Version classiqueVersion mobile

Pétrole et corruption

 | 
Marion Morellato

I. 1969-1974 : L’Italie et la Libye, entre rivalités politiques et intérêts économiques

1. Kadhafi et l’Italie: « Un rapport d’amour et de haine »*

Texte intégral

Le contexte politique italien : une forte rivalité entre Aldo Moro et Giulio Andreotti

  • * A. Del Boca, Angelo, Gheddafi, una sfida dal deserto, Rome-Bari, Laterza, 2010, p. 128.
  • 1 Il s’agit d’un soi-disant projet de coup d’État, révélé en 1967 au pays. Voir M. Franzinelli, Il Pi (...)

1Au sortir des années soixante, marquées par les mouvements sociaux, la classe politique italienne apparaît plus que jamais divisée. Les trois gouvernements successifs dirigés par Aldo Moro entre décembre 1963 et juin 1968 voient éclater le scandale du « plan Solo »1 et se caractérisent par un immobilisme certain. Le parti au pouvoir, la Démocratie chrétienne, tente de se placer au centre de l’échiquier politique, mais les oppositions internes empêchent de mener une stratégie claire et efficace. Lors du IXe Congrès de la Démocratie chrétienne qui a lieu à Rome du 27 juin au 2 juillet 1969, les principaux représentants du parti se divisent encore davantage. Le courant des Dorotei, près de dix ans après sa constitution, perd la majorité. Aldo Moro le quitte pour former une faction beaucoup plus à gauche (les Morotei). Face à lui, Mariano Rumor et Flaminio Piccoli fondent Initiative populaire (Iniziativa popolare), tandis que Giulio Andreotti et Emilio Colombo reprennent Engagement démocratique (Impegno democratico). Ces deux courants sont ancrés au centre-droit. Parallèlement, Arnaldo Forlani est désigné secrétaire du parti, marquant ainsi l’avènement d’une troisième génération de démocrates-chrétiens.

  • 2  En mars 1978, au moment même où Aldo Moro est enlevé par les Brigades rouges, le gouvernement Andr (...)
  • 3  Lockheed est une compagnie aérospatiale américaine qui verse des pots-de-vin à divers hommes polit (...)

2Le parti est donc particulièrement fragmenté, les rivalités entre les différents acteurs accentuant encore cette tendance. Les divergences qui existent entre Aldo Moro et Giulio Andreotti, sur le plan à la fois personnel et politique, en sont révélatrices. Leurs objectifs ne sont cependant pas contradictoires. En matière de politique méditerranéenne, le premier est pro-palestinien tandis que le second demeure, d’une manière plus générale, pro-arabe. De plus, si Aldo Moro est le premier à engager un dialogue avec Enrico Berlinguer, le leader du Parti communiste italien, son adversaire s’empresse, au milieu des années soixante-dix, de se rallier à cette stratégie d’ouverture vers la gauche et en deviendra d’ailleurs le premier bénéficiaire2. Enfin, ils s’opposent dans leurs stratégies : Aldo Moro est plus idéaliste, tandis que Giulio Andreotti se présente comme réaliste voire cynique. Mais cela ne les empêche pas d’être tous deux impliqués dans des scandales liés aux pots-de-vin versés aux courants du parti – que ce soit dans les affaires avec la Libye dans le cas de Giulio Andreotti, comme nous le verrons, ou dans l’affaire Lockheed pour Aldo Moro.3 Quoiqu’il en soit, les deux hommes demeurent rivaux, et à cet égard, il est intéressant d’observer l’évolution de leurs positions dans les différents gouvernements. Aldo Moro quitte son poste de président du Conseil en décembre 1968 – au profit de Mariano Rumor – pour diriger le ministère des Affaires étrangères, tandis que de 1968 à 1972, Giulio Andreotti est exclu du pouvoir exécutif. En février 1972, il est nommé président du Conseil et permet à Aldo Moro de conserver sa charge. Mais ce premier gouvernement Andreotti ne dure que cinq mois, et dès juin 1972, Aldo Moro est remplacé par Giuseppe Medici. Il ne retrouve son poste qu’en juillet 1973, lorsque Mariano Rumor redevient président du Conseil. Or, les années 1969-1973 constituent une période de fortes confrontations avec la Libye : la stratégie italienne dans ce domaine est donc particulièrement importante.

  • 4  Services secrets militaires italiens dissous en 1965.

3C’est dans ce contexte que s’ouvrent les « années de plomb », marquées par de nombreux attentats, tentatives de coups d’État et enlèvements, qui sont l’œuvre à la fois du terrorisme d’extrême droite et de celui d’extrême gauche. Notons en particulier l’attentat de Piazza Fontana (Milan) en décembre 1969, ou encore le coup d’État Borghese (décembre 1970) pour le premier, et l’enlèvement d’Aldo Moro en mars 1978 pour le deuxième. Parallèlement, les services secrets italiens sont remodelés. Leur rôle au cours de ces années troublées est tout à fait primordial. Créé en 1966, le SID, service secret italien à structure militaire, a une existence éphémère. Il remplace le SIFAR (Servizio informazioni Forze armate)4 mais n’aura que trois directeurs avant d’être dissous en 1977. Le premier, l’amiral Eugenio Henke, abandonne sa charge dès 1970, pour celle de commandant de la Brigade navale. Le général Vito Miceli lui succède jusqu’en octobre 1974, avant d’être remplacé par l’amiral Mario Casardi. En juin 1971, Federico Gasca Queirazza, alors numéro deux du SID et promu général de brigade, abandonne son poste de chef du bureau « D » au profit du général Gian Adelio Maletti. Celui-ci met tout de suite en place une organisation autonome de l’activité de son département. Il crée le Noyau d’opération directe (Nucleo operativo diretto, NOD), délivré des obstacles constitués par le système bureaucratique. À sa tête, le général Maletti nomme le capitaine La Bruna. Or, le SID ainsi formé tient une place tout à fait particulière dans la vie nationale : dirigé par deux généraux qui s’opposent ouvertement, il est impliqué, de près ou de loin, dans la majorité des événements des années soixante-dix.

