Version classiqueVersion mobile

Aragon, Le fou d’Elsa, un poème à thèses

 | 
Hervé Bismuth

Seconde partie. Thèses

4. Lectures pour Le Fou d’Elsa

Texte intégral

Je n’ai point à donner mes sources ni à prétendre ici à l’exactitude historique

1 Le Fou d’Elsa est travaillé, tout autant que les œuvres qui l’encadrent dans la riche période de ces années soixante, par une hypertextualité vertigineuse. Mais l’intertextualité désignée par le texte déborde largement les citations et autres réécritures exhibées par le locuteur du poème et ne se contente pas d’investir le seul domaine de la littérature. Les réécritures du poème annexent en effet d’autres territoires, moins souvent fréquentés par les poètes, ceux de l’histoire, de la linguistique, de la philosophie… et a recours à un matériau bien moins usité encore en matière de reproduction textuelle : le métatexte littéraire. Cette catégorie d’écrits, que l’on désigne selon le cas par glose, apparat critique, essai… et à laquelle appartient la présente étude ont comme traits communs d’offrir, bien que – ou parce que – « hors d’œuvre », la perspective d’une connaissance de l’œuvre et d’un savoir sur l’œuvre, ainsi qu’une orientation de lecture.

  • 1 Respectivement, Maurice Duchemin, Chateaubriand et Les Aventures du dernier Abencérage, éditées et (...)
  • 2 On peut également supposer une lecture abusive du huitain CXXXIII de la Recollection des merveilleu (...)

2La manipulation d’un grand nombre de documents par un auteur prolixe, dont l’encyclopédisme se propose de dresser en un raccourci extrême l’évolution de la littérature du xve au xxe siècle et d’Orient en Occident, est certes lisible dans cette œuvre. Ce n’est pourtant pas dans la conformité des discours de l’écrivain aux documents compulsés qu’apparaît leur consultation : le savoir, après tout, appartient à tout le monde, de la même façon que les idées, lorsqu’elles sont communes, n’appartiennent à personne en particulier. C’est en revanche le paradoxe d’une information erronée ou d’une prise de parti peu consensuelle chez l’écrivain dont le projet est de fourbir ses armes au racloir de la vérité historique qui permet d’attester qu’il s’est abreuvé à telle ou telle source métatextuelle, quitte à les associer au gré de sa convenance. Prise de parti peu conventionnelle : c’est ainsi que le récit fait par le poème des aventures de Chateaubriand à Grenade en 1807 est construit à partir de deux gloses critiques, celles de Maurice Duchemin et de Marie-Jeanne Durry1 et repose sur un séduisant compromis entre ces deux gloses incompatibles, dont la concurrence est discrètement évoquée à l’article Chateaubriand du lexique final. Information erronée : un exemple en a été donné plus haut dans cette étude, celui de la présence, confirmée par le lexique, de Jean Molinet en Andalousie en 1492. Si l’écrivain de la fiction a appelé le rhétoriqueur français sur les lieux de la reddition de Grenade, ce n’est pas faute d’avoir lu Molinet, bien au contraire : dans la mesure où une telle contre-vérité ne pouvait provenir d’une glose, elle indique à l’inverse une lecture abusive du fragment des Chroniques relatant la reddition, récit interprété à tort comme un témoignage de visu2.

  • 3 Voir supra dans cette étude, premier chapitre de la première partie, la note 14.
  • 4 Voir H. Bismuth, « Réécritures métatextuelles dans Le Fou d’Elsa ».
  • 5 La Caricature de la femme, du mariage et de l’amour dans l’œuvre de Quevedo, 1957. Voir article cit (...)
  • 6 Fragment reproduit, Quevedo, Obras completas, Aguilar, 1952.
  • 7 Collage relevé par Suzanne Ravis.

3Une citation ou une information erronée peut prouver, à l’inverse, que les textes concernés n’ont pas été lus ou qu’ils ont donné lieu à une lecture abusive, ou trop rapide, en particulier dans le cas – critique dans un poème comme celui-ci qui fait constamment appel au témoignage de la réalité – où des propos attribués à un auteur n’existent pas ou sont pris à contresens. La singularité même de l’erreur permet parfois, dans un tel cas de figure, d’isoler le paratexte singulier à partir duquel s’est construit l’énoncé fautif. Il est certes peu probable que l’on puisse désigner avec certitude la glose à partir de laquelle Aragon attribue à Karl Marx la formule « L’homme est l’avenir de l’homme »3 ou encore le texte qui le conduit, de La Semaine sainte au Fou d’Elsa (p. 360 et article Laborde), à reproduire la confusion entre Alexandre de Laborde, frère de Natalie de Noailles, et son homonyme Jean-Constantin Laborde, témoin au procès des Poignards sous le Consulat4. On peut en revanche attribuer sans risque aucun à la lecture d’un ouvrage critique d’Amédée Mas5 le collage de deux vers de Quevedo abusivement adressés par le poème (p. 350) au personnage du Don Juan, et édités seulement depuis 19526, ou encore celui du quatrain castillan « Aben ’amar Aben ’amar » du poème « Le siècle d’or » (p. 347-348), extrait de l’Histoire chevaleresque des Maures de Grenade de Ginès Perez de Hita, à la lecture de l’apparat critique de l’édition des Aventures du dernier Abencérage de 1926 par Paul Hazard et Marie-Jeanne Durry7.

