Version classiqueVersion mobile

L’Orient des femmes

 | 
Marie-Élise Palmier-Chatelain
, 
Pauline Lavagne d’Ortigue

Deuxième partie. L’esprit et les lettres au féminin oriental

Ketâb-e Kulsum Naneh : Le Livre des Dames, ou l’inventaire imaginaire des coutumes et superstitions des femmes persanes

Pauline Lavagne d’Ortigue

Texte intégral

1 Ketâb-e Kulsum Naneh, mot à mot « Le Livre de Dame Kulsum », est un petit ouvrage anonyme qui a parfois le titre, plus explicite, d’‘Aqâ’id al-Nisâ’ : « Les croyances des femmes. » Ce texte se présente sous la forme d’un manuel, prétendument élaboré par cinq doctes femmes, cinq sages officiant sous l’égide éponyme de Dame Kulsum (représentée au centre de l’illustration hors-texte 20), dans un exemplaire lithographié édité à Tabriz en 1857-1858 (1274 selon le calendrier persan).

2Proposant d’apporter instruction et édification à toute femme s’interrogeant d’une part sur les choses domestiques, et d’autre part sur la meilleure façon de mener le sexe fort, ce manuel est en fait un texte satirique dénonçant les mœurs féminines, un texte attribué à un ecclésiastique, Aqâ Djamâl Khwânsarî, qui officiait à la cour safavide de Shâh Soleymân (1666-1694), à Ispahan. Comme beaucoup de sources sur les femmes, ce texte a donc été écrit par un homme, mais dans des circonstances un peu particulières puisque cette satire est l’œuvre d’un homme de foi et de loi se faisant ici passer pour non pas une mais plusieurs femmes, pour les besoins de la narration s’entend.

3Cette contribution s’intéresse non seulement à ce curieux pamphlet mais aussi à sa postérité orientaliste, et à ses traductions plus particulièrement. Alors qu’il a été écrit à la fin du xviie siècle, Ketâb-e Kulsum Naneh a été traduit à la fois en anglais et en français dans la première moitié du xixe siècle. La traduction anglaise Kitabi Kulsum Naneh – Customs and Manners of the Women of Persia, and their Domestic superstitions, est publiée à Londres en 1832 par un médecin de l’East India Company, James Atkinson, qui quelques années auparavant avait été le premier à publier une traduction abrégée et surtout simplifiée du Shâhnâme de Ferdowsî. La traduction française, elle, Kitabi Kulsum Naneh ou le Livre des Dames de la Perse contenant les règles de leurs mœurs, usages et superstitions d’intérieur paraît à Paris en 1845, soit un peu plus de dix ans après. Cette traduction est l’œuvre de l’orientaliste Jules Thonnelier, et est en fait la traduction en français de la version anglaise d’Atkinson.

4Ces textes semblent particulièrement intéressants et révélateurs, dans la mesure où ils nous informent à la fois sur différents aspects de la vie des femmes en Perse, et sur la vision que pouvaient en avoir les orientalistes européens du début du xixe siècle. Dans un cas comme dans l’autre, ces informations nous parviennent au travers de multiples prismes, plus ou moins déformants, prismes dont nous nous efforcerons ici d’examiner les différentes facettes.

La vie rêvée des Dames de la Perse, ou l’objet d’une curiosité « socio-orientaliste » encore inassouvie

5Les traductions du Ketâb-e Kulsum Naneh s’inscrivent dans un contexte politique, scientifique et littéraire bien particulier. Dans le premier tiers du xixe siècle, les visées coloniales de la France et surtout de la Grande-Bretagne s’affirment, et, dans leur sillage, l’orientalisme naissant s’institutionnalise et se popularise. Parallèlement on assiste aux débuts de la sociologie, science nouvelle baptisée comme telle par Auguste Comte en 1830. À cette époque, on observe donc un intérêt politique, scientifique et populaire pour les choses de l’Orient en général, et les mœurs des « Mahométans » et « Mahométanes » en particulier.

6Les rapports entre pouvoir et savoir sont de nature plurielle, mais au début du xixe siècle la Grande Bretagne et la France sont avides de pouvoir comme de savoir. Depuis les années 1780, de grands progrès ont été accomplis dans l’ordre de la connaissance de l’Orient, pourtant il reste encore de nombreuses zones d’ombre. Les mœurs des populations musulmanes en représentent une de taille, zone à la fois mystérieuse et inquiétante, puisqu’en Inde notamment, les populations musulmanes sont alors considérées comme les plus séditieuses. Certes les récits de voyages et autres traités sur l’Inde et le Moyen-Orient abondent, mais les sources primaires et les informations de première main sont encore rares.