Une perception italienne erronée du coup d’État militaire en Libye

4Dans la nuit du 31 août au 1er septembre 1969, le régime monarchique libyen est renversé par un groupe de militaires – le Conseil du commandement de la révolution (CCR) – guidés par Muammar el-Kadhafi. En quelques heures seulement, Tripoli, Benghazi et les points stratégiques essentiels tombent sous leur contrôle. Parallèlement, une opération est prévue à l’étranger : si le coup d’État est un succès, le journaliste Salah Messaoud Bouissir, en exil depuis quatorze ans, est chargé de s’emparer de l’ambassade libyenne à Rome. Ce détail montre d’emblée la place particulière que revêt l’Italie dans la vie politique de la Libye.

  • 5  M. el-Kadhafi, dans M. Haikal, The Road to Ramadan, New York, Quadrangle-New York Times Book Co., (...)

5Dans un premier temps, l’opération est accueillie favorablement, en Libye et sur la scène internationale. L’impopularité du roi Idris a grandi de manière constante en raison de son incapacité à entreprendre des réformes contre la corruption au sein des institutions qu’il dirigeait. Son renversement n’est donc pas une surprise. Toutefois, personne ne s’attendait à ce qu’il soit effectué par de jeunes officiers inconnus : dans les dernières semaines du règne d’Idris, des rumeurs circulaient sur une éventuelle prise de pouvoir par Omar Chalhi, numéro deux du régime et émissaire du roi. Mais il est devancé par le CCR. Ainsi, le 2 septembre, lorsque Mohammed Haikal, porte-parole du général égyptien Gamal Abdel Nasser, arrive à Tripoli afin de reconnaître et soutenir le nouveau régime, il demande où se trouve Abdel Aziz Chalhi, frère d’Omar. Ce malentendu est bien vite oublié, lorsque Mohammed Haikal comprend la profonde admiration que les jeunes officiers éprouvent pour le général Nasser. Il rapporte plus tard les mots prononcés par le colonel Kadhafi : « Dites au Président Nasser que nous avons fait cette révolution pour lui. Il peut prendre tout ce que nous avons et l’utiliser, avec les autres ressources du Monde arabe, dans la bataille [contre Israël et pour l’unité arabe]. »5

6En effet, le colonel se présente comme disciple du leader égyptien et recherche immédiatement son soutien. Dès le 3 décembre 1969, les deux hommes se rencontrent secrètement au Caire, où Kadhafi cherche, en vain, à convaincre son interlocuteur de proclamer l’Union entre l’Égypte et la Libye.

  • 6  Voir A. Varvelli, L’Italia e l’ascesa di Gheddafi : la cacciata degli italiani, le armi e il petro (...)

7Le nouveau régime donne d’emblée des signes de modération afin de rassurer la scène internationale : dans les premiers jours, aucune polémique n’est lancée contre les Américains, il n’y a aucune manifestation contre les bases militaires anglo-américaines présentes sur le territoire libyen (Wheelus Field en Tripolitaine, base britannique de Tobrouk) ni aucune prise de position sur le problème palestinien. Cela rassure beaucoup les puissances occidentales, qui s’empressent de reconnaître le nouveau gouvernement. Et dès le 2 septembre 1969, les régimes progressistes arabes tels que l’Égypte, mais également la Syrie, l’Irak et le Soudan reconnaissent officiellement le nouveau leader libyen. Ils sont suivis, dès le lendemain, par l’Union soviétique puis par les États-Unis, la Grande-Bretagne et la France. Quant à l’Italie, dont la ligne politique est définie par le ministre des Affaires étrangères Aldo Moro, elle ne suit pas les conseils de l’ambassadeur d’Italie en Libye, Carlo Calenda, qui appelle à une prise de position autonome : elle attend de pouvoir s’aligner sur les positions de l’allié d’outre-Atlantique6.

  • 7  Président de la Commission parlementaire d’enquête sur le terrorisme d’extrême droite des années s (...)
  • 8  G. Pellegrino, ibid., p. 94.

8Giovanni Pellegrino7 affirme d’ailleurs que l’Italie n’est pas totalement étrangère au coup d’État de Kadhafi, qui modifie l’équilibre fragile de la zone méditerranéenne. Notamment, le nouveau leader, qui expulse rapidement les Anglo-Américains des bases militaires installées sur le territoire libyen, compromet la présence de ces deux nations sur l’échiquier méditerranéen. Partant de cette hypothèse, Giovanni Pellegrino affirme même qu’une relation indirecte entre le coup d’État en Libye et le massacre de Piazza Fontana à Milan (12 décembre 1969) n’est pas à exclure. Selon lui, l’Italie a aidé Kadhafi, se confrontant ainsi aux intérêts anglo-américains et allemands qui, pour l’affaiblir, accroissent les tensions internes dans le pays en soutenant les mouvements d’extrême droite. Aussi, dans un contexte de guerre froide où les deux superpuissances mondiales contrôlent étroitement les activités de leurs alliés, « toute tentative d’hégémonie (ou au moins de forte autonomie) italienne sur l’échiquier de la Méditerranée est contrecarrée et doit être cher payée par notre pays »8.

9Quoi qu’il en soit, les différences avec le régime précédent sont évidentes. En effet, les douze « officiers libres » – c’est ainsi qu’on les nomme publiquement – sont très jeunes (pour la plupart, ils ont obtenu leur diplôme à l’Académie militaire en 1963), tous de grade intermédiaire. Quant au capitaine Kadhafi, auto-promu colonel, il apparaît bien vite comme le leader du coup d’État. Président du CCR, seul son nom est révélé avant janvier 1970 et il affirme bénéficier du soutien de la population libyenne. Un nouveau gouvernement est rapidement mis en place. Il se compose notamment d’opposants exilés pendant la période monarchique tels que Salah Messaoud Bouissir (qui devient ministre des Affaires étrangères) et Mahmoud Soliman el-Maghrabi (Premier ministre).

10Bien vite, les militaires affirment plus clairement leur nationalisme panarabe et leur haine envers Israël. Des pressions sont imposées aux compagnies pétrolières étrangères opérant sur le territoire libyen afin qu’elles cèdent un pourcentage plus élevé de royalties au jeune État. De plus, le 16 octobre 1969, Kadhafi prononce un discours au cours duquel il confirme les premières prévisions pessimistes des diplomaties occidentales : il « invite » la Grande-Bretagne et les États-Unis à évacuer les bases militaires présentes sur le territoire afin de maintenir de bonnes relations avec la Libye. Dans le même temps, il énonce les cinq axes d’action du gouvernement : évacuation totale des bases, neutralité positive absolue, unité nationale, unité arabe globale, suppression des partis politiques. Bien que ces mesures confirment l’anticommunisme de Kadhafi, elles préoccupent grandement les puissances occidentales.

