Version classiqueVersion mobile

L’Orient des femmes

 | 
Marie-Élise Palmier-Chatelain
, 
Pauline Lavagne d’Ortigue

Troisième partie. Des femmes et l’imaginaire du voyage

Les femmes dans le désert Oriental d’Égypte*

Janet Starkey

Texte intégral

  • * Traduit de l’anglais par Marie-Élise Palmier-Chatelain.

1 Il est surprenant de constater à quel point la recherche actuelle néglige le désert Oriental et ses tribus, telles les Ababda et les Bisharin, qui furent pourtant décrits dans les récits de voyage en Égypte. Cet oubli s’étend aussi à leurs femmes.

2Les déserts ont été idéalisés et sont devenus des lieux exotiques dans un Orient imaginaire : voyager dans le désert avait un aspect romanesque. Cependant, un grand nombre des descriptions que les voyageurs firent du désert et des femmes qui s’y trouvaient sont aux antipodes de ce romanesque et dénuées de toute allusion métaphorique. Ces récits sont souvent intimes et réalistes, pleins de détails confirmés par l’ethnographie : ils sont sans complaisance à l’égard des dures réalités de la vie.

3Les écrivains ont eu des approches variées : certains admiraient les autochtones, d’autres les craignaient, mais la plupart virent en eux des voisins qu’il fallait apprendre à connaître. Il en ressort une image floue, mais résolument authentique, des femmes du désert Oriental.

  • 1 Women in Nineteenth-Century Egypt.
  • 2 « A Trade like any Other » : Female Singers and Dancers in Egypt.

4Le concept d’orientalisme, où se mêlent étroitement fantasmes et désir, a sa place dans ce débat. L’orientalisme a été considéré comme une construction mentale masculine et occidentale, un objet de désir autant que de connaissance. La plupart des auteurs qui ont étudié les femmes égyptiennes (on peut citer Judith E. Tucker1 et Karin van Nieuwkerk2) se sont limités presque exclusivement à la Basse-Égypte et au Caire. Là se trouvaient les communautés égyptiennes qui furent les plus affectées par le colonialisme, avec toutes ses ramifications politiques et économiques. Au contraire, les tribus du désert Oriental restèrent pour la plupart en dehors de la sphère d’influence coloniale.

  • 3 Orientalism, p. 5-6.
  • 4 M. Yegenoglu, Colonial Fantasies : towards a Feminist Reading of Orientalism, p. 17.

5 L’Orientalisme d’Edward Saïd a mené au développement d’études du discours colonial où Saïd oppose l’Orient véritable à ses représentations. D’après lui, « l’Orient a été « orientalisé » non seulement parce qu’on a découvert qu’il était « oriental » selon les stéréotypes de l’Européen moyen du xixe siècle, mais encore parce qu’il « pouvait être rendu oriental ».3 Il affirma que, d’une certaine manière, la connaissance de l’Orient, parce qu’elle était un produit du pouvoir colonial, créait l’Orient, l’Oriental et son univers.4 Dans quelle mesure, cependant, cette théorie peut-elle s’appliquer aux Ababda, les habitants du désert Oriental ?

6On estime que les Ababda étaient trente mille en 1876, et qu’ils sont plus de cent quarante mille aujourd’hui, en Égypte. Ils vivent entre le Nil et la mer Rouge en Haute-Égypte, c’est-à-dire entre Assiout et les cataractes des environs d’Assouan, au sud. La plus grande partie de la tribu se trouve à l’est de Louxor, à Daraw, où ses membres contrôlent le marché aux chameaux ; à Assouan, où ils font du commerce dans la principale chambre de compensation de cette ville, et dans le nord de l’Atbai. Les Ababda se trouvent aussi dans tout le désert de Nubie et dans la vallée du Nil où ils ont établi leurs propres villages et vivent de l’agriculture. Les Ma’aza, qui sont des Bédouins arabes sémites, parcourent le désert Oriental au nord des territoires occupés par les Ababda. La route qui traverse le désert entre Kenah et Kosseir sert de frontière entre ces tribus entre lesquelles il n’y a pas d’alliances matrimoniales.

  • 5 Cambridge University Press, 1998.

7Les Ababda ne figurent pas dans l’index du Guide Bleu de l’Égypte (édition de 1983), et même les ouvrages historiques de référence comme la nouvelle Cambridge History of Egypt5 n’en parlent pas.

8Il faut dire que peu de voyageurs s’aventurent dans ces régions, et que s’ils se lancent dans la traversée du désert, ils doivent affronter des conditions très difficiles : une chaleur intense, un approvisionnement en eau irrégulier et de mauvaise qualité, de violentes tempêtes de sable, et la faim.

9Les Ababda ont surtout vécu à l’écart des influences coloniales. Cela veut-il dire pour autant qu’ils échappent aussi aux analyses orientalistes ?

