Version classiqueVersion mobile

Principes de géographie humaine

 | 
Paul Vidal de La Blache

Première partie. La répartition des hommes sur le globe

Chapitre III

Les grandes agglomérations humaines : Afrique et Asie

Texte intégral

1Dès les temps les plus reculés, certains points de la terre ont vu s’épaissir les rangs humains. « Croissez et multipliez » est un des plus antiques préceptes qu’ait écoutés l’humanité. L’idée de « multitudes semblables, suivant l’expression biblique, aux grains de sable des rivages de la mer » hante de bonne heure les imaginations. La formation de densité s’est réalisée d’abord sporadiquement, à la faveur de circonstances toutes locales. Les découvertes d’instruments de l’âge de pierre ont fourni d’intéressantes indications sur ces centres primitifs de rassemblement. Mais la plupart de ces tentatives n’ont pas de suite ; elles se heurtent longtemps à la difficulté de vivre nombreux sur de petits espaces.

2Parmi ces groupes précoces, les uns ont cédé à une force centrifuge, ils se sont détachés de leur noyau, comme les satellites d’une planète. Mais à la longue d’autres se sont rapprochés et, s’il est permis de poursuivre la comparaison, condensés en nébuleuses. Ces agglomérations se sont formées indépendamment, assez loin les unes des autres. Leur fortune a été différente, les unes n’ayant cessé de s’accroître, tandis que d’autres, — mais ceci a été l’exception —, ont décliné ou ne sont que l’ombre d’elles-mêmes. Une lente élaboration les avait préparées, car aux époques lointaines où l’Égypte et la Chaldée apparaissent dans l’histoire, elles comptent déjà des traditions et des souvenirs qui leur communiquent une auréole de haute antiquité. Les Grecs avaient été frappés de ces grandes sociétés du Nil et de l’Euphrate ; ils ne le furent pas moins, lorsqu’après Alexandre ils apprirent à connaître l’Inde du Pendjab et de la vallée du Gange. La Chine, révélée plus tard, étonna par ses multitudes les contemporains de Marco Polo. D’autres agglomérations sont venues, dans la suite des temps, s’ajouter à celles dont furent témoins ces anciens âges ; mais dans ces formations ultérieures intervient une telle complexité de facteurs que les causes géographiques bien que toujours effectives, s’y laissent moins directement discerner que dans ces premières manifestations de force collective, d’où l’humanité commença à rayonner sur la terre.

  • 1 P. H. Havret, Note sur le bas Yang-tsé-kiang (Annales de Géographie, III, 1893-1894, p. 102-104, 1  (...)

3Leur répartition semble en rapport avec une zone comprise environ entre le tropique du Nord et le 40e degré de latitude. Le climat est assez chaud pour que nombre de plantes puissent accomplir très rapidement leur cycle de maturité et mettre à profit l’intervalle entre les bienfaits périodiques des pluies ou des crues fluviales. L’eau douce, sous forme de sources, de lacs, de nappe phréatique ou de courant, est la collaboratrice indispensable de ces climats tropicaux ou subtropicaux. Les grands fleuves surtout, issus des hauts massifs asiatiques, et nourris de pluies périodiques, agissent à la fois par leurs eaux imprégnées de substances solubles et par leurs dépôts d’alluvions. On serait tenté de croire que les plus grands rassemblements humains ont dû, dès l’origine, correspondre à la section terminale où le courant saturé achève de rejeter sa charge de matériaux. N’est-ce pas, en effet, dans quelques-uns des grands deltas qui s’échelonnent depuis le Nil jusqu’au Yang-tseu-kiang que se pressent aujourd’hui les plus fortes densités d’habitants ? La Basse-Égypte, le Bengale sont actuellement les parties les plus populeuses de l’Égypte et de l’Inde. Aux embouchures du Yang-tseu, l’île Tsong-ming et la péninsule Haï-men atteignent la proportion hypertrophique, l’une de 1 475, l’autre de 700 habitants par kilomètre carré1. Ce serait pourtant une illusion. En réalité, l’homme n’a pris pied que tard, et déjà armé par l’expérience, sur ces terres amphibies. Ces marécages, où la pente fait défaut, que l’inondation menace, n’ont été humanisés qu’au prix de grands efforts. Tous ne l’ont pas été ; car, même sur cette frange littorale de l’Asie des moussons, à côté de deltas surpeuplés d’autres attendent encore les multitudes qui pourraient y vivre.

