Version classiqueVersion mobile

Principes de géographie humaine

 | 
Paul Vidal de La Blache

Première partie. La répartition des hommes sur le globe

Chapitre IV

L’agglomération européenne

Texte intégral

I. Les limites

1Parmi les quatre groupes d’agglomération humaine — Inde, Chine, Europe, États-Unis —, le groupe européen est aujourd’hui le principal. Dans la répartition de l’espèce humaine sur le globe, il représente un foyer dont l’action se répercute partout ; comme puissance numérique et économique, il est le bloc prépondérant qui met son poids dans la balance.

  • 1 E. Levasseur, Statistique de la superficie et de la population des contrées de la terre. 1re partie (...)

2Cette supériorité numérique est de date récente. Il est probable qu’au commencement du xixe siècle la population de l’Europe n’atteignait pas le chiffre déjà atteint par l’Inde et la Chine : elle s’élevait, d’après les calculs les plus plausibles, à 175 millions environ1. Si l’on considère qu’avant les vides, pour le moment incalculables, causés par la guerre, elle était évaluée, en 1914, à 448 millions, il en résulte un accroissement d’environ 150 % dans une période dépassant à peine un siècle. La densité moyenne, qui était à peu près de 19 % en 1800, était arrivée à dépasser, dans ces dernières années, le chiffre de 45 %. Il est vrai qu’une moyenne s’étendant indistinctement à l’Europe entière perd beaucoup de sa valeur. Un trait plus significatif de cette statistique rétrospective est que, vers 1815, aucune grande région sur le continent européen n’avait une densité comparable à celle du Royaume lombard-vénitien, soit 90 habitants par kilomètre carré : la richesse agricole, le legs historique de grands travaux publics expliquaient cette supériorité. Cette contrée a notablement accru sa population dans le cours du dernier siècle ; mais, sans parler de la Grande-Bretagne, la Belgique, la Province rhénane, la Saxe montrent aujourd’hui une densité supérieure à la sienne.

  • 2 D’après E. Levasseur, l’accroissement de population de la Russie d’Europe, entre 1830 et 1908, aura (...)

3La répartition a donc varié aussi bien que l’effectif total. Des déplacements de densité ont eu lieu. On est en présence d’un fait en marche, provoquant des chocs en retour qui se transmettent d’une contrée à l’autre. Car c’est, depuis un demi-siècle environ, dans l’Europe orientale, en Russie notamment2, que l’accroissement de la population procède à l’allure la plus accélérée. Sans doute, des obstacles de climat s’opposent à ce que l’Europe, dans sa totalité, soit entraînée dans ce mouvement : néanmoins l’organisme européen est tel aujourd’hui que les nerfs moteurs agissent avec force jusqu’aux extrémités des membres.

  • 3 Bergen, 77 000 hab. ; Kristiania, 242 000 hab. ; Stockholm, 386 000 hab. ; Helsingfors, 161 000 hab (...)
  • 4 Norvège septentrionale ; Suède septentrionale (Norrland) ; Finlande septentrionale ; Gouvernements (...)
  • 5 En Finlande, sur une population totale de 3 millions environ, 429 000 habitent des villes de plus d (...)

4Le cadre dans lequel se circonscrit, actuellement du moins, l’agglomération européenne, pourrait être approximativement tracé, au Nord, par le 60° de latitude. Au-delà de cette ligne, le long de laquelle s’échelonne, en avant-postes, une rangée de grandes villes3, s’étend une vaste région (2 500 000 kilomètres carrés environ) où la densité de population ne dépasse guère au total 3 habitants par kilomètre carré4. Cependant, baignée au Nord par une mer qui reste généralement libre, cette région, depuis dix siècles au moins, est entrée dans le cercle d’attraction des contrées voisines. Ce sont d’abord les pêcheries qui ont attiré les hommes ; puis, dans la suite des siècles, le commerce des bois et des fourrures, aujourd’hui les mines et l’énergie hydraulique. L’exploitation de ces ressources nouvelles a imprimé un accroissement sensible, depuis un demi-siècle, à la population de ces « confins de l’œcoumène ». Comme dans tous les pays de colonisation, les villes maritimes en ont surtout profité : les deux tiers de la population norvégienne sont sur les côtes, et l’on remarque, en Scandinavie comme en Finlande, une proportion relativement forte de population urbaine5. Mais les ressources nourricières sont trop indigentes pour laisser beaucoup de marge à l’accroissement ; l’émigration, qui s’y développe au moins aussi vite que la natalité, et même, à l’occasion, des famines se chargent d’y mettre un terme.

