Version classiqueVersion mobile

L’Orient des femmes

 | 
Marie-Élise Palmier-Chatelain
, 
Pauline Lavagne d’Ortigue

Deuxième partie. L’esprit et les lettres au féminin oriental

Les femmes et la science dans l’Iran médiéval : la rareté des sources est-elle significative de la réalité ?

Živa Vesel

Texte intégral

1 La femme a bien fait l’objet de descriptions dans la littérature médicale du monde iranien. En revanche, du point de vue de sa participation active à la « fabrication de la science », elle apparaît au premier abord comme absente de l’histoire de l’Iran médiéval. Si l’on prend en compte les sources principales de la littérature scientifique du monde iranien, les textes arabes et persans de l’époque islamique jusqu’à la fin des Timourides (913 h / 1507) – davantage étudiées que celles des époques tardives (les Safavides et Qâjârs d’une part et l’Inde de l’autre) –, les statistiques sont parlantes : aucune femme n’est ni auteur, ni traductrice de textes scientifiques. Trois femmes apparaissent cependant comme dédicataires-commanditaires d’ouvrages scientifiques. Les sources secondaires contredisent en partie ce constat négatif en rapportant les activités scientifiques pratiquées par les femmes. Il faut donc opter pour une reconstitution patiente de l’histoire de la femme et des sciences dans l’Iran médiéval, à partir des sources de natures variées, qui plaideront probablement pour une histoire au développement inégal, à défaut d’une histoire continue. Histoire inégale puisque étroitement dépendante du contexte politique et socio-culturel, tantôt favorable, tantôt indifférent voire hostile au développement des sciences, donc variable selon les périodes.

  • 1 Pour ce domaine en Islam, voir par exemple les travaux d’U. Weisser.
  • 2 Il est impossible de résumer ici l’ensemble des travaux sur la médecine islamique. Voir pour une pr (...)
  • 3 Sur la représentation des naissances voir par exemple dans ce même volume l’article d’É. Brac, les (...)
  • 4 Selon la définition donnée par F. Micheau dans son séminaire sur « Les élites savantes dans le Proc (...)

2L’absence des femmes auteurs ou traductrices en science est visible à travers la masse de sources premières répertoriées dans les catalogues des manuscrits arabes et persans. Pourquoi n’écrivent-elles pas ? Visiblement parce qu’elles ne sont pas officiellement instruites en ces matières au moyen des cursus – qu’ils soient institutionnalisés ou pas ; elles ne sont d’ailleurs jamais mentionnées parmi les savants réunis occasionnellement pour un projet de recherche scientifique. Elles ne possèdent apparemment pas de licence (ijâza) pour enseigner ces matières et d’ailleurs il n’est même pas certain que dans ce domaine la licence officielle se pratiquait pour les hommes. On sait cependant qu’elles participent aux activités en médecine ; les auteurs médicaux, Avicenne (Ibn Sînâ ; mort en 428 h / 1037) et Esmâ ‘îl Gorgânî (mort en 531 h / 1136), mentionnent l’existence d’obstétriciennes.1 On sait que les malades et le personnel dans les hôpitaux étaient aussi bien masculins que féminins et que les patients y étaient divisés en deux groupes selon le sexe.2 Par ailleurs, la documentation provenant des miniatures dans les sources premières et secondaires, atteste de son côté la participation des femmes à la pratique médicale.3 L’étude des femmes et de la science à travers l’iconographie, qui ne fait que commencer, fournira sans doute une information partiellement originale par rapport aux textes. Dans l’ensemble, si la femme n’a pas eu accès au champ complet du savoir scientifique,4 c’est-à-dire à l’enseignement et aux activités de prestige, elle a néanmoins participé à la science. Il faudrait rechercher d’ailleurs s’il existe, occasionnellement, une trace de l’interdiction d’exercice de la médecine – ou d’une autre discipline – pour les femmes en islam, comme ceci a été le cas en Occident, ce qui permettrait de mieux mesurer le degré réel de leur présence dans le domaine scientifique.

  • 5 W. E. Gohlman, The Life of Ibn Sînâ, Albany, State University of New York Press, 1974, p. 43-44.
  • 6 F. J. Ragep et S. P. Ragep, « The Astronomical and Cosmological Works of Ibn Sînâ », dans Sciences, (...)