7Or, en 1832, quelques mois avant la parution de la traduction d’Atkinson, un autre médecin de l’East India Company, Herklots, publie la traduction d’un traité intitulé Qanoon-e-Islam, or the Customs of the Moosulmans of India ; comprising a full and exact account of their various rites and ceremonies, from the moment of birth till the hour of death. Dans sa préface, le traducteur donne la mesure de l’importance et de l’urgence qu’il y a alors à connaître les mœurs des musulmans :

  • 1 G. A. Herklots, Préface, Qanoon-e-Islam, p. vi. Toutes les citations sont traduites par nous.

Nous, qui leur succédons à la tête de l’Inde, devons tout naturellement nourrir une certaine curiosité pour le caractère et les coutumes de nos prédécesseurs au pouvoir ; aujourd’hui nos sujets. Il ne s’agit pas seulement d’un domaine propre à la spéculation philosophique, mais bien d’un sujet ayant une réelle utilité pratique. En effet, il convient de comprendre un peuple avec qui nous traitons sans cesse, et avec qui nous entretenons des relations quotidiennes par nos rapports avec officiers publics, soldats et sujets dès lors qu’il s’agit de gouverner le pays.1

8En France, à la même époque et dans la même veine, Garcin de Tacy publie en 1831 son Mémoire sur les particularités de la religion musulmane de l’Inde ; et en 1841, Eugène Sicé publie dans le Journal de la Société asiatique un Traité des lois mahométanes, ou Recueil des lois, us et coutumes des Musulmans du Décan. Dans les années 1830-1840, les mœurs et coutumes des musulmans, ceux de l’Inde notamment, sont donc un sujet particulièrement à la mode des deux côtés de la Manche.

9Pour ce qui est des musulmans et musulmanes de Perse, combler le manque de connaissances exactes relève moins de l’urgence politique que de la curiosité scientifique et populaire. Attisé par les guerres napoléoniennes, le regain d’intérêt pour la Perse a généré, outre l’envoi d’une kyrielle de missions diplomatiques, la publication de dizaines de récits de voyages côté anglais et côté français. Pour autant, les idées reçues et autres préjugés quant aux mœurs musulmanes en général et quant à la condition des femmes en particulier, ne sont pas encore battues en brèche, loin s’en faut. Très peu d’Européennes se sont alors rendues en Perse, et encore moins ont décrit la vie des femmes persanes. Certes Chardin, qui avait un informateur eunuque, avait fait de très précises et très belles descriptions de la vie au harem de Shâh Soleymân au xviie siècle, mais deux cents ans plus tard, l’idée communément acquise de la tyrannie et du despotisme des monarques orientaux envers leurs sujets va désormais de pair avec l’idée de la tyrannie et du despotisme des hommes orientaux envers leurs femmes enfermées au harem. Esclaves de maris polygames, les femmes orientales sont le plus souvent considérées comme martyres de la barbarie masculine. À ce titre, Atkinson note :

  • 2 Kitabi Kulsum Naneh – Customs and Manners of the Women of Persia, p. vii.

Force est de confesser que l’on sait bien peu de choses en Angleterre sur la réalité de la condition des femmes de l’Orient, sinon que partout elles sont réduites à l’esclavage par leurs tyrans de maris, et claquemurées dans des harems que l’on ne peut imaginer autrement que comme de véritables prisons !2

10La rhétorique de l’enfermement domine la représentation de la femme orientale et le hors-texte 21, tiré d’un exemplaire lithographié à Téhéran vers 1883 (1300), où on voit une femme demandant l’aumône, montre l’image qu’on devait peu ou prou avoir des Orientales à l’époque. C’est en tout cas le portrait qui en est brossé dans la plupart des récits de voyage du début xixe siècle, tous écrits par des hommes n’ayant eu que peu de contacts avouables et donc descriptibles avec le monde des femmes.

  • 3 Ce pamphlet est repris dans The Travels of Mirza Abu Taleb Khan in Asia, Africa, and Europe, during (...)

11Tant et si bien que lorsqu’il visite Londres en 1800, Mîrzâ Abû Tâleb, Persan venu d’Inde, se sent contraint de publier un essai intitulé Vindication of the Liberties of the Asiatic Women (1801)3 où il compare la situation des femmes européennes et orientales, et démontre – avec des arguments qui ne sont pas toujours des plus convaincants – que les clichés concernant les Orientales sont sans fondement aucun et que ces dernières jouissent en réalité de bien plus de liberté que ne le laissent croire les apparences. La curiosité socio-orientaliste d’alors est, sinon satisfaite, du moins piquée, et le désir de savoir ce qui se passe behind the curtain, « derrière le rideau », pour reprendre une expression de la préface d’Atkinson, ne fait qu’augmenter. Les traductions du Ketâb-e Kulsum Naneh arrivent donc à point nommé, et offrent aux lecteurs de l’époque une source présumée de première main sur la vie des femmes de la Perse.