4Ce qui est vrai, c’est que ces grands fleuves représentent, suivant les conditions diverses de leur régime, de leur pente, de la composition de leurs eaux, de l’origine de leurs troubles, autant de types divers d’énergies naturelles. Instinctivement, l’homme s’est senti attiré sur leurs bords par l’afflux de cette riche vie animale et végétale que dépeignent les peintures des anciens âges pharaoniques. Que la fertilité se concentre ainsi sur les rives du fleuve ou qu’elle s’épanouisse aux alentours, c’est une table ouverte vers laquelle se précipitent tous les êtres. Mais de longues suites d’efforts combinés sont nécessaires pour arriver à discipliner ces grandes masses d’eau, pour y rallier des foules humaines, et cela n’a été réalisé que dans quelques parties de la terre.

I. Égypte

  • 2 J. de Morgan, Recherches sur les origines de l’Égypte. II. Ethnographie préhistorique..., Paris, 18 (...)
  • 3 « Les Égyptiens avaient commencé par manger sans discernement tous les fruits que le pays produit.  (...)
  • 4 « Pour la plupart aussi facilement construits que démolis, les petits villages, hameaux, fermes, pe (...)

5L’homme a pullulé de bonne heure sur l’alluvion friable, riche en substances chimiques, que le Nil, assagi dans des biefs successifs, apporte des volcans d’Abyssinie et dépose dans la longue vallée qui s’ouvre à partir d’Assouan. Là se déroule, comme un long serpent, la terre noire (Kémi) entre les sables fauves. Les trouvailles préhistoriques donnent les indices d’une densité précoce2. La population de fellahs qui a fourni le levier de la civilisation égyptienne et qui compte encore aujourd’hui pour 62 % de la population totale, est un type original d’humanité, singulièrement fidèle à lui-même à travers les âges, fermement implanté dans son domaine, essentiellement prolifique. Elle commença par s’épanouir librement sur ce sol fécond, par se complaire à ses prodigalités3 ; se rassemblant peu à peu par petits groupes d’agriculteurs, répartis par nouïts ou nomes semblables aux nahiehs d’aujourd’hui. Rien n’y ressemble à la vie concentrée et précautionneuse des oasis. Bien à tort, on assimile parfois l’Égypte à une longue oasis : nom spécialement inventé par les Égyptiens pour les différencier de leur propre contrée. Le Fellah se disperse librement, il a vite fait de transporter en cas de besoin son habitation rudimentaire d’un point à un autre de la bande alluviale qui est son seul et véritable domicile4.

6La nature du sol fit de l’organisation collective une nécessité. Elle est telle que la salinité ne tarde pas à imprégner l’eau devenue stagnante. L’obligation d’assurer au flot de crue un prompt écoulement, après en avoir prélevé le tribut, ne s’imposait donc pas moins que celle de la capter au passage. La tentation de confisquer l’eau s’effaça devant la nécessité de la restituer aussitôt après en avoir fait usage. C’est à cette conception que répondit le système de bassins échelonnés parallèlement au Nil et s’écoulant les uns vers les autres : sorte d’appareil moulé au fleuve, qui eut pour effet de doubler l’étendue que sa crue peut atteindre et l’espace ouvert à la population.

  • 5 « Les circonscriptions situées au Sud d’Assouan forment la région communément appelée Nubie, qui es (...)

7L’accroissement de densité n’excluait pas un appel croissant de main-d’œuvre. On le voit, sous les Pharaons, s’exercer sur les populations voisines de Palestine et de Syrie, surtout sur ces populations de Nubie dont le flot ininterrompu ne cesse, comme en vertu d’une loi naturelle, de s’écouler vers l’Égypte5. Cet afflux, néanmoins, n’a pas sensiblement altéré le fond indigène : preuve de la fécondité persistante qu’il a su opposer à toutes les vicissitudes. Mais le domaine qu’il occupe est trop restreint et les conditions d’aménagement trop artificielles pour que la densité de la population n’ait pas considérablement varié depuis l’antiquité classique. Là comme ailleurs, les suites des conquêtes arabe et turque diminuèrent sensiblement le capital humain. Au moment de l’expédition française d’Égypte, la population n’était estimée qu’à 2 460 200 habitants ; vingt-trois ans après, Mehemet-Ali l’évaluait à 2 536 400. Un demi-siècle après commence la série des recensements, comportant une marge de plus en plus restreinte d’incertitude. Ils révèlent un progrès aussi rapide que prodigieux :

