Version classiqueVersion mobile

Pétrole et corruption

 | 
Marion Morellato

I. 1969-1974 : L’Italie et la Libye, entre rivalités politiques et intérêts économiques

3. La répartition des pouvoirs entre les acteurs de Mi.Fo.Biali

Texte intégral

Un renforcement des relations économiques italo-libyennes malgré le choc pétrolier

L’augmentation des tensions à l’échelle internationale

1Les accords que nous venons d’étudier installent un climat de confiance entre les deux pays, et de nouvelles négociations sont très vite engagées. Comme le rappelle Arturo Varvelli, quelques semaines seulement après l’accord ENI-Libye, le gouvernement de Tripoli laisse entrevoir à la compagnie pétrolière la possibilité d’une nouvelle entente, grâce à laquelle l’industrie italienne peut jouer un rôle primordial dans la recherche de nouvelles zones de prospection en Libye. De nouvelles concessions et de nouveaux accords de coopération pourront être accordés dans les mois suivants. Parallèlement, selon le gouvernement libyen, l’ENI doit devenir l’instrument à travers lequel celui-ci pourra former, sur place, des techniciens qualifiés dans le but de réduire la dépendance envers les travailleurs occidentaux :

  • 1  A. Varvelli, L’Italia e l’ascesa di Gheddafi, ouvr. cité, p. 247-248.

Le 23 octobre 1972, le ministre du Pétrole Mabrouk […] informa le Dr Ratti de l’ENI que le gouvernement de Tripoli avait la ferme intention de s’insérer dans l'exécution effective des activités de la joint-venture. Cette requête avait clairement pour objectif de faire en sorte que l’ENI devienne un véritable terrain d’entraînement, pour les responsables libyens, dans la gestion d’une entreprise pétrolière, avec la perspective d’acquérir un degré élevé d’autonomie par rapport aux techniciens et administrateurs étrangers.1

  • 2  Ibid., p. 258.

2Simultanément, le gouvernement libyen poursuit ses demandes de fournitures en matériel de guerre. En octobre 1972, le quotidien italien Il Secolo dévoile que le Premier ministre Jalloud s’est rendu secrètement à Rome pour conclure des accords relatifs à la vente d’avions militaires, d’hélicoptères et de corvettes. La nouvelle est démentie par le ministre de la Défense seulement en ce qui concerne la vente d’avions, ce qui sous-entend que la vente a bel et bien eu lieu pour les autres produits.2

  • 3  ASMAE, Comte Marotta à MAE, télégramme no 36983, 11 septembre 1972, cité par A. Varvelli, ibid., p (...)

3Toutefois, ces relations florissantes entre l’Italie et la Libye ne s’installent pas dans un contexte favorable : les événements récents liés au conflit israélo-palestinien renforcent les doutes quant à l’usage que le colonel Kadhafi fait des armes que son pays vient d’acquérir. En effet, jusqu’en 1972, il mène une politique relativement neutre, attaquant aussi bien le bloc occidental que le bloc soviétique. Ses positions en matière de politique étrangère ont même tendance à favoriser les intérêts occidentaux, comme lorsqu’il aide le président du Soudan Gaafar el-Nimeiri à lutter contre des putschistes communistes. Toutefois, en 1972, le colonel s’engage plus clairement sur la voie du nationalisme politique arabe et se met à soutenir les révoltes de minorités oppressées. À ce titre, il est probable qu’il fournisse des armes à l’Armée républicaine irlandaise (Irish Republican Army, IRA), en Irlande du Nord. Au sein du conflit arabo-israélien, il prend largement position contre Israël et se rapproche, dès 1970, du Mouvement de libération de la Palestine. En 1972, à la suite des attentats des Jeux olympiques de Munich, au cours desquels le groupe palestinien Septembre noir prend en otage et tue onze athlètes israéliens, l’Italie découvre que le gouvernement libyen a financé et entraîné les terroristes. L’ambassadeur à Tripoli Aldo Marotta, affirme : « Selon des sources sûres, ce gouvernement, qui ne serait pas étranger à l’opération, aurait l’intention de donner une certaine solennité à l’éventuelle sépulture des cinq fedayins responsables de l’attentat. »3

4De plus, la stratégie menée par le colonel Kadhafi lors de la négociation d’accords avec les pays africains va dans le même sens. En mars-avril 1972, il impose à François Tombalbaye et à Idi Amin Dada, présidents respectivement du Tchad et de l’Ouganda, la rupture de toute relation avec Israël comme une condition sine qua non pour bénéficier des riches financements libyens. Dans ce contexte, il devient particulièrement difficile de renforcer la collaboration italo-libyenne. En outre, précisément parce que l’Italie se montre indulgente vis-à-vis de la Libye et de l’ensemble du Monde arabe, elle devient le théâtre de règlements de comptes ourdis par les services secrets israéliens. En octobre 1972, Wael Zuwaiter, représentant de l’OLP en Italie et accrédité auprès de l’ambassade libyenne, est tué à Rome. La presse associe ce crime aux attentats des Jeux olympiques de Munich. Mais, comme l’affirme Arturo Varvelli :

  • 4  Ibid., p. 252.

En réalité, Zuwaiter était le référent politique d’el-Fatah en Italie, et constituait l’un des contacts les plus importants du SID avec les services secrets libyens. Le meurtre, perpétré par les services israéliens en représailles pour Munich, était probablement aussi un avertissement direct à l’Italie pour sa collaboration avec la Libye dans divers secteurs.4

5Par ailleurs, en 1972-1973, la Libye et l’Égypte mènent de longs pourparlers afin d’aboutir à un accord pour l’union des deux pays. Cela constitue un risque sérieux pour l’équilibre de la zone méditerranéenne. La distance qui sépare les deux leaders, Kadhafi et Anouar el-Sadate, à la fois d’un point de vue idéologique et d’un point de vue personnel, ne facilite pas les négociations. De plus, leur vision du conflit israélo-palestinien est pour le moins différente : là où Anouar el-Sadate préconise une guerre tactique contre Israël avant d’accepter des négociations, Kadhafi appelle à une lutte extrême, à une guerre totale contre Israël. Ces négociations ont lieu l’année du lancement par Kadhafi de la « Troisième théorie universelle » et de la « Révolution culturelle ». Et, comme le laisse entendre Arturo Varvelli, le colonel espère probablement être soutenu par la population égyptienne pour obtenir le consensus nécessaire afin de jouer un rôle de premier plan dans le Monde arabe et en Méditerranée.

