auprès des autorités libyennes, lui permettant d’engager des pourparlers de grande ampleur. Une étude approfondie de la valeur de ces accords, de l’implication d’acteurs italiens publics et privés et des conséquences pour le marché pétrolier national s’impose donc. Toutefois, de vastes zones d’ombre demeurent sur cette affaire, tant dans le dossier Mi.Fo.Biali que dans les procès-verbaux effectués pour le tribunal de Turin : certains aspects sont à peine évoqués, voire totalement inexplorés3, comme par exemple les contreparties que reçoit la Libye à la suite de ces accords.

Un contexte favorable

4Une série de contrats est signée entre 1974 et 1975, favorisant très largement les accords commerciaux entre l’Italie et la Libye. Le 25 février 1974, Abdessalam Jalloud et Mariano Rumor s’accordent pour une augmentation de l’importation annuelle de pétrole libyen par l’Italie. Le 21 septembre 1974, un autre accord est signé entre le gouvernement de Tripoli et AGIP. Il accorde à l’ENI quatre nouvelles concessions. Le 28 février 1975, Snam-Progetti est chargée de construire à Tobrouk une raffinerie d’une capacité de 10 millions de tonnes de pétrole brut par an. De plus, le 8 juillet 1975, l’ENI et le ministre libyen du Pétrole souscrivent un accord de coopération économique qui prévoit la construction d’infrastructures pétrochimiques et de raffineries. Enfin, toujours la même année, un contrat est signé pour la vente à la Libye de quatre corvettes lance-missiles et de vingt-quatre hélicoptères lourds fournis par la société Agusta. Certes, il s’agit là d’accords bilatéraux qui impliquent, même indirectement, les gouvernements des deux pays. Mais cela crée un climat de bienveillance qui favorise également les initiatives d’ordre privé. Une nouvelle communauté italienne s’implante progressivement en Libye, principalement spécialisée dans les secteurs du pétrole et de l’armement. Cela facilite la prise de contact de Mario Foligni avec des acteurs libyens, ainsi que l’avancée des négociations : il peut en effet s’appuyer sur cette communauté et bénéficier d’une certaine sympathie de la part des autorités libyennes.

Un accord de grande ampleur, mais aux clauses obscures

  • 4  Note MFB no 2 (19 avril 1975), p. 7, Doc. XXIII, no 2 quater / 3 / XXIV, doc. cité, p. 22.
  • 5  Professeur de droit à l’université de Bologne, sollicité par Mario Foligni afin d’élaborer le cont (...)
  • 6  Note MFB no 16 (21 mai 1975), p. 2, ibid., p. 67.
  • 7  Note MFB no 21 (31 mai 1975), p. 7, ibid., p. 94.

5En réalité, l’affaire commence dès le 27 novembre 19744. Mais le manque de sources à ce sujet nous empêche d’en connaître les premières étapes. Le début du dossier Mi.Fo.Biali, datant d’avril, fait état d’une réunion au siège de Rome de la Banca nazionale del lavoro, qui se déroule le 11 avril entre Mario Foligni, Attilio Monti et Alberto Ferrari (directeur général de la banque). Il s’agit d’approuver un programme prévoyant l’acquisition par Attilio Monti de 20 millions de tonnes de pétrole brut libyen auprès de la compagnie Brega Petroli, implantée à Tripoli et Benghazi, et ce à un prix inférieur aux tarifs officiels fixés par l’OPEP. La BNL et l’ambassade de Libye à Rome (en la personne d’Abuagela M. Huegi) doivent servir d’intermédiaire, et 10 % du pétrole doit être fourni immédiatement – le reste dans un délai de trois à cinq ans. Toutefois, la banque semble être bientôt écartée des négociations au profit du professeur Piero Carrer5. Pour leur part, le général Giudice et le colonel Trisolini collaborent étroitement avec Mario Foligni dans le cadre de cette opération. Et il apparaît rapidement que le contrat élaboré par ces derniers le 16 mai 1975 comprend des clauses bien obscures. Lors d’une discussion entre Mario Foligni et le général Giudice, trois jours plus tard, on apprend qu’il s’agit de « 1,70 par baril et non 1,70 par tonne »6. De plus, lors d’un contact avec Mario Foligni le 28 mai 1975, Piero Carrer rappelle qu’au mois de septembre de la même année, le prix du pétrole ne sera plus lié au dollar. Ainsi, « si [le prix du pétrole] n’est plus à 6 dollars, on ne peut pas dire 1,50 dollar ou 1,75. Ça n’a pas de sens. Il faut faire un pourcentage et indexer le prix sur quelque chose, puisque les paiements se feront en livres sterlings, marks, etc. »7

6Or, le lieutenant-colonel Demetrio Cogliandro rappelle qu’au moment de ces négociations, le prix officiel fixé par l’OPEP se situe entre 11,12 et 11,60 dollars. La remise obtenue dans ce contrat est donc particulièrement importante, ce qui nous pousse à nous interroger sur les conditions réelles dans lesquelles se déroulent ces négociations. Voici ce que l’on apprend lors de ce même contact entre Mario Foligni et Piero Carrer :

  • 8  Ibid.

L’acquéreur (Attilio Monti) ne doit pas connaître le véritable prix d’achat. Pour cette raison, une fois que le contrat sera souscrit et signé par « Attilio », pour qu’il soit valable, les vendeurs devront délivrer une lettre d’engagement dans laquelle la fourniture des 20 millions de tonnes de « brut » apparaît comme facturée au prix officiel de l’OPEP.8

  • 9  Il apparaît dans la note MFB no 43 (25 septembre 1975), que George Graf gère une partie des transf (...)

7Ce dernier détail nous permet de reconstituer avec plus de précision la logique du contrat : il semble en réalité que le pétrole soit acheté à un prix étrangement bas par Mario Foligni et Raffaele Giudice, lesquels doivent le revendre à Attilio Monti, vraisemblablement au tarif officiel de l’OPEP. Le tout apparaît donc tout à fait illégal, d’autant que les paiements doivent être effectués par l’intermédiaire de banques suisses, notamment l’Anstalt, vraisemblablement dirigée par George Graf avec lequel Mario Foligni est en contact9. Piero Carrer doit, quant à lui, obtenir une procuration auprès de cette banque.

  • 10  Voir note MFB no 43 (25 septembre 1975), p. 12, ibid., p. 292.

