Version classiqueVersion mobile

Principes de géographie humaine

 | 
Paul Vidal de La Blache

Deuxième partie. Les formes de civilisation

Chapitre I

Les groupements et les milieux

Texte intégral

I. La force du milieu

1À mesure que les rangs de la population humaine se sont épaissis, de nouveaux rapports ont été noués avec le sol. Des groupes en nombre croissant ont senti la nécessité de se localiser, de prendre racine dans une contrée plus ou moins déterminée. Volontaire peut-être et spontanée chez les uns, cette concentration a été pour d’autres un effet de force majeure, résultant de poussées qui les ont refoulés dans des régions moins hospitalières. Il est difficile d’admettre que ce soit en vertu d’un libre choix que des sociétés humaines aient accommodé leur existence au climat du Sahara ou à celui des régions circumpolaires, au point d’en paraître aujourd’hui inséparables. Progressivement donc, et par une suite d’événements dont l’histoire ne montre que les répercussions ultimes, un tassement s’est opéré entre les milliers, puis les millions d’hommes qui avaient à s’arranger de l’espace que les eaux, les déserts glacés ou arides laissaient libre. L’occupation s’est faite plus intensive. Les habitants ont dû se mettre en complète harmonie avec l’entourage et s’imprégner du milieu.

2Sous ce nom de milieu, cher à l’école de Taine, sous celui d’environnement, d’emploi fréquent en Angleterre, ou même sous celui d’œcologie, que Haeckel a introduit dans la langue des naturalistes — termes qui au fond reviennent à la même idée —, c’est toujours la même préoccupation qui s’impose à l’esprit, à mesure que se découvre davantage l’intime solidarité qui unit les choses et les êtres. L’homme fait partie de cette chaîne ; et dans ses relations avec ce qui l’environne, il est à la fois actif et passif, sans qu’il soit facile de déterminer en la plupart des cas jusqu’à quel point il est soit l’un, soit l’autre. Il a été dit des choses pénétrantes et justes sur les influences de position, de climat, sur le poids dont pèse le monde inorganique ; et l’on est loin assurément d’avoir épuisé la matière. Si l’homme, trop désarmé devant le climat et les forces inanimées, est plus à l’aise vis-à-vis du monde vivant, encore faut-il compter que les êtres auxquels il a affaire, ayant subi comme lui les influences du climat ambiant, les lui renvoient répercutées, accrues et multipliées de toutes parts. Ce n’est pas entre des individus que son activité s’exerce, mais entre des associations collectives, qui n’ont pas moins de droits, les uns et les autres, à être regardés comme autant d’expressions du milieu. Ainsi cette notion de milieu, qui se résumait jadis en une formule trop simple, ne cesse de se compliquer par les progrès de notre connaissance du monde vivant ; mais cette complication même permet de la serrer de plus près.

3Au point de vue géographique, le fait de cohabitation, c’est-à-dire l’usage en commun d’un certain espace, est le fondement de tout. Dans les cadres régionaux où se sont accommodés des groupes humains, ils se sont trouvés en présence d’autres êtres, animaux et plantes, également groupés et vivant en rapports réciproques. Les causes qui ont présidé à ces rassemblements sont diverses ; elles tiennent au moins autant au hasard qu’à des affinités spécifiques. Les vicissitudes de climat ont affecté, troublé de diverses façons la répartition des plantes ; les péripéties de la concurrence vitale ont modifié en tous sens la distribution des êtres ; et pour les hommes en particulier la dispute de l’espace n’a pas cessé de produire des effets perturbateurs. C’est par colonies, par essaims, plutôt que par le jeu régulier d’expansions naturelles, que se sont formés la plupart des rassemblements vivants. Parmi les êtres qui les composent, beaucoup ont apporté dans l’espace qui les tient réunis des qualités ou des habitudes contractées ailleurs.

4Mais à défaut d’affinité originelle, le lien géographique qui les relie est assez fort pour les maintenir en cohésion et pour former un faisceau de tous ces êtres, en vertu du besoin qu’ils ont de s’appuyer les uns sur les autres. Il ne tient qu’à nous de voir à l’œuvre cet effort d’accommodation à un espace donné : une fente de rocher, pour peu qu’il s’y soit niché un peu de poussière, se tapisse de quelques mousses auprès desquelles adviennent, au hasard des germes qu’a apportés le vent, des plantes diverses ; et autour de ces végétaux, un monde bruissant d’insectes ne tarde pas à affluer. Telle est, en raccourci, l’image symbolique des groupements auxquels on assiste.

  • 1 Voir E. Roubaud, Les mouches tsétsés en Afrique occidentale française (Annales de Géographie, XXII, (...)

