Version classiqueVersion mobile

L’Orient des femmes

 | 
Marie-Élise Palmier-Chatelain
, 
Pauline Lavagne d’Ortigue

Troisième partie. Des femmes et l’imaginaire du voyage

De la « cure de soleil et de vent sec » à la « bédouinothérapie » : le tourisme féminin en Égypte de 1869 à 1900

Marie-Élise Palmier-Chatelain

Texte intégral

1 C’est parce que les récits de voyage de Lucie Duff Gordon et d’Amelia Edwards se distinguent nettement, tant par leurs qualités littéraires et d’observation que par leur originalité, de l’abondante production de la deuxième moitié du xixe siècle dans ce genre, qu’il m’a semblé pertinent d’étudier le tourisme féminin en Égypte au cours de cette période.

2Notons dès l’abord que c’est principalement d’une étude qualitative qu’il s’agira ici, car les données (statistiques ou autres) permettant de proposer, de manière à peu près fiable, une évaluation quantitative des flux touristiques à l’époque, sont extrêmement rares et fragmentaires.

3Au cours de cette étude, j’examinerai d’abord les conditions matérielles et les modalités du tourisme au féminin, ainsi que leur évolution, puis les pratiques culturelles : contacts avec, et perception de, l’Égypte et de ses habitants. Je poserai enfin la question de l’existence de pratiques et de perceptions spécifiquement féminines au cours de la période étudiée.

  • 1 P. Loti, La Mort de Philae, Paris, 1907.
  • 2 L. Duff Gordon, Letters from Egypt, Londres, MacMillan and C°, 1865.
  • 3 L. Duff Gordon, Last Letters from Egypt, Londres, MacMillan and C°, 1875.

4Les termes « cure de soleil et de vent sec » et « bédouinothérapie » sont empruntés à La Mort de Philae de Pierre Loti.1 Le premier décrit un phénomène bien connu et documenté : le fait que l’Égypte était prisée pour son climat dont les vertus sinon curatives, du moins revigorantes, furent à l’origine de sa vogue touristique. Rappelons que Lucie Duff Gordon y séjourna de 1862 à 1869 dans l’espoir de retarder l’issue fatale de la tuberculose dont elle était atteinte. Ses Lettres d’Égypte,2 publiées en 1865 puis en 1875,3 contribuèrent certainement à populariser l’idée que le climat de la Haute-Égypte pouvait être bénéfique pour la santé. Cette théorie reçut une confirmation prestigieuse en 1872 quand le prince de Galles, se relevant d’une maladie, choisit d’effectuer une période de convalescence en Égypte. Depuis le début du xixe siècle, le pays avait accueilli un flot continu mais restreint d’artistes, d’archéologues et de voyageurs ; après 1872, il devint une destination à la mode.

  • 4 La compagnie s’appela ainsi jusqu’en 1894 quand sa branche égyptienne changea de statut, devenant u (...)
  • 5 Sur ce point, voir aussi M. Boyer, L’Invention du tourisme, Paris, Gallimard, 1996, p. 61- 63.

5L’argument climatique ne fut pas déterminant au cours de la première décennie de développement touristique du pays, et l’on peut penser que la motivation principale pour entreprendre un tel voyage demeurait alors l’intérêt archéologique et biblique du pays. Ce ne fut qu’après l’installation d’un premier hôtel à Louxor en 1880 que l’argument climatique fut amplement exploité par la compagnie Thomas Cook and Son,4 qui présida à l’aménagement de la vallée du Nil. Ainsi, le discours hygiéniste5 évolua avec l’infrastructure : l’amélioration progressive des conditions d’hébergement et de transport permit à la compagnie d’élaborer une stratégie cohérente de promotion du tourisme climatique en Égypte s’appuyant sur des arguments ayant toutes les apparences de la scientificité et présentés dans de nombreuses publications. L’aménagement de la station d’Hélouan-les-Bains, communément appelée Healthy Helwan, renforça cette orientation. Une proportion non négligeable des touristes qui effectuèrent le voyage d’Égypte au cours de la période espérait donc en tirer un bénéfice pour la santé. Bien qu’il n’existe aucune donnée statistique précise à ce sujet, il semble que les femmes aient été plus nombreuses que les hommes à se rendre en Égypte pour cette raison (peut-être parce qu’elles étaient davantage affectées par les maladies pulmonaires ?).

6Quant à la « bédouinothérapie », il s’agit d’un terme inventé par Loti pour décrire les rapports qui s’établissaient parfois entre des touristes occidentales et certaines catégories du personnel en contact avec elles dans le cadre de prestations de service touristiques (drogmans, donkey boys…). Pour méprisant et malveillant qu’il fût, ce néologisme n’était sans doute pas totalement diffamatoire, car les rencontres furtives et les étreintes à l’ombre des Pyramides reviennent comme un leitmotiv chez tous les auteurs décrivant Le Caire à la fin du siècle. Par-delà l’anecdote, de telles relations avec les autochtones, dont on ne trouve pas de témoignage pour le début de la période étudiée, invitent à réfléchir à l’évolution de la perception de ces derniers par les touristes, et à tenter de voir comment celles-ci ont élaboré des modes d’interaction inédits basés sur l’utilisation, voire la consommation, d’autrui, et assez proches des pratiques masculines de l’époque à l’égard de certaines catégories de femmes orientales.

7Cette étude débute en 1869 parce que cette année-là (l’année, aussi, de l’ouverture du canal de Suez) eut lieu le premier circuit organisé en Égypte, sous l’égide de Thomas Cook. Avec ce périple, qui se poursuivit jusqu’en Terre sainte, le voyage en Orient, déjà passablement balisé par les guides et les récits de voyage, bascula de l’aventure individuelle vers le circuit en groupe de mieux en mieux programmé et encadré. Cette étude s’arrête en 1900, un autre moment décisif dans l’histoire du tourisme en Égypte, parce qu’alors l’achèvement de la liaison ferroviaire entre Le Caire et Assouan et l’augmentation de l’offre hôtelière dans la vallée du Nil ouvraient de nouvelles perspectives de développement dans la région.

8Plusieurs sources documentaires seront exploitées dans le cadre de cette contribution. Les ouvrages de Lucie Duff Gordon et d’Amelia Edwards, déjà citées, sont bien connus. Le premier regroupe les lettres écrites par Lucie Duff Gordon à sa famille entre 1862 et 1869. Ces missives décrivaient surtout la vie et les mœurs des Égyptiens au milieu desquels elle passa les dernières années de sa vie, mais aussi la misère engendrée par la politique dispendieuse du Khédive. Elle chercha passionnément à comprendre les Arabes (allant jusqu’à justifier la polygamie) et proposa à ses contemporains des portraits et des anecdotes empreints de compassion et d’humanité, et totalement affranchis des préjugés de l’époque. Une telle attitude était exceptionnelle et reste sans équivalent de son temps, même parmi les témoignages féminins qui nous sont parvenus ; elle suscita d’ailleurs une certaine méfiance et de nombreuses réserves. Elle s’explique en partie par des circonstances exceptionnelles : par le fait que Lucie Duff Gordon vécut sept ans seule au milieu des Égyptiens ; et par sa personnalité, indépendante et résolument anti-conformiste.

  • 6 La dahabieh était un bateau à voile équipé d’un habitacle ou de cabines. C’était l’un des modes de (...)
  • 7 A. Edwards, A Thousand Miles Up the Nile, Londres, Longmans, 1877.
  • 8 Elle ne cessa plus ensuite de s’intéresser à l’égyptologie. Elle fonda l’Egypt Exploration Fund et (...)

9Amelia Edwards arriva presque par hasard en Égypte en 1873, chassée par le mauvais temps qui sévissait sur la Côte d’Azur où elle hivernait. Elle loua une dahabieh6 et passa plusieurs mois sur le Nil dans des conditions proches de celles des voyageurs de la première moitie du siècle. Le récit qu’elle fit de son périple jusqu’à la seconde cataracte, A Thousand Miles Up the Nile,7 raconte surtout, chez une femme ayant toutes les apparences de la vieille fille victorienne, la naissance d’une passion dévorante et exclusive pour l’égyptologie.8 Alliant érudition et talent littéraire, il devint dès sa publication un ouvrage de référence.