  • 6 Kazan’, 194 000 hab. ; Samara, 144 000 hab. ; Saratov, 235 000 hab. ; Tsaristsyn, 100 000 hab. ; As (...)

5À l’Est, la ligne de démarcation qui circonscrit l’agglomération européenne a un caractère historique autant au moins que géographique. Elle touche à la steppe saline, mais sans borner la région fertile de la terre noire. On peut la considérer comme la ligne provisoire autour de laquelle oscille le pendule, entre le domaine des sociétés assises et celui des groupes plus ou moins instables. Elle est jalonnée, comme la limite septentrionale, par une série de villes rapidement grandissantes, entre lesquelles la Volga sert de lien6. Au-delà, dans les gouvernements d’Oufa, Orenbourg, Astrakhan’, sur une superficie au moins égale à celle de la France, la densité de la population ne dépasse guère en moyenne une douzaine d’habitants par kilomètre carré. Entre cette région faiblement peuplée et les contrées d’accroissement rapide et continu qui se prolongent jusqu’à la rive occidentale du grand fleuve, le contraste actuel exprime la lisière vers laquelle expire la civilisation européenne. Dans ses étapes successives, c’est par une rangée de villes qu’elle a procédé, qu’elle a fait front contre la barbarie ; et ce sont des fleuves qui ont servi d’appui à ces fondations urbaines. Tour à tour le Rhin et le Danube, puis, lorsque l’œuvre romaine fut reprise par les Carolingiens et le Saint-Empire germanique, l’Elbe, la Saale et l’Elster, plus tard encore l’Oder, la Vistule et le Dniepr ont vu sur leurs bords s’établir, en rapports les unes avec les autres, des rangées de villes : portes d’entrée et de sortie entre deux mondes, à la fois centres de propagande religieuse, places d’armes, lieux de foires et de commerce. Mersebourg, puis Leipzig ; Magdebourg et Hambourg ; Breslau et Dantzig ; Riga et Kiev, tracent des lignes successives. Elles anticipent, dans le développement de l’Europe, sur le rôle futur des villes commerçantes qui, de Nijnîï-Novgorod à Astrakhan’, centralisent autour de la Volga les relations de l’Europe orientale et des steppes.

6La ville a son rôle à part dans la formation du peuplement. C’est un organe politique, un nœud de rapports. Elle est l’expression d’autres phénomènes que le village, c’est pourquoi elle peut exister indépendamment de lui. L’Amérique et l’Australie apportent de récents exemples de grandes villes suivant leurs destinées sans le cortège de moindres établissements qui les accompagne en Europe. Elles servent de points de ravitaillement d’où la population s’élance à de nouvelles conquêtes.

II. Point de départ et conditions d’extension

7Il reste donc que plus des deux tiers de l’Europe constituent, au point de vue de la population, un groupe à peu près compact de densité élevée. On distingue bien encore dans cet ensemble des parties faiblement peuplées, mais elles sont entamées de toutes parts, et de plus en plus réduites à la retraite que leur laissent les hautes montagnes, les forêts ou les surfaces marécageuses. Les interstices diminuent entre les rangs pressés qui les assiègent. En somme, il n’y a pas entre les mailles de ce tissu d’intervalles vides, comparables à ceux qui séparent l’Inde de la Chine ; ou, dans l’Inde même, le Pendjab du Pays des Mahrattes, le Bengale du Carnatic.

8Les agglomérations asiatiques sont nées et ont grandi sous l’influence d’une cause principale, le climat des moussons. Des centres de densité sporadiques se sont rapprochés et ont formé masse, grâce à une collaboration de pluies, de soleil et de fleuves, surexcitant presque sans répit la force productive du sol. Les phénomènes humains se laissent malaisément circonscrire en des limites précises ; on constate toutefois que c’est approximativement entre 10° et 40° de latitude Nord que se localisent ces foyers humains. L’agglomération européenne, au contraire, ne touche que par ses extrémités méridionales à cette zone terrestre. L’œuvre qui a abouti à réunir en Europe près du quart de la population du globe, s’est généralement accomplie dans des conditions de climat et de latitude dont les exigences dépassent de beaucoup celles des contrées tropicales ou subtropicales. Elle représente par là quelque chose d’original dans l’histoire du peuplement du globe. Elle se distingue ainsi, non seulement des agglomérations antiques qui ont eu pour siège l’Asie orientale et l’Égypte, mais même de celles qui sont en voie de formation dans les contrées d’Amérique ; bien que, à vrai dire, celles-ci n’étant encore qu’à leur premier stade, il soit difficile de se prononcer sur leur future extension.