5Cette interdépendance de tous les cohabitants d’un même espace, de tous les commensaux d’une même table, ennemis ou auxiliaires, chasseurs ou gibiers, tient aux conditions dans lesquelles fonctionne leur organisme, et relève ainsi du climat. L’étude de la physiologie des êtres vivants autres que l’homme nous fait pénétrer dans le secret de ces rapports. Il est vrai qu’elle ne date guère que d’hier. C’est surtout parmi les représentants minuscules du monde animal, insectes ou rats, auxquels semble dévolu le redoutable rôle d’agents de transmission, qu’il y a des connexités et des relations à saisir. Les différentes espèces de glossines, messagères de tripanosomes, laboratoires vivants dans lesquels mûrissent les germes pathogènes qui infestent de vastes contrées en Afrique et ailleurs, commencent à nous être connues dans leurs exigences d’habitat, dans le fonctionnement même de leurs secrétions ; et nous pouvons discerner que les unes et les autres, comme les formations végétales auxquelles elles sont associées, sont, à divers degrés, fonction de la température et de l’humidité ambiante1. Nous n’avons pas affaire à des fléaux vaguement diffus ; mais à des êtres localisés, et, jusque dans leurs migrations périodiques, assujettis à des conditions strictement déterminées de climat.

6Chaque collectivité vivante, dans les cadres tracés par les climats, obéit à ses propres besoins, poursuit ses buts ; et ces activités multiples s’entrecroisent avec la nôtre. L’homme intervient en associé autant qu’en maître. À la suite des plantes et des animaux qu’il introduit, beaucoup d’autres se glissent sans sa permission et travaillent pour d’autres buts. Lui-même sert à son insu à des fins qu’il ne soupçonnait guère. Il vous est arrivé, marchant sur des chaumes, de faire lever des nuées d’insectes : vous verriez, en vous retournant, que des oiseaux épient vos pas ; vous leur servez de rabatteur.

7Le sentiment obscur et inquiétant de cette force enveloppante qui se dégage autour de nous du milieu physique et du milieu vivant, fut jadis une hantise de l’imagination humaine, comme l’attestent, sous toutes les latitudes, tant de mythologies, de pratiques superstitieuses, de dictons et légendes. On dirait aujourd’hui que ce sentiment s’efface, ou que du moins, par la foule d’objets exotiques qui entrent dans notre vie quotidienne, il a perdu toute forme concrète. L’homme de nos jours n’a d’yeux que pour se contempler dans l’exercice de sa puissance. Bien des choses pourtant devraient nous avertir des effets toujours actifs sur nous-mêmes de ces influences collectives. Jamais plus d’occasions n’ont été offertes d’assister à la transplantation de groupes humains dans des milieux différents. La colonisation, l’immigration nous mettent en présence de pays, non pas neufs comme on dit à tort, mais autrement organisés sous l’influence d’autres conditions physiques. Ce n’est qu’au prix d’une appropriation plus ou moins lente et difficile que les nouveaux venus parviennent à s’y installer ; quand ce passage est accompli, que d’autres habitudes ont été contractées et qu’un commencement d’hérédité les a déjà cimentées, nous nous trouvons en face de types humains nouveaux. Les rejetons détachés du vieux tronc ont mué dans ces atmosphères différentes. On cite souvent l’exemple du Yankee de la Nouvelle-Angleterre ; mais il y a, dans l’intérieur des Appalaches, d’autres groupes, plus isolés, moins connus, qui ont également dévié, mais dans d’autres sens, du type originel. Les Boers sont l’exemple le plus frappant de ce que peut devenir, en deux siècles, un groupe qui a changé l’atmosphère de la Hollande pour l’air sec des plateaux africains. Et dans les hautes vallées du Brésil méridional, à l’écart des villes, de nouveaux types de population sont en train de se former. Les vieilles considérations qui nous ont été transmises d’âge en âge sur la puissance des milieux accrue de la complicité des habitudes, ne sont nullement des valeurs négligeables dans l’état des civilisations présentes.

II. L’adaptation au milieu chez les plantes et les animaux

8Cette puissance des milieux fait que les êtres vivants cherchent à s’y adapter par les moyens dont ils disposent. Notre planète est conditionnée de telle sorte que l’existence de ses habitants doit se plier à d’incessantes vicissitudes de climat. L’imagination d’un Wells se plairait sans doute à décrire ce que serait l’existence des habitants d’une planète dont l’axe serait incliné de façon à échapper aux variations diurnes et saisonnales. Pour nous, les paroxysmes de température ou de sécheresse, les brusques vagues de chaud et de froid sont une source continuelle d’épreuves ; si bien même qu’un changement de vent, un coup de sirocco, de khamsin, ou, comme on dit en Sardaigne, de Levante maladetto, suffit pour produire une secousse, jeter le trouble passager dans notre organisme.