10De fait, Lucie Duff Gordon et Amelia Edwards furent, à bien des égards, des femmes exceptionnelles, et certainement des voyageuses hors du commun. Les récits qu’elles firent de leurs aventures appellent l’attention sur l’existence d’expériences et de perceptions spécifiquement féminines de l’Égypte, mais il est difficile de les considérer comme représentatives du tourisme féminin dans ce pays à l’époque.

  • 9 Il s’agit d’un carnet manuscrit de petit format (12 x 20 cm) sous reliure carton de couleur noire. (...)

11Un troisième document permettra donc de donner la parole à une touriste que rien, à priori, ne semble distinguer de toutes celles qui, comme elle, visitèrent l’Égypte dans le cadre d’un circuit organisé. Il s’agit du « journal de bord » d’une femme qui participa au premier circuit organisé sur le Nil en février-mars 1869 par Thomas Cook. Ce journal inédit, intitulé par son auteur First Grand Tour to Egypt, the Nile & Palestine – Personally conducted by M. T. Cook, semble avoir été rédigé pendant le voyage même, sans doute au jour le jour, ce qui était une pratique courante chez les voyageurs de l’époque. L’un des intérêts de ce document réside dans le fait qu’il a toutes les apparences d’un « premier jet », ce qui le distingue des nombreux journaux de voyage réécrits après coup pour publication ou diffusion restreinte. C’est un document brut, au style souvent télégraphique et au contenu parfois anodin, voire sans intérêt. Ce journal, qui ne présente guère, on l’aura compris, les attraits des ouvrages précédemment cités, est anonyme. Une lecture attentive permet cependant de déduire l’identité de son auteur : une demoiselle Riggs, domiciliée à Hampstead. Ce document est déposé dans les archives de la compagnie Thomas Cook.9 À travers son journal, Miss Riggs – appelons-la ainsi – apparaît comme une personne d’âge moyen, et assez banale. Respectable et soucieuse de s’instruire mais plutôt brouillonne, curieuse mais non dépourvue de préjugés, elle manifeste davantage d’intérêt pour les écoles de missionnaires et les services dominicaux que pour les temples égyptiens, et pour ses compagnons de voyage que pour les Égyptiens. De sorte que, même si le voyage qu’elle effectua, par son déroulement plein d’imprévus et de retards et par son programme où l’improvisation tenait une large part, évoque davantage la lente et aléatoire progression des dahabiehs ou le voyage subjectif et sentimental de la première moitié du xixe siècle que la formule du voyage organisé au programme préétabli et immuable que la compagnie Cook développa par la suite, Miss Riggs semble, dans sa banalité même, assez représentative de la masse des touristes en Égypte. C’est pourquoi c’est à son témoignage, surtout, que cette étude va s’intéresser.

  • 10 W. H. Russell, qui séjourna deux semaines sur le Nil en même temps que ce groupe, dans la suite du (...)

12Il y avait eu, avant 1869, un nombre non négligeable de voyageuses occidentales – anglaises surtout – en Égypte. Pourtant, quand Thomas Cook organisa ses premiers circuits dans le pays, il y eut une véritable polémique autour de la présence de femmes dans les groupes. Le motif le plus communément invoqué était que les conditions de voyage en Égypte étaient trop rudes pour de frêles constitutions féminines : l’hébergement était spartiate et les moyens de transport peu fiables ; il y avait la chaleur, les insectes, les maladies et les nombreux trajets à dos d’âne – voire de chameau ! – pour se rendre sur les sites (les selles pour dames constituèrent d’ailleurs longtemps un casse-tête pour la compagnie Cook). Il est vrai que les premiers circuits sur le Nil étaient couplés avec un périple en Terre sainte, à cheval et sur des routes où l’on pouvait être dévalisé et rançonné, et que l’une des voyageuses de 1869 mourut brutalement, à son arrivée à Jaffa, d’une infection contractée en Égypte.10

13En 1869 les conditions matérielles de voyage étaient pourtant déjà moins difficiles (et l’infrastructure plus développée) que celles rencontrées par Lucie Duff Gordon quelques années, seulement, auparavant. En 1863, par exemple, elle effectua, escortée d’une dame de compagnie anglaise et d’un serviteur égyptien, le trajet entre Le Caire et Louxor sur un petit vapeur remorquant une dahabieh. À bord se trouvaient aussi un général et un officiel turcs, une femme turque, et un nombre indéterminé de femmes, d’enfants, de Coptes et de Grecs logeant dans la salle des machines et sur le pont. En route, ils embarquèrent encore trois prisonniers couverts de chaînes. La cabine occupée par Lucie Duff Gordon était dépourvue de porte et n’était pas aménagée pour recevoir des passagers européens – une Anglaise à bord constituait d’ailleurs, nota-t-elle, une nouveauté pour le capitaine et l’équipage, tous Arabes. Le trajet devait s’effectuer en huit jours, mais il dura deux fois plus longtemps : le vapeur dut remorquer trois dahabiehs, et, à Beni Souef, il n’y avait plus de charbon.

  • 11 L. Duff Gordon, Letters from Egypt, p. 93. Toutes les citations sont traduites par nous.

Le bateau, [écrit Lucie Duff Gordon], est aussi propre que le serait un bateau anglais aussi bondé, et le moteur tourne à merveille. […] Il y a des rats et des puces à bord, mais pas de punaises ni de cafards.11

14Peu de voyageuses européennes auraient été disposées à accepter des conditions aussi rudimentaires, et une telle promiscuité avec les autochtones, difficilement compatibles avec les règles de conduite et de pudeur que la société victorienne imposait aux femmes (la dame de compagnie anglaise renonça d’ailleurs rapidement à son emploi auprès de Lucie Duff Gordon). Et même s’ils n’étaient pas soumis aux mêmes contraintes, on peut penser que beaucoup d’hommes, aussi, auraient hésité à entreprendre un tel périple. L’infrastructure mise en place en vue de l’inauguration du canal de Suez, les efforts d’organisation de Thomas Cook, et la formule du voyage en groupe (associated travel) contribuèrent beaucoup, cependant, à en adoucir les rigueurs entre 1863 et 1869.

15Miss Riggs affronta puces, bancs de sable sur le Nil et chutes de cheval avec bonne humeur dans l’ensemble, et d’après son journal tout l’élément féminin de son groupe en fit autant, face à des nuisances qui affectaient aussi, d’ailleurs, leurs homologues masculins. Seule l’ascension des Pyramides les rebuta. « Aucune des dames de notre groupe n’est montée », nota laconiquement Miss Riggs. D’autres témoignages confirment cette réticence féminine, souvent attribuée à la hauteur des degrés. En effet, l’on peut soupçonner de nombreuses pudeurs victoriennes d’avoir répugné aux diverses manipulations qu’impliquait l’exercice, qui s’effectuait généralement avec l’assistance de trois Égyptiens qui poussaient et hissaient les candidats à l’escalade… en plaçant les mains où ils le pouvaient. Cette attitude semble avoir changé au cours des deux dernières décennies du siècle. De nombreuses photos montrent alors des femmes lancées, aux côtés des hommes, à l’assaut des Pyramides, et surprises souvent par l’objectif, elles aussi, dans des positions périlleuses ou grotesques (hors-texte n° 27).

  • 12 Voir à ce sujet W. H. Russell, A Diary in the East… p. 145-147, 280-288, 319-323 ; et T. Cook, Lett (...)
  • 13 Ce terme fut inventé par Pierre Loti. C. O’Dowd parla du « Cirque Cook » (Cook’s Circus) et des Bar (...)

16Mais de fait, les attaques contre la présence de femmes dans les circuits organisés en Égypte émanaient surtout de personnes qui regrettaient que l’Égypte commençât à s’entrouvrir, avec Cook, aux classes moyennes qui avaient déjà suivi l’aristocratie sur le Continent, puis en Italie.12 Dire que les femmes ne pouvaient pas voyager confortablement en Égypte, c’était, en fait, tenter de retarder le déferlement des hordes de « cookistes »13 dans un pays où jusqu’alors, seules les sections les plus privilégiées de la population avaient eu les moyens de voyager.

