Version classiqueVersion mobile

Principes de géographie humaine

 | 
Paul Vidal de La Blache

Première partie. La répartition des hommes sur le globe

Chapitre VI

Conclusions : résultats et contingences

Texte intégral

1L’occupation humaine du globe est entrée, vers le dernier tiers du XIXe siècle, dans une phase nouvelle, trop compliquée pour qu’on puisse en aborder d’emblée l’examen. Près de quatre siècles s’étaient écoulés depuis la découverte de l’Amérique : c’était à peine si l’Europe, dans cet intervalle, avait réussi à lui envoyer neuf ou dix millions de ses enfants, à peu près autant que les seuls États-Unis reçoivent de nos jours en deux décades. À ce compte, les prairies de l’Amérique du Nord, les pampas de l’Argentine risquaient de rester longtemps encore dans le même état qu’au temps de Colomb. Ce n’est pas d’un mot qu’on peut donner la formule de tels changements.

2Mais nous pouvons déjà constater d’après ce qui précède, combien la densité de la population est liée aux questions de genres de vie. Ce n’est pas assez de dire d’une façon générale que chaque genre de vie a ses exigences d’espace, plus grandes pour le chasseur ou pour le pasteur que pour l’agriculteur ; bien que la question se pose encore actuellement en ces termes, et aussi pressante que jamais, dans l’Ouest américain comme en Australie et sur les confins du Tell et du Sahara. En réalité, toute spécialité et toute nuance de genres de vie, tout progrès, tout changement dans les rapports économiques de contrées, a son retentissement sur la population. C’est comme maraîchers et horticulteurs que les Maltais ou les Mahonais sortent de leurs îles pour aller peupler les banlieues urbaines de l’Algérie. La pratique de l’élevage sur des plateaux unis que les chars peuvent sillonner fit essaimer les Boers. Cultivateurs particulièrement experts à défricher la forêt, les Franco-Canadiens ont pu à leur aise multiplier sur place autour du Saint-Laurent. En revanche, il a suffi d’une succession de mauvaises récoltes, le fléau se greffant sur une mauvaise constitution de la propriété, pour que l’Irlande perdît en vingt ans la moitié environ de sa population. De ce mélange et de cet entrecroisement perpétuel des faits sociaux et des faits géographiques résultent bien plus de complexités et de vicissitudes qu’on n’en imagine d’ordinaire. On risque fort de se tromper quand on fonde ses pronostics sur l’état actuel. Sa prolongation dépend des phénomènes auxquels il est lié. D’autre part, il y a assez d’exemples montrant la même race prolifique ou stérile suivant les temps et les lieux, pour ôter beaucoup de fondement à l’importance qu’on s’est plu souvent à attribuer aux causes ethniques. C’est surtout à propos de la population qu’on peut dire que les causes géographiques n’agissent sur l’homme que par l’intermédiaire des faits sociaux. D’où les oscillations que l’histoire permet d’entrevoir dans le passé et de prévoir pour l’avenir, de brusques poussées succédant à des temps d’arrêt, suivant une allure en somme assez déconcertante.

3Le surpeuplement, initial et pour ainsi dire congénital à l’espèce humaine, rentre essentiellement dans ce double caractère économique et géographique : économique, puisqu’il a le plus souvent pour cause l’insuffisance à tirer parti du sol et l’emploi de méthodes agricoles trop extensives ; géographique par les formes qu’il revêt et les effets qu’il engendre suivant les milieux où il se produit. Il est naturel que moins l’espace est étendu, plus tôt le point de saturation soit atteint. C’est pourquoi l’on voit des îles, des articulations littorales, d’étroites bandes bornées par les montagnes, chargées d’une population surabondante, se défaire par l’émigration de ce surplus. Quelques-unes ont dû à cela un rôle qui a eu son importance dans la civilisation. C’est par la Phénicie, la Hellade, les îles de la mer Égée et de la mer Ionienne que la Méditerranée est devenue ce qu’elle reste dans l’histoire générale, un lieu de concentration et de syncrétisme de peuples. On peut attribuer de même un rôle prépondérant, dans la colonisation de l’Archipel japonais, aux deux îles méridionales qu’une mer intérieure, plus découpée que la Méditerranée, relie à l’île principale : c’est dans Kiou-siou et Sikok et sur les rivages qui leur font face que se pressent les plus denses populations de l’Empire.

