Version classiqueVersion mobile

Pétrole et corruption

 | 
Marion Morellato

I. 1969-1974 : L’Italie et la Libye, entre rivalités politiques et intérêts économiques

2. 1971-1972 : Giulio Andreotti et les premiers trafics d’armes et de pétrole

Texte intégral

Une collusion entre intérêts politiques et intérêts économiques

1Bien vite, un climat de confiance s’installe entre les deux régimes, favorisant la négociation d’accords commerciaux de grande ampleur. Au cours de l’année 1971, de nombreuses entreprises italiennes se réinstallent en Libye. Arturo Varvelli cite en particulier DEG.FER, qui obtient une adjudication pour la construction d’aqueducs, d’égouts et des édifices de la centrale électrique à Barqa ; Cuffani et Gadola pour la construction d’hôpitaux en Cyrénaïque et à Garian ; Cogefar pour des habitations et des constructions d’intérêt public telles que le pont sur l’Audi el-Kuf ; Salini Costruzioni pour des travaux dans la zone de Benghazi.

  • 1  F. Mangiavacca, Memoriale di Mino Pecorelli, Rome, EILES, 1996, p. 344.

2À l’automne 1971, après qu’Aldo Moro, lors de l’Assemblée générale des Nations unies, a insisté sur le lien étroit qui existe entre la sécurité d’Israël et le respect des droits du peuple palestinien, le colonel Kadhafi affirme que l’Italie et la Libye doivent désormais tirer un trait sur le passé et entreprendre une nouvelle collaboration. Ainsi, dès le début du mois de décembre 1971 – quelques mois à peine après l’aide italienne pour contrer le « plan Hilton » –, le colonel Abou Bakr Younès, chef de l’état-major auprès du ministère de la Défense, se présente à l’ambassadeur à Tripoli, Enrico Belcredi, afin de lui faire part de la volonté du gouvernement libyen d’acquérir des armes italiennes. La réponse, favorable, est presque immédiate. C’est ainsi que s’ouvre une phase de grande collaboration économique entre les deux pays, l’une des pages les plus sombres de l’histoire des relations italo-libyennes de cette décennie. Comme le résume Franca Mangiavacca, les accords conclus équivalent à un échange simple : les armes italiennes contre le pétrole libyen1. Or, on peut avancer l’hypothèse selon laquelle cet épisode est un premier pas, une mise en confiance réciproque, qui porte ensuite vers des accords de plus grande ampleur. Une logique bien particulière, interne au pays, se construit avec ces accords : pouvoir économique et pouvoir politique collaborent étroitement, dans une dynamique triangulaire où chaque acteur se trouve récompensé pour son action. Le parti au pouvoir se porte garant de la bonne conduite des négociations afin d’assurer de fructueux contrats aux compagnies d’armement italiennes. En contrepartie, la Libye assure un approvisionnement en pétrole particulièrement avantageux à l’ENI qui, en bout de chaîne, « remercie » le pouvoir politique grâce à des dessous-de-table.

  • 2  Ibid., p. 338.

3Il est peut-être possible d’envisager ces premières négociations comme un cadre à l’intérieur duquel les relations italo-libyennes futures vont se construire, à leur exemple. Justement, Franca Mangiavacca affirme que ces accords sont le premier pas vers les futurs scandales pétroliers que connaît la République italienne : « Le voici donc, le mécanisme grâce auquel la faction qui, depuis 1972, garantit la rive libyenne à notre pétrolcratie, a pu devenir, en quelques années seulement, l’actionnaire de référence pour l’affaire Italie toute entière. »2

Des contrats fructueux pour les entreprises d’armement italiennes

4Le 17 décembre, une délégation libyenne composée de quatre lieutenants-colonels atterrit à Rome pour une semaine, accueillie par deux hauts fonctionnaires, l’un du ministère des Affaires étrangères et l’autre de la Défense. Ceux-ci les guident au cours de leur visite des entrepôts de firmes privées, productrices de matériel de guerre telles qu’Oto Melara, Fiat, Agusta ou encore Snia Viscosa. À l’issue de ce séjour, ils dressent une liste qu’ils font parvenir à Rome par l’intermédiaire de leur diplomatie.

  • 3  M. Pecorelli, Osservatore politico (désormais : OP), 9 février 1977, cité par F. Mangiavacca, ibid (...)

5Toutefois, les négociations prennent vite une ampleur imprévue. En effet, parmi le matériel requis, seul celui provenant de Fiat bénéficie d’un brevet italien. Pour le reste, il s’agit de fabrications sur licence américaine interdites à l’exportation. Les requêtes libyennes s’inscrivent donc dans des relations à plus large échelle. Toutefois, la contrepartie offerte par l’ancienne colonie en échange des fournitures d’armes est bien alléchante. En une période où le prix du pétrole amorce une augmentation lente mais décisive, la Libye propose de faciliter l’approvisionnement du pays grâce à des contrats avantageux pour les compagnies italiennes. Dans ces conditions, les autorités de Rome choisissent de poursuivre les négociations et adressent une demande d’autorisation d’exportation auprès des États-Unis. La pression imposée par la Libye, qui réclame de recevoir « tout et tout de suite »3, conduit toutefois l’Italie à une attitude particulièrement coopérative vis-à-vis de la superpuissance. Cette dernière, dans la mesure où elle est le premier producteur d’armes au monde, profite de l’opportunité : l’autorisation américaine ne sera accordée qu’en échange d’un contrat prévoyant l’acquisition par l’Italie de missiles Lance et Tow pour un montant de 45 milliards de lires.

  • 4  Le contrat signé par la Libye prévoit la fourniture par Oto Melara de chars de différentes catégor (...)
  • 5  Voir M. Pecorelli, OP, 13 novembre 1976, cité par F. Mangiavacca, ibid., p. 348.
  • 6  Voir A. Giannuli, Rapport de consultation technique 28/34/40, procédure pénale no 91/97 mod. 21, p (...)

6Rome accepte malgré le grave déséquilibre que ces négociations laissent paraître : comme l’explique Mino Pecorelli (ibid., p. 352), le contrat conclu avec la Libye s’élève à 20 milliards de lires4, ce qui engendre une perte de 25 milliards de lires pour l’Italie. À cet égard, il convient de rappeler que la Cour des comptes italienne s’oppose fermement à ces accords en raison du déficit budgétaire considérable que ceux-ci creuseront immanquablement. Mais les intérêts que cette affaire vont apporter à Oto Melara, Snia Viscosa et Agusta l’emportent : le président du Conseil Giulio Andreotti contourne de manière particulièrement efficace l’obstacle constitué par la Cour des comptes, grâce à l’action de son conseiller diplomatique, le ministre Caggiati5. En définitive, comme le rappelle Aldo Sabino Giannuli6, les autorités libyennes savent profiter amplement de leur position favorable.

  • 7  M. Pecorelli, OP, 24 février 1977, cité par F. Mangiavacca, Memoriale, ouvr. cité, p. 356.