17Par ailleurs, avant 1869 la plupart des voyageuses avaient été accompagnées (de maris, de pères, de frères…). Or, les circuits organisés permettaient plus facilement aux femmes de voyager seules (unprotected), et ce, parfois, pendant plusieurs mois d’affilée. Parmi les trente-et-une personnes qui constituèrent le groupe inaugural de 1869, il y avait cinq femmes voyageant seules, dont quatre étaient célibataires. Miss Riggs se contenta d’indiquer que ces gens « pensaient tous qu’ils formaient un groupe très harmonieux » et semble avoir pris grand plaisir à la fréquentation de ses compagnons de voyage. Il est permis de penser que les circuits organisés pouvaient être, dans une certaine mesure, un espace de liberté (relative) pour les femmes ; et qu’ils purent même, parfois, favoriser une certaine mobilité sociale. Et que c’était cela, aussi, qui était visé par leurs détracteurs.

  • 14 J. Burns, Help-Book for Travellers to the East… with tourist arrangements by Thomas Cook, Londres, (...)
  • 15 Cook’s Excursionist and Tourist Advertiser, 15 mai 1869, 21 octobre 1869.

18Thomas Cook répondit à ces critiques dans les colonnes de son périodique The Excursionist pendant toute l’année 1869, ainsi qu’en 1870, et ses arguments furent repris dans le Help-Book for Travellers to the East écrit par le révérend Jabez Burns et publié en 1872.14 Avec véhémence, Cook affirma non seulement que les femmes étaient aptes, physiquement, à endurer les conditions de voyage en Orient, mais encore que leur présence dans les groupes était indispensable car elle contribuait à atténuer « l’égoïsme inhérent à la nature masculine » et représentait un élément modérateur, voire « civilisateur ».15 L’austère Cook voulait dire par là que, sans femmes, les longues soirées de navigation ou de bivouac prenaient vite des allures de réunion de corps de garde ; et Jabez Burns décrivit en termes choisis les nombreux charmes de soirées agrémentées de jeux de société et de prestations féminines au piano. Depuis 1850, Cook, qui était surtout un homme de convictions, s’était fait l’ardent défenseur et promoteur de la démocratisation du voyage, et n’avait jamais toléré qu’il pût y avoir, dans ce domaine, de discrimination entre les sexes. Il s’engagea donc à ne pas programmer de circuit dont les dames seraient exclues, faisant preuve, d’ailleurs, du même coup, d’un solide bon sens commercial, à une époque ou les femmes qui avaient le loisir et les moyens financiers de voyager étaient nombreuses.

19Après 1870, la polémique s’essouffla, et la présence de voyageuses en Égypte sembla acquise. Les femmes constituaient alors un tiers environ des effectifs des circuits, et cette proportion semble être restée à peu près constante pendant toute la période étudiée. À titre de comparaison, la moitié des touristes en France, en Suisse et en Italie, était de sexe féminin ; ce qui semble bien indiquer, malgré tout, que pendant plusieurs décennies le voyage en Égypte (même organisé) resta l’apanage des plus audacieuses.

  • 16 S. (H. M. L.), A Few Words of Advice on Travelling & its Requirements Adressed to Ladies, Londres, (...)

20En 1875 la compagnie Cook publia un manuel de conseils de voyage à l’usage des dames, A Few Words of Advice on Travelling & its Requirements Adressed to Ladies.16 Cet ouvrage abordait de manière extrêmement détaillée et exhaustive les aspects matériels du voyage en général, et du voyage en Orient en particulier, auquel un chapitre était consacré. Il constitue une source d’informations précieuse sur les solutions et les remèdes qui étaient proposés aux femmes confrontées, au cours de leurs pérégrinations, à la chaleur, à la poussière, aux insectes et aux maladies. Souvent illustrées, les publicités diffusées dans les guides et les périodiques de voyage apportent aussi, parfois, un éclairage cocasse sur les produits et dispositifs proposés. Moins frivoles, les nombreuses éditions des guides Murray et Baedeker pour l’Égypte ne consacraient que quelques lignes aux besoins spécifiques de cette catégorie de touristes. Peut-être parce que la plupart des obstacles et nuisances, et des moyens de les surmonter, étaient communs aux deux sexes.

21Si les conditions matérielles du voyage étaient donc, dans l’ensemble, les mêmes pour les hommes et les femmes, il a pu y avoir, cependant, des expériences et des perceptions spécifiquement féminines. Pour s’en convaincre, il suffit de rappeler que les hommes ne pouvaient pas, en principe, avoir de contact avec des femmes égyptiennes (quelques catégories de femmes – danseuses, prostituées – faisaient exception) ni même entrer dans les lieux qu’elles habitaient ou fréquentaient.

22Plus encore, à la lecture des Lettres d’Égypte de Lucie Duff Gordon, il est tentant de faire l’hypothèse que les femmes furent capables de poser un regard différent, plus libre, plus curieux et davantage empreint d’humanité que celui des hommes, sur les habitants de l’Égypte. Et de chercher, parmi les impressions reçues et retranscrites par d’autres femmes, les traces de cette spécificité.

23De même, alors que les nombreux récits de voyage en Égypte publiés après 1850 découragent le lecteur d’aujourd’hui par leur uniformité de style et de contenu, le livre d’Amelia Edwards incline à croire que puisque seule une femme fut capable de résister à l’appauvrissement du genre et sut même le renouveler en perpétuant à la fois les qualités d’un Edward W. Lane et d’un Alexander W. Kinglake – combinant harmonieusement dans la trame de son récit l’ambition quasiment encyclopédique et le traitement méticuleux du sujet propres au premier, et la méthode « impressionniste » et subjective du second – c’est dans d’autres textes féminins qu’il faut chercher sa postérité littéraire.

24Or, force est de constater que ces ouvrages, ainsi que les expériences qui les inspirèrent, n’eurent pas d’équivalent, ni de postérité, dans la production littéraire contemporaine, tant masculine que féminine d’ailleurs.

25C’est donc plutôt vers Miss Riggs qu’il convient de se tourner pour tenter de voir l’Égypte et ses habitants tels que les voyait la majorité des femmes qui visitèrent le pays dans les années 1870-1880.

26Les annotations du journal de Miss Riggs concernant les paysages et les monuments égyptiens sont nombreuses mais succinctes. Il en résulte des descriptions sans éclat, fragmentaires et souvent superficielles. Ceci est dû en partie à la nature et aux ambitions limitées du document : une succession de données, d’anecdotes et d’impressions notées à la hâte au terme de journées bien remplies. Ceci reflète aussi le rythme soutenu du circuit organisé qui permettait d’effectuer, en trois (puis deux) semaines, un périple que l’on mettait plusieurs mois à compléter en dahabieh, au prix d’un indéniable appauvrissement de l’expérience, qui ne frappait pas, d’ailleurs, exclusivement Miss Riggs et ses épigones.

27De manière plus générale, au cours du xixe siècle, les Européens se détournèrent d’une connaissance scientifique, ayant pour ambition d’être aussi objective et complète que possible, de l’Égypte (telle qu’elle fut compilée dans la Description de l’Égypte) pour recréer une Égypte aux dimensions bien plus réduites, et dont la perception, de surcroît, fut progressivement brouillée par un ensemble de modes de pensée et de préjugés élaborés par l’Occident dans ses relations avec l’Orient. Les pratiques et les modalités du tourisme à partir de 1850, et du tourisme organisé à partir de 1869, ne firent qu’amplifier ce phénomène.

28Cette recréation / réduction de l’Égypte trouva une expression concrète dans l’élaboration des guides de voyage. Ceux-ci nous fournissent des renseignements précieux sur ce que voyaient ces touristes, mais aussi sur ce qu’ils devaient voir, et sur ce qu’ils ne voyaient plus. Le titre et le nombre de pages des guides affichent leurs ambitions – et celles de leurs lecteurs.

