Version classiqueVersion mobile

« Comme un autre Don Quichotte »

 | 
Christine Meyer

Avant-propos

Texte intégral

Canetti et sa « galerie des ancêtres » – État des lieux de la critique – Approches et méthodes

  • 1 « Ein Dichter braucht Ahnen. » Das Augenspiel. Lebensgeschichte 1921-1931 (p. 278). Première éditio (...)
  • 2 Cf. par exemple Peter Jansen : « Canetti ist ein unbequemer Schriftsteller, weil er eine unzeitgemä (...)

1« Un écrivain a besoin d’ancêtres1 », déclare Elias Canetti dans l’un des derniers chapitres de Jeux de regard. La formule a eu un grand succès auprès de la critique, qui y voit à bon droit une profession de foi humaniste et s’y réfère presque aussi volontiers qu’à sa conception notoirement anachronique de l’écrivain comme « gardien des métamorphoses2» . Il est certain que Canetti est un auteur atypique pour le xxe siècle, tant il est étranger à l’esprit de toutes les avant-gardes, qu’elles se nomment dada, expressionnisme, « nouvelle objectivité » ou « nouveau roman ». Mais encore faudrait-il s’interroger sur cette notion de tradition – terme que Canetti, notons-le, n’emploie pas volontiers – et sur le concept qu’il lui préfère, « les ancêtres ». Dans le contexte défini par l’écrivain, la métaphore biologique implique en effet une relation d’un genre bien particulier, qui tient moins de la référence à un patrimoine commun ou de l’influence que de l’affinité élective et de la génétique textuelle.

  • 3 Je renvoie en particulier aux nombreuses publications de Gerald Stieg, très éclairantes pour ce qui (...)

2Or, l’ambivalence de ce concept a été assez peu remarquée jusqu’à présent : l’on a beaucoup glosé sur le côté « traditionaliste » de Canetti, mais le caractère éminemment intertextuel de son écriture n’a fait l’objet que d’études partielles, limitées en général au domaine national au sens large (la littérature de langue allemande) et plus particulièrement contemporain et régional (la tradition autrichienne)3. Ce qui ne manque pas d’un certain piquant, si l’on songe que l’on a précisément affaire à l’un des auteurs les plus « internationaux » de ce siècle. Comme on sait, Canetti a délibérément opté pour la langue allemande, de préférence à d’autres domaines qui lui étaient également ouverts par la langue et la culture ; et il a tout aussi délibérément choisi de lui rester fidèle après son départ en exil en 1938, à cause de sa judéité et à cause des crimes commis par le peuple allemand sous Hitler. Mais cela ne devrait pas nous faire oublier que cette culture, dans laquelle il s’est « installé » pour des raisons aussi bien personnelles que politiques (au sens le plus large du terme), est toujours restée pour lui un domaine parmi d’autres.

  • 4 Les rapports de Canetti avec la tradition juive et l’Ancien Testament ont également fait l’objet d’ (...)
  • 5 « Auf die Träume des Quevedo wurde ich damals gestoßen. Er wurde, nach Swift und Aristophanes, zu e (...)
  • 6 « Tolstoi, der letzte Ahne. » GdW, p. 212-219.

3Ainsi la focalisation de la critique sur la tradition germanique et judéo-viennoise4, certes justifiée par le parcours biographique et linguistique de l’écrivain, conduit néanmoins à une vision extrêmement réductrice de l’héritage littéraire dont il se réclame : après tout, ce n’est ni en rapport avec Goethe, ni en rapport avec Kraus, Kafka ou tout autre écrivain de langue allemande que Canetti a employé la formule si fréquemment citée du besoin d’ancêtres, mais bien en rapport avec Quevedo, Swift et Aristophane, c’est-à-dire trois « étrangers5 ». Et c’est également le cas de Tolstoï, que Canetti appelle solennellement « le dernier ancêtre » dans un essai de 19716. De fait, il se trouve que ceux que Canetti honore expressément du titre d’« ancêtres » sont majoritairement des auteurs qui ne font pas partie, stricto sensu, du contexte linguistique et culturel de sa propre écriture. Dans un entretien avec Gerald Stieg en 1979, il a lui-même insisté sur ce point :

  • 7 « Ich müßte mich, rein sprachlich schon, zur Literatur Wiens zählen : Nestroy und Kraus. Aber dann (...)

« Sur le plan de la langue, je devrais me compter parmi les auteurs viennois : Nestroy et Karl Kraus.
Mais il y a ensuite les auteurs de la littérature européenne : Swift, Aristophane, Cervantès, Gogol, Lichtenberg, Büchner, Kafka, pour ne citer que ceux qui eurent le plus d’importance pour moi. Mais là encore, c’est trop restreint. Depuis l’âge de 17 ans, ma vie a été déterminée par le Gilgamesh sumérien. En ce qui concerne les philosophes, ce sont les maîtres chinois que je lis le plus souvent, Dschuang Dsci depuis plus de 50 ans. Et je m’aperçois à présent que j’ai oublié le plus important : les mythes des peuples en voie de disparition. Je les relis sans cesse, ce sont eux qui me font revivre jour après jour ce qu’est la métamorphose, je les apprends, je les pratique, je vis à leur exemple [...]7 ».