8Si l’on ajoute à cela la clause particulière concernant le NPP (puisqu’à la fois les autorités libyennes et Attilio Monti financent le parti), le lien entre ces accords et ceux de 1970-1972 apparaît clairement : dans les deux cas, ils sont impulsés par une dynamique triangulaire. Ici, Mario Foligni fournit des informations confidentielles à la Libye. En échange, les autorités libyennes, en la personne d’Abuagela M. Huegi, financent son parti et facilitent un accord pétrolier particulièrement avantageux pour le compte de la compagnie pétrolière (Sarom) d’Attilio Monti. Lequel doit financer le NPP à hauteur de 500 millions de lires grâce aux profits obtenus, et s’engage à faire connaître le parti politique par sa chaîne de journaux10. En résumé, comme l’explique Aldo Sabino Giannuli :

  • 11  Rapport de consultation technique 47, rédigé par A. Giannuli, procédure pénale 91/97 mod. 21, parq (...)

Foligni […] allait bientôt tenter, sans scrupules, une opération politique si grande qu’elle devait bouleverser le panorama politique italien tout entier. Une opération […] dont la bonne réussite devait être garantie par un système « efficace » de contrebande de pétrole avec la Libye. Circonstance, ici, qui ne peut pas ne pas faire penser à « ce » contrat de 1972.11

9Cependant, la position tout à fait centrale de Mario Foligni modifie quelque peu la logique des négociations. Le fait de recevoir de l’argent de la part de chacun des différents acteurs (Libye, Attilio Monti, mais également Raffaele Giudice, membre occulte du NPP) en est une preuve. Il est intéressant de noter que le dossier Mi.Fo.Biali ne relève qu’un seul contact direct entre Attilio Monti et le général Giudice. Certes, certaines entrevues peuvent avoir été organisées sans contrôle du SID. Mais une telle constatation nous amène tout de même à insister sur le rôle primordial de Mario Foligni, sans lequel aucun contact n’aurait été pris. Il est un intermédiaire nécessaire entre le général et le pétrolier, ainsi qu’entre ceux-ci et les autorités libyennes. En cela, nous pouvons faire un parallèle avec le colonel Roberto Jucci en 1972, qui est également à l’origine des relations entre les différentes parties des négociations. Il apparaît tout de même que le rôle de Mario Foligni est plus fondamental, puisqu’il intervient également sur l’évolution progressive des pourparlers et en est le principal bénéficiaire.

  • 12  Voir citation de la note MFB no 38 (7 août 1975), p. 11, ibid., p. 229.
  • 13  M. Pecorelli, OP, 18 novembre 1978, cité par S. Flamigni, Trame atlantiche : storia della loggia m (...)

10Plusieurs différences persistent cependant. Du côté italien, la manœuvre est menée par des acteurs privés et il ne s’agit plus de financer le parti au pouvoir ou d’obtenir des concessions pétrolières pour une compagnie nationalisée, mais de faire naître un nouveau parti et d’importer du pétrole brut pour le compte d’une société privée, la Sarom. L’implication d’acteurs privés permet de s’écarter encore davantage de toute légalité : là où l’ENI conclut simplement un accord extrêmement avantageux (mais légal), Mario Foligni obtient une remise de près de 10 dollars par baril sur le prix officiel du pétrole. Notons enfin que cette remise peut paraître douteuse, mais le manque presque absolu de sources à ce sujet nous empêche de comprendre avec précision la raison d’une telle faveur : les informations fournies à la Libye suffisent-elles réellement à l’expliquer ? L’implication de Raffaele Giudice et de Giuseppe Trisolini, aux côtés de Mario Foligni, de même que la conversation de ce dernier avec Volturno Morani12 le 30 juillet 1975, nous permettent d’avancer l’hypothèse selon laquelle une seconde contrepartie à ce contrat peut consister en une vente d’armes, ou du moins en un soutien quelconque à des opérations militaires du colonel Kadhafi. Ce soupçon semble être confirmé par le titre d’un article de Mino Pecorelli datant du 14 novembre 1978 et intitulé « pétrole et mousquet, escroquerie parfaite »13, le mot « mousquet » apparaissant comme référence implicite à un trafic d’armes. Mais l’accusation se limite au titre puisque l’article – résumé d’un passage du dossier Mi.Fo.Biali – ne concerne que le trafic de pétrole. Ainsi, aucun élément concret ne permet de confirmer ces doutes. La part d’ombre qui demeure sur ces négociations est encore confirmée par la note no 43 (25 septembre 1975) du dossier Mi.Fo.Biali : il y est fait état d’une réunion entre Mario Foligni, Ferdinando Masella et Saverio Rino Chiappalone le 17 septembre 1975. Or, Demetrio Cogliandro écrit à propos de ces deux derniers :

  • 14  Note MFB no 43 (25 septembre 1975), p. 2, ibid., p. 282.

Cela n’apparaît que maintenant : ils auraient eu un rôle décisif dans l’affaire du pétrole brut. Ils sont en effet très proches des responsables de la société pétrolière Sarom d’Attilio Monti, dont le siège est à Rome, et ils feraient partie d’un bureau non précisé, auprès duquel le capitaine Antonio Maroni ne serait pas étranger.14

11Alors même que le contrat de Monti est déjà signé, le SID continue de découvrir certains aspects des négociations. Si le rôle de Ferdinando Masella et Saverio Rino Chiappalone apparaît tardivement, il semble pourtant avoir été de première importance, mais aucun indice supplémentaire n’est révélé – du moins dans le cadre du dossier Mi.Fo.Biali. Nous constatons ainsi qu’un pan entier des négociations échappe aux services secrets italiens, rendant d’autant plus difficile la recherche des contreparties obtenues par la Libye.

12Enfin, l’affaire se complique encore si l’on tient compte du contact entre Raffaele Giudice et Mario Foligni, le 28 mai 1975. Ce dernier, sortant de l’ambassade de Libye où il a vu Abuagela M. Huegi, déclare :

  • 15  Note MFB no 21 (31 mai 1975), p. 9-10, ibid., p. 96-97.

Le professeur Alberto (Ferrari) a proposé récemment un déjeuner, en présence du titulaire du ministère des Affaires étrangères (Monsieur Mariano Rumor) et ses amis (des Libyens venus de Tripoli ?) qui doivent signer sur… le truc du professeur de Bologne (Piero Carrer-contrat) et là (pendant le déjeuner), Alberto a fait des avances considérables pour être en première ligne, mais avec ceux-là (les Libyens), il s’est heurté à un mur.15

  • 16  Ibid.
  • 17  Voir note MFB no 6 (2 mai 1975) : il apparaît dans un premier temps que les négociations en faveur (...)