  • 17 Quétin, Guide en Orient : itinéraire scientifique, artistique et pittoresque, Paris, L. Maison, 184 (...)
  • 18 J. G. Wilkinson, Topography of Thebes and General view of Egypt being a short Account of the Princi (...)
  • 19 J. G. Wilkinson, Modern Egypt and Thebes being a Description of Egypt Including the Information Req (...)
  • 20 J. G. Wilkinson, Murray’s Handbook. Things to be Taken to Egypt, Londres, J. Murray, 1858.
  • 21 Lower Egypt and the Peninsula of Sinai, Egypt Hand-book for Travellers. Edited by K. Baedeker. Firs (...)
  • 22 Upper Egypt & Nubia as far as the Second Cataract, Egypt Hand-book for Travellers. Edited by K. Bae (...)
  • 23 Egypt Hand-book for Travellers Edited by Karl Baedeker. With 22 maps, 55 plans & 66 views & vignett (...)

29Ainsi, Quétin, en 1844, intitula celui qu’il compila en 682 pages Guide en Orient : Itinéraire scientifique, artistique et pittoresque.17 Et le premier guide Murray, publié en 1835, comprenait 631 pages consacrées principalement à Thèbes.18 Quand ce guide fut étendu à toute l’Égypte en 1843, la somme des connaissances proposées nécessita une publication en deux volumes de 496 et 595 pages.19 Le terme handbook fut surtout utilisé après 1850 et traduisait une préoccupation nouvelle pour l’aspect pratique du guide, sa taille, sa maniabilité, et non plus son contenu. Le guide Murray de 1858 fut intitulé Murray’s Handbook20 et réduit à 462 pages. Ce titre fut conservé pour toutes les éditions ultérieures. Le processus de réduction apparaît encore plus radical dans le cas des guides Baedeker. La première partie du guide, consacrée à la Basse-Égypte et au Sinaï, fut publiée en 1878 et contenait 541 pages.21 Le deuxième volume, publié en 1892, explorait la Haute-Égypte et la Nubie en 403 pages.22 L’édition de 1898 proposait toute l’Égypte en 395 pages.23

30Les guides proposaient une première réduction de la réalité égyptienne appréhendée par le voyageur, puisqu’ils découpaient l’espace en sites, points de vue et scènes pittoresques, assortis, le plus souvent, d’une évaluation de leur degré d’intérêt pour le voyageur européen. Autant d’étapes obligées et d’expériences (entrevue avec un notable indigène, café arabe et narguilé, bain turc et danseuses arabes pour les plus hardis) jugées indispensables à la réussite du voyage.

31La réduction du temps dévolu aux circuits organisés obligea leurs concepteurs à effectuer une sélection draconienne parmi les sites décrits dans les guides, pour ne conserver que les plus « remarquables » d’entre eux (les grands temples de la Haute-Égypte et Beni-Hassan en Moyenne-Égypte). L’on peut remarquer, par exemple, dès 1869, l’élimination des sites chrétiens (étapes de l’épisode de la Fuite en Égypte principalement), pourtant abondamment décrits dans les guides et les récits de voyage, et très fréquentés jusque-là.

32Miss Riggs, au début de son journal, avoue avoir consacré deux heures, sur le bateau la menant en Égypte, à la lecture de Lloyd’s Oriental Guide. Le lecteur est prévenu : la qualité et la précision des informations qu’elle fournit sur les monuments visités trahissent une préparation pour le moins sommaire de son voyage.

  • 24 Le prince de Galles avouait éprouver « une aversion prononcée à l’égard des temples », et c’était l (...)

33Les pages les plus fastidieuses du journal concernent les monuments, avec une mention particulière pour le temple de Karnak. De fait, les centres d’intérêt de Miss Riggs se situaient aux antipodes de la passion érudite d’Amelia Edwards. Elle ne manifeste pas un goût excessif pour l’égyptologie,24 et l’on peut penser, par conséquent, que le programme proposé par Cook lui convenait parfaitement. Pleine de bonne volonté quand même, désireuse – comme presque tous les touristes de l’époque – de s’instruire, soucieuse de noter, en une accumulation hétéroclite, le plus de choses possibles, elle cède aussi, parfois, à des penchants frivoles. De manière générale, elle préfère décrire l’approche, parfois mouvementée, des monuments que les monuments eux-mêmes, qui retiennent moins son attention que les tribulations de son groupe à dos d’âne ou de chameau ; ainsi, elle ne dit rien du temple d’Esnèh, expédie le temple de Philae en une phrase d’une banalité confondante (« Ruines de Philae très belles ; de très nombreuses colonnes à l’intérieur des ruines ») et renonce à explorer le temple de Louxor pour aller flirter avec des Écossais à bord d’une dahabieh ! Enfin, après avoir noté consciencieusement une multitude de détails (parfois inexacts) sur le temple de Karnak, elle avoue avoir pris davantage de plaisir à une deuxième visite du temple où elle erra dans les ruines « au gré de [sa] fantaisie ». C’est aussi dans les descriptions de couchers de soleil et de cieux nocturnes – c’est-à-dire les impressions les plus directement accessibles, celles qui s’adressent plutôt aux émotions qu’à l’intellect – que le journal trouve ses accents les plus sincères. De fait, tout en cherchant à s’instruire, elle paraît parfois avoir été rebutée par la masse de connaissances proposées, et avoir conçu son voyage au moins autant comme une occasion de se distraire que de se cultiver, ce qui, à l’époque, pour une destination comme l’Égypte, était une attitude relativement nouvelle. L’on assiste donc, avec l’introduction du tourisme organisé en Égypte, à une modification des aspirations, et par conséquent des pratiques culturelles, des voyageurs. Cette évolution s’accentua par la suite, jusqu’à faire du Caire, à la fin du siècle, le rendez-vous huppé des élites mondaines.

  • 25 E. W. Lane, An Account of the Manners and Customs of the Modern Egyptians ; written in Egypt during (...)

34Les descriptions du journal recèlent de nombreuses informations erronnées qui côtoient, d’ailleurs, un souci d’exactitude scientifique se manifestant par un goût presque maniaque pour les mesures précises et les données chiffrées, dont le journal est truffé. Il est malaisé d’attribuer une cause précise à ces erreurs. Certaines sont courantes dans les récits de voyage ; par exemple, il faut pratiquement remonter à Edward Lane25 (1836) pour trouver une description satisfaisante du Maḥmal et du cortège des pèlerins partant pour La Mecque – celle de Miss Riggs est, il est vrai, particulièrement fantaisiste. D’autres erreurs prêtent davantage à sourire ; ainsi, quand Miss Riggs s’étonne, avec beaucoup de candeur, de ne pas avoir visité la célèbre bibliothèque d’Alexandrie – qui fut détruite en 47 avant Jésus-Christ.

35Sans doute ces erreurs résultent-elles du manque de préparation du voyage ; mais il est probable que le drogman en fut responsable aussi, soit en raison de lacunes dans ses connaissances ou d’une réticence à parler des pratiques musulmanes à des chrétiens, soit à cause de la barrière linguistique. En effet, les guides de voyage indiquaient que certains drogmans avaient une excellente maîtrise d’une ou de plusieurs langues étrangères ; mais les témoignages de touristes suggèrent aussi qu’ils s’exprimaient parfois dans un jargon difficile à comprendre (rappelons, à leur décharge, que leurs attributions étaient nombreuses, et allaient bien au-delà du rôle de guide sur les sites). La transcription des noms propres arabes dans le journal incline à croire qu’il y eut, en effet, entre le groupe et son drogman, de sérieux problèmes de communication. Pour compliquer encore les choses, Miss Riggs précise que le médecin égyptien du bord servait aussi d’interprète !

36Ainsi, le journal apporte un éclairage intéressant sur ce que savaient vraiment ces touristes à qui l’on a peut-être un peu rapidement prêté des connaissances proportionnelles à l’exhaustivité de leurs guides de voyage. En fait, le mélange de bonne volonté et de connaissances mal assimilées qui caractérise Miss Riggs était sans doute fort répandu parmi ses contemporains.

  • 26 A. Sketchley, Mrs Brown Up the Nile, Londres, 1869.
  • 27 Ibid., p. 29, 30, 32, 71.

