Version classiqueVersion mobile

Pétrole et corruption

 | 
Marion Morellato

Introduction

Texte intégral

1En 1945, l’Italie, comme l’ensemble des pays européens, sort extrêmement appauvrie de la seconde guerre mondiale. Dans un contexte international tendu, chacun doit choisir son camp et s’allier à l’URSS ou aux États-Unis. L’Europe occidentale se reconstruit rapidement grâce aux aides financières américaines, mais également grâce aux ressources de ses colonies.

2Dans la mesure où elle fait partie du clan des vaincus, l’Italie est contrainte, le 15 février 1947, de renoncer à sa souveraineté sur les provinces nord-africaines comme la Cyrénaïque, le Fezzan et la Tripolitaine. Ces régions, mises sous la tutelle des Nations Unies, se donnent une Constitution en 1951 et se rassemblent dans le Royaume-Uni de Libye. Les relations entre l’Italie et son ancienne colonie n’en restent pas moins très particulières, d’autant que cette dernière s’avère être riche en pétrole, ressource extrêmement précieuse pour les pays européens en reconstruction. Les relations entre la Libye et l’Italie se bâtissent ainsi autour de deux éléments centraux : d’une part, l’héritage colonial et la responsabilité italienne dans les atrocités commises sur le territoire libyen jusqu’en 1947, et d’autre part, la gestion des richesses liées au pétrole et l’approvisionnement de l’Italie en ce domaine.

3Si, dans un premier temps, les deux pays entretiennent des relations convenables, en 1969, l’arrivée au pouvoir du colonel Muammar el-Kadhafi modifie considérablement les choses. En menant une politique infiniment plus agressive que son prédécesseur vis-à-vis de l’ancienne puissance coloniale, il profite de la position de force acquise grâce aux ressources fossiles de son pays pour favoriser le clientélisme et les relations officieuses. Cette stratégie est d’autant plus déterminante que son coup d’État précède de peu le premier choc pétrolier (1973), lequel met fin au boom économique européen en augmentant le prix du pétrole. De nouvelles logiques se mettent en place : dès 1972, le colonel Kadhafi utilise l’or noir comme moyen de chantage pour obtenir des armes de la part de l’ancienne puissance coloniale.

4Au cours de la même période, l’Italie assiste à la montée en puissance du Parti communiste italien (PCI), laquelle s’accompagne d’un affaiblissement progressif de la Démocratie chrétienne (DC). Les principaux représentants de cette dernière tentent donc de contrôler la moindre évolution du paysage politique italien afin de conserver le pouvoir. C’est dans ce contexte que Giulio Andreotti demande au SID (Servizio informazioni difesa, services secrets militaires italiens) en 1974, d’espionner Mario Foligni, un obscur homme d’affaires diplômé en théologie et lié aux milieux ecclésiastiques, qui cherche à construire un Nouveau parti populaire (NPP) destiné à prendre la place de la Démocratie chrétienne. Or, la mise sur écoute divulgue également des relations avec l’ambassade de Libye. En cela, le dossier bientôt renommé Mi.Fo.Biali (Mintoff ou Miceli, Foligni, Libye) apparaît directement lié aux récentes évolutions des relations italo-libyennes et met en évidence la singularité de ces relations au cours de la décennie soixante-dix.

5L’entreprise coloniale italienne s’inscrit dès l’origine dans un contexte particulier. Alors que la répartition de l’Afrique entre les puissances européennes est presque terminée (il ne reste que les terres désertiques, arides et pauvres en ressources), le jeune État italien dirigé par un gouvernement Giolitti en déclin cherche à unifier sa population et à définir un objectif commun visant à faire naître un sentiment national en oubliant les divisions internes au pays. Les premières initiatives datant de la fin du xixe siècle n’ont abouti qu’à un succès relatif. L’Afrique septentrionale italienne (composée de l’Érythrée, de l’Éthiopie et de la Somalie) est le théâtre de nombreuses révoltes durant toute la période de domination italienne.

6Les difficultés que connaît l’Italie, tant sur l’échiquier politique européen (défaite face à la France quant à la conquête de la Tunisie) que sur le plan national, la poussent à faire une nouvelle tentative. Une grande campagne de propagande visant à unir les Italiens derrière ce but commun est lancée. On se souviendra en particulier du poème de Giovanni Pascoli, « La grande Proletaria si è mossa », dans lequel apparaissent les thèmes majeurs de la propagande. La Libye est présentée comme un territoire fertile et accueillant pour les migrants italiens qui sont exploités et humiliés partout ailleurs dans le monde. Quant à l’Italie, elle se pose en héritière directe de l’Empire romain qui, en son temps, a dominé le territoire libyen. La colonisation ne serait donc que la réappropriation d’une extension naturelle de la Péninsule qui porte d’ailleurs encore les stigmates de la civilisation romaine. On considère en effet que les peuples nomades ayant occupé ces terres depuis la chute de l’Empire romain n’ont jamais pu ni inscrire leur marque ni effacer cet héritage antique. Enfin, l’Italie aspire à se faire une place parmi les grandes puissances européennes. La guerre libyenne apparaît donc comme l’occasion de tester l’unité nationale et de prouver sa force en tant que puissance coloniale.

7Ainsi, en 1911, l’Italie déclare la guerre à l’Empire ottoman pour conquérir la Tripolitaine et la Cyrénaïque. En 1913, elle conquiert le Fezzan, troisième province de ce qui deviendra bientôt la Libye italienne. Mais là encore, la victoire est entachée par les révoltes incessantes organisées par les rebelles indigènes dans les années qui suivent. La première guerre mondiale oblige l’Italie à se détourner de ces provinces et à battre en retraite face aux rebelles qui gagnent du terrain : le Fezzan est abandonné dès 1914 aux mains de la tribu des Senoussi.