6Le 6 octobre 1973, le déclenchement de la guerre du Kippour change la donne : l’Égypte et la Syrie, sans en informer la Libye, attaquent Israël qui, dans un premier temps, cède du terrain avant de réussir à arrêter l’avancée égyptienne sur le mont Sinaï. Le conflit dure jusqu’au 22 octobre, aboutissant à un cessez-le-feu sans vainqueurs ni vaincus. Mais le 17 octobre, l’OPEP décide, en signe de solidarité, de réduire l’exportation de pétrole vers les pays soutenant Israël. S’en suit le premier choc pétrolier.

7Afin de protéger ses intérêts, l’Italie multiplie les signes d’amitié à l’égard du Monde arabe et cherche à tenir le discours le plus clair possible en faveur de ce dernier. Mais cette stratégie n’a pas d’issue positive : c’est avant tout avec la Libye que le pays a installé un climat de confiance, sur lequel le ministre des Affaires étrangères Aldo Moro aurait dû pouvoir s’appuyer. Or, bien que Kadhafi choisisse de soutenir l’embargo pétrolier, il se retrouve de facto isolé au sein du Monde arabe : opposé aux objectifs de la guerre égyptienne et à la décision d’accepter le cessez-le-feu, le colonel décide de boycotter le sommet des pays arabes, qui se tient à Alger le 26 novembre 1973. À l’échelle nationale, Aldo Moro – qui conduit la politique étrangère italienne d’août 1969 à juin 1972 et depuis juillet 1973 – est ainsi l’objet de nombreuses critiques, parce qu’il n’a pas été en mesure d’éviter les sanctions arabes contre l’Italie.

  • 5  La Stampa, 4 janvier 1974, cité par A. Varvelli, L’Italia e l’ascesa di Gheddafi, ouvr. cité, p. 2 (...)

8La tension, déjà grande dans le pays, s’accroît encore le 17 décembre 1973, lors de l’attentat commis à l’aéroport de Fiumicino (Rome) par un groupe d’extrémistes palestiniens et au cours duquel 22 personnes trouvent la mort. Quelques jours auparavant, un article hostile à Kadhafi est publié dans La Stampa par Carlo Fruttero et Franco Lucentini. Le colonel demande alors le licenciement des deux auteurs ainsi que du directeur du quotidien, Arrigo Levi, en menaçant, en cas de refus, de « revoir le statut de Fiat dans les pays arabes ».5 Le ministère des Affaires étrangères parvient toutefois à calmer la situation. Mais l’attentat relance la polémique : des articles parus dans la presse étrangère – notamment britannique – et repris dans les journaux italiens accusent le colonel de financer et soutenir le terrorisme islamique et d’être impliqué ainsi dans l’attentat de Fiumicino. Aldo Moro, soucieux de ne pas compromettre la collaboration entre les deux pays, réitère donc les signes d’amitié à l’égard de Kadhafi. Toutefois, le contexte apparaît de moins en moins favorable à la poursuite des accords bilatéraux.

Un accord de coopération économique, technique et scientifique

9Lors de la conférence organisée les 3 et 4 novembre 1972 par Dom Mintoff, à laquelle participent les ministres des Affaires étrangères italien, libyen et tunisien, Giuseppe Medici est invité par le Premier ministre libyen, Abdessalam Jalloud, à effectuer un voyage en Libye. Quelques mois plus tard, c’est le ministre des Affaires étrangères Mansour el-Kikhia qui se rend à Rome (28 décembre 1972). On fixe une série de rendez-vous afin de conclure un traité de coopération entre les deux pays. De nombreux éléments apparaissent propices à un tel traité : un rapprochement possible de la Libye avec le marché de la CEE, une conférence sur la Méditerranée, l’association des pays arabes à la Conférence pour la sécurité et la coopération en Europe, une collaboration politique et technique entre l’Italie, la Libye et éventuellement Malte, ou encore une coopération culturelle entre les deux pays.

  • 6  Ibid., p. 285.

10Dans un premier temps, les négociations sont largement ralenties par les événements qui touchent le Bassin méditerranéen. La guerre du Kippour suivie de l’embargo sur le pétrole, l’attentat de Fiumicino ainsi que les accusations contre Kadhafi régulièrement publiées dans la presse italienne, sont autant d’obstacles à surmonter pour négocier une coopération des deux pays. Cependant, l’isolement de la Libye au sein des pays arabes a pour effet paradoxal de favoriser la conclusion des accords avec l’Italie. Comme le constate Arturo Varvelli, Kadhafi tente de réagir contre son isolement en cherchant un moyen de se rapprocher de l’Europe, et notamment de l’Italie : « Pour Tripoli, il s’agissait de démontrer de manière pacifique qu’il existait des voies alternatives à celle de la collaboration avec les États-Unis, choisie par Sadate et par d’autres gouvernements arabes. »6

  • 7  Discours d’A. Moro à la Commission des Affaires étrangères de la Chambre des députés, 28 février 1 (...)
  • 8  Celui-ci dirige le Parti républicain italien (PRI) et demeure largement favorable à Israël.