9Un effort sans cesse renouvelé serait nécessaire pour faire face à ces vicissitudes, si l’adaptation et l’accoutumance n’intervenaient pas pour en amortir les chocs. L’adaptation équivaut à une économie d’efforts qui, une fois réalisée, assure à chaque être, à moins de frais, l’accomplissement paisible et régulier de ses fonctions. Si elle manque, l’organisme s’inquiète ; il fait de son mieux pour y tendre. Des expériences ont montré que des plantes transportées de la plaine à la montagne étaient capables en très peu d’années de modifier leurs organes extérieurs pour les mettre en rapport avec leur nouvel habitat. Cette improvisation, quel qu’en soit l’intérêt, ne saurait passer pour une adaptation définitive ; il faut sans doute une longue hérédité pour assurer la transmission régulière de caractères acquis pour la circonstance. Mais ce qu’elle met bien en lumière, c’est l’extrême sensibilité des organismes à toute variation du milieu ambiant. Un changement d’altitude a pour effet immédiat de faire jouer un ressort dont le mécanisme, assez mystérieux, affecte les organes de communication et d’échange avec le monde extérieur.

10Rivée au sol, astreinte à vivre et à se nourrir sur place, la plante n’a que des moyens limités de résistance. Ils n’en sont que plus caractéristiques. C’est sur les tissus, le feuillage, la taille, le développement respectif des organes extérieurs et souterrains que porte l’adaptation. Contraction des feuilles, pilosité, enduit coriacé, formation d’organes de réserve, ici le pelotonnement des branches, ailleurs leur étalement en parasols, représentent autant de formes diverses de protection contre la sécheresse, l’âpreté du froid, les assauts des vents, les morsures de l’air ambiant. Ces procédés ne sont pas sans rencontrer des analogies dans le règne animal : il suffit de rappeler entre mille exemples, le pachm ou duvet de la chèvre de Cachemir, l’épaisse toison du yack, la fourrure dont se revêt le tigre en Mandchourie et qui devient comme la livrée commune des animaux des régions arctiques.

11Mais, l’animal disposant par la locomotion d’un avantage qui lui permet de s’émanciper, d’échapper à une étreinte rigoureuse du milieu, c’est principalement sur les organes de locomotion qu’a porté son effort. Comme par l’effet d’un stimulant spécial, toute la force de ce que nous appelons l’instinct animal a agi dans ce sens. Si l’on se borne aux grandes espèces animales qui partagent avec l’homme le séjour de la terre ferme, c’est comme coureurs ou grimpeurs que se différencient les hôtes des régions dont le dualisme s’oppose dans toute la nature, espaces découverts et forêts. L’adaptation n’éclate pas moins avec le relief et le sol. À la vigueur élastique de leurs croupes les équidés doivent de franchir vivement de grandes distances ; à sa carrure arcboutée sur des piliers espacés le yack doit son imperturbable aplomb. De leurs durs sabots terminant des jarrets nerveux, le mouflon, le chamois assurent de roc en roc leurs exploits d’acrobates ; tandis que le chameau étale son pied large et mou sur le sable ; que l’éléphant ramasse en avant le poids de son corps pour frayer sa piste à travers la végétation des mares spongieuses.

12De quelle application ces exemples sont-ils à l’homme ? Il est évident d’abord que, par ses organes de respiration, de nutrition, de secrétion, il reste, comme les animaux, imbibé des influences du milieu ambiant. L’expérimentation médicale n’est-elle pas précisément fondée sur ces analogies physiologiques ? Mais on peut remarquer en outre que, si dans sa réaction contre les exigences du milieu les procédés défensifs peuvent à certains égards différer, le principe même dont cette défense s’inspire chez les hommes ressemble à celui que nous observons chez les animaux. Il s’agit, pour les uns comme pour les autres, de cultiver un avantage spécial, de consolider la supériorité qui leur est propre. Le recours que les uns ont cherché dans ce qui les distingue, la locomotion, l’homme le cherche dans ce qui le distingue aussi, son cerveau. Il a tendu son effort vers ce qui créait à son profit une nouveauté, vers ce qui avait l’attrait d’une invention ; et il a trouvé dans cet effort le même plaisir que celui que les animaux les mieux armés pour la course ou pour l’attaque éprouvent à exercer leur agilité ou leur force. Libre de disposer de bras pour saisir et de doigts pour modeler la matière, il a créé l’instrument. À la différence des lys « qui ne filent pas », il pourvoit lui-même à la protection de son corps. Quant à la vitesse, c’est à l’animal, puis aux énergies accumulées dans la matière qu’il l’emprunte. Il y a comme un principe immanent de progrès dans ces conflits qui naissent des nécessités du milieu.

