Version classiqueVersion mobile

Pétrole et corruption

 | 
Marion Morellato

II. 1975 : Mi.Fo.Biali, ou comment lier corruption italienne et géopolitique méditerranéenne

Introduction

Texte intégral

1Les accords italo-libyens de 1972 suivent une logique tout à fait nouvelle : le pouvoir libyen utilise le pétrole comme moyen de chantage, créant un précédent bien vite renouvelé. Les accords révélés par le dossier Mi.Fo.Biali semblent bien, au moins du côté italien, être négociés selon les mêmes logiques. Il est toutefois difficile de déterminer le comportement adopté par les autorités libyennes et les arguments qu’elles mettent en avant lors des pourparlers. En effet, ce dossier, résultat de la mise sur écoute de Mario Foligni, se concentre avant tout sur les relations entre différents acteurs italiens. Étudier Mi.Fo.Biali pose de nombreux problèmes et laisse plusieurs questions sans réponse. Il s’agit en réalité d’un dossier relativement hétérogène, révélant à la fois tous les contacts entretenus par Mario Foligni, la corruption de la Guardia di Finanza et les relations avec la Libye. Mais il n’est pas toujours facile de faire le lien entre ces différents éléments. Pour mener à bien cette étude, il convient donc de se pencher sur l’ensemble des affaires relevées par le dossier, qu’elles soient de nature interne à l’Italie ou qu’elles relèvent des relations avec la Libye. À cette fin, tous les aspects du dossier Mi.Fo.Biali seront pris en considération, dans l’ordre de l’enquête menée par le SID – à savoir : l’étude du NPP, la présence de la Libye dans les affaires italiennes et l’élargissement à la Guardia di Finanza. La question de la place de l’affaire Mi.Fo.Biali dans l’Italie des années soixante-dix guide cette recherche : non seulement elle révèle l’ampleur de la corruption d’État, mais elle montre jusqu’à quel point les autorités libyennes se sont infiltrées pour avoir une influence sans précédent dans de vastes secteurs de la vie économique italienne. On s’interrogera donc sur la portée des informations révélées par le dossier en s’efforçant de comprendre ce qui les rattache et ce qui les distingue des accords pétroliers précédents, tout en essayant de contextualiser le rôle joué par les acteurs principaux de ce dossier. Que doivent-ils à l’organisation du pouvoir politique italien ? En quoi leurs actions sont-elles déterminées par les accords signés précédemment ?

2L’enquête du SID dévoile donc de nombreux dysfonctionnements de l’administration italienne. En cela, le dossier Mi.Fo.Biali devient une arme dangereuse que les principaux responsables – dont Giulio Andreotti – s’efforcent de dissimuler. D’autant que ces révélations ne marquent que les débuts d’une contrebande pétrolière tout à fait considérable, que la Guardia di Finanza, moyennant quelques contreparties financières, s’engage à couvrir. Et de nombreux acteurs, qui ont auparavant soutenu le général Giudice pour sa nomination en 1974, se retrouvent désormais récompensés. Parallèlement à cela, les relations entre la Libye et l’Italie vont bon train mais comportent elles aussi une large part d’ombre. Enfin, le dossier est transmis au journaliste Mino Pecorelli en 1978. Dès l’année suivante, il est en partie publié dans sa revue Osservatore politico, jusqu’à ce que le journaliste soit assassiné, le 19 mars 1979. Quelle place les relations de Mario Foligni avec les autorités libyennes et les accords signés par Attilio Monti et Giuseppe Morelli occupent-ils dans l’évolution des relations entre l’Italie et la Libye ? L’existence même d’un tel dossier – et les risques que sa découverte peuvent comporter – peut-elle influencer, même indirectement, la stratégie de la Péninsule envers son ancienne colonie ? Somme toute, il s’agit là d’une affaire italo-italienne : certes, on y découvre des contacts entre Mario Foligni et la Libye, mais les informations explosives contenues dans le dossier concernent surtout l’influence de la P2, les fréquentations du général Giudice et ainsi que les fraudes commises par sa famille et son bras droit. L’objectif sera donc de saisir l’impact qu’a l’existence même d’un tel dossier sur la vie politique italienne et ses répercussions sur les relations italo-libyennes : faut-il considérer Mi.Fo.Biali comme une affaire nationale italienne, ou a-t-elle réellement une dimension internationale ?

© ENS Éditions, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search