  • 8 « Immer noch liebe ich die alten Chinesen mehr als alles auf der Welt, mehr als die Vorsokratiker, (...)
  • 9 Le germaniste anglais Edward Timms, qui a pris le risque de traiter le thème « Canetti et la Chine  (...)
  • 10 René Etiemble : Ouverture(s) sur un comparatisme planétaire. Paris : Bourgeois, 1988.
  • 11 « Bei ganz wenigen Dichtern nur bin ich zu Hause. Bei diesen so sehr, daß ich mich nach sechzig Jah (...)

4Convenons qu’il y a quelque chose de déroutant dans cette profusion de références. Canetti a certes donné à la recherche de précieux « filons » à exploiter dans une perspective génétique, mais on comprend aussi que seule une petite partie de ces références ait retenu l’attention des chercheurs. Passe encore pour les modèles européens, qui restent dans les limites de ce que Goethe a appelé la Weltliteratur : ce sont des chefs-d’œuvre généralement considérés comme le bien commun de l’humanité, indépendamment de la langue dans laquelle ils ont été écrits. Mais que dire de l’épopée de Gilgamesh, qui compte autant pour Canetti que le mythe des Atrides, ou de ces mythes primitifs dont il dit être littéralement imprégné ? On ne peut pourtant les ignorer tout à fait, pas plus que les anciens philosophes chinois, dont Canetti ne se lasse pas de répéter qu’il les « aime plus que tout au monde, plus que les présocratiques, plus même que la Bible8» . La formidable érudition de cet écrivain, et surtout la désinvolture avec laquelle il se réclame pêle-mêle des auteurs les plus éloignés les uns des autres, ont bien de quoi désarçonner non seulement l’amateur, mais aussi le professionnel. Car si l’on peut admettre que les germanistes connaissent en général leurs classiques, il est plus rare, en revanche, qu’ils disposent également de connaissances approfondies dans des domaines tels que la littérature et la philosophie d’Extrême-Orient9. Si Canetti a tendu des perches à la critique, il lui a donc posé au moins autant de colles : il ne faudrait pas moins d’un comparatisme « planétaire » tel que le rêvait Etiemble pour rendre justice à l’étendue prodigieuse de « sa » tradition10. D’autre part, on reste perplexe face à la conjonction de cet éclectisme impressionnant avec des déclarations au contraire radicalement minimalistes et sélectives : ainsi, dans l’une de ses dernières réflexions publiées, Canetti affirme de façon quelque peu inattendue n’être « chez lui » que « chez très peu d’écrivains » (qu’il se garde bien de nommer du reste) – ceux-ci étant devenus pour lui « des obsessions infiniment heureuses11 ».

  • 12 Beatrix Kampel : « Ein Dichter braucht Ahnen. Canettis Begegnungen mit Literatur und Literaten im S (...)
  • 13 « Der Schein des Disparaten trügt ; Canettis textinternen Leseerlebnissen, Autorenportraits, litera (...)
  • 14 « Canetti bewegt sich also seinem literarischen Geschmack zufolge eindeutig im liberalen großbürger (...)
  • 15 « [...] der literarische Privatkanon der Autobiographie spiegelt getreulich den zeitgenössischen Ka (...)

5Il était donc tentant d’essayer de mettre de l’ordre dans cette source extraordinairement riche de renseignements, afin de mieux cerner l’héritage littéraire personnel de Canetti et ses critères de jugement en matière de littérature. C’est ce qu’a tenté de faire Beatrix Kampel en répertoriant et en classant toutes les références littéraires contenues dans la trilogie autobiographique. Elle a exposé les résultats de son analyse statistique monumentale dans un article de 1985 intitulé « “Un écrivain a besoin d’ancêtres”. Rencontres de Canetti avec la littérature et les hommes de lettres dans le miroir de l’autobiographie12 ». Cette étude semble appuyer la tendance réductrice de la critique, dans la mesure où elle fait apparaître une nette prédominance d’auteurs européens et notamment de langue allemande parmi les noms cités par Canetti, ainsi qu’un important centre de gravité sur la première moitié du xixe siècle (Büchner, Dickens, Dostoïevski, Gogol, Mörike, Poe et Stendhal). Beatrix Kampel résume ainsi les résultats de son travail : « L’apparence de disparité est trompeuse13 ». De toute évidence, conclut-elle, les préférences de Canetti vont aux grands écrivains de la tradition bourgeoise libérale, aux allures volontiers critiques et à l’esthétique traditionnelle14. En un mot, « le canon littéraire privé de l’autobiographie reflète fidèlement le canon contemporain de l’historiographie littéraire15 ».