11À cet égard, toujours d’après Arturo Varvelli, le fait que l’Italie se soit récemment intéressée de manière accrue à la question palestinienne ne semble pas être le fruit du hasard. Comprenant les logiques qui régissent l’action libyenne, Aldo Moro reconnaît « la nécessité de l’abandon de tous les territoires occupés »7 par Israël et prend ses distances vis-à-vis de l’initiative américaine de constituer un organisme collectif, rassemblant les pays consommateurs de pétrole, capable de conduire un dialogue avec l’OPEP. De même, il n’est pas anodin que les accords soient signés après une crise de gouvernement qui voit Ugo La Malfa8 démissionner et la ligne politique philo-arabe d’Aldo Moro prévaloir. Il est vrai que l’accord a une valeur véritablement politique. À un moment où les relations entre Nord et Sud, ainsi qu’entre pays producteurs et pays consommateurs de pétrole, se durcissent, et où Washington appelle aux armes les pays amis et alliés sur le thème des ressources énergétiques, l’Italie choisit de s’opposer à la politique étatsunienne de confrontation avec les pays de l’OPEP. Elle cherche davantage à harmoniser son action avec celle de ses partenaires européens tout en favorisant les relations bilatérales avec les pays arabes.

  • 9  Voir ministère des Affaires étrangères, Testi e documenti sulla politica estera dell’Italia, 1974, (...)

12Ainsi, le 25 février 1974, Abdessalam Jalloud et Mariano Rumor (alors président du Conseil) signent à Rome un accord-cadre de coopération économique, technique et scientifique qui prévoit la fourniture de 30 millions de tonnes de pétrole par an à l’Italie, soit une augmentation de 7 millions de tonnes par rapport à ce qui était fixé en 1973. En échange, l’Italie s’engage à contribuer « avec ses capacités économiques, technologiques et industrielles » au développement libyen : fourniture de navires pétroliers et marchands, construction d’installations pétrochimiques et sidérurgiques pour l’exploitation du gaz naturel, envoi de techniciens et d’instruments pour l’assainissement agricole, réalisation d’installations pour la production de fertilisants, échanges universitaires et accueil en Italie d’étudiants libyens. L’accord prévoit également des investissements conjoints dans les deux pays et l’ouverture à Tripoli d’un bureau de l’Institut du commerce à l’étranger9. Le jour suivant, le 26 février, un accord complémentaire est signé : les représentants de l’ENI et le sous-secrétaire libyen de Petrolio Muntasser conviennent de la concession à AGIP de quatre nouvelles aires de recherches.

13Ces accords sont donc tout à fait décisifs dans les relations italo-libyennes, installant un climat de confiance entre les deux pays ainsi qu’une collaboration certes économique, mais également une certaine coopération politique. Il semble évident qu’un lien direct existe entre ce traité et les accords révélés par le dossier Mi.Fo.Biali. Le contrat signé par Attilio Monti et celui signé par Giuseppe Morelli (négocié par l’intermédiaire de Malte) en sont la conséquence.

Un assombrissement du paysage politique italien

Le SID de Vito Miceli et Gian Adelio Maletti

  • 10  « Rosa dei venti » : une ambiguïté demeure quant à la traduction de ce nom. Dans un premier temps, (...)
  • 11  Voir G. De Lutiis, I servizi segreti in Italia, Milan, Sperling & Kupfer, 2010, p. 219-220.

14Les généraux Miceli et Maletti sont nommés à la tête du SID et du département « D » respectivement en 1970 et 1971. Très rapidement, une forte rivalité s’installe entre eux. Giuseppe De Lutiis propose d’interpréter celle-ci à la fois comme une différence de caractère personnel et comme la traduction d’enjeux internationaux. Gian Adelio Maletti est décrit comme un technocrate perfectionniste, sévère et exigeant, à l’inverse de Vito Miceli, davantage impulsif et approximatif. Mais ce sont surtout leurs modes d’action respectifs qui s’opposent. Ils correspondent à deux lignes de conduite autour desquelles on reconnaît les différents services secrets d’Occident. En effet, le premier ne s’implique pas lui-même dans la « stratégie de la tension », bien qu’il couvre, avec l’aide du capitaine La Bruna, les responsables présumés de la tragédie de Piazza Fontana (12 décembre 1969) lors de leur évasion du pays. À l’inverse, le second demeure proche de l’extrême droite (il finit sa carrière comme député du Mouvement social italien) et se trouve impliqué dans le coup d’État Borghese (1970) et la Rose des vents10 (1973). Enfin et surtout, le général Miceli se distingue par une tendance marquée en faveur de la politique philo-arabe menée par le gouvernement italien, tandis que le général Maletti reste très sensible à la cause israélienne – il demeure d’ailleurs en très bons termes avec les services secrets israéliens opérant sur le territoire italien pendant toute sa carrière.11

15Cette rivalité entre les deux généraux conduit à une division du SID en deux camps. Le général Miceli peut compter sur Giovan Battista Minerva, administrateur du SID, sur Federico Marzollo, chef du regroupement des cinq Centres de contre-espionnage de Rome. De son côté, le général Maletti s’appuie, jusqu’en 1975, sur son bras droit, le capitaine La Bruna. Enfin, ils bénéficient tous deux d’un soutien politique : le premier auprès d’Aldo Moro, et le second auprès de Giulio Andreotti.

  • 12  Un déplacement de la procédure est cependant accordé au profit du parquet de la République de Rome (...)

16Dans le cadre de la rivalité entre les deux généraux, le NOD du capitaine La Bruna conduit, de manière autonome, une enquête sur le coup d’État Borghese. Elle révèle des contacts entre Vito Miceli et le prince Borghese, ainsi qu’avec Licio Gelli. En 1973, les enquêtes menées pour le tribunal de Padoue par le juge Tamburino sur la Rose des vents, sorte de services secrets parallèles au SID, géré par des officiers d’extrême droite, débouchent sur un mandat d’arrêt prononcé à l’encontre du général Miceli12. Il est alors arrêté et doit quitter son poste de responsable du SID.