  • 4 Kitabi Kulsum Naneh – Customs and Manners of the Women of Persia, p. xvi.

12Si les traductions de ce texte paraissent dans un climat de curiosité pour les sciences nouvelles que sont alors l’orientalisme et la sociologie, ces traductions paraissent aussi dans un climat d’intérêt avivé pour les manuscrits orientaux et leur traduction. Dans la première moitié du xixe siècle, les collections européennes de manuscrits orientaux se développent considérablement, notamment grâce aux achats effectués par les membres de missions diplomatiques françaises et anglaises, sur instructions de leurs supérieurs et / ou par goût personnel. Les fonds de manuscrits orientaux des bibliothèques européennes s’enrichissent progressivement, et de plus en plus de manuscrits sont traduits et publiés. À Londres, une structure entièrement dédiée à cette entreprise de traduction, l’Oriental Translation Fund, est établie en 1828, sous le haut patronage de George IV, par Gore Ouseley et son frère William, respectivement éminents diplomate et orientaliste. En l’espace de ses trois premières années d’existence, cette institution publie une trentaine de traductions de textes orientaux, dont le Ketâb-e Kulsum Naneh. À Paris, cette entreprise de traduction de manuscrits orientaux est encouragée et soutenue par la Société asiatique. Venant pallier un déficit de sources primaires, les textes ainsi publiés se prévalent donc de leur nouveauté mais surtout de leur authenticité. Le titre de la traduction d’Atkinson spécifie bien que l’ouvrage est translated from the original Persian manuscript, soit « traduit d’après le manuscrit persan original », celle de Thonnelier précise qu’elle est « traduite pour la première fois en français sur la version anglaise du manuscrit original persan ». Dans sa préface, Atkinson rappelle que ce texte « peut se vanter non seulement de sa nouveauté, mais aussi […] du fait qu’il provient directement de la source, ce qui en fait toute la valeur… »4

13Tout auréolé de sa seule provenance, Le Livre de Dame Kulsum est donc présenté comme un document authentique, une source primaire apportant des informations sûres au sujet de mœurs curieuses, amusantes, voire ridicules, mais bien réelles :

  • 5 Ibid., p. vi-vii.

Les coutumes décrites ici, aussi puériles qu’elles puissent sembler, montrent bien la vie persane telle qu’elle est réellement derrière le rideau ; par conséquent, le livre peut être considéré [...] comme un exposé des us et coutumes, qui sont décrits avec minutie, même si ces descriptions sont souvent faites sur un mode amusant.5

14Or nous allons voir que si l’authenticité du texte est indiscutable, elle ne va pas sans quelques nuances quant à l’origine des informations présentées.

Du manuel épigrammatique à la source historique

  • 6 Voir hors-texte n° 20.

15En effet, ce que ne précise pas, voire ne sait pas, Atkinson, c’est que ce petit manuel au style épigrammatique qu’il présente comme une source naïve et transparente, est en réalité un libelle ecclésiastique destiné certes à un public éclectique, mais écrit dans une perspective idéologique bien précise. Présenté comme un manuel sociologique écrit sur un ton quelque peu humoristique, Ketâb-e Kulsum Naneh correspond en fait en tout point aux critères de définition de la satire : ainsi il s’agit bien d’un ouvrage libre où les genres, les formes, et les mètres sont mêlés, un ouvrage qui censure les mœurs publiques en en dénonçant les vices et les ridicules. Qui plus est, Le Livre de Dame Kulsum est écrit dans le genre du resâle, c’est-à-dire sur le modèle du pamphlet religieux. Destiné à un public composé aussi bien de séminaristes que de fidèles lettrés, le resâle a pour but l’explication de la loi islamique et de ses applications dans la vie quotidienne. Or ici Dame Kulsum et ses savantes acolytes6 sont présentées comme des ulamâ ou des foqahâ, c’est-à-dire des expertes ès shari’a, qui il nous est demandé de faire totalement confiance. Elles décrivent les pratiques domestiques des femmes en des termes religieux, et prescrivent des lois à observer selon une échelle d’obligation toute islamique. En effet elles distinguent, sans toujours être d’accord, ce qui est wâjib ou nécessaire et convenable de faire ; de ce qui est mustaḥab ou souhaitable ; de ce qui est sunnat ou conforme aux lois et traditions de Mohammad ; de ce qui est sunnat mu ‘akkad ou absolument impératif. Les trois premiers chapitres du manuscrit persan concernent dans l’ordre : les ablutions, la prière et le jeûne. Mais sous ces apparences ecclésiastiques et didactiques, c’est le ridicule et l’inconvenance des mœurs des femmes qui sont mis en scène par le biais de l’exagération et des encouragements explicites – et outrés – à la licence.