7Par ailleurs, les négociations reprennent dès le mois de mai 1972. Définie par Mino Pecorelli comme « l’une des plus longues et complexes effectuées en Italie »7, la mission libyenne marque une étape supplémentaire : contrairement à la délégation de décembre 1971, celle-ci (arrivée le 25 mai) rencontre des fonctionnaires de la Farnesina, de l’Industrie, de la Défense et de la Marine, avant de se diriger vers Oto Melara, Snia Viscosa, Agusta et Fiat. Ces rendez-vous, tenus secrets, témoignent d’une réelle collaboration bilatérale, dépassant la simple négociation d’accords commerciaux. Outre les gains pour les entreprises privées italiennes, les accords obtenus entre les deux appareils d’État apparaissent comme essentiels. Et les Libyens en profitent pour élargir leur commande : ils requièrent quelques sous-marins qu’il est pourtant « impossible de céder », selon l’Organisation du traité de l’Atlantique Nord (OTAN), car il s’agit de matériel offensif, qui représente donc un danger pour la sécurité de l’Alliance atlantique en zone méditerranéenne.

Les contreparties pétrolières

8Raffaele Girotti, le président de l’ENI, conscient des avantages que peuvent, à terme, lui apporter ces négociations, fait pression sur Rome. En effet, en août 1971, le ministre libyen du Pétrole, Ezzedine Mabrouk, propose à l’ENI des pourparlers sur la participation de la LNOC à la concession A-100 (dans la région d’Abou Attifel), particulièrement riche en pétrole. L’ENI est déjà techniquement prête à en commencer l’exploitation, mais le gouvernement libyen bloque celle-ci le temps des négociations. De plus, une clause initiale au contrat italo-libyen prévoit la fourniture à l’ENI de 10 millions de barils de pétrole – qui passent bientôt à 50 millions. Il est vrai que le gouvernement libyen considère les accords ENI-LNOC comme étroitement liés aux contrats d’armements négociés avec les entreprises italiennes. Comme l’expliquait Mino Pecorelli :

  • 8  Voir infra.
  • 9  L’expression « noto servizio » semble renvoyer à une organisation occulte. L’utilisation qu’en fai (...)
  • 10  M. Pecorelli, cité par F. Mangiavacca, Memoriale, ouvr. cité, p. 353-354.

La firme de Raffaele Girotti, qui est opportunément sollicitée le 6 mars 1972, souligne que l’ENI, le pétrole (et les 3 centimes par baril)8 ont exercé un rôle clé dans le déroulement de toute l’affaire. Le « noto servizio »9 lui fait parvenir un rapport réservé pour lui rappeler que les autorités libyennes considèrent la négociation toujours en cours sur le pétrole, étroitement liée à la fourniture d’armes requise quelque temps auparavant de la part de l’Italie.10

9Cependant, le leader libyen fait longtemps patienter l’entreprise italienne. Conscient de ses avantages, il utilise le pétrole comme moyen de chantage à chaque obstacle rencontré lors des négociations. Ainsi, par exemple, face aux hésitations italiennes quant à la vente de sous-marins, il annonce que les pourparlers avec l’ENI sont bloqués. Ce jeu se poursuit pendant près de deux ans. Au terme de l’année 1971, l’ENI n’obtient que de maigres propositions : un Institut pour le pétrole est bientôt créé. Mais il s’agit en réalité d’un accord qui doit permettre à l’ensemble des techniciens libyens de se former aux frais de l’ENI. Rappelons également le rôle que jouent les négociations ENI-LNOC sur la décision américaine d’autoriser la vente d’armes à la Libye. Le département d’État craint que l’ENI soit contrainte d’accepter de céder 51 % du capital d’exploitation des concessions concernées. Cela créerait alors un précédent qui pourrait nuire aux intérêts des compagnies américaines opérant sur le territoire libyen. Le président du Conseil italien, Giulio Andreotti, joue beaucoup sur cette crainte, notamment en omettant de rassurer ses homologues. Ce n’est qu’en septembre 1972 – après réception du matériel italien – que les autorités libyennes font aboutir les négociations. Ainsi, bien loin des nationalisations qui ont touché de nombreuses compagnies pétrolières présentes sur le territoire libyen, l’ENI peut annoncer au pays, le dernier jour du mois, qu’une joint-venture italo-libyenne (ENI-LNOC) sur base paritaire vient d’être constituée. Parallèlement, Snam-Progetti réalisera, à Tripoli, la première grande raffinerie libyenne, d’une capacité de 2 millions de tonnes, et des dizaines d’autres firmes italiennes s’engagent dans divers secteurs d’activité libyens fructueux. Cet accord garantit à l’Italie une source abondante d’approvisionnement en pétrole et renforce les relations entre les deux pays : l’Italie devient un partenaire privilégié pour Tripoli.

Des intérêts pour la Démocratie chrétienne

10De nombreuses raisons d’ordre politique motivent ces accords. Tout d’abord, il apparaît évident à la diplomatie italienne – et américaine – que l’URSS se tient prête à fournir la Libye, dans le cas où l’Italie hésiterait trop longtemps. Toutefois, outre les avantages acquis auprès de la « Quatrième rive », cette affaire confirme une organisation douteuse du pouvoir italien. En tout premier lieu, comme nous l’avons vu plus tôt, la capacité des autorités publiques à négocier des accords allant contre l’intérêt de l’État – puisqu’ils créent un large déficit dans le budget du pays – peut paraître surprenante.

  • 11  M. Pecorelli, OP, 9 février 1977, cité par F. Mangiavacca, ibid., p. 354.
  • 12 Ibid., 24 février 1977, p. 355 (le « chien à six pattes » est le logo de l’AGIP puis de l’ENI).

11Rappelons la pression que l’ENI impose au pouvoir politique tout au long des négociations. Mino Pecorelli révèle le 9 février 1977 que ces accords ne font pas l’unanimité au sein du parti au pouvoir : en mars 1972, « Aldo Moro […] a senti l’odeur de soufre de toute l’affaire et voudrait la faire couler mais ne peut pas le faire directement »11. Il propose que l’Italie offre à la Libye un « paquet » d’armes, c’est-à-dire de munitions d’Oto Melara datant de la seconde guerre mondiale et non soumises à l’autorisation américaine. Cette initiative, vouée à l’échec, est destinée à gagner du temps afin de trouver le moyen de bloquer définitivement l’entreprise. Or, précisément, lors de la manœuvre d’Aldo Moro, la Démocratie chrétienne est en pleine campagne électorale. Le rédacteur en chef d’Osservatore politico révèle qu’« en la personne du secrétaire politique Arnaldo Forlani et du président du Conseil Giulio Andreotti, la Démocratie chrétienne avait reçu des aides considérables de la part du chien à six pattes : à l’époque, on parlait de quatre milliards de lires bien lourdes »12. En l’occurrence, cette somme est versée afin d’inciter le président du Conseil à contourner l’obstacle constitué par Aldo Moro et à poursuivre les négociations. Il est vrai que ce dernier, alors ministre des Affaires étrangères, voit d’un mauvais œil les intrusions de la Défense et du président du Conseil. Mino Pecorelli, évoquant un entretien en novembre 1973 entre Aldo Moro et le président du Conseil Mariano Rumor, explique :

  • 13 Ibid., 20 novembre 1973, p. 345.