4Enfin, la spécialisation, la nouveauté, voire la rareté de l’information produite à la date de la composition de l’œuvre, si elles ne désignent pas explicitement le métatexte ayant fourni l’information, contribuent néanmoins à le certifier. Les propos d’Al-Mou’izz rapportés par la bouche de Boabdil tout autant que les conditions dans lesquelles le roi maure a pris connaissance de ces propos :

Nous tenons d’un Esclavon qui servit l’un [des rois fâtimides] le texte d’une lettre que celui-ci lui fit écrire. (p. 297)

  • 8 Publié dans Études d’orientalisme dédiées à la mémoire de Lévi-Provençal.

5confirment la consultation par Aragon de l’article d’Henri Mones, « Le malékisme et l’échec des Fatimides en Ifriqiya »8.

6Les convocations par le poème des ouvrages et auteurs littéraires donnent certes lieu à des gloses, dans le lexique – leur place d’élection –, mais également dans le poème ; ces gloses peuvent aussi bien reproduire des informations destinées au confort de la réception tant des auteurs convoqués que du poème qui les convoque :

À l’époque de ce poème n’en était encore écrit que le premier acte, sous le nom de Comédie de Calixte et Mélibée, dont attribution était faite à divers auteurs (article Mélibée)

  • 9 Dans le deuxième chapitre de la seconde partie : « Le Séducteur et le Saint », « De Don Juan à Jean (...)
  • 10 Voir dans le second chapitre de la première partie la note 24.

7que les interprétations personnelles provenant des lectures du sujet citant : on a vu9 de quelle façon le personnage de Don Juan, « châtiment des femmes » chez Tirso de Molina, est identifié, dans le miroir du Medjnoûn, au mythe issu de sa postérité. Les choix – informatifs ou axiologiques – pratiqués dans la présentation de ces gloses sont toutefois hypothéqués par le domaine sur lequel portent les lectures personnelles de l’auteur, seul responsable de ces choix si ces lectures portent sur le texte lui-même – L’Abuseur de Séville de Tirso de Molina –, mais dont la responsabilité est sinon marginalisée du moins relativisée si ces lectures portent elles-mêmes sur des gloses. Lorsque la glose établie par le sujet citant est purement informative, le fait qu’elle repose sur une lecture directe de l’œuvre ou sur un de ses métatextes n’a d’importance qu’en matière de critique génétique : la paraphrase du récit du rêve de Wieland dans le discours liminaire du poème (p. 13) réécrit une paraphrase antérieure, mais pourrait tout aussi bien provenir des textes mêmes du poète préromantique allemand10. Il n’en est pas de même lorsque les gloses reproduites sont des gloses axiologiques ou émettant des hypothèses pouvant donner lieu à contestation : les choix personnels de l’auteur ne peuvent alors être définis en toute certitude que dans la mesure où ils se distinguent des gloses consultées. Il est des cas où ces gloses premières apparaissent clairement à la lecture du poème et de son lexique : en dehors du cas de figure marginal – quoique récurrent – d’une source qui apparaît au contre-jour d’une anomalie pratiquée par le documentaliste, une glose littéraire peut se révéler à la lumière de l’emprunt lexical et de la reprise des arguments de l’essayiste : si le savoir et l’exactitude documentaire sont les choses les mieux partagées du monde critique, les mots pour les transmettre et les prises de position individualisent en revanche les textes critiques. C’est ainsi que lexique et argumentation révèlent leurs sources dans les présentations critiques des philosophes Ibn-Rochd et Maïmonide et de l’écrivain Fernando de Rojas.

D’Ibn-Rochd à Maïmonide : lectures de Renan

  • 11 Voir dans le premier chapitre de la seconde partie : « Une vision prospective de l’histoire ».