  • 9 Ibid., p. 56.

11Toutefois, le gouvernement de Rome ne juge pas cette situation inquiétante pour les intérêts économiques italiens et considère que le régime de Kadhafi donne des signes favorables : il collabore amplement avec l’ambassade italienne pour fournir des visas à de nombreux journalistes. La radio libyenne diffuse également, pour la première fois, un journal en langue italienne à l’intention d’une communauté qui compte 15 000 à 20 000 personnes. De plus, la Libye demeure l’une des sources principales d’approvisionnement de l’Italie en pétrole : entre 1961 et août 1969, celle-ci acquiert 17 % du pétrole produit en Libye9. Enfin, la Péninsule constitue un point de passage nécessaire pour les exportations libyennes vers la Suisse et surtout vers la République fédérale allemande. La diplomatie italienne demeure donc confiante sur les relations qu’elle peut entretenir avec le nouveau régime, ce qui amène l’ambassadeur Carlo Calenda à affirmer :

  • 10  C. Calenda, télégramme au MAE no 2635, 11 septembre 1969, cité par A. Varvelli, L’Italia e l’asces (...)

La vérité est que le besoin qu’a la Libye, pour son propre développement, de notre communauté, est plus grand que le problème que constituerait pour nous un déménagement de 20 000 de nos concitoyens. Nous pouvons imaginer des mesures telles que la nationalisation de la distribution intérieure, etc. : mais en ce qui concerne la distribution à l’étranger et les transports internationaux, la Libye ne peut pas s’en sortir seule.10

12Aldo Moro cherche un contact amical avec le nouveau régime afin de faire apparaître l’Italie comme le relais indispensable entre la Libye et l’Occident et d’éviter que celle-ci, à l’instar de l’Égypte, ne tombe sous l’influence soviétique. Il juge qu’afin d’éviter d’être l’objet de mesures anticoloniales et anti-italiennes, le comportement le plus indiqué serait d’accentuer la politique philo-arabe menée jusque-là. Il convient de donner des signes évidents en ce sens. Dans son rapport présenté le 21 octobre 1969 à la Chambre des députés, il s’adresse à la fois aux partis de gauche – afin de démentir les accusations qui lui sont adressées de mener une politique conservatrice – et au colonel Kadhafi. Il insiste sur l’anticolonialisme de la République italienne et se prononce en faveur d’un respect absolu de l’indépendance et de l’intégrité de tous les États méditerranéens. Il souligne notamment :

  • 11  A. Moro, Discours du 21 octobre 1969 à la Chambre des députés, cité par A. Varvelli, ibid., p. 69.

Nous sommes prêts à coopérer avec les nouveaux dirigeants libyens dans l’intérêt commun qui lie nos deux pays, dont les populations se comprennent et dont les économies se complètent, comme le démontre la bonne marche des échanges commerciaux. […] D’autre part, la Libye a bien à l’esprit l’apport précieux que constitue notre main-d’œuvre spécialisée et nos techniciens dans tous les secteurs vitaux du pays. Nous croyons avoir observé qu’une telle évaluation est partagée, malgré quelques épisodes difficiles à expliquer, et qui, nous l’espérons, peuvent être surmontés. De notre côté, nous n’avons pas manqué d’assurer une juste tutelle à nos intérêts, et de réaffirmer et promouvoir des rapports d’amitié et de collaboration.11

  • 12  M. Vignolo, Gheddafi, Milan, Rizzoli, 1982, p. 56.

13Ainsi, l’Italie se révèle être un allié particulièrement bienveillant. À ses yeux, comme pour l’ensemble de l’Occident, Kadhafi apparaît – malgré son peu de constance – comme un moindre mal. Mino Vignolo explique que « les gouvernements, les états-majors, les compagnies pétrolières occidentales préfèrent un Kadhafi, même dérangeant, à un retour problématique à la monarchie, capable de déchaîner des forces révolutionnaires marxistes inconnues »12.

  • 13  S. Romano, Guida alla politica estera italiana, da Badoglio a Berlusconi, Milan, BUR saggi, 2006, (...)

14Comme le démontre Sergio Romano13, le récent boom économique italien a fait du pays l’un des plus gros consommateurs d’énergie au monde. Or, son pétrole provient, en quantité considérable, de l’ancienne colonie. Rome cherche donc absolument à conserver ses liens avec la « Quatrième rive », quitte à assumer un comportement soumis et conciliant, passant outre les polémiques lancées par le colonel. Qu’elle soit gouvernée par un roi ou par l’armée, la Libye reste le partenaire idéal. Dans ce territoire riche en or noir mais peu diversifié, les entrepreneurs italiens peuvent acheter tout le pétrole nécessaire et les dépenses sont compensées par la possibilité de vendre des infrastructures, des biens de consommation, des installations industrielles. Ainsi, bien que l’Italie ne soit pas le seul partenaire économique occidental de Kadhafi, elle est certainement l’alliée la plus patiente et condescendante.

  • 14  Ibid.

15Il apparaît, comme le montre Arturo Varvelli, que l’Italie ne juge pas correctement la situation. Aldo Moro se base sur l’idée (erronée) que la Libye a surmonté les rancœurs dues à la période coloniale. Dans le but de maintenir le rapport privilégié que le pays a eu auparavant avec la Libye du roi Idris, le gouvernement de Rome adopte une attitude particulièrement patiente, voire soumise. Sergio Romano rappelle que l’Italie cherche sans cesse à apaiser les tensions, à trouver des compromis – stratégie qui débouche régulièrement sur des solutions médiocres14. À l’inverse, Arturo Varvelli soutient qu’entre 1970 et 1974, surtout lorsqu’Aldo Moro était à la tête du ministère des Affaires étrangères :

  • 15  A. Varvelli, L’Italia e l’ascesa di Gheddafi, ouvr. cité, p. 21.