1846

 4 476 440

1882

 6 831 131

1897

 9 734 405

1907

11 287 359

1917

12 566 000

8Ainsi la race indigène, agricole et sédentaire, — car auprès d’elle le nombre d’étrangers ou de Bédouins nomades est insignifiant —, a fait preuve depuis trois quarts de siècle d’une étonnante élasticité. Il faut noter en première ligne que cet accroissement correspond à une extension notable de l’aire cultivable, le système d’irrigation permanente par canaux, au moyen de grands barrages et d’appareils élévatoires, ayant été généralisé surtout dans le Fayoum et la Basse-Égypte. La superficie cultivable, évaluée, il y a vingt-cinq ans, à un peu plus de 23 000 kilomètres carrés, dépasserait aujourd’hui 31 000. En outre, les cultures industrielles, au premier rang desquelles le coton, entraînent de plus grandes exigences de main-d’œuvre. Dans les parties qu’atteint l’irrigation permanente, les récoltes d’hiver, d’été et d’automne se succèdent sans interruption. Ainsi s’explique le bond rapide qui a doublé en moins d’un demi-siècle la population de cette vieille terre d’Égypte : exemple non pas unique, mais particulièrement saisissant de la répercussion directe qu’exerce sur les phénomènes de population tout progrès économique.

II. Chaldée

  • 6 Voir Sir William Willcocks, Mesopotamia : Past, Present, and Future (Geog. Journ., XXXV, 1910, p. 1 (...)

9L’Égypte s’est maintenue comme foyer de population humaine, tandis que d’autres foyers ont dépéri et, comme la Chaldée, attendent une hypothétique résurrection. Ce n’est pas qu’à l’origine les sources de développement aient manqué. C’est aussi le sol de couleur sombre, mais plus jaune et plus imprégné de calcaire que celui du Nil, al Sawod, qu’apportent le Tigre et l’Euphrate, qui servit de noyau à la primitive Chaldée6. L’Euphrate, dont le flot de printemps charrie cette alluvion, subit, dans les grands marécages que l’ancienne puissance de Babylone parvint, pour un temps, à assainir, une première décantation. C’est ce qui permit, en attendant les grands travaux de canalisation que devait accomplir la monarchie babylonienne, aux plus anciens habitants de se grouper déjà en nombre, de former de petits royaumes, de bâtir ces villes dont les noms, depuis longtemps éteints, retentissent dans les plus vieilles légendes bibliques.

  • 7 Πóλν πλήθος άνθρώπων άλλοεθνών, dit Bérose au iiie siècle avant notre ère. — Πάμμιατον, avait dit E(...)

10Il est douteux cependant que les ressources de la contrée aient jamais suscité une densité de population telle qu’on peut la supposer dès lors en Égypte. Les conditions de crue étaient moins régulières ; leur aménagement, plus incertain et plus précaire. Les dynasties babyloniennes semblent incessamment préoccupées d’augmenter par des transplantations de peuples la somme de main-d’œuvre qu’exigent les grands travaux et l’entretien de cette civilisation urbaine. Volontairement ou non, les étrangers affluent. La population présente un aspect cosmopolite qui frappe les observateurs et qu’ont plusieurs fois exprimé les Grecs7.

  • 8 Ammien Marcellin (XXIV, 3, 12), témoin de l’expédition de Julien, décrit vivement ces forêts de pal (...)
  • 9 Voir la discussion de Hermann Wagner : Die Uberschätzung der Anbaufläche Babyloniens (Nachrichten K (...)