3Toujours selon les statistiques fondées sur les sources premières, les trois femmes dédicataires-commanditaires de textes persans (toute dédicace est susceptible d’être en réalité une commande rémunérée) participent, elles, au phénomène culturel répandu parmi les élites de l’époque : on se fait expliquer dans la langue vernaculaire, au moyen de la traduction et du résumé, les textes de philosophie et de science écrits en langue savante, l’arabe. En effet, « les sciences des anciens » étaient fort prisées depuis les traductions du grec, sanskrit et moyen-perse à Bagdad au ixe siècle et l’accès au savoir nouvellement acquis était soutenu et sponsorisé par les cours iraniennes. Par la même occasion, les savants de ces mêmes milieux trouvaient de l’intérêt aux traductions persanes pour la création de termes spécialisés. La première dédicataire se situe dans un contexte historique bien connu. Avicenne, philosophe et médecin déjà célèbre, fuit l’Iran oriental à la conquête ghaznevide. Après un long périple, il s’établit à Gorgân, entre 402 h / 1012 et 405 h / 1014, sous le règne du Ziyaride Manûtchehr (r. 402 h / 1012 - 420 h / 1029), fils du grand Amîr Qâbûs.5 Gorgân, au sud de la mer Caspienne, était une région qui avait préservé les traditions iraniennes anciennes, entre autres dans le domaine de la science, notamment en arithmétique. La dynastie des Ziyarides y menait une vie culturelle prestigieuse. Abû Rayḥân al-Bîrûnî, autre savant célèbre, y avait séjourné, entre 996 et 1002, sous Amîr Qâbûs ibn Woshmgîr (r. 367 h/978-402 h/1012) et y avait rédigé plusieurs ouvrages. D’autre part, le fils de Manûtchehr, donc le petit-fils de Qâbûs, Key Kâwûs ‘Onṣor al-Ma ‘alî, sera par la suite l’auteur d’un miroir des princes bien connu, le Qâbûs-Nâme (« Le Livre de Qâbûs »). Dans ce contexte, il n’est donc pas étonnant qu’Avicenne, pendant son séjour à Gorgân, dédie son traité de géographie mathématique Fî tûl Jûrjân (« Au sujet de la longitude de Gorgân ») à la fille de Qâbûs, Zarrîn Kîs.6 L’existence de ce traité, aujourd’hui perdu, est connue par la mention – critique – qu’en fait Bîrûnî dans son Taḥdîd al-amâkin. Il n’est pas impossible que les ouvrages anciens réservent d’autres traces quant à l’existence de femmes dédicataires de livres scientifiques.

  • 7 The Book on Instruction in the Elements of the Art of Astrology by Abu’l-Rayḥân Muḥammad ibn Aḥmad (...)
  • 8 J. Homâ’î éd., Téhéran, 1367.

4La deuxième dédicataire est Rayḥâna, fille de Ḥasan le Khwârazmien pour laquelle Abû Rayḥân al-Bîrûnî (mort après 442 h / 1050), astronome, mathématicien et historien, déjà mentionné, a rédigé en 420 h / 1029, à Ghazna (dans l’actuel Afghanistan), son al-Tafhîm li-awâ’il ṣinâ‘at al-tanjîm (« Manuel des principes de la science astrologique »). Contenant les rudiments de cette science, en quatre chapitres principaux traitant de la géométrie, l’arithmétique, l’astronomie, et l’astrologie proprement dite, répartis en sous-chapitres brefs rédigés sous forme de questions et de réponses et agrémentés de figures, le Tafhîm est de lecture absolument passionnante. Il en existe une version arabe7 et une persane.8 C’est le seul traité de Bîrûnî en langue persane et certains ont même douté qu’il soit lui-même directement auteur de cette version. On ne sait rien de la dédicataire Rayḥâna, citée dans la préface. Elle aurait peut-être été une noble khwârezmienne, liée à la famille des protecteurs de Bîrûnî au temps de sa jeunesse avant qu’il ne quitte le Khwârazm pour Ghazna à la demande de Maḥmûd le ghaznévide. Étant donnée la qualité de l’ouvrage, cette personne devait sans doute beaucoup compter pour l’auteur. La partie astrologique contient, entre autres, la description des images des planètes (voir hors-texte n° 15).