L’Italie aurait été habile pour éviter, au moins partiellement, le chantage libyen, en faisant valoir ses compétences dans divers secteurs économiques dans lesquels la Libye avait des carences – installations industrielles, infrastructures, produits techniques et biens de consommation – dans le but de rééquilibrer la balance commerciale entre les deux pays, de satisfaire les demandes de ses propres milieux économiques et d’orienter dans le sens souhaité les relations bilatérales.15

  • 16 Ibid., p. 63.

16Cependant, comme l’explique Arturo Varvelli, « l’importance économique de l’Italie pour la Libye est surestimée, et à l’inverse la dépendance énergétique italienne, en forte augmentation, justement à cause de la difficulté de s’approvisionner à partir d’autres sources, est sous-estimée »16. Le ministre des Affaires étrangères ne perçoit notamment pas l’importance que revêtent les motivations d’ordre national dans les décisions prises par Kadhafi en matière de politique étrangère.

L’hostilité du colonel Kadhafi contre l’ancienne puissance coloniale

  • 17  D. Vandewalle, Storia della Libia contemporanea, ouvr. cité, p. 9.

17Le colonel présente d’emblée la monarchie comme un régime illégitime, allant jusqu’à dénoncer l’année 1951 comme une « fausse indépendance », tandis que le 1er septembre 1969 apparaît désormais comme le jour de la véritable indépendance de la Libye. Il s’appuie sur l’histoire récente du pays pour obtenir un large consensus. Le rejet de l’Occident lui fournit la toile de fond pour concrétiser son idée de la nouvelle société libyenne. L’hostilité du leader se concentre essentiellement sur l’Italie et sur l’héritage désastreux de l’époque coloniale. L’Italie de l’entre-deux-guerres est présentée comme le mal absolu. Dirk Vandewalle17 rappelle que c’est précisément en opposition à l’État fasciste et colonial que le leader libyen construit sa Jamahiriya, appelée à combattre l’impérialisme occidental. Comme l’explique Angelo Del Boca, Kadhafi cherche à se construire une image qui concorde avec le vécu national :

  • 18  A. Del Boca, Gheddafi, ouvr. cité, p. 129.

Il interprète fidèlement les sentiments d’un peuple qui ne peut pas oublier les massacres, les déportations, les camps de concentration, les brimades, les annexions forcées, les confiscations et trente ans de mépris continu […]. Il incarne la volonté d’une nation de repenser à son propre passé, de célébrer une épopée partisane, de solliciter une condamnation de l’époque coloniale qui, de Rome, n’est pas encore venue.18

18Il organise, chaque 7 octobre à partir de 1970, les « Journées de la vengeance », au cours desquelles il prononce ses harangues contre l’ancienne puissance coloniale. De plus, il lance une campagne médiatique contre le néocolonialisme de cette Italie qui s’est réimplantée après l’indépendance. Bien vite, Kadhafi décide de « libyaniser » les banques étrangères à 51 % (dont le Banco di Roma et le Banco di Napoli) avant de les nationaliser totalement. De même, une loi datant du 4 juillet 1970 prévoit la nationalisation de toutes les sociétés de distribution des produits pétroliers opérant en Libye, dont Asseil, détenue à 50 % par la compagnie italienne AGIP. Les droits des étrangers résidents en Libye sont limités : il leur est interdit de gérer des compagnies d’assurances, des agences de navigation, des pharmacies. On restreint même les sommes d’argent qu’ils peuvent exporter. Et une mesure est prise à l’encontre des seuls Italiens : ils ne sont plus autorisés à vendre leurs biens immobiliers.

19Face à ces tensions grandissantes, la diplomatie italienne fait deux erreurs. Tout d’abord, comme nous l’avons vu, elle surestime l’importance de sa contribution au bon fonctionnement de l’économie libyenne. Parallèlement, elle ne parvient pas à comprendre le poids du passé colonial dans la vie politique libyenne. Le colonel Kadhafi n’hésite pas à entraver le développement économique de son territoire en chassant la communauté italienne, pour des motivations relevant de la politique intérieure : il s’agit de renforcer son image et de s’assurer le soutien populaire. Ne percevant pas cela, la Farnesina juge plus indiqué de supporter patiemment les mesures prises par le colonel, persuadée qu’il n’ira pas au bout de ses promesses. Ainsi, aucune décision n’est prise à l’encontre de la politique de Kadhafi.

20La deuxième erreur, comme l’affirme Arturo Varvelli, est commise lorsqu’Aldo Moro demande l’aide du général Nasser. Les relations entre l’Égypte et l’Italie sont très bonnes, notamment depuis le rôle de médiation joué par cette dernière durant la crise de Suez en 1956. De plus, grâce à l’admiration de Kadhafi pour Nasser, l’Égypte entretient aussi d’excellentes relations avec la Libye et est en mesure de l’influencer. Toutefois, la diplomatie italienne ne perçoit pas les conflits qui existent entre les intérêts égyptiens et italiens. Comme l’explique Arturo Varvelli :

  • 19  A. Varvelli, L’Italia e l’ascesa di Gheddafi, ouvr. cité, p. 86-87.

La Farnesina n’a pas perçu, et cela a mené à de très graves conséquences, l’intérêt égyptien à occuper les secteurs stratégiques de la Libye. Que ce soit pour des raisons politiques ou pour des raisons strictement économiques, comme l’accès aux ressources pétrolières, ou la possibilité de travailler pour des milliers d’Égyptiens, Nasser avait tout intérêt à maintenir la Libye dans sa sphère d’influence. Cette politique pouvait difficilement s’accorder avec la requête qui lui a été adressée par l’Italie, de défendre les intérêts de celle-ci, en particulier de sauvegarder la communauté, qui occupait des postes privilégiés dans l’économie libyenne. En effet, l’éloignement de la collectivité italienne pourrait offrir un espace supplémentaire et séduisant pour la politique de pénétration égyptienne dans le Pays libyen.19

  • 20  M. Vignolo, Gheddafi, ouvr. cité, p. 137.
  • 21  Ibid.
  • 22  M. el-Kadhafi, discours de Misurata, 9 juillet 1970, cité par A. Varvelli, L’Italia e l’ascesa di (...)
  • 23  Ibid.