6Si ce résultat justifie dans une certaine mesure la négligence des références « marginales » (j’entends par là aussi bien les œuvres mineures ou non canonisées de la littérature européenne que les œuvres issues de cultures asiatiques), il confirme en revanche l’existence d’une lacune considérable à l’intérieur même du domaine « restreint » cerné par Beatrix Kampel. Car la prédominance d’écrivains de langue allemande parmi les références de Canetti concerne principalement la période contemporaine (ce qui s’explique assez naturellement par son cadre de vie et ses fréquentations). Pour ce qui est des « ancêtres » proprement dits, cette prédominance disparaît : plus on s’éloigne dans le temps, plus le domaine pris en compte s’élargit, « s’internationalise ». Ainsi le fait de limiter les recherches génétiques au seul domaine germanique revient à laisser de côté la plus grande partie de l’héritage européen revendiqué par Canetti, avec notamment des auteurs qui, comme Aristophane, Stendhal, Gogol et Cervantès, occupent une place de premier plan dans son panthéon. Mais Beatrix Kampel elle-même ne semble pas se rendre compte qu’elle a mis le doigt sur une lacune au sein de la recherche sur Canetti. Et pour cause : il ne s’agit selon elle que de références culturelles et génériques globales – comprises, encore une fois, en termes de Weltliteratur –, et non de modèles individuels concrets qui justifieraient une étude approfondie de leur fonction dans l’élaboration de l’œuvre de Canetti.

  • 16 « Die Kriterien für ein positives Urteil bleiben im Hintergrund, während die Wertung selbst ins Tot (...)

7Or, s’il ne s’agissait que de prouver l’importance de la tradition occidentale canonique pour Canetti, on se serait bien passé de ce laborieux dépouillement statistique : il suffisait de parcourir rapidement les textes autobiographiques ou les essais pour s’en rendre compte. Il aurait été plus intéressant de voir, en revanche, de quel ordre est le rapport qui lie Canetti à ces modèles classiques. Mais cela, justement, n’apparaît pas (et ne peut pas apparaître) dans une étude telle que celle-là. Il est vrai que la tâche est ardue puisque, comme le constate Beatrix Kampel, les jugements proclamés dans l’autobiographie sont rarement motivés avec précision, Canetti se contentant la plupart du temps d’un éloge ou d’un rejet global16. Autant l’écrivain est prodigue de déclarations passionnées « pour » ou « contre » les grands noms de l’art et de la littérature, autant il se montre discret sur les critères de son appréciation : style, idées, personnages, thèmes et motifs des œuvres en question ne sont pas (ou à peine) évoqués. Aussi ses déclarations enthousiastes ont-elles quelque chose d’énigmatique, qui suscite à la fois la curiosité et la frustration du lecteur critique. Mais de là à conclure que la relation que Canetti entretient avec ces textes n’est qu’une affaire de « goût » et de « canon » littéraire, il y a un pas plus que douteux à franchir. En fait, la réponse ne peut se trouver que dans l’œuvre elle-même : non pas sous forme de déclaration explicite, mais en tant que produit de la confrontation avec les textes en question.

  • 17 « Die bescheidene Aufgabe des Dichters ist am Ende vielleicht die wichtigste : das Weitertragen des (...)
  • 18 C’est-à-dire celle que, reprenant la formule de John Barth, on pourrait appeler la « littérature de (...)
  • 19 Eco, Umberto : Apostille au « Nom de la Rose. » Paris : Grasset (livre de poche), 1985, p. 25.

8D’autre part – et c’est ma principale objection contre les conclusions de Beatrix Kampel, dont la position doit malheureusement être considérée à cet égard comme représentative de toute une frange de la critique –, il faut se garder de conclure trop vite de l’admiration des modèles au caractère conventionnel, voire rétrograde de l’œuvre. Que Canetti soit « traditionaliste », en ce sens qu’il tient à préserver la mémoire du passé (tant au niveau individuel qu’au niveau collectif d’ailleurs), cela, répétons-le, ne fait aucun doute. Très peu d’auteurs de sa génération, même parmi les moins révolutionnaires ou iconoclastes, en ont appelé avec autant de déférence à la tradition. « La tâche modeste de l’écrivain, écrit par exemple Canetti dans le Cœur secret de l’horloge, est peut-être finalement la plus importante : la transmission des choses lues17 ». Seulement voilà : ce processus de « transmission » est-il identique avec ce que l’on entendait autrefois par « imitation des anciens » (et avec la notion de tradition dans sa signification étymologique) – ou recouvre-t-il autre chose de plus complexe ? Une partie de la littérature postmoderne18 est là pour le prouver : tout dépend de ce que l’on fait des modèles choisis. Comme le dit Umberto Eco dans son Apostille au « Nom de la Rose », « les livres parlent toujours d’autres livres, et chaque histoire raconte une histoire déjà racontée. Homère le savait, l’Arioste le savait, sans parler de Rabelais et de Cervantès19 ». Et cela ne les a pas empêché d’innover.

9Or, il n’est guère possible de se faire là-dessus une opinion un tant soit peu exacte en ce qui concerne Canetti, sauf à quitter et le point de vue de la critique des sources et des influences, et les voies traditionnelles du comparatisme historico-sociologique : le seul recours est une comparaison précise et non préconçue des textes en présence, ce qui suppose une orientation à la fois structuraliste et intertextuelle de l’analyse. Les questions que l’on doit se poser dans cette perspective sont les suivantes : qu’est-ce qui qualifie les auteurs élus par Canetti pour figurer dans sa galerie des ancêtres ? De quelle manière et dans quel but les a-t-il « assimilés » ? Et surtout, comment leur apport s’est-il matérialisé dans son œuvre ? Car l’intérêt d’une approche de Canetti par ses « ancêtres » ne saurait résider dans l’accumulation d’indices documentaires sur son goût littéraire, mais bien dans un éclaircissement de son œuvre. La présente étude est conçue comme une contribution, nécessairement limitée, à cette exploration nouvelle de l’œuvre de Canetti. Je m’en remets à l’auteur lui-même pour accréditer cette approche :

  • 20 « Unergründlich, was aus Autoren in anderen Autoren wird. Es geht nicht nur um Wiederholungen, um p (...)