8C’est avec le régime fasciste de Benito Mussolini que la conquête coloniale prend un tournant. Celui-ci rêve de constituer une colonie de peuplement qui lui permette de contenir la pression démographique italienne, de limiter l’émigration et de retenir sur le territoire national une main-d’œuvre dont le pays a besoin pour se développer. Il promeut ainsi la « Quatrième rive » de l’Italie, présentée comme une terre fertile, riche en minerais, en eau et propice au commerce.

9Toutefois, la population italienne ne peut s’y installer qu’à condition que le territoire soit pacifié. Commence alors une campagne de terreur à l’encontre des peuples indigènes, dirigée notamment par le général Rodolfo Graziani et justifiée par la nécessité pour l’Italie de se réapproprier ce territoire hérité de l’Empire romain. C’est en Cyrénaïque que l’armée commet les plus graves exactions : en 1930, 12 000 personnes sont exécutées sommairement et l’ensemble de la population nomade de la région montagneuse et fertile de Djebel el-Akhdar (soit 100 000 Bédouins, majoritairement femmes, enfants et vieillards) est contraint à une marche forcée de plus de 1 000 km dans le désert pour rejoindre les camps de concentration construits près de Benghazi. Près de 60 000 personnes meurent ainsi de faim ou de soif pendant le voyage, ou de maladie en raison du manque d’hygiène dans les camps. Quant à la tribu Senoussi responsable des révoltes dans le Fezzan avant la première guerre mondiale, elle est décimée : trente de ses chefs religieux sont déportés en Italie, et les réfugiés senoussis dans l’oasis de Koufra sont bombardés par des avions militaires italiens. Le général Graziani fait construire un mur de barbelés de 270 km le long de la frontière égyptienne afin d’empêcher les rebelles de s’approvisionner. Le leader charismatique de la révolte, Omar el-Mokhtar, est arrêté et exécuté à l’automne 1931.

10Ce n’est qu’après la pacification totale et définitive de la Libye, proclamée par Pietro Badoglio, gouverneur de la Tripolitaine et de la Cyrénaïque, que Mussolini peut lancer son plan d’immigration des colons italiens. Ceux-ci occupent les espaces cultivables de la colonie, notamment dans les villages du Djebel el-Akhdar où ils reprennent les installations abandonnées de force par les Bédouins. La Libye est officiellement créée en 1934. Les citoyens africains deviennent « citoyens italiens libyens » et jouissent d’un certain nombre de droits. La politique de colonisation du régime est un succès : en 1939, les 120 000 Italiens résidant en Libye représentent 13 % de la population totale et se concentrent autour de Tripoli et Benghazi (où ils représentent respectivement 37 % et 31 % de la population totale).

  • 1  Voir J.-Y. Moisseron, « Libye, la rupture du pacte tribal », Libération, 24 février 2011.

11La défaite italienne au cours de la seconde guerre mondiale change toutefois la donne. L’Italie est contrainte d’abandonner ses colonies en 1947. D’abord sous la tutelle des Nations Unies, la Cyrénaïque, la Tripolitaine et le Fezzan promulguent le 7 octobre 1951 une Constitution par laquelle la Libye devient une monarchie dirigée par Idris es-Senoussi. Mais traditionnellement, ces trois provinces sont respectivement plus proches de l’Égypte, de l’Algérie et de la Tunisie : elles sont occupées par des tribus dont la seule valeur commune est le rejet de l’État afin de conserver leur influence locale. Tendance que la période coloniale – seule expérience d’un État centralisé connue par la population libyenne – ne permet pas d’atténuer. Pour exemple, on peut citer les Zuwaya, une tribu dominante de la Cyrénaïque, dont le code d’honneur est incarné par el-hukuma el-arabia, sorte de « gouvernement par les gens » ou autogestion acéphale1.

  • 2  H. S. Villard, Libya. The New Arab Kingdom of North Africa, Ithaca (N.Y.), Cornell University Pres (...)

12De fait, la Libye représente à peine plus qu’une simple expression géographique, et le refus de construire un État moderne constitue la seule véritable donnée constante dans la politique des différents dirigeants. La Constitution prévoit ainsi une organisation fédérale du pays qui maintient la société dans un système de valeurs traditionnelles. La corruption s’installe progressivement au sein des autorités, et le seul véritable protagoniste de la vie politique, Idris, se révèle être un « monarque malgré lui » (monarca suo malgrado)2, n’ayant jamais désiré régner sur la Libye unifiée.

13Le seul facteur de dynamisme dans la construction d’un État central est l’industrie du pétrole – qui ouvre le pays à l’économie mondiale – et les revenus qu’elle génère. Outre l’augmentation de la demande européenne et la position géographique favorable de la Libye (les oléoducs permettent d’exporter vers le Vieux Continent sans passer ni par un pays tiers, ni par le canal de Suez), la loi sur le pétrole promulguée en 1955 permet de mettre en valeur les ressources nationales. Le système d’incitations et de pénalités est particulièrement attractif pour les compagnies pétrolières indépendantes, et la formation d’une Commission pour le pétrole renforce le pouvoir central en la matière. La législation accroît la compétition entre les compagnies et rend indispensable le versement de pots-de-vin pour obtenir des concessions. Enfin, la Libye intègre dès 1962 l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP). Lorsqu’en 1963, la formule fédérale est abandonnée, la Commission est remplacée par un ministère des Affaires pétrolières et un Haut Conseil pour les affaires pétrolières. Par une série d’amendements sur la loi de 1955, le roi Idris cherche à renforcer l’autorité nationale en la matière, afin de mieux contrôler les bénéfices générés. Dans le même temps, en 1965, sont créées la Société pétrolière nationale libyenne (Libyan National Oil Company, LNOC) et la Société pétrolière libyenne (Libyan Petroleum Company, LIPETCO). Cependant, l’argent ne bénéficie qu’aux élites et n’est pas réinvesti dans les infrastructures nationales ou pour le développement économique du pays, ce qui contribue à affaiblir la popularité du souverain. Comme l’affirme Dirk Vandewalle :

  • 3  D. Vandewalle, ibid., p. 17.