21Ainsi, si dès juin 1970, Kadhafi annonce à l’ambassadeur Giovanni Lodovico Borromeo qu’« en peu de temps, la Libye doit être nettoyée des résidus du colonialisme italien »20, ce dernier avoue, après que la communauté italienne a effectivement été chassée : « Je ne croyais pas que Kadhafi mettrait sa menace à exécution. »21 Pourtant, le 9 juillet 1970, Kadhafi prononce un discours aux accents fortement anti-italiens. Il affirme que la présence de près de 15 000 colons italiens en Libye dérive d’un « passé colonialiste qui ne peut pas être oublié »22 et que les Libyens ont le droit et le pouvoir de « demander des comptes »23. Parallèlement, l’Italie traverse une longue crise de gouvernement, qui ne se résout qu’au début du mois suivant. Bien qu’Aldo Moro soit confirmé au poste de ministre des Affaires étrangères du nouveau gouvernement, cette crise l’empêche de réagir efficacement aux menaces libyennes. En effet, Giovanni Lodovico Borromeo insiste, en vain, sur la nécessité d’envoyer à Tripoli une délégation technique afin de rassurer les Italiens vivant en Libye et de démontrer à Kadhafi que l’Italie ne restera pas muette devant de telles mesures.

  • 24  ASMAE (Archivio storico del ministero degli Affari esteri), G. L. Borromeo au MAE, télégramme no 3 (...)

22Une véritable crise des relations italo-libyennes se déclenche avec le décret relatif aux propriétés italiennes en Libye, qui est approuvé par le gouvernement libyen le 21 juillet 1970. Celui-ci prévoit « le retour » au peuple libyen de toutes les propriétés des Italiens, immobilières bien sûr, mais également des moyens de transports, des animaux ou encore des instruments de travail, et ce sans la moindre indemnisation. Cette mesure est légitimée par la juste aspiration du peuple libyen « à récupérer les propriétés qui ont été prises à leurs pères et leurs aïeux pendant le colonialisme italien, qui a apporté la mort dans le pays et profané les choses sacrées, s’emparant des propriétés du peuple en soumettant les personnes »24. Face à cela, le gouvernement de Rome réagit bien faiblement. Comme l’affirme Arturo Varvelli :

  • 25  Ibid., p. 107.

De fait, l’expropriation intégrale de ses biens allait contraindre la communauté italienne, dans les mois suivants, à un retour précipité en Italie, précisément cette fuite ni ordonnée ni digne que l’on voulait éviter. La diplomatie italienne n’avait pas été en mesure de comprendre que Kadhafi, pour renforcer son pouvoir à l’échelle nationale, était prêt à compromettre les relations avec l’Italie et à nuire à l’économie de son pays. Le gouvernement italien et Aldo Moro, au contraire, continuaient de se reposer sur la médiation de Nasser, sans se rendre compte des intérêts contradictoires entre Italie et Égypte quant au maintien de la présence en Libye de la collectivité italienne.25

23De plus, les procédures administratives mises en place par le gouvernement libyen sont particulièrement compliquées. De facto, les Italiens sont « pris en otage » dans un dédale bureaucratique, ce qui les empêche de quitter le pays au moment même où on leur fait comprendre que leur présence n’est plus désirée.

  • 26  Texte officiel du traité italo-libyen du 2 octobre 1956, cité par A. Varvelli, ibid., p. 108.

24La tentative de Kadhafi de désorienter les autorités italiennes est un succès : cette mesure est annoncée précisément au moment où le gouvernement de Rome envisage concrètement une rencontre politique au sommet, dans le but d’ouvrir un dialogue constructif. De plus, le décret va à l’encontre du traité italo-libyen signé à Rome le 2 octobre 1956. Ce dernier établit qu’« aucune contestation ne pourra être avancée à l’encontre des propriétés des citoyens italiens en Libye, acquises antérieurement à la constitution de l’État libyen »26.

25Lorsque le nouveau gouvernement italien est formé, Aldo Moro s’empresse de rassembler une délégation composée du secrétaire général de la Farnesina Roberto Gaja, du directeur des Affaires politiques Roberto Ducci et de l’ambassadeur Carlo Calenda, tous trois experts des questions libyennes. En leur compagnie, Aldo Moro se rend à Beyrouth afin d’y rencontrer le ministre libyen des Affaires étrangères, Salah Messaoud Bouissir, le 1er août 1970. Au terme de la conversation entre les deux ministres, il apparaît clairement que le décret de juillet 1970 constitue une mesure compensatoire pour les expropriations qui ont eu lieu durant l’époque coloniale. Officiellement, l’indemnisation versée par l’Italie au roi Idris lors de l’accord de 1956 est considérée comme nulle, car le régime monarchique était illégitime. Toutefois, la Libye ne compte pas rompre les relations économiques avec l’Italie démocratique, et notamment avec des firmes telles que l’ENI ou Fiat. Comme l’explique Arturo Varvelli :

  • 27  A. Varvelli, ibid., p. 132-133.

Ainsi, une rencontre préparée en quelques heures et qui se déroula sous la pression des conséquences des décisions du gouvernement libyen finirait par être assez importante pour l’avenir des relations entre les deux pays. Le refus de reconnaître qu’une compensation économique en faveur de Tripoli avait été versée avec l’accord bilatéral de 1956 allait peser sur leurs négociations futures, et la demande d’indemnisations pour les dommages du colonialisme serait reproposée par les Libyens à chaque fois que, du côté italien, l’on chercherait à obtenir un dédommagement pour les biens nationalisés de la collectivité italienne.27

  • 28  Les exportations vers la Libye représentent 2 % des exportations italiennes totales, faisant de l’ (...)