« Stupéfiant, ce que des auteurs deviennent chez d’autres auteurs. Il ne s’agit pas seulement d’imitations, d’ornementations végétales, d’arabesques greffées sur des arabesques, de passion empruntée : il s’agit avant tout de malentendus, si inextricables qu’ils en deviennent féconds. On en arrive ainsi à d’étranges et singuliers produits, à des auteurs qui sont plus grands que leurs modèles20. »

  • 21 « Sobald festgestellt werden kann, daß ein Autor oder eine Autorengruppe von einem anderssprachigen (...)

10Cette image de la création littéraire comme déformation / reformation de modèles anciens est beaucoup plus proche, me semble-t-il, des conceptions postmodernes d’un Eco (ou des conceptions « proto-postmodernes » d’un Borgès) que de l’esprit d’imitation et d’« école » caractéristique de la tradition occidentale. Quant au rôle positif attribué au malentendu dans la « transmission des choses lues », il rappelle directement ce que certains comparatistes appellent « malentendu créatif » : en dehors des contacts historiques, sociologiques ou linguistiques susceptibles d’expliquer qu’une œuvre étrangère ait exercé une influence sur un auteur, il faut, dit Peter V. Zima, envisager l’hypothèse du « malentendu créatif, qui a lieu toutes les fois qu’un écrivain réagit à l’œuvre d’un autre sans comprendre dans quel contexte politique et culturel est née l’œuvre en question et quelles étaient les intentions de l’auteur en l’écrivant ». Et, ajoute-t-il, « dans la plupart des cas l’on a affaire à un mélange de ces deux réactions : l’œuvre lue dans un contexte étranger n’est jamais interprétée comme elle l’est dans la société où elle est née. Elle prend de nouvelles significations, souvent elle est simplifiée outre mesure ou tout simplement “mal comprise”21 ».

  • 22 Une étude approfondie de trois de ces « modèles » a été présentée dans ma thèse de doctorat, dont l (...)
  • 23 Je reviendrai sur la question de la déclaration (ou contrat d’hypertextualité) dans le premier chap (...)

11C’est dans cette perspective que se situe mon approche des modèles de Canetti22 : il ne s’agit pas – ou seulement de façon accessoire – d’éclairer les rapports de l’écrivain avec d’autres traditions littéraires (la tradition espagnole, en l’occurrence), mais d’interpréter une partie de son œuvre à la lumière d’un texte individuel bien précis, dont la valeur de modèle est attestée par Canetti et visible dans son roman même23. Don Quichotte est même plus qu’un « modèle » pour l’écriture d’Auto-da-fé : c’est en vérité un « pré-texte » (au double sens du terme) qui entre pour beaucoup dans la fabrication de l’œuvre nouvelle et dans la direction que l’auteur a voulu lui donner.

  • 24 Citons entre autres le colloque international et interdisciplinaire organisé par John Pattilo-Hess, (...)
  • 25 Gerald Stieg / Jean-Marie Valentin (éd.) : Canetti und die europäische Tradition. Actes du colloque (...)
  • 26 Je renvoie notamment à la thèse soutenue en septembre 1993 par Eric Leroy du Cardonnoy, qui replace (...)

12Il est à noter que, depuis le début de mon travail, la situation a évolué au sein de la recherche canettienne… fort heureusement. On constate en effet un élargissement de l’intérêt pour Canetti au-delà des frontières de la germanistique « pure »24, ainsi qu’un intérêt croissant des germanistes eux-mêmes pour les modèles « classiques » non allemands de Canetti. Le colloque sur « Canetti et la tradition européenne », qui s’est tenu à Paris en novembre 1995 sous la direction de Gerald Stieg et Jean-Marie Valentin, peut être considéré comme représentatif de cette ouverture du champ des recherches sur l’héritage de Canetti25. Pour l’instant, il s’agit encore principalement de contributions partielles publiées dans des revues ou des recueils de textes, mais il semblerait que cela aussi soit en train de changer26.

  • 27 Voir par exemple les divers articles de Claudio Magris, ou encore les travaux de Manfred Schneider (...)
  • 28 « Die Blendung […] proves to be a landmark of narrative forms as it has evolved with modern and pos (...)
  • 29 « Meine These ist folgende : Die Blendung ist als Canettis Absage an “die gesamte Romanliteratur” z (...)
  • 30 Axel G. Steussloff : Autorschaft und Werk Elias Canettis. Subjekt – Sprache – Identität. Würzburg : (...)