10Les hommes de la tribu des Ababda approvisionnaient et protégeaient la route des pèlerins de La Mecque et les caravanes de blé, particulièrement entre Kenah et Kosseir, un trajet que l’on parcourait en quatre ou cinq jours à dos de chameau ou en une dizaine d’heures en voiture ; mais aussi sur le trajet de Daraw à Abou Hamed via Korosko à travers le désert de Nubie. Ces routes commerciales furent florissantes jusqu’à la fin du xve siècle, quand fut ouverte la voie maritime vers l’Inde par le cap de Bonne-Espérance. Ils ne vivaient donc pas retranchés dans les montagnes et les vallées du désert Oriental où ne s’aventurait aucun voyageur ; ils s’activaient sur les principales routes commerciales entre la vallée du Nil et la mer Rouge, transportant les produits de luxe nécessaires aux États égyptiens en décadence.

Impressions de voyageuses occidentales

11Les vapeurs reliant l’Angleterre à l’Inde faisaient escale deux fois par mois à Kosseir jusque dans les années 1830, et de nombreux Européens voyageaient entre Keneh et Kosseir. Ce fut le cas de Katherine Elwood qui fit route vers l’Inde en 1825. Voici comment elle décrit le paysage :

Il est difficile d’imaginer la grandeur stérile de l’endroit, et l’étrangeté de notre position, bivouaquant au cœur du désert, entourés d’Arabes farouches, risquant à tout instant d’être attaqués par une tribu errante, et nous en remettant totalement, pour notre sécurité, à la parole de notre guide Ababda. Il est certain qu’aucune dame raffinée qui ne saurait renoncer à son confort et à ses aises ne devrait tenter le désert de la Thébaide. J’ai préféré infiniment ce style de vie patriarcal, libre et sans contraintes, aux artifices stupides de la civilisation.

  • 6 En français dans le texte. Mrs. Katherine [Anne Katherine] Elwood, Narrative of a Journey Overland (...)

12Elle trouva que « la sérénité des lieux, la pureté de l’air, la beauté exquise des étoiles prodiguaient leurs agréments6 ». Dans les années 1840 des voyageurs traversaient encore régulièrement le désert Oriental. En 1847, Sir J. G. Wilkinson donnait aux voyageuses occidentales les conseils suivants :

  • 7 Hand-Book for Travelers in Egypt, 1896, p. 400.

Une dame [devrait] emmener avec elle une selle pour monter à dos d’âne en amazone, et des sacoches en osier pour les enfants. Et si vous n’êtes pas trop pressés, il sera possible de traverser le désert sans désagrément ni fatigue. Mais une dame ne devrait pas le faire en moins de sept jours, ce dont il faudrait prévenir les chameliers avant de quitter Kosseir, afin qu’ils emportent suffisamment de haricots, etc. pour eux-mêmes et pour leurs bêtes, sinon ils prendront ce prétexte pour presser l’allure.7

13Lucie Duff Gordon (1821-1869) vécut en Égypte de 1863 à sa mort, le 14 juillet 1869 au Caire, vivant principalement dans la maison de France, une bâtisse anarchique et menaçant ruine, construite au-dessus du sanctuaire du temple de Louxor. Elle vécut en Égypte plus longtemps qu’aucun autre Européen à l’époque, à l’exception de Karl Klunzinger et de quelques commerçants grecs. Là, dans un climat propice à sa santé, elle lutta pour retarder les effets de la tuberculose. Quoique fréquentant les cercles littéraires en Angleterre, elle n’avait pas d’ambition politique et n’appartenait pas aux milieux réformistes. Ses Letters from Egypt furent publiées en 1865 et ses Last Letters from Egypt en 1875. On y trouve les descriptions les plus bienveillantes de la vie quotidienne des autochtones pendant la période où le Khédive Ismâ’ îl appliqua une politique d’occidentalisation en Égypte. Les Letters traduisent en termes mesurés l’empathie et l’amitié que leur auteur éprouva à l’égard des habitants de Louxor et de ses environs, parmi lesquels il y avait des Ababda. Ces derniers n’y sont pas présentés comme un peuple du désert farouche et isolé, bien au contraire. Par exemple, Lucie Duff Gordon rencontra Hasan, le frère du cheikh des Ababda, dans une rue du Caire :

et comme nous étions là à nous serrer la main et à nous embrasser les doigts dans la rue, quelques voyageurs anglais en route pour l’Inde nous jetèrent des regards où se lisait un dégoût prononcé ; en effet, il était bien trop visible que le bel Hasan, qui était noir, était un indigène.

14En revanche, les Anglais, les Français et les Italiens en route pour l’Inde, dépourvus d’éducation et se plaignant sans cesse, sont décrits en termes méprisants. Il est clair que Lucie Duff Gordon prenait plaisir à scandaliser ses lecteurs impérialistes.