26Enfin, il apparaît bien vite aux autorités italiennes qu’aucune mesure punitive ne peut être prise contre le colonel. En tout premier lieu, comme nous l’avons vu plus tôt, une grande partie des importations italiennes de pétrole vient de Libye. Imposer un embargo sur les importations pétrolières nuirait donc à l’économie libyenne, mais plus encore à l’Italie, qui devrait chercher de nouvelles sources d’approvisionnement. La Libye, elle, n’éprouverait aucune difficulté à trouver de nouveaux clients. De même, un embargo sur les exportations italiennes vers la Libye est à exclure : là encore, cela causerait de graves dommages à l’économie italienne28, alors que la Libye trouverait facilement d’autres partenaires. Le gouvernement de Rome envisage également un blocage des comptes bancaires et une saisie des propriétés détenues en Italie par des Libyens. Mais ces derniers sont en grande partie des opposants au régime expatriés depuis le coup d’État, ou des étudiants. Bloquer leurs ressources serait donc totalement contreproductif. On décide alors de mettre sous contrôle des communications libyennes. Parallèlement, les services secrets italiens suivent de près l’activité des Libyens en Italie. Ces deux mesures conjointes ne constituent pas une réaction punitive de la part de l’Italie, mais permettent de relancer les relations bilatérales de manière décisive : grâce à ces contrôles, l’Italie peut déjouer une tentative de coup d’État fomentée contre Kadhafi.

  • 29  Au printemps 1971, un accord favorable semble se profiler entre ENI et le gouvernement libyen.

27En effet, comme l’explique Giovanni Pellegrino, le SID soutient le colonel et contribue à la stabilité de son pouvoir : en 1971, il œuvre activement pour contrer le « plan Hilton ». Mis au point par Omar Chalhi et soutenu par le Royaume-Uni, ce plan prévoit le débarquement de vingt-cinq mercenaires et réfugiés politiques libyens pour déposer Kadhafi et libérer les prisonniers politiques de la monarchie. Il doit être exécuté au nom du roi Idris, mais de facto il portera Omar Chalhi au pouvoir. Toutefois, les services secrets italiens interceptent le navire (Conquistador XIII) à Trieste le 21 mars 1971 et avertissent le colonel. Cette intervention a deux objectifs pour le gouvernement de Rome. D’une part, elle permet de garantir la stabilité de la Libye et, partant, du bassin méditerranéen. D’autre part, elle constitue un premier pas vers une possible réconciliation des deux pays, menant à une plus grande garantie concernant l’approvisionnement de l’Italie en pétrole29. Enfin, il est particulièrement intéressant pour notre étude d’observer le rôle joué par le colonel Roberto Jucci dans cette affaire. Lors de son témoignage devant la Commission parlementaire d’enquête sur la loge P2 en novembre 1982, Giulio Andreotti affirme :

  • 30  G. Andreotti, Audition devant la Commission parlementaire sur la loge maçonnique P2, Rome, 11 nove (...)

Le colonel Roberto Jucci, maintenant général, avait travaillé dans les services secrets et s’était également occupé d’un problème particulier de la Libye, un jour qu’un navire devait partir de Trieste, si je ne me trompe pas, chargé non pas de marchandises mais de quelque chose qui devait apporter des ennuis à la personne de Kadhafi. Alors, cette opération fut déjouée par les services secrets, et fut personnellement exécutée par le colonel Jucci.30

Le pétrole, moteur des relations italo-libyennes

  • 31  A. Moro, discours devant la Chambre des députés, cité par M. Vignolo, Gheddafi, ouvr. cité, p. 139

28Kadhafi pousse donc très loin les polémiques à l’encontre de l’Italie, n’atteignant cependant jamais le point de non-retour. Tout d’abord, il est conscient que l’Italie du début des années soixante-dix est bien différente de celle de Mussolini : la seconde guerre mondiale l’a largement affaiblie. Mais surtout, elle est le premier partenaire économique de la Libye et a très fortement contribué au développement du pays, en mobilisant personnel qualifié et technologies. De plus, il est clair que, du moins en coulisses, la priorité de la classe politique italienne est d’assurer les intérêts économiques du pays. Ainsi, Giulio Andreotti multiplie les signes d’amitié à l’égard du nouveau dirigeant. Quant à Aldo Moro, en 1970, il déclare devant la Chambre des députés que la révolution libyenne doit être comprise dans le contexte de l’ère postcoloniale et que l’action de Tripoli envers les résidents italiens « est un épisode isolé qui ne doit pas gâcher notre politique de collaboration avec les pays arabes »31. Ainsi, l’année même où la communauté italienne est expulsée par le colonel, l’Italie importe plus de 90 % de ses besoins en pétrole depuis les pays arabes, la Libye étant de très loin la plus favorisée. Par ailleurs, au plus fort de la crise italo-libyenne, l’ENI – alors dirigée par Eugenio Cefis – entretient une relation étroite avec le ministère des Affaires étrangères et apprécie grandement le comportement d’Aldo Moro face à Tripoli.

29Il est vrai que Kadhafi ne prend aucune mesure ouvertement anti-italienne à l’encontre des firmes italiennes opérant en Libye. Au contraire, il est généralement disposé à négocier des accords particulièrement favorables, là où il refuse catégoriquement tout dialogue avec les entreprises provenant d’autres pays. Ainsi, dès le début de l’année 1970, une autorisation est accordée à Fiat pour l’installation d’une chaîne de montage de véhicules automobiles, et à l’ENI pour la construction d’un centre pétrochimique près de Benghazi. De plus, à la suite de l’expulsion de la communauté italienne par les autorités libyennes, le nouveau ministre des Affaires étrangères Mohammed Najm délivre une lettre à l’ambassadeur Borromeo, destinée à Aldo Moro, dans laquelle il indique ouvertement quels sont les intérêts et les attentes de son pays :

  • 32  ASMAE, Lettre de M. Najm à A. Moro, 22 septembre 1970, cité par A. Varvelli, L’Italia e l’ascesa d (...)

Il est possible qu’une telle coopération, à laquelle nous aspirons, se développe à travers les échanges commerciaux et les accords relatifs à celle-ci, et à travers le travail effectué par les entreprises et les techniciens italiens dans le but de contribuer au progrès économique en vue d’un futur prospère de notre pays.32

30Il est vrai que les firmes italiennes, et notamment l’ENI, sont particulièrement appréciées par la Libye. En effet, l’ENI bénéficie d’un crédit auprès des pays arabes les plus progressistes, découlant des choix effectués par son responsable, Enrico Mattei, dans les années cinquante et soixante. Outre les accords à 75/25 conclus avec les pays producteurs (75 % des royalties concédées à ces derniers et 25 % pour l’ENI), la compagnie pétrolière italienne a choisi de promouvoir un dialogue direct entre pays consommateur et pays producteurs, menant ainsi une activité libre de toute influence de la part des grandes compagnies pétrolières mondiales.