13Cette ouverture thématique va de pair avec un changement d’ordre théorique et méthodologique dans l’approche des textes de Canetti en général. La critique canettienne, qui s’est longtemps cantonnée (à quelques exceptions près27) au domaine de l’herméneutique traditionnelle, semble s’ouvrir enfin à des méthodes structuralistes, sémiologiques et déconstructivistes. De plus en plus de chercheurs étudient les textes de Canetti non plus à la manière traditionnelle (qu’elle soit biographique, phénoménologique ou simplement paraphrastique), mais au moyen d’une analyse textuelle qui prend en compte et les structures du texte et la problématique complexe des rapports auteur / narrateur / personnage / lecteur. Dans cette optique, l’œuvre de Canetti se révèle beaucoup plus « moderne » qu’on ne le pensait. Citons à titre d’exemple Robert Elbaz et Leah Hadomi, qui interprètent le roman de Canetti comme un « espace sémiotique déstabilisant et transgressif par rapport au signe romanesque, un champ de sémiotisations très élaborées28 ». Dans le même ordre d’idée, David Roberts voit dans Auto-da-fé « une révocation de la littérature romanesque toute entière » et un défi porté à la « fiction de la modernité29 ». Pour ce qui est des études approfondies, on peut citer la thèse d’Axel Steussloff, qui est centrée sur les problèmes de sujet, de langage et d’identité chez Canetti et porte sur l’ensemble de son œuvre30.

  • 31 « Canettis Roman der zur Schau gestellten Künstlichkeit von Romanfiguren läßt sich in seiner impliz (...)
  • 32 Gerhard Neumann (éd.) : Canetti als Leser, Fribourg / Breisgau : Rombach, 1996.
  • 33 « Es kann hier nur um eine bestimmte Art des Lesens gehen (noch ganz unabhängig von der Art des Gel (...)
  • 34 « “Canetti als Leser” heißt im folgenden also zunächst : Canetti als schreibender Leser – als ein L (...)

14Les deux tendances sont étroitement liées, et elle se rejoignent en particulier sur la question très actuelle de l’intertextualité, qui commence tout juste à préoccuper la recherche canettienne. En effet, du moment que l’on quitte les voies de la critique traditionnelle pour appréhender les textes en termes de texture plutôt qu’en termes d’« œuvre » (au sens mythologisant de ce mot), on s’ouvre naturellement à des recoupements avec d’autres textes, anciens et nouveaux. C’est ainsi que, récusant l’image d’un Canetti à l’esthétique conventionnelle, Markus Fauser met Auto-da-fé en rapport avec les œuvres d’auteurs tels qu’Unamuno et Nabokov31. Inversement, la prise en compte des « ancêtres » de Canetti n’a de sens, je l’ai dit, que si l’on abandonne l’idée d’une relation mimétique plus ou moins inconsciente et passive (« l’influence ») au profit d’une conception volontariste et transformationnelle du travail sur des textes délibérément choisis. C’est précisément dans cet esprit qu’a été conçu le recueil de textes publié tout récemment par Gerhard Neumann sous le titre Canetti als Leser32, dont l’un des auteurs, Dieter Lamping, écrit : « Il ne peut s’agir ici que d’une seule espèce de lecture (indépendamment de la nature des textes lus) : d’une lecture d’auteur qui a laissé des traces dans les propres écrits de Canetti – des traces qui, à leur tour, demandent à être lues et interprétées33 ». Ainsi la conception de Canetti comme lecteur (d’autres auteurs) doit être comprise, poursuit Lamping, au sens de « Canetti comme lecteur écrivant, c’est-à-dire comme lecteur qui écrit aussi sur sa lecture », et implique par conséquent une adaptation ou assimilation littéraire (literarische Verarbeitung) des textes « reçus34 ».

  • 35 Ce terme étant compris au sens large que lui donne Roland Barthes dans son essai sur « L’activité s (...)

15C’est dans cette optique que s’inscrit également la présente étude, dont la démarche se fonde, grosso modo, sur les acquis de la « nouvelle critique », particulièrement linguistique et structurale35, telle qu’elle s’est développée depuis les années soixante, et qui postule la possibilité d’une « science de la littérature » ; dans son orientation comparative, elle s’appuie sur la (les) théorie(s), plus récente(s), de l’intertextualité. Mais elle ne renie pas catégoriquement tous les éléments de la critique herméneutique : ainsi je ne prétends pas à un formalisme « pur », qui consisterait à étudier le texte « tout seul » en laissant de côté toute considération d’intentionalité. En effet, ce n’est pas n’importe quel texte auquel nous nous intéressons (par référence à une « science du discours » détachée de la personnalité de l’auteur), mais bien celui de Canetti : la responsabilité de l’auteur reste engagée, sa subjectivité est respectée ; mais ce n’est pas elle qui est au centre de mon étude. Je ne me soucie absolument pas de mettre à jour les « motivations profondes » (ou « cachées ») de Canetti dans un sens psychanalytique : cette étude est une lecture, non une enquête. Autrement dit, le contexte pris en compte est celui de l’écrivain, non de l’« homme » Canetti, ce qui englobe à la fois sa production objective (le roman étudié) et ses prises de positions théoriques. C’est par rapport à ce contexte uniquement que les déclarations de Canetti ont leur poids – en termes de « contrat d’hypertextualité ». Je définirai mes prémisses de manière précise au début du premier chapitre.