15Au xvie siècle, les pèlerins, hommes et femmes, venaient des royaumes Songhai et Kano d’Afrique de l’Ouest. Au xviiie siècle, c’étaient les puissants royaumes de Bornou, de Wadai, de Darfour et de Funj qui protégeaient le hadj qui empruntait des routes commerciales reconnues qui traversaient le désert Oriental. La description que fit Lucie Duff Gordon du départ du hadj de la ville d’Esnèh le samedi 30 avril 1864 donne une idée du rôle et du statut des femmes pendant le pèlerinage :

  • 8 Letters from Egypt, 1863-1865, 1865, Lettre XLI, p. 273.

Le petit kalifeh pour La Mecque a quitté Louxor il y dix jours environ ; c’était un spectacle à la fois beau et touchant : trois chameaux, cinq ânes et une trentaine d’hommes et de femmes dont certaines avaient un bébé sur l’épaule, poussant tous le Zaghareet (cri de joie). Ils iront à Kosseir à pied (le trajet s’effectue en huit jours avec de bons chameaux), et avec les bébés ! C’est le plus beau jour de leur vie, disent-ils, quand, à force d’économies, ils ont réuni suffisamment d’argent pour faire le hajj.8

16Toutes les lettres de Lucie Duff Gordon exprimaient sa conviction que l’Orient musulman était, d’une certaine manière, plus juste et plus « humain » que l’Occident chrétien. Ce fut là une constatation qu’elle fit à maintes reprises, et qui ne cessa de l’étonner.

17Elle fut particulièrement impressionnée par le cheikh des Ababda, un homme qui jouissait d’un grand prestige auprès des habitants de Louxor. Elle dînait régulièrement dans la maison de Mustafa Agha à Louxor et y rencontra, une fois au moins (en mars 1865), plusieurs cheiks arabes pour le café. Mustafa organisa aussi

  • 9 Letters from Egypt, Lettre LIII, mars 1865, p. 355.

un dîner épatant […] Après le dîner, la baronne… montra aux Arabes comment les dames font la révérence devant la reine d’Angleterre, après quoi les Ababdeh mimèrent la cérémonie de la présentation à la cour du Darfour où il faut se frotter le nez dans la poussière aux pieds du roi. Puis ils sortirent avec des lanternes et des torches et exécutèrent pour nous la danse du sabre.9

18Lucie Duff Gordon allait elle-même devenir une attraction pour les touristes remontant le Nil jusqu’à la première cataracte, de la même manière que Lady Stanhope attirait les visiteurs en Syrie.

  • 10 B. Melman, Women’s Orients : English Women and the Middle-East 1718-1918, 1992, p. 51.

19Les lettres de Lucie Duff Gordon révèlent l’empathie et la tolérance qu’elle éprouvait pour ses voisins, et l’on ne saurait qualifier d’« ethnocentrique » son point de vue. Et de fait Billie Melman10 considère que ses écrits sont « anti-orientalistes » ou qu’ils vont du moins à contre-courant de l’orientalisme. Au contraire, un grand nombre de récits de voyage ultérieurs, y compris celui d’Amelia Edwards A Thousand Miles Up the Nile (1877), s’intéressèrent surtout à l’Égypte ancienne ou au pays vu depuis un bateau de croisière sur le Nil, plutôt qu’à des contacts enrichissants avec les autochtones. Certains n’en recèlent pas moins des éléments intéressants sur ces derniers. Amelia Edwards qui écrivait des histoires d’épouvante, des romans pleins de femmes aventureuses, et s’adonnait au journalisme, fournit d’excellentes descriptions des ruines égyptiennes qu’elle visita. Elle devint par la suite l’un des membres fondateurs de l’Egypt Exploration Fund en 1882 et participa au développement de l’égyptologie en tant que discipline universitaire. Autant d’activités atypiques pour une femme occidentale à l’époque.

  • 11 Colonial Fantasies, p. 12.
  • 12 Ibid., p. 73.

20Des féministes libérales telles que Harriet Martineau et Amelia Edwards n’avaient pas la modération de Lucie Duff Gordon. Le plus souvent, l’image que proposait Harriet de la polygamie ou de l’esclavage domestique manquait de précision, sous l’influence, peut-être, de son engagement en faveur de l’abolition de l’esclavage en Amérique du Nord. D’après Meyda Yegenoglu, les féministes de l’époque victorienne voulaient « “libérer” la femme orientale en levant son voile », ce qui reflète « les obsessions historiques, culturelles, psychiques et politiques de la culture dont les femmes occidentales étaient le produit ».11 Malgré cet objectif, ces auteurs semblent incapables de communiquer avec les femmes égyptiennes ou de s’impliquer dans la culture locale. Ces femmes ne cherchaient pas forcément à pénétrer « les mystères de l’Orient et à découvrir ainsi des secrets cachés » (généralement derrière le voile et dans le harem) comme le souligne Meyda Yegenoglu au sujet des écrivains-voyageuses occidentales.12 Plutôt, en qualité de voyageuses « scientifiques », elles ne voyaient dans les Orientaux et leur environnement qu’un cadre immuable où leur passion pour les monuments de l’Égypte (on pense ici à Amelia Edwards) était libre de s’exprimer.