4Mais des domaines ainsi restreints seraient impuissants à donner aux sociétés humaines la consistance qui les assure contre les chances de destruction. Le bassin de la Méditerranée, image encore imparfaite de ce qu’il fut, malgré les efforts de restauration qui y ramènent la vie, n’est-il pas un exemple de la fragilité de ces civilisations, auxquelles manque la large base territoriale ? Aussi la formation des grandes agglomérations que nous avons essayé de décrire et dont la force numérique est de taille à supporter tous les tributs que les fléaux, guerres, épidémies ou famines, peuvent y prélever, constitue à nos yeux le principal levier d’action que l’humanité ait réussi à combiner. Ces épais bataillons peuvent sans s’appauvrir suffire à une expansion qui s’étend autour d’eux comme une auréole. Le flot de la colonisation chinoise, après s’être avancé du Nord vers le Sud, réparant au besoin ses pertes, recouvrant ses conquêtes perdues, finit, dans les provinces montagneuses du Sud, par se diviser, se ramifier en filets de plus en plus amincis. Mais tant il s’en faut que sa force d’expansion soit éteinte, que dans l’Indochine et la Malaisie l’élément chinois est le ferment le plus actif des sociétés qu’il pénètre. L’Inde, de son côté, fournit des travailleurs à l’Assam et à la Birmanie ; sa colonisation rayonne sur l’Afrique orientale. De ces deux grands groupes sortira peut-être le supplément de bras et d’intelligences humaines dont le manque se fait encore si fâcheusement sentir dans la plupart des contrées tropicales.

5L’Europe fut aussi un foyer de colonisation pour elle-même, avant de le devenir pour le nouveau monde. Les contrées déjà populeuses de Flandre et des Néerlandes fournissent pendant le Moyen Âge des colons, non seulement au pays du Brandebourg qui en tire son nom de Fläming, mais aux marches orientales de l’Allemagne. La Russie plus tard puisa à son tour dans l’Europe centrale des contingents de colons pour reconstituer son Ukraine, sa frontière des steppes.

6Les agglomérations ont servi à leur manière la cause du progrès ; car rien de nouveau ne se crée sans que l’évolution souhaitée ait à sa portée de suffisantes disponibilités d’hommes. On puisa dans ces multitudes pour la construction des grands travaux publics qui furent l’orgueil de certaines dynasties chinoises ; pour ces barrages hydrauliques et ces tanks innombrables qu’on admire dans le Sud de l’Inde. Et, ce qui nous touche de plus près, la moderne évolution industrielle de l’Europe eut la chance de trouver dans la présence de populations assez denses la main-d’œuvre et le personnel dont elle avait besoin. Dans les régions élevées et pauvres de Saxe, de Silésie, de la Forêt-Noire, des Vosges, du Lyonnais étaient installées des populations nombreuses pour lesquelles l’industrie était un appoint, avant de devenir une vocation. Les manufactures qui se fondèrent dans le centre et l’ouest de l’Angleterre à la fin du xviiie siècle, recrutèrent leur personnel dans la classe de petits agriculteurs que ruinait alors une crise économique. C’est ainsi que, aujourd’hui, le Japon peuple ses récentes usines avec la surabondante population de sa campagne.

7Mais les causes en apparence les plus durables peuvent avoir fait leur temps. Il se peut que dans l’arsenal mouvant des causes économiques d’autres prennent leur place. L’augmentation croissante des besoins, la multiplicité des services de notre civilisation moderne requièrent sans cesse un plus grand concours de forces humaines. Mais les facilités de transport permettent aujourd’hui à la main-d’œuvre d’affluer, sans se fixer, même à de grandes distances. Qui peut dire d’ailleurs que force reste synonyme de nombre ? Avec les progrès du machinisme l’intelligence supplée au nombre. Qu’adviendra-t-il enfin si d’autres sources de pouvoir se substituent à celles qui exigent un appareil encombrant ?

8Ainsi l’examen des faits, comme il arrive souvent, pose plus de questions qu’il n’en résout.

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search