Notes

1 « Ein Dichter braucht Ahnen. » Das Augenspiel. Lebensgeschichte 1921-1931 (p. 278). Première édition : Munich : Hanser, 1985. L’édition à laquelle se rapportent les références de la présente étude est celle de Fischer (Francfort / Main, 1986). Traduction française de Walter Weideli (Jeux de regard, Albin Michel, 1987). Par la suite, cet ouvrage sera abrégé AS.

2 Cf. par exemple Peter Jansen : « Canetti ist ein unbequemer Schriftsteller, weil er eine unzeitgemäße Vorstellung vom Schriftsteller vertritt. » P. Jansen : « Erinnerung, Verwandlung, Aufklärung. Mythologie und Autobiographie in Canettis Fackel im Ohr. » in : Sprache im technischen Zeitalter n° 94, 1985, p. 128-145 (p. 128).

3 Je renvoie en particulier aux nombreuses publications de Gerald Stieg, très éclairantes pour ce qui est des rapports entre Canetti et ses principaux modèles et « contre-modèles » de langue allemande, et notamment avec la modernité viennoise : Kraus, Freud, Broch, Brecht, Doderer, Weininger, Sperber, Nietzsche (cf. bibliographie). Voir aussi : pour Goethe et la tradition autobiographique allemande, Martin Bollacher : « Ich verneige mich vor der Erinnerung. » In : Hüter der Verwandlung. Francfort / Main : Fischer, 1988, p. 245-259 ; pour le modèle de l’Aufklärung (Hegel, Schelling et Hölderlin), voir Peter Jansen : « Erinnerung, Verwandlung, Aufklärung. Mythologie und Autobiographie in Canettis Fackel im Ohr ». In : Sprache im technischen Zeitalter n° 94, 1985, p. 128-145 ; pour Freud et la comparaison avec Thomas Mann, Françoise Kenk : « Un résistant exemplaire à la psychanalyse dans la Vienne des années trente ». In : Austriaca n° 33, 1991, p. 79-87. Ce n’est là, bien entendu, qu’un choix limité de textes (pour une liste plus exhaustive, on se reportera à la bibliographie). Il s’agit seulement ici de montrer que ce domaine est déjà relativement bien balisé, contrairement au domaine international qui demeure plus ou moins inexploré.

4 Les rapports de Canetti avec la tradition juive et l’Ancien Testament ont également fait l’objet d’études sérieuses et bien documentées. Voir en particulier Martin Bollacher : « Mundus liber. Zum Verhältnis von Sprache und Judentum bei Elias Canetti. » In : S. Kaszynski (éd.) : Elias Canettis Anthropologie und Poetik, Munich : Hanser, 1985, p. 47-67. Et aussi Bernhard Greiner : « Das Bild und die Schriften der Blendung : Über den biblischen Grund von Canettis Schreiben. » In : Franz Link (éd.) : Paradeigmata : Literarische Typologien des Alten Testaments, 2e vol. : xxe siècle 1989, p. 543-562.

5 « Auf die Träume des Quevedo wurde ich damals gestoßen. Er wurde, nach Swift und Aristophanes, zu einem meiner Ahnen. Ein Dichter braucht Ahnen […]. » AS, p. 278.

6 « Tolstoi, der letzte Ahne. » GdW, p. 212-219.

7 « Ich müßte mich, rein sprachlich schon, zur Literatur Wiens zählen : Nestroy und Kraus. Aber dann gibt es die Autoren der europäischen Literaturen : Ich nenne jetzt nur die, die von entscheidender Bedeutung für mich waren : Swift, Aristophanes, Cervantes, Stendhal, Gogol, Lichtenberg, Büchner, Kafka. Aber auch das ist nicht weit genug gefaßt. Der sumerische Gilgamesch hat mein Leben seit dem Alter von 17 Jahren bestimmt. Die chinesischen Lehrer sind es, die ich von den Philosophen am häufigsten lese, Dschuang Dsi seit mehr als 50 Jahren. Und nun sehe ich, daß ich das Wichtigste gar nicht genannt habe : die Mythen der absterbenden Völker. Diese lese ich unaufhörlich, an ihnen erlebe ich täglich wieder, was Verwandlung ist, erlerne sie, übe sie, lebe ihr nach. Ein Dichter ist der Hüter der Verwandlungen und der, in dem sie nicht lebendig bleiben, stirbt vor der Zeit. » Gerald Stieg : « Questions à Elias Canetti. » In : Austrica n° 11 (n° spécial), p. 17-30 (p. 28-30). L’entretien a été publié en traduction française, mais le passage cité figure, en transcription du fac-similé original, à la page 29, ce qui m’a permis de rectifier quelques imprécisions dans la traduction de Claire Hauter : elle emploie à deux reprises les termes influence et influencer, là où Canetti évite justement – et selon moi exprès – la notion d’Einfluß.

8 « Immer noch liebe ich die alten Chinesen mehr als alles auf der Welt, mehr als die Vorsokratiker, mehr noch als die Bibel. » Az, p. 36.