17C’est dans ce contexte qu’il convient d’inscrire les mises sur écoute de l’affaire Mi.Fo.Biali. En effet, elles sont commandées au NOD par le général Maletti. Initialement, il s’agit de découvrir la nature des activités de Mario Foligni. Mais on découvre qu’il a de nombreux contacts avec celui-ci et le général Miceli (notamment par l’intermédiaire du général Raffaele Giudice) lorsqu’il sort de prison. Le dossier confirme donc cette tendance de l’ancien chef des services secrets à s’impliquer dans des affaires douteuses. De plus, on remarque que, si en 1972, il essaie de s’insérer dans les négociations italo-libyennes en cours, pour les accords de 1975, il est actif dès les premiers contacts. Rappelons également le rôle, même secondaire, que joue Giulio Andreotti dans cette affaire, lui qui occupe déjà une place centrale en 1972. À une échelle cette fois plus réduite, il a une importance primordiale dans l’organisation du pouvoir italien : protecteur du général Maletti, il lui commande les mises sur écoute qui aboutissent au dossier Mi.Fo.Biali. Parallèlement, il n’est pas tout à fait étranger à l’activité du général Miceli. Enfin, comme nous allons l’étudier, il est à l’origine de la nomination du général Giudice au commandement de la Guardia di Finanza. Et ce dernier joue un rôle de tout premier plan auprès de Mario Foligni.

La P2 : une organisation au cœur de la vie politique italienne

  • 13  Servizio informazioni operative e situazione per l’Esercito.
  • 14  Voir interview de G. Maletti dans Piazza Fontana: noi sapevamo, ouvr. cité, p. 182.

18Les années soixante-dix sont marquées par l’existence d’associations occultes dont la plus influente est celle que dirige Licio Gelli. Celui-ci est initié à la Maçonnerie en 1963, et dès 1966, le « grand Maître du Grand Orient d’Italie », Giordano Gamberini, lui confie la reconstitution d’une loge maçonnique, alors appelée « Regroupement Gelli/P2 ». En 1971, elle prend officiellement le nom de « Propagande 2 » Elle regroupe des personnes provenant de milieux très hétérogènes : hommes politiques, industriels, militaires – notamment au sein des services secrets – ainsi que des journalistes. Cette loge revêt un intérêt spécifique pour l’étude du dossier, puisque l’ensemble des acteurs de Mi.Fo.Biali – à l’exception de Mario Foligni – en sont membres. Le nom même de Licio Gelli apparaît à plusieurs reprises dans le dossier en question. Ainsi, autour des années 1968-1969, le général Miceli, alors responsable du SIOS Armée13, s’inscrit à la P2. Or, en 1970, lorsque l’amiral Henke abandonne sa charge à la tête du SID, c’est Licio Gelli qui recommande Vito Miceli auprès du ministre Mario Tanassi, par l’intermédiaire de Bruno Palmiotti – secrétaire du ministre et lui-même membre de la P2 – en le présentant comme le successeur idéal. Le nom du général Gian Adelio Maletti – bien qu’il ait toujours refusé de l’admettre14 – est trouvé dans la liste des affiliés à la P2, découverte en 1981 à Castiglion Fibocchi, près d’Arezzo, dans la villa de Licio Gelli. À cet égard, on peut s’interroger sur la fonction précise de la P2. La présence à la fois de Vito Miceli et de Gian Adelio Maletti, dont la rivalité est bien connue, laisse entendre que la loge maçonnique est devenue plus qu’une association secrète. Aldo Sabino Giannuli formule l’hypothèse suivante :

  • 15  A. Giannuli, Rapport de consultation technique 47 (Carte La Bruna), procédure pénale no 91/97 mod. (...)

[Surgit] le doute que la P2 soit devenue, à un certain moment, la chambre de compensation du conflit qui déchirait les appareils de sécurité de notre pays et que c’est en cela que consistait la force de Gelli. Donc une P2 non pas comme « coupole » ou « direction stratégique », ainsi qu’on l’a souvent supposé sans véritable confirmation (au vu des conflits évidents entre les différents protagonistes), mais un lieu de médiation privé de pouvoir disciplinaire interne.15

19Le colonel Antonio Viezzer et le capitaine Antonio La Bruna figurent également sur la liste. Il semble que tous deux s’y inscrivent ensemble, en 1973, sur ordre du général Maletti. Notons aussi que le nom du général Nicola Falde – rencontré dans l’affaire Mi.Fo.Biali – est lui aussi trouvé sur la liste de Castiglion Fibocchi, de même que celui qui est pour un temps son collaborateur : Mino Pecorelli. Apparaît également le nom de Raffaele Giudice (général au commandement de la Guardia di Finanza à partir de 1974, et qui est au centre de l’affaire Mi.Fo.Biali), ainsi que celui de son supérieur le général Donato Lo Prete (chef de l’état-major de la Guardia di Finanza) ou encore de son bras droit le colonel Giuseppe Trisolini. Nous pouvons également noter la présence de Vittorio Tanassi, frère du ministre qui, en 1974, favorise la nomination du général Giudice. Enfin, citons le capitaine Antonio Maroni, ancien agent du SID, qui apparaît aussi dans le dossier Mi.Fo.Biali pour ses contacts avec Mario Foligni. On ressortira les noms de l’avocat Umberto Ortolani, du général Enrico Favuzzi (dont le dossier Mi.Fo.Biali divulgue les contacts avec Mario Foligni, Raffaele Giudice et le général Miceli), des banquiers Mario Diana et Alberto Ferrari – tous deux impliqués dans une partie de l’importation de pétrole brut libyen en 1975 – qui sont liés au général Giudice et à Mario Foligni.