  • 7 Alphonse de Candolle, Origine des plantes cultivées, Paris, 4e éd., 1896. — Voir, dans la Geographi (...)

9Le phénomène qui a accumulé dans cette péninsule de l’ancien monde la masse principale d’humanité, présente une évolution plus complexe que celles que nous avons déjà cherché à retracer. Le fait initial cependant paraît être, ici comme ailleurs, l’abondance de ressources végétales propres à la nourriture de l’homme. L’Europe, sous ce rapport, surtout dans les parties de son territoire que n’ont pas atteintes les éliminations des périodes glaciaires, n’est pas moins richement dotée que les régions qui semblent, au dire des botanistes, avoir le plus contribué à enrichir le patrimoine de ressources alimentaires : l’Inde, le Soudan, ou la Chine7. Quelques-unes des céréales les plus utiles, froment et orge, nombre de légumes, tels que fèves, pois, lentilles, apparaissent sur les bords européens de la Méditerranée, soit comme indigènes, soit comme des emprunts très anciens à des contrées limitrophes. L’acclimatation des végétaux qui se concentrent autour du domaine méditerranéen, trouva dans le commerce de bonne heure allumé sur ses bords un véhicule naturel ; ajoutons que, au centre même de cette mer, la féconde Sicile semblait prédestinée à servir d’organe de transmission. Parmi les ressources nourricières dont s’enrichit progressivement l’Europe, la Méditerranée a fourni la plus grande part, mais non la seule. La diversité des plantes alimentaires dont Pline l’Ancien fait mention comme en usage chez les peuples sub- ou trans-alpins, est très remarquable, confirmée d’ailleurs par les trouvailles préhistoriques. Nous évitons de mentionner les ressources que l’alimentation pouvait tirer de la chasse ou de l’élevage, puisqu’il ne s’agit que de genres de vie favorables à la formation d’un peuplement dense.

  • 8 Il y a vingt ans, la nourriture d’un tisseur de Tch’eng-tou, dans la populeuse province du Sseu-tch (...)
  • 9 Al. de Laborde, Itinéraire de l’Espagne, Paris, 1828, p 112.
  • 10 Commission Impériale de Russie à l’Exposition Universelle de 1900, La Russie Extra-Européenne et Po (...)

10Par la facilité de l’existence, avec les avantages et les inconvénients qu’elle entraîne, les parties de l’Europe situées au Sud de 40° se rapprochent de celles qui ont favorisé en Asie l’épanouissement de l’espèce humaine. C’est en pensant à elles que Mirabeau a pu parler de contrées où « les efforts des pires gouvernements ne réussiraient pas à empêcher la population de s’accroître ». En réalité, elle ne s’est pas toujours accrue dans le royaume de Naples et dans l’Espagne méridionale, et elle a subi bien des régressions temporaires ; mais on doit reconnaître qu’elle a toujours montré, dans les circonstances propices, tendance à s’accumuler. Ce n’est guère que dans les grandes villes du Sud de l’Italie et de l’Espagne que se rencontre ce prolétariat vivant de peu dont se surchargent les agglomérations de l’Inde ou du Sud de la Chine8, ou même l’hexapole qui garnit le pied des montagnes, dans le Turkestan oriental. Sans doute, à défaut d’autres besoins, celui de la nourriture quotidienne s’impose ; mais cette question même perd de son acuité et devient, suivant les saisons, tout à fait aisée à résoudre. « À Murcie, écrivait de Laborde9, on ne saurait trouver une servante pendant l’été ; et beaucoup de celles qui sont placées quittent leurs conditions à l’entrée de la belle saison. Alors elles se procurent aisément de la salade, quelques fruits, des melons, surtout du piment ; ces denrées suffisent à leur nourriture. » On peut rapprocher ce témoignage de ceux qui nous viennent des oasis du Turkestan, situées environ aux mêmes latitudes, au sujet de ces populations qui conservent à Kachgar, Yarkand et Khotan, les vieilles traditions d’agriculture iranienne. « Pendant les mois d’été, dit Semenof10, les fruits et les melons suffisent à remplacer la charité publique. » Là aussi, cette manne périodique est une prime à l’oisiveté et au farniente. La nature se charge, moyennant le minimum d’efforts, et pour ainsi dire au rabais, de pourvoir aux nécessités qui grèvent, sous d’autres latitudes, les sociétés humaines.

