Version classiqueVersion mobile

Pétrole et corruption

 | 
Marion Morellato

II. 1975 : Mi.Fo.Biali, ou comment lier corruption italienne et géopolitique méditerranéenne

4. Le « cas Foligni » : une affaire italo-italienne

Texte intégral

La naissance obscure du dossier Mi.Fo.Biali

1De nombreuses zones d’ombre persistent autour du dossier Mi.Fo.Biali. Il semble tout d’abord difficile de déterminer avec précision quand et comment est prise l’initiative de mettre sur écoute Mario Foligni. Selon l’amiral Casardi (qui remplace le général Miceli à la tête du SID en juin 1974), l’ordre est secrètement donné en 1974 par le député Giulio Andreotti, alors ministre de la Défense au sein du gouvernement Rumor V. Il s’intéresse à Mario Foligni pour des raisons purement politiques, mais de la sorte, il fait un usage personnel et inapproprié des services secrets. Mario Foligni crée en effet un parti politique, le Nouveau parti populaire, dont l’objectif officiel est de concurrencer la Démocratie chrétienne. Il s’agit donc pour le ministre de déterminer s’il constitue réellement une menace pour le parti au pouvoir. Cette version est confirmée par le lieutenant-colonel Demetrio Cogliandro. On peut donc s’interroger sur ce qui conduit le ministre à se méfier de Mario Foligni. Le NPP n’est (secrètement) constitué qu’en avril 1975 : comment Giulio Andreotti peut-il percevoir cette menace dès l’automne précédent ? Cependant, lorsqu’un procès est ouvert à ce sujet, à partir de 1980, il nie totalement les faits, affirmant que l’initiative a été prise par le SID. Ce dernier l’aurait averti du début de l’opération, mais ne l’aurait pas, ensuite, tenu au courant des développements. Le général Maletti, pour sa part, confirme la version de l’amiral Casardi :

  • 1  G. Maletti, Audition du 29 septembre 1981 devant les juges d’instruction de Turin M. Vaudano et P. (...)

Je considère que la version des faits fournie par Casardi est techniquement plus digne de foi. Celle où il déclare que c’est Andreotti lui-même qui l’a chargé de l’enquête. En effet, il est techniquement impossible que le service rédige des notes écrites pour le ministre, à transmettre en guise de briefing, sur un sujet de ce genre.1

  • 2  Voir P. Ginsborg, Storia d’Italia dal dopoguerra a oggi, Turin, Einaudi, 2006, p. 454.
  • 3  Ibid., p. 501.

2Quoi qu’il en soit, la tentative de Mario Foligni se place dans un contexte bien particulier : le score du Parti communiste italien aux différentes consultations électorales augmente progressivement depuis 1948 et le parti atteint bientôt un poids comparable à celui de la Démocratie chrétienne. Si les élections législatives de mai 1972 marquent une certaine stabilité entre les deux clans (27,7 % pour le PCI, soit 0,3 points de plus qu’aux élections précédentes, et 38,7 % pour la Démocratie chrétienne, soit 0,4 points de moins)2, les régionales du 15 juin 1975 voient le PCI monter en puissance : avec ses 33,3 %, il est désormais à 2 points de la Démocratie chrétienne, qui obtient 35 % des voix3. La droite de l’échiquier politique italien n’est alors constituée que de deux partis : la Démocratie chrétienne et le Mouvement social italien (Movimento sociale italiano - Destra nazionale, MSI-DN, parti néo-fasciste). La tentative de Mario Foligni de constituer une structure destinée à concurrencer le parti majoritaire risque donc d’affaiblir la DC en divisant l’électorat de droite, à un moment où le Parti communiste peut espérer le dépasser. L’enjeu est donc de taille : d’une part la DC, bien installée au pouvoir depuis 1948, risque de perdre son influence, et d’autre part, la victoire du PCI dans un contexte de guerre froide, et dans un pays se situant à la frontière européenne entre le bloc occidental et le bloc soviétique, revêt une dimension géopolitique particulièrement importante.

3Le général Maletti et ses collaborateurs travaillent sur le dossier Mi.Fo.Biali d’octobre 1974 à la fin de l’année 1975. Le lieutenant-colonel Demetrio Cogliandro est chargé de coordonner les opérations (enquêtes, filatures) et de rédiger le rapport final. Dans un premier temps, les écoutes ne concernent que Mario Foligni. Mais bien vite, découvrant l’ampleur de son activité, les agents du SID élargissent la mise sur écoute à la Guardia di Finanza. L’opération s’achève lorsque le général Maletti, nommé au commandement de la division des grenadiers de Sardaigne, doit soudainement quitter son poste. Le dossier volumineux – près de sept cents pages – est confié au capitaine La Bruna, chargé de le conserver dans un coffre-fort du NOD. Il est vrai que ces mises sur écoute, dans la mesure où elles ont été effectuées sans l’autorisation de la magistrature, sont illégales et n’ont donc aucune valeur probatoire.

  • 4  Voir infra.

4Il apparaît impossible d’en trouver la version intégrale. On se concentrera donc sur les quatre cent vingt pages du dossier retrouvées dans le bureau de Mino Pecorelli4, allant du 15 avril 1975 au 28 octobre 1975. Outre les pages manquantes, la difficulté d’aborder le dossier Mi.Fo.Biali s’explique également par l’absence de notes sur de nombreuses interactions de Mario Foligni. À cet égard, nous pouvons citer son témoignage devant la Commission parlementaire d’enquête sur la loge maçonnique P2, le 4 novembre 1982. Il affirme en effet :

  • 5  M. Foligni, Audition du 9 novembre 1982, cité par T. Anselmi, La P2 nei diari segreti di Tina Anse (...)

Je considère que le dossier Mi.Fo.Biali est incomplet, parce que les conversations avec Pesenti n’y apparaissent pas. Les micros espions posés par le SID, je les ai trouvés en 1980. Le dossier Mi.Fo.Biali finit en 1975. Il manque les rapports […] avec les autres membres de l’exécutif, avec les évêques […]. Il n’y a pas non plus les conversations téléphoniques avec Monti. Ni les centaines de coups de téléphone à l’ambassade de Libye.5

  • 6  Voir infra.

5Les zones d’ombre qui demeurent autour de ce dossier se retrouvent dans son nom même : initialement appelé « cas Foligni », il ne concerne que l’enquête sur les intentions de l’idéologue du NPP. À partir du 11 juillet 1975, il prend le nom de « M.Fo. Biali », montrant que les relations avec la Libye sont désormais centrales. Puis il est bientôt renommé « Mi.Fo.Biali ». Si le premier titre ne pose pas de problème, les deux suivants, en revanche, font l’objet de plusieurs interprétations. Massimo Teodori par exemple, ne retient que « M.Fo. Biali », qu’il traduit par Mario, Foligni, Libye. Mais l’ajout du « i » dans le troisième titre laisse planer un doute sur cette version. Sans pour autant éclaircir la signification : il pourrait s’agir soit de Miceli, Foligni, Libye, soit de Mintoff, Foligni, Libye. Le premier insisterait donc davantage sur les contacts inattendus de Mario Foligni en Italie, tandis que le deuxième mettrait au centre de l’étude les accords pétroliers, et notamment le rôle qu’y joue Malte6.

Le Nouveau parti populaire : initiative politique ou manœuvre frauduleuse ?