37 Les contemporains eux-mêmes, d’ailleurs, n’étaient pas dupes. On en trouve une illustration très convaincante dans Mrs Brown Up the Nile,26 un récit burlesque écrit par Arthur Sketchley et publié en 1869. L’on y suit les tribulations de Mrs Brown, personnage caricatural natif de l’East End de Londres, visitant la vallée du Nil en 1869 dans le sillage du prince et de la princesse de Galles (et, par conséquent, en même temps que Miss Riggs). Sketchley plaça dans son entourage le personnage de Miss Pulbrook. Celle-ci est une dame seule, venue en Égypte pour sa santé, qui est présentée d’abord comme une voyageuse érudite « qui sait lire les pyramides ». Le doute s’installe cependant dans l’esprit de Mrs Brown quand Miss Pulbrook trouve les Turcs « pittoresques » alors qu’elle-même les trouve plutôt crasseux. Puis elle est tournée en dérision quand elle émet sur un ton péremptoire des affirmations erronées sur Alexandre le Grand, pour être, finalement, totalement discréditée quand elle est surprise en train de constamment lire un guide « en douce ».27

38Parce que le procédé littéraire employé par Sketchley exige l’exagération, Mrs Brown Up the Nile est aussi un véritable catalogue des clichés de l’époque concernant l’Égypte et ses habitants, et, à ce titre, il peut être intéressant de le confronter au journal.

  • 28 Ibid., p. 40-41, 47, 85-86, 113.

39Le pays lui-même est réduit à quelques traits marquants dont aucun, d’ailleurs, ne trouve grâce aux yeux de l’impitoyable Mrs Brown. C’est l’Égypte réduite à sa plus simple expression : les Pyramides et les momies (qui mériteraient, d’ailleurs, une « sépulture chrétienne »), les bazars du Caire (décevants) et les horreurs du bain turc. Quant aux temples, elle ne veut pas en entendre parler.28

40Miss Riggs propose de l’Égypte une vision bien plus large et détaillée, mais elle a au moins un point commun avec Miss Pulbrook : un goût prononcé pour le pittoresque. Ainsi, ces mots du journal, décrivant sa première impression d’Alexandrie : « Une scène tout à fait étrange et nouvelle et pittoresque », pourraient résumer sa perception de tout le pays, du nord au sud.

41De fait, l’Égypte du journal est une succession de détails pittoresques où il est aisé de déceler l’impact des peintres et des écrivains. En effet, la diffusion des œuvres et des thèmes orientalistes fut telle, à la suite de la « redécouverte » picturale de l’Égypte et du Proche-Orient par David Roberts en 1838-1839, qu’après 1850-1860 il n’y eut plus de regard neutre sur l’Égypte. Les voyageurs et touristes de l’époque victorienne s’y rendaient munis de représentations visuelles et mentales très précises et stéréotypées du pays et de ses habitants. Cette Égypte des peintres orientalistes contribua (avec celle des écrivains) à façonner les attentes des touristes : le pays se lisait comme une succession de tableaux vivants, et sa conformité avec cette vision préconçue déterminait, en grande partie, la réussite du voyage. Le sentiment de déjà-vu qui en résultait est l’une des expériences les plus fréquemment décrites par les voyageurs, et fut souvent analysé avec beaucoup de finesse, et d’ironie parfois, par les écrivains.

42Miss Riggs n’eut pas ce recul critique et n’analysa pas la vision qu’elle proposait de l’Égypte. Elle se contenta de noter avec délectation les éléments pittoresques qu’elle rencontra, et dont la juxtaposition permettrait de reconstituer une véritable Égypte « de bazar », digne du magasin d’accessoires des peintres orientalistes.

43Ainsi, le pittoresque oriental du Caire, qui exerça un attrait si puissant sur les Européens pendant tout le xixe siècle, se décline en éléments architecturaux et motifs décoratifs : les ruelles sont étroites et irrégulières à souhait, les bazars sont « si merveilleusement orientaux et insolites pour des Anglais », et les moucharabiehs sont de « vieilles fenêtres saillantes à claire-voie si pittoresques ».

44La vallée du Nil offre une succession rassurante de minarets surgissant de palmeraies, de processions de chameaux, et de bazars (encore) où l’on peut voir « les vraies coutumes des indigènes ».

45Enfin, il y a même une école dont les abords sont « merveilleusement sales ». On voit là que même la poussière et la boue, parce qu’ils signalaient un état « primitif », pouvaient relever du pittoresque !

46Cette vision avait cependant ses limites. Ainsi, à Ras-el-Ech, le long du canal de Suez, un petit village traversé par le groupe est décrit comme étant « sale, horrible. […] Quelques taudis dans le sable – tout semblait répugnant ». On retrouve cette confrontation brutale avec une réalité égyptienne qu’aucune dose de pittoresque ne parvient plus à transfigurer, dans une expérience analogue décrite, avec un luxe de détails, par Amelia Edwards. Ayant admiré, du pont de sa dahabieh, les contours évocateurs de la ville d’Assiout se détachant sur l’horizon, elle décida de s’y rendre. L’expérience se révéla décevante :

  • 29 A. Edwards, A Thousand Miles Up the Nile, p. 101.

Les ruelles, sans pavés, sont poussiéreuses, étroites et encombrées, comme à Minieh. Les enfants ont les yeux cernés de mouches et la tête couverte de croûtes, comme à Minieh aussi, à plus grande échelle. La seule différence, ce sont les habitants, qui, au lieu d’être maussades, malhonnêtes et hostiles, sont trop familiers pour être agréables et manifestent un penchant pour la mendicité qui rivalise avec celui des Irlandais. Ainsi, notre mirage devient sordide réalité, et Siout qui, de loin, semblait la capitale du Pays des Merveilles, se transforme en gros bourg de maisons de terre, aussi laid et ordinaire que tous les autres.29

47Thomas Cook chercha à tirer les leçons de ses premiers circuits sur le Nil, afin d’en améliorer la formule et les prestations. Il put sans doute constater la déconvenue de Miss Riggs et de ses compagnons, confrontés de trop près à la misère égyptienne. De fait, les causes de gêne ou d’embarras étaient nombreuses dans ce pays peu développé économiquement. La misère et l’ignorance où végétait la population (surtout dans la vallée du Nil), le fanatisme musulman parfois, et une administration tatillonne et corrompue, choquèrent et éprouvèrent invariablement les Européens qui y furent confrontés. Cook comprit que s’il voulait permettre aux touristes de voir l’Égypte telle qu’ils l’avaient rêvée, la réalité égyptienne devait être tenue à distance.

48Autant dans les représentations visuelles que littéraires, les habitants de l’Égypte constituaient un élément important du pittoresque. Aucun tableau n’était complet sans, au minimum, quelques indigènes campés au premier plan en costume typique ; aucun récit ne pouvait faire l’économie d’un certain nombre d’anecdotes où les autochtones occupaient presque toujours une place convenue, et où l’Européen, le plus souvent, avait le beau rôle.

49Pour les voyageurs et les touristes, la question des rapports avec les autochtones était cruciale, et elle fut traitée avec grand soin par les guides de voyage. Ceux-ci décrivaient dans les moindres détails l’attitude à adopter en toutes circonstances face aux différentes catégories d’individus rencontrés. Les conseils ne variaient guère d’un guide à l’autre, et reflètent un certain nombre des préjugés qui avaient cours dans la société britannique de l’époque concernant la prétendue nature des « Orientaux ».

  • 30 Les détracteurs du tourisme organisé s’inquiétaient de la réputation que ces touristes faisaient à (...)
  • 31 Lower Egypt and the Peninsula of Sinai…, op. cit., p. 12.
  • 32 Ibid., p. 14.

50À partir de 1840 environ, le touriste anglais arrivait en Égypte convaincu de la supériorité de sa race et de sa culture, et de la nécessité de représenter dignement son pays.30 Pour l’aider à tenir ce rôle, récits de voyage et guides touristiques ne furent pas avares de recommandations. Le guide Baedeker de 1878 commence par rappeler à ses lecteurs que « les Égyptiens occupent dans l’échelle des civilisations un rang beaucoup plus bas que la plupart des nations occidentales, et la cupidité est l’un de leurs principaux défauts ».31 Cette infériorité et cette cupidité présumées déterminaient le code de conduite élaboré par les Occidentaux et diffusé dans les guides. La demande de bakchich, dont le voyageur était sans cesse assailli, les transactions, toutes ces situations sont analysées par le guide Baedeker qui préconise la fermeté et « un air de calme indifférence ». Si l’on n’obtenait pas l’effet désiré, l’on pouvait « employer le mot ruh ou imshi d’un ton impératif, ou brandir vigoureusement son bâton en direction de l’assaillant ». Geste, ajoute Baedeker, qui sera compris partout. S’il voulait, cependant, éviter d’avoir directement affaire aux autochtones, le voyageur pouvait s’attacher les services d’un drogman. Il fallait alors éviter de laisser cet individu profiter de sa situation. En effet, prévient Baedeker, « la plupart des drogmans aiment adopter une attitude condescendante envers leurs employeurs […] plus vite on aura corrigé cette impertinence, meilleures seront les relations ultérieures du voyageur avec son guide. »32 Pour parvenir à ce résultat, les méthodes déjà citées étaient là aussi préconisées.