11Cependant les contrées européennes où l’homme peut s’affranchir de la continuité de l’effort, sont l’exception. À peine a-t-on dépassé d’une centaine de kilomètres les rives de la Méditerranée que les exigences de climat se multiplient. Elles s’imposent déjà aux populations circum-alpines, balkaniques et danubiennes : combien plus encore à celles qu’on entrevoit dès les premières lueurs de l’histoire, groupées le long des terres fertiles qui suivent environ le 50° de latitude, et se prolongent, par l’archipel danois, jusqu’au Sud de la Suède ! En face de ces longs hivers, de ces brumes, de ces intempéries incompatibles avec la vie en plein air, chère au Napolitain de nos jours comme à son ancêtre de Pompéi, l’abri, le vêtement, le chauffage, l’éclairage viennent singulièrement compliquer le problème de l’existence. Ce fut une nécessité naturelle qui substitua aux draperies flottantes les vêtements serrés au corps, la saie, les braies gauloises ; qui ajuste au sommet de l’habitat un toit élevé, et fortement incliné pour permettre le ruissellement des pluies. Cet habitat, surtout, prend une importance plus grande dans la vie quotidienne ; ce n’est plus l’installation sommaire où l’on s’accommode après journée passée sur les places publiques, mais le séjour où se pratiquent les travaux d’hiver, où s’entretiennent les industries domestiques, le home, la maison avec toutes les idées et les sentiments qu’elle éveille. Croître et multiplier devient, dans ces conditions, un précepte qui suppose l’effort, et au succès duquel concourent des facteurs de temps, d’ingéniosité, de persévérance.

  • 11 F. Le Play, Les ouvriers européens, 2e édition, Paris, 1877, t. III. Ducpétiaux, Budgets économiq (...)
  • 12 M. Rubin, art. cité, p. 32, 64.

12Au-delà du 40° de latitude, l’homme doit compter avec des nécessités d’habitat, de vêtement — outre la nourriture — qu’on peut comparer à ces poids supplémentaires dont on charge dans les courses certains concurrents. Plusieurs sociologues, depuis Le Play, se sont attachés à analyser les budgets d’ouvriers ruraux ou urbains en différentes contrées d’Europe11. Parmi les exemples qu’ils apportent, je choisis de préférence ceux qui concernent les régions où s’est le plus manifesté de nos jours l’accroissement de la population. En Belgique, en Saxe, en Westphalie (Solingen), à Sheffield, la répartition des dépenses s’établit à peu près sur les bases suivantes : 60 à 65 % pour la nourriture, 15 à 20 % pour le vêtement, 12 % pour le logement, 5 % pour le chauffage et l’éclairage. D’après des évaluations plus récentes, dont le Danemark, pays très prospère, a été l’objet, les dépenses de nourriture ne représentent plus guère pour chaque famille que la moitié de la totalité des dépenses, la proportion restant à peu près la même pour le reste12. Le même observateur fait cette remarque générale que plus le budget est petit, plus est grande la proportion des dépenses de nourriture.

  • 13 F. Grenabd, ouvr. cité, p. 165.

13On peut étendre la portée de cette observation. Quand le tisserand de Tch’eng-tou a prélevé sur son maigre salaire la somme nécessaire à son écuelle de riz, il est fort à prévoir que le superflu, s’il en reste, passe à la maison de jeu. Dans l’Inde, lorsque la hausse du coton, provoquée par la guerre de Sécession américaine, eut répandu l’argent chez les cultivateurs du Dharvar, les bénéfices, dit-on, enrichirent surtout le bijoutier de village. Ne sait-on pas enfin combien, même dans nos contrées méridionales d’Europe, le goût de la parure, du jeu (loterie) prime tout autre emploi des bénéfices aléatoires dont éventuellement on dispose ? Il existe donc des climats où, après satisfaction donnée aux besoins de nourriture, l’homme moyen, qui représente en somme le principal élément numérique de la population, peut à peu près impunément se livrer à ses fantaisies. Tout autre est la conception sociale qui résulte, dans nos climats, de ce que Montesquieu appelle le « nécessaire physique ». Les devoirs grandissent avec les nécessités, éliminent ou du moins rabaissent à un niveau très inférieur cet élément de parasitisme qui fait pulluler, dans des climats moins exigeants, la mendicité et le vagabondage. Le mendiant n’y est plus « un être aimé de Dieu »13. Une considération impérieuse s’attache à l’extérieur du logement et de la personne, à ce qui constitue le confort et ce qu’exprime bien la formule anglaise, standard of life.