La constitution d’un nouveau parti chrétien

  • 7  Référence au Parti populaire italien (Partito popolare italiano, 1919-1926) de Don Luigi Sturzo, p (...)
  • 8  Acte constitutif du NPP, 28 avril 1975, cité dans le Rapport de la Commission parlementaire d’enqu (...)

6Comme nous venons de le voir, l’objectif premier de l’opération du SID est d’observer l’évolution du parti constitué par Mario Foligni, le Nouveau parti populaire7. Il s’agit d’un parti catholique, positionné à droite de la Démocratie chrétienne et fondé le 28 avril 1975 par Mario Foligni, Filippo Epifanio Lupo, Antonio Loche et Francesco Nigri. L’acte de constitution du NPP affirme : « Le NPP est constitué. Il a pour objectif de réaliser un programme social, économique et politique de liberté, de justice et de progrès national qui s’inspire des principes chrétiens, héritage des pères et source d’une civilisation bimillénaire. »8

  • 9  Note no 34, p. 2 (25 juillet 1975) du dossier Mi.Fo.Biali (désormais MFB dans les notes) cité dans (...)
  • 10  Ibid.

7Il s’agit officiellement de renouveler la politique italienne en offrant une alternative à une Démocratie chrétienne corrompue. Cette initiative s’inscrit dans un contexte bien particulier. Les élections de juin 1975 confirment la poussée du PCI dans le paysage politique italien (un an plus tard, il atteindra son maximum historique, avec 34,4 % des voix). La perspective du « compromis historique » devient de plus en plus envisageable : la distance entre Démocratie chrétienne et Parti communiste diminue progressivement. Pour rester au pouvoir, la DC doit accepter une alliance avec le PCI. Cette ligne politique promue par Aldo Moro déçoit une partie des électeurs, et est clairement désapprouvée par le Vatican, dont Giulio Andreotti demeure toujours très proche. Plusieurs formations – dont le NPP – sont alors créées pour tenter de récupérer les voix de cette frange de la population. La naissance du parti est officialisée lors d’une conférence du 18 juillet 1975 à laquelle sont invités de nombreux représentants de la presse italienne et internationale. À cette occasion, on présente le NPP comme une initiative d’étiquette DC, destinée à unifier sous un même drapeau toutes les forces provenant de la Démocratie chrétienne et protégées par le Saint-Siège, afin de former une coalition capable de s’opposer au parti au pouvoir et de l’obliger à « faire son devoir ». Afin de confirmer cette position, Mario Foligni invite à la conférence l’un des fondateurs de la DC : Giovanni Pullara. Il le présente à Giuseppe Mirabile lors d’une conversation datant du 24 juillet 1975, certes comme « un personnage politiquement insignifiant »9 mais dont la place, même symbolique, au sein du NPP peut se révéler utile : « Il représente le lien historique avec Don Luigi Sturzo et la Démocratie chrétienne. En somme, à la conférence, Pullara a été un témoin oculaire de ses expériences passées, ce qui lui a permis d’affirmer que les responsables de la DC sont des traîtres. »10

  • 11  Président historique de la RAI (Radio audizione italiana).

8Il est vrai que Mario Foligni insiste souvent sur la corruption qui gangrène la Démocratie chrétienne et qui rend nécessaire le renouvellement du paysage politique italien, à travers le NPP. À cet égard, le dossier Mi.Fo.Biali est particulièrement révélateur des déviations du système politique italien. Dans une conversation, le 9 juillet 1975, avec l’un de ses confidents, Giuseppe Mirabile, Mario Foligni dévoile les tentatives de la DC pour le convaincre de ne pas aller au bout de sa démarche. Il affirme qu’Amintore Fanfani, par l’intermédiaire d’Ettore Bernabei11, aurait proposé de payer Mario Foligni afin que la conférence du 18 juillet n’ait pas lieu :

  • 12  Note MFB no 30, p. 1-2 (11 juillet 1975), Rapport de la Commission parlementaire d’enquête, p. 152

Foligni : Ils ont eu recours à leur méthode maligne (référence à Bernabei-Fanfani), ils m’ont fait comprendre qu’ils sont prêts à payer… Comme si j’avais fait une telle chose [fondation du NPP]… par intérêt personnel. C’est une offense ! Qu’est-ce que ça veut dire, ça ? […]
Mirabile : Évidemment… Mais on ne peut pas dire qu’ils (Bernabei-Fanfani) dépensent de l’argent pour leur courant politique… Ils dépensent par corruption.
Foligni : Alors ça veut dire que les choses sont arrivées à un tel niveau de corruption. Maintenant, le gouvernement fonctionne sur une base de pollution, paiement, contreparties en dessous-de-table…12

9Face à cela, le NPP est donc présenté comme un moyen d’assainir la politique italienne. Toutefois, il ne s’agit pas là de l’unique réaction de la Démocratie chrétienne face au danger constitué par le parti de Mario Foligni. À cet égard, nous pouvons également nous intéresser à la position assumée par Giulio Andreotti. Nous avons vu qu’il était à l’origine de l’enquête Mi.Fo.Biali, précisément dans le but de contrôler l’évolution de ce parti. Mais loin de chercher à en limiter la portée, il tente de profiter de son succès. En effet, lors d’une discussion avec Armando Sesenna, le 3 septembre 1975, Mario Foligni déclare :

  • 13  Note MFB no 39 (6 septembre 1975), p. 9-11, ibid., p. 243-245.

Le discours le plus sage, c’est celui qu’Andreotti nous a tenu. Hier soir (2 septembre), il nous a envoyé un évêque… Nous avons discuté, et maintenant nous devons nous rencontrer à nouveau. Il (Andreotti) dirait : moi, je ne veux pas faire ce que voudraient faire Piccoli, Fanfani et les autres. Moi (Andreotti), je veux rester dans la DC, avec une alliance claire avec vous. […] Andreotti se base sur un élément comptable et il dit : j’aurai (dans le NPP) un allié potentiel avec lequel, si le NPP s’allie avec ce qui reste de la DC, nous aurons un centre majoritaire, parce que finalement, nous sommes tous les deux liés au centre, c’est-à-dire qu’on se place au centre de l’échiquier politique. Le discours est juste mais il veut que ce soit lui (Andreotti) qui ait le dernier mot ! Tout est là. Mais une fois qu’on sera arrivés à ce point, il (Andreotti) espère aussi rentrer dans les rangs du Saint-Siège.13

10Ainsi, au moment même où Aldo Moro entreprend un rapprochement avec le PCI, dont Giulio Andreotti obtiendra le meilleur bénéfice, celui-ci cherche également à se rapprocher des mouvements de droite afin de s’assurer leur soutien. Cette stratégie contradictoire montre bien la volonté du ministre d’accéder au pouvoir. Il recherche des alliances tant à droite qu’à gauche afin de garantir son succès, quel que soit le résultat des élections à venir.

  • 14  Note MFB no 33, ibid., p. 175.