Aldo Moro s’est dit perplexe et effrayé, au niveau politique, par cette machine pacifiste qui ne devait pas tarder à se mettre en mouvement. Monsieur Moro a aussi rappelé qu’il n’est pas rare que nos industries négocient des ventes d’armes sans l’autorisation de son ministère et qu’elles aillent jusqu’à signer en contournant sa ligne politique.13

12Mais là encore, il doit se plier aux exigences du pouvoir politique face aux intérêts de l’ENI : quelques semaines après l’entretien entre Aldo Moro et Mariano Rumor, un haut fonctionnaire du ministère des Affaires étrangères part pour Tripoli afin de mener des négociations, ce qui traduit la résignation du ministre. Il est vrai qu’en ce début de crise économique (due au premier choc pétrolier), l’alliance avec la Libye est particulièrement précieuse.

13La logique de ces accords s’éclaircit encore davantage grâce à l’explication qu’en donne Mino Pecorelli : en « remerciement » pour le contrat signé, l’ENI s’engage à verser à la Démocratie chrétienne trois cents par baril acquis. Le journaliste résume les jeux d’intérêts politiques et économiques de la sorte :

  • 14 Ibid., 9 février 1977, p. 353.

En fin de compte, « raison d’État » et « autorité de gouvernement » allaient pouvoir, de bon droit, donner lieu à une opération commerciale comme celle-là, au terme de laquelle l’on devrait prélever 20 milliards de lires supplémentaires des poches des contribuables, mais d’autres milliards de lires en pots-de-vin allaient pouvoir tomber dans les poches des leaders politiques.14

14Rapportée à la quantité de pétrole obtenue par l’ENI, la somme versée est donc considérable (probablement plusieurs millions d’euros actuels) et risque fort de bouleverser les équilibres du pouvoir au sein du système politique italien et, en particulier, au sein de la Démocratie chrétienne. En effet, en cette époque de rivalité entre Giulio Andreotti et Aldo Moro, l’argent versé par Raffaele Girotti, comme nous venons de le voir, favorise largement le premier, et avec lui toute la tendance de droite du parti. Une « note informative sur le compte du député Giulio Andreotti », rédigée en 1973 et délivrée par Licio Gelli (dirigeant de la P2) au colonel Antonio Viezzer (employé au secrétariat du bureau I du SID), déclare même :

  • 15  « Note informative sur le compte de M. Giulio Andreotti », 1973, cité par P. Amendola, G. De Lutii (...)

Actuellement, le secrétariat d’Andreotti reçoit de gros dessous-de-table de la part de l’ENI pour des opérations effectuées par un officier, le colonel Jucci, parent de Livia Danese, l’épouse d’Andreotti, lequel était, jusqu’à une période récente, au Service Informations. Il est maintenant au secrétariat général, mais chargé de missions spéciales comme le contact avec les pays arabes, et en particulier la Libye. Pour ces contacts, qu’il effectue selon les directives de l’ENI pour conclure de grosses affaires, Monsieur Andreotti reçoit d’énormes pots-de-vin.15

15Comme l’explique Franca Mangiavacca, outre l’activité terroriste des « années de plomb », les années soixante-dix sont le théâtre de mutations profondes et occultes :

  • 16  F. Mangiavacca, Memoriale, ouvr. cité, p. 338.

Ce sont les années des putsch annoncés, revendiqués et simulés. Derrière une telle confusion, un seul véritable coup d’État est célébré : celui qui a lancé le processus de concentration, dans les mains d’une seule personne, de tous les bénéfices, légaux et illégaux, provenant de la quittance pétrolière. Ce sont les années de la rivalité Andreotti-Moro. Et Moro s’est toujours opposé à la vente d’armes à Kadhafi.16

16D’une manière générale, le parti acquiert les moyens de contrôler plus étroitement l’évolution politique du pays et de lutter plus violemment contre le Parti communiste italien. Mais même au sein de la Démocratie chrétienne, Giulio Andreotti va pouvoir faire valoir sa ligne politique sans le soutien de l’aile gauche dirigée par Aldo Moro.

  • 17  Nous pouvons, à ce sujet, nous référer à l’interview donnée par Licio Gelli à la revue Oggi et pub (...)

17Il est vrai que le président du Conseil a un rôle tout à fait central dans les négociations avec la Libye : il est l’interlocuteur principal, pour chacune des firmes italiennes, dès que les négociations sont ralenties voire bloquées17. Le journaliste l’accuse à de nombreuses reprises d’être trop largement impliqué dans cette affaire. Son jugement à ce sujet est d’ailleurs sans appel :

  • 18  M. Pecorelli, OP, 18 février 1977, cité par F. Mangiavacca, Memoriale, ouvr. cité, p. 354.

Giulio Andreotti […] est attiré de manière impressionnante par les chars de combat, les canons, les missiles et les appareils militaires en tous genres. […] Dès qu’un nouveau char est présenté sur le marché ou qu’un canon est modifié, il en est informé. Ensuite, en tant que président du Conseil il lui est facile d’en acheter un, ou cent, en fonction de la passion du moment. On dit que son dépôt d’armes est l’un des plus cotés sur terre, en particulier celui situé à Tripoli.18

18De la sorte, Mino Pecorelli dénonce des relations particulièrement étroites entre Giulio Andreotti et le régime de Kadhafi. Véritable terrain de jeu du président du Conseil, la Libye devient plus qu’une simple alliée économique : les intérêts de celui-ci vont bien au-delà des jeux de pouvoir au sein de l’échiquier politique italien. Si l’on suit les affirmations du journaliste, Giulio Andreotti est véritablement à la tête de l’ensemble des négociations de 1972, et il les conduit en fonction d’enjeux qui dépassent largement les entreprises italiennes d’armement.

Un système de négociations créant ses propres règles

La « Jucci story »

  • 19  Ibid., 24 février 1977, p. 355.
  • 20  Référence au père Joseph, inspirateur du cardinal de Richelieu. M. Pecorelli, OP, 6 juin 1974, ibi (...)

19« Jucci story »19 : c’est ainsi que Mino Pecorelli renomme les négociations ayant mené aux contrats de 1972, pointant ainsi le rôle tout à fait primordial joué dans cette affaire par le colonel Roberto Jucci. C’est en effet un parent éloigné de Giulio Andreotti, avec qui il a des contacts fréquents par l’intermédiaire de Livia Danese Andreotti, la femme du président du Conseil. De plus, son action est décisive, en 1970, lorsque le SID déjoue le « plan Hilton ». De cet épisode, il a conservé de nombreux contacts, notamment avec les responsables des services secrets libyens. Il est la cible de nombreuses critiques de la part de Mino Pecorelli – qui le surnomme « le Père Joseph lilliputien de la politique militaire italienne »20. En effet, il apparaît comme l’interlocuteur principal entre le président du Conseil et le gouvernement libyen. Dans un article publié dans Osservatore politico le 13 novembre 1976, le rédacteur en chef accuse Roberto Jucci d’être à l’origine des contrats signés en 1971-1972 qui ont permis de réarmer la Libye. Le témoignage de Giulio Andreotti devant la Commission parlementaire d’enquête sur la loge P2, en novembre 1982, confirme ce rôle :

  • 21  G. Andreotti, Audition devant la Commission parlementaire sur la loge maçonnique P2, 11 novembre 1 (...)