13Cette nouvelle soulève de nombreuses questions. En tout premier lieu, comme le rappelle Demetrio Cogliandro16, aucune délégation libyenne n’est censée séjourner à Rome à la date indiquée, ce qui confirmerait l’idée de négociations tout à fait illégales. Mais à l’inverse, la présence du ministre des Affaires étrangères semble donner un caractère plus officiel à l’opération. La note no 21 du dossier Mi.Fo.Biali rappelle enfin que le Premier ministre libyen Abdessalam Jalloud a récemment proposé de vendre du pétrole à l’Italie, mais que son offre a été refusée17. Ainsi, Alberto Ferrari – afin de ne pas rester en dehors de cette fructueuse collaboration italo-libyenne – cherche à bloquer les négociations de Mario Foligni pour réaliser une seconde série d’accords sur le modèle de 1972 dont la BNL serait intermédiaire et bénéficiaire. On peut toutefois supposer que l’initiative a une issue négative, dans la mesure où on ne trouve aucune autre référence à ce sujet, dans le dossier Mi.Fo.Biali ou ailleurs.

14Quoiqu’il en soit, l’opération en faveur d’Attilio Monti se poursuit. Après avoir traduit le contrat de Piero Carrer en arabe et l’avoir fait approuver par les autorités libyennes, Mario Foligni le transmet au pétrolier, qui le signe au début du mois de septembre. Lors d’une entrevue entre le professeur de Bologne et Mario Foligni, le 26 septembre 1975, on apprend également qu’Attilio Monti a déjà armé (et envoyé) un navire de 220 000 tonnes de jauge. En outre, il apparaît qu’en signant le contrat, Attilio Monti a fait une erreur : dans le télex en question, il précise le prix réel d’achat du brut (9,75 dollars par baril). Or il prévoit – et Mario Foligni et le général Giudice le savent – de revendre le tout à 10,45 dollars par baril. Ce faisant, il a produit une preuve de l’évasion fiscale colossale dans laquelle il s’est lancé. Ajoutons enfin que Mario Foligni et Raffaele Giudice refusent de lui permettre de corriger cette erreur.

Un premier pas vers les accords ENI-Petromin de 1979

  • 18  Voir infra.
  • 19  Voir supra.

15Ces accords en faveur d’Attilio Monti apparaissent comme un important tournant dans l’ensemble des accords pétroliers signés dans les années soixante-dix : ils constituent le lien le plus évident entre les accords ENI-LNOC de 1972 et le scandale ENI-Petromin qui éclate en 197918. Les accords en faveur d’Attilio Monti connaissent en effet une évolution finale imprévue : le colonel Kadhafi décide, au dernier moment, d’inclure l’Arabie Saoudite dans les négociations. Au cours d’une conversation entre Piero Carrer et Mario Foligni, le 26 septembre 1975, ce dernier fait référence à l’attentat qu’il a fait échouer contre le colonel Kadhafi19, et ajoute :

  • 20  La Libye a décidé de prolonger l’embargo pétrolier de 1973 contre l’Occident : outre l’exportation (...)
  • 21  Note MFB no 48 (21 octobre 1975), p. 7, ibid., p. 362.

Conclusion : on lui a sauvé la vie et ça nous a permis d’obtenir la très grande gratitude de Kadhafi. Du coup il (Kadhafi) a dit : je suis dans une situation très embarrassante vis-à-vis de l’OPEP20, néanmoins le pétrole, vous l’aurez, parce que j’offre à l’Arabie Saoudite… certaines choses (on ne sait pas lesquelles)… Bref, je fais une transaction avec l’Arabie Saoudite, et je vous le ferai obtenir par ce pays. Voilà, en quelques mots, c’est tout… et à travers eux (les Libyens) on a déjà instauré un rapport avec l’Arabie Saoudite. Quelques télex ont suivi, de la part des représentants de Petromin (compagnie pétrolière arabo-saoudite) qui étaient secrètement à Rome.21

  • 22  Note MFB no 44 (2 octobre 1975), p. 26, ibid., p. 318.

16Enfin, le 27 septembre 1975, Mario Foligni affirme qu’Attilio Monti doit bientôt partir en Arabie Saoudite pour signer le contrat en question22. C’est donc en 1975 que l’Italie noue ses premiers contacts avec l’Arabie Saoudite. Ceux-ci s’accroissent rapidement, conduisant aux accords de 1979 et au scandale qui s’en suit.

Mintoff, Foligni, Libye : du pétrole pour Giuseppe Morelli

  • 23  Voir Audition du 13 octobre 1982 citée par T. Anselmi, La P2, nei diari segreti di Tina Anselmi, A (...)

17Parallèlement aux accords en faveur d’Attilio Monti, Mario Foligni poursuit une seconde série de négociations, impliquant d’autres acteurs. Il s’agit également d’importer du brut, vraisemblablement d’origine libyenne, mais pour le compte d’un certain Giuseppe Morelli, riche commerçant en pétrole, résidant à Parme et dirigeant la Société Pargas italiana petroli. Notons tout d’abord l’absence relative du général Giudice, dans cette opération. Il n’y est pas totalement étranger, puisque c’est par l’intermédiaire de son fils, Giuseppe Giudice, employé à Civitavecchia, que Mario Foligni rencontre Giuseppe Morelli. Ainsi, le général suit de près l’évolution de l’affaire, sans toutefois intervenir directement dans les négociations. En revanche, celles-ci sont plus largement dissimulées derrière de soi-disant relations d’ordre religieux. Le chapelain militaire Agostino Bonadeo y tient un rôle primordial et a pour principal interlocuteur le Père Dionisio Paul Mintoff, frère du Premier ministre maltais Dom Mintoff. Ici, les négociations ne s’effectuent pas directement avec la Libye, mais par l’intermédiaire de l’île de Malte. La seconde interprétation du nom du dossier Mi.Fo.Biali – Mintoff (Paul), Foligni, Libye – pose donc au centre des résultats de l’enquête du SID les relations internationales entretenues par Mario Foligni, en particulier les liens suspects avec les autorités maltaises. Or, il convient ici de préciser que le capitaine Antonio Viezzer, ancien agent du SID et qui a travaillé sur le dossier Mi.Fo.Biali, confirme cette interprétation lors de son audition du 13 octobre 1982 devant la Commission parlementaire d’enquête sur la P223.

18Cette affaire prend une place moindre dans le dossier Mi.Fo.Biali, et les références aux négociations cessent dès l’été 1975. Il est vrai que l’aspect purement commercial de cette transaction semble plus simple que celle au profit d’Attilio Monti et se conclut très rapidement. Mais les implications apparaissent très larges et, contrairement à l’affaire Monti, ne se limitent pas aux questions d’ordre économique. De plus, l’intervention d’un pays tiers complique l’enquête du SID. Une part considérable des négociations se déroule à Malte, territoire neutre sur lequel les services secrets italiens ne sont pas en mesure de surveiller ne serait-ce qu’une partie des mouvements de Mario Foligni et de ses collaborateurs. Ces relations triangulaires impliquent forcément des négociations menées directement entre Malte et la Libye, que le SID ne peut évidemment pas contrôler. De la sorte, un pan entier des pourparlers et des conclusions liées à ce contrat reste dans l’ombre. Ce qui nous empêche d’analyser avec précision les enjeux de cette opération.