III. L’adaptation de l’homme au milieu

  • 2 Anecdote rapportée par Cornelius Nepos, cité par Pomponius Mela (III, 45).

13Dans les conceptions simplistes des anciens, à chaque principale zone terrestre correspondait une race spéciale ; et lorsque par hasard certains faits contraires à la théorie survenaient, on cherchait des explications plus ou moins vraisemblables. C’est ainsi que, dans leurs relations avec le Nord, les Romains ayant eu connaissance, un jour, d’hommes à teint foncé, les savants d’alors se hâtèrent de supposer que des Indiens avaient été jetés dans ces régions par un naufrage2.

14L’expérience a fait justice de ces idées ; mais il n’en reste pas moins que, de toutes parts, s’offrent des cas d’adaptation physiologique des plus remarquables. La forte pigmentation de la peau, l’activité des glandes de secrétion dont elle est pourvue, constituent pour les Nègres un avantage sur les autres races qui se trouvent aussi dans les régions tropicales ; l’active évaporation qui se produit à la surface des tissus, et le refroidissement qui en est la suite, maintiennent l’équilibre entre la chaleur du corps et celle de l’extérieur. L’Indien de l’Amazonie est loin d’être aussi bien armé contre son climat.

15Si nous passons des régions humides et chaudes à celles où les contrastes de température sont plus précipités, où la sécheresse de l’air est susceptible d’atteindre les plus hauts degrés, d’autres traits d’adaptation nous frappent. Ce climat sec resserre les tissus de la peau, précipite la circulation du sang. Le sang, plus pauvre en eau, agit vivement sur le système nerveux et en excite la fonction. Associée à des variations brusques, heure par heure, de température, au rapide renouvellement des éléments de l’air, cette sécheresse est un tonique et un stimulant. Hippocrate l’avait dit, en pensant aux Méditerranéens. L’observation s’applique mieux encore aux populations sahariennes ou steppiques par rapport aux Nègres du Soudan. Partout où se produit ce contact, de l’Atlantique à l’océan Indien, depuis les Maures du Sénégal jusqu’aux Massaï des régions nilotiques, on voit comme un fait naturel, fondé sur la supériorité intellectuelle, la domination ou la prépotence des races vivant sous l’atmosphère désertique.

16Mais, d’autre part, l’altitude intervient comme principe perturbateur engendrant d’autres conséquences. Des populations relativement nombreuses sont établies, à 2 000 mètres et plus, sur les plateaux qui, dans les contrées les plus éloignées du globe, en Abyssinie comme dans les Andes, occupent une partie des régions tropicales. Elles s’y sont acclimatées de longue date et forment comme des îlots distincts. La sécheresse de l’air, par l’obstacle qu’elle oppose aux fermentations de la vie microbienne, y garantit cette remarquable salubrité dont l’attrait rassembla sans doute les hommes à l’abri de la maladie des terres basses. Issus de races assurément bien diverses, ils semblent néanmoins avoir contracté sous l’influence ambiante un caractère commun qui s’est enraciné : l’antipathie pour l’effort. L’égale douceur des températures et la facilité du climat n’en sont probablement pas la seule cause. Comme la tension atmosphérique diminue sensiblement dans ces hautes altitudes, la combinaison de l’oxygène de l’air avec les globules du sang s’opère plus lentement dans les poumons : l’apathie, la répugnance à toute prolongation d’effort musculaire ou autre, seraient, d’après des observations dignes de foi, la conséquence de ce ralentissement du mécanisme essentiel qui, par le sang, agit sur la vie nerveuse. Que de phrases on a répétées sur l’air d’atonie et de tristesse qu’exprime la physionomie de ces indigènes d’Amérique ! Le fait est réel ; et je me rappelle avoir été frappé, au Mexique, de l’absence de mouvement et de gaîté, même chez les enfants, dans les groupes qui se formaient pour les repas autour des gares. Cela ne serait-il pas un simple effet d’hérédité physiologique ?

  • 3 IV, 183.