  • 33 Ibid., p. 26.

51Mais si l’on peut supposer que de tels contacts étaient déterminés par le fait que ces Égyptiens-là étaient socialement défavorisés par rapport aux voyageurs, qu’en était-il des rapports avec des autochtones de condition sociale équivalente à la leur ? Là encore, le guide Baedeker mettait en garde contre une trop grande familiarité, alléguant que « sous les interminables protestations d’amitié […] est tapi, le plus souvent, le démon de la cupidité. »33

  • 34 Sketchley, Mrs Brown Up the Nile, p. 7, 9, 16, 26-32, 43, 45, 53, 56-57, 60, 88-89, 101, 115-117, 1 (...)

52Comme l’on pourrait s’y attendre, le portrait que dresse Mrs Brown Up the Nile des habitants de l’Égypte (appelés indifféremment « Turcs », ce qui constitue une première simplification réductrice) permet d’établir une liste (presque) exhaustive des poncifs de l’époque sur les Orientaux. Rien n’y manque. Mrs Brown ne perd pas de temps à les détailler physiquement et les distingue, donc, grâce au port du turban. Ce qui retient surtout son attention, ce sont leurs mœurs. De fait, les « Turcs » ont tous les vices : ils sont sales, paresseux, négligent leurs enfants et pratiquent encore l’esclavage. Mais ce qui émeut surtout Mrs Brown, en tant que « femme », c’est la condition de ses consœurs musulmanes, vouées à l’enfermement (dans le harem, foyer de tous les vices) et contraintes de subir la polygamie de leurs époux. Les passages les plus virulents du livre (et c’est peu dire) sont consacrés à cette question de la polygamie, qui revient sans cesse dans ses propos.34

53Certes, Mrs Brown est une caricature, mais il n’en demeure pas moins que c’est chez ses contemporains que Sketchley a cherché l’inspiration pour son personnage. Malgré ses excès, elle incarne bien un certain nombre de préjugés courants à l’époque. De ce fait, la comparaison avec l’image que donne, des habitants de l’Égypte, le journal de Miss Riggs (une touriste, elle, bien réelle) est éclairante.

54Ce que l’on remarque à la lecture du journal c’est, d’abord, que son voyage, qui dura un peu plus de quatre semaines (du 5 février au 8 mars 1869), fournit à Miss Riggs relativement peu de contacts avec la population égyptienne. Et, ensuite, qu’elle n’usa pas de son statut de femme pour rencontrer des femmes égyptiennes.

55Les annotations du journal comprennent un certain nombre de généralisations, mais aussi des considérations sur des individus précis.

56Le journal contient d’abord des descriptions de foules, où les Égyptiens sont vus en masse avec, cependant, un souci marqué du détail pittoresque. Ainsi, quand Miss Riggs raconte la première vision qu’elle a des Égyptiens (en l’espèce, des bateliers à Alexandrie), elle note ses impressions tant visuelles (le choc de physionomies et de couleurs de peau d’une variété insoupçonnée) que sonores (le premier contact avec la langue arabe, rauque et stridente), le tout formant une scène qu’elle « n’oubliera jamais ». Ici, c’est la variété qui est pittoresque, et on la retrouve mise en avant dans une description de scène de bazar : « On y voit des gens de toutes les nations, parlant toutes les langues, et portant les costumes les plus divers. » Le plus souvent, cependant, elle se contente de noter l’impression dominante, sans tenter de la détailler ni de l’analyser. Ainsi, à Esnèh, un cortège de villageois est simplement « très pittoresque ». C’est, dans l’ensemble, une vision peu nuancée et limitée.

57Dans la vallée du Nil, Miss Riggs semble avoir pris plaisir à détailler physiquement, sans gêne aucune (peut-être parce qu’elle y voyait des « types » et non des individus ?) les hommes, souvent « très légèrement vêtus » voire « tout à fait nus ». Ainsi, il y a un certain nombre de descriptions physiques ayant un caractère quasiment anatomique. Peut-être à cause de leur pauvreté de nuances, ces descriptions se prêtent à des généralisations : les Égyptiens « ont fort belle allure », les Arabes « sont généralement minces, bien faits », et à Assouan « les autochtones ont l’air très doux ».

58 Comme on peut le constater, la plupart de ces descriptions, de nature surtout visuelle, sont extrêmement superficielles et ne donnent pas lieu à des considérations sur la nature ou les mœurs des Égyptiens. Dans ce domaine, Miss Riggs semble avoir été épargnée par les préjugés de son époque. Même quand elle décrit l’inefficacité du travail de rameurs nubiens (« beaucoup de bras mais peu de travail accompli »), ou la gêne occasionnée par les demandes incessantes de bakchich, elle ne se laisse pas aller aux généralisations, pourtant d’usage dans les récits de voyage, sur la paresse ou la cupidité présumées des Orientaux.

59Les descriptions de femmes révèlent surtout une absence de contact réel. Les femmes sont toujours vues de loin. Ce sont d’abord, au Caire, des silhouettes montées sur des ânes et enveloppées de noir. Puis, dans la vallée du Nil, elles composent des groupes pittoresques, évoquent des scènes bibliques : à Louxor, rassemblées pour un enterrement où « toutes chantaient et dansaient d’une manière tout à fait curieuse » ; et, surtout, dès le début de la navigation : « Nous avons vu les femmes avec leurs longues robes fluides et leurs cruches. » C’était là, en effet, la représentation la plus répandue (et donc « typique ») de la femme égyptienne, évocatrice de l’Ancien Testament, maintes fois déclinée par les peintres, puis diffusée à l’infini par les photographes. Quant aux danseuses (les célèbres almeh) qui suscitèrent tant de commentaires passionnés de la part des Européens au xixe siècle (Lucie Duff Gordon devint l’amie de l’une d’entre elles et réfuta les accusations d’immoralité qui pesaient contre la profession, Amelia Edwards assista à plusieurs prestations et en fit un compte rendu pour le moins mitigé), Miss Riggs ne les vit pas. « Il y avait des danseuses, nota-t-elle laconiquement à Qena, que les messieurs sont allés voir. »

60Enfin, elle nota, mais sans assortir ces informations d’aucun commentaire, que le harem du pacha, au Caire, contenait cinq cents femmes ; et que l’ingénieur Abdel Effendi, chez qui le groupe fut reçu, avait deux épouses.

61Un seul passage concernant les femmes, dans le journal, révèle que, de fait, Miss Riggs n’était pas exempte de préjugés sur la condition des Orientales. Ayant visité l’école d’une mission américaine au Caire, elle fit la description suivante des élèves :

De petites filles éminemment touchantes et intéressantes, ayant toutes un air de douceur et de docilité ; sans la vitalité et l’intelligence d’un enfant anglais mais, transparaissant chez les enfants, cette langueur et cette soumission que possèdent les mères, dans un pays où tout n’est qu’oppression et tyrannie.

62Finalement, l’absence de commentaire sur la condition des femmes égyptiennes, dans le journal, trahit peut-être, plutôt qu’une absence de préjugés, un manque d’intérêt, chez son auteur, pour cette question.