Le président de l’ENI [Girotti] m’a demandé si nous pouvions apporter un appui politique à ces rapports entre l’ENI et la Libye ; j’ai répondu que l’on pouvait utiliser un certain crédit de confiance que l’on avait acquis face à Kadhafi et aux services libyens lors de l’opération « Hilton » [l’opération relative à l’échec du plan pour renverser Kadhafi, préparé par Omar Chalhi]. Et le président de l’ENI m’a demandé, ensuite, d’obtenir l’autorisation militaire pour être accompagné en Libye par le colonel Jucci afin de chercher à sortir de l’impasse dans laquelle se trouvaient les relations entre l’ENI et la Libye.21

20En effet, en 1970, il est chargé par la Farnesina d’étudier un moyen de rétablir des relations diplomatiques normales entre les deux pays, après l’expulsion par Kadhafi de la communauté italienne. Sa conclusion est claire : afin de pacifier les rapports bilatéraux, il convient de favoriser le plan de réarmement prévu par le colonel libyen.

  • 22  Voir M. Pecorelli, OP, 13 novembre 1976, cité par F. Mangiavacca, Memoriale, ouvr. cité, p. 348.

21Ayant obtenu l’accord de ses supérieurs, Roberto Jucci rencontre les chefs des services secrets libyens, Abdel Monein el-Houni (à Tripoli) et Moussa Salem el-Haji (à Rome), et met à leur disposition l’ensemble de ses contacts en Italie capables de fournir du matériel militaire. Par la suite, il a des contacts fréquents avec ces derniers. De plus, afin de faciliter ses très nombreux voyages à Tripoli, l’ENI met un avion à la disposition du colonel. C’est donc bien à travers lui que se mettent en place les logiques qui régissent ces négociations. En effet, la « liste Jucci » révélée par Mino Pecorelli22 contient le nom de tous les acteurs qui ont à un moment ou à un autre un intérêt à mener à bien les négociations avec la Libye. Dans cette liste apparaissent Raffaele Girotti, Enrico Giustiniani (Oto Melara) ainsi que leur homme de confiance commun, le Dr Giuseppe Ratti, ou encore Mario Dessi (Snia Viscosa). Mais Roberto Jucci ne se limite pas à la sphère économique : il introduit également auprès du pouvoir tripolitain les personnages politiques et diplomatiques de premier plan tels qu’Enrico Belcredi (ambassadeur d’Italie à Tripoli), Umberto Toffano et le Dr Rech (respectivement fonctionnaire du ministère des Affaires étrangères et conseiller auprès de la Farnesina, tous deux dans le secteur armements), mais également Pierino Buffone, Franco Evangelisti, Francesco Andreotti (frère de Giulio). Enfin, parmi les militaires mis en avant par Roberto Jucci, nous pouvons citer les généraux Giraudo (secrétaire à la Défense), Andrea Cucino (qui deviendra bientôt chef d’état-major de l’armée) et Eugenio Henke (chef d’état-major de la défense).

22Cette liste permet de mieux comprendre comment l’ensemble des hommes à la tête des différents secteurs du pouvoir italien sont unis dans le but de faire valoir leurs intérêts : tous les bénéficiaires de ces accords sont introduits par une seule et même personne. C’est grâce au colonel qu’Oto Melara, Snia Viscosa ou encore l’ENI peuvent obtenir des contrats si avantageux. De plus, bien qu’en retrait, Giulio Andreotti a bel et bien un rôle majeur puisqu’il est le supérieur direct de Roberto Jucci dans ces négociations. Enfin, si l’on se fie aux informations révélées à ce sujet par Mino Pecorelli, on peut supposer que les deux hauts fonctionnaires qui guident la délégation libyenne en décembre 1970 sont, justement, Umberto Toffano et le Dr Rech. Le rôle du colonel Jucci est d’autant plus important que les différents acteurs font appel à lui dès qu’apparaît la moindre difficulté. Ainsi, c’est lui qu’Enrico Giustiniani contacte, lors de son séjour à Tripoli, pour se plaindre des clauses spéciales aux contrats d’armement imposées par le pouvoir libyen. De même, à la suite de l’opposition d’Aldo Moro, il est envoyé à Tripoli pour rassurer le pouvoir local sur les intentions italiennes.

  • 23  Action Occhio, note no 3, 27 juillet 1972, cité par A. Giannuli, Rapport de consultation technique (...)

23Roberto Jucci fait l’objet de deux mises sur écoute par les services secrets italiens : une première fois du 14 avril au 16 mai 1972 (action Juri), puis du 24 juillet au 17 août 1972 (action Occhio). Les deux dossiers constitués à ces occasions permettent de comprendre le déroulement exact de l’affaire. Il semble que deux contrats soient signés quant à la fourniture de la Libye. Une première livraison est effectuée entre mai et juillet 1972, mais l’action Occhio révèle des négociations ultérieures : le contrat ENI-Libye n’est accepté par cette dernière qu’en échange d’un contrat d’armement supplémentaire. Notons enfin l’importance que revêtent pour notre étude les révélations de la note no 3, rédigée le 27 juillet 1972. On y découvre que Roberto Jucci a des contacts avec Mgr Bonadeo, prélat de l’église del Gesù, dans le centre de Rome : le 26 juillet, le colonel reçoit un appel téléphonique, depuis cette même église, de la part d’un étranger qui lui annonce que « Père Galea de Malte est au Gesù »23. Or, Mgr Bonadeo, précisément grâce à ses contacts sur l’île de Malte, joue un rôle primordial dans les trafics d’armes et de pétrole des années suivantes.

Des pratiques douteuses

24Mino Pecorelli rappelle également les pratiques douteuses des entreprises italiennes d’armement. Afin de respecter les délais de livraison, le fournisseur Oto Melara décide, en août 1972, de réquisitionner les chars détenus par l’armée italienne : ils sont repeints aux couleurs libyennes avant d’être envoyés, à temps pour être présentés lors des manifestations de l’anniversaire de la Révolution (1er septembre). Et comme l’armée libyenne n’a jamais utilisé ce matériel, un groupe de jeunes officiers est accueilli par l’entreprise pour recevoir un entraînement de base. L’affirmation d’Ambrogio Viviani selon laquelle l’Italie cherche à tout prix à sauver ses intérêts en Libye prend donc ici tout son sens : les fournisseurs italiens n’hésitent pas à affaiblir la Défense nationale afin de respecter leurs engagements et de faciliter les manifestations anti-italiennes et populistes du colonel Kadhafi, car les contreparties en termes de pétrole sont très alléchantes. À cet égard, lorsque Mino Pecorelli révèle l’affaire dans Osservatore politico, sa condamnation est sans appel :

  • 24  M. Pecorelli, OP, 11 mars 1977, cité par F. Mangiavacca, Memoriale, ouvr. cité, p. 356-357.

Obtenir le placet de l’armée italienne ne fut pas chose facile. Vous comprenez, cela n’arrive pas tous les jours : s’entendre demander de céder son propre potentiel de guerre parce que l’on juge plus convenable de le vendre à une puissance étrangère ! Personne ne voulait faire le premier pas. Finalement, on décida que ce serait le ministre des Affaires étrangères qui écrirait à la Défense en demandant d’avancer ou de prêter à Oto Melara ces marchandises que la firme s’engageait à restituer sous deux ans.24

  • 25  Ibid., p. 357.