16Ainsi, coquetterie et séduction sont expressément recommandées aux jeunes femmes, et cela plus particulièrement les jours de fêtes religieuses. On peut en citer un passage parmi beaucoup d’autres :

  • 7 Kitabi Kulsum Naneh – Customs and Manners of the Women of Persia, p. 8.

Le dernier jour du mois béni de Ramadan, les femmes doivent s’habiller somptueusement, se parfumer, mettre leurs plus beaux atours, et aller ainsi parées sous les portiques des mosquées, car les jeunes hommes à la silhouette de cyprès, aux joues couleur tulipe, et à l’allure amoureuse s’y assemblent en bien plus grand nombre qu’ailleurs. Là, les femmes doivent s’asseoir, allonger les jambes et chacune d’entre elles doit allumer douze chandelles. Ce faisant, elles doivent prendre soin de lever la main suffisamment haut au-dessus de la tête afin de soulever leur voile comme par accident, et ainsi exposer leur beau visage. Leurs orteils teintés de carmin doivent aussi être exposés au regard pour que les jeunes hommes puissent les voir et les admirer avec le cœur meurtri. [...] Lorsqu’en ce jour béni les jeunes femmes rendent visite à leurs amies afin de rencontrer leurs amants, elles peuvent être autorisées à y rester jusqu’à une heure tardive, sans que la bienséance s’en trouve malmenée. Car chaque femme se doit d’être son propre maître en cette occasion, et si son mari se permet de lui demander où elle s’est rendue, et pourquoi elle en revient si tardivement, ce sera alors extrêmement répréhensible car en vertu de l’influence sacrée de ce jour béni, elle est acquittée de toute inconvenance.7

  • 8 Masjid-e Shâh et Luft Ali à Ispahan ; mausolée de l’Imam Syad Mir Ahmed Ibn Musa à Shiraz ; Kitabi (...)

17Si l’on se souvient de l’identité de l’auteur, cela laisse rêveur. Les cinq pseudo-législatrices vont même jusqu’à donner une liste des mosquées d’Ispahan et de Chiraz près desquelles elles recommandent d’habiter en raison du grand nombre de jolis jeunes hommes qui les fréquentent.8 L’hédonisme est donc fortement encouragé, et tous les plaisirs terrestres sont présentés comme autant de garanties d’accéder au paradis. Il est notamment prescrit aux jeunes femmes de s’abstenir de faire leur prière lorsqu’elles sont au hammam, avec des amies, avec des invités, lorsque leur mari est en voyage ou lorsqu’il discute avec une autre femme, ou bien encore lorsqu’elles écoutent de la musique. Les plaisirs des sens et l’harmonie conjugale priment. Dans la même perspective, les narratrices édictent la conduite à suivre avec les maris. Elles déclarent ainsi :

  • 9 Ibid., p. 19-20.

Il y a trois sortes d’hommes : 1. l’homme véritable ; 2. le demi-homme ; 3. le Hupul-hupla. Un homme véritable subvient immédiatement à tous les besoins de sa femme : il ne se permet jamais de sortir sans sa permission, ou de faire quoi que ce soit de contraire à sa volonté. Un demi-homme, de la seconde catégorie, est un misérable pleurnicheur, qui s’affaire toujours, mais qui n’a que peu de meubles dans sa maison, tout juste suffisamment de pain et de sel pour survivre, et sans une once de confort matériel. Sa femme reste à la maison et travaille. Tout ce qu’elle gagne sert à se procurer de la nourriture et des chandelles. Dès lors, il est wâjib que cette femme industrieuse réponde sévèrement à son mari ; et s’il la bat, il est wâjib qu’elle le morde, le griffe, lui tire la barbe et fasse tout ce qui est en son pouvoir pour l’ennuyer. Si sa sévérité dépasse les bornes, qu’elle se plaigne au kâzi et obtienne le divorce. La troisième catégorie, le Hupul-hupla, n’a rien, aucun ami. Il veut vivre et s’habiller de façon luxueuse, mais est totalement dénué de ressources. Si l’épouse d’un tel homme s’absente de sa maison même pour dix jours et dix nuits, il ne doit en aucun cas lui demander à son retour où elle était ; et s’il voit un étranger dans la maison, il ne doit pas lui demander qui il est ou ce qu’il veut. S’il rentre à la maison et trouve la porte principale fermée, il convient qu’il frappe puis se retire, et qu’il n’espère pas entrer avant que la porte ne lui soit grande ouverte. S’il contrevenait à cela, sa femme doit immédiatement exiger le divorce. Kulsum Naneh dit que si un tel mari venait par la suite à supplier d’être pardonné et autorisé à reprendre ses habitudes domestiques, il serait mal que son épouse reste ne serait-ce qu’un jour de plus sous son toit.9

  • 10 Ibid., p. vii.