11Toutefois, dans la note no 29 du dossier Mi.Fo.Biali datant du 9 juillet 1975, Demetrio Cogliandro invite à interpréter l’initiative politique de Mario Foligni avec beaucoup de scepticisme : pour lui, les soutiens dont bénéficie le parti sont un indice du manque de cohérence de l’ensemble. La note no 29 donne la liste des personnages soutenant secrètement le NPP. En premier lieu, citons le général Vito Miceli, qui, dès 1976, est élu député dans les rangs du MSI-DN, ainsi que Giorgio Torchia, journaliste d’extrême droite. Face à eux Giuseppe Mirabile, ouvertement présenté comme communiste, est nommé avocat du parti14. Notons également la présence de Luigi Gedda, qui dirige les Comités civiques au service de la DC lors de la campagne électorale de 1948 (mais il se désiste à la veille de la conférence du 18 juillet), et du colonel Vittorio Alvino (de la Guardia di Finanza) dont le dossier Mi.Fo.Biali révèle l’implication dans des affaires de corruption. Outre Vito Miceli, le NPP est soutenu par les généraux Raffaele Giudice et Enrico Favuzzi, les colonels Giuseppe Trisolini et Nicola Falde ainsi que l’avocat Umberto Ortolani, tous membres de la loge maçonnique P2. Enfin, la note no 29 cite Mgr Agostino Bonadeo et Giuseppe Morelli (pétrolier) ainsi que les diplomates de l’ambassade de Libye à Rome, Abuagela M. Huegi et Moussa Salem el-Haji. Cette dernière information, comme nous le verrons par la suite, laisse planer un doute sur le financement du parti.

12Après la conférence du 18 juillet 1975, l’activité de Mario Foligni se concentre sur le NPP laissant de côté, pour un temps, les questions d’importation de pétrole. Durant cette période, le dossier Mi.Fo.Biali relève de nombreux dialogues au cours desquels l’idéologue du NPP cherche à convaincre ses interlocuteurs du bien-fondé de son parti politique, que ce soit pour les pousser à y adhérer ou parce qu’il s’agit de journalistes. Lors de l’interview accordée à Augusto Marcelli pour le journal Lo Speciale le 14 juillet 1975, il déclare :

  • 15  Note MFB no 31 (16 juillet 1975), p. 3, ibid., p. 158.

Tout le programme du parti s’appuie sur un « dialogue » à propos d’une nouvelle forme de conception et de stratégie politique. Son action, c’est-à-dire la non-discrimination à droite ni à gauche, se base sur ce dialogue, en cherchant à apparaître valide, à la fois pour la constitutionnalité du Parti communiste et pour celle du Mouvement social italien, afin d’accéder à la gestion gouvernementale. Il s’agit là du concept compris comme une politique de pacification, incluant une « obéissance absolue au Saint-Père », dans le cadre, cependant, d’une autonomie complète.15

13Une telle ligne politique semble pour le moins contradictoire : comment conjuguer obéissance absolue et autonomie complète ? De plus, selon les dires de Mario Foligni, le NPP se proposerait non pas de rassembler l’ensemble des forces modérées par opposition aux extrêmes de droite et de gauche, mais de convaincre l’ensemble de l’électorat italien, quel que soit le bord politique des électeurs. Il semble toutefois difficile d’accorder communistes et néo-fascistes au sein d’une même politique catholique ! L’ambition démesurée de Mario Foligni laisse donc, ici aussi, planer un doute sur l’ensemble du projet : s’agit-il réellement de conquérir le pouvoir ? Ou le NPP masque-t-il d’autres objectifs ?

  • 16  Note MFB no 39 (6 septembre 1975), p. 2-3, ibid., p. 236-237.
  • 17  Juge, conseiller de la cour d’appel de Teramo, ami de longue date de Mario Foligni.
  • 18  Voir infra.

14Enfin, il convient de relativiser l’importance du NPP dans le paysage politique italien des années soixante-dix. Il est, certes, omniprésent dans le dossier Mi.Fo.Biali, et Mario Foligni insiste à de nombreuses reprises sur l’intérêt spectaculaire que suscite le parti. Le 1er septembre 1975, il soutient qu’une grande partie de l’armée, de la Guardia di Finanza, de l’Arme des carabiniers et de la police a rejoint le NPP, qui devrait également récolter 50 % des voix de la DC, ainsi que celles du MSI et celles qui, par protestation, sont allées au PCI (soit 1,8 million)16. De même, le 6 septembre 1975, il déclare à Emilio Marinucci17 que le NPP prévoit, lors des élections à venir, d’obtenir jusqu’à 8 millions de voix et d’envoyer 200 députés et sénateurs au Parlement. En réalité, son poids électoral demeure insignifiant. À cet égard, on peut citer la Commission parlementaire d’enquête sur la loge maçonnique P2 qui s’intéresse, en 1982, au dossier Mi.Fo.Biali, et notamment à la raison d’être du NPP. Massimo Teodori, auteur d’un rapport de minorité, s’oppose à l’interprétation de la présidente de la Commission (Tina Anselmi), selon laquelle le NPP constitue une tentative de scission au sein de la DC, impulsée par Licio Gelli, dirigeant de la P2. Pour lui, l’échec rencontré par le NPP aux consultations électorales de 1976 et 1977 – où le parti n’obtient respectivement que 10 917 et 2 112 voix – nous pousse à l’envisager non pas comme une initiative pour renouveler la politique italienne, mais comme un moyen de bénéficier des pots-de-vin obtenus grâce aux accords pétroliers négociés par Mario Foligni18.

Les intentions réelles de Mario Foligni

15Une question se pose immédiatement pour l’observateur contemporain : qui est Mario Foligni ? En effet, il est au centre d’un dossier qui a une importance notable en Italie à la fin des années soixante-dix. Il semble être actif dans de nombreux domaines (politique, économique, ecclésiastique), et pourtant son nom demeure inconnu. La note introductive au dossier Mi.Fo.Biali permet de cerner plus précisément le personnage. On apprend qu’il est

  • 19  Note introductive MFB, p. 1, Doc. XXIII cité, p. 4.

[un] élément intelligent, rusé, opportuniste, aux manières distinguées et au discours facile et persuasif. Il réussit de manière extrêmement désinvolte à convaincre ses interlocuteurs sur la possibilité de faire des gains considérables et faciles, à travers des initiatives qu’il dirige lui-même et soutenu par ses connaissances influentes et solides. En réalité, dans les contacts qu’il a eus jusqu’à maintenant, il a toujours laissé entrevoir la certitude de pouvoir réaliser, même à la limite de la légalité, de grosses sources de profits.19

  • 20  Ibid., p. 2, doc. cité, p. 5.
  • 21  Note MFB no 19 (26 mai 1975), p. 1-2, ibid., p. 78-79.

16Il se présente toujours comme un catholique profondément croyant, mais dans les faits, ses liens avec le Vatican demeurent douteux. Outre le Nouveau parti populaire, il préside l’Association internationale de l’apostolat catholique (Associazione internazionale di apostolato cattolico, AIAC) fondée en août 1972 dans le but de « promouvoir la défense et le développement de l’enseignement de l’Église pour combattre la crise actuelle des comportements et de la justice »20. Or, en octobre 1974, les autorités ecclésiastiques précisent que l’AIAC n’a reçu aucune autorisation de la part du Vatican et doit donc être considérée comme une initiative personnelle. Certes, le dossier Mi.Fo.Biali révèle de nombreux contacts dans le milieu ecclésiastique, notamment avec Paul Mintoff (également appelé Père Dionisio, frère du Premier ministre maltais Dom Mintoff) et Mgr Agostino Bonadeo, de l’église del Gesù. On peut également citer Mgr Annibale Ilari et Mgr Abu-Moh. Mais aucune de ces relations ne semble liée à des questions religieuses. Elles concernent essentiellement des intérêts économiques. À cet égard, la préparation du voyage de Mgr Bonadeo à Malte (prévu pour le 27 mai 1975) est particulièrement éclairante. Avec l’aide de Mario Foligni, il s’excuse de son absence en prétextant une cérémonie qui doit se dérouler à Malte en l’église de la Paix et à laquelle Paul Mintoff l’aurait convié21. Mais en réalité, il doit effectuer un voyage d’affaires lié à l’importation de pétrole. L’idéologue du NPP sert d’intermédiaire entre les deux clercs, mais la religion ne constitue qu’un masque pour dissimuler les véritables relations entre ces différents acteurs.