17On recueillerait sans doute beaucoup d’autres exemples d’accords semblables, entrés dans le tempérament et cimentés par l’hérédité, si l’on possédait une connaissance plus complète des peuplades perdues dans l’intérieur des continents. Lorsque Nachtigal pénétra dans le Tibesti, un des coins alors les plus inaccessibles du Sahara, l’aspect des habitants lui rappela ces « Éthiopiens troglodytes » dont l’adresse à courir et à sauter était proverbiale du temps d’Hérodote3 : peuple de chèvres vivant dans un pays de rochers. Leur corps maigre et bien proportionné, aux attaches fines, exprime la prompte obéissance des muscles aux nerfs moteurs. Au contraire, dans la région du Haut-Nil, Schweinfürth nous décrit des tribus que leurs longues jambes étiques et leurs attitudes d’échassiers en sentinelle au bord de l’eau, ne singularisent pas moins comme peuple de marécages. Ainsi, comme il arrive dans l’animalité, c’est dans les organes de locomotion qu’apparaissent surtout les différences entre ces primitifs.

18On comprend qu’une adaptation extrêmement rigoureuse à de certains milieux rende ceux qu’elle a ainsi façonnés réfractaires à des milieux différents. Darwin remarque que, plus un groupe humain est bas dans l’échelle des civilisations, plus il est incapable d’acclimatation. L’observation est d’une grande portée, mais elle n’exclut nullement pareille incapacité chez des peuples avancés en civilisation. L’Abyssin se tient à l’écart des marécages qui bordent sa citadelle naturelle, comme le Chibcha ou le Quitchua des Andes évite l’humidité forestière de la Montaña, et comme le Hova de l’Imérina laisse aux Sakalaves le séjour des plaines. Réciproquement le Chinois et l’Annamite, peuples de plaines, répugnent aux séjours montagneux dont les Lolos, les Moïs et autres tribus ont su parfaitement s’accommoder. La zone marécageuse qui, sous le nom de Téraï, borde au Sud-Est les Himalayas, n’est point absolument inhabitée ; cependant c’est une région où ne se hasarde guère l’Hindou et qui forme, entre la montagne et la plaine, une des limites ethniques les plus marquées qui existent.

19Le rôle de l’altitude est décisif dans ces exemples ; c’est elle qui dessine des zones de ségrégation rigoureuse, qui trace des adaptations irréductibles. On ne saurait s’attendre à des limitations aussi nettes suivant de simples différences de latitude. Cependant l’exemple des Nègres est encore ici instructif. Ceux de l’Ouest de l’Afrique ont eu le fâcheux privilège de servir de champ d’expérience. Un accident de l’histoire, qui est aussi un paradoxe géographique, — sans parler d’un acte de lèse-humanité — les a transplantés aux États-Unis, bien au-delà de leur domaine d’origine. Introduits dans les plantations depuis plusieurs siècles, ils s’y trouvent aujourd’hui en contact avec une civilisation qui, par l’attrait de ses salaires, les pousse au-dehors et leur ouvre un large champ.

  • 4 1860 : 4 441 810 ; 1910 : 9 827 763.

20Le séjour des États du Sud ne leur a pas été défavorable, puisque, dans le demi-siècle qui vient de s’écouler, leur nombre a doublé4. Voici pourtant l’évolution que permet de soupçonner l’analyse des derniers recensements : elle consiste en un double phénomène ; tandis que le contingent nègre augmente dans quelques grandes villes du Nord, Philadelphie, New York, Chicago, il ne cesse de diminuer dans les États ruraux, Maryland, Virginie, Kentucky, Tennessee, qui forment la zone marginale et extrême de son domaine. Un phénomène de contraction se devine, qui raréfie peu à peu l’élément nègre au-delà du 35° de latitude environ, et le condense au contraire dans la région en-deçà, soit entre la Caroline du Sud et la Louisiane. L’auréole se resserre en s’épaississant. L’influence du climat, malgré le contrepoids d’attractions économiques, ramène insensiblement l’expansion nègre vers les contrées humides et chaudes qui en circonscrivent les limites naturelles.

21On serait entraîné par ces faits vers les questions de prédispositions et d’immunités pathologiques ; chapitre curieux, mais encore peu exploré d’une science qui n’est pas de notre domaine.

IV. Formation des groupes ethniques complexes

22Nous sommes donc en présence de groupes qui semblent chez eux, dans leur milieu naturel ; quelques-uns même ont cristallisé sur place ; d’autres, arrachés à leur milieu, tendent à s’en rapprocher. Que faut-il penser ? Est-ce à un cantonnement régional, voué à l’endémisme, qu’aboutit la notion du milieu ? Tel n’est point assurément le spectacle que présentent les réalités actuelles.