25Notons toutefois que le ministre des Affaires étrangères, Aldo Moro, s’oppose fermement à la manœuvre et refuse d’adresser cette demande. C’est donc le président du Conseil Giulio Andreotti qui, au nom de la Farnesina, invite la Défense à effectuer ce « prêt » en faveur d’Oto Melara. En effet, selon lui, « céder ce matériel ne porterait pas préjudice à la sécurité nationale »25.

26De son côté, Agusta présente sa fourniture d’hélicoptères comme destinée au ministre de la Santé libyen, lequel l’utilisera à des fins de secours civil. Toutefois, afin de respecter les termes de la commande, l’entreprise italienne y ajoute des systèmes d’armement Emerson. Il est donc bien évident que le matériel doit servir à la Défense. Mais la falsification du nom du destinataire permet à Agusta de contourner le nécessaire recours à une autorisation américaine.

27Ainsi, aucun obstacle ne peut bloquer les négociations de manière définitive. Comme l’explique Arturo Varvelli :

  • 26  A. Varvelli, L’Italia e l’ascesa di Gheddafi, ouvr. cité, p. 236-237.

En fin de compte, la solution trouvée satisfaisait tout le monde. Gouvernement et diplomatie étaient heureux d’avoir mené les négociations à terme et d’avoir effectué la fourniture dans les brefs délais requis par Kadhafi, donnant ainsi un grand élan aux relations avec Tripoli. Les responsables militaires se dotaient de nouveaux instruments, comme les missiles étatsuniens et remplaçaient le matériel d’Oto Melara par du matériel plus récent qui serait bientôt fourni. Les industriels du secteur semblaient avoir trouvé un marché nouveau et prometteur pour leurs productions.26

  • 27  Selon une enquête qui a lieu en 1984, le substitut du procureur du tribunal de Rome, Maria Cordova (...)
  • 28  F. Mangiavacca, Memoriale, ouvr. cité, p. 338-339.
  • 29  Voir G. Galli, Affari di Stato. L’Italia sotterranea 1943-1990, Milan, Kaos, 1991, p. 185.

28Cette série d’accords commerciaux réalisés entre 1971 et 1972 est donc tout à fait particulière dans les relations entre les deux pays : seule compte la loi de l’argent et des profits. La législation italienne, voire internationale, est délibérément ignorée27 afin de répondre aux demandes libyennes et d’obtenir le pétrole promis. Franca Mangiavacca parle ainsi d’« un État dans l’État, une structure occulte et déterminée seulement par ses intérêts propres et exclusifs de factions qui lutte, s’affirme et croît contre toute règle, interne et internationale »28. À cet égard, on peut rappeler qu’une loi de 1957 prévoyait la suspension de la licence permettant aux pétroliers d’exercer leur activité si un procès était en cours contre eux. Or, le 3 octobre 1972, alors que les accords ENI-Libye viennent d’être conclus, une circulaire est émise par le ministre des Finances Athos Valsecchi, laquelle impose à tous les services périphériques de l’administration de ne plus suspendre les licences des pétroliers accusés d’activité illicite29. L’on peut supposer que la décision du ministre des Finances est liée aux récentes activités avec la Libye. La mise en relation de ces deux éléments nous conduit donc à nous interroger sur la véritable ampleur des rapports entre les deux pays et sur le caractère légal des importations de pétrole.

  • 30  Rapport de consultation technique 47 (Carte La Bruna), parquet de la République de Brescia, procéd (...)

29Cette affaire dépasse, en effet, les clauses d’un simple accord commercial légal. Les entreprises italiennes sont prêtes à accepter de lourdes contreparties afin d’obtenir les contrats promis. Le 19 janvier 1972, au cours d’un voyage en Libye, Enrico Giustiniani (Oto Melara) et l’ingénieur De Camillo, homme de confiance de l’ENI et Agusta, annoncent que le responsable du service de contre-espionnage libyen, Abdel Monein el-Houni, a requis un dessous-de-table équivalant à 10 % de la fourniture d’armes. Après quelques protestations auprès du colonel Roberto Jucci, qui refuse d’intervenir, cette « clause particulière » est bien vite acceptée pour ne pas bloquer la bonne conduite des négociations. Il est vrai qu’en août 1972, les entreprises ont déjà effectué une première livraison d’armement. Désormais, les négociations sont directement liées à la contrepartie en pétrole dont doit bénéficier l’ENI. Dans ces conditions, les firmes italiennes s’efforcent d’être conciliantes. Aldo Moro, à travers Vito Miceli (chef du SID) et l’ambassadeur Gaja, profite vraisemblablement de l’occasion pour tenter de bloquer l’affaire : il informe les États-Unis de cette clause exigée par la Libye. Cependant, nous pouvons, comme Aldo Sabino Giannuli30, avancer l’hypothèse selon laquelle, contrairement à son allié politique Aldo Moro, le général Miceli n’a pas l’intention de faire échouer les négociations : il cherche avant tout à s’y insérer pour en tirer les meilleurs bénéfices possibles. En effet, le 9 août, l’amiral Henke communique à Roberto Jucci l’intérêt que le chef du SID peut trouver dans ces accords avec l’ancienne colonie. Le lendemain, l’ambassadeur Enrico Belcredi, lié à Aldo Moro, fait savoir au colonel Jucci que deux hommes de confiance de ce dernier, travaillant à l’ambassade d’Italie à Tripoli, viennent d’être renvoyés en Italie à la suite des accusations d’espionnage énoncées à leur encontre. L’ambassadeur affirme également que Roberto Jucci lui-même risque le même sort s’il revient à Tripoli. Cette manœuvre est un obstacle supplémentaire à la bonne conduite des négociations, mais elle apparaît davantage comme un chantage de la part de Vito Miceli afin de trouver une place dans les négociations.

30De plus, le contrat signé le 30 septembre 1972 par les deux pays, qui autorise l’ENI à exploiter le pétrole libyen pour une valeur de 50 millions de dollars par an, comporte une condition : l’Italie doit s’engager à réarmer et former au moins une partie de l’armée libyenne. Au-delà de la simple mise à niveau évoquée plus tôt, il s’agit là d’une clause lourde de conséquences. Les autorités de Rome prennent le risque de bouleverser la sécurité méditerranéenne déjà fragile en donnant à l’ancienne colonie les moyens de conduire des actions militaires plus efficaces et néfastes pour l’équilibre de la région.

Des enjeux décisifs en termes de sécurité

Italie, Libye et Méditerranée

31Il apparaît évident que les négociations italo-libyennes de 1971-1972 sont fondamentalement liées à la question de la sécurité internationale dans la zone méditerranéenne. Kadhafi affiche très clairement sa position anti-israélienne, ce qui peut entraîner des soupçons sur l’utilisation qui sera faite des armes qu’il veut acquérir. L’Italie, à travers sa position dans le système international, est un acteur absolument central dans l’évolution du fragile équilibre des forces en Méditerranée. En effet, les autorités libyennes commandent du matériel produit sur brevet américain, mais dans la mesure où la superpuissance est alliée à Israël, il est bien évident que Kadhafi ne peut pas traiter directement avec elle. L’Italie sert donc de relais entre le leader du bloc occidental et un pays à tendance socialiste et hostile à Israël. Certes, les intérêts économiques de cette affaire poussent les États-Unis à imposer l’arrangement en question. Toutefois, ils font longuement patienter l’Italie avant de prendre position. D’une part, face à l’aggravation de la situation au Moyen-Orient – qui aboutit d’ailleurs, vingt mois plus tard, à la guerre du Kippour –, les États-Unis hésitent à faciliter cette vente en faveur de la Libye. D’autre part, cherchant à protéger les intérêts de leurs compagnies pétrolières implantées en Libye et à assurer leur approvisionnement en pétrole, ils demeurent enclins à faciliter les accords en question. Les intérêts économiques prévalent (les États-Unis étant le premier producteur d’armes au monde), mais les hésitations américaines traduisent parfaitement l’ampleur des enjeux géopolitiques à l’œuvre dans ces négociations.