La richesse relative des caisses de l’État put en apparence compenser sa faiblesse et être utilisée pour renforcer les alliances familiales et tribales qui soutenaient la monarchie, négligeant en revanche une grande partie des structures économiques et politiques sous-développées de l’État. Puisque les groupes sociaux de l’époque n’avaient développé que peu d’intérêts communs, il ne fut pas difficile pour le roi de supprimer leurs identités collectives au moyen d’une distribution des revenus pétroliers.3

14Parallèlement, après avoir été contrainte à renoncer à ses colonies – symbole important du pouvoir fasciste –, l’Italie entame une période de développement économique rapide. La tâche est grande pour le pays, qui doit se reconstruire entièrement : les divisions économiques, sociales et politiques qui marquaient le territoire national depuis son unification se sont gravement accentuées au cours du second conflit mondial.

15Au sortir de la guerre, la reconstruction institutionnelle de l’Italie s’annonce donc compliquée. Le référendum du 2 juin 1946 le montre bien : la République l’emporte largement au Nord, où les combats pour la Résistance ont façonné un nouveau cadre éthique et politique dans lequel le nouveau régime doit s’inscrire. Dans le Mezzogiorno, en revanche, on note un véritable engouement pour la Monarchie (67,4 % des voix). Les partis politiques ayant pris part au Comité de libération nationale – à savoir la Démocratie chrétienne, le Parti communiste, le Parti socialiste, le Parti d’action, le Parti libéral et la Démocratie du travail – forment un gouvernement dirigé par Ferruccio Parri. Sa priorité est de clore l’épisode fasciste, de normaliser le pays pour s’engager dans la reconstruction. Ainsi le problème de l’épuration se pose rapidement. Ferruccio Parri entend frapper tous les anciens sympathisants du régime dans l’administration publique, la magistrature, les forces armées, ainsi que dans le monde économique, mais il se heurte à l’opposition des forces modérées de droite, dont le Parti libéral qui fait chuter son gouvernement. Une amnistie est finalement approuvée (notamment par Palmiro Togliatti, secrétaire du PCI) en juin 1946, qui mène à la libération de milliers d’anciens fascistes parfois responsables d’actes criminels durant la République de Salò. En 1949, les fonctionnaires suspendus de leurs fonctions à cause de leur collaboration avec le régime fasciste sont autorisés à reprendre leur service.

16Politiquement, l’Italie sort donc profondément divisée de la guerre et construit une nouvelle République sans faire table rase du passé. Cela favorise par la suite la montée des extrémismes et des violences politiques, ainsi que les complots visant à refonder l’Italie sur le modèle des régimes passés.

17Dans le même temps, l’Italie s’engage dans un processus de reconstruction économique. En 1945, 2 millions de maisons sont détruites et 1,6 million d’Italiens sont au chômage. La production agricole et la production industrielle ont été divisées respectivement par deux et par trois par rapport à celles de 1939. Les difficultés commencent par s’aggraver : le pouvoir d’achat diminue, l’inflation et le chômage augmentent, les ressources en matières premières (notamment le blé) sont insuffisantes. Mais dès 1950, le gouvernement De Gasperi tente d’endiguer cette tendance. Il promeut une réforme agraire favorisant les petits producteurs en expropriant une partie des terres des grands propriétaires. La même année est créée la Caisse pour le Mezzogiorno, qui va contribuer à la modernisation des régions du Sud (construction d’infrastructures notamment) tout en créant un nouveau pouvoir bureaucratique et tutélaire dont la mafia peut profiter. Dans l’ensemble, les Italiens retrouvent leur niveau de vie d’avant-guerre au début des années cinquante.

18Commence alors une phase de modernisation et de croissance rapide bientôt appelée « le miracle italien ». En cinq ans, le PIB italien augmente de 25 %. Les produits industriels nationaux deviennent bien vite compétitifs sur le marché international, faisant doubler les exportations (de 1 200 à 2 400 milliards de lires) entre 1953 à 1958. Cela entraîne une augmentation rapide du niveau de vie des Italiens : ce sont les années des Fiat 500. En 1960, on compte 2 millions de voitures ; cinq ans plus tard, elles sont 5,5 millions en circulation. Mais ces données ne sont pas sans conséquences sur la dépendance de l’Italie vis-à-vis des puissances étrangères : en quelques années, le pays devient l’un des plus gros consommateurs mondiaux de pétrole. Un marché tout à fait fructueux s’ouvre ainsi aux hommes d’affaires peu scrupuleux capables de s’insérer dans le marché international du pétrole.

19Pour répondre à ces besoins, Enrico Mattei, industriel milanais chargé de la stratégie italienne vis-à-vis du pétrole, fonde en 1953 l’Entreprise nationale d’hydrocarbures (Ente nazionale degli idrocarburi, ENI), une entreprise publique qui reprend et élargit l’activité de l’Agence générale italienne du pétrole (Agenzia generale italiana petroli, AGIP) créée en 1926. Les premières années d’après-guerre sont marquées sur le plan national par un durcissement des rapports entre la Démocratie chrétienne et le Parti communiste, et sur le plan international par une franche adhésion au bloc occidental – en qualité de vaincu, le pays n’a certes pas une grande marge de manœuvre. Mais dès le début des années cinquante, le contexte international évolue. Avec la mort de Staline et le début de la détente entre les deux blocs, des voix discordantes peuvent commencer à s’élever sans risquer de déclencher un conflit international. Certains dirigeants italiens décident donc de réorienter la politique étrangère du pays et de promouvoir l’autonomie italienne en Méditerranée, sans pour autant renier le lien construit avec les alliés européens et américain. C’est le début du « néo-atlantisme », terme employé pour la première fois par Giuseppe Pella en 1957.

  • 4  Cinq d’entre elles sont américaines, l’une est britannique et la dernière est anglo-hollandaise : (...)
  • 5  Jusque-là, la formule traditionnelle reposait sur un accord paritaire fifty-fifty.