23Rien n’est à ce point tranché ; ni dans la nature humaine dont la plasticité égale les ressources, ni dans la nature physique qui admet dans son jeu tant de diversités et de nuances. Les contrastes ramassés, opposant brusquement les climats, sont relativement rares : c’est par transitions graduelles que les zones s’atténuent et se transforment. N’est-ce pas par addition de touches de plus en plus marquées, mais éventuellement interrompues par des retours de physionomies qu’on croyait disparues, que se déroulent, suivant les climats, silves, savanes, steppes, prairies et forêts ? Conditions propices au mélange des hommes. À mesure que les groupes tendaient à conquérir et à occuper plus d’espace, rien dans la nature ne s’opposait sérieusement à la formation de groupes intermédiaires servant de traits d’union entre les distinctions fondamentales de races. Comme dans les peintures pharaoniques où voisinent côte à côte les figures claires, rougeâtres, jusqu’au noir le plus pur, l’image de l’humanité dut apparaître de plus en plus composite.

24L’analogie des climats fournit le fil conducteur. Elle favorise l’infiltration, guide l’accoutumance. Les brusques transports de groupes d’un certain milieu à un milieu tout différent ont été rarement couronnés de succès ; ils ont été parfois payés de désastres, comme l’attestent les tentatives avortées dont abonde, presque jusqu’à nos jours, l’histoire de la colonisation moderne.

  • 5 Nachtigal, Sahara und Sudan, II, p. 436 ; Auguste Chevalier, L’Afrique centrale française, Paris, 1 (...)

25Si l’Afrique du Nord est le champ où ne cessent de se croiser Sémites, Berbères et Nègres, c’est en raison des affinités qu’elle offre respectivement au Nègre par ses oasis, aux autres par les similitudes de périodicité saisonnale, la correspondance des cycles de végétation, l’usage des mêmes animaux domestiques. On a souvent constaté par quelles transitions presque insensibles on passe des Fellahs égyptiens aux Barbarins de Nubie, de là aux Bedjas et aux Éthiopiens de l’Afrique orientale. Il y a plus : entre ceux-ci et les Maures de l’Afrique occidentale, l’ethnographie signale de singulières ressemblances ; comme si aux deux extrémités du continent les mêmes causes avaient produit les mêmes effets, et que, de ces mélanges hamitiques ou sémitiques avec une proportion de sang nègre, fussent résultés des groupes très analogues. De bons observateurs ont décrit le processus de ce métissage : c’est d’abord, chez le Berbère ou l’Arabe, la coloration de la peau qui se fonce ; les autres caractères, nez droit, lèvres minces, cheveux lisses, persistent plus longtemps5, — et sans doute aussi la supériorité cérébrale. On a l’impression d’un phénomène en marche, en voie d’expansion.

26L’Inde représente, dans son immensité, une des régions dont le climat est le plus homogène ; entre le Pendjab et Ceylan, sur 26 degrés de latitude, la température moyenne de l’année n’accuse pas même deux degrés de différence ; il est vrai que les quantités de pluie sont très inégales. Ce vaste espace servit d’arène à une race qui tient le milieu entre les tribus aryennes venues par le Nord-Ouest et les Négroïdes dont on discerne les restes dans l’Extrême-Sud. Sous le nom de Dravidiens, se range toute une série de types connexes, dont on peut suivre la gradation, depuis le sauvage des monts de Travancore jusqu’au Tamoul civilisé des plaines, depuis le Sautal noir et trapu du Chota Nagpour jusqu’au Brahmane olivâtre et élancé de la plaine du Gange ; race, d’ailleurs, solide et fortement enracinée. C’est dans ce fond, resté original malgré les mélanges, que puise l’émigration actuelle vers l’Assam et vers la Birmanie ; de là, sans doute, vinrent jadis les Khmers du Cambodge. Les multiples croisements, inévitables dans une si vaste contrée, ont eu pour effet de rendre la race malléable, apte à absorber un grand nombre d’éléments.

27Plus souple encore est peut-être la combinaison ethnique qu’on désigne sous le nom de race malaise. Elle a trouvé son expansion dans le monde d’archipels et de détroits qui s’étend à l’Est du continent asiatique, comme sous son ombre. Entre le réservoir humain de l’Inde, le groupe mélanésien très mélangé lui-même, et les races mongoloïdes, s’interpose un ensemble de types, qui participe plus ou moins des uns et des autres. Il se charge au Sud-Est, au voisinage mélanésien, d’éléments plus foncés ; tandis qu’aux Philippines, et déjà même aux Célèbes, se montrent des individus qu’on prendrait pour des Japonais. Aucun hiatus, dans cette zone de moussons, n’interrompt la chaîne des races.