  • 31  Ibid., p. 25-26.
  • 32  Dirigeant de l’Organisation pour la libération de la Palestine (OLP) depuis le 3 février 1969, il (...)
  • 33  Capitaine Antonio La Bruna, cité par A. Giannuli, ibid., p. 26.
  • 34  Ibid.
  • 35  A. Varvelli, L’Italia e l’ascesa di Gheddafi, ouvr. cité, p. 255.

32De plus, à une échelle plus restreinte, la mise sur écoute du colonel Jucci par le SID dévoile une stratégie italienne bien précise31. Il s’agit d’un choix de la Farnesina pour s’assurer, à l’échelle nationale, une certaine protection face au terrorisme. De plus, ces manœuvres doivent permettre au pays d’influencer les prises de positions de Kadhafi : il est essentiel – tout en soutenant officiellement Israël – de renforcer la confiance et la collaboration de l’Italie avec le Monde arabe afin de ne pas risquer un embargo sur le pétrole et d’obtenir un poids (même indirect) sur Yasser Arafat32 pour le conduire à abandonner sa ligne terroriste. De la sorte, les autorités italiennes entendent mener une « œuvre occulte pour empêcher des actes terroristes en Italie »33. La Farnesina espère aussi pouvoir s’accorder plus particulièrement avec le colonel Kadhafi en ce qui concerne Malte. L’île constitue un point stratégique dans la carte géopolitique méditerranéenne, notamment dans les relations Nord/Sud. Au début de l’année 1972, l’Italie se propose comme arbitre dans la crise qui oppose Malte, l’OTAN et la Grande-Bretagne. En effet, la stratégie du Premier ministre travailliste Dom Mintoff est de vendre cher la position géopolitique de l’île. Il demande le retrait des bases militaires de l’OTAN gérées par la Royal Navy, alors présentes sur l’île. Dans la mesure où il bénéficie, ainsi que son parti politique, du soutien financier du Royaume-Uni, son objectif n’est pas véritablement de chasser ce dernier. Au contraire, grâce à cet ultimatum, il s’agit de négocier des financements plus généreux liés à ces bases militaires. Cependant, Malte fait également l’objet de convoitises de la part de Kadhafi, et le Premier ministre maltais espère étendre l’influence libyenne sur son territoire. Ainsi, un prêt de 5 millions de livres sterling a déjà été offert par le colonel afin d’inciter Dom Mintoff à faire fermer les bases de l’OTAN, ou au moins à empêcher que des ravitaillements ne soient envoyés vers Israël depuis celles-ci. Dans les premières semaines de 1972, la Grande-Bretagne se déclare disposée à abandonner les bases. Mais stratégiquement, les bases de l’OTAN situées à Malte constituent un rempart protégeant le flanc sud de l’Italie. Le gouvernement de Giulio Andreotti choisit donc de s’insérer dans les rapports entre les deux pays et recherche un moyen de lancer une collaboration économique avec Malte, dont la contrepartie serait le maintien des bases de l’OTAN. De la sorte, dès mars 1972, un accord est signé entre Malte et la Grande-Bretagne, par lequel le commandement interallié revient à l’amiral italien Gino Birindelli. De plus, l’Italie contribue à hauteur de 2,5 millions de livres sterling au financement de ces bases. Dans ce contexte, les négociations menées entre l’Italie et la Libye peuvent être instrumentalisées : le rapport du SID, cité par Aldo Sabino Giannuli34, explique que celles-ci doivent conduire à modérer les ambitions de Kadhafi au sujet de Malte. Arturo Varvelli affirme que « l’affaire fit clairement émerger l’interprétation différente du concept de paix en Méditerranée, que retenaient Rome et Tripoli : la première lui attribuait un sens antisoviétique, la seconde anti-impérialiste et donc plus étroitement neutraliste »35.

33En ce sens, on peut inscrire les négociations italo-libyennes de 1971-1972 dans un contexte beaucoup plus large : il s’agit, certes, d’accords commerciaux, mais qui doivent garantir certaines conséquences d’un point de vue géopolitique. Arturo Varvelli montre bien que les enjeux pour les deux pays sont d’ordre défensif : pour Rome, il s’agit de s’assurer le soutien du colonel afin de diminuer le risque d’attaques terroristes sur le territoire. Pour Tripoli, il convient d’obtenir les armements nécessaires pour parer toute éventuelle attaque venue d’Occident ou liée au conflit israélo-palestinien. Malte, au centre de la Méditerranée, devient ainsi un point stratégique, à mi-chemin entre les deux rives. La fragilité de l’équilibre méditerranéen impose de maintenir l’île dans une position de neutralité. Et les 3 et 4 novembre 1972, justement sur proposition italienne, Dom Mintoff convoque à La Valette une conférence à laquelle participent les ministres des Affaires étrangères italien, libyen et tunisien. Giuseppe Medici répète l’importance d’une collaboration entre les deux rives du bassin méditerranéen. Mais comme le rappelle Arturo Varvelli, « l’objectif principal de l’initiative était de résoudre les problèmes de sécurité et de coopération économique » (ibid., p. 255). En ce sens, cette conférence témoigne bien d’une certaine neutralité du territoire maltais, sur lequel il est possible d’ouvrir un dialogue entre l’Europe et l’Afrique du Nord.

Une collaboration plus étroite entre les services secrets

  • 36  L’un des trois départements des services secrets israéliens (avec le Shin Bet et l’Aman).

34Le rapport du SID à ce sujet reste vague et implicite – le lecteur de ce document étant censé être un agent des services secrets et donc connaître les références en question. Toutefois, on peut supposer, avec Aldo Sabino Giannuli, que le département de contre-espionnage espère pouvoir obtenir de la part des services libyens des informations utiles sur d’éventuelles alliances entre l’extrémisme de gauche italien et des centrales étrangères (notamment les contacts entre les Brigades rouges et le KGB). Les années suivantes le confirment : cette affaire donne lieu à une intense collaboration entre les services secrets libyens et italiens – et ce malgré la présence du Mossad36 dans la Péninsule. Aldo Sabino Giannuli explique :

  • 37  A. Giannuli, Rapport de consultation technique 47 (Carte La Bruna), procédure pénale no 91/97 mod. (...)