20Enrico Mattei s’inscrit pleinement dans cette nouvelle stratégie, dont il est le principal promoteur sur le plan économique. En collaboration avec Giovanni Gronchi et Amintore Fanfani au niveau politique et Giorgio La Pira au niveau culturel et religieux, il valorise l’idée selon laquelle le Bassin méditerranéen est la région d’influence naturelle de l’Italie, pour des raisons à la fois historiques et géopolitiques. Sur le plan énergétique, il cherche donc à prendre ses distances vis-à-vis des multinationales anglo-américaines qui dominent le marché – qu’il appelle les « Sept sœurs »4. Il s’attire leurs foudres en instaurant un système de relations directes avec les pays producteurs de pétrole, au moment où ces compagnies cherchent à mettre en place un organisme commun aux pays consommateurs capable de rivaliser avec l’OPEP. À la fin de l’année 1956, Enrico Mattei profite de la crise de Suez et de la perte d’influence de la France et du Royaume-Uni dans la région pour consolider la position de l’ENI. Il signe en 1957 les accords de Téhéran, qui prévoient un nouvel équilibre entre compagnies pétrolières et pays producteurs. Ces derniers reçoivent 75 % des royalties liées au pétrole vendu, tandis que l’ENI se contente de 25 % de bénéfices5. Cette concession permet à la compagnie italienne de s’implanter dans de nombreux pays.

  • 6  M. Pirani, Poteva andare peggio: mezzo secolo di ragionevoli illusioni, Milan, Mondadori, 2010, p. (...)

21À travers cette stratégie, Mattei cherche à assurer l’autonomie énergétique de son pays, mais en aucun cas à faire de l’Italie une puissance indépendante. Il conclut donc en 1958 des accords avec l’URSS, renouvelés l’année suivante, pour une importation de pétrole correspondant à 7 % puis 16 % des besoins nationaux. Par la suite, il engage une série de négociations avec les États-Unis, mais il meurt le 27 octobre 1962, vraisemblablement victime d’un attentat, avant l’aboutissement de ces accords. C’est son remplaçant, Eugenio Cefis, qui les mène à bien. En 1965, il signe un accord de partenariat Esso-ENI, qui prévoit la médiation d’Esso dans la vente de gaz libyen à l’Italie (Esso s’engage à fournir annuellement à l’ENI trente milliards de mètres cubes de gaz extrait dans ses concessions en Libye, et ce pendant vingt ans). Selon Mario Pirani6, Eugenio Cefis fait alors une erreur : il ne considère que les intérêts à court terme (c’est-à-dire le prix du pétrole, sans prendre en compte le développement économique du pays producteur). Cette stratégie aura des conséquences sur les sanctions imposées à l’Italie lors du premier choc pétrolier de 1973 et sur l’action de son successeur, Raffaele Girotti.

22De par son rôle dans l’histoire nationale, Enrico Mattei jouit d’une aura tout à fait particulière en Italie. Sa mort mystérieuse a alimenté les débats, et l’historiographie a du mal à dépasser cette question pour s’intéresser à la personne, à son ambition, à son action en tant que directeur de l’ENI. Au-delà de sa volonté de promouvoir l’autonomie de son pays, il semble mû par un réel désir de valoriser les États dont l’indépendance est récente. Les accords « 75/25 » s’inscrivent dans un dessein plus général : il s’agit d’échanger d’égal à égal avec ses interlocuteurs du Monde arabe, de les aider à acquérir un certain poids politique. Notons en particulier son engagement financier envers le Front de libération nationale algérien, au moment même où la Communauté économique européenne (CEE) se construit et resserre les liens de l’Italie avec la France.

  • 7  Coordinateur de la « doctrine Eisenhower » énoncée par le président américain en janvier 1957 – à (...)

23On remarquera cependant qu’en Libye, le roi Idris choisit de privilégier ses relations avec les États-Unis. En avril 1957 est signé un accord préliminaire entre Mattei et le chef du gouvernement libyen Moustapha Ben Halim pour une concession dans le Fezzan, à la frontière avec l’Algérie, gérée selon les termes définis à Téhéran. Les États-Unis envoient à Tripoli une délégation menée par James Richards7, qui pousse Idris à limoger son Premier ministre avant que l’accord définitif ne soit signé – un nouvel accord est bientôt stipulé selon les règles traditionnelles du 50/50 entre l’État libyen, onze sociétés américaines et deux anglaises. Si cet épisode peut s’expliquer par le contexte de décolonisation récente qui pousse la Libye à se montrer réticente vis-à-vis de l’Italie, il détermine également la pression qu’exercera bientôt Muammar el-Kadhafi à l’encontre des firmes américaines : celles-ci n’ont jamais permis à la Libye de s’affirmer en tant que puissance et de profiter pleinement des revenus financiers issus de l’exportation de pétrole. Les arguments permettant au colonel de s’opposer à la superpuissance américaine sont donc tout trouvés.

24Dans un premier temps, les relations entre l’Italie et son ancienne colonie demeurent relativement étroites. En tout premier lieu, elles s’inscrivent dans un effort plus général de l’Italie pour mener une politique favorable aux pays arabes. L’activisme d’Enrico Mattei trouve un écho dans la politique menée par Aldo Moro – président du Conseil de 1963 à 1968, puis plusieurs fois ministre des Affaires étrangères entre 1969 et 1974. Ce dernier cherche par ce biais à prolonger la politique néo-atlantique promue par Gronchi et Fanfani. Il veut se distinguer de la politique étrangère des États-Unis tout en gagnant le soutien de la gauche italienne. De son côté, le roi Idris entretient des rapports convenables avec l’Italie, notamment en raison de l’aide qu’elle peut encore lui apporter. Les compétences des anciens colons sont toujours précieuses pour le développement des provinces encore pauvres, majoritairement rurales et dont l’économie s’appuie essentiellement sur l’agriculture.