28Le docteur Hamy insistait fréquemment dans ses leçons sur « l’extrême difficulté d’une délimitation scientifique entre Jaunes et Blancs ». La formation d’un peuple sibérien fournira, un jour, le commentaire de cette remarque. Celle du peuple russe la confirme indirectement en une certaine mesure. Entre la Volga et la Baltique, dans une zone qui ne s’écarte guère du 55° de latitude, et que caractérise l’alternance de clairières à sols meubles et de forêts à feuilles caduques, qui présente par conséquent la même combinaison de matériaux de construction et de terroirs agricoles, Slaves et Finnois ne cessent de s’entrepénétrer et graduellement se confondent. Tour à tour les Mordves, Tchérémisses, et autres tribus finnoises s’incorporent au peuple des Grands-Russes, dans une individualité qui ne s’affirme que davantage en se renforçant de nouvelles recrues.

29Je n’ajouterai à cette suite d’exemples que celui des bords européens de la Méditerranée. Par une rare fortune, les lueurs de l’histoire y plongent assez loin dans le passé pour permettre de saisir une longue série chronologique. Elle montre une continuité de rapports, qui est l’expression non méconnaissable d’influences naturelles. On assiste depuis trois mille ans à un afflux sans cesse répété de peuples venus du Nord : tour à tour Doriens et Hellènes, Rhètes et Étrusques, Celtes et Gaulois, Germains, Slaves, Normands s’y créent des établissements. Ces nouveaux venus ont plus ou moins payé leur tribut aux étés dévorants, à la malaria, à tout ce qui se mêle de perfidement dangereux à l’attrait du climat méditerranéen. Mais après des éliminations, ces contingents se sont absorbés dans la masse, non sans l’enrichir de nouveaux germes. Et aujourd’hui ces mêmes Méditerranéens s’implantent en Californie, au Chili, dans l’Argentine, guidés par l’analogie des climats, y transportant leur individualité intacte.

30Sur tous ces phénomènes, vivant et agissant sous nos yeux en diverses parties de la terre, plane l’influence souveraine des milieux. Nous la voyons s’exercer de proche en proche, en des cadres naturellement appropriés. Mais on saisit aussi dans ces exemples l’importance de ce qu’on peut appeler le facteur social. Cet instinct de rapprochement qui pousse les hommes à s’assimiler les uns aux autres est fait de mobiles divers : il y a chez les uns le désir d’une organisation sociale fondée sur la hiérarchie et particulièrement sur l’esclavage ; chez les autres, l’ambition et le besoin de s’agréger à un état social jugé supérieur. En tout cas, l’imitation, le prestige du nouveau, l’éveil d’une foule de suggestions nées du contact et du voisinage d’autres groupes, travaillent à créer une mentalité différente de celle qui s’élabore dans l’isolement de certains milieux. Les incompatibilités ethniques, les différences irréductibles ne résistent pas à cette ambiance, impérieuse dans son ampleur, qui les enveloppe. Elles se fondent, comme au creuset, pour donner des produits nouveaux. Telle est donc l’impression double et quelque peu contradictoire que laisse l’examen comparatif des faits de groupement. Tandis que certains milieux nous montrent des groupes retranchés et comme parqués dans une jalouse autonomie, d’autres, au contraire, impriment aux sociétés qui s’y forment un cachet de syncrétisme, qui est et sera sans doute de plus en plus la marque de l’humanité future.

V. Rages et genres de vie

31On est amené à penser que les ensembles de caractères physiques et moraux qui spécifient les divers groupements, sont chose très complexe, dans laquelle entrent des éléments qui appartiennent à un passé périmé. Je ne parle pas seulement du problème anthropologique, celui des principales variétés de races humaines dont les origines se perdent dans un passé si lointain qu’elles échappent entièrement à la géographie humaine. Mais dans les âges qui se rapprochent davantage du nôtre, il est possible d’entrevoir des conditions susceptibles d’engendrer des effets qui, aujourd’hui, ont cessé de se produire. Lorsque l’humanité était répartie par groupes rares, disséminés, étroitement bornés dans leurs contacts, combien plus stricte était la concentration des traits de race ! La rudesse des exigences quotidiennes de la vie, ne laissant subsister que les plus rigoureusement adaptés, tendait à éliminer les différences dans l’intérieur des groupes. Comme les sauvages actuels, les hommes de ce temps se pliaient difficilement aux changements de toute sorte, et vivaient entre eux : les « caractères somatologiques » qui constituent ce qu’on appelle à proprement parler une race, pouvaient acquérir, à la faveur de cet isolement relatif, une contexture solide assurant leur perpétuité. D’autres indices nous avertissent que nous ne pouvons pas tout à fait juger de ces anciens temps d’après les nôtres. Il s’est produit dans ce passé, qui pourtant se coordonne encore directement avec notre présent, certains faits qu’il paraît difficile, sinon impossible, de reproduire dans les conditions actuelles. Ne semble-t-il pas, par exemple, que la domestication d’animaux, accomplie dès l’aurore des principales civilisations, soit aujourd’hui un art en quelque sorte périmé, devenu incompatible avec les rapports actuels de l’animalité et des hommes ? Une défiance incurable s’est glissée, a sans doute rompu une intimité primitive. Il faut donc qu’à bien des égards, lorsque nous essayons de comprendre les réalités très complexes qui s’offrent à notre analyse, nous tenions compte de conditions maintenant abolies, mais dont les effets persistent à travers les transformations des temps.