17L’image chrétienne que veut se donner Mario Foligni, notamment au sein du NPP, ne se révèle donc pas convaincante. À l’inverse, le dossier Mi.Fo.Biali tire des conclusions inattendues à partir de ses nombreux contacts avec des membres du Parti communiste italien. Cela entraîne une remise en cause des objectifs du Nouveau parti populaire. Officiellement, il est destiné à prendre le relais d’une Démocratie chrétienne corrompue et renouveler la politique italienne. Mais de facto, la scission espérée au sein de l’électorat chrétien de droite peut provoquer un affaiblissement de la principale force d’opposition au Parti communiste. Le lieutenant-colonel Demetrio Cogliandro propose donc d’envisager Mario Foligni comme un agent communiste dont l’initiative politique est précisément destinée à favoriser indirectement la prise de pouvoir du PCI. Selon lui :

  • 22  Note MFB no 32 (18 juillet 1975), p. 4, ibid., p. 167.

Il semble impossible de ne pas penser qu’un individu rusé et intelligent comme Foligni ne se rende pas compte de ce qu’il est en train de provoquer. La constitution du parti est sans aucun doute utile à la gauche. Et il favorise en particulier le jeu du PCI, puisque l’éventuelle affirmation du NPP divisera inévitablement en deux la Démocratie chrétienne. Et, bien que Foligni espère, au moins en apparence, obtenir l’adhésion des sociaux-démocrates, des républicains, des libéraux et des membres du MSI, et même de la DC, la volonté qu’il affiche de créer un bloc anticommuniste fort ne semble pas pouvoir se réaliser concrètement. Son comportement laisse penser l’exact contraire. On peut donc estimer qu’il est pleinement conscient, en son for intérieur, de favoriser le PCI.22

  • 23  Note MFB no 21 (31 mai 1975), p. 5, ibid., p. 93.

18Il convient toutefois de relativiser ces propos. Demetrio Cogliandro rédige ce dossier dans un contexte de guerre froide où l’Italie, en tant que pays occidental, est hantée par la peur qu’un complot communiste puisse renverser le régime et faire basculer le pays dans le bloc soviétique. Avec le recul dont bénéficie le lecteur contemporain, son hypothèse est donc peu recevable. L’histoire a montré, en effet, que le communisme n’a jamais constitué une réelle menace pour l’État italien. En tout état de cause, l’initiative de Mario Foligni s’inscrit dans un contexte tout à fait particulier. Le PCI s’est progressivement renforcé depuis 1948 et est devenu la principale force d’opposition à la Démocratie chrétienne. Afin de conserver le pouvoir, cette dernière – par l’intermédiaire d’Aldo Moro – choisit d’ouvrir le dialogue avec le Parti communiste, ce qui porte dès le 29 juillet 1976 au gouvernement Andreotti III, qui bénéficie de la « non-méfiance » de l’opposition. Cette décision mécontente évidemment les électeurs les plus à droite du parti. Ainsi, entre 1975 et 1979, plusieurs mouvements sont créés dans le but de récupérer les électeurs déçus par le parti au pouvoir. Et il apparaît clairement que le NPP de Mario Foligni participe de cette évolution. Son discours montre qu’il cherche surtout à ressouder la droite de l’échiquier politique en rassemblant les électeurs opposés au « compromis historique » (c’est ainsi qu’est nommée cette période de collaboration entre le PCI et la DC). De même, les amitiés entretenues par Mario Foligni ne semblent pas accréditer la théorie d’un complot communiste : n’oublions pas qu’outre ses liens avec les membres de la P2, il entreprend des négociations en faveur d’Attilio Monti, qui finance des groupes d’extrême droite. Notons également ses rencontres régulières avec le journaliste Giorgio Torchia, inscrit au MSI, avec lequel il collabore étroitement pour faire connaître le NPP23. De plus, le risque de diviser la droite tout en favorisant l’arrivée au pouvoir du PCI n’enlève rien à l’éventuelle authenticité de la motivation de Mario Foligni. Rappelons en effet qu’il n’est pas le premier à entreprendre une telle initiative. En 1958, Silvio Milazzo monte une coalition rassemblant l’extrême droite, l’extrême gauche et les dissidents de la Démocratie chrétienne, grâce à laquelle il gagne les élections et accède au poste de président de la Région Sicile. Son entreprise anticipe ainsi les mouvements des années soixante-dix tels que le NPP, et d’aucuns prédisent alors que Silvio Milazzo va briser le consensus dont bénéficie la DC. Il n’en est rien, mais son expérience de 1958 donne tout de même une certaine crédibilité à l’initiative de Mario Foligni. Celui-ci affirme d’ailleurs que Silvio Milazzo s’est rallié au NPP, ce qui doit constituer une preuve des ambitions sérieuses du parti.

  • 24  Note MFB no 38 (7 août 1975), p. 4, ibid., p. 222.

19Il est vrai, toutefois, que le dossier Mi.Fo.Biali fait état de très nombreux contacts de Mario Foligni avec le monde communiste. Son amitié avec Alfio Marchini, connu pour financer le PCI, ou encore Giuseppe Mirabile – attesté sur des positions communistes – peut ainsi paraître étonnante. D’autant qu’il nomme ce dernier représentant légal du NPP, le 15 mars 1979. Mais à cet égard, nous pouvons avancer l’hypothèse selon laquelle ces relations sont le fait d’intérêts commerciaux communs plutôt que d’idéologies politiques. Rappelons par exemple qu’Alfio Marchini n’est pas totalement étranger aux négociations pétrolières menées pour le compte d’Attilio Monti. De plus, la présence de l’avocat au sein du NPP peut être un simple moyen d’attirer l’électorat de gauche en fournissant la preuve que le Nouveau parti populaire n’est pas uniquement une coalition de droite. D’une manière générale, il semble que l’hétérogénéité des contacts de Mario Foligni soit destinée à prouver l’ouverture de son mouvement politique vers la droite comme vers la gauche. De même, on apprend par une conversation avec Giuseppe Mirabile, le 30 juillet 1975, que Paul Mintoff a été nommé secrétaire pour Malte de l’AIAC et ce « après avoir pu constater à plusieurs reprises que le prêtre est “clairement défini par des positions socialistes” »24. Ici aussi, il peut s’agir d’un moyen d’attester son ouverture à gauche. Il apparaît également que Mario Foligni est un intermédiaire important entre ses amitiés de droite et de gauche. Ainsi, il est l’artisan d’un rapprochement du général Miceli et d’Alfio Marchini, au lendemain des élections du 15 juin 1975 marquées par la victoire du PCI. Bien qu’avec précaution, on peut ainsi supposer que Mario Foligni feint une certaine sympathie envers les partis de gauche afin d’en obtenir un gain financier. Il serait difficile d’expliquer autrement les raisons du voyage de Filippo Epifanio Lupo à Moscou. Au cours d’une conversation entre les deux hommes, le 24 juillet 1975, on apprend en effet que ce dernier est invité à Moscou. Mario Foligni lui conseille d’adopter une conduite exemplaire :

  • 25 Note MFB no 36 (30 juillet 1975), p. 3-4, ibid., p. 192-193.