25Dès l’année 1956, les deux pays signent un accord dans lequel le gouvernement garantit les droits des citoyens italiens propriétaires de biens en Libye. Ce traité est jugé de manière extrêmement positive par la Péninsule et par les Italiens résidant dans l’ancienne colonie, qui restent particulièrement nombreux malgré les départs récents (passant de 45 000 personnes lors de l’indépendance à 20 000 lors de la prise de pouvoir de Kadhafi). De plus, Rome s’engage à verser à la Libye la somme de 5 milliards de lires pour réparer les dommages causés lors de la période coloniale et relancer l’économie du pays. À l’inverse, la découverte de l’or noir contribue fortement à modifier les relations entre les deux pays. La Libye fait davantage jouer la concurrence en ouvrant ses frontières aux compagnies pétrolières étrangères – l’épisode de 1957 en est un bon exemple. L’ENI n’obtient une concession qu’en 1961, en Cyrénaïque, et elle est exploitée seulement quelques années plus tard. À la suite de la guerre des Six Jours en 1967, qui entraîne la fermeture du canal de Suez, les intérêts de l’ENI en Libye grandissent fortement. En effet, le coût des concessions que la compagnie détient dans le Golfe persique augmente rapidement – il faut désormais contourner le continent africain pour transporter le pétrole vers l’Italie. De plus, elle perd celles concédées par l’Égypte sur le mont Sinaï (désormais occupé par Israël). Au cours des années suivantes, l’ENI est particulièrement active dans l’ancienne colonie, obtenant notamment une nouvelle concession en mai 1969. Mais celle-ci est remise en question par le régime qui prend le pouvoir à Tripoli le 1er septembre de la même année.

26Le colonel Kadhafi considère en effet comme illégitimes toutes les décisions prises par le roi Idris. Son discours nationaliste le pousse à chasser les populations étrangères installées sur le territoire libyen, qu’il s’agisse des forces armées américaines sur la base aérienne de Wheelus Field, ou des résidents particuliers italiens en Libye. Quant à l’industrie pétrolière, elle est nationalisée. Le nouveau dirigeant restructure considérablement les institutions politiques et économiques et mène un double jeu face à l’Occident : d’un côté, ses idéaux le poussent à fermer les frontières et à rejeter tout rapprochement avec un pays européen ou avec les États-Unis. De l’autre, il met fin au début de diversification que connaît l’économie nationale et recentre les ressources sur le pétrole. Mais le pays n’ayant pas les compétences nécessaires pour l’extraire de manière efficace, Kadhafi concède officieusement des contrats aux compagnies étrangères en échange des ressources (armes, notamment) lui permettant de mener à bien sa stratégie réelle en faveur du Monde arabe. Son coup d’État constitue clairement un tournant dans les relations entre la Libye et l’Italie. Cependant, le prestige dont bénéficie l’ENI au Moyen-Orient depuis les accords de Téhéran permet à l’Italie d’être aux premières loges lorsque le colonel ouvre des négociations frauduleuses : l’ENI apparaît comme l’interlocuteur idéal pour conclure des contrats permettant à la Libye de jouir de la plus grande partie possible des revenus issus du pétrole. Derrière un discours revanchard et agressif lié à la période coloniale, le leader libyen est donc prêt à faire des compromis avantageux pour l’Italie, et choisit d’entretenir des relations très particulières avec Rome en favorisant des accords secrets et peu conventionnels. En 1972 sont ainsi lancées des négociations officieuses au cours desquelles le colonel fait comprendre que la vente de pétrole sera directement liée à des fournitures d’armes. Cette affaire inaugure une décennie de relations bilatérales, et le lien fondamental esquissé auparavant entre pétrole et corruption est renforcé dans le monde politique italien. Le choc pétrolier de 1973 consolide par ailleurs la position de force de la Libye face au Vieux Continent. Au cours des premières années de son régime, Kadhafi construit donc un schéma auquel toutes les négociations pétrolières qui suivent vont correspondre.

  • 8  Expression désignant la période historique récente marquée par la violence de l’activisme politiqu (...)

27Dans ce contexte, le dossier Mi.Fo.Biali, rédigé en 1975, apparaît comme l’illustration parfaite des relations entre les deux pays au cours de cette période. Il faut dire que la prise de pouvoir du colonel correspond, en Italie, au début d’une période particulièrement troublée de l’histoire : les « années de plomb »8. Les années soixante-dix, que désigne cette expression, sont en effet le théâtre de violences sociales et politiques dans la Péninsule. Celles-ci commencent par l’« automne chaud » de 1969 et l’attentat de Piazza Fontana (Milan, le 12 décembre 1969) et se poursuivent jusqu’à l’attentat de la gare de Bologne, en août 1980. L’État de droit est gravement remis en cause, d’autant que divers complots visant à renverser ou à fragiliser le régime en place (coup d’État Borghese, P2…) sont découverts à intervalles réguliers tout au long de la décennie. La disponibilité du colonel Kadhafi à ouvrir des négociations peu soucieuses des normes du droit international est reçue très favorablement par le monde économique italien de ces années-là.

28Il semble toutefois que cette période dorée des relations italo-libyennes ne dure pas plus de dix ans. La fin de la décennie est marquée par une dégradation de la coopération entre les deux pays, due principalement au contexte international et aux affaires nationales italiennes. Le second choc pétrolier du printemps 1979, lié à la Révolution islamique iranienne, fragilise une nouvelle fois le commerce international du pétrole et oblige les pays occidentaux à redéfinir leur stratégie dans ce domaine. Le gouvernement de Rome se tourne donc vers l’Arabie Saoudite pour conclure des accords sur le modèle de l’affaire de 1972 avec la Libye. Ces accords sont dévoilés par la presse et créent un scandale qui oblige l’Arabie Saoudite à se désister.

29Par ailleurs, Muammar el-Kadhafi perd ses principaux interlocuteurs en Italie. En 1978, Aldo Moro est enlevé puis assassiné par les Brigades rouges, groupe terroriste d’extrême gauche. Quant à Giulio Andreotti, il quitte le pouvoir exécutif à la suite des élections législatives anticipées du 3 juin 1979. De facto, le colonel se trouve isolé. Il bénéficie toujours d’un certain soutien de la Péninsule, mais celui-ci est désormais contesté.