31Sur le marché libyen, l’ENI semble en position de faiblesse : l’entreprise a obtenu des gisements – dont un près d’Abou Attifel, nommé A-100, doté de très grandes potentialités – mais elle ne les a pas encore mis en exploitation. Ces concessions ont été acquises grâce à des contrats signés avec le roi Idris (datant notamment de mai 1969), lesquels sont mis en discussion par le nouveau régime. En réalité, comme le montrent les négociations des années suivantes, il s’agit d’une force pour l’ENI : dans la mesure où la compagnie n’extrait pas encore de pétrole, elle n’a rien à perdre et n’hésite pas à accepter des accords sur base paritaire. Ceux-ci, dans l’absolu, peuvent lui être défavorables, mais au vu des conditions imposées par le gouvernement libyen aux autres compagnies pétrolières, ils apparaissent comme un véritable succès.

32En effet, Tripoli impose aux compagnies pétrolières une augmentation des taxes à hauteur de 43 centimes par baril – au lieu des 35 centimes déterminés par les pays de l’OPEP lors de l’accord de Téhéran, en février 1971. Pour mener à bien cette stratégie, Abdessalam Jalloud – principal instigateur de cette stratégie – peut s’appuyer sur les choix effectués jadis par la monarchie. En effet, en ayant favorisé les compagnies indépendantes opérant principalement sur le territoire libyen, celle-ci a fidélisé ses clients. Et cette hausse des royalties n’est que la première d’une longue série. Grâce à cela, dès 1974, le pétrole brut libyen se vend à 4,12 dollars de plus, par baril, que celui provenant du Golfe persique. Pour lutter contre cette politique, les compagnies pétrolières opérant en Libye signent, le 15 janvier 1971, le Libyan Producers’ Agreement qui définit des systèmes de solidarité afin de résister aux mesures imposées par Tripoli. Or, l’ENI n’adhère pas à cet accord. Dès le 25 janvier 1971, le sous-secrétaire aux Affaires étrangères, Mansour el-Kikhia, déclare à l’ambassadeur italien Giovanni Lodovico Borromeo que son gouvernement apprécie beaucoup le comportement de l’ENI. De fait, l’entreprise sera bientôt récompensée par des accords avantageux.

  • 33  M. el-Kadhafi, cité par A. Varvelli, ibid., p. 197.
  • 34  Archive d’État, Rome, télégramme de R. Gaja au MAE, 10 mai 1971, cité par A. Varvelli, ibid., p. 2 (...)

33Cette bonne conduite de la compagnie pétrolière italienne contribue largement à une reprise des relations politiques entre les deux pays. Le 5 mai 1971, le ministre italien des Affaires étrangères, Aldo Moro, se rend à Tripoli en visite officielle. Son entretien avec Kadhafi constitue le point de départ d’une collaboration économique renouvelée. En effet, tout en demandant une indemnisation des biens expropriés par le décret de juillet 1970, Aldo Moro insiste sur le fait que celle-ci ne constitue pas une condition sine qua non pour entretenir des relations bilatérales constructives. Face à lui, Kadhafi adopte une position relativement ouverte. Certes, il répète sa requête de réparation pour les dommages subis durant la période coloniale, mais il affirme également : « Les rapports italo-libyens, désormais, sont bons, je dirais même qu’ils sont excellents et j’espère qu’ils pourront encore s’améliorer et se renforcer. »33 De plus, le colonel profite de cette occasion pour formuler les premières demandes de fournitures d’armes. Arturo Varvelli affirme que celles-ci ont déjà été envisagées par Roberto Gaja et Aldo Moro dès le mois de novembre 1970. Le ministre italien rappelle que « l’Italie est toujours opposée, par un principe général de sa politique, à de telles initiatives […]. On n’exclut pas, cependant, la fourniture de moyens de transport navals et d’avions, en particulier les hélicoptères et avions d’entraînement »34. Il apparaît donc d’emblée qu’Aldo Moro, bien que très prudent dans ce domaine, n’est pas totalement hostile à une vente d’armements à la Libye. La rencontre entre Aldo Moro et Muammar el-Kadhafi est donc tout à fait révélatrice des intentions libyennes. Comme l’explique Arturo Varvelli :

L’aisance avec laquelle le colonel libyen avait démontré sa volonté de collaborer dans certains domaines pouvait cacher la nécessité de trouver un partenaire capable de fournir les compétences, les infrastructures, les technologies dont la Libye ne disposait pas, et que même l’Égypte, jusque-là, ne semblait pas en mesure de lui procurer. La rencontre eut un caractère que nous pouvons définir comme programmatique, puisque les questions discutées seraient reprises dans les mois suivants. (Ibid., p. 201-202)

34En résumé, les intérêts économiques communs aux deux pays – besoin de pétrole pour l’un, de compétences et infrastructures pour l’autre – permettent de surmonter les rivalités politiques. Du côté italien, les deux acteurs principaux de ces relations bilatérales sont Aldo Moro et Giulio Andreotti, et le comportement de ce dernier mérite d’être étudié de près. Il est, en effet, fort distinct de celui de son rival. Comme le rappelle Arturo Varvelli, Moro et Andreotti sont issus du même parti et poursuivent les mêmes intérêts politiques et économiques, mais ils emploient des méthodes sensiblement différentes. Aldo Moro, plus « idéaliste », est extrêmement prudent et fait régulièrement des références éthiques au rôle des Nations unies ou à des éléments de justice sociale dans les relations entre les nations. À l’inverse, Giulio Andreotti cherche davantage à protéger l’intérêt national, de manière réaliste voire cynique (ibid., p. 296). Les deux leaders ont tout à fait conscience des intérêts économiques de l’Italie sur le territoire libyen. À cet égard, le témoignage d’Ambrogio Viviani, ancien chef des services secrets, est particulièrement intéressant :

  • 35  A. Viviani, interviewé par Panorama, 18 mai 1986.