11À travers tant de siècles, le fil de continuité s’est rompu. On voit encore, aux approches de Bassora, les lambeaux de ces palmeraies qui faisaient, le long de l’Euphrate, l’admiration des Romains au ive siècle de notre ère8. Mais, peuples et cultures semblent aujourd’hui réduits en poussière. Le corps de population qui constitue l’ossature résistante de l’Égypte n’existe plus ici. Où le trouver, parmi ces groupes hétérogènes, vaguement évalués à un million d’hommes, composés de Bédouins nomades et d’agriculteurs ensemençant à la volée quelques fonds humides ? La reconstitution de ces antiques populations de l’Élam, de la Chaldée, d’Assur qui multiplièrent jadis sur les bords du Karoun, de l’Euphrate et du Tigre, ne serait probablement pas au-dessus des forces d’un grand État moderne. Mais ce serait une œuvre de longue haleine. Et si, reprenant à pied d’œuvre le travail séculaire de l’ancienne Chaldée que les six derniers siècles d’anarchie ont réussi à anéantir, on essayait de vivifier à nouveau le territoire qu’elle embrassait, ce territoire, en fin de compte, ne dépasserait pas, comme on l’a montré, 20 000 à 25 000 kilomètres carrés9. Précieuse conquête assurément, mais pour laquelle les prévisions les plus optimistes restent bien en deçà des chiffres d’hommes que peuvent aligner l’Inde, la Chine ou l’Europe.

  • 10 La densité, dans l’ensemble des districts agricoles du Ferghana, ne dépasserait guère 30 habitants (...)

12Situés dans la zone sèche qui traverse l’Asie occidentale, séparés par de grands intervalles déserts, ces lieux de concentration, de même que ceux du Ferghana et de Samarkand, sous les massifs neigeux de l’Asie centrale, ne sont que des taches de densité sur un fond presque vide10. L’Égypte seule, grâce à sa position entre l’Afrique et l’Asie, la Méditerranée et la mer Rouge, est un carrefour d’espèce humaine. Elle présente en petit le spectacle d’une de ces collectivités persistantes qui fixent pour longtemps sur certains points le pivot des relations des hommes.

III. Asie centrale

13Ce n’est jamais en les considérant isolément, dans leurs avantages propres, qu’on se rendra compte de grandes agglomérations occupant de vastes étendues terrestres. Ces avantages peuvent rester nuls, s’ils ne sont vivifiés par un apport d’énergies et d’intelligences qui se communique de contrées à d’autres. Il y a donc à considérer les liaisons qui existent entre l’ensemble continental et les régions où sont venues s’accumuler les alluvions humaines. C’était une des idées chères à Karl Ritter que certaines contrées avaient exercé une sorte de vertu éducatrice sur les peuples : cela n’est vrai qu’autant que l’on observe par quels chemins ces peuples y sont parvenus, c’est-à-dire par quelle initiation progressive ils sont passés. La connexité de contrées se prolongeant sur de grandes distances, capables d’ouvrir des perspectives aux groupes qui s’y échelonnent, est, sous ce rapport, un fait de première importance. Elle fournit des occasions de contact, sans nécessairement donner lieu à des chocs.

14L’attention est attirée par là vers la périphérie extérieure des hautes chaînes de plissements qui sillonnent le continent asiatique. Sur une frange plus ou moins étroite qui les borde, se déroule une série de contrées dont quelques-unes sont très anciennement spécialisées comme contrées historiques. Ainsi le long des chaînes de l’Arménie et de l’Iran, se succèdent les noms d’Osroène, d’Assyrie, d’Élam. Autour du nœud où se croisent les chaînes de l’Asie centrale, se déroulent d’une part la Bactriane et la Sogdiane, de l’autre la Sérique ; et enfin, au Sud des Himalayas, le Pays des Cinq-Fleuves, l’antique Pantschanada, aujourd’hui Pendjab. Terres de culture, en même temps que voies de relations et de commerce, elles ont servi de cheminement aux hommes. Les voies historiques par lesquelles la Chine communiquait avec l’Asie centrale longeaient, l’une au Nord, l’autre au Sud du bassin du Tarim, les grandes chaînes des Tian-chan et des Kouen-lun. Tandis que, dans les replis des chaînes et dans l’intérieur des bassins qu’elles abritent, les obstacles aux libres communications s’accumulent, elles trouvent au contraire des directions tracées d’avance sur les terrasses qui se sont étalées au pied des montagnes.

  • 11 Commission Impériale de Russie à l’Exposition Universelle de 1900, La Russie Extra-Européenne et Po (...)