20Ajoutons que les relations entre Giulio Andreotti et la loge maçonnique demeurent particulièrement obscures. Or, nous le verrons par la suite, Giulio Andreotti joue un rôle, au moins indirect, dans certains aspects de l’affaire Mi.Fo.Biali. Mais celui-ci a toujours nié cette accusation, affirmant n’avoir connu Licio Gelli qu’en tant qu’employé à l’ambassade d’Argentine à Rome. Dans P2 : La controstoria, Massimo Teodori met à mal ces dénégations :

À partir de 1974, les notes des différents services d’information parlent de la P2 et de Gelli. La Guardia di Finanza s’en occupe en 1974, le ministère de l’Intérieur en 1974, 1975 et 1976 et même le SID, avec un rapport pour la magistrature sur les subversions en 1974. Il n’est pas crédible que Giulio Andreotti, président du Conseil en 1972, ministre de la Défense en 1974, lorsqu’étaient rédigées les notes de la Guardia di Finanza et du SID, puis occupant d’autres charges ministérielles jusqu’à sa nouvelle présidence du Conseil en 1976, n’ait jamais été tenu au courant de ces documents qui devaient lui être communiqués en fonction de ses responsabilités ministérielles.16

21L’activité de la loge maçonnique reste encore aujourd’hui relativement obscure. D’abord retenue comme une organisation subversive, elle est finalement jugée comme un rassemblement de personnes influentes et anti-communistes. De plus, comme nous l’avons vu, elle regroupe des hommes de tous bords et ils collaborent souvent étroitement, malgré la différence qui les sépare dans leur activité professionnelle. La présence à la fois de Vito Miceli et de Gian Adelio Maletti laisse ainsi penser que la P2 répond à une exigence plus élevée : il est probable que l’adhésion à la loge soit une étape nécessaire – considérée comme une preuve de l’anticommunisme des adhérents – afin d’obtenir le « nulla osta cosmic » de l’OTAN sans lequel il est difficile d’atteindre les grades les plus élevés de l’armée. Enfin, les relations établies entre les différents affiliés permettent parfois de mettre en place d’étroites collaborations. Certains membres du SID, par exemple, ont beaucoup de contacts avec des agences de presse. Plusieurs journalistes reçoivent des financements et cultivent des contacts avec les agents, n’hésitant pas à utiliser les informations ainsi recueillies à des fins plus personnelles. L’agence Osservatore politico attaque longtemps le capitaine La Bruna et le général Maletti – très probablement à la demande du général Miceli. Mino Pecorelli collabore d’ailleurs étroitement avec certains ex-agents du SID, tels que le général Nicola Falde ou le capitaine Antonio Maroni.

La nomination de Raffaele Giudice à la tête de la Guardia di Finanza

Des anomalies dans la procédure de nomination

  • 17  M. Teodori, ibid.

22Comme nous l’avons vu plus tôt, le général Raffaele Giudice figure dans la liste des affiliés à la P2 découverte à la villa de Licio Gelli en 1981. Cet élément est un indice important pour comprendre les polémiques et les enquêtes qui sont menées à propos de sa nomination à la tête de la Guardia di Finanza, où il succède au général Vittorio Emanuele Borsi Di Parma le 31 juillet 1974. Massimo Teodori, dans P2 : la controstoria, explique en effet que « la nomination de Giudice fut décidée à l’amiable, devançant d’autres éléments qui étaient plus qualifiés »17. À cet égard, le jugement du général Borsi Di Parma est sans appel :

  • 18  Général Vittorio Emanuele Borsi Di Parma, témoignage rapporté par P. Gosso, Sentence de renvoi en (...)

Je connaissais le général Giudice, car il avait fréquenté avec moi l’École de guerre, de 1950 à 1953, mais je n’ai jamais eu de rapports d’amitié avec lui. Comme compagnon à l’école de guerre, il ne s’était jamais montré particulièrement brillant. Il n’était pas considéré, même ensuite au sein des forces armées, comme un homme exceptionnel.18

  • 19  Ibid. p. 61.

23Sa candidature même est présentée dans des circonstances obscures. En effet, à l’origine, sur la liste de ses successeurs possibles élaborée par le général Borsi Di Parma, le nom du général Giudice n’apparaît pas. Il insiste avant tout sur les qualités du général Giovanni Bonzani, et en second lieu sur celles du général Mario Tomaino, en termes d’ancienneté de grade, d’âge et de prestige. Il confie au chef d’état-major de l’armée, le général Viglione, le soin de constituer une liste écrite. À son tour, celui-ci la transmet à l’amiral Henke, chef d’état-major de la Défense, afin qu’elle soit ratifiée. Or, justement, celle que reçoit ce dernier comporte le nom en question. Appelé à témoigner à ce sujet auprès des juges turinois, en 1982, le général Viglione nie avoir ajouté de lui-même le nom du général Giudice. Il reconnaît que Vittorio Emanuele Borsi Di Parma a exprimé une préférence pour le général Bonzani, mais déclare avoir suivi fidèlement les instructions. Cette affirmation reste toutefois en contradiction totale avec les dires de l’ancien commandant de la Guardia di Finanza et de l’amiral Henke. Enfin, il convient d’évoquer également la contradiction qui apparaît entre le témoignage des deux commandants. Tous deux s’accordent sur un point : ils se sont rencontrés au sujet de la nomination du nouveau commandant. Toutefois, le général Borsi Di Parma affirme que Raffaele Giudice lui a rendu visite, de manière imprévue, avant que la liste ne soit constituée. À cette occasion, ce dernier a exprimé sa disponibilité et son désir de lui succéder. À l’inverse, le général Giudice affirme avoir appris par son collègue le général Ferrara que son nom avait été inséré dans le trio des futurs commandants, et s’être rendu auprès du général Borsi Di Parma pour lui confirmer sa disponibilité. Toutefois, cette version est considérée par les juges de Turin comme « dépourvue de toute crédibilité »19.

24Rappelons également que le général Giudice adhère vers 1972-1973 à la P2 sur les conseils de son supérieur hiérarchique, le général Donato Lo Prete, chef d’état-major de la Guardia di Finanza, lui-même inscrit depuis longtemps. Suite à cela, il bénéficie du soutien de Licio Gelli en juillet 1974 lors du débat pour le remplacement du général Borsi Di Parma. Le dirigeant de la P2 le recommande auprès de Bruno Palmiotti, le secrétaire de Mario Tanassi, ministre des Finances.

  • 20  Ibid., p. 62.