18Ce prétendu plaidoyer pour le bon plaisir, l’indépendance et le pouvoir des femmes sur leurs maris est non seulement savoureux pour le lecteur d’aujourd’hui – comme il l’était pour celui d’hier –, mais aussi particulièrement intéressant puisque son caractère satirique et outrancier nous informe de manière détournée sur la réalité. En prenant le contre-pied de la conception orthodoxe de la position des femmes dans la société, Aqâ Djamâl Khwânsarî montre d’un doigt qui se veut humoristique, une réalité à réformer. De ce fait il nous offre, certes quelque peu filtrée par un prisme idéologiquement complexe, une description de « la vie telle qu’elle est, et non telle qu’elle devrait être ».10

19Pour justifier la publication de cette traduction par une institution aussi respectable sur le plan scientifique que l’Oriental Translation Fund, Atkinson affirme que Ketâb-e Kulsum Naneh

  • 11 Ibid., p. vii.

montre une vision de la vie domestique, pas tant comme elle devrait être, si l’on considère la conduite humaine en référence à un ordre parfait, mais plutôt comme elle est réellement, par conséquent digne d’attention.11

20En effet, par-delà l’antiphrase et la mise en scène comique d’une rhétorique ecclésiastique bien déguisée, Ketâb-e Kulsum Naneh nous donne à voir, en négatif, différents aspects de la vie des femmes en Perse au xviie siècle. Les sources sur ce sujet étant plus que rares, ce texte nous donne donc un tableau précieux, aux traits volontairement grossiers parce que dogmatiquement grossis, mais à la fois vivant, coloré et souvent assez surprenant. Ce petit manuel nous renseigne notamment sur une multitude de coutumes et de superstitions dont certaines paraissent complètement fantaisistes alors que d’autres ont encore cours aujourd’hui. On y trouve nombre de recettes contre le mauvais œil, ou la timidité, toute une série de formules et de talismans pour trouver un bon mari ou avoir de beaux enfants – mâles de préférence. Il y a dans ce registre des éléments d’une complexité invraisemblable qui confine sciemment au ridicule. Ainsi pour éviter le mauvais œil, il est conseillé de prendre une brique non cuite, d’y verser de l’huile goutte-à-goutte, de gratter avec un couteau les endroits où l‘huile est tombée ; de mettre du coton sur la brique puis un œuf sur le coton, puis de mettre le feu au coton, puis de mettre la brique sur la route et de rentrer chez soi sans regarder en arrière !

21Il y a en revanche d’autres prescriptions qui, elles, sont semblables à certaines pratiques d’aujourd’hui. Ainsi pour connaître l’avenir, les sages recommandent de prendre un Coran au milieu de la nuit, dans le noir, de l’ouvrir et de marquer la page avec la clef de la chambre. Au lever du jour, après avoir fait deux prières en position prostrée, les mots sur lesquels la poignée de la clef repose seront prophétiques. Ceci ressemble d’assez près aux eghâre sur le Coran, ou encore aux fâl que tout Iranien qui se respecte fait régulièrement sur le Dîvân de Hâfez. Quoi qu’il en soit de l’efficacité de ces recettes, le livre de Dame Kulsum nous décrit une société où la divination, l’astrologie et le mysticisme ont une place de choix, une place bien entendu exagérée voire usurpée selon l’auteur de ce pamphlet.

  • 12 J’ai moi-même eu l’occasion d’observer plusieurs de ces traditions (l’œuf, la sucrerie, les observa (...)

22Ce texte nous donne aussi une image très précise de plusieurs traditions, notamment celles liées au mariage et à la nuit de noces auxquels tout un chapitre est consacré. Le texte est émaillé de multiples détails sur le repas, la cérémonie, la tenue que doit porter la mariée, le fait qu’elle doive casser un œuf avant d’entrer chez son époux, etc. Les hors-textes 22, 23 et 24 en sont des illustrations tardives. Sur le 22, les époux s’embrassent ; le 23 représente le moment où le jeune marié met une sucrerie dans la bouche de son aimée ; alors que le 24 nous montre la nuit de noces avec les traditionnelles observatrices chargées de s’assurer que l’union a bien été consommée. Il faut noter que beaucoup de ces coutumes perdurent.12