  • 9 ‘Alî ibn Ḥoseyn Anṣârî Shîrâzî, Ekhtiyârât-e Badî‘î, Moḥ. Taqî Mîr éd., Téhéran, Sherkat-e Dârû-yî, (...)
  • 10 Moh. Mo‘men Ḥoseynî, Toḥfe-ye Ḥakîm Mo’men, Téhéran, Éditions Maḥmûdî, s. d.

5La troisième dédicataire est l’épouse de l’émir mozaffaride Mobârez al-dîn Mohammad ibn Mozaffar, la princesse Shâhzâde Khânum Badî‘ al-Jamâl. C’est à elle qu’est dédié un dictionnaire de drogues, Ekhtiyârât-e Badî‘î, « Le Choix [des drogues] pour Badî‘ [al-Jamâl] » rédigé en persan, en 770h / 1369 à Chiraz, par Ḥâjj Zeyn al-‘Aṭṭâr (mort en 806 h / 1403- 1404), lui-même fils d’un médecin d’Ispahan.9 Compilation d’envergure, contenant la description de drogues simples et composées, l’ouvrage brille surtout par la richesse des sources citées. Quant à l’exactitude des renseignements scientifiques de cet ouvrage, elle a été critiquée au xviie siècle par Ḥakîm Mo’men dans son Toḥfe-ye Ḥakîm Mo’menîn.10

6Bien que rares, les femmes en Iran ne sont donc pas absentes de l’initiative de la commande – ou au moins de la dédicace – d’un texte scientifique, laquelle est habituellement exercée à la cour par des souverains et surtout des vizirs qui y ont mené de tout temps une politique culturelle aussi prestigieuse que déterminante. Le même phénomène existe en Occident où les femmes participent à la vulgarisation des matières scientifiques grâce à la commande. Ainsi,

  • 11 R. Pernoud, La Femme…, op. cit., p. 198 sq.

les deux premières œuvres en langage anglo-normand [dont le Bestiaire de Philippe de Taon] qui ont vu le jour à la cour d’Angleterre, sont nées sous l’égide d’une femme [Aélis de Louvain], une reine qui aura ainsi préparé la voie à l’admirable épanouissement que connaîtra la littérature « bretonne » sous le règne d’Aliénor d’Aquitaine .11

  • 12 Ibid., p. 82-85.
  • 13 M. H. Rajabî, Famous Iranian and Persian-Speaking Women. From the Earliest Times to the Constitutio (...)
  • 14 L. Moulinier, Le Manuscrit perdu de Strasbourg. Enquête sur l’œuvre scientifique de Hildegarde, Par (...)
  • 15 L. Moulinier, « Une encyclopédiste sans précédent ? Le cas de Hildegarde de Bingen », L’Enciclopedi (...)
  • 16 R. Pernoud, Christine de Pisan, Paris, Calmann-Levy, 1982.

7Quant à d’autres points de comparaison que l’on pourrait établir entre l’Orient et l’Occident, on notera que les femmes occidentales semblent copier fréquemment les manuscrits.12 Un nombre important de femmes iraniennes sont qualifiées, elles, de calligraphes, bien que davantage aux époques tardives, comme en témoigne le Dictionnaire des femmes célèbres iraniennes et persanophones.13 Était-ce par loisir ou dans le cadre d’un véritable métier qu’on exerçait la calligraphie et peut-on assimiler cet art au métier de copiste ? La question reste entière. Enfin, là où l’Occident se distinguera de l’Orient, c’est dans le cas – exceptionnel – de Hildegarde de Bingen qui n’a pas d’équivalent dans le monde islamique. Abbesse bénédictine allemande, elle fut en particulier l’auteur de Liber subtilitatum (Physica), sorte d’« encyclopédie naturelle » traitant de la création en neuf livres, comportant de nombreux renseignements scientifiques.14 En tant qu’auteur de science, elle n’a apparemment pas eu de postérité en Occident.15 Un exemple parmi d’autres est celui de Christine de Pisan, qui, bien que fille d’astrologue, n’écrira pas sur la science.16