Une négociation à travers Malte

  • 24  Note MFB no 8 (5 mai 1975), p. 2, Doc. XXIII, no 2 quater / 3 / XXIV, doc. cité, p. 40.
  • 25  Note MFB no 12 (13 mai 1975), p. 1, ibid., p. 50.
  • 26  Fils de Raffaele Giudice.
  • 27  Note MFB no 16 (21 mai 1975), p. 1, Doc. XXIII cité, p. 66.
  • 28  Note MFB no 19 (26 mai 1975), p. 2, ibid., p. 79.
  • 29  Note MFB no 21 (31 mai 1975) p. 2, ibid., p. 89.

19On constatera tout d’abord que le manque de source nous empêche de connaître avec précision la date à laquelle ces négociations commencent. Le dossier Mi.Fo.Biali y fait une première référence le 5 mai 1975, à l’occasion d’un voyage de Père Dionisio Paul Mintoff à Rome au cours duquel il rencontre Mario Foligni, Mgr Agostino Bonadeo et sa nièce Assunta Bonadeo24. Une seconde référence – plus explicite – apparaît dans la note no 12 (13 mai 1975). On y apprend que Paul Mintoff mène une action – non identifiée par le SID – « à travers les Arabes »25 qui intéresse Mario Foligni et qui doit se concrétiser au retour d’un personnage (vraisemblablement Dom Mintoff) qui, pour le moment, est en voyage hors de l’île. Il apparaît que l’affaire en est encore à une première phase : Dom Mintoff cherche alors à négocier une fourniture de pétrole brut à bas prix auprès des autorités libyennes, ce qui explique les nombreuses interrogations de Demetrio Cogliandro dans les premières notes du dossier Mi.Fo.Biali : les services secrets italiens ne peuvent pas surveiller cette première partie des négociations. À l’inverse, sur le plan des relations italo-maltaises, de plus nombreuses informations sont à disposition et montrent qu’ici encore, Mario Foligni a une place fondamentale. Toute une série de voyages à Malte sont également organisés. Le 19 mai 1975 (et jusqu’au 22), Mario Foligni, Giuseppe Morelli et le directeur commercial de Pargas italiana petroli se rendent sur l’île, munis de papiers à en-tête, de cachets et des statuts d’une société ad hoc afin de signer un contrat de nature inconnue. Il semble toutefois évident qu’il s’agit de l’achat par Giuseppe Morelli du pétrole brut libyen évoqué plus tôt. Cette hypothèse est confirmée par la conversation avec Mario Foligni, le 18 mai 1975, au cours de laquelle le pétrolier indique qu’avec l’aide de Giuseppe Giudice26, il a déjà loué des navires d’une jauge de 19 000 tonnes chacun, déjà armés et prêts à prendre le large27. À leur retour, Mario Foligni tente immédiatement – mais en vain – de contacter le général Miceli, puis téléphone à un industriel milanais du nom de Fortunato Sigillò pour lui annoncer sa venue à Milan afin de discuter du voyage à Malte. Il semble donc que, d’une manière ou d’une autre, le général et l’industriel ne soient pas étrangers à l’affaire Morelli. Mais, ne connaissant pas le contenu de ces conversations, il nous est impossible de savoir quelle part ils ont dans l’opération. Quelques jours plus tard, c’est au tour de Mgr Abu-Moh et de Mgr Bonadeo de se rendre sur l’île, ce dernier étant chargé de définir les derniers détails du contrat. À ce sujet, la note no 19 du dossier Mi.Fo.Biali nous rappelle le caractère secret et illégal de cette affaire : il faut trouver un moyen de justifier le voyage du chapelain aux yeux de ses supérieurs tout en en dissimulant l’objectif réel. Le 24 mai 1975, Mgr Bonadeo et Mario Foligni mettent au point un télégramme soi-disant envoyé par Paul Mintoff, affirmant que Mgr Bonadeo est attendu pour une cérémonie de la Fraternité sacerdotale organisée à Malte. Notons enfin que lors de cette entrevue, Mario Foligni affirme : « Nous, nous en prenons 3 000 tonnes et ils nous les donnent à 300. »28 La référence au pétrole brut vendu par Malte semble ici évidente, mais le prix évoqué est trop implicite pour que nous puissions observer l’ampleur de la remise proposée par les autorités maltaises. Enfin, ayant été découvert par un certain « Andrea » (dont on ne sait s’il s’agit du général Viglione ou du général Cucino), Mgr Bonadeo doit renoncer à ce voyage et y envoie sa nièce Assunta. Revenue le 27 mai, elle rapporte des « échantillons » de pétrole brut destinés à être analysés par Giuseppe Morelli29. Enfin, le 28 juin 1975, après obtention des résultats, le pétrolier italien effectue un dernier voyage à Malte accompagné de Mgr Bonadeo, vraisemblablement pour signer la version définitive du contrat.

Les contacts de Paul Mintoff en Italie

  • 30  Note MFB no 2 (19 avril 1975), p. 6, ibid., p. 21.
  • 31  Note MFB no 23 (6 juin 1975), p. 1, ibid., p. 112.

20On sait dès le début que le Père Dionisio Paul Mintoff connaît personnellement Mario Foligni : outre la note no 1 (qui dresse la liste des contacts entretenus par Mario Foligni), les relations avec le prélat sont signalées dès la note no 2 du dossier Mi.Fo.Biali par une conversation du 14 avril 1975 à propos de Mgr François Abu-Moh30. Il est invité à plusieurs reprises à séjourner en Italie, dans le but très probable d’entrer en contact avec des personnages impliqués dans l’affaire Morelli. Citons tout d’abord le voyage du 5 au 15 juin 1975. Le rapport du SID explique que Paul Mintoff arrive à Rome « avec un retard de deux jours, dû à la présence à Malte du “ministre de la Libye” [très certainement Abdessalam Jalloud] »31. Cette information soulève de premiers soupçons : ce retard étonnant, au moins en théorie, peut être mis en relation avec les négociations pétrolières. Peut-être Abdessalam Jalloud est-il venu discuter du pétrole brut vendu à Malte et destiné à être exporté vers l’Italie pour Giuseppe Morelli. Le voyage de Paul Mintoff en Italie étant bien évidemment lié à ces négociations, il doit être en mesure d’informer ses interlocuteurs italiens des dernières évolutions concernant la partie libyenne du dossier.

  • 32  Note MFB no 20 (27 mai 1975), p. 2, ibid., p. 87.