63 Les Égyptiens que Miss Riggs eut l’occasion d’observer de plus près, c’est-à-dire l’équipage et le personnel du vapeur à bord duquel elle effectua une croisière sur le Nil, sont à peine mieux traités dans le journal. Malgré une cohabitation de trois semaines, et des contacts sans doute quotidiens, ils ne parvinrent pas à exister à ses yeux et sont réduits à une vague présence sonore. Aucune annotation ne permet de penser qu’elle manifesta la moindre curiosité à leur égard. Seul le drogman (personnage central de tout voyage en Égypte) est nommé et brièvement décrit, puis il disparaît jusqu’à la remise des pourboires, à la fin de la croisière, où il est cité aux côtés du médecin du bord et du capitaine.

64Le journal révèle donc une séparation très nette entre les touristes et le personnel à leur service, basée sur des écarts de statut social (sauf pour le médecin du bord), accentués par des différences de culture, de langue et de religion. « Les musulmans ne dînent pas avec les chrétiens » nota Miss Riggs, voyant que le capitaine et le médecin prenaient leurs repas après les touristes.

65Quand le service des vapeurs fut structuré et mieux organisé, cette séparation (qui n’avait pas vraiment existé sur les dahabiehs, du fait de l’exiguïté des bateaux et de la durée des croisières) fut érigée en règle et accentuée. Et une séparation entre clients occidentaux et clients égyptiens fut même imposée après 1886 (au motif que les manières des Égyptiens pouvaient incommoder les dames – les femmes égyptiennes et turques, quant à elles, voyageaient forcément cloîtrées dans leurs cabines).

66Le journal ne décrit qu’une seule rencontre avec un Égyptien, un échange de visites de courtoisie avec l’ingénieur Abdel Effendi à Sohag. Le compte rendu de l’épisode privilégie la couleur locale et les détails pittoresques garants de « l’authenticité » indéniable de l’expérience (divan, petites tasses, narguilés). Il met cruellement en lumière, aussi, l’incapacité des Européens à s’adapter aux contraintes imposées par une culture différente : ils offrent du vin à un musulman ( !), et, ne pouvant apprécier la lenteur et le formalisme inhérents à toute cérémonie en Orient, n’en éprouvent, pour finir, que lassitude et ennui.

Il est revenu avec nous à bord où nous l’avons reçu à nouveau – on lui a offert du vin, M. Newman tenant aimablement le rôle de maître des cérémonies à la mode orientale : suis lassée de lui – il est parti très tard.

  • 35 A. Edwards, A Thousand Miles Up the Nile, p. 179.

67Sentiment que confirme Amelia Edwards qui fit remarquer que « l’agrément d’une visite orientale est souvent prolongé à un point qui met à cruelle épreuve la patience et la politesse d’hôtes européens ».35

68 Au terme de cette étude, quelques remarques s’imposent. La première, qui relève de l’évidence, est que la modification des conditions de voyage en Égypte, avec l’introduction de circuits organisés à bord de vapeurs réduisant le périple à quelques semaines, entraîna une modification de la perception du pays et de ses habitants par les touristes. Cette modification alla dans le sens d’une réduction et d’un appauvrissement de l’expérience. L’Égypte devint plus accessible, mais la connaissance du pays et de ses habitants, et le désir d’appréhender ces derniers dans leur altérité, régressèrent.

69Une seconde remarque concerne les motivations et les aspirations des touristes. Le circuit de 1869 inaugura une période d’augmentation des flux touristiques en Égypte, et amorça un processus (encore très relatif) de démocratisation. Ces « nouveaux » touristes, issus des classes moyennes, et donc, pour certains, exerçant une profession, avaient souvent moins de temps que les voyageurs issus des classes oisives qui les avaient précédés. Leurs besoins et leurs aspirations étaient plus variés ; ils voulaient voir l’Orient, mais ils voulaient aussi se reposer et se distraire. La rationalisation du temps voué au voyage entraîna une adaptation des pratiques culturelles, qui devinrent une activité parmi d’autres. Le journal de Miss Riggs illustre bien l’amorce de cette transition vers le voyage conçu comme activité de détente, et plus seulement axé sur la découverte la plus exhaustive possible du pays et l’acquisition de connaissances. À la fin du siècle, l’égyptologie était une motivation parmi beaucoup d’autres invoquées par les touristes se rendant, de plus en plus nombreux, en Égypte.

70On peut noter, enfin, que ces conditions de voyage nouvelles eurent parfois des effets pervers sur le tourisme féminin. Même si elles permirent aux femmes de voyager « seules », elles entraînèrent aussi une uniformisation des expériences, vécues en commun par les hommes et les femmes dans le cadre du groupe. Le rythme des circuits organisés laissait peu de place pour les rencontres improvisées (avec des femmes égyptiennes, notamment) et, à plus forte raison, pour celles dont une partie du groupe (les hommes, en l’occurrence) aurait été exclue. La taille des groupes, enfin, les isolait de la population et rendait ces rencontres improbables. En revanche, on constate que le poids des contraintes sociales pesait davantage sur les femmes dans les groupes que sur celles voyageant « en individuel » (avec des proches, par exemple). En témoignent les restrictions que s’imposa Miss Riggs, renonçant à certaines expériences par bienséance. Ainsi, la spécificité des expériences féminines en Égypte s’amenuisa, entraînant, inévitablement, une uniformisation des récits, indépendamment du sexe de leur auteur.

71 Au cours de la décennie qui suivit le voyage inaugural de 1869, grâce aux efforts de Thomas Cook puis de son fils John Mason Cook, la croisière sur le Nil connut une transformation radicale. En 1882, le touriste était pris en charge dès son arrivée à Alexandrie et escorté à toutes les étapes – soigneusement programmées à l’avance – de son périple, dont il pouvait prévoir le déroulement heure par heure. Les vapeurs n’étaient pas encore luxueux, mais ils étaient confortables, et le service à bord était de nature à satisfaire une clientèle européenne et américaine exigeante.

72Les services de vapeurs touristiques furent interrompus entre 1882 et 1886 à cause de la situation politique en Égypte qui entraîna l’occupation du pays par les Britanniques et l’instauration du Protectorat voilé. Cette nouvelle donne politique eut des répercussions profondes sur le développement ultérieur des activités de la compagnie Cook dans le pays, et sur l’évolution de sa clientèle.

73Grâce aux importants bénéfices réalisés lors de sa participation à l’expédition militaire britannique organisée en 1884-1885 pour porter secours au général Charles Gordon assiégé dans Khartoum, la compagnie put mettre en service à partir de 1886 de nouveaux vapeurs, beaucoup plus luxueux que ceux employés avant 1882. La diversification des activités de la compagnie entraîna la croissance et la transformation de Louxor et d’Assouan qui devinrent deux centres touristiques importants.

74On peut parler alors d’une véritable infrastructure touristique en Égypte, où la prise en charge des voyageurs était totale ; d’un espace où ceux-ci jouissaient des commodités auxquelles ils étaient accoutumés chez eux, tout en étant isolés des réalités trop crues de la vie égyptienne. La formule de la croisière, qui fournissait aux touristes un espace étanche, isolé de son environnement et autonome, s’y prêtait à merveille.

75À bord des bateaux, le personnel autochtone, uniformément vêtu de djellabahs blanches et de tarbouches rouges, assurait un service attentionné tout en apportant une touche de couleur locale. Du pont des bateaux, l’Égypte était un décor magnifique, aux ruines grandioses ; et ses habitants, sur les berges du fleuve – c’est-à-dire à distance respectable – des figurants gracieux sortis tout droit des pages de l’Ancien Testament ou des fresques aux couleurs vives ornant les chambres funéraires de la vallée des Rois.

76Indéniablement, après 1886, le tourisme en Égypte changea profondément de nature. Suivant de près l’évolution de la société victorienne, il devint une affaire capitaliste et impérialiste. Impérialiste à cause des rapports entre Cook et les forces d’occupation ; impérialiste par sa clientèle ; impérialiste par son luxe ostentatoire qui isolait, et concrétisait une hiérarchie immuable entre individus ; impérialiste, surtout, dans ses rapports avec l’autochtone, qui était aussi le colonisé.