30Notons enfin qu’en cette fin de décennie, la vie politique italienne est particulièrement troublée. Le journaliste Mino Pecorelli publie de larges extraits du dossier Mi.Fo.Biali avant d’être assassiné (en mars 1979), et une contrebande de pétrole à l’échelle nationale – dont une partie est d’origine libyenne – et protégée par la Guardia di Finanza est progressivement découverte. À l’aube des années quatre-vingt, l’ensemble entraîne donc une redéfinition des relations entre l’Italie et la Libye.

31Étudier ce pan de l’histoire politique et économique italienne, avec ses parts d’ombre, nécessite un retour aux sources. Rares sont les auteurs qui se sont intéressés de près à ces thématiques. La bibliographie sur les « années de plomb » se concentre sur les violences politiques et sociales, le terrorisme et les complots. En ce qui concerne l’histoire de l’ENI, très peu d’ouvrages se sont penchés sur les années qui ont suivi la mort d’Enrico Mattei.

32Le dossier Mi.Fo.Biali, tombé dans le domaine public depuis seulement quelques années, a constitué le cœur de cette recherche. L’objectif initial était d’accomplir un travail presque philologique permettant de replacer toutes les informations qu’il contient dans le contexte plus général de l’histoire nationale italienne et des relations avec la Libye du colonel Kadhafi. Il constitue un instantané, un constat élaboré à un instant T, à partir duquel il a été possible de remonter aux origines de cet état de corruption des élites italiennes (de 1969 à 1975) et d’en rechercher les conséquences en aval (de 1975 à 1979). Mais le dossier seul est peu accessible au lecteur non averti, dans la mesure où seules quatre cent cinquante pages – au lieu des sept cents pages initiales – sont encore consultables, et où la plupart des acteurs évoqués ont été effacés de la mémoire collective. C’est donc en croisant les informations contenues dans le dossier avec celles de sources variées se rapportant à cette époque que l’on peut faire émerger un début d’explication. En tout état de cause, cela permet de comprendre à quel point sont interconnectées les multiples affaires de corruption, complot, terrorisme, etc., qui caractérisent l’Italie de cette période.

  • 9 Voir infra.
  • 10  G. Maletti, Audition du 3 mars 1997 devant la Commissione Stragi disponible en ligne : http://www. (...)

33À cet égard, les écrits de Mino Pecorelli, journaliste et directeur de l’agence de presse Osservatore politico jusqu’à sa mort en 1979, sont d’une importance capitale dans notre perspective. Il a pu en effet consulter nombre de documents classés secrets (dont le dossier Mi.Fo.Biali, qu’il révèle publiquement en 1978) et les a dénoncés tout au long de la décennie dans ses publications. À partir de 1970, ses affinités avec le général Vito Miceli (directeur du SID) lui permettent d’obtenir des contributions à la fois sur le plan de l’information et sur celui des finances. Cela l’entraîne notamment à prendre part à la querelle qui oppose Vito Miceli et Gian Adelio Maletti9, se positionnant en faveur du premier – ce qui lui vaut d’ailleurs, de la part du second, le surnom de « brebis galeuse du Service » (la pecora nera del servizio)10. Le responsable du SID cherche à utiliser Osservatore politico comme instrument et à contrôler les informations publiées par Mino Pecorelli. Ainsi, le 1er décembre 1973, il lui impose de collaborer avec le colonel Nicola Falde (ancien agent du SID), qui l’incite à modérer son discours. Ce dernier quitte l’agence dès février 1974, mais demeure en bons termes avec le journaliste, comme en témoigne le dossier Mi.Fo.Biali. Enfin, en novembre 1975, Mino Pecorelli adhère à la P2. En effet, la destitution du général Miceli, l’année précédente, signifie pour Osservatore politico la perte d’une source d’information et d’un soutien financier importants. À travers son adhésion à la loge de Licio Gelli, il espère donc lier de nouveaux contacts pour poursuivre son activité.

34Cette première indication donne le ton : c’est grâce à Mino Pecorelli que le dossier Mi.Fo.Biali est découvert à la fin des années soixante-dix et qu’il peut être utilisé comme pièce à conviction dans des procédures judiciaires. Mais lui-même apparaît justement comme l’un des acteurs – marginaux, certes – de l’affaire. Assumer la publication du dossier lui permet également de contrôler les informations qui sont effectivement révélées et de garder sous silence ses liens avec les personnes impliquées.

  • 11  Voir en particulier La tela del ragno. Il delitto Moro, Milan, Kaos, 2003 ; chez le même éditeur : (...)

35L’éclairage apporté par Mino Pecorelli est donc capital, d’autant qu’il dénonce également les accords italo-libyens de 1972 qui ne sont pas étrangers à ceux révélés par le dossier du SID en 1975. Pour autant, l’on ne saurait faire l’économie de la lecture des auteurs plus récents qui ont tenté de décrypter les écrits et la vie du journaliste. Outre les dossiers constitués par Sergio Flamigni11, les rapports techniques rédigés par Aldo Sabino Giannuli pour le parquet de la République de Brescia ont apporté un éclairage indispensable à cette étude. En effet, au début des années deux mille, cet universitaire reprend et analyse les articles de Mino Pecorelli, ainsi que les documents retrouvés dans le bureau de ce dernier après sa mort. Il replace l’ensemble dans le contexte plus général de la loge P2 et de ses relations avec le SID, contexte sans lequel de nombreux éléments de notre étude n’auraient pas pu trouver d’explication.

  • 12  Le dossier est utilisé comme pièce à conviction dans le cadre de ce procès.