Souvenez-vous de trois choses fondamentales sur lesquelles je ne transige pas : 1) la LOYAUTÉ. Jamais d’ingratitude, parce que l’ingratitude est le péché le plus mauvais qui soit. 2) Ne répondez jamais au bien par le mal, parce que c’est pire que tuer. Je ne prétends pas être payé en retour, mais le mal en échange du bienfait, c’est quelque chose de criminel. 3) La PRUDENCE… soyez prudents ! Ce sont trois choses très importantes. Seuls les prudents pourront avoir du succès. Nous sommes arrivés à une perfection qui dérange.25

20On peut donc supposer que Filippo Epifanio Lupo doit effectuer ce voyage afin d’obtenir certains financements – à moins qu’il ne s’agisse d’armes qui pourraient ensuite être revendues à la Libye –, lesquels lui seraient refusés s’il ne faisait pas montre d’une certaine sympathie pour le communisme.

  • 26  Voir procès-verbal de M. Foligni, 9 novembre 1982, cité par la Commission parlementaire d’enquête (...)

21Ainsi, la raison d’être du NPP reste relativement obscure. De plus, le procès-verbal de Mario Foligni dans le cadre du procès sur la corruption de la Guardia di Finanza, datant du 4 novembre 1982 et au cours duquel il est interrogé sur le NPP, ne permet pas de clarifier la situation. Il refuse toute affiliation au PCI et déclare que son objectif n’a jamais été de créer une sécession de la DC ni de la concurrencer, mais simplement de rassembler les voix des électeurs qui, déçus par cette dernière, ne s’expriment plus lors des consultations électorales. Il présente le NPP comme une initiative véritablement politique, et son échec est dû, selon lui, aux persécutions d’un SID œuvrant pour le maintien de la DC26. La contradiction totale avec les informations recueillies dans le dossier Mi.Fo.Biali invite donc à prendre ce témoignage avec distance : Mario Foligni se pose en victime persécutée par la DC et insuffisamment aidée par le Vatican, simplifiant parfois à outrance la situation. Ainsi, les services secrets voient dans le NPP une manœuvre du PCI pour prendre le pouvoir. Quant à Tina Anselmi, elle envisage le NPP, au terme de l’enquête de la Commission parlementaire sur la P2, comme un instrument de la loge maçonnique pour affaiblir la DC. Enfin, Massimo Teodori n’y voit qu’un moyen de masquer les pots-de-vin obtenus par Mario Foligni après les accords pétroliers. Il est vrai que l’analyse précise du discours politique de ce dernier laisse planer un doute sur ses motivations réelles. Ses prévisions de succès du NPP sont si démesurées qu’il semble difficile d’envisager que Mario Foligni lui-même espère réellement conquérir le pouvoir.

Les contacts de Mario Foligni

Des relations hétérogènes

  • 27  Ibid., p. 515.

22Mario Foligni entretient des rapports étroits avec des milieux extrêmement hétérogènes, allant du journalisme d’extrême droite (tel que Giorgio Torchia) au financeur du PCI (Alfio Marchini), en passant par les clercs (Mgr Bonadeo) ou les membres de la Guardia di Finanza (Raffaele Giudice). Interpréter une partie de ses contacts n’est pas aisé. Mais il est également difficile de connaître avec précision la nature de ses relations avec la loge maçonnique P2, dans la mesure où son témoignage (4 novembre 1982) ne concorde pas toujours avec les informations recueillies dans le dossier Mi.Fo.Biali. Un élément, toutefois, est certain : Mario Foligni n’a jamais été inscrit à la P2, malgré la proposition qui lui est faite en 1975. Selon le témoignage de Mario Foligni, ses contacts avec la loge sont strictement liés à la constitution du NPP et à la question du financement de cette initiative : il aurait contacté Umberto Ortolani par l’intermédiaire de Mgr Angelini, puis aurait été redirigé vers Licio Gelli. Mario Foligni affirme à son sujet : « Je savais déjà, à ce moment-là, qui était Gelli, et on ne m’en avait absolument pas parlé dans un sens positif. Plutôt de manière extrêmement négative (ce fut justement le colonel Falde qui me l’avait dit). »27

  • 28  Note MFB no 7 (5 mai 1975), p. 2, Doc. XXIII, no 2 quater / 3 / XXIV, doc. cité, p. 37.

23Une telle déclaration peut sembler étonnante si l’on se souvient que le colonel Nicola Falde est lui-même affilié à la P2. Quoiqu’il en soit, le dossier Mi.Fo.Biali confirme cette version : la note no 7 (5 mai 1975) affirme que « dans un contexte non précisé, dont on ne sait pas s’il faut le relier à Miceli, l’avocat Ortolani a rapporté à Foligni que dans peu de temps, il verrait Gelli »28. Commentant cette rencontre, le 4 novembre 1982, Mario Foligni affirme avoir immédiatement refusé l’offre d’inscription, étant absolument opposé à toute relation avec une loge maçonnique. On peut toutefois relativiser cette déclaration, puisque le dossier Mi.Fo.Biali montre clairement qu’il est conscient d’être entouré de nombreux membres de la P2. De plus, ses relations avec la loge maçonnique ne se limitent pas à la recherche de financements pour le NPP. Le dossier du SID fait état d’une relation avec Ottorino Fragola – responsable de la Maçonnerie internationale à l’échelle européenne –, non pas liée au parti politique mais aux négociations pétrolières. Ce dernier doit, en effet, favoriser les contacts entre Mario Foligni et la Banque nationale du travail (Banca nazionale del lavoro, BNL). D’une manière plus générale, le dossier Mi.Fo.Biali démontre de manière remarquable l’ampleur de l’implantation de la loge maçonnique dans les plus hautes couches de la société italienne. La nomination de généraux aux hautes charges des forces armées, par exemple, ne se fait pas sans l’avis de Licio Gelli.

  • 29  Note MFB no 33 (21 juillet 1975), p. 4, ibid., p. 177.

24Parmi les relations de Mario Foligni avec les membres de la P2, une mention spéciale est à accorder aux officiers des forces de l’ordre italiennes. Vito Miceli apparaît rapidement comme un proche de Mario Foligni – au point de pouvoir interpréter le nom « Mi.Fo.Biali » comme une référence au général. Les relations d’ordre commercial entre les deux hommes demeurent relativement obscures. Nous savons que Mario Foligni obtient le soutien du général pour les négociations pétrolières, mais il est difficile de connaître le rôle précis que joue ce dernier. À l’inverse, les notes du SID permettent de comprendre avec précision la nature de leurs relations sur le plan politique. Tout d’abord, le général Miceli est membre occulte du NPP. Ensuite, il est probablement l’un des seuls, dans l’entourage de Mario Foligni, à connaître ses liens avec les milieux communistes. À cet égard, la note no 33 du dossier Mi.Fo.Biali montre que ce dernier est un intermédiaire entre le général et Alfio Marchini : Vito Miceli cherche à se rapprocher du PCI à la suite de son succès aux élections de juin 1975. Et le 17 juin 1975, il demande à Mario Foligni d’organiser une rencontre avec Alfio Marchini car « maintenant plus que jamais, il voulait le revoir pour tenir un discours plus large et beaucoup plus engagé »29. L’action du général peut toutefois surprendre et apparaître comme opportuniste, si l’on se souvient qu’à peine un an plus tard, il est élu député du MSI-DN.