8Si le discours du paysan de la ferme cite les paroles d’Averroès quitte à les transformer11, il est sûr qu’Aragon n’a pas puisé directement ni seulement dans les écrits d’Ibn-Rochd : ni dans le texte original, car il ne lisait pas l’arabe, ni même dans la seule lecture d’une traduction du philosophe musulman, l’élaboration encyclopédique du Fou d’Elsa reposant pour une grande part sur des lectures de seconde main. Une des sources documentaires d’Averroès apparaît indirectement à la lecture du discours tenu sur un autre philosophe de l’Orient médiéval, Maïmonide.

  • 12 Avis de recherches, n° 33, octobre 1993, p. 22-25.
  • 13 Sur la réfection par Aragon du sch « allemand » en ch « français » de la graphie « Ibn-Roschd » de (...)

9Dans son article « Le Fou d’Elsa d’Aragon, de l’histoire au débat de l’avenir »12, Jamel Eddine Bencheikh attribue la connaissance d’Ibn-Rochd par Aragon aux « écrits de Renan et de Léon Gauthier », qui furent les grands vulgarisateurs de la philosophie musulmane à l’heure où les travaux de la science et de la philosophie positivistes se penchèrent sur la philologie et la pensée orientales. Que Léon Gauthier ait été ou non compulsé par Aragon, c’est bien la consultation d’Averroès et l’averroïsme d’Ernest Renan qui fournit la clef du lien établi par Aragon entre Averroès et Maïmonide. La fréquentation, même rapide, du texte de Renan se lit en effet dans celui d’Aragon à travers la reproduction du trait d’union dans le patronyme original d’Averroès cité par Renan : Ibn-Roschd, trait d’union absent chez Gauthier13, mais surtout dans le calque d’un énoncé qu’Aragon reprendra pour l’article Maïmonide du lexique :

  • 14 Averroès et l’averroïsme, p. 165.

Les juifs remplissaient dans ces relations un rôle essentiel, et dont on n’a pas tenu assez compte dans l’histoire de la civilisation. Leur activité commerciale, leur facilité à apprendre les langues en faisaient les intermédiaires entre les chrétiens et les musulmans (Renan)14

Son Guide des égarés consacre le rôle des Juifs comme intermédiaires entre Arabes et Chrétiens (article Maïmonide)

10On observera la quasi-homonymie du dernier groupe nominal chez les deux auteurs ainsi que la reprise par Aragon du terme de « rôle ». Toutefois, l’auteur du Fou d’Elsa ne se contente pas d’épouser sa source en la reproduisant : il s’en écarte également, à la faveur d’une thèse certes mentionnée par Renan, mais mentionnée dans le but de la contredire, celle, ancienne, d’un héritage philosophique, voire d’un enseignement oral direct qu’aurait reçu le médecin juif de la part du philosophe arabe. C’est cette thèse que reproduit l’entrée Maïmonide du lexique :

Il […] fit connaître Averroès et sauva ses œuvres de la destruction

  • 15 Ernest Renan, op. cit., respectivement p. 148 et 153.

11Ernest Renan affirme, lui, seulement que « ce fut d’une manière indirecte, par l’impulsion nouvelle qu’il donna aux études juives, que Maïmonide fonda chez ses coreligionnaires l’autorité d’Ibn-Roschd ». Par ailleurs, la permanence des écrits d’Averroès chez les juifs, écrits diabolisés par l’Église catholique après avoir été persécutés chez les Almohades, permet seulement à Renan de conclure qu’Averroès « est redevable » aux juifs « de sa réputation de commentateur »15. L’activité documentaire du poète consiste ici à emprunter à la fois un discours critique imbriquant la connaissance d’une œuvre et celle de ses enjeux historiques, et une thèse, ici celle d’un Maïmonide propagandiste des œuvres d’Averroès, puisée à la même source que le discours critique utilisé, mais réfutée par cette source. En matière de vérité, Aragon « partage » ici « le melon » de ses sources, comme on l’a vu plus haut pour l’épisode du séjour de Chateaubriand à Grenade : les motivations argumentatives du poète priment sur l’attitude fiduciaire attendue du documentaliste envers les matériaux qu’il compulse. Ces motivations sont dans ce cas particulier à ranger au nombre de celles visant à provoquer une prise de conscience chez le destinataire de l’œuvre des origines de ses schèmes culturels, origines qui, dans le présent de l’écriture du Fou d’Elsa, sont celles d’un peuple colonisé – les Arabes – et qui sont transmises par l’intermédiaire d’un peuple persécuté – les juifs.