  • 13 Eastern Life, 3 vol., Londres, 1848.
  • 14 Letters, Londres, 1865, réimp., Londres, 1983, p. 112.

21Amelia Edwards dîna avec Mustafa Agha dans les années 1870, mais rien ne permet de penser qu’elle rencontra le cheikh des Ababda. Dans Eastern Life,13 Harriet Martineau encouragea vivement les Anglaises à repasser et amidonner leur linge dans le désert égyptien. D’après Billie Melman, dans Women’s Orients, elle restait « une dissidente provinciale avec l’intolérance qui caractérise ce type d’individu à l’égard de l’“autre” dans sa dimension sociale ou culturelle » (p. 51). Lucie Duff Gordon condamna en termes cinglants la pitié déplacée de Harriet Martineau à l’égard des femmes égyptiennes : « Ses attaques contre les harems sont scandaleuses ; elle implique que ce sont des bordels ».14 Amelia Edwards et Harriet Martineau appliquaient à la société égyptienne leurs propres critères occidentaux. Elles y détectèrent donc une « question féminine » et une « question de l’esclavage » qui pouvaient s’exprimer en termes politiques, mais elles furent incapables de voir une population locale se débattant dans des conditions difficiles.

22Après l’ouverture du canal de Suez en 1869, le désert Oriental cessa d’être une étape importante dans la route reliant l’Orient à l’Occident. Plus tard, les Ababda fournirent des chameaux aux touristes, aux douaniers et à la police. Par exemple, Edward North Buxton et ses filles Hannah Maud, Clare Emily et Theresa Buxton explorèrent le désert Oriental en février 1893 à la recherche de l’obex sinaiticus ou bedan (en arabe). Les filles publièrent le récit de leurs expériences, On Either Side of the Red Sea (1895), illustré de photographies qu’elles prirent à l’aide d’un simple appareil Kodak, réimprimées par la compagnie Swan Electric Engraving and Co. Bien qu’elles ne se soient guère départies de leurs modes de perception occidentaux au cours de leur brève expédition, elles font de la vie dans le désert une description empreinte de compréhension et agréable à lire. Elles voyagèrent en grande pompe, emportant des dindes, des moutons et des poulets pour le voyage. Elles « avaient droit à une pinte et demie [d’eau] pour la toilette du soir, qu’il fallait ensuite conserver précieusement jusqu’au lendemain matin ! » (p. 57).

23Le premier bivouac fut établi à Bir Arras, à une vingtaine de kilomètres de Kenah. Le camp était très bien organisé :

C’était passionnant de voir dresser les tentes, et notre camp a l’air si confortable. […] Nous venons de dîner dehors dans l’air nocturne vif et délicieux. Il faisait nuit noire, mais le camp était éclairé de lanternes chinoises. Le dîner produit par notre vieux cuisinier noir dépassa nos attentes. (p. 51-52)

24Mais arrivées à Wadi Medisa, elles trouvaient plus aisé de dormir à la belle étoile :

Nous sommes parvenues à la conclusion que les tentes constituent un luxe superflu dans ce climat. Au moins, ce campement al fresco est celui que nous avons préféré, et nous sommes en meilleurs termes avec nos Bédouins après avoir partagé nos repas et notre feu avec eux. (p. 73)

25Elles rencontrèrent des Ababda et des Ma’aza au cours de leur périple.

Nous avons trouvé les Bédouins de la tribu des Ma’aza très attentionnés envers les dames et soucieux de leur confort. Il est probable que cet Arabe n’avait jamais vu d’Européennes auparavant, et il s’alarma quelque peu de leur indépendance. (p. 79)

La tribu [des Ababda] utilise des tentes, ou plutôt des huttes, construites avec des nattes fabriquées avec des feuilles de palmier tressées, ce qui indique, je crois, qu’ils n’ont que de maigres troupeaux. (p. 91)

26Le 3 mars 1893, elles campèrent à Umm Anab et trouvèrent

un petit campement d’Ababdeh. […] Les femmes et les enfants en particulier étaient timides et se retirèrent avec précipitation dans les tentes, où ils se tinrent assis le dos tourné vers nous. Nous cherchâmes à les amadouer avec des chocolats, que les enfants n’auraient été que trop contents de dévorer, mais que leurs mamans jetèrent promptement au loin. (p. 83-85)

27Ils atteignirent Kenah le 11 mars 1893 : « quand nous vîmes enfin la palmeraie de Kenah […] ils se mirent tous à chanter et à crier à tue-tête » (p. 92). Par la suite le nombre de touristes dans la région déclina, et en 1900 le territoire s’étendant du Wadi ‘Araba à la route reliant Kenah à Kosseir était pratiquement inhabité.

Descriptions de femmes du désert Oriental

28Ces récits sont intéressants pour comprendre le point de vue occidental, mais nous fournissent peu de renseignements sur les femmes de la région, si ce n’est qu’elles allaient en pèlerinage, suscitaient la compassion des étrangers et, de manière générale, menaient des existences rudes. C’est donc grâce aux récits des hommes qui voyagèrent dans la région que l’on peut commencer à se faire une idée plus précise et plus individualisée des femmes de la région.