21Au cours de son voyage, le Père Dionisio a très peu de rendez-vous dans le bureau de Mario Foligni, à Rome. Cela nous empêche de savoir ce qui est dit lors des différentes entrevues. En tout premier lieu, le général Miceli doit lui délivrer un « message » extrêmement urgent pour Dom Mintoff – ce qui laisse penser que les deux hommes entretiennent un rapport amical32. Très peu d’éléments apparaissent à ce sujet dans le dossier Mi.Fo.Biali. Toutefois il semble que le général connaît personnellement le Premier ministre maltais et que leurs relations sont tout à fait cordiales. Giuseppe Morelli, ensuite, fait le déplacement depuis Parme, très probablement pour discuter avec lui de l’importation de pétrole brut. Un rendez-vous est également prévu avec Agostino et Assunta Bonadeo, ainsi que François Abu-Moh. Il rencontre aussi le général Raffaele Giudice, probablement pour discuter du frère du prélat. Enfin, Mario Foligni et le général comptent organiser une rencontre entre Paul Mintoff et Mario Rendo, entrepreneur d’origine sicilienne. Il est donc clair que ces rendez-vous, particulièrement hétérogènes, n’impliquent en rien une quelconque mission d’ordre religieux – à laquelle, en théorie, on aurait pu s’attendre. Ici, il s’agit soit de porter plus avant les négociations pétrolières, soit de servir d’intermédiaire pour les contacts entretenus en Italie par le Premier ministre maltais. Au cours de son voyage, Paul Mintoff se rend également dans le Nord de l’Italie (à Parme, Bergame, Brescia, Milan et peut-être Turin). À la lumière de ce que nous venons à peine d’énoncer et dans la mesure où il est accompagné par Giuseppe Morelli, nous pouvons supposer que ce voyage n’est pas étranger aux accords pétroliers en question. Mieux encore, l’organisation même de ces visites n’est pas sans rappeler le séjour de la délégation libyenne en Italie, en décembre 1971. Sans parler d’armements, nous pouvons interpréter le séjour de Paul Mintoff dans le Nord de l’Italie comme étant lié à quelque contrepartie négociée en faveur de Malte. Mais les sources, malheureusement inexistantes à ce sujet, nous empêchent de confirmer cette hypothèse.

  • 33  A. Cuva, ordre de sentence du procès pénal sur le scandale pétrolier, tribunal de Turin, 12 juin 1 (...)
  • 34  Note MFB no 39 (6 septembre 1975), p. 4, ibid., p. 238.

22Ainsi, les éléments dont nous disposons pour connaître l’évolution des pourparlers puis les termes du contrat restent insuffisants. Nous ne connaissons ni la quantité de pétrole brut importée ni le prix payé. De même, on comprend difficilement les avantages que tire Mgr Bonadeo de son implication dans l’affaire. En outre, si l’on s’en tient aux affirmations du juge d’instruction Aldo Cuva dans l’ordre de sentence du 12 juin 1984 dans le procès sur le scandale pétrolier qui se déroule à Turin, les négociations avec Malte ont une issue négative : l’interférence constituée par les contrôles du SID bloque le processus33. En revanche, il est possible de connaître un certain nombre de transferts d’argent entre Giuseppe Morelli et Mario Foligni, vraisemblablement destinés à « remercier » ce dernier pour l’obtention de ce contrat fructueux. Le pétrolier prête, semble-t-il, la somme de 200 millions de lires à Mario Foligni et la société ad hoc constituée à Malte prévoit le paiement de 40 millions de lires de pots-de-vin par mois34. De même, dès le 23 mai 1975, Mario Foligni reçoit une caution bancaire d’un montant de 2 milliards de lires pour laquelle il ouvre un compte auprès de la Banca Emiliana au nom de la Nuova SIRCE (Société internationale relations et commerce extérieur) de Parme, dont il est président. Enfin, Giuseppe Morelli adhère au NPP en tant que membre occulte.

Italie-Malte-Libye : une menace pour l’équilibre méditerranéen ?

23L’implication de Malte modifie considérablement les enjeux de telles négociations. Outre les problèmes de mise sur écoute rencontrés par le SID, cela élargit considérablement l’ampleur des pourparlers. Nous avons vu qu’en 1972, l’île de Malte fait l’objet de convoitises à la fois libyennes et italiennes. Les premiers veulent en faire un rempart contre l’Occident et empêcher que des ravitaillements soient envoyés à Israël depuis l’île. Les seconds perçoivent ce pays comme un moyen de protéger le flanc sud de la Péninsule et espèrent, en la contrôlant, éviter de nouvelles attaques terroristes. Libye et Italie, entre 1972 et 1975, ont construit un partenariat commercial de grande ampleur, ce qui peut éventuellement permettre un apaisement des tensions, en particulier concernant Malte. L’île acquiert ainsi une certaine neutralité politique qui lui permet de s’insérer de manière décisive dans les relations italo-libyennes. L’intérêt pour les différents acteurs apparaît évident : l’île est un point de rencontre privilégié entre les deux pays. L’Italie est en effet présente sur place dans le cadre de la base de l’OTAN qu’elle dirige, tandis que la Libye bénéficie d’un ascendant particulier, dû notamment aux prêts considérables proposés par le colonel Kadhafi à Dom Mintoff. La médiation effectuée par ce dernier facilite donc la bonne conduite des négociations. D’autre part, sa neutralité à la fois dans les relations Nord/Sud de la Méditerranée et dans le conflit arabo-israélien, en fait un territoire idéal pour mener à bien les négociations en question.

24En ce sens, l’affaire Morelli apparaît comme une conséquence logique des relations italo-libyennes de 1972, puisque la complaisance italienne face aux fournitures d’armes requises par Muammar el-Kadhafi est liée à Malte. Il s’agit pour le gouvernement de Rome de prendre un ascendant sur le colonel afin de l’amener à revoir ses positions concernant l’île. Or, le rôle de Dom Mintoff dans ces négociations confirme la réussite de cette stratégie. Malte apparaît comme un territoire à la fois suffisamment neutre pour conduire de telles négociations en toute sécurité, et suffisamment engagé auprès des deux pays pour instaurer un rapport de confiance entre les acteurs.

  • 35  Note MFB no 48 (21 octobre 1975), p. 11, ibid., p. 366.
  • 36  Note MFB no 2 (19 avril 1975), p. 6, ibid., p. 21.