9 Le germaniste anglais Edward Timms, qui a pris le risque de traiter le thème « Canetti et la Chine », n’a abordé la question – en prenant les plus grandes précautions – qu’à travers la comparaison avec Kraus. Cf. Edward Timms : « Canetti, Kraus and China. » In : A. Stevens / F. Wagner (éd.) : Londoner Symposium (actes du colloque de mai 1989). Stuttgart : Heinz, 1991, p. 21-32. Déplorant l’insuffisance de ses connaissances pour une analyse approfondie, E. Timms écrit : « The implications of this theme are so complex that it deserves systematic analysis, preferably by a scholar versed in Chinese. All that can be offered here is a preliminary outline of the problem, prompted by the contrasting attitudes of the two writers » (p. 26).

10 René Etiemble : Ouverture(s) sur un comparatisme planétaire. Paris : Bourgeois, 1988.

11 « Bei ganz wenigen Dichtern nur bin ich zu Hause. Bei diesen so sehr, daß ich mich nach sechzig Jahren nicht von ihnen lösen kann. Sie sind zu Obsessionen geworden, aber unsäglich glücklichen. » Az, p. 60.

12 Beatrix Kampel : « Ein Dichter braucht Ahnen. Canettis Begegnungen mit Literatur und Literaten im Spiegel seiner Autobiographie. » In : K. Bartsch / G. Melzer (éd.) : Experte der Macht. Elias Canetti. Graz : Droschl, 1985, p. 102-115.

13 « Der Schein des Disparaten trügt ; Canettis textinternen Leseerlebnissen, Autorenportraits, literarischen Urteilen und Zitaten liegen bestimmte ästhetische Vorlieben und kulturtheorethische Vorentscheidungen zugrunde, welche jedoch erst bei quantifizierender Erfassung und Auswertung des Textmaterials in aller Deutlichkeit hervortreten. » Beatrix Kampel : op. cit., p. 103.

14 « Canetti bewegt sich also seinem literarischen Geschmack zufolge eindeutig im liberalen großbürgerlichen Lager und fühlt sich zu Großschriftstellern mit kritischem Anstrich und traditioneller Ästhetik hingezogen. » Ibid., p. 105.

15 « [...] der literarische Privatkanon der Autobiographie spiegelt getreulich den zeitgenössischen Kanon der Literaturgeschichtsschreibung wider. » Ibid., p. 113.

16 « Die Kriterien für ein positives Urteil bleiben im Hintergrund, während die Wertung selbst ins Totale geht : Der Chemiestudent kann sich keine “bessere Art denken, einen Menschen kennenzulernen, als wenn man alles mit ihm bespricht, was in Dostojewski vorkommt” […]. Ähnlich vage fällt die Beurteilung von Einzeltexten aus. Der Don Quixote des Cervantes sei der “erste Roman” : “Ich vermisse nichts darin, keine moderne Erkenntnis […]” » Ibid., p. 104.

17 « Die bescheidene Aufgabe des Dichters ist am Ende vielleicht die wichtigste : das Weitertragen des Gelesenen. » GdU, p. 117.

18 C’est-à-dire celle que, reprenant la formule de John Barth, on pourrait appeler la « littérature de la plénitude ». Cf. John Barth : « The Literature of Replenishment : Postmodernist Fiction » (1980). In : J. B. : The Friday Book : Essays and Other Nonfiction. New York : G. P. Putnam’s Sons, 1984, p. 194-206.

19 Eco, Umberto : Apostille au « Nom de la Rose. » Paris : Grasset (livre de poche), 1985, p. 25.

20 « Unergründlich, was aus Autoren in anderen Autoren wird. Es geht nicht nur um Wiederholungen, um pflanzenhaften Schmuck, um Arabesken zu Arabesken, um geliehene Leidenschaft – es geht vor allem um Mißverständnisse, so unauflösliche, daß sie fruchtbar werden. So kommt es zu ganz absonderlichen und rätselhaften Gebilden, zu Autoren, die größer sind als ihre Vorbilder. » FP, p. 127. (C’est Canetti qui souligne.)

21 « Sobald festgestellt werden kann, daß ein Autor oder eine Autorengruppe von einem anderssprachigen Autor beeinflußt wurde, stellt sich die typologische Frage nach der historischen, gesellschaftlichen und sprachlichen Beschaffenheit der kulturellen Kontexte, die ein solcher Kontakt involviert : Können Parallelentwicklungen aufgezeigt werden, die erklären, weshalb es nicht bei einem flüchtigen und folgenlosen Kontakt blieb, sondern das Werk eines Autors auf das eines anderen eingewirkt hat ? Oder handelt es sich um ein kreatives Mißverständnis, das immer dann zustande kommt, wenn ein Schriftsteller auf das Werk eines anderen reagiert, ohne zu verstehen, in welchem politischen und kulturellen Kontext das rezipierte Werk entstand und was der Autor damit bezweckte ? – In den meisten Fällen haben wir es mit einer Mischung dieser beiden Reaktionen zu tun : Das im fremden Kontext gelesene Werk wird nie so gedeutet wie in der Gesellschaft, in der es entstanden ist. Es nimmt neue Bedeutungen an und wird häufig unzulässig vereinfacht oder “mißverstanden” […] » Peter V. Zima : Komparatistik. Tübingen : Francke, 1992, p. 132 / 133.

22 Une étude approfondie de trois de ces « modèles » a été présentée dans ma thèse de doctorat, dont la présente publication constitue un extrait : « Canetti, lecteur de Cervantès, Gogol et Stendhal : Formes de l’intertextualité dans l’œuvre romanesque et autobiographique d’Elias Canetti. » Paris III, 1997.