25Enfin, en Conseil des ministres, lors du débat sur le choix du remplaçant à cette charge, les ministres Tanassi et Andreotti favorisent largement le général Giudice, et ce malgré les préférences exprimées par celui qui est alors commandant de la Guardia di Finanza pour le général Bonzani. En effet, si l’on suit le témoignage du général Borsi Di Parma à Turin lors du procès sur la corruption de la Guardia di Finanza, celui-ci aurait très clairement fait connaître ses préférences auprès des ministres responsables : convoqué successivement par Mario Tanassi (Finances) et Giulio Andreotti (Défense), il insiste fortement sur les qualités du général Bonzani et ne souffle mot sur l’éventuelle candidature de Raffaele Giudice. Les versions contradictoires de cet épisode, énoncées par les deux ministres lors de leur interrogatoire en 1982, constituent d’ailleurs une preuve en faveur du témoignage du général Borsi Di Parma : Mario Tanassi soutient que le nom du général Giudice est proposé par Giulio Andreotti, qui affirme l’exact contraire. Les arguments mis en avant lors du débat pour le choix du successeur en Conseil des ministres sont édifiants. Tous deux insistent sur la capacité du général Giudice à conserver cette charge durant une longue période (et en effet, il reste commandant de la Guardia di Finanza jusqu’en 1978). Mais il s’agit d’un raisonnement tout à fait opposé à la pratique habituelle : le général Borsi Di Parma occupe ce poste durant moins de deux ans, et le successeur de Raffaele Giudice, le général Floriani, le quitte au bout d’à peine une année. En outre, comme le remarque le juge d’instruction Pier Giorgio Gosso20, si c’est là la raison principale de la nomination du général Giudice, alors le général Mario Tomaino, recommandé par le général Borsi Di Parma, pourrait tout aussi bien être choisi : il peut tout à fait assurer cette charge pour une longue durée. Il apparaît donc évident que Raffaele Giudice profite d’un certain favoritisme de la part des deux responsables gouvernementaux. À cet égard, le juge d’instruction Aldo Cuva affirme en 1984 :

  • 21  A. Cuva, ordre de sentence du procès pénal sur le scandale pétrolier, 12 juin 1984, tribunal de Tu (...)

À la fois l’ajout [du nom de Giudice dans la liste] et la préférence susdite durent s’inspirer de motifs personnels plutôt que généraux, parce qu’ils furent la conséquence des « recommandations » et des pressions provenant, à un haut niveau, des milieux ecclésiastiques, militaires et politiques, tout comme la conséquence des amitiés importantes et influentes du général Giudice dans les milieux concernés, ainsi que la conséquence – ce qui semble malheureusement devoir être pris en compte – de grosses sommes d’argent auprès de secrétariats, courants, partis des ministres Andreotti et Tanassi.21

Des amitiés influentes entretenues par Raffaele Giudice

  • 22  A. Cuva, ordre de sentence du procès pénal sur le scandale pétrolier, 12 juin 1984, tribunal de Tu (...)

26Il est vrai que le général Giudice bénéficie de contacts dans des milieux très influents. Dans le secteur pétrolier tout d’abord, où le soutien de Primo Bolzani est décisif. Ce dernier entretient des amitiés étroites dans de nombreux secteurs. Outre les dirigeants des grandes compagnies pétrolières du Nord de l’Italie (tels que Giuseppe Morelli ou Attilio Monti), il connaît bien le milieu ecclésiastique et est proche du courant Engagement démocratique de la Démocratie chrétienne, dirigé alors par Emilio Colombo et Giulio Andreotti. Dans la sentence du procès pénal pour les scandales pétroliers, datant du 12 juin 1984, le juge d’instruction Aldo Cuva affirme que le général Giudice a requis le soutien de Primo Bolzani pour obtenir le poste de commandant général de la Guardia di Finanza, avec en contrepartie, « la promesse expresse de rendre la politesse, en cas de succès, à Primo Bolzani et aux autres pétroliers qui le soutiendraient, et avec la référence implicite à la possibilité de faciliter une activité de contrebande. »22

27Le témoignage du pétrolier, datant du 1er décembre 1982, confirme d’ailleurs l’ensemble des soupçons qui pèsent sur cette nomination. Il affirme avoir aidé le général Giudice à obtenir le poste en expliquant que ce dernier lui a tenu ce discours :

  • 23  P. Bolzani, Audition du 1er décembre 1982, cité par A. Cuva, ibid., p. 309.

« J’ai appris que je serai probablement inclus dans la liste des candidats à la nomination de commandant général de la Guardia di Finanza. Pourquoi est-ce que vous ne m’appuieriez pas ? Je pourrais vous être utile. » Je lui ai promis d’intervenir, mais, alors que je m’apprêtais à contacter Dario Crocetta, le secrétaire particulier de Monsieur Colombo […], le gouvernement est entré en crise et le ministère des Finances, à savoir Monsieur Colombo, a été remplacé par Mario Tanassi. Il devenait donc nécessaire de contacter quelqu’un du parti de Tanassi. Une aide a été trouvée auprès de Giuseppe Morelli, car je savais qu’outre son activité de pétrolier à Parme, il était cousin, ou du moins ami de Monsieur Amedei, sous-secrétaire d’État du PSDI.23

28Notons également l’audition de Mario Foligni, le 23 avril 1983, qui confirme a posteriori ce discours :

  • 24  M. Foligni, procès-verbal du 23 avril 1983, cité par la Commission parlementaire d’enquête sur la (...)

À la question que vous m’avez posée de savoir qui, en somme, aurait pu être intéressé par la nomination du général Giudice, je dois répondre : avant tout des éléments attirés par l’idée de réaliser d’énormes profits dans le secteur pétrolier, car eux seuls pouvaient obtenir de l’appareil de pouvoir politique une telle opportunité, en fonction des disponibilités financières préexistantes et du mirage d’obtenir des gains considérables à l’avenir.24

29Dans le milieu ecclésiastique, le soutien apporté par Mgr Angelini, ami personnel de Giulio Andreotti, est essentiel, de même que l’aide fournie par le cardinal Poletti – bientôt nommé Vicaire de Rome. Notons également l’intérêt que porte Mgr Agostino Bonadeo à la nomination du général Giudice. Ils se rencontrent en 1972 à Novara et le juge d’instruction Aldo Cuva affirme à leur sujet :

  • 25  Ibid., p. 313.