  • 15 Bibliiothecae historicae libri qui supersunt. Interprete Laurentio Rhodomano, recensuit Petrus Wess (...)

29Des bribes d’information étranges concernant les femmes de la région nous parviennent depuis l’Antiquité. Diodore de Sicile,15 citant Agatharchides de Cnide, le tuteur de Ptolémée X (c. 170-120 avant Jésus-Christ), évoqua une tribu de pasteurs-nomades et le laxisme moral de leurs femmes.

Les rois d’Égypte en condamnent un grand nombre à travailler dans les mines […] des familles entières sont astreintes à cette corvée dans le but de punir les coupables et de tirer profit de leur labeur.

30Et parlant des Ichtyophages :

  • 16 III, p. 15.

Ils vont nus […] et mettent leurs épouses en commun, […] et comme d’autres peuples se nourrissant de poisson, ils ne boivent pas. Ils vivent dans des cavernes, dans des tentes tissées d’herbe, sous les arbres ou dans des trous.16

  • 17 Reisen in Nubian, traduit de l’anglais (1820) Travels in Nubia, Londres, John Murray, 1919 ; 2e éd. (...)

31Johann L. Burckhardt, un arabisant éminent, explora dans la région entre 1812 et 1817 déguisé en humble marchand venant d’Inde et se disant à la recherche d’un cousin mythique vivant à Sennar.17 En 1813 il voyagea très modestement avec une caravane de marchands d’esclaves entre Daraw et Shendi via Abou Hamed, c’est-à-dire sur l’itinéraire emprunté par James Bruce dans les années 1770. Il décrit la cérémonie de bénédiction des marchandises avant le départ de la caravane :

[...] des femmes Ababda apparurent portant des récipients de terre cuite remplis de charbons ardents qu’elles disposèrent devant les charges et les chameaux couchés. Elles jetèrent du sel sur les braises et alors que des flammes bleuâtres s’élevaient les femmes s’écrièrent : Soyez bénis à votre départ comme pour votre retour !

32Après plusieurs jours de voyage dans le désert la caravane renvoya tous ceux qui l’escortaient, y compris

plusieurs danseuses égyptiennes délurées dont les tarifs avaient augmenté dans les montagnes proportionnellement à ceux des autres denrées, et qui avaient par conséquent pu accumuler beaucoup d’argent en très peu de temps. (p. 225)

33Ces filles furent délibérément abandonnées par leurs guides à une nuit de voyage seulement du Nil puis attaquées par d’autres Ababda qui les dévalisèrent, les dépouillèrent de tous leurs vêtements et les renvoyèrent quasiment nues en Égypte.

34Burckhardt parvint à Shendi le 17 avril 1814 après avoir subi des tracasseries interminables de la part des marchands d’esclaves de Daraw qui passèrent ensuite leurs soirées au bordel à boire de la bouza. Il raconte comment les filles de la tribu Beja apportaient au marché de Shendi des marchandises telles que de la viande de chameau et de bœuf, du lait frais et caillé et des pois chiches pour les troquer contre du millet (doura). La caravane de Burckhardt entre Shendi et Suakin était composée essentiellement de jeunes esclaves de sexe féminin et ils craignaient beaucoup les attaques d’une tribu hostile, les Bisharin, dont ils traversaient le territoire.

  • 18 G. Belzoni, Narrative of the Operations and Recent Discoveries […] in Egypt and Nubia, p. 304-313.
  • 19 Linant de Bellefonds Bey, L’Etbaye. Pays habité par les Arabes bicharieh. Géographie, ethnologie, m (...)

35Giovanni Belzoni traversa aussi le désert Oriental entre 1815 et 1819 et affirme, à tort, que les Ababda « ne se marient jamais entre eux » et qu’un Ababda évite toujours sa belle-mère.18 Linant de Bellefonds Bey, cherchant des gisements miniers dans l’Atbai en 1831 et 1832, fait aussi allusion aux Ababda et aux Bisharin.19 Il fit des remarques sur la beauté et les mœurs faciles des femmes Amarar et Balgab / Aliab : « L’on commerce avec la femme de son frère et les parents au même degré. » Il nota que c’étaient les femmes qui fabriquaient les nattes servant à monter les tentes, dans la région s’étendant du Nil à l’Elba,

  • 20 Ibid., p. 134.

une troisième espèce de tentes que les indigènes confectionnent, en manière de cabanes, avec des branches d’arbres et des feuilles de doume ou palmier éventail tressées (medemia argun) et qu’ils tapissent intérieurement avec des étoffes grossières fabriquées par les femmes.20

  • 21 J.-J. Ampère, cité par Harper dans « Recovering the Other », Critical Matrix, 1/3, 1985, p. 2.