25Ainsi, l’accord pétrolier en faveur de Giuseppe Morelli est peut-être l’affaire révélée par le dossier Mi.Fo.Biali dont les implications sont les plus larges. Les nombreux contacts entretenus par Mario Foligni dans le cadre de ces négociations permettent tout d’abord de percevoir sa position résolument pro-arabe face au conflit arabo-israélien. Outre sa revendication d’une identité catholique (AIAC, NPP), ses relations avec Paul Mintoff d’une part, et Abuagela M. Huegi d’autre part, laissent penser qu’il est également impliqué dans des questions d’ordre politico-religieux. En tout premier lieu, nous pouvons évoquer l’entrevue entre Mario Foligni et Paul Mintoff, le 2 mai 1975 à Rome, au cours de laquelle les deux hommes commentent la rencontre récente entre le Premier ministre libyen Abdessalam Jalloud et le pape Paul VI. Ajoutons que lors d’une rencontre avec Ottorino Fragola, le 14 octobre 1975, Mario Foligni déclare que « les Arabes » (référence probable à la Libye) veulent créer un bureau « outre-Tibre », c’est-à-dire au Vatican35. De même, le voyage de Mario Foligni à Malte, du 19 au 22 mai 1975, n’est pas seulement lié aux négociations pétrolières dans le cadre de l’affaire Morelli. Il doit également régler des questions « de nature politique », vraisemblablement liées à la personne de Mgr François Abu-Moh, originaire de Syrie et représentant en Italie du patriarche d’Antioche Hakim Maximos V (Église orthodoxe). Il apparaît que Mario Foligni cherche à l’accréditer auprès de l’ensemble de ses contacts afin de lui obtenir une place dans la Commission pontificale pour les affaires islamiques. La note no 2 du dossier Mi.Fo.Biali relève un contact avec Abuagela M. Huegi, au cours duquel les deux hommes parlent de François Abu-Moh. Mario Foligni le décrit comme « la personne adaptée pour débuter une action de désinformation dans le but de tromper les idées des Israéliens, leur fournissant de faux renseignements »36. Plusieurs conversations avec Paul Mintoff vont également dans ce sens. Le 14 avril 1975, Mario Foligni évoque un courrier diplomatique envoyé à ce dernier, contenant de nombreuses informations sur la personnalité de François Abu-Moh. Il cherche en effet à faire nommer celui-ci secrétaire de la Commission pontificale pour les affaires islamiques, afin de l’envoyer à Malte. Il semble donc que des questions d’ordre religieux soient étroitement liées à l’ensemble de l’affaire Mi.Fo.Biali. À l’échelle italienne, Mario Foligni se prévaut d’une formation en théologie, préside une association catholique, l’AIAC, et fonde un nouveau parti catholique de droite, le NPP. Il entretient de forts liens avec la Libye et s’intéresse de près aux relations entre le gouvernement libyen et le Vatican – peut-être même n’est-il pas étranger à cette récente évolution. En parallèle, il œuvre en faveur de François Abu-Moh auprès des autorités libyennes, maltaises et pontificales, mais en le présentant aux premiers comme parfait pour accomplir une mission contre Israël. Enfin, ayant participé activement à l’affaire Morelli, le prélat syrien restera discret sur les activités occultes de Mario Foligni. De toutes ces circonstances, nous pouvons conclure que Mario Foligni mène une stratégie supplémentaire, qui n’apparaît qu’en filigrane dans le dossier Mi.Fo.Biali. Bien qu’avec précaution, nous pouvons avancer l’hypothèse selon laquelle il tenterait de construire un partenariat entre les hauts représentants de la religion chrétienne et les autorités d’un pays musulman avec lequel il collabore étroitement, dans le but caché de lancer une initiative conjointe contre l’État d’Israël.

  • 37  Supérieur hiérarchique de Paul Mintoff.
  • 38  Note MFB no 19 (26 mai 1975), p. 3, Doc. XXIII cité, p. 80.

26L’influence de Paul Mintoff dans cette affaire n’est pas à négliger, liée notamment à l’importance de Malte d’un point de vue géopolitique. En 1972, l’île est au centre des ambitions à la fois libyennes et italiennes – notamment en raison de la présence d’une base de l’OTAN sur son territoire. La nomination de Mgr Abu-Moh confirme l’étroite collaboration qui a pu se construire récemment entre les trois pays, dans le cadre du conflit arabo-israélien. Au cours d’une conversation téléphonique avec Mario Foligni le 24 mai 1975, Paul Mintoff affirme qu’il s’est occupé de tout et que Mgr Abu-Moh doit apporter à Malte une lettre signée par la Commission pontificale pour les Affaires islamiques et adressée au Père Tonna37, le remerciant pour l’action menée par Paul Mintoff dans le but d’« améliorer les rapports entre ce pays et l’Italie »38. « Ce pays » étant une référence probable à la Libye et « l’Italie » renvoyant plus vraisemblablement au Vatican, comme le précise Demetrio Cogliandro. Bien qu’il nous soit impossible de connaître avec précision l’action menée par le Père Dionisio à ce sujet, il semble bien qu’il ait joué un rôle central.

27D’une manière générale, l’île de Malte acquiert ainsi une place décisive dans les rapports entre l’Italie et son ancienne colonie. Qu’il s’agisse de s’insérer dans les affaires commerciales pour négocier une vente de pétrole, ou de prendre part aux relations d’ordre religieux entre les deux pays, les autorités maltaises sont devenues un intermédiaire important entre les acteurs de ces derniers.

Pétrole et parti politique : deux aspects d’une même affaire

Les finances de Mario Foligni

28Il apparaît très clairement que les négociations menées par Mario Foligni pour l’importation de pétrole sont étroitement liées à la constitution de son parti, le NPP. Mais il est difficile de déterminer lequel de ces deux éléments est prioritaire : le NPP n’est-il qu’un masque pour présenter les pots-de-vin reçus à la suite des pourparlers comme de simples financements tout à fait légitimes, ainsi que l’affirme Massimo Teodori ? Ou bien Mario Foligni espère-il réellement construire un nouveau parti pour renouveler le paysage politique italien, étant prêt à s’engager dans des actions illégales pour obtenir les financements nécessaires ? À la lumière de l’ensemble des informations recueillies jusqu’ici, la première hypothèse semble plus vraisemblable. Toutefois, le témoignage de Mario Foligni, les commentaires de Tina Anselmi ou des juges d’instruction de Turin au cours des différents procès, ainsi que certains éléments relevés dans le dossier Mi.Fo.Biali, légitiment tout de même la seconde version. Il est donc intéressant de se pencher sur les finances de Mario Foligni, qui peuvent nous éclairer à ce sujet.

  • 39  A. Cuva, p. 317, doc. cité, p. 533.
  • 40  Note MFB no 25 (24 juin 1975), p. 11, Doc. XXIII cité, p. 134.