Pierre Heugas, éditeur de La Célestine

12Si les textes critiques mentionnés par l’article Mélibée du lexique n’impliquent pas une fréquentation de ces sources par celui qui les mentionne, leur coexistence désigne en revanche la source manipulée contenant le texte de La Célestine cité dans « La grotte » et son apparat critique.

13Les critiques cités par le lexique sont Serrano y Sanz, Ramiro de Maeztu et Menéndez Pidal. C’est d’ailleurs à ce dernier que le lexique attribue la datation de la pièce de Rojas :

Ramon Menandez [sic] Pidal date le premier acte de 1490.

  • 16 La présentation de P. Heugas indique : « Ce premier acte aurait pu être écrit, d’après Menéndez Pid (...)
  • 17 À l’époque de l’écriture du Fou d’Elsa, l’autorité de Menéndez Pidal semble incontestable, à en cro (...)

14Cette allégation de Menéndez Pidal de 1956 écrite en espagnol, langue peu fréquentée par Aragon, ainsi que ses références, sont mentionnées par Pierre Heugas dans son édition de La Célestine parue chez Aubier en 196316. Menéndez Pidal est ici une source indirecte pour Aragon, qui la mentionne à travers sa source directe, le paratexte de Pierre Heugas. Cette lecture de l’édition de Pierre Heugas est d’ailleurs confirmée par une erreur de référence donnée par le lexique : contrairement à ce qu’affirme Aragon à l’article Mélibée, l’hypothèse d’une intrigue ayant « pour ressort caché l’opposition de la famille chrétienne de Calixte et de la famille juive de Mélibée, de conversion récente » ne doit rien à Ramiro de Maeztu, qui s’était contenté seulement, dans les années 1920, d’interpréter les personnages de la pièce en fonction de « l’âme sémitique » de leur auteur. L’hypothèse utilisée par Aragon est, en revanche, très récente : émise par Pallardo en 1957 et Poncella en 1959, elle est formulée par Pierre Heugas – avec, en note, les noms de leurs auteurs – à la suite de la mention de Ramiro de Maeztu. Le paratexte de l’édition de 1963 de La Célestine est également présent dans la construction du poème : c’est ainsi que le chapitre « Mélibée ou les Conversos » emprunte à l’apparat critique de Pierre Heugas une chronologie et une description. Pour Aragon, Rojas est en 1492 un « jeune homme de dix-sept ans » (p. 340), né par conséquent autour de 1475 : c’est la date de naissance donnée par Pierre Heugas – les dictionnaires s’entendant, eux, sur la date approximative de 1465. On regardera également comme un emprunt la parenté lexicale entre le texte de Pierre Heugas, présentant le « lecteur de la Célestine » comme « l’acteur unique qui sait rire et pleurer au bon endroit et parler entre ses dents », et celui du poème présentant cet acteur en la personne du « Bachelier » qui « parle entre ses dents, alternant la gaieté, la passion […] » (p. 341). En regard de la lecture attentive pratiquée par l’Auteur du poème et du nombre d’emprunts dont témoignent l’écriture du chapitre « Mélibée ou les Conversos » et celle de la notice Mélibée du lexique, on peut certes trouver surprenante l’affirmation de cette notice : « On estime de nos jours que la pièce est entièrement l’œuvre du “Bachelier” de Rojas », dans la mesure où Heugas signale à la même page que Menéndez Pidal a établi, lors d’une étude comparative linguistique du premier acte de La Célestine et de sa continuation, que ces deux textes étaient allographes et que le premier, par conséquent, ne pouvait être attribué à Rojas17. Ici encore, l’apport documentaire des sources utilisées donne lieu de la part de celui qui les réécrit à un positionnement critique en contradiction avec celui du texte-source : attribuer le premier acte de La Célestine, en dépit de l’état de la critique littéraire contemporaine sur cette question, à un auteur fiché comme juif converso, permet de faire participer la lecture publique de cet acte au passage du monde oriental dans le monde occidental.

  • 18 Lexique, article Maïmonide.
  • 19 Marcel Duchemin, Chateaubriand.
  • 20 L’Idée de l’amour dans « Le Fou d’Elsa » et l’œuvre d’Aragon.
  • 21 L’édition de La Célestine par Pierre Heugas date du 5 avril 1963, soit quelques mois avant la parut (...)