23 Je reviendrai sur la question de la déclaration (ou contrat d’hypertextualité) dans le premier chapitre de mon analyse.

24 Citons entre autres le colloque international et interdisciplinaire organisé par John Pattilo-Hess, et qui se tient chaque année (depuis 1988) à Vienne. Cf. John Pattilo-Hess (éd.) : Canettis « Masse und Macht » oder Die Aufgabe des gegenwärtigen Denkens. Vienne : Österreichischer Bundesverlag, 1988-1994.

25 Gerald Stieg / Jean-Marie Valentin (éd.) : Canetti und die europäische Tradition. Actes du colloque de Paris, 16-18 novembre 1995. Berne : Peter Lang (= Jahrbuch für internationale Germanistik. Reihe A. Kongreßberichte. Bd. 44), 1997.

26 Je renvoie notamment à la thèse soutenue en septembre 1993 par Eric Leroy du Cardonnoy, qui replace les Réflexions de Canetti dans la tradition d’une « esthétique de la discontinuité » représentée par les présocratiques, Confucius, Pascal, Lichtenberg, Nietzsche et Karl Kraus. Eric Leroy du Cardonnoy : Les « Réflexions » d’Elias Canetti : une esthétique de la discontinuité. Berne : Peter Lang (= Contacts III, 38), 1997.

27 Voir par exemple les divers articles de Claudio Magris, ou encore les travaux de Manfred Schneider (cf. bibliographie).

28 « Die Blendung […] proves to be a landmark of narrative forms as it has evolved with modern and postmodern novelistic expression. Indeed, despite the apparent neglect it has known from its publication in the 1930s until 1981, when the author was awarded the Nobel Prize, this novel constitutes a “topos” : a destabilizing and transgressive semiotic space with regard to the evolution of the novelistic sign, a field of play for very elaborate semiotizations. » Robert Elbaz et Leah Hadomi : « Text and Metatext in Canetti’s Fictional World. » In : The German Quaterly 67, 1994, t. 4, p. 521-533 (p. 521).

29 « Meine These ist folgende : Die Blendung ist als Canettis Absage an “die gesamte Romanliteratur” zu lesen. In dem Roman geht es um eine Aufhebung, genauer um die selbstzerstörerische Selbstaufhebung der Fiktion der Moderne : die eingebildete Trennung von Kopf und Welt, Subjekt und Objekt, innen und außen, diese Illusion der modernen Subjektivität, die dem Roman als Gattung zugrunde liegt. » David Roberts : « Die Blendung der gesamten Romanliteratur. Bemerkungen zu Canettis paradoxer Romanpoetik ». In : G. Neumann (éd.) : Canetti als Leser, p. 49-58. Fribourg / Breisgau : Rombach, 1996, p. 49-58 (p. 50).

30 Axel G. Steussloff : Autorschaft und Werk Elias Canettis. Subjekt – Sprache – Identität. Würzburg : Königshausen & Neumann, 1994.

31 « Canettis Roman der zur Schau gestellten Künstlichkeit von Romanfiguren läßt sich in seiner implizit mitreflektierten Problematik des Lesens, des Verstehens als ein moderner Roman bezeichnen, der, entgegen der häufig behaupteten bloßen Herkömmlichkeit seiner Erzähltechnik, in eine literarische Reihe mit anderen Texten gehört, die auf vergleichbare Weise vorgehen. » Markus Fauser : « Eremiten in der Bibliothek. Canettis Büchermensch im Hinblick auf seine Verwandten bei Unamuno und Nabokov. » In : Euphorion 88, 1994 : t. 2, p. 184-209 (203).

32 Gerhard Neumann (éd.) : Canetti als Leser, Fribourg / Breisgau : Rombach, 1996.

33 « Es kann hier nur um eine bestimmte Art des Lesens gehen (noch ganz unabhängig von der Art des Gelesenen) : um die Lektüre eines Autors, die Spuren in Canettis eigenen Schriften hinterlassen hat – Spuren, die selbst wieder gelesen und gedeutet werden müssen. » Dieter Lamping : « “Zehn Minuten Lichtenberg”. Canetti als Leser anderer Aphoristiker. » In : G. Neumann (éd.) : Canetti als Leser, op. cit., p. 113-125 (p. 115).

34 « “Canetti als Leser” heißt im folgenden also zunächst : Canetti als schreibender Leser – als ein Leser also, der auch über seine Lektüre schreibt. […] Es versteht sich von selbst, daß damit noch keine Auskunft über seine Lektüre im ganzen gegeben werden kann, sondern nur über ihre literarische Verarbeitung. » Ibid.

35 Ce terme étant compris au sens large que lui donne Roland Barthes dans son essai sur « L’activité structuraliste » : le structuralisme n’est « ni une école ni un mouvement » (p. 212), et « le but de toute activité structuraliste, qu’elle soit réflexive ou poétique, est de reconstituer un “objet”, de façon à manifester dans cette reconstitution les règles de fonctionnement (les “fonctions”) de cet objet » (p. 214). R. Barthes : « L’activité structuraliste » (1963). In : Essais critiques. Paris, Seuil, 1971, p. 213-220.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search