8Pour revenir vers l’Iran médiéval, le témoignage des sources secondaires persanes est, lui, capital pour notre propos puisqu’il confirme que des sciences autres que la médecine ont été pratiquées par les femmes, en particulier l’astrologie. Une première source est le Tchahâr Maqâle, (« Les quatre discours ») de Nezâmî ‘Arûzî – secrétaire et astrologue de la cour ghoride (dans l’actuel Afghanistan). Il s’agit d’un recueil d’anecdotes rédigé au xiie siècle sur les quatre classes d’hommes nécessaires au souverain : le secrétaire, le poète, l’astrologue et le médecin. L’auteur rapporte :

  • 17 Nizami Aruzi, Les quatre Discours, trad. du persan par I. de Gastines, Paris, Maisonneuve et Larose (...)

J’avais à mon service une femme… Quand elle parvint à l’âge de quinze ans, je lui enseignai l’astrologie. Elle était devenue si habile en ce domaine, qu’elle pouvait donner réponse aux plus difficiles questions et que ses pronostics touchaient à la plus grande exactitude. Les femmes se mirent à la consulter…17

  • 18 C. Brémond et B. Darbord, « Tawaddud et Teodor : les enjeux ludiques du savoir », L’enciclopedismo (...)
  • 19 F. Micheau, « Savoir médical et société dans le Proche Orient arabe du IIe au VIIIe et du VIIe au X (...)

9Cet exemple appelle deux remarques. La première est au sujet de la transmission du savoir dont l’une des voies les plus efficaces était le lignage familial qui s’appliquait à la profession. Ce passage semble indiquer qu’une servante pouvait apparemment bénéficier du même type d’enseignement. La seconde remarque concerne les esclaves savantes, lieu commun de la littérature classique. Plus exactement il s’agit d’un conte des Mille et une nuits (narré de la 428e à la 455e nuit) : l’esclave Tawaddud est confrontée aux savants appelés par le calife qui l’examinent en droit, en exégèse coranique, en médecine, en astronomie, en philosophie, en théologie ; on teste aussi ses compétences aux jeux (échecs, tric-trac) et en musique. Elle les vainc et les convainc tous par l’excellence de son savoir qui apparaît comme supérieur à celui de ses adversaires, ce que les docteurs sont bien obligés de reconnaître en lui remettant leur robe. On a avancé diverses interprétations à propos de ce récit dont on trouvera les références correspondantes dans l’étude de Claude Brémond et Bernard Darbord, consacrée plus particulièrement à retracer la fortune du conte dans la littérature occidentale.18 On opposera à l’interprétation – séduisante – de l’image de l’esclave savante comme représentation de l’idéal féminin (dans l’Égypte du xiie siècle), celle de Françoise Micheau qui voit dans ce conte davantage la défense d’un idéal du savoir, celui des non-clercs pouvant s’épanouir grâce à la générosité du souverain comparé à celui des clercs (‘ulamâ’, fuqahâ’, hukamâ’).19

  • 20 S. H. Rashdî éd., Hyderabad, Sindhi Adabi Board, 1968.

10Un autre exemple d’une femme pratiquant la science relaté dans les sources persanes secondaires est fourni par Fakhrî Herawî dans son anthologie des poétesses Jawâher al-‘Ajâyeb (« Les Gemmes des Merveilles ») rédigé en Inde (dans le Sind) en 963h / 1555-1556 pour une dédicataire nommée Mâhom, occupant apparemment une position exceptionnelle à la cour.20 On peut y lire, à propos de Bîje Monajjeme [Bive ? veuve « astrologue »] qui résidait dans la deuxième moitié du xve siècle à Herat :

  • 21 Voir M. Szuppe, « The female intellectual milieu in Timurid and post-Timurid Herât : Faxri Heravi’s (...)