On a toujours soutenu, même dans de nombreux actes judiciaires, que les rapports avec la Libye, liés au trafic d’armes et de pétrole, comportaient une sorte d’immunité dont ont joui les services secrets de ce pays en Italie. D’un autre côté, cette immunité serait liée à des facteurs géopolitiques qu’aucun gouvernement ne peut se dispenser de prendre en considération.37

35La présence de pétrole dans l’ancienne colonie est un facteur de poids. Depuis le « miracle économique », le marché italien dépend totalement de ses approvisionnements en pétrole. Il convient donc d’être particulièrement conciliant vis-à-vis de la Libye afin de ne pas être privé de son or noir. Toutefois, Aldo Sabino Giannuli évoque d’autres facteurs expliquant la liberté dont jouissent les services secrets libyens en Italie :

  • 38  Ibid.

Le contrat qui fut signé en 1972 poussait à prendre aussi d’autres facteurs en considération : l’énorme rente spéculative des connexions économico-financières, cachée derrière les choix de politique étrangère ; l’énorme diffusion des processus de lobbying opérés non seulement par des firmes privées ou à capital public, mais aussi par des groupes d’intérêt politiques et militaires, c’est-à-dire fonctionnaires de l’État.38

  • 39  A. Sceresini, N. Palma, M. E. Scandaliato, Piazza Fontana : noi sapevamo. Golpe e stragi di Stato. (...)

36La volonté affichée d’assurer l’approvisionnement du pays, d’exercer une influence sur Malte et d’éviter les attentats terroristes dissimule des intérêts économiques de grande ampleur. Mais il convient de rappeler que ces accords ne font pas l’unanimité. Dans le gouvernement, Aldo Moro s’oppose à Giulio Andreotti. Parallèlement, au sein du SID, les généraux Vito Miceli et Gian Adelio Maletti prennent des positions bien différentes. Le premier, responsable du SID, favorable aux pays arabes et homme de main d’Aldo Moro, cherche à s’insérer dans les négociations. Le second, chef du département « D » du SID, et dont la sensibilité pro-israélienne est bien connue, est à l’origine des écoutes téléphoniques. C’est lui qui ordonne au capitaine Antonio La Bruna de mettre sur écoute le colonel Jucci. Et, à quelques mois de la guerre du Kippour, l’affaire ne passe pas inaperçue aux yeux des services d’information israéliens, particulièrement actifs sur le territoire italien. À ce sujet, l’interview du général Gian Adelio Maletti, effectuée par Andrea Sceresini, Nicola Palma et Maria Elena Scandaliato, et publiée dans Piazza Fontana : noi sapevamo39, est particulièrement intéressante. Y sont évoquées les hypothèses formulées par le juge d’instruction Carlo Mastelloni à propos de l’affaire Argo 16. Celles-ci montrent bien, d’une part, la collaboration entre les services secrets italiens et libyens après 1972, et d’autre part, la connaissance qu’en ont leurs homologues israéliens. En effet, Argo 16 est le nom de code d’un avion de l’Aéronautique militaire italienne, qui s’écrase à Marghera le 23 novembre 1973 alors qu’il amène des membres de l’organisation clandestine Gladio sur la base d’entraînement de Capo Marrargiu. Moins d’un mois plus tôt (30 octobre 1973), ce même avion a emmené à Tripoli deux terroristes palestiniens arrêtés à Ostie pour avoir caché des armes, et trois autres précédemment libérés alors qu’ils étaient soupçonnés de préparer un attentat contre un avion d’El Al, la compagnie nationale israélienne. Il est vrai que les autorités italiennes (Aldo Moro en tête) et l’OLP, à la suite d’une rencontre au Caire, le 19 octobre 1973, ont conclu un accord bientôt renommé « lodo Moro ». L’Italie accepte, sur proposition de l’OLP, d’observer une certaine clémence et de relâcher les fedayins en échange de l’engagement formel de l’Organisation palestinienne de faire en sorte qu’aucune action des fedayins ne soit effectuée en Italie. Or, le Mossad vient à apprendre la libération des terroristes palestiniens. La chute de l’avion Argo 16 serait donc un acte des services secrets israéliens, en représailles pour la couverture que le SID offre au terrorisme palestinien, et d’une manière plus générale, pour la politique philo-arabe de Giulio Andreotti et Aldo Moro. En effet, le général Maletti rappelle que l’avion, lors du trajet effectué le 23 novembre 1973, a fait escale à Malte, où il a été surpris par des agents secrets israéliens. Le lien qui unit cette affaire aux négociations de 1971-1972 semble donc assez évident. La collaboration commerciale entre l’Italie et la Libye, et surtout les avantages pétroliers, entraînent une coopération étroite des services secrets des deux pays, le SID offrant même à plusieurs reprises une couverture aux criminels anti-israéliens.

37Par ailleurs, le rapport de consultation technique d’Aldo Sabino Giannuli, datant du 17 septembre 2002, soulève plusieurs questions : les actions Juri et Occhio seraient étroitement liées à l’action Pietra, exécutée en février 1972 (interceptions téléphoniques et rapports du SID concernant le coup d’État Borghese). En effet, un fil unique semble lier la tentative de putsch aux négociations avec la Libye. De plus, le nom d’Aldo Wierdis apparaît au centre de l’action Pietra ; or celui-ci s’occupe, pour le département « D » des services secrets, des relations avec les pays de la Méditerranée. Et il est très probable qu’il ait connaissance des contacts entre les gouvernements italien et libyen. La mise en relation de ces dossiers accréditerait ainsi l’hypothèse selon laquelle les négociations de 1972 dépasseraient les enjeux simplement commerciaux ou géopolitiques évoqués plus tôt. La vie politique italienne, alors particulièrement tourmentée, semble bien avoir été influencée par ses relations avec la Libye.

38En résumé, la réelle dynamique de ces accords est impulsée par les revenus qui doivent en découler pour les principaux acteurs privés et publics italiens. Comme nous l’avons vu, ces derniers s’encouragent mutuellement à poursuivre les négociations et à accepter toutes les conditions imposées par la Libye : entreprises d’armement, ENI, pouvoir politique et militaire, chacun doit, à terme, y trouver son bénéfice. Et les privilèges dont jouissent les services secrets libyens en Italie ne se limitent pas à des facteurs géopolitiques : une partie conséquente du sommet de l’État est impliquée dans cette sombre affaire et cela crée un précédent, dont la logique sera bientôt reprise, dans le cadre de nouvelles négociations. Aldo Sabino Giannuli affirme d’ailleurs :

  • 40  A. Giannuli, Rapport de consultation technique 47 (Carte La Bruna), procédure pénale no 91/97 mod. (...)

Ce précédent fera école, jusqu’à devenir monnaie courante : l’on pense, par exemple, au scandale ENI-Petromin – quelques années plus tard – dans lequel étaient reproduites les mêmes dynamiques et les mêmes retombées sur le système politique italien. L’affaire se déroula pendant le premier gouvernement Andreotti, comme presque tous les autres scandales liés au pétrole et aux armes. […] le scandale éclatera pendant un autre gouvernement présidé par l’homme politique venant de la Ciociaria, celui bénéficiant de l’appui du PCI.40

39Or, dès 1975, le dossier Mi.Fo.Biali, constitué par le SID, révèle de nouveaux accords conclus avec la Libye. Il sera donc intéressant d’étudier ce que cet épisode doit aux négociations de 1972.