36Il est donc naturel, eu égard au contenu du dossier Mi.Fo.Biali, de s’intéresser de près à la P2 et au rapport de la commission parlementaire d’enquête dirigée par Tina Anselmi à partir de 1984. On ne s’étonnera pas, d’ailleurs, de pouvoir y trouver la version la plus complète du dossier. D’un accès particulièrement ardu, il n’a pas pu être consulté dans son intégralité. Ce rapport sur la P2 répertorie cependant l’ensemble des interrogatoires de ses principaux dirigeants – ainsi que de Giulio Andreotti – mais aussi des acteurs de Mi.Fo.Biali et des généraux de la Guardia di Finanza. Parallèlement, la sentence du procès sur la corruption de la Guardia, conduit à Turin par les juges d’instruction Mario Vaudano et Pier Giorgio Gosso, constitue un outil primordial12. La sentence regroupe un grand nombre de témoignages et de dépositions d’hommes politiques, de militaires et d’hommes d’affaires liés à la contrebande et dont le nom est évoqué dans le dossier du SID. Il n’est d’ailleurs pas étonnant de retrouver les mêmes interrogatoires dans la sentence du procès et dans le rapport de la commission parlementaire. Une lecture aussi complète que possible de ces deux sources a donc permis de mettre en perspective, à la fois en amont et en aval, les informations contenues dans le dossier Mi.Fo.Biali.

  • 13  Spécialiste de l’époque coloniale et qui a publié en 2010 une biographie du colonel Kadhafi.

37Cette approche des années soixante-dix nécessite donc de croiser de nombreuses sources judiciaires, journalistiques et parlementaires, sans lesquelles le dossier ne pourrait pas être déchiffré. Restent tout de même les relations avec la Libye, à propos desquelles l’historiographie demeure relativement silencieuse. Les ouvrages d’Angelo Del Boca13 ont pu constituer un point de départ intéressant pour reconstituer les rapports entre les deux pays. Mais l’approche bilatérale reste marginale dans sa biographie. Sur ce thème, les publications d’Arturo Varvelli ont été d’une aide précieuse. Ce chercheur en Relations internationales, spécialiste de la politique étrangère italienne au Moyen-Orient et des relations entre l’Italie et la Libye à l’époque contemporaine – en particulier sur le plan sécuritaire – a notamment publié un ouvrage (L’Italia e l’ascesa di Gheddafi, 2009) qui éclaire remarquablement notre sujet. En travaillant notamment sur les archives diplomatiques italiennes, il met en lumière la rupture que constitue l’arrivée au pouvoir de Kadhafi dans les rapports entre les deux pays, et montre la spécificité de relations économiques qui se construisent au gré des humeurs revanchardes ou complaisantes du colonel. Cet ouvrage éclaire donc l’étude du dossier Mi.Fo.Biali en ce qu’il permet de comprendre le contexte international dans lequel ce dernier s’insère.

  • 14  Ce pacte conclu en 1973 permet aux groupes palestiniens de transiter et de faire passer des armes (...)
  • 15  Ensemble de notes rédigées par Aldo Moro en captivité à la suite de son enlèvement par les Brigade (...)

38Il s’agira donc dans ce livre de se pencher sur un aspect très peu étudié des années soixante-dix. Derrière les attentats et complots ourdis par les extrémismes de gauche et de droite, des phénomènes occultes de très grande ampleur prennent progressivement forme et permettent à ces extrémismes de s’exprimer. La loge maçonnique P2 renforce progressivement son influence pour finalement devenir omniprésente dans les affaires politiques et économiques de l’Italie. La corruption de la classe politique et d’une partie des forces armées se révèle particulièrement grave. Le dossier Mi.Fo.Biali fait état d’un mépris évident des élites à l’égard du droit, dont elles sont pourtant censées être les garantes. La mission de la Guardia di Finanza, rappelons-le, est de traquer les fraudes fiscales et autres irrégularités financières. Les relations entre l’Italie et la Libye à travers le prisme du dossier Mi.Fo.Biali apportent donc un éclairage particulier sur l’ensemble de la décennie. En effet, les affaires entre les deux pays semblent avoir un lien au moins indirect avec les événements des années de plomb. Tout au long de la décennie, le « lodo Moro »14 permet au terrorisme palestinien – soutenu par la Libye – de rester impuni sur la Péninsule. Puis, lors des polémiques liées au « mémoire » d’Aldo Moro15, des lettres privées d’hommes d’affaire italiens laissent entendre qu’une partie du mémoire a été détruite car elle contenait des informations sur les relations de l’Italie avec la Libye et Malte. Quant au trafic de pétrole couvert par la Guardia di Finanza, élément central du dossier Mi.Fo.Biali, il permet de mettre en évidence la réalité d’une corruption à l’échelle de l’État et d’en comprendre les mécanismes. Ce dossier constitue la preuve la plus évidente de l’implication des élites dans la contrebande et leur mépris des règles les plus élémentaires du droit. Par une approche presque philologique de ce texte, le lecteur peut donc s’immiscer au cœur du système et comprendre les lois qui le régissent.

39Cet ouvrage cherchera donc à mettre en évidence la place du dossier Mi.Fo.Biali dans le contexte plus général des relations entre l’Italie et la Libye et dans les affaires nationales italiennes. Des premières négociations liant fournitures d’armes, pétrole et pots-de-vin sont menées en 1971-1972 à l’initiative du colonel Kadhafi. Il s’agira de comprendre ce que les accords révélés par le dossier doivent à ce premier épisode et d’établir un lien avec le scandale ENI-Petromin (compagnie pétrolière saoudite) de 1979, qui repose sur les mêmes logiques. Par ailleurs, la question des intentions des différents acteurs est centrale. On peut en effet considérer les premières années du pouvoir de Kadhafi comme une nouveauté fondamentale capable d’inspirer des relations italo-libyennes d’une nature nouvelle. Le colonel détruit les équilibres qui régissaient les rapports bilatéraux de l’ère d’Idris et adopte un discours agressif pour acquérir une plus grande marge de manœuvre dans les affaires officieuses. Pour autant, il n’est pas certain que Kadhafi ait élaboré une stratégie à long terme dans laquelle s’inscrirait ce processus de destruction et de reconstruction. Cette étude cherche également à comprendre le lien à établir entre les relations officielles des deux pays et les accords pétroliers qui rythment la décennie. L’hypothèse selon laquelle il s’agirait de deux secteurs distincts semble plus recevable, dans la mesure où, en dépit des accords, la politique du colonel demeure particulièrement agressive vis-à-vis de l’Italie. De plus, le dossier Mi.Fo.Biali ne semble pas déterminer les autorités politiques italiennes comme agent principal des relations avec l’ancienne colonie. Le gouvernement n’est pas directement impliqué dans cette opération : l’influence obscure de la Libye sur les affaires italiennes semble, à première vue, ne concerner que des acteurs privés dont l’engagement politique se limite à une activité extraparlementaire. Toutefois, la deuxième moitié de la décennie soixante-dix est marquée par des accords entre Kadhafi et Fiat et par la première visite officielle d’un président du Conseil italien en Libye depuis 1969 (Giulio Andreotti, en 1978). Les deux pays semblent donc entretenir des rapports de confiance, ce qui accrédite l’hypothèse selon laquelle les relations officielles sont déterminées par les relations secrètes entre l’Italie et la Libye. De ce fait, une nouvelle question se pose : les deux pays donnent-ils la même importance à la hiérarchie établie entre relations secrètes et relations officielles ? Une réponse négative conduirait en effet à s’interroger sur la nature exacte des intérêts de chaque acteur et sur l’éventuelle position de force des Libyens face aux Italiens, ou inversement.