29En effet, le dossier Mi.Fo.Biali fait état de transferts d’argent particulièrement suspects sur les comptes bancaires de Mario Foligni. L’étude de ces transferts en dit long sur les relations qu’il entretient, à la fois avec ses collaborateurs italiens et avec le Monde arabe. Les faveurs qu’il reçoit de la Libye, en particulier sur le plan économique, soulèvent de nombreuses interrogations. Tout d’abord, les autorités libyennes financent secrètement le NPP par l’intermédiaire de l’AIAC. Mario Foligni reçoit également d’importantes sommes d’argent de la part d’Attilio Monti et Giuseppe Morelli, sommes étroitement liées aux accords pétroliers. Aldo Cuva, dans l’ordre de sentence du procès pour le scandale pétrolier datant du 12 juin 1984, ajoute que ce dernier verse – au nom également de son associé, Giuseppe Giudice, fils du général – les sommes de 25 millions de livres sterling le 3 avril 1975, de 24,5 millions de livres sterling le 11 avril 1975 et enfin de 25 millions de lires en juillet de la même année39. De plus, la note no 25 du dossier Mi.Fo.Biali40 nous apprend par exemple qu’il est proche de la faillite auprès de la Banca Emiliana di Parma. Ici encore, Giuseppe Morelli tente de l’aider en remboursant sa dette de 50 millions de lires auprès de cette banque. Or, dans presque tous les cas, les transferts d’argent en faveur de Mario Foligni sont officiellement effectués dans le but de financer l’AIAC ou le NPP.

  • 41  Note MFB no 25 (24 juin 1975), p. 10, ibid., p. 133.

30Une mention spéciale doit enfin être accordée aux subventions obtenues par la Libye. La note no 25 du dossier Mi.Fo.Biali affirme que Mario Foligni s’apprête à recevoir 100 millions de la part du gouvernement libyen pour soutenir le NPP. Afin de ne laisser aucune trace, le transfert est effectué en transitant successivement par la Libyan Arab Foreign Bank (dirigée par Abdallah Saoudi, que Mario Foligni connaît personnellement), puis l’UBAE (Union des Banques arabes et européennes, dont le siège est à Rome), et enfin par l’agence romaine de la Banque de Sicile, auprès de laquelle Mario Foligni détient un compte au nom de l’AIAC41. À l’inverse, dès le mois d’avril 1975, l’idéologue du NPP fait traduire en arabe les textes officiels du parti (acte de constitution du NPP, statuts, programme et règlement), qu’Abuagela M. Huegi se charge de transmettre au ministre libyen des Affaires étrangères et au chef des services secrets libyens (Abdel Monein el-Houni). De même, on sait que ce dernier, tout comme Abuagela M. Huegi, compte parmi les nombreux appuis secrets du parti. Mario Foligni se vante d’ailleurs à plusieurs reprises de bénéficier de l’appui de l’ensemble du Monde arabe. Le NPP devient ainsi une initiative tout à fait illégale par laquelle Mario Foligni permet au colonel Kadhafi de s’insérer jusque dans le jeu politique national italien. Le fait que la documentation du parti soit envoyée en Libye prouve qu’il ne s’agit pas simplement d’un moyen de le « remercier » pour les informations transmises à l’ancienne colonie et pour les négociations ouvertes avec les pétroliers italiens. La dimension politique des relations entre Mario Foligni et les autorités libyennes est bel et bien présente, ce qui amplifie encore les enjeux géopolitiques soulevés par le dossier Mi.Fo.Biali. Une telle infiltration de la Libye en Italie, surtout si elle est découverte, risque de bouleverser l’équilibre des forces dans le Bassin méditerranéen.

L’étonnante nomination de Mario Foligni

31L’idéologue du NPP bénéficie donc d’un réel soutien de la part de la Libye. Et d’une manière plus générale, le dossier Mi.Fo.Biali dévoile qu’il entretient des liens avec de nombreux acteurs du Monde arabe. Lors d’une conversation avec Ottorino Fragola, le 21 novembre 1975, il se vante d’avoir dîné la veille en compagnie de Mgr Abu-Moh, de l’ambassadeur égyptien à Rome, et du nouvel ambassadeur libyen, Kadri M. el-Atrash, arrivé dans la capitale cinq jours plus tôt. De nature totalement officieuse, cette rencontre constitue une nouvelle tentative pour rapprocher la Libye et l’Égypte sur un plan politique. Comme le rappelle Demetrio Cogliandro, nous n’avons aucun moyen d’infirmer ou de confirmer cette information. Il s’agit donc de l’étudier avec précaution. Mais si le dîner a réellement eu lieu, il montre l’ampleur des relations entretenues par Mario Foligni.

  • 42  Voir p. 2-3, ibid., p. 282-283.
  • 43  Note MFB no 45 (10 octobre 1975), p. 2-3, ibid., p. 322-323.

32Enfin, la note no 43 du dossier Mi.Fo.Biali42 (25 septembre 1975) nous apprend que Mario Foligni, en tant que président de l’AIAC, doit bientôt être nommé représentant pour l’Italie de la General Bank of Middle East, une banque libanaise. Cette filiale romaine, dont le capital s’élèverait à 82 millions de dollars, doit entreprendre le même type d’activités que la BNL. Le siège central, à Beyrouth, est dirigé par un Israélien du nom de Baharav, ancien chef du service d’espionnage d’Israël. Dès le 1er novembre 1975, il est en mesure, dans le cadre de cette nomination, d’effectuer personnellement de petites opérations jusqu’à 5 milliards de lires, et d’en proposer de plus grandes dont les profits – selon les dires de Mario Foligni – sont destinés à soutenir le NPP. Une telle faveur semble tout à fait étonnante, puisque Mario Foligni ne semble pas collaborer de manière particulièrement active avec le Liban. L’affaire s’éclaire quelque peu si l’on s’intéresse à l’entrevue de Mario Foligni et du capitaine Antonio Maroni, le 9 octobre 1975. Il apparaît en effet, au cours de la conversation, que Ferdinando Masella – lié de manière décisive aux négociations pour Attilio Monti et la Libye – est conseiller d’administration de la banque libanaise43. La désignation de Mario Foligni serait donc liée aux négociations pétrolières. Ajoutons enfin que Foligni a l’intention de nommer le général Vito Miceli administrateur unique de la filiale. On peut donc s’interroger sur la signification réelle de cette nomination. La discussion avec Antonio Maroni met clairement en évidence le soutien que les Arabes apportent à Mario Foligni par ce biais. Il est bien évident que les services secrets italiens ont entrepris des enquêtes à ce sujet, mais la protection dont il bénéficie désormais empêche ces recherches d’avoir une issue positive.