Notes

1  F. Mangiavacca, Memoriale di Mino Pecorelli, Rome, EILES, 1996, p. 344.

2  Ibid., p. 338.

3  M. Pecorelli, Osservatore politico (désormais : OP), 9 février 1977, cité par F. Mangiavacca, ibid., p. 351.

4  Le contrat signé par la Libye prévoit la fourniture par Oto Melara de chars de différentes catégories pour une valeur de 9 milliards de lires. Agusta doit fournir 7 hélicoptères d’une valeur totale de 6 milliards de lires. Snia Viscosa fournit missiles, cartouches et bazookas pour un total de 10 milliards de lires.

5  Voir M. Pecorelli, OP, 13 novembre 1976, cité par F. Mangiavacca, ibid., p. 348.

6  Voir A. Giannuli, Rapport de consultation technique 28/34/40, procédure pénale no 91/97 mod. 21, parquet de la République de Brescia, mandats du 4 novembre 1999, du 7 mars 2000 et du 30 janvier 2001.

7  M. Pecorelli, OP, 24 février 1977, cité par F. Mangiavacca, Memoriale, ouvr. cité, p. 356.

8  Voir infra.

9  L’expression « noto servizio » semble renvoyer à une organisation occulte. L’utilisation qu’en fait Mino Pecorelli laisse entendre qu’il sait de quoi il s’agit. Toutefois, nous disposons de peu d’informations à ce sujet. Dans son Rapport de consultation technique 48 (procédure pénale no 91/97 mod. 21, parquet de la République de Brescia, mandats du 29 janvier 2003, 15 décembre 2004 et 19 juillet 2005), Aldo Sabino Giannuli remarque que, selon les dires du journaliste, les dirigeants de l’ENI, de même qu’une partie du système politique, connaissent le « noto servizio ». Les premiers en subissent même la pression.

10  M. Pecorelli, cité par F. Mangiavacca, Memoriale, ouvr. cité, p. 353-354.

11  M. Pecorelli, OP, 9 février 1977, cité par F. Mangiavacca, ibid., p. 354.

12 Ibid., 24 février 1977, p. 355 (le « chien à six pattes » est le logo de l’AGIP puis de l’ENI).

13 Ibid., 20 novembre 1973, p. 345.

14 Ibid., 9 février 1977, p. 353.

15  « Note informative sur le compte de M. Giulio Andreotti », 1973, cité par P. Amendola, G. De Lutiis et E. Nunzi dans le Rapport de consultation technique, procédure pénale 6459/93, mandat du 3 août 1995, parquet de la République de Palerme.

16  F. Mangiavacca, Memoriale, ouvr. cité, p. 338.

17  Nous pouvons, à ce sujet, nous référer à l’interview donnée par Licio Gelli à la revue Oggi et publiée le 16 février 2011. Il y affirme que Giulio Andreotti dirigeait une organisation occulte nommée « Anello », mais plus connue sous l’expression « noto servizio ». Certes, aucune confirmation ultérieure n’a été donnée. Mais dans l’hypothèse où ces révélations seraient justifiées, cela nous porterait vers une nouvelle interprétation des accords en question. En effet, Mino Pecorelli insiste à de nombreuses reprises sur le rôle du « noto servizio » dans cette affaire.

18  M. Pecorelli, OP, 18 février 1977, cité par F. Mangiavacca, Memoriale, ouvr. cité, p. 354.

19  Ibid., 24 février 1977, p. 355.

20  Référence au père Joseph, inspirateur du cardinal de Richelieu. M. Pecorelli, OP, 6 juin 1974, ibid., p. 346.

21  G. Andreotti, Audition devant la Commission parlementaire sur la loge maçonnique P2, 11 novembre 1982, Rome. Voir Rapport de la Commission parlementaire d’enquête, Doc. XXIII, no 2 quater / 3 / XXIII, doc. cité.

22  Voir M. Pecorelli, OP, 13 novembre 1976, cité par F. Mangiavacca, Memoriale, ouvr. cité, p. 348.

23  Action Occhio, note no 3, 27 juillet 1972, cité par A. Giannuli, Rapport de consultation technique 47 (Carte La Bruna), procédure pénale no 91/97 mod. 21, parquet de la République de Brescia, mandat du 17 septembre 2002, p. 29.

24  M. Pecorelli, OP, 11 mars 1977, cité par F. Mangiavacca, Memoriale, ouvr. cité, p. 356-357.

25  Ibid., p. 357.

26  A. Varvelli, L’Italia e l’ascesa di Gheddafi, ouvr. cité, p. 236-237.

27  Selon une enquête qui a lieu en 1984, le substitut du procureur du tribunal de Rome, Maria Cordova, accuse les acteurs de ces négociations, dont les ministres Andreotti et Tanassi, d’avoir violé les articles 826 et 828 du code civil relatifs à l’inaliénabilité des biens appartenant à l’État. La sentence de renvoi en jugement est toutefois archivée à la suite du décret ministériel de 1986.

28  F. Mangiavacca, Memoriale, ouvr. cité, p. 338-339.

29  Voir G. Galli, Affari di Stato. L’Italia sotterranea 1943-1990, Milan, Kaos, 1991, p. 185.

30  Rapport de consultation technique 47 (Carte La Bruna), parquet de la République de Brescia, procédure pénale no 91/97 mod. 21, mandat du 17 septembre 2002, p. 31.

31  Ibid., p. 25-26.

32  Dirigeant de l’Organisation pour la libération de la Palestine (OLP) depuis le 3 février 1969, il devient commandant en chef de l’Armée pour la libération de la Palestine (ALP) en septembre 1970 (dit « Septembre noir »), lorsque le roi Hussein de Jordanie déclenche des opérations militaires contre l’OLP. Cela constitue le point de départ d’un durcissement de la ligne politique du leader palestinien : désormais, son organisation n’hésite plus à recourir aux actions terroristes pour faire valoir les droits de la communauté palestinienne. En 1972, un groupe indépendant (« Septembre noir ») est à l’origine des incidents aux Jeux olympiques de Munich : le groupe palestinien prend en otage des athlètes israéliens, qui sont exécutés pour protester contre « le massacre perpétré par Israël sur la population de Palestine ». Yasser Arafat, de par sa position, est soupçonné d’avoir organisé cette action.

33  Capitaine Antonio La Bruna, cité par A. Giannuli, ibid., p. 26.

34  Ibid.

35  A. Varvelli, L’Italia e l’ascesa di Gheddafi, ouvr. cité, p. 255.

36  L’un des trois départements des services secrets israéliens (avec le Shin Bet et l’Aman).

37  A. Giannuli, Rapport de consultation technique 47 (Carte La Bruna), procédure pénale no 91/97 mod. 21, parquet de la République de Brescia, mandat du 17 septembre 2002, p. 32.

38  Ibid.

39  A. Sceresini, N. Palma, M. E. Scandaliato, Piazza Fontana : noi sapevamo. Golpe e stragi di Stato. Le verità del generale Maletti, Rome, Aliberti, 2010, p. 213-216.

40  A. Giannuli, Rapport de consultation technique 47 (Carte La Bruna), procédure pénale no 91/97 mod. 21, parquet de la République de Brescia, mandat du 17 septembre 2002, p. 32.

© ENS Éditions, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search