25La position du capitaine Antonio Maroni de l’Arme des Carabiniers, ancien officier du SID, auprès de Mario Foligni apparaît également comme fondamentale. On peut, en effet, voir en lui un élément direct qui relie les accords pétroliers de 1972 et ceux négociés par Mario Foligni en 1975. Une conversation entre les deux hommes, le 9 octobre 1975, est explicite sur ce point :

  • 30  La note MFB no 2 (19 avril 1975), p. 6, ibid., p. 21, confirme les contacts de Roberto Jucci avec (...)
  • 31  Note MFB no 45 (10 octobre 1975), p. 8, ibid., p. 328.

Maroni : Les négociations pour l’ENI, excuse-moi, mais c’est moi qui les ai conduites, avec Jucci.
Foligni : Père Dionisio Mintoff, tu le connais ?
Maroni : Moi je connais bien Dom Mintoff (le Premier ministre maltais) et deux ou trois de ses secrétaires de la présidence de la République. On allait les chercher à l’aéroport (de Fiumicino)… et on les emmenait se balader. Jucci prenait Dom Mintoff par le bras, et moi je prenais le secrétaire30. Et on leur avait promis tellement de choses ! On leur avait promis des avions… On leur avait promis des appareils radars.31

26Dans cette même conversation, on apprend également qu’Antonio Maroni connaît personnellement Moussa Salem el-Haji. Ces informations sont à mettre en relation avec une réunion qui se déroule le 17 septembre entre Mario Foligni, Ferdinando Masella et Saverio Rino Chiappalone. Il apparaît en effet que ces deux derniers ont un rôle fondamental dans les négociations pour le pétrole acheté par Attilio Monti. Or, précisément, les recherches du SID démontrent qu’ils ont de nombreux contacts avec le capitaine Maroni. En ce sens, celui-ci peut apparaître comme un lien essentiel entre les deux séries de négociations. Dans les deux cas, bien qu’il ne soit pas protagoniste, il joue un rôle essentiel et demeure aux côtés des acteurs principaux. Il est même probable qu’en 1972, il ait pris de premiers contacts avec les autorités libyennes et maltaises, qu’il mettra ensuite à disposition de Mario Foligni et de ses collaborateurs. Enfin, d’une manière plus générale, la discussion du 27 septembre 1975 entre Mario Foligni et le capitaine Maroni (ici appelé « Tonì ») est particulièrement instructive :

  • 32  Note MFB no 44 (2 octobre 1975), p. 19-21, ibid., p. 311-313.

Tonì : En Sicile moi j’ai toute la partie importante de la mafia.
Foligni : Nous aussi, on l’a !! […]
Tonì : Moi je connais le système direct palermitain (mafieux) qui commande en Sicile.
Foligni : Eh bien nous aussi on le connaît… (il s’interrompt)
Tonì : D’accord… Mais il faut voir comment et de quelle manière. Foligni : Ma foi… Je crois que Raffaele (Giudice) a parlé avec (il ne cite pas le nom). […]
Tonì : Sache que moi, chaque fois que je vais là-bas, je ne peux pas manger dans un restaurant et je ne peux pas aller ailleurs, parce que je dois forcément aller chez eux […] et ils me disent (les boss mafieux) : pour quoi que ce soit, téléphonez-nous ! […]
Foligni : (faisant référence à Giudice)… Celui-là, c’est le véritable commandant !! C’est sûr, ce n’est plus (dans les milieux de la Guardia di Finanza) la mafia d’avant, quand il y avait les autres.32

27Outre le fait que Mario Foligni s’appuie donc au moins indirectement sur la mafia pour consolider son parti politique et poursuivre ses activités économiques, cet élément confirme une grande partie des soupçons énoncés plus tôt à propos de la nomination de Raffaele Giudice au commandement général de la Guardia di Finanza. Il bénéficie bel et bien d’appuis en Sicile, auprès de la mafia. Cela permettra également de comprendre dans quelle mesure et pourquoi la mafia sicilienne intervient dans les accords pétroliers négociés par Raffaele Giudice et Mario Foligni.

28Enfin, il est bien évident que Raffaele Giudice joue un rôle de premier plan parmi les relations de Mario Foligni. En tout premier lieu, c’est en constatant les nombreux contacts entre les deux hommes que le SID décide d’élargir la mise sur écoute à la Guardia di Finanza. Leur collaboration est conduite sous deux aspects différents : à la fois politique (le général Giudice étant membre occulte du NPP) et commercial (accords pétroliers).

29Notons également les contacts de Mario Foligni avec certains agents de la CIA installés en Italie, tels Thomas Biamonte. Il est particulièrement difficile de connaître la nature exacte de leurs relations, car le dossier Mi.Fo.Biali n’évoque que rarement le nom de ce dernier. Mais il apparaît que celui-ci connaît personnellement le général Miceli, et que les trois hommes ont certains intérêts en commun, peut-être liés aux accords pétroliers que nous étudierons.

Un usage suspect des renseignements obtenus

30Il est vrai que Mario Foligni cherche à entretenir efficacement l’ensemble de son réseau de contacts extrêmement vaste et hétérogène, à des fins précises. Outre l’usage qu’il fait de ces relations pour dissimuler ses véritables intentions politiques, le dossier Mi.Fo.Biali met en lumière son rôle d’informateur pour le compte d’un grand nombre de collaborateurs. Demetrio Cogliandro affirme à ce sujet :

  • 33  Note MFB no 21 (31 mai 1975), p. 4, ibid., p. 91

Il est démontré que Foligni, sur demande ou de sa propre initiative, peut être un informateur potentiel. Il l’est pour les Libyens, il le fait pour Mgr Bonadeo, il est soupçonné de le faire aussi pour l’entrepreneur communiste Alfio Marchini, et le fait qu’il soit sur le point d’accéder à une requête de Père Dionisio Paul Mintoff, qui voudrait une enquête sur la revue Relazioni, en est une preuve.33

  • 34  Voir note MFB no 19 (26 mai 1975), p. 4-5, ibid., p. 81-82. Il n’est pas possible, en fonction des (...)

31De fait, cet élément donne une dimension nouvelle au « cas Foligni ». Tout d’abord, sur un plan national, cela permet à Mario Foligni de maintenir en permanence une position favorable parmi les élites du pays. À cet égard, le rôle qu’il tient face au voyage secret à Malte de Mgr Bonadeo, prévu le 26 mai 1975, est tout à fait révélateur : le 24 mai, un certain « Andrea »34 contacte le prêtre et affirme connaître les raisons véritables de ce voyage. Il emploie un ton menaçant qui pousse ce dernier à y renoncer. Or, trois jours plus tard, le même « Andrea » fait savoir qu’il a besoin de renseignements sur le nouvel évêque de Rome. Mario Foligni s’empresse d’activer son réseau de connaissances dans le milieu ecclésiastique afin de lui répondre au plus vite. De la sorte, il peut s’assurer le silence d’« Andrea » sur ce sujet.

  • 35  Note MFB no 21 (31 mai 1975) p. 4-5, ibid., p. 91-92.