L’enquête a révélé qu’ils entretenaient des rapports de cordialité et que Mgr Bonadeo fréquentait le général Giudice et les amis communs aux deux hommes (le général A. Viglione, le général V. Miceli, Mario Foligni), de même que Mme Livia Danese Andreotti (épouse du ministre). C’est une première confirmation de l’hypothèse (de Primo Bolzani) selon laquelle Mgr Bonadeo pouvait réellement constituer un point de référence pour toutes les sollicitations qui avaient comme point d’arrivée Monsieur Andreotti.25

30De plus, c’est précisément par l’intermédiaire du prélat que le général rencontre Mario Foligni en 1972. Ce dernier affirme plus tard devant les juges d’instruction de Turin que les relations entre les trois hommes relevaient d’intérêts spirituels en commun. Le dossier Mi.Fo.Biali révèle pourtant une collaboration beaucoup plus concrète, liée à l’importation illégale de pétrole libyen.

  • 26  Sentence de la IVe section pénale, procès pénal contre le général Giudice et autres, 23 décembre 1 (...)

31Enfin, grâce à ses amitiés dans les différents corps des forces armées (général Miceli, général Viglione, général Lo Prete), Raffaele Giudice bénéficie du soutien de certains hommes politiques, comme Bruno Palmiotti, Sereno Freato (secrétaire d’Aldo Moro), le député Gioia (du courant d’Andreotti) ou le député Salvo Lima, défini par le tribunal de Turin comme « le représentant du courant [d’Andreotti] à Palerme »26. Il convient également de s’interroger sur les relations entretenues par le général Giudice avec le député Giulio Andreotti. Les deux hommes nient s’être connus personnellement. Mais ils sont contredits par le témoignage de Mario Foligni devant le tribunal de Turin, lors du procès sur la nomination de Raffaele Giudice  :

  • 27  M. Foligni. Voir la sentence de la IVe section pénale, procès pénal contre le général Giudice et a (...)

Entre le général Giudice et Monsieur Giulio Andreotti, il y avait des rapports de grande confiance et d’intimité. Et souvent ils se retrouvaient dans une église, et après la sainte messe, ils se réunissaient dans la sacristie pour discuter.27

32Il s’agit là d’une affirmation à étudier avec beaucoup de précaution, mais le rôle de Giulio Andreotti dans la nomination du général puis dans le destin du dossier Mi.Fo.Biali, qui implique ce dernier, nous conduisent aux mêmes conclusions.

33Pour sa part, le général Fulberto Lauro affirme devant les juges de Turin, lors de sa déposition du 18 novembre 1982, que le soutien à la nomination du général Giudice est le fait d’un groupe de députés siciliens. Rappelons également que la nomination du général à la tête de la Guardia di Finanza intervient quelques mois seulement après l’emprisonnement du chef mafieux Luciano Liggio (16 mai 1974). Le colonel Giovanni Vissicchio, interrogé à Palerme le 15 janvier 1983, affirme qu’il existe un lien entre ces deux événements : c’est précisément la Guardia di Finanza, dirigée par le général Borsi Di Parma, qui arrête Luciano Liggio. Ce que certaines personnes à Rome ne voient pas d’un bon œil. Placer à la tête de cet appareil d’État un général vraisemblablement lié aux milieux mafieux siciliens peut alors apparaître comme une garantie, à la fois pour les intérêts de Cosa Nostra et pour ceux des hommes politiques qui entretiennent des relations avec cette dernière. Or, précisément, dans les accords révélés par Mi.Fo.Biali qui sont signés dans l’année suivant sa nomination, le général Giudice se sert de ses contacts en Sicile pour mener à bien ses projets. Enfin, rappelons qu’un doute subsiste sur les liens qu’il entretient avec le ministre de la Défense, Giulio Andreotti. Les deux hommes ont toujours nié se connaître personnellement, mais alors il semble étonnant que Giulio Andreotti soutienne la candidature du général contre le choix exprimé par Vittorio Emanuele Borsi Di Parma.

34Mais quelles que soient les raisons qui poussent le Conseil des ministres à choisir Raffaele Giudice comme nouveau commandant de la Guardia di Finanza, il semble clair que Giulio Andreotti y trouve un intérêt. Nous le verrons avec l’affaire Mi.Fo.Biali, puisque la nomination de ce général permet de construire un système profondément corrompu au sommet de l’appareil d’État. Dans ce contexte, comme l’explique Massimo Teodori :

  • 28  M. Teodori, P2 : la controstoria, ouvr. cité.

Le potentiel de contrôle des affaires financières se trouvait neutralisé, et tous les autres devoirs de justice et de vérité que la Guardia di Finanza pouvait remplir étaient vains. Un tel corps de la police financière, auquel on ne pouvait pas se fier et qui pouvait être soumis au chantage, devenait efficace dans la guerre des clans à laquelle les hommes politiques et leurs alliés se livraient au sein même des appareils d’État.28

  • 29  Services secrets de la Guardia di Finanza.