77La clientèle touristique connut encore une évolution notable. L’occupation britannique garantit un afflux toujours croissant de voyageurs, grâce à la stabilité politique retrouvée ; elle se traduisit aussi par l’installation en Égypte de forces armées et de fonctionnaires, une nouvelle clientèle potentielle pour la compagnie Cook. Une clientèle aux aspirations bien éloignées de l’enthousiasme consciencieux et encore (relativement) tolérant des touristes de 1869. Le développement des empires coloniaux européens en Afrique entraînait une modification de la perception des populations « indigènes » ; la position politique dominante des Britanniques en Égypte accentua forcément le déséquilibre qui existait déjà dans leurs rapports avec les Égyptiens. Rien ne permet de penser que l’attitude des femmes, soumises aux mêmes influences culturelles, différa de celle des hommes. D’où l’émergence de pratiques nouvelles concrétisant ces rapports de domination.

  • 36 W. N. Willis, Anti-Christ in Egypt, Londres, 1915.
  • 37 W. B. Worsfold, The Redemption of Egypt, Londres, G. Allen, 1899.

78Au tournant du siècle, Le Caire était devenu le lieu de rencontre hivernal des élites mondaines ; y convergeait aussi, dans leur sillage, tout un milieu interlope. De nombreux ouvrages aux titres évocateurs (Anti-Christ in Egypt,36 The Redemption of Egypt37) fustigèrent leurs mœurs et la menace de corruption qu’elles représentaient pour les Égyptiens. Les peuples les plus prospères d’Europe avaient fait de l’Égypte leur « cour de récréation » alors que s’y développait un mouvement nationaliste important rejetant l’occupation britannique. Il y eut des Européens pour prendre fait et cause pour ce mouvement et soutenir ses revendications auprès des opinions publiques européennes, associant d’ailleurs, parfois, la colonisation britannique et la « colonisation » touristique de la vallée du Nil. Mais il ne se trouva aucune femme européenne pour reprendre le flambeau de Lucie Duff Gordon et se joindre à eux.

Notes

1 P. Loti, La Mort de Philae, Paris, 1907.

2 L. Duff Gordon, Letters from Egypt, Londres, MacMillan and C°, 1865.

3 L. Duff Gordon, Last Letters from Egypt, Londres, MacMillan and C°, 1875.

4 La compagnie s’appela ainsi jusqu’en 1894 quand sa branche égyptienne changea de statut, devenant une société anonyme dont la raison sociale était Thomas Cook and Son (Egypt) Limited. Par commodité, au cours de cette étude elle sera désignée sous le nom « compagnie Cook ».

5 Sur ce point, voir aussi M. Boyer, L’Invention du tourisme, Paris, Gallimard, 1996, p. 61- 63.

6 La dahabieh était un bateau à voile équipé d’un habitacle ou de cabines. C’était l’un des modes de transport traditionnels sur le Nil.

7 A. Edwards, A Thousand Miles Up the Nile, Londres, Longmans, 1877.

8 Elle ne cessa plus ensuite de s’intéresser à l’égyptologie. Elle fonda l’Egypt Exploration Fund et milita en faveur de la préservation des monuments, légua sa bibliothèque à University College, Londres, et fit un legs qui permit la création de la première chaire d’égyptologie en Grande-Bretagne.

9 Il s’agit d’un carnet manuscrit de petit format (12 x 20 cm) sous reliure carton de couleur noire. Il n’y a pas de pagination ; le récit du voyage en Égypte représente une vingtaine de pages dactylographiées (double interligne). La traduction que je propose est celle que j’ai effectuée dans le cadre de ma thèse de doctorat : M.-E. Palmier-Chatelain, L’Autre Empire sur le Nil : Thomas Cook and Son et le tourisme en Égypte de 1869 à 1900, université de Paris-Sorbonne, Paris IV, 1998, thèse non publiée.

10 W. H. Russell, qui séjourna deux semaines sur le Nil en même temps que ce groupe, dans la suite du prince et de la princesse de Galles, témoigna du décès, pendant cette période, d’un touriste hongrois voyageant en dahabieh. Sir W. H. Russell, A Diary in the East During the Tour of the Prince & Princess of Wales, Londres, George Routeledge and Sons, 1869, p. 262-263.

11 L. Duff Gordon, Letters from Egypt, p. 93. Toutes les citations sont traduites par nous.

12 Voir à ce sujet W. H. Russell, A Diary in the East… p. 145-147, 280-288, 319-323 ; et T. Cook, Letters to His Royal Highness The Prince of Wales and to The Right Honourable The Earl of Clarendon Foreign Secretary of State. In Reply to Various Misstatements and Calumnies Contained in A Diary in the East by W. H. Russell, L. L. D. ; and to Certain Papers by « Cornelius O’Dowd » (Charles Lever, Her Majesty’s Consul at Trieste), Blackwood’s Magazine, Londres, Cook’s Tourist and Publication Office, 1870.

13 Ce terme fut inventé par Pierre Loti. C. O’Dowd parla du « Cirque Cook » (Cook’s Circus) et des Barnumites. Et W. H. Russell appelait Thomas Cook le « montreur d’ours » (Bear Baiter).

14 J. Burns, Help-Book for Travellers to the East… with tourist arrangements by Thomas Cook, Londres, Cook’s Tourist and Publication Office, 1872.

15 Cook’s Excursionist and Tourist Advertiser, 15 mai 1869, 21 octobre 1869.

16 S. (H. M. L.), A Few Words of Advice on Travelling & its Requirements Adressed to Ladies, Londres, Thomas Cook and Son, 1875.

17 Quétin, Guide en Orient : itinéraire scientifique, artistique et pittoresque, Paris, L. Maison, 1844.

18 J. G. Wilkinson, Topography of Thebes and General view of Egypt being a short Account of the Principal Objects worthy of Notice in the Valley of the Nile, etc., Londres, Murray, 1835.

19 J. G. Wilkinson, Modern Egypt and Thebes being a Description of Egypt Including the Information Required for Travellers in that Country, Londres, Murray, 1843, 2 vol.

20 J. G. Wilkinson, Murray’s Handbook. Things to be Taken to Egypt, Londres, J. Murray, 1858.

21 Lower Egypt and the Peninsula of Sinai, Egypt Hand-book for Travellers. Edited by K. Baedeker. First part : Lower Egypt with the Fayum and the Peninsula of Sinai, Londres, Dulau and C°, 1878.

22 Upper Egypt & Nubia as far as the Second Cataract, Egypt Hand-book for Travellers. Edited by K. Baedeker. Second part : Upper Egypt with Nubia as far as the Second Cataract and the Western Oases, Londres, Dulau and C°, 1892.

23 Egypt Hand-book for Travellers Edited by Karl Baedeker. With 22 maps, 55 plans & 66 views & vignettes ; fourth Remodelled Edition, Londres, Dulau and C°, 1898.

24 Le prince de Galles avouait éprouver « une aversion prononcée à l’égard des temples », et c’était là une attitude qui n’était pas rare parmi l’aristocratie anglaise, qui préférait souvent la chasse (la faune égyptienne fut décimée au XIXe siècle par cette pratique européenne) à l’égyptologie.

25 E. W. Lane, An Account of the Manners and Customs of the Modern Egyptians ; written in Egypt during the years 1833-1835, Londres, 1836.

26 A. Sketchley, Mrs Brown Up the Nile, Londres, 1869.

27 Ibid., p. 29, 30, 32, 71.

28 Ibid., p. 40-41, 47, 85-86, 113.

29 A. Edwards, A Thousand Miles Up the Nile, p. 101.

30 Les détracteurs du tourisme organisé s’inquiétaient de la réputation que ces touristes faisaient à la nation britannique. Voir, par exemple, Cornelius O’Dowd : « Combien de fois ai-je du dire à des étrangers perplexes que ces gens n’étaient pas l’élite de notre nation ! », C. O’Dowd, Upon Men & Women & Other Things in General, Londres, nouvelle édition, 1874, p. 242.

31 Lower Egypt and the Peninsula of Sinai…, op. cit., p. 12.

32 Ibid., p. 14.

33 Ibid., p. 26.

34 Sketchley, Mrs Brown Up the Nile, p. 7, 9, 16, 26-32, 43, 45, 53, 56-57, 60, 88-89, 101, 115-117, 119, 134, 137, 142.

35 A. Edwards, A Thousand Miles Up the Nile, p. 179.

36 W. N. Willis, Anti-Christ in Egypt, Londres, 1915.

37 W. B. Worsfold, The Redemption of Egypt, Londres, G. Allen, 1899.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search