32Mais à une échelle internationale, si effectivement Mario Foligni fournit des renseignements à la Libye et à Malte, l’affaire prend une tournure beaucoup plus délicate : il convient dès lors de replacer le tout dans un contexte plus large, impliquant la question sécuritaire au sein de l’équilibre précaire des forces dans le Bassin méditerranéen. En ce qui concerne Malte, les relations entre Mario Foligni et Paul Mintoff dépassent largement le simple cadre ecclésiastique, comme nous le verrons par la suite. Le dossier Mi.Fo.Biali montre que, par l’intermédiaire de Mario Foligni, le frère du Premier ministre maltais cherche à contrôler les informations divulguées à propos de l’île sur le territoire italien et, partant, à limiter les possibilités pour les opposants politiques maltais d’obtenir des soutiens à l’étranger. Cette citation de Demetrio Cogliandro le montre bien : Paul Mintoff a demandé à Mario Foligni une enquête sur l’auteur d’un article paru dans la revue Relazioni, soi-disant « prêtre maltais » anonyme ayant raconté « une série de nouvelles fausses et malhonnêtes sur Malte »35.

Mario Foligni et la Libye

  • 36  Cette affirmation est confirmée par le SID, qui prend Mario Foligni en filature, à cette occasion. (...)
  • 37  Note MFB no 2 (19 avril 1975), p. 2, ibid., p. 17.

33Les informations divulguées à la Libye témoignent d’une collaboration étroite entre les deux pays, dont Mario Foligni semble être l’un des principaux promoteurs (et bénéficiaires). Lors d’une conversation du 26 septembre 1975 avec le professeur Piero Carrer, il affirme en effet avoir sauvé la vie du colonel Kadhafi36 : des opposants auraient posé une bombe sous la loge de ce dernier lors de la célébration du 1er Septembre. Or, c’est précisément Mario Foligni qui l’a averti d’un possible attentat mortel, par l’intermédiaire d’Abuagela M. Huegi, chargé d’affaires auprès de l’ambassade de Libye à Rome. Cet épisode peut éventuellement être interprété à la lumière de l’action italienne face au « plan Hilton » : il s’agit, dans l’ombre, d’aider le colonel Kadhafi à conserver son pouvoir afin d’obtenir ses faveurs, en particulier dans le secteur pétrolier. Il est donc bien évident que, ce faisant, Mario Foligni joue un rôle primordial dans l’équilibre des forces de la région méditerranéenne. La méthode est connue. Comme l’explique la note no 2 du dossier Mi.Fo.Biali : « [Foligni] fournit des informations aux Libyens en rédigeant des notes, dactylographiées personnellement dans le bureau du diplomate [Abuagela M. Huegi], qui sont ensuite traduites par l’employé el-Ashgar Salem, qui connaît extrêmement bien la langue italienne. »37

  • 38  Note MFB no 30 (11 juillet 1975), p. 3, ibid., p. 153.
  • 39  Ancien secrétaire de la section démocrate-chrétienne en Campanie, il adhère au NPP, au sein duquel (...)

34Le dossier Mi.Fo.Biali ne rapporte de manière explicite que cet épisode, qui pourtant concerne les affaires intérieures de l’ancienne colonie. Toutefois, à la lumière de cet élément, l’hypothèse selon laquelle Mario Foligni fait également parvenir aux autorités libyennes des informations concernant l’Italie paraît tout à fait envisageable. Cela donne à Muammar el-Kadhafi une connaissance accrue des affaires italiennes, et par conséquent, un pouvoir considérable sur le pays. Il apparaît donc clairement que Mario Foligni entretient un grand nombre de relations, même en dehors de son activité officielle, n’hésitant pas à se placer au centre d’enjeux sécuritaires internationaux pour arriver à ses fins. La gestion des finances du NPP en est une preuve : il reçoit d’importantes sommes d’argent des autorités libyennes, liées aux accords pétroliers et censées soutenir le parti. En outre, Mario Foligni est prêt à s’engager dans d’obscurs échanges commerciaux. À cet égard, il est possible de rapprocher deux conversations rapportées dans le dossier Mi.Fo.Biali. Le 11 juillet 1975, lors d’une entrevue avec Giuseppe Mirabile, Mario Foligni déclare à propos du NPP : « En ce qui concerne la partie économique, j’ai sensibilisé tous les canaux… Je fais même faire des affaires, c’est la Libye qui achète, et les recettes sont récupérées à l’étranger. »38 Lors d’une autre conversation, cette fois avec Volturno Morani39, le 30 juillet 1975, le débat est encore élargi :

  • 40  Note MFB no 38 (7 août 1975), p. 11, ibid., p. 229.

Morani : Il faut faire en sorte de solliciter ou au moins d’éveiller la curiosité outre-Atlantique.
Foligni
 : C’est déjà fait… On peut dire que c’est déjà fait, dans un rayon beaucoup plus vaste que ce que vous pouvez penser. Au niveau des responsables bancaires… au niveau des responsables de certains pays (étrangers)… ils nous ont déjà affecté des fonds… et puis (le ton de Foligni est franchement sérieux)…, si on devait en avoir besoin, nous avons des avions, des navires et même quelques chars d’assaut.40

  • 41  Même note, p. 15, ibid., p. 231.

35Mario Foligni peut donc offrir du matériel militaire, et il fait faire des affaires à la Libye. La mise en relation de ces deux discussions nous permet donc d’avancer l’hypothèse selon laquelle, sous prétexte de trouver des financements pour le NPP, le protagoniste du dossier Mi.Fo.Biali s’engage dans une vente d’armes à la Libye. Outre ces conversations, un ensemble de détails nous permet également d’envisager cette hypothèse. La note no 38 nous apprend par exemple que l’entreprise d’armements Snia-Viscosa a offert le premier étage de ses bureaux romains à l’administration du NPP. De plus, Franz Anton Giulio Roesler, un industriel dont les contacts avec Agusta, au cours de l’année 1972, sont attestés, est nommé au sein du Conseil de la direction nationale du NPP41. Ces deux éléments soulèvent des questions quant aux liens entretenus par Mario Foligni avec ces deux sociétés qui ont eu une place de premier choix dans les négociations de 1972 avec la Libye. Il s’agit là de l’unique référence à Snia-Viscosa et à Agusta contenue dans le dossier Mi.Fo.Biali, ce qui nous empêche d’analyser la situation avec précision. Toutefois, le service rendu par la première et le poste important obtenu par un correspondant de la seconde semblent confirmer l’hypothèse d’un trafic d’armes lié au NPP. Dans ce cas, le rapport entre cette affaire et les accords de 1972 apparaît très clairement : dans les deux cas, il s’agit de faciliter les négociations en termes de pétrole et d’armements, entre les autorités libyennes et les acteurs italiens, afin d’obtenir des pots-de-vin sur les profits engendrés, et masquer le tout derrière le financement d’un parti politique. L’absence d’éléments concrets à ce sujet nous empêche cependant de confirmer cette hypothèse.

  • 42  D. Sica, 18 novembre 1980, tribunal de Rome, ibid. p. 751-758.

36Par ailleurs, le témoignage de Mario Foligni en novembre 1980 ne permet pas d’interpréter avec précision les raisons qui le poussent à constituer le NPP. La position de victime qu’il assume ne concorde pas vraiment avec la réalité. En effet, il envisage l’ensemble de son activité – pourtant hétérogène – à la lumière de son nouveau parti, et affirme que les négociations pétrolières n’ont été engagées que dans le but d’obtenir les financements nécessaires au lancement du parti politique, et il exclut avoir entrepris quelque action illégale que ce soit. On peut toutefois s’appuyer sur le « mémorial des faits et rapports élaborés en 1975 »42, dans lequel Mario Foligni revient sur l’ensemble de ses contacts révélés par le dossier Mi.Fo.Biali, notamment dans le cadre des pourparlers avec la Libye.