23Si Dame Kulsum et ses acolytes parlent du mariage, elles parlent aussi très souvent du divorce. Elles donnent des conseils aux femmes sur la façon de se conduire avec leur belle-famille, la façon de garantir leur patrimoine ; elles exposent tous les griefs qui doivent entraîner une demande immédiate de divorce. Là encore, le trait est volontairement forcé, mais il nous informe sur certaines pratiques d’alors. Il nous dépeint une société où les femmes ont une vie sociale très développée, où elles passent leur temps à inviter et à être invitées, où elles sont très mobiles et circulent dans la ville ; une société donc où les femmes occupent l’espace urbain et les lieux publics, une société où les femmes ne portent pas le voile de façon très rigoureuse ; une société, enfin, où la religion, les traditions et les superstitions se mêlent et parfois se confondent, au grand dam de l’auteur.

24Mais si ce libelle ecclésiastique nous informe sur un lointain quotidien, ses traductions, elles, nous informent sur un regard orientaliste en formation.

Valeurs et saveurs de traductions historiquement datées

25Toutes deux parues dans la première moitié du xixe siècle, les traductions anglaise et française du Ketâb-e Kulsum Naneh reflètent en miroir plusieurs des valeurs de leur temps et sont donc intéressantes à plusieurs titres. Elles témoignent notamment d’une certaine idée de la femme orientale, une idée alors en pleine évolution.

  • 13 Kitabi Kulsum Naneh – Customs and Manners of the Women of Persia, p. vi.
  • 14 Ibid., p. vii.
  • 15 Minutes of the Proceedings of the Oriental Translation Committee, 3 décembre 1832.

26La traduction d’Atkinson, et donc a fortiori celle de Thonnelier qui en est directement issue, nous donnent à voir un double processus de déconstruction puis de reconstruction d’un mythe, celui de la femme orientale. En insistant sur l’aspect réaliste et la valeur documentaire de son ouvrage, Atkinson prétend offrir à son lecteur l’accès à une source authentique et à une représentation exacte de la réalité quotidienne des femmes orientales : « cela [montre] la véritable situation de la vie persane »,13 « la condition réelle des femmes d’Orient »14. De fait, Ketâb-e Kulsum Naneh donne une représentation de la femme orientale qui va tout à fait à l’encontre des clichés de l’époque sur la vie au harem. Bien loin de l’idée de la femme esclave, ce texte offre une représentation donnant corps aux démonstrations alambiquées de Mîrzâ Abû Tâleb qui affirmait, preuves à l’appui, que les Orientales étaient plus libres qu’il n’y semblait, et que leur liberté rendait leur sort infiniment plus enviable que celui des femmes européennes. La traduction d’Atkinson est d’ailleurs illustrée d’une unique gravure (voir hors-texte 26), établie d’après l’un de ses dessins et dûment approuvée par le comité de l’Oriental Translation Fund.15 Ce frontispice donne la mesure du portrait de la femme orientale tel que l’auteur souhaitait le dresser, et tel que les éditeurs souhaitaient le publier. Le mythe de la femme captive était battu en brèche, mais dans cette brèche allaient s’engouffrer les composantes d’un autre mythe, celui de la femme orientale comme incarnation suprême de l’exotisme et de la volupté. Sur cette gravure, derrière la pulpeuse créature qui possède tous les attributs de la bayadère orientalisante – luth, narguilé, rose, etc. –, on peut distinguer des coupoles vaguement indianisantes qui n’ont rien à voir avec un décor persan, mais qui sont là pour symboliser un Orient enchanteur et rêvé.

27Dans la même veine, inséré au cœur du Livre des Dames de la Perse, on trouve par exemple tout un poème lyrique, traduit en vers, à la gloire de la beauté des femmes de Chiraz, de Géorgie, de Circassie, d’Ispahan et de Tabriz. Il y a aussi un fort long exposé sur les plaisirs du hammam. Enfin il y a ces notes exquises où se mêlent la fascination et le dégoût des traducteurs – à ce propos, force est de remarquer que les notes du traducteur anglais sont un peu moins fascinées et un peu plus dégoûtées que celles du traducteur français. Ainsi lorsque Atkinson décrit les dessins au henné sur le corps des femmes, il note :

  • 16 Kitabi Kulsum Naneh – Customs and Manners of the Women of Persia, p. 18.

Tout ceci se voit dans leur vêtement, dont chaque élément, jusqu’à la chemisette de mousseline, est ouvert du cou au [nombril] ; goût étrange et certainement plus barbare que séduisant.16

28En revanche, Thonnelier, sur un sujet quasi identique, à savoir les dessins au henné cette fois-ci sur les pieds des femmes, remarque :

  • 17 Kitabi Kulsum Naneh ou le Livre des Dames de la Perse, p. 11-13.