40L’analyse chronologique menée dans cet ouvrage entend étudier pas à pas la redéfinition des relations italo-libyennes après le coup d’État du colonel, ainsi que la mise en place d’un système de corruption qui échappe totalement à l’État de droit. En confrontant les différentes sources disponibles, il s’agira de reconstituer de manière précise les accords pétroliers, le dossier Mi.Fo.Biali et d’en comprendre les enjeux afin de les replacer dans le cadre des années de plomb italiennes et des évolutions survenues dans les dernières années du règne de Kadhafi.

Notes

1  Voir J.-Y. Moisseron, « Libye, la rupture du pacte tribal », Libération, 24 février 2011.

2  H. S. Villard, Libya. The New Arab Kingdom of North Africa, Ithaca (N.Y.), Cornell University Press, 1956, p. 56, cité par D. Vandewalle, Storia della Libia Contemporanea, Rome, Salerno, 2007, p. 63.

3  D. Vandewalle, ibid., p. 17.

4  Cinq d’entre elles sont américaines, l’une est britannique et la dernière est anglo-hollandaise : Standard Oil Company of New Jersey (Esso, puis Exxon Corporation), Socony-Vacuum Oil Company (devenue Mobil Oil Company), Standard Oil Company of California (connue sous le nom de Chevron), Texas Oil Company (Texaco), Gulf Oil Corporation, Anglo-Persian Oil Company (Apoc, devenue ensuite British Petroleum Company, BP), Royal Dutch Shell Oil Company (Shell).

5  Jusque-là, la formule traditionnelle reposait sur un accord paritaire fifty-fifty.

6  M. Pirani, Poteva andare peggio: mezzo secolo di ragionevoli illusioni, Milan, Mondadori, 2010, p. 354-355.

7  Coordinateur de la « doctrine Eisenhower » énoncée par le président américain en janvier 1957 – à la suite de la crise de Suez –, selon laquelle les États-Unis doivent devenir l’arbitre de la Méditerranée et du Moyen-Orient. Au premier semestre 1957, James Richards est chargé d’effectuer une tournée dans la région pour coordonner cette nouvelle orientation politique en élaborant des accords bilatéraux avec chacun des pays concernés.

8  Expression désignant la période historique récente marquée par la violence de l’activisme politique et correspondant aux années soixante-dix en Italie. Elle provient de la réception du film de la réalisatrice allemande Margarethe von Trotta, Die bleieme Zeit, primé à la Mostra de Venise en 1981 et diffusé en Italie sous le titre Gli anni di piombo.

9 Voir infra.

10  G. Maletti, Audition du 3 mars 1997 devant la Commissione Stragi disponible en ligne : http://www.senato.it/documenti/repository/leggi_e_documenti/raccoltenormative/30%20-%20stragi/AVVIO.pdf (consulté le 18 juillet 2014).

11  Voir en particulier La tela del ragno. Il delitto Moro, Milan, Kaos, 2003 ; chez le même éditeur : Trame atlantiche. Storia della loggia segreta P2, 2005 ; « Il mio sangue ricadrà su di loro ». Gli scritti di Aldo Moro prigioniero delle Br, 1997 ; Dossier Pecorelli, 2005 ; Le idi di marzo. Il delitto Moro secondo Mino Pecorelli, 2006 ; Dossier P2, 2008.

12  Le dossier est utilisé comme pièce à conviction dans le cadre de ce procès.

13  Spécialiste de l’époque coloniale et qui a publié en 2010 une biographie du colonel Kadhafi.

14  Ce pacte conclu en 1973 permet aux groupes palestiniens de transiter et de faire passer des armes sur le territoire italien sans risque, en échange de l’engagement de ne pas accomplir d’attentats en Italie.

15  Ensemble de notes rédigées par Aldo Moro en captivité à la suite de son enlèvement par les Brigades rouges, le 16 mars 1978. Souvent compromettantes, ces notes concernent la politique et les politiciens italiens, mais ne seront jamais entièrement retrouvées. Une partie est découverte à Rome le 10 avril lorsque les Brigades rouges font connaître un texte écrit par Aldo Moro à l’encontre d’Emilio Taviani. Puis le 1er octobre 1978, soit cinq mois après sa mort, le noyau spécial antiterrorisme dirigé par Carlo Alberto Dalla Chiesa découvre de nouveaux écrits dans le repaire des Brigades rouges situé rue Monte Nevoso à Milan. Enfin, au même endroit en 1990 sont découvertes des photocopies de notes inconnues jusqu’alors. De nombreux doutes persistent donc autour de cette affaire : que sont devenus les originaux ? S’il est encore possible de trouver de nouvelles pièces douze ans après la mort d’Aldo Moro, peut-on vraiment considérer que son mémoire est désormais complet ?

© ENS Éditions, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search