14Cependant, pour subvenir non seulement à ces exigences, mais en outre aux obligations qu’impose la vie moderne, impôts, hygiène, éducation, délassements, etc., l’effort est nécessaire. Il faut créer plus de ressources pour tenir tête à plus de devoirs. Nos contrées d’Europe centrale ou septentrionale en offraient-elles les moyens ? Elles ne paraissaient pas de prime abord disposées par la nature pour entretenir des multitudes pareilles à celles des bords du fleuve Bleu ou du Gange. Si pourtant elles les égalent ou dépassent, c’est parce qu’elles ont su tirer des ressources naturelles plus que n’ont fait les sociétés asiatiques. Aux produits du sol elles ont ajouté ceux du sous-sol ; avec les ressources de l’agriculture elles ont combiné celles de l’élevage. Elles ont appelé enfin la science à leurs secours. La formation de l’agglomération européenne apparaît ainsi comme une œuvre d’intelligence et de méthode presque autant que de nature.

III. Rôle des relations commerciales

15Ce progrès n’a pas été le privilège d’une race. Non qu’il faille révoquer en doute les qualités supérieures dont l’homme a fait preuve en Europe pour mettre en valeur avec plus d’intensité qu’ailleurs les ressources que recélait le milieu. Mais il ne faut pas oublier, quand il est question de l’Europe, la correspondance naturelle qui en unit toutes les parties. Par son effilement progressif en forme de péninsule, son exiguïté relative, par les facilités de passages qui atténuent l’obstacle des chaînes ou des massifs qui la sillonnent, par les voies naturelles qu’ouvrent ses fleuves, les peuples très divers, très hétérogènes que les circonstances y ont groupés, ne tardent jamais longtemps à entrer en communications réciproques. Le localisme, cause de stagnation, ne tient pas longtemps ; de telle sorte que le progrès accompli par les uns n’est pas perdu pour les autres. Le nombre de contrées qui échappent au mouvement général se réduit d’âge en âge, et soit plus lentement, soit plus vite, chacun prend le pas dans l’avance économique.

  • 14 Feu Woeikof était très frappé de la puissance de l’exemple. Dans une lettre inédite que j’ai sous l (...)

16Tout ce que nous savons du passé de l’Europe tend à montrer quel rôle ont joué, dans la marche de sa civilisation, l’imitation et l’exemple14.

  • 15 J. Déchelette, Manuel d’archéologie préhistorique…, t. II, 2e et 3e parties, Paris, 1913-1914, p. 6 (...)
  • 16 Voir : J. J. A. Worsaæ, La colonisation de la Russie et du Nord scandinave et leur plus ancien état (...)

17Le grand épanouissement de population et de richesse que, dans les cinq siècles qui précèdent l’ère chrétienne, les étiquettes de Hallstatt, puis de La Tène, signalent au Nord des Alpes et dans le Nord-Est de la Gaule, coïncide avec l’affluence croissante de relations méditerranéennes15. L’imitation des monnaies macédoniennes, des objets étrusques, la formation d’un art mixte « de style romain provincial » que révèlent les trouvailles sur les bords du Rhin et du Danube16, sont les indices d’une transformation économique qui a pénétré l’état social.

  • 17 Strabon, IV, 1, 2 ; id., 4, 3 (où revient le mot πολυxνθρωπία).
  • 18 « Le manque d’enfants et en définitive la disette d’hommes s’empara, de nos jours, de la Grèce enti (...)
  • 19 J. J. A. Worsaæ (mémoire cité, et La civilisation danoise à l’époque des Vikings, dans Mém. Soc. R. (...)