Usage bien digne de paraître choquant aux yeux de nos fières Européennes, qui ont pour habitude d’emprisonner leurs pieds dans des chaussures plus ou moins étroites, pour se faire le plus souvent un pied petit et mignon ; mais le beau sexe d’Orient ne traite point aussi cruellement ces vénérables piliers du corps humain […]. Bien que la plupart du temps elles marchent pieds nus, ou ceux-ci à peine protégés par de légères sandales, lorsqu’elles sont forcées de quitter leurs sofas, où ces belles de l’Orient passent, mollement couchées, leur vie presque tout entière ; toutefois cette partie de leur corps, dont l’inaction fait aisément concevoir toute la délicatesse, est l’objet des soins les plus assidus […].
[Et] pour en revenir à l’image d’un pied délicat, aux doigts teints du rouge vif du hinna, que le Kitâbi Kulsum-Naneh recommande à ses compatriotes d’exhiber par coquetterie, ce tableau, loin d’être bizarre aux yeux du lecteur, ne peut, au contraire, lui offrir que quelque chose de fort gracieux.17

29Pour renforcer cette évocation, Thonnelier cite ensuite toute une série de poèmes sur la sensualité des pieds.

  • 18 K. Babayan, « The ‘Aqâ’id al-Nisâ’ : a glimpse at safavid women in local Isfahâni culture », Women (...)

30Exotisme et volupté, barbarie et sensualité, un nouveau mythe se dessinait donc, à l’opposé de celui-là même qu’il détruisait. Ainsi ces traductions attestent bien d’une évolution du regard orientaliste, et le font de façon encore plus criante lorsque l’on sait – grâce à la remarquable étude de Kathrin Babayan sur le contexte historique ayant présidé à l’écriture de l’‘Aqâ’id al-Nisâ’18 –, que le texte persan d’origine a été écrit à la fin d’une période que l’on considère aujourd’hui comme une sorte d’âge d’or pour la liberté des mœurs et le poids des femmes dans la société, et à la veille de l’avènement d’une période d’orthodoxie religieuse. Toutes ces libertés de mœurs décrites, et en réalité dénoncées, dans Ketâb-e Kulsum Naneh allaient être interdites juste après, sous Shâh Soltân Huseyn, par un édit de 1694-1695 de Madjlîsî II. Ni Atkinson, ni Thonnelier ne mentionnent cela ; leurs traductions ne sont pas ancrées dans l’histoire sociale des femmes de Perse, mais proposent au lecteur du xixe siècle une nouvelle représentation des femmes d’Orient.

31Nous avons examiné ce que ces traductions offraient ; reste à évoquer en dernière analyse ce qu’elles n’offrent pas.

  • 19 [They] are not mere verbal translations, but works of taste. », Minutes of the Proceedings of the O (...)

32Début 1833, lors d’une réunion du comité de l’Oriental Translation Fund, il fut décidé que James Atkinson se verrait remettre la somme de 35 livres à titre de rémunération pour ses bons services de traducteur. Il était en effet estimé que ses ouvrages n’étaient pas de simples traductions littérales, mais des « œuvres de goût », des œuvres de bon goût : « Ce ne sont pas de simples traductions littérales, mais des œuvres de goût. »19

33Or en cette époque crypto victorienne, le goût, le bon goût, était, entre autres choses, synonyme de pudeur et d’ordre moral. Tout détail excessivement réaliste, ou susceptible de choquer les bien-pensants, était naturellement à proscrire. Dans Le Livre des Dames de la Perse sont donc censurées : les prescriptions en matière d’esthétique qui recommandent aux futures mariées de s’épiler jusqu’au sexe et de s’enduire tout le corps d’un onguent d’ambre et de musc pour que les baisers de leur amant puissent glisser jusqu’à leur nombril ; l’autorisation accordée au fiancé de badiner avec les autres femmes de la noce en attendant d’être seul avec sa promise ; les passages un peu trop précis qui décrivent le plateau sur lequel doivent être posés les draps tachés de sang de la nuit de noces ; ou encore les caresses que se prodiguent les femmes entre elles au hammam (voir hors-texte 25). Œuvre de bon goût, la traduction d’Atkinson se porte entièrement garante de la moralité de ses narratrices. Ainsi le traducteur remarque :

  • 20 « sept » parce qu’aux cinq législatrices principales s’ajoutent parfois deux autres consultantes.
  • 21 Kitabi Kulsum Naneh – Customs and Manners of the Women of Persia, p. 54.

Les sept sages20 ont ici, comme en toute occasion, eu le mérite de montrer tout le respect qu’il convient pour une conduite rigoureusement morale et le bonheur domestique.21

34ou encore

  • 22 Ibid., p. 34.