36À l’époque où Lucie Duff Gordon résidait à Louxor, Karl Benjamin Klunzinger (1834-1914) officiait à partir de Kosseir en qualité de médecin et d’officier de quarantaine nommé par le gouvernement égyptien, de 1863 à 1869 puis de 1876 à 1878. La description qu’il fit de la Haute-Égypte est d’aussi bonne qualité que celle qu’Edward Lane fonda sur la vie au Caire, et fascine autant le lecteur. Son expérience de médecin lui permit de bien connaître les femmes et d’aller bien au-delà de la perception qu’en eut Ampère qui écrivit que « l’Orient est pour moi, aujourd’hui, comme une femme voilée qui n’a révélé encore que son visage ».21 Pour Klunzinger les femmes n’étaient pas forcément l’essence de l’Orient, mais il rend compte d’une gamme étendue de milieux sociaux et physiques et s’intéressa autant à la vie marine et aux coraux qu’aux superstitions et à l’économie domestique.

37Bien que son livre débute par une description de femmes aussi immatérielles et chimériques que des fantômes (« au coin du mur de la maison, devant nous, il y avait une créature fantomatique et furtive toute entière enveloppée, de la tête aux pieds (qui seuls étaient visibles), d’une grande cape aux plis amples et bien couvrants ; l’on nous dit qu’il s’agit d’un représentant du beau sexe » p. 2-3), il donne par la suite une image plus juste des femmes de Kosseir et des environs. Quand il décrit les vêtements des femmes Ababda, celles-ci cessent d’être invisibles, immatérielles ou passives.

Les femmes se vêtent d’un pan d’étoffe blanche retenue à l’une ou aux deux aisselles afin de laisser libres l’un ou les deux épaules et bras, par-dessus lequel elles portent un grand manteau, blanc aussi en général, qui peut cacher leurs formes ; en hiver ce manteau est remplacé par un burnous de laine brune comparable à ceux que portent les paysannes de la vallée du Nil.

  • 22 K. B. Klunzinger, « Dress of the Ababdeh », Upper Egypt : its People and products, 1878, p. 252.
  • 23 Veiled Half-Truths, p. 51-52.

38Les femmes « arrangent leurs cheveux en de multiples rangées de tresses partant du sommet du crâne ; les tresses placées sur le front, devant les oreilles, sont plus souples que les autres ». Il ajouta aussi que « comme toutes les femmes, elles se trouvent dépourvues d’attraits ».22 Comme le montre Judith Mabro,23 les descriptions de Klunzinger vont à l’encontre d’une image déshumanisée des femmes présentées comme des êtres sans personnalité et incapables d’agir.

39Comme beaucoup de voyageurs du xixe siècle, Klunzinger a surtout décrit des femmes mariées. D’après lui, la polygamie était coûteuse et n’était pratiquée que par les cheikhs. Les descriptions qu’il en fit, ainsi que de la claustration des femmes, tient compte des particularismes culturels locaux et rappellent l’approche de Lucie Duff Gordon. Elles sont dépourvues de connotations sexuelles, ou de règlements de compte politiques. Pour lui la polygamie ne relevait pas du fantasme, n’était pas occultée ni recouverte d’une aura de mystère, comme ont voulu le faire croire des orientalistes moins bien informés. Au contraire, elle était bien réelle et occupait une place particulière dans la vie des gens. Ainsi ses descriptions reposaient sur une compréhension profonde de son environnement. Il décrit « une voix féminine invisible venant d’une maison » et évoque ainsi les femmes :

Une créature enveloppée toute entière dans un grand pan d’étoffe brune ou striée de gris […] une autre créature se serre contre un mur jusqu’à ce que nous l’ayons dépassée, tirant l’étoffe d’une main ferme sur son visage. […] Désireux d’adopter le comportement approprié, nous faisons comme si nous n’avions rien vu […] après quelques instants, saisis de curiosité […] nous nous retournons tous deux, au même instant. (p. 40-42)

40Bien que le voile islamique puisse être un signe aux multiples significations couvrant le visage de la femme dans la rue de Kosseir, on peut voir aussi en lui quelque chose qui dérobe l’Orient véritable à la compréhension de l’Occident. Cependant la notion selon laquelle le voile pourrait cacher quelque chose de mystérieux dans une silhouette énigmatique est mise à mal par la curiosité mutuelle du spectateur (Klunzinger) et de son objet (les femmes dans la rue). C’est la curiosité, et non un désir de séduction, qui les anime.

  • 24 « Family Life », Upper Egypt, p. 265-266.

41Il y avait peu d’entorses au mariage : les amants pouvaient se rencontrer dans des gorges isolées, mais comme les Ababda étaient d’excellents pisteurs, l’adultère n’était pas sans risque. Klunzinger constata cependant que « sur la route des caravanes et à la périphérie des gros villages, il y avait même quelques prostituées Ababda ».24 Lucie Duff Gordon souligna le fait que les fellahin laissaient une grande liberté à leurs épouses et pardonnaient même l’infidélité. Klunzinger, comme Giovanni Belzoni avant lui, remarqua la coutume étrange qui consistait pour l’époux à éviter sa belle-mère.