32Ce qui, au contraire, prévaut avec les progrès des civilisations, ce qui se développe, ce sont des modes de groupements sociaux originairement sortis de la collaboration de la nature et des hommes, mais de plus en plus émancipés de l’influence directe des milieux. L’homme s’est créé des genres de vie. À l’aide de matériaux et d’éléments pris dans la nature ambiante, il a réussi, non d’un seul coup, mais par une transmission héréditaire de procédés et d’inventions, à constituer quelque chose de méthodique qui assure son existence, et qui lui fait un milieu à son usage. Chasseur, pêcheur, agriculteur, il est cela grâce à une combinaison d’instruments qui sont son œuvre personnelle, sa conquête, ce qu’il ajoute de son chef à la création. Même dans des genres de vie qui ne dépassent pas un degré assez humble de civilisation, la part d’invention est assez sensible pour attester la fécondité de cette initiative.

33Et par là s’introduit entre les groupements un nouveau principe de différenciation. Car le genre de vie, par la nourriture et les habitudes qu’il implique, est, à son tour, une cause qui modifie et pétrit l’être humain. L’Eskimau, pêcheur de phoques, gavé d’huile, et, par ce régime, capitonnant contre le froid les couches adipeuses de son épiderme, ne ressemble guère au chasseur toungouse et iakoute, pas plus qu’au pasteur lapon, ses congénères des régions arctiques. Bien que soumis les uns et les autres aux mêmes climats, le Bédouin se distingue physiquement du Fellah, le Sarte du Kirghiz ; et jusque dans l’uniformité de la zone équatoriale, les tribus de pagayeurs vouées à la navigation de l’Oubangui ou du Congo, Sangas, Bayandzi, etc., diffèrent par le développement de leur thorax aussi bien que par leur mentalité, de celles que leurs habitudes casanières claquemurent dans leurs villages agricoles.

34Cependant, quoi qu’on puisse attendre des genres de vie, il y a autre chose. Certains traits de races, venus de loin, distincts de ceux que peuvent expliquer les conditions actuelles, surnagent, persistent avec une singulière ténacité. Malgré les mélanges qui, dès à présent, font qu’un groupe homogène de quelque étendue est une extrême rareté, même dans l’intérieur de l’Afrique, certains caractères de races déposés en nous par une incommensurable hérédité, remontent comme des vagues de fond. L’énergie accumulée qu’ils portent en eux se ramasse en des personnalités qui tranchent en bien ou en mal sur les autres ; ou, plus souvent même, les forces diverses que nous portons en nous s’y livrent bataille.

35Dans certains groupes, la vertu de la race est plus vivace qu’en d’autres ; elle les marque d’un trait saillant qui les distingue, qui est pour eux une force. D’autant plus remarquable est cette persistance des traits de race, que bien des causes conspirent pour les amortir, pour les noyer dans des groupements hétérogènes : langues, religions, formations politiques, villes. Les groupes linguistiques englobent tant d’éléments disparates ! Les États sont œuvres de l’histoire, avec ses hasards. Pour des religions telles que l’islam, il n’existe que des croyants. La grande ville est un rouleau de nivellement. Malgré tout, pourtant, le germe ethnique, quand on le croit mort, a des réveils. Les mélanges ne parviennent pas entièrement à le détruire. Ce que des siècles lointains ont déposé en nous, réclame ainsi contre une tendance à l’uniformité par la moyenne, qui, si elle devait prévaloir, serait en fin de compte, un assez triste aboutissement du progrès des relations humaines.

Notes

1 Voir E. Roubaud, Les mouches tsétsés en Afrique occidentale française (Annales de Géographie, XXII, 1913, p. 427-450).

2 Anecdote rapportée par Cornelius Nepos, cité par Pomponius Mela (III, 45).

3 IV, 183.

4 1860 : 4 441 810 ; 1910 : 9 827 763.

5 Nachtigal, Sahara und Sudan, II, p. 436 ; Auguste Chevalier, L’Afrique centrale française, Paris, 1908, p. 389.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search