33En conclusion, les relations de Mario Foligni révélées par le dossier Mi.Fo.Biali soulèvent des problèmes de première importance : il ne se contente pas d’obtenir des pots-de-vin grâce à des négociations frauduleuses afin de financer un nouveau parti politique. Il apparaît finalement comme un agent permettant au Monde arabe, et en particulier à la Libye, de s’implanter durablement dans les affaires italiennes. Sa désignation comme représentant de la General Bank of Middle East fait de lui un intermédiaire privilégié entre le Moyen-Orient et l’Italie, en mesure de faciliter l’entrée de capitaux arabes dans la Péninsule. D’un autre côté, il renforce l’implantation de la Libye dans les affaires italiennes à travers le Nouveau parti populaire. Rappelons toutefois que l’initiative de Mario Foligni échoue rapidement, ce qui limite les conséquences de l’influence libyenne sur le parti.

Notes

1  G. Maletti, cité par F. Mangiavacca, Memoriale di Mino Pecorelli, ouvr. cité, p. 337.

2  F. Mangiavacca, ibid., p. 343.

3  Il est vrai que le secteur des « crimes contre la sécurité de l’État » entre obligatoirement dans les compétences du parquet de Rome, lequel est fortement infiltré par les services secrets et a des liens avec les milieux politico-affairistes. Une enquête poussée sur le rôle de la Libye dans le dossier Mi.Fo.Biali comporte donc le risque que le procès soit déplacé à Rome et n’aboutisse pas à la condamnation des accusés.

4  Note MFB no 2 (19 avril 1975), p. 7, Doc. XXIII, no 2 quater / 3 / XXIV, doc. cité, p. 22.

5  Professeur de droit à l’université de Bologne, sollicité par Mario Foligni afin d’élaborer le contrat permettant à Attilio Monti d’importer les 20 millions de tonnes de pétrole. En effet, en raison de la quantité achetée, des modalités d’entrée de la marchandise sur le territoire italien, du moyen de paiement ou encore du transport, la rédaction du contrat nécessite d’excellentes connaissances techniques afin d’éviter le risque de commettre la moindre erreur.

6  Note MFB no 16 (21 mai 1975), p. 2, ibid., p. 67.

7  Note MFB no 21 (31 mai 1975), p. 7, ibid., p. 94.

8  Ibid.

9  Il apparaît dans la note MFB no 43 (25 septembre 1975), que George Graf gère une partie des transferts d’argent de Mario Foligni. Dans cette note, ce dernier annonce au banquier, le 10 septembre 1975, qu’un virement bancaire sera bientôt effectué, d’environ 200 milliards de lires, comprenant notamment l’argent des pots-de-vin obtenus grâce au pétrole arabe. Un virement « à travers une banque arabo-française » est également prévu le 15 septembre 1975, à hauteur de 2 millions de dollars, pour lequel George Graf est prié d’attendre des indications ultérieures. Voir p. 9-11, ibid., p. 289-291.

10  Voir note MFB no 43 (25 septembre 1975), p. 12, ibid., p. 292.

11  Rapport de consultation technique 47, rédigé par A. Giannuli, procédure pénale 91/97 mod. 21, parquet de la République de Brescia, mandat du 17 septembre 2002, p. 52.

12  Voir citation de la note MFB no 38 (7 août 1975), p. 11, ibid., p. 229.

13  M. Pecorelli, OP, 18 novembre 1978, cité par S. Flamigni, Trame atlantiche : storia della loggia massonica segreta P2, 2006, p. 311.

14  Note MFB no 43 (25 septembre 1975), p. 2, ibid., p. 282.

15  Note MFB no 21 (31 mai 1975), p. 9-10, ibid., p. 96-97.

16  Ibid.

17  Voir note MFB no 6 (2 mai 1975) : il apparaît dans un premier temps que les négociations en faveur d’Attilio Monti constituent des accords préliminaires, qui doivent par la suite être perfectionnés par l’intermédiaire de contrats libyens réguliers, lesquels seraient probablement stipulés en relation avec la présence à Rome du Premier ministre libyen Abdessalam Jalloud.

18  Voir infra.

19  Voir supra.

20  La Libye a décidé de prolonger l’embargo pétrolier de 1973 contre l’Occident : outre l’exportation, elle réduit la production même de pétrole et atteint, en février 1975, le niveau de production le plus bas depuis plus d’une décennie. Cela oblige les autorités à utiliser une partie considérable des ressources financières du pays pour la gestion quotidienne de l’économie nationale. Il s’en suit une brève crise financière, durant l’été 1975, aggravée par l’ampleur des dépenses effectuées par le colonel Kadhafi pour acquérir du matériel militaire. Le gouvernement libyen demande une aide financière à l’Arabie Saoudite, qui lui est refusée.

21  Note MFB no 48 (21 octobre 1975), p. 7, ibid., p. 362.

22  Note MFB no 44 (2 octobre 1975), p. 26, ibid., p. 318.

23  Voir Audition du 13 octobre 1982 citée par T. Anselmi, La P2, nei diari segreti di Tina Anselmi, A. Vinci éd., ouvr. cité, p. 209.

24  Note MFB no 8 (5 mai 1975), p. 2, Doc. XXIII, no 2 quater / 3 / XXIV, doc. cité, p. 40.

25  Note MFB no 12 (13 mai 1975), p. 1, ibid., p. 50.

26  Fils de Raffaele Giudice.

27  Note MFB no 16 (21 mai 1975), p. 1, Doc. XXIII cité, p. 66.

28  Note MFB no 19 (26 mai 1975), p. 2, ibid., p. 79.

29  Note MFB no 21 (31 mai 1975) p. 2, ibid., p. 89.

30  Note MFB no 2 (19 avril 1975), p. 6, ibid., p. 21.

31  Note MFB no 23 (6 juin 1975), p. 1, ibid., p. 112.

32  Note MFB no 20 (27 mai 1975), p. 2, ibid., p. 87.

33  A. Cuva, ordre de sentence du procès pénal sur le scandale pétrolier, tribunal de Turin, 12 juin 1984, p. 316, cité par la Commission parlementaire d’enquête sur la loge maçonnique P2, vol. XXXIX, Doc. XXIII cité, p. 532.

34  Note MFB no 39 (6 septembre 1975), p. 4, ibid., p. 238.

35  Note MFB no 48 (21 octobre 1975), p. 11, ibid., p. 366.

36  Note MFB no 2 (19 avril 1975), p. 6, ibid., p. 21.

37  Supérieur hiérarchique de Paul Mintoff.

38  Note MFB no 19 (26 mai 1975), p. 3, Doc. XXIII cité, p. 80.

39  A. Cuva, p. 317, doc. cité, p. 533.

40  Note MFB no 25 (24 juin 1975), p. 11, Doc. XXIII cité, p. 134.

41  Note MFB no 25 (24 juin 1975), p. 10, ibid., p. 133.

42  Voir p. 2-3, ibid., p. 282-283.

43  Note MFB no 45 (10 octobre 1975), p. 2-3, ibid., p. 322-323.

© ENS Éditions, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search