Bîje Monajjeme, l’une des plus importantes femmes savantes de l’époque, était l’équivalent féminin de l’intellectuel type de Hérat. Elle était non seulement une mystique réputée et maîtrisait parfaitement toutes les sciences profanes..., mais aussi et surtout elle était experte en astrologie / astronomie (‘olûm-e nojûm). Elle était particulièrement estimée pour sa capacité à calculer les calendriers, ce qui impliquait notamment des connaissances mathématiques très poussées.21

  • 22 Rajabî, op. cit., p. 38-39.
  • 23 Conservé à la Wellcome Library, Londres, Ms : Persian 474. Voir T. W. Lentz, G. D. Lowry, Timur and (...)
  • 24 Rajabî, p. 37.
  • 25 Les prédictions astrologiques par des femmes sont parfois mentionnées dans les sources, voir G. Sal (...)
  • 26 Rajabî, op. cit., p. 37, 38, 121, 200, 208 ; voir aussi p. 207.

11 Les mêmes données sur Bîje Monajjeme sont d’ailleurs reproduites dans le Dictionnaire des femmes célèbres.22 Bîje Monajjeme serait-elle à l’image d’une femme savante typique de l’Iran médiéval ? On ne saurait le dire. Elle bénéficie d’une situation tout à fait exceptionnelle à différents égards. Contemporaine du grand poète persan Djâmî, il est rapporté qu’elle souhaitait rivaliser avec lui en tout domaine, et qu’elle en avait entre autres les moyens matériels : elle fit construire à Herat une mosquée, une école et un hammam. Elle était d’origine iranienne, mais le milieu où elle évoluait était partiellement turc et les femmes y possédaient, par tradition, davantage d’autonomie et de pouvoir de décision. Enfin et avant tout, Herat sous Ḥoseyn Bâyqarâ connut le sommet de la vogue de l’astrologie, science cultivée de tout temps en Iran y compris par les Timurides : Eskandar Sulṭân, fils de Shâhrokh, fut entre autres, le commanditaire d’un splendide horoscope illustré.23 Par ailleurs, l’astrologie fut sous-jacente dans les entreprises astronomiques d’Ulugh Beg à l’observatoire de Samarcande, destinées à affiner l’exactitude de prédictions. Bîje Monajjeme se trouvait donc en milieu particulièrement favorable pour exercer cette science par un concours de circonstances rare et elle ne représente probablement pas un cas courant parmi les femmes instruites. Voici un autre exemple, tout aussi étonnant, également signalé dans le Dictionnaire des femmes célèbres.24 et dont on peut ainsi résumer l’essentiel : Bîbî Monajjeme qui vécut du temps de Djalâl al-dîn Khwârazmshâh (début du xiiie siècle) était une astrologue renommée, issue d’une famille de dignitaires religieux. Ses prédictions tombaient souvent juste et les souverains recherchaient sa présence. Grâce à son savoir, elle finit par obtenir un haut rang à la cour des Seljuqides d’Asie Mineure, non seulement pour elle-même mais également pour son époux et pour son fils, historien, qui a été surnommé « le fils de Bîbî » (Ibn Bîbî). Exemple étonnant s’il en est qui prouve bien la présence d’une femme dans le champ de la science. De surcroît elle a bénéficié d’une excellente réception sociale grâce à un savoir pourtant souvent contesté par les milieux religieux. De même que pour Bîje Monajjeme dans le Herat du xve siècle, on ne saurait dire si la Bîbî Monajjeme du début du xiiie siècle représente une exception ou bien un cas courant dans la haute société savante à la veille de l’invasion mongole en Iran.25 Car le Dictionnaire des femmes célèbres recense avant tout les poétesses, les femmes de pouvoir, les savantes en sciences religieuses, les ascètes mystiques, les peintres, les calligraphes et les musiciennes. Les femmes de science n’y sont qu’en nombre restreint : d’une part quelques astrologues, d’autre part une femme iranienne exerçant la médecine dans l’Inde du xviie siècle.26

  • 27 En attendant d’analyser à cet égard la littérature semi-populaire, les travaux existants livrent dé (...)