18On peut conclure du témoignage de Strabon17 qu’un accroissement de population fut, en Gaule, un des premiers résultats de la paix romaine, bien que ces fertiles contrées d’Occident ne dussent pas échapper à la longue à « la disette d’hommes »18, au dépeuplement, dirions-nous, qui atteignait déjà la Grèce et les contrées ayant, comme elles, supporté le faix d’un long effort de civilisation. L’impulsion qu’avait éprouvée l’Europe centrale, celle du Nord la ressentit à son tour, lorsque, vers le Ve siècle de l’ère chrétienne, la navigation et l’agriculture eurent à leur disposition un outillage plus perfectionné que celui des anciens âges de bronze19. Le Nord scandinave devint alors le foyer de cette fermentation de peuples qui avait secoué, quatre ou cinq cents ans auparavant, le monde celtique.

  • 20 « On suppose, écrivait Adam Smith, qu’il ne faut pas moins de 500 ans pour doubler le nombre des ha (...)

19Il faut avoir les yeux sur ces causes générales pour se rendre compte du fait qui est proprement le sujet de notre étude : la formation en Europe du principal groupe humain qui existe actuellement sur le globe. C’est le résultat d’une œuvre de longue haleine, qui a procédé, non d’un mouvement continu, mais par saccades ; qui a été traversée par des catastrophes, qui a connu des périodes de régression, mais dont pourtant on peut marquer les étapes, et qui, finalement, se totalise par un progrès de beaucoup supérieur aux prévisions de la plupart des penseurs du xviiie siècle20. Par additions successives, dont approximativement on peut estimer les dates, le domaine d’occupation intensive s’est agrandi. Dans cette série de conquêtes, les principales batailles ont été gagnées sur les forêts, qu’on a défrichées ; sur les marais, qu’on a desséchés ; sur les montagnes, qu’on a adaptées à l’économie pastorale ; sur les alluvions, qu’on a arrachées à la mer. Enfin, il y a un siècle et demi, l’aurore de la grande industrie s’est levée dans une contrée de la Grande-Bretagne, où se concentraient le fer et la houille. Parmi les artisans de l’œuvre qui s’élabora alors autour de Birmingham, de Manchester, de Sheffield et de Newcastle, plus d’un promoteur est sorti de ce milieu social que nous cherchions, dans les pages qui précèdent, à caractériser d’après les budgets d’ouvriers. L’exemple de l’Angleterre a gagné le continent. Les nécessités de la grande industrie se sont traduites par un accroissement en proportions inouïes des forces de transport, de sorte que le mouvement commercial n’a pas cessé et ne cesse pas de s’étendre.

20Qu’une période sans exemple d’inventions mécaniques ait donné l’essor à un accroissement sans précédents de population, c’est un fait de nature à jeter quelque lueur sur le genre de causes qui ont la prépondérance dans l’évolution du peuplement humain. Il correspond à l’éveil d’initiatives, à une plus grande somme d’énergie et d’intelligence appliquées à l’exploitation des ressources naturelles. La création de richesses nouvelles réclame et appelle à son secours un plus grand nombre de forces humaines ; un accroissement en résulte. Mais le flot s’aplanit en s’étendant. Il arrive tôt ou tard que cette création engendre aussi de nouveaux besoins, qu’elle introduit des habitudes qui peu à peu produisent à leur tour leurs effets sur la marche du peuplement. Des répercussions diverses, même en sens contraire, peuvent naître suivant les temps et les lieux. Le progrès porte en lui-même ses correctifs. Devant ces faits gros de conséquences, il faut s’attendre à ce que le phénomène démographique, en se déroulant dans son ampleur, se montre sous des faces très diverses.

Notes

1 E. Levasseur, Statistique de la superficie et de la population des contrées de la terre. 1re partie : Europe (Bull. Institut Intern. de Stat., I, liv. 3-4, 1886, p. 110 et suiv.).

2 D’après E. Levasseur, l’accroissement de population de la Russie d’Europe, entre 1830 et 1908, aurait été de 186 % ; plus que double de celui de la Grande-Bretagne dans la même période. (La répartition de la race humaine sur le globe terrestre, dans Bull. Institut Intern. de Stat., XVIII, liv. 2, 1909, p. 48-63.)

3 Bergen, 77 000 hab. ; Kristiania, 242 000 hab. ; Stockholm, 386 000 hab. ; Helsingfors, 161 000 hab. ; Petrograd, 2 133 000 hab.

4 Norvège septentrionale ; Suède septentrionale (Norrland) ; Finlande septentrionale ; Gouvernements d’Arkhangel’sk, Olonets, Vologda.