Quand une femme se marie, elle ne doit plus jamais, ensuite, voir sa propre mère. Le jeune marié emmène toujours son épouse loin de la famille de celle-ci dans le but, principalement, d’éviter sa belle-mère.

  • 25 « Entertainment of Women », Upper Egypt, p. 193.

42Klunzinger évoqua aussi les « distractions des femmes »,25 leur fantas’eh au cours des semaines précédant une circoncision ou un mariage.

Elles se retrouvaient tous les jours (rarement le soir) dans la maison où les divertissements étaient organisés, et chantaient, jouaient du darabuka ou petit tambour et du tambourin […] Les hommes, même le maître de maison, ne peuvent y assister. Les chanteuses professionnelles (almeh), plus vertueuses que les danseuses, ne se produisent en général que dans les harems et les hommes écoutent leurs chants ravissants à travers les claustras des appartements des femmes.

43Quand Meyda Yegenoglu affirme que « le voile est l’un de ces tropes à travers lesquels les fantasmes occidentaux de pénétration des mystères de l’Orient et d’accès dans l’intimité de l’autre se réalisent » (p. 39), son point de vue de féministe occidentale semble totalement étranger à l’expérience de Klunzinger. Il est vrai que ses descriptions furent alimentées par des années d’immersion dans la culture locale, fût-ce en tant qu’homme. Mais après tout, quel autre point de vue aurait-il pu avoir ?

44On peut mettre en regard le comportement des Occidentales qui visitèrent le désert Oriental et observèrent ses habitants et ce que nous savons des femmes du désert et de leur mode de vie grâce aux écrits des hommes qui s’y rendirent. Les visites des Occidentales dans la région eurent un caractère essentiellement transitoire. Le désert était un lieu de distraction ou le moyen d’accéder aux plaisirs de l’Inde ou de la vallée du Nil. Est-ce que Harriet Martineau ou Amelia Edwards, représentatives des Occidentales en général, pouvaient trouver un terrain de rencontre avec la notion de « femme orientale » ? Seule Lucie Duff Gordon qui vécut plusieurs années en Égypte connaissait bien ses habitants.

45Les femmes du désert Oriental furent peu affectées par les changements économiques et sociaux qui, comme l’ont montré Tucker et d’autres, bouleversèrent le mode de vie des femmes dans la vallée du Nil entre 1800 et 1950. Les femmes du désert Oriental vivaient au-delà des plantations de coton, et à l’écart des flux migratoires vers les villes. Pour elles, la vie continua immuable, comme c’est le cas aujourd’hui encore dans l’est du Soudan, car l’État était incapable ou peu désireux de réglementer la vie économique et sociale dans l’aire géographique située aux confins de la société égyptienne.

  • 26 Colonizing Egypt, 1991, p. 166.
  • 27 Reveal and Conceal : Dress in Contemporary Egypt, Caire, American University in Cairo (AUC), 1986.

46L’Orient n’est pas seulement une notion géographique, c’est aussi un concept fortement connoté. Malgré cela, les femmes du désert Oriental, à travers une succession de descriptions tour à tour empathiques ou pleins de compréhension, ont réussi à échapper à la plupart des clichés associés à l’orientalisme. Dans Colonizing Egypt, Timothy Mitchell affirme que « c’est paradoxalement ce qui est en dehors qui fait de l’Occident ce qu’il est, cette part qui en est exclue mais qui fait partie intégrante de son identité et de son pouvoir ».26 Si le désert Oriental se situe aussi en dehors des frontières habituelles de l’orientalisme, avec toutes ses connotations coloniales, de quels « outils » disposons-nous pour percevoir les Ababda ? Comme l’écrit Andrea B. Rugh, « malgré leurs grands voyages pour vendre du poisson à Keneh et des chameaux à Daraw […] les Beja ont conservé leurs vêtements traditionnels, ce qui est exceptionnel en Égypte ».27 Ce ne sont pas seulement leurs vêtements qui demeurent traditionnels : ils ont été exclus, de manière constante, du discours orientaliste. Il est étonnant de constater que l’inspiration de leurs vêtements est oriental, car les femmes aujourd’hui portent des saris aux couleurs vives, rouges, jaunes, verts et bleus et des anneaux de nez où l’on détecte l’influence des traditions indiennes véhiculées par les caravanes et les routes du commerce maritime. Si les femmes sont l’« autre » dans la société orientale et que les Ababda sont marginalisés dans la Haute-Égypte, alors les femmes du désert Oriental sont forcément l’« autre marginalisé » voué à rester énigmatique et inconnu. Ou bien y a-t-il une telle profusion de concepts et d’images de l’« autre » d’une complexité telle qu’elle parvient à déjouer toute approche orientaliste de désert Oriental ?

Bibliographie

Références bibliographiques

BELZONI G., Narrative of the Operations and Recent Discoveries [...] in Egypt and Nubia, Londres, 1821.

BURCKHARDT J.-L., Travels in Nubia, Londres, John Murray, 1919, 2e éd., Londres, 1822.