12En conclusion, un premier survol des sources premières et secondaires semble indiquer que l’image que se donne une femme du monde envers la société à l’époque médiévale en Iran n’inclut pas la participation aux activités scientifiques ni l’obligation de fonder les institutions correspondantes. On connaît encore mal les pratiques culturelles de la société de cette époque mais on sait qu’on lisait et discutait en assemblée de cour ou de haute société et que les bibliothèques y étaient exceptionnellement riches. Du moment qu’une époque était favorable à la science, les femmes de l’élite y avaient probablement accès si elles le souhaitaient, grâce à des cours privés. Mais la notion de ḥarâm exigeait sans doute de la discrétion à propos de leurs activités, lesquelles ne se traduisaient pas par une trace écrite. On note, en revanche, que parmi les marques de possesseurs successifs des manuscrits scientifiques illustrés, figurent parfois le sceau de femmes. Par ailleurs, pour ce qui est des prolongements du savoir scientifique au-delà des élites, vers les milieux populaires, on en sait peu de choses.27 L’exemple des hôpitaux et celui de la servante citée par ‘Arûzî démontrent cependant qu’une femme savante était certainement fréquentée au moins par une clientèle féminine et que ceci pouvait constituer à son tour une des voies de la transmission du savoir au-delà des cercles restreints, au moins pour les sciences relativement utilitaires que sont la médecine et l’astrologie.

13Faire de la science n’est visiblement pas un idéal de culture pour les femmes de l’époque et il n’est pas non plus dans les usages de parler ou d’écrire sur les femmes qui, éventuellement, la pratiquent. Néanmoins, on constate par recoupement qu’à des moments précis de l’histoire, les femmes semblent maîtriser ce savoir, au demeurant difficile. Par manque de sources, on ne peut savoir si les exemples évoqués sont une exception ou bien une pratique relativement régulière et la zone d’ombre risque de subsister. Ce n’est pas une raison suffisante pour supposer d’office que la femme est pour ainsi dire absente du domaine scientifique. C’est un aspect de l’histoire qui mérite d’être reconstitué peu à peu même si les ressources documentaires restent malheureusement encore infimes.

Notes

1 Pour ce domaine en Islam, voir par exemple les travaux d’U. Weisser.

2 Il est impossible de résumer ici l’ensemble des travaux sur la médecine islamique. Voir pour une première orientation, l’article « al-Ṭibb » dans l’Encyclopédie de l’Islam (nouvelle édition).

3 Sur la représentation des naissances voir par exemple dans ce même volume l’article d’É. Brac, les Maqâmât (« Séances ») de Ḥarîrî ainsi que la naissance de Rostam dans les diverses copies du Shâh-Nâme (« Livre des Rois »). Je remercie B. Thierry de Crussol d’avoir attiré mon attention sur l’évidente présence des femmes dans les accouchements et les interventions chirurgicales, reproduites dans M. D. Grmek et P. Huard, Le Premier Manuscrit chirurgical turc rédigé par Charaf ed-Din (1465), Paris, 1960 (140 ill.). On pourrait y voir l’écho des « barbières » de l’Occident. Voir à ce propos R. Pernoud, La Femme au temps des cathédrales, Paris, Stock, 1980, p. 252-253.

4 Selon la définition donnée par F. Micheau dans son séminaire sur « Les élites savantes dans le Proche-Orient arabe (1050-1250) » à l’université de Paris I, 1998-2000.

5 W. E. Gohlman, The Life of Ibn Sînâ, Albany, State University of New York Press, 1974, p. 43-44.

6 F. J. Ragep et S. P. Ragep, « The Astronomical and Cosmological Works of Ibn Sînâ », dans Sciences, techniques et instruments dans le monde iranien (Xe-XIXe siècle), N. Pourjavady et Ž. Vesel éd., Téhéran, IFRI-PUI, sous presse.

7 The Book on Instruction in the Elements of the Art of Astrology by Abu’l-Rayḥân Muḥammad ibn Aḥmad al-Bîrûnî. Written in Ghaznah, 1029 A. D. Reproduced from the Brit. Mus. MS. OR. 8394, traduit de l’anglais par R. R. Wright, Londres, 1934. Pour la description des planètes, voir p. 240-253, l’illustration « La planète Vénus ».

8 J. Homâ’î éd., Téhéran, 1367.

9 ‘Alî ibn Ḥoseyn Anṣârî Shîrâzî, Ekhtiyârât-e Badî‘î, Moḥ. Taqî Mîr éd., Téhéran, Sherkat-e Dârû-yî, Bakhsh-e Râzî, 1371 h / 1992.