  • 43  Déposition de M. Foligni, 17 novembre 1980, tribunal de Rome, ibid., p. 732-734.

37Il apparaît ainsi qu’il rencontre le général Giudice dès 1972, par l’intermédiaire de Mgr Bonadeo – soit au moment même où les négociations pour l’ENI commencent à porter leurs fruits. Il est également présenté au général Miceli (vraisemblablement autour de 1974-1975), et cherche à consolider ses liens avec ce dernier, dans la mesure où « ses bons rapports avec les Libyens étaient connus »43. C’est donc dans le rôle que joue le général qu’apparaît un premier lien entre les deux négociations. En 1972, loin de chercher à bloquer le processus, il tente d’y trouver sa place. De plus, avec Aldo Moro et contre le général Maletti, il se montre favorable à une politique pro-arabe. On peut donc supposer que c’est cet épisode qui lui permet d’obtenir la bienveillance des autorités libyennes. C’est donc par son intermédiaire que Mario Foligni peut, en 1975, entrer en contact avec Abuagela M. Huegi afin d’ouvrir des négociations pétrolières pour le compte d’Attilio Monti. Si l’on s’en tient à sa déposition du 23 avril 1983, Mario Foligni ne fait appel au général Giudice que pour éviter toute erreur ou écart par rapport au droit international alors en vigueur. Ce dernier élément est cependant contredit par les faits. Parallèlement, d’autres négociations sont menées afin d’importer le pétrole libyen par l’intermédiaire de Malte et au profit de Giuseppe Morelli. À ce sujet, Mario Foligni affirme avoir été introduit par Mgr Agostino Bonadeo auprès du prélat arabe François Abu-Moh, partisan d’un Congrès islamo-chrétien et connu des responsables libyens. Dans cette deuxième partie de négociations menées par Mario Foligni, le lien direct avec les événements de 1972 apparaît donc clairement, puisque Mgr Bonadeo connaît personnellement le colonel Roberto Jucci et que son église (la chiesa del Gesù) est en relation avec Malte – à travers le « Père Galea ».

Notes

1  G. Maletti, Audition du 29 septembre 1981 devant les juges d’instruction de Turin M. Vaudano et P. Gosso, cité par M. Teodori, Rapport de minorité sur la Commission parlementaire d’enquête sur la loge maçonnique P2, Doc. XXIII, no 2 bis / 1, Rome, 1984, p. 156.

2  Voir P. Ginsborg, Storia d’Italia dal dopoguerra a oggi, Turin, Einaudi, 2006, p. 454.

3  Ibid., p. 501.

4  Voir infra.

5  M. Foligni, Audition du 9 novembre 1982, cité par T. Anselmi, La P2 nei diari segreti di Tina Anselmi, A. Vinci éd., Milan, Chiarelettere, 2011, p. 244.

6  Voir infra.

7  Référence au Parti populaire italien (Partito popolare italiano, 1919-1926) de Don Luigi Sturzo, parti d’inspiration démocrate-chrétienne.

8  Acte constitutif du NPP, 28 avril 1975, cité dans le Rapport de la Commission parlementaire d’enquête sur la loge maçonnique P2, Doc. XXIII, no 2 quater / 3 / XXIV, Rome, 1984, p. 405-407.

9  Note no 34, p. 2 (25 juillet 1975) du dossier Mi.Fo.Biali (désormais MFB dans les notes) cité dans le Rapport de la Commission parlementaire d’enquête sur la loge maçonnique P2, p. 180.

10  Ibid.

11  Président historique de la RAI (Radio audizione italiana).

12  Note MFB no 30, p. 1-2 (11 juillet 1975), Rapport de la Commission parlementaire d’enquête, p. 152.

13  Note MFB no 39 (6 septembre 1975), p. 9-11, ibid., p. 243-245.

14  Note MFB no 33, ibid., p. 175.

15  Note MFB no 31 (16 juillet 1975), p. 3, ibid., p. 158.

16  Note MFB no 39 (6 septembre 1975), p. 2-3, ibid., p. 236-237.

17  Juge, conseiller de la cour d’appel de Teramo, ami de longue date de Mario Foligni.

18  Voir infra.

19  Note introductive MFB, p. 1, Doc. XXIII cité, p. 4.

20  Ibid., p. 2, doc. cité, p. 5.

21  Note MFB no 19 (26 mai 1975), p. 1-2, ibid., p. 78-79.

22  Note MFB no 32 (18 juillet 1975), p. 4, ibid., p. 167.

23  Note MFB no 21 (31 mai 1975), p. 5, ibid., p. 93.

24  Note MFB no 38 (7 août 1975), p. 4, ibid., p. 222.

25 Note MFB no 36 (30 juillet 1975), p. 3-4, ibid., p. 192-193.

26  Voir procès-verbal de M. Foligni, 9 novembre 1982, cité par la Commission parlementaire d’enquête sur la loge maçonnique P2, vol. 33, Doc. XXIII, no 2 quater / 3 / VII-bis, p. 508-516.

27  Ibid., p. 515.

28  Note MFB no 7 (5 mai 1975), p. 2, Doc. XXIII, no 2 quater / 3 / XXIV, doc. cité, p. 37.

29  Note MFB no 33 (21 juillet 1975), p. 4, ibid., p. 177.

30  La note MFB no 2 (19 avril 1975), p. 6, ibid., p. 21, confirme les contacts de Roberto Jucci avec Malte : en 1971, le SID avait déjà relevé des contacts entre le colonel et Paul Mintoff, frère du Premier ministre maltais.

31  Note MFB no 45 (10 octobre 1975), p. 8, ibid., p. 328.

32  Note MFB no 44 (2 octobre 1975), p. 19-21, ibid., p. 311-313.

33  Note MFB no 21 (31 mai 1975), p. 4, ibid., p. 91

34  Voir note MFB no 19 (26 mai 1975), p. 4-5, ibid., p. 81-82. Il n’est pas possible, en fonction des conversations relevées par le SID, d’identifier précisément cet « Andrea ». Demetrio Cogliandro note qu’il peut s’agir soit d’Andrea Cucino, soit d’Andrea Viglione (chef d’état-major de la Défense) – le dernier étant plus probable.

35  Note MFB no 21 (31 mai 1975) p. 4-5, ibid., p. 91-92.

36  Cette affirmation est confirmée par le SID, qui prend Mario Foligni en filature, à cette occasion. Voir note MFB no 48 (21 octobre 1975), ibid., p. 362.

37  Note MFB no 2 (19 avril 1975), p. 2, ibid., p. 17.

38  Note MFB no 30 (11 juillet 1975), p. 3, ibid., p. 153.

39  Ancien secrétaire de la section démocrate-chrétienne en Campanie, il adhère au NPP, au sein duquel il assume la même fonction.

40  Note MFB no 38 (7 août 1975), p. 11, ibid., p. 229.

41  Même note, p. 15, ibid., p. 231.

42  D. Sica, 18 novembre 1980, tribunal de Rome, ibid. p. 751-758.

43  Déposition de M. Foligni, 17 novembre 1980, tribunal de Rome, ibid., p. 732-734.

© ENS Éditions, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search