Il faut noter […] une fois pour toutes, que les sept sages n’approuvent aucune relation pour un homme ou une femme qui soit autre que purement platonique.22

35D’un texte éminemment et volontairement équivoque, les lecteurs du xixe siècle étaient donc condamnés à n’avoir qu’une version édulcorée. La représentation érotisée de la femme orientale se devait de rester chaste et morale.

36Le Livre des Dames, nous aura donc permis de lever un coin du voile sur certains aspects de la vie des femmes en Perse à la toute fin du xviie siècle, mais aussi et peut-être surtout sur l’évolution des conceptions orientalistes de la femme et le contexte dans lequel ces conceptions se sont développées. Au travers des différents prismes que nous avons tenté d’analyser, Ketâb-e Kulsum Naneh nous apporte donc une lumière contrastée sur l’Orient des femmes, une lumière orientale, fidèle à la belle devise de l’Oriental Translation Fund : Ex Oriente Lux.

Bibliographie

Références bibliographiques

‘Aqâ’id al Nisâ’, Mahmud Katira’i éd., Téhéran, 1349 (1970).

BABAYAN K., « The ‘Aqâ’id al-Nisâ’ : a glimpse at safavid women in local Isfahâni culture », Women in the Medieval Islamic World, Power, Patronage, and Piety, Gavin R. G. Hambly éd., Basingstoke, Macmillan, 1998.

Ketâb-e Kulsum Naneh, éditions lithographiée, Tabriz, 1274 (1857-1858).

Ketâb-e Kulsum Naneh, éditions lithographiée, Téhéran, 1300 (1883).

Kitabi Kulsum Naneh – Customs and Manners of the Women of Persia, and their Domestic Superstitions, trad. James Atkinson, Londres, John Murray, 1832.

Kitabi Kulsum Naneh ou le Livre des Dames de la Perse contenant les règles de leurs mœurs, usages et superstitions d’intérieur, trad. J. Thonnelier, Paris, Dondey-Duprey, 1845.

SHUREEF J., Qanoon-e-Islam, or the Customs of the Moosulmans of India ; comprising a full and exact account of their various rites and ceremonies, from the moment of birth till the hour of death, trad. et éd. G. A. Herklots, Londres, Parbury, Allen and Co, 1832.

Notes

1 G. A. Herklots, Préface, Qanoon-e-Islam, p. vi. Toutes les citations sont traduites par nous.

2 Kitabi Kulsum Naneh – Customs and Manners of the Women of Persia, p. vii.

3 Ce pamphlet est repris dans The Travels of Mirza Abu Taleb Khan in Asia, Africa, and Europe, during the years 1799, 1800, 1801, 1802, and 1803, trad. Charles Stewart, Broxbourn, R. Watts, 1810.

4 Kitabi Kulsum Naneh – Customs and Manners of the Women of Persia, p. xvi.

5 Ibid., p. vi-vii.

6 Voir hors-texte n° 20.

7 Kitabi Kulsum Naneh – Customs and Manners of the Women of Persia, p. 8.

8 Masjid-e Shâh et Luft Ali à Ispahan ; mausolée de l’Imam Syad Mir Ahmed Ibn Musa à Shiraz ; Kitabi Kulsum Naneh, Customs and Manners of the Women of Persia, p. 75.

9 Ibid., p. 19-20.

10 Ibid., p. vii.

11 Ibid., p. vii.

12 J’ai moi-même eu l’occasion d’observer plusieurs de ces traditions (l’œuf, la sucrerie, les observatrices sous les fenêtres pendant la nuit de noces) en 1995 à Nain.

13 Kitabi Kulsum Naneh – Customs and Manners of the Women of Persia, p. vi.

14 Ibid., p. vii.

15 Minutes of the Proceedings of the Oriental Translation Committee, 3 décembre 1832.

16 Kitabi Kulsum Naneh – Customs and Manners of the Women of Persia, p. 18.

17 Kitabi Kulsum Naneh ou le Livre des Dames de la Perse, p. 11-13.

18 K. Babayan, « The ‘Aqâ’id al-Nisâ’ : a glimpse at safavid women in local Isfahâni culture », Women in the Medieval Islamic World, Power, Patronage, and Piety.

19 [They] are not mere verbal translations, but works of taste. », Minutes of the Proceedings of the Oriental Translation Committee, 5 février 1833.

20 « sept » parce qu’aux cinq législatrices principales s’ajoutent parfois deux autres consultantes.

21 Kitabi Kulsum Naneh – Customs and Manners of the Women of Persia, p. 54.

22 Ibid., p. 34.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search