De 1970 à 1974, pendant la période où j’ai dirigé le contre-espionnage italien, le mot d’ordre était « sauver nos intérêts en Libye » et empêcher que l’ENI soit jetée dehors. C’est ainsi que nous avons aidé le leader libyen à vaincre les opposants du régime, à se refournir en armes, à organiser un service d’« intelligence », à s’entourer de conseillers pour moderniser ses forces armées. Moi-même, j’ai rédigé pour Kadhafi un manuel intitulé Constitution, organisation, fonctionnement et emploi d’un service secret.35

35Les relations italo-libyennes se placent donc dans un contexte particulièrement tendu et sont influencées par celui-ci. Toutefois, l’Italie apparaît d’emblée comme un véritable soutien à Kadhafi, malgré les continuelles sautes d’humeur de ce dernier. Les intérêts économiques prévalent sur les logiques politiques : l’Italie cherche avant tout à protéger ses intérêts et à conserver un approvisionnement régulier en pétrole. Elle est donc particulièrement disposée à accéder aux requêtes de Kadhafi, qu’il s’agisse de l’aider à garder le pouvoir ou de lui fournir des armes.

Notes

* A. Del Boca, Angelo, Gheddafi, una sfida dal deserto, Rome-Bari, Laterza, 2010, p. 128.

1 Il s’agit d’un soi-disant projet de coup d’État, révélé en 1967 au pays. Voir M. Franzinelli, Il Piano Solo. I servizi segreti, il centro-sinistra e il « golpe » del 1964, Milan, Mondadori, 2010.

2  En mars 1978, au moment même où Aldo Moro est enlevé par les Brigades rouges, le gouvernement Andreotti IV prête serment et obtient la confiance du Parlement grâce notamment au vote favorable au PCI.

3  Lockheed est une compagnie aérospatiale américaine qui verse des pots-de-vin à divers hommes politiques dans le monde industrialisé, afin d’obtenir des promesses d’achat. En Italie, les pots-de-vins sont versés au nom d’un certain « Antilope Cobbler ». Mariano Rumor, Mario Tanassi, Luigi Gui et même Aldo Moro sont mis en cause, et le président de la République Giovanni Leone est contraint de démissionner car il est soupçonné de se cacher derrière ce pseudonyme. Il s’agit en réalité d’une tentative de déstabilisation américaine à l’encontre d’Aldo Moro. Proche de ce dernier, Luigi Gui est d’ailleurs acquitté. Voir A. Giannuli, Il noto servizio, Giulio Andreotti e il Caso Moro, Milan, Marco Tropea, 2011.

4  Services secrets militaires italiens dissous en 1965.

5  M. el-Kadhafi, dans M. Haikal, The Road to Ramadan, New York, Quadrangle-New York Times Book Co., 1975, p. 70, cité par D. Vandewalle, Storia della Libia contemporanea, ouvr. cité, p. 96.

6  Voir A. Varvelli, L’Italia e l’ascesa di Gheddafi : la cacciata degli italiani, le armi e il petrolio (1969-1974), Milan, Baldini Castoldi Dalai, 2009, p. 38-41.

7  Président de la Commission parlementaire d’enquête sur le terrorisme d’extrême droite des années soixante-dix, dite Commissione Stragi. Voir son interview par G. Fasanella et C. Sestieri dans Segreto di Stato, verità e riconciliazione sugli anni di piombo, Milan, Sperling & Kupfer, 2008, p. 88-95.

8  G. Pellegrino, ibid., p. 94.

9 Ibid., p. 56.

10  C. Calenda, télégramme au MAE no 2635, 11 septembre 1969, cité par A. Varvelli, L’Italia e l’ascesa di Gheddafi, ouvr. cité, p. 48-49.

11  A. Moro, Discours du 21 octobre 1969 à la Chambre des députés, cité par A. Varvelli, ibid., p. 69.

12  M. Vignolo, Gheddafi, Milan, Rizzoli, 1982, p. 56.

13  S. Romano, Guida alla politica estera italiana, da Badoglio a Berlusconi, Milan, BUR saggi, 2006, p. 181-203.

14  Ibid.

15  A. Varvelli, L’Italia e l’ascesa di Gheddafi, ouvr. cité, p. 21.

16 Ibid., p. 63.

17  D. Vandewalle, Storia della Libia contemporanea, ouvr. cité, p. 9.

18  A. Del Boca, Gheddafi, ouvr. cité, p. 129.

19  A. Varvelli, L’Italia e l’ascesa di Gheddafi, ouvr. cité, p. 86-87.

20  M. Vignolo, Gheddafi, ouvr. cité, p. 137.

21  Ibid.

22  M. el-Kadhafi, discours de Misurata, 9 juillet 1970, cité par A. Varvelli, L’Italia e l’ascesa di Gheddafi, ouvr. cité, p. 99.

23  Ibid.

24  ASMAE (Archivio storico del ministero degli Affari esteri), G. L. Borromeo au MAE, télégramme no 30002, 21 juillet 1970, cité par A. Varvelli, ibid., p. 106.

25  Ibid., p. 107.

26  Texte officiel du traité italo-libyen du 2 octobre 1956, cité par A. Varvelli, ibid., p. 108.

27  A. Varvelli, ibid., p. 132-133.

28  Les exportations vers la Libye représentent 2 % des exportations italiennes totales, faisant de l’ancienne colonie le 10e partenaire économique de l’Italie à l’échelle mondiale, et le 2e partenaire extra-communautaire.

29  Au printemps 1971, un accord favorable semble se profiler entre ENI et le gouvernement libyen.

30  G. Andreotti, Audition devant la Commission parlementaire sur la loge maçonnique P2, Rome, 11 novembre 1982. Voir Rapport de la Commission parlementaire d’enquête, Doc. XXIII, no 2 quater / 3 / XXIII, Rome, 1984.

31  A. Moro, discours devant la Chambre des députés, cité par M. Vignolo, Gheddafi, ouvr. cité, p. 139.

32  ASMAE, Lettre de M. Najm à A. Moro, 22 septembre 1970, cité par A. Varvelli, L’Italia e l’ascesa di Gheddafi, ouvr. cité, p. 161-162.

33  M. el-Kadhafi, cité par A. Varvelli, ibid., p. 197.

34  Archive d’État, Rome, télégramme de R. Gaja au MAE, 10 mai 1971, cité par A. Varvelli, ibid., p. 200.

35  A. Viviani, interviewé par Panorama, 18 mai 1986.

© ENS Éditions, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search