35En effet, le pétrole importé de Libye par l’ENI à la suite des accords de 1972 est encore en circulation sur le marché national, les comptes du ministre de la Défense sont florissants grâce aux pots-de-vin versés par la société pétrolière, et plusieurs millions de lires sont soustraits aux contribuables. Giulio Andreotti est au centre de ces négociations : il est très intéressant pour lui de neutraliser l’appareil d’État dont l’objectif est, précisément, de traquer les fraudes fiscales à la fois dans les entreprises privées et dans les comptes publics. En outre, cela permet de mettre fin aux enquêtes menées à l’encontre de Licio Gelli et qui risquent fort de compromettre l’homme politique. Il est vrai que dès le mois de mars 1974, le bureau « I »29 de la Guardia di Finanza rédige une fiche sur le chef de la P2, dans laquelle les auteurs affirment qu’il entretient des rapports avec Giulio Andreotti. Mais l’une des premières mesures prises par le général Giudice est de restructurer ce bureau ; tous les officiers qui y sont employés sont dispersés, certains disparaissant même dans des circonstances mystérieuses. Ainsi, le colonel Salvatore Florio, responsable des notes d’information sur Gelli, est envoyé à Gênes. Puis, à la suite d’une confrontation définie comme « mafieuse » avec le général Giudice durant l’été 1978 (selon les dires de l’épouse du colonel Florio lors de son témoignage au procès de Turin, car au terme de la dispute, le général a embrassé son subordonné), il trouve la mort dans un étrange accident de la route.

36Les années 1969-1974, entre l’arrivée au pouvoir du colonel Kadhafi et le rôle de premier plan joué par Giulio Andreotti au sommet de l’État italien, apparaissent donc comme décisives. Cette période constitue véritablement un tournant. Les logiques régissant les relations italo-libyennes sont bouleversées et un nouveau système d’interactions est mis en place, créant ainsi les conditions nécessaires à la conduction d’accords tels que ceux qui sont révélés par l’affaire Mi.Fo.Biali. En effet, il s’agit là de contrats d’une très grande ampleur, révélant à la fois des relations inattendues entre certains acteurs de la vie politique italienne et les responsables libyens, et une corruption à grande échelle de l’appareil d’État italien, à travers la Guardia di Finanza. Il s’agira donc de déterminer dans quelle mesure Mi.Fo.Biali peut être considéré comme le point d’aboutissement des premiers contacts liés dès 1972 et en quoi l’on peut dire que cette affaire conditionne la suite des relations entre les deux pays.

Notes

1  A. Varvelli, L’Italia e l’ascesa di Gheddafi, ouvr. cité, p. 247-248.

2  Ibid., p. 258.

3  ASMAE, Comte Marotta à MAE, télégramme no 36983, 11 septembre 1972, cité par A. Varvelli, ibid., p. 249.

4  Ibid., p. 252.

5  La Stampa, 4 janvier 1974, cité par A. Varvelli, L’Italia e l’ascesa di Gheddafi, ouvr. cité, p. 280.

6  Ibid., p. 285.

7  Discours d’A. Moro à la Commission des Affaires étrangères de la Chambre des députés, 28 février 1974, cité par A. Varvelli, ibid., p. 286.

8  Celui-ci dirige le Parti républicain italien (PRI) et demeure largement favorable à Israël.

9  Voir ministère des Affaires étrangères, Testi e documenti sulla politica estera dell’Italia, 1974, Service historique et documentation du MAE, cité par A. Varvelli, ibid., p. 288.

10  « Rosa dei venti » : une ambiguïté demeure quant à la traduction de ce nom. Dans un premier temps, elle renvoie à la « Rose des vents » dont l’objectif est de « frapper de tous côtés, sans pitié », mais elle prend ensuite le sens de « Rose des vingt », indiquant le nombre de groupes subversifs qui lui sont liés.

11  Voir G. De Lutiis, I servizi segreti in Italia, Milan, Sperling & Kupfer, 2010, p. 219-220.

12  Un déplacement de la procédure est cependant accordé au profit du parquet de la République de Rome, lequel décide de sa libération conditionnelle au printemps suivant.

13  Servizio informazioni operative e situazione per l’Esercito.

14  Voir interview de G. Maletti dans Piazza Fontana: noi sapevamo, ouvr. cité, p. 182.

15  A. Giannuli, Rapport de consultation technique 47 (Carte La Bruna), procédure pénale no 91/97 mod. 21, parquet de la République de Brescia, mandat du 17 septembre 2002, p. 66.

16  M. Teodori, P2 : la controstoria, chap. 20 : « Andreotti occulto », cité sur www.radioradicale.it (consulté le 26 janvier 2009).

17  M. Teodori, ibid.

18  Général Vittorio Emanuele Borsi Di Parma, témoignage rapporté par P. Gosso, Sentence de renvoi en jugement, tribunal de Turin, 19 mars 1982, p. 60.

19  Ibid. p. 61.

20  Ibid., p. 62.

21  A. Cuva, ordre de sentence du procès pénal sur le scandale pétrolier, 12 juin 1984, tribunal de Turin, cité par la Commission parlementaire d’enquête sur la loge maçonnique P2, Doc. XXIII, no 2 quater / 7 / VII, doc. cité, p. 317-318.

22  A. Cuva, ordre de sentence du procès pénal sur le scandale pétrolier, 12 juin 1984, tribunal de Turin, p. 305, cité par la Commission parlementaire d’enquête sur la loge maçonnique P2, Doc. XXIII cité, p. 521.

23  P. Bolzani, Audition du 1er décembre 1982, cité par A. Cuva, ibid., p. 309.

24  M. Foligni, procès-verbal du 23 avril 1983, cité par la Commission parlementaire d’enquête sur la loge maçonnique P2, Doc. XXIII cité, p. 212.

25  Ibid., p. 313.

26  Sentence de la IVe section pénale, procès pénal contre le général Giudice et autres, 23 décembre 1982, tribunal de Turin, cité par la Commission parlementaire d’enquête sur la P2, vol. XLIX, Doc. XXIII cité, p. 194-195.

27  M. Foligni. Voir la sentence de la IVe section pénale, procès pénal contre le général Giudice et autres, tribunal de Turin, 23 décembre 1982, cité par la Commission parlementaire d’enquête sur la P2, vol. XLIX, Doc. XXIII cité, p. 491.

28  M. Teodori, P2 : la controstoria, ouvr. cité.

29  Services secrets de la Guardia di Finanza.

© ENS Éditions, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search