BUXTON E. N. éd., On Either Side of the Red Sea. With illustrations of the granite ranges of the Eastern Desert of Egypt, and of the Sinai, Londres, Edward Stanford, 1895.

DALY M. éd., Cambridge History of Egypt, Cambridge, Cambridge University Press, 1998.

EDWARDS A., One Thousand Miles up the Nile, Londres, 1877.

ELWOOD C., Narrative of a Journey Overland by the Continent of Europe, Egypt and the Red Sea to India, including a Residence there and a voyage home, 1825-1828, 1830.

GORDON, L. D., Letters from Egypt, 1835-1865, Londres, Macmillan, 1865.

LINANT de BELLEFOND B. L’Étbaye. Pays habité par les Arabes bicharieh. Géographie, ethnologie, mines d’or, Paris, s. d. ; 1884.

KLUNZINGER K. B., Upper Egypt : its people and products, Londres, Blackie, 1878.

MABRO J., Veiled Half-Truths, Londres, I. B. Tauris, 1991.

MARTINEAU H., Eastern Life, Londres, 1848, 3 vol.

MELMAN B., Women’s Orient : English women and the Middle East 1718-1918, Ann Arbor, University of Michigan Press, 1992.

MITCHELL T., Colonising Egypt, Cambridge, Cambridge University Press, 1988, Berkeley, University of California Press, 1991.

NIEUWKERK K. van, « A trade like any Other » : Female Singers and Dancers in Egypt, Austin, University of Texas Press, 1995.

PAUL A., A History of the Beja Tribes of Sudan, Cambridge, Cambridge University Press, 1954, réimp., Londres, Frank Cass, 1971.

RUGH, A. B., Reveal and Conceal : Dress in Contemporary Egypt, Caire, American University in Cairo (AUC), 1986.

SAÏD, E. W., Orientalism, Londres, Routledge and Kegan Paul, 1978.

TUCKER J. E., Women in Nineteenth-Century Egypt, Cambridge, Cambridge University Press, 1985.

WILKINSON J.-G., Handbook for Travellers in Egypt, Londres, John Murray, 1847.

YEGENOGLU M., Colonial Fantasies : towards a Feminist Reading of Orientalism, Cambridge, Cambridge University Press, 1998.

Notes

1 Women in Nineteenth-Century Egypt.

2 « A Trade like any Other » : Female Singers and Dancers in Egypt.

3 Orientalism, p. 5-6.

4 M. Yegenoglu, Colonial Fantasies : towards a Feminist Reading of Orientalism, p. 17.

5 Cambridge University Press, 1998.

6 En français dans le texte. Mrs. Katherine [Anne Katherine] Elwood, Narrative of a Journey Overland by the Continent of Europe, Egypt and the Red Sea to India, including a Residence there and a Voyage Home, 1825-1828.

7 Hand-Book for Travelers in Egypt, 1896, p. 400.

8 Letters from Egypt, 1863-1865, 1865, Lettre XLI, p. 273.

9 Letters from Egypt, Lettre LIII, mars 1865, p. 355.

10 B. Melman, Women’s Orients : English Women and the Middle-East 1718-1918, 1992, p. 51.

11 Colonial Fantasies, p. 12.

12 Ibid., p. 73.

13 Eastern Life, 3 vol., Londres, 1848.

14 Letters, Londres, 1865, réimp., Londres, 1983, p. 112.

15 Bibliiothecae historicae libri qui supersunt. Interprete Laurentio Rhodomano, recensuit Petrus Wesseingius, Amsterdam, 1746, cité dans A. Paul, History of the Beja Tribes of the Sudan, 1954, repr. Londres, Franck Cass, 1971, p. 34.

16 III, p. 15.

17 Reisen in Nubian, traduit de l’anglais (1820) Travels in Nubia, Londres, John Murray, 1919 ; 2e éd., Londres, 1822.

18 G. Belzoni, Narrative of the Operations and Recent Discoveries […] in Egypt and Nubia, p. 304-313.

19 Linant de Bellefonds Bey, L’Etbaye. Pays habité par les Arabes bicharieh. Géographie, ethnologie, mines d’or, Paris, s. d. ; 1884, p. 188. Les notes datent des années 1832-1833.

20 Ibid., p. 134.

21 J.-J. Ampère, cité par Harper dans « Recovering the Other », Critical Matrix, 1/3, 1985, p. 2.

22 K. B. Klunzinger, « Dress of the Ababdeh », Upper Egypt : its People and products, 1878, p. 252.

23 Veiled Half-Truths, p. 51-52.

24 « Family Life », Upper Egypt, p. 265-266.

25 « Entertainment of Women », Upper Egypt, p. 193.

26 Colonizing Egypt, 1991, p. 166.

27 Reveal and Conceal : Dress in Contemporary Egypt, Caire, American University in Cairo (AUC), 1986.

Notes de fin

* Traduit de l’anglais par Marie-Élise Palmier-Chatelain.

Auteur

University of Durham

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search