5 En Finlande, sur une population totale de 3 millions environ, 429 000 habitent des villes de plus de 20 000 âmes. (Société de Géographie de Finlande, Atlas de Finlande, 1910.) — La proportion est encore plus forte en Norvège.

6 Kazan’, 194 000 hab. ; Samara, 144 000 hab. ; Saratov, 235 000 hab. ; Tsaristsyn, 100 000 hab. ; Astrakhan’, 162 000 hab.

7 Alphonse de Candolle, Origine des plantes cultivées, Paris, 4e éd., 1896. — Voir, dans la Geographische Zeitschrift (t. V, 1899), un essai de classement des plantes utiles suivant leur provenance, par F. Höck. « Les pays de la Méditerranée, conclut-il, paraissent au nombre des plus richement pourvus » (p. 400).

8 Il y a vingt ans, la nourriture d’un tisseur de Tch’eng-tou, dans la populeuse province du Sseu-tchouan, représentait par jour environ 18 centimes et demi de notre monnaie. (Chambre de Commerce de Lyon, La Mission lyonnaise d’exploration commerciale en Chine, 1895-1897, Lyon, 1898, 2e partie, p. 269.)

9 Al. de Laborde, Itinéraire de l’Espagne, Paris, 1828, p 112.

10 Commission Impériale de Russie à l’Exposition Universelle de 1900, La Russie Extra-Européenne et Polaire, par P. de Semenof, Paris, 1900, p. 161. — E. Huntington, The Puise of Asia…, Boston and New York, 1907, p. 151. — F. Grenard, Le Turkestan et le Tibet… (J.-L. Dutreuil de Rhins, Mission scientifique dans la Haute Asie, 1890-1895, Deuxième partie, Paris, 1898, p. 165.)

11 F. Le Play, Les ouvriers européens, 2e édition, Paris, 1877, t. III. Ducpétiaux, Budgets économiques des classes ouvrières en Belgique, Bruxelles, 1855. Pour une période plus moderne, Ernst Engel, Die Lebenskosten belgischer Arbeiter-Familien… (Bull. Institut Intern. de Stat., IX, liv. 1, 1895, p. 1-124. M. Rubin, Consommation de familles d’ouvriers danois (ibid., XIII, liv. 3, 1903, p. 21-79).

12 M. Rubin, art. cité, p. 32, 64.

13 F. Grenabd, ouvr. cité, p. 165.

14 Feu Woeikof était très frappé de la puissance de l’exemple. Dans une lettre inédite que j’ai sous les yeux, il écrivait : « D’après ce que je sais, le passage du nomade à l’agriculteur n’a lieu que sous l’influence et à l’exemple de voisins agricoles. Ainsi les Magyars, guerriers nomades, sont devenus agriculteurs à l’exemple des Slaves et des Allemands leurs voisins. »

15 J. Déchelette, Manuel d’archéologie préhistorique…, t. II, 2e et 3e parties, Paris, 1913-1914, p. 629, 650, 914, etc.

16 Voir : J. J. A. Worsaæ, La colonisation de la Russie et du Nord scandinave et leur plus ancien état de civilisation… (Mém. Soc. R. des Antiquaires du Nord, Nouv. Sér., 1872-77, p. 73-198).

17 Strabon, IV, 1, 2 ; id., 4, 3 (où revient le mot πολυxνθρωπία).

18 « Le manque d’enfants et en définitive la disette d’hommes s’empara, de nos jours, de la Grèce entière », dit Polybe (XXXVII, 4). — Plutarque s’exprime à peu près dans les mêmes termes.

19 J. J. A. Worsaæ (mémoire cité, et La civilisation danoise à l’époque des Vikings, dans Mém. Soc. R. des Antiquaires du Nord, Nouv. Sér., 1878-1883, p. 91-130) note l’accroissement de la population pendant la deuxième période de l’âge du fer (450-700 après J.-C.). — Voir : C. Engelhardt, Influence de l’industrie et de la civilisation classiques sur celles du Nord dans l’antiquité (ibid., 1872-1877, p. 258 et suiv.).

20 « On suppose, écrivait Adam Smith, qu’il ne faut pas moins de 500 ans pour doubler le nombre des habitants de la Grande-Bretagne et de la plupart des autres pays de l’Europe. » (Recherches sur la nature et les causes de la richesse des nations, livre I, chap. viii.)

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search