10 Moh. Mo‘men Ḥoseynî, Toḥfe-ye Ḥakîm Mo’men, Téhéran, Éditions Maḥmûdî, s. d.

11 R. Pernoud, La Femme…, op. cit., p. 198 sq.

12 Ibid., p. 82-85.

13 M. H. Rajabî, Famous Iranian and Persian-Speaking Women. From the Earliest Times to the Constitutional Revolution (en persan), Téhéran, Sorûsh, 1995.

14 L. Moulinier, Le Manuscrit perdu de Strasbourg. Enquête sur l’œuvre scientifique de Hildegarde, Paris -Saint-Denis, Publications de la Sorbonne – Presses universitaires de Vincennes, 1995 ; V. Sweet, « Hildegard of Bingen and the Greening of Medieval Medicine », Bulletin of the History of Medicine, 73, 3, 1999, p. 381-403 ; M. Green, « In Search of an “Authentic” Women’s Medicine : The Strange Fates of Trota of Salerno and Hildegard of Bingen », Dynamis, Acta Hispanica ad Medicinae Scientiarumque Historiam Illustrandam, 19, 1999, p. 25-54.

15 L. Moulinier, « Une encyclopédiste sans précédent ? Le cas de Hildegarde de Bingen », L’Enciclopedismo medievale (Actes du colloque de San Geminiano, 8-10 octobre 1992), M. Picone éd., Ravenne, A. Longo, 1994, p. 119-134 ; C. Larrington, Women and Writing in Medieval Europe. A Sourcebook, Londres – New York, Routledge, 1995.

16 R. Pernoud, Christine de Pisan, Paris, Calmann-Levy, 1982.

17 Nizami Aruzi, Les quatre Discours, trad. du persan par I. de Gastines, Paris, Maisonneuve et Larose, 1968, p. 116.

18 C. Brémond et B. Darbord, « Tawaddud et Teodor : les enjeux ludiques du savoir », L’enciclopedismo medievale, op. cit., note 15, p. 253-273.

19 F. Micheau, « Savoir médical et société dans le Proche Orient arabe du IIe au VIIIe et du VIIe au XIIIe siècle », mémoire, université de Paris I (voir introduction p. 2-3).

20 S. H. Rashdî éd., Hyderabad, Sindhi Adabi Board, 1968.

21 Voir M. Szuppe, « The female intellectual milieu in Timurid and post-Timurid Herât : Faxri Heravi’s Biography of Poetesses, Javâher al-’Ajâyeb », Oriento Moderno, n. s., XV (LXXVI), 2, 1996, p. 132 ; idem, « The “Jewels of Wonder”, Learned Ladies and Princess Politicians in the Provinces of Early Safavid Iran », Women and the Medieval Islamic World. Power, Patronage, and Piety, G.R.G. Hambly éd., New York, St Martin’s Press, 1998, p. 325-347.

22 Rajabî, op. cit., p. 38-39.

23 Conservé à la Wellcome Library, Londres, Ms : Persian 474. Voir T. W. Lentz, G. D. Lowry, Timur and the Princely Vision, Los Angeles, p. 146-147.

24 Rajabî, p. 37.

25 Les prédictions astrologiques par des femmes sont parfois mentionnées dans les sources, voir G. Saliba, « The Role of the Astrologer in Medieval Islamic Society », Bulletin d’Études Orientales, XLIV, 1992, p. 58, note 79 et p. 65 (à propos de la femme du calife al-Ma’ mûn ; voir aussi Rajabî, op. cit., p. 31).

26 Rajabî, op. cit., p. 37, 38, 121, 200, 208 ; voir aussi p. 207.

27 En attendant d’analyser à cet égard la littérature semi-populaire, les travaux existants livrent déjà une image originale de la femme dans l’Iran médiéval (en particulier des femmes ‘ayyâr). Voir M. Gaillard, Le Livre de Samak-e ‘Ayyâr, Structure et idéologie du roman persan médiéval, Paris, 1987 ; idem, Le Darâb-Nâme d’Abû Ṭâher Ṭarsûsî, Paris, Thotm (Persika), sous presse.

Auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search