15La lecture et la pratique de Renan et de l’apparat critique de La Célestine par l’auteur du Fou d’Elsa donnent une idée assez large de la quantité documentaire utilisée comme matériau pour l’élaboration du poème, et partant de la rapidité de sa consultation, une rapidité qui laisse çà et là dans l’œuvre les traces des étourderies du lecteur, mais également de ses choix. Les deux lectures développées ici montrent assez l’attitude critique, face aux documents qu’il brasse, d’un poète qui ne se met jamais au service de l’autorité qu’il interroge. Il la soumet au contraire à un propos conçu à l’avance, quitte, selon le cas, à conforter ce propos par l’utilisation, voire la convocation attestée de la source manipulée, ou à démentir une source contredisant ce propos, même s’il l’utilise d’une façon ou d’une autre au cours de son travail, comme l’édition Hazard-Durry des Aventures du dernier Abencérage. Les écarts pratiqués à partir de ces sources reflètent bien les deux préoccupations du poète, préoccupations antérieures à la manipulation de ces documents : un premier groupe d’écarts porte sur la dépendance où se trouve la culture européenne moderne des cultures juive et arabe, antérieures et opprimées par celle-là. Celles-ci sont en effet à l’origine de sa littérature (le Converso Rojas seul écrivain de La Célestine), peut-être de sa littérature mystique (Hallâdj et Jean de la Croix), et ont redonné à l’Europe les sources perdues de sa culture antique (Maïmonide, transmetteur d’Averroès et « intermédiair[e] entre Arabes et Chrétiens »18). Le deuxième groupe, lisible à partir de la recomposition du « roman d’amour en 1807 »19 de Chateaubriand et du « détournement » de la citation de Quevedo comme de l’insistance sur la thématique conversa de la fable de La Célestine, dont la thèse est attribuée à tort par le lexique (article Mélibée) à Ramiro de Maeztu, traduit une volonté anticipée d’écrire, à partir d’une fiction réhabilitant Boabdil et le monde arabe, ce que Charles Haroche appelait une « petite histoire littéraire des sentiments amoureux »20. L’apparition tardive21 de l’écriture de ce dernier projet dans le parcours du poème contribue à placer l’univers et les discours de « La grotte » dans la phase terminale de la rédaction du Fou d’Elsa, mais montre également la succession des projets d’une œuvre in progress…

Notes

1 Respectivement, Maurice Duchemin, Chateaubriand et Les Aventures du dernier Abencérage, éditées et préfacées par Paul Hazard et Marie-Jeanne Durry.

2 On peut également supposer une lecture abusive du huitain CXXXIII de la Recollection des merveilleuses advenues du grand rhétoriqueur : « J’ay veu ung roi d’Espaine […] Et luy et sa compaigne / Grenade conquester », voir Les Faictz et dictz.

3 Voir supra dans cette étude, premier chapitre de la première partie, la note 14.

4 Voir H. Bismuth, « Réécritures métatextuelles dans Le Fou d’Elsa ».

5 La Caricature de la femme, du mariage et de l’amour dans l’œuvre de Quevedo, 1957. Voir article cité à la note précédente.

6 Fragment reproduit, Quevedo, Obras completas, Aguilar, 1952.

7 Collage relevé par Suzanne Ravis.

8 Publié dans Études d’orientalisme dédiées à la mémoire de Lévi-Provençal.

9 Dans le deuxième chapitre de la seconde partie : « Le Séducteur et le Saint », « De Don Juan à Jean de la Croix ».

10 Voir dans le second chapitre de la première partie la note 24.

11 Voir dans le premier chapitre de la seconde partie : « Une vision prospective de l’histoire ».

12 Avis de recherches, n° 33, octobre 1993, p. 22-25.

13 Sur la réfection par Aragon du sch « allemand » en ch « français » de la graphie « Ibn-Roschd » de Renan, on se reportera aux remarques générales de transcription situées au seuil du lexique.

14 Averroès et l’averroïsme, p. 165.

15 Ernest Renan, op. cit., respectivement p. 148 et 153.

16 La présentation de P. Heugas indique : « Ce premier acte aurait pu être écrit, d’après Menéndez Pidal, vers 1490 (je souligne) ». Une note précise : « Ramón Menéndez Pidal, Antologia de prosistas españoles, Madrid, 1956, pages 53 seq. ».

17 À l’époque de l’écriture du Fou d’Elsa, l’autorité de Menéndez Pidal semble incontestable, à en croire Heugas.

18 Lexique, article Maïmonide.

19 Marcel Duchemin, Chateaubriand.

20 L’Idée de l’amour dans « Le Fou d’Elsa » et l’œuvre d’Aragon.

21 L’édition de La Célestine par Pierre Heugas date du 5 avril 1963, soit quelques mois avant la parution du Fou d’Elsa (28 novembre), quelques semaines également après la parution du texte de Pierre Daix placé en épigraphe de « La grotte ». Voir supra dans cette étude, dans le premier chapitre de la première partie : « L’épigraphé : l’occasion d’un hommage ».

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search