15Les points où les rivières s’échappent des défilés montagneux ont toujours été des sites de choix pour les établissements humains. L’eau est d’un maniement plus facile qu’ailleurs : on peut, grâce aux cônes de déjections, dériver des saignées en tous sens, et la pente reste encore assez forte pour étendre au loin le réseau des rigoles. Les Espagnols du Mexique, habitués à ces pratiques élémentaires d’irrigation, désignaient sous le nom de bocca del agua les issues par lesquelles les rivières sortent des Montagnes Rocheuses : déjà avant eux les Indiens Pueblos avaient su en tirer parti. Si même le tribut versé par les neiges et les glaciers est très abondant, il arrive qu’en aval l’eau souterraine afflue. Sous les sables qui succèdent aux amoncellements de blocs et de graviers dont le fleuve s’est déchargé d’abord, elle s’infiltre pour reparaître en sources, en fontanili, ou être facilement atteinte par des puits. En tout cas, l’emploi agricole des eaux n’exige qu’un aménagement simple, et nullement hors de la portée de ces indigènes qui, suivant le mot d’un des meilleurs connaisseurs de l’Asie centrale, « savent fort bien utiliser les moindres ruisseaux, mais sont incapables d’exécuter des travaux d’irrigation importants11 ».

  • 12 P. de Semenof, ouvr. cité.

16Le sol n’est pas moins propice que l’eau. Composé de terrains de transport, il reste imprégné, sous le climat sec des régions subtropicales, des substances que l’action des vents ou le ruissellement des eaux y ont accumulées. Soustrait au lavage épuisant des pluies tropicales, il tient en réserve une foule de résidus solubles, d’éléments tels que chaux, potasse, magnésie, et par là une fertilité intrinsèque prête à surgir. Chaque année les hommes voyaient se renouveler le même miracle : une poussée subite de végétation, une floraison merveilleuse jaillissant, au premier contact des pluies de printemps, de terrains qui, auparavant, présentaient toutes les apparences de mort. Et ces légions de plantes annuelles remplissaient en quelques mois leurs promesses de grains ! Cette leçon ne fut pas perdue pour les hommes. Nulle révélation, si ce n’est celle du feu, ne fit sur eux une impression plus forte. Sans parler des mythes qu’elle engendra, elle leur apprit à surprendre et à épier l’arrivée de l’eau du ciel, à adapter leurs cultures en conséquence. Il y eut, à côté des oasis d’irrigation, des cultures de terrains non irrigués. On appelle bangar, dans le Pendjab, les plateaux intermédiaires entre les vallées irriguées ou khadar : c’est, semble-t-il, le même mot que bagara, par lequel les agriculteurs iraniens de l’Asie centrale12 désignent les terres qu’ils ensemencent dans l’espoir de l’humidité hivernale et printanière ; terres qui, généralement, sont contiguës aux oasis irriguées. Ainsi les deux principaux modes de culture se pénètrent. Le blé, l’orge, le mil sont à la fois des plantes d’irrigation et de terrains secs. Il n’y a point entre l’oasis et le désert, entre le limon sombre et le sable fauve, cette limite inflexible qui semble enfermer dans un étau le cultivateur des Ksour. Des conditions variées et extensibles s’offrent à l’établissement des hommes : pentes de lœss arrosées irrégulièrement par les pluies, rivières grossies par les neiges, et tous les suintements que, dans les hautes altitudes, ont préparés les neiges et les glaciers. Sur ces bandes longitudinales que dessine l’allure du relief, l’agriculture ne s’interrompt que pour recommencer ensuite d’après un type semblable. L’usage de la charrue et des mêmes céréales est pratiqué d’un bout à l’autre.

  • 13 Ajouter celui-ci non moins caractéristique : « Si un Sarte s’enrichit, il bâtit une maison. » (A. W(...)
  • 14 Voir Isaiah Bowman, The Regional Population Groups of Atacama (Scottish Geog. Mag., XXVI, 1910, p.  (...)

17Depuis plus de vingt siècles, des incursions de hordes nomades ont déchiré en Asie le rideau de cultures, refoulé vers les montagnes les races qui en avaient fertilisé les abords et auxquelles nous devons une grande partie des plantes qui composent notre patrimoine. L’agriculteur tenace n’a pas lâché prise. « Partout où il y a de l’eau et la bonne terre, on trouve le Sarte », dit un proverbe iranien13. Le paysan persan s’est blotti, pour laisser passer l’orage, entre les murs de terre de son bourg. Sur les plateaux de Kermelis et d’Erbil, d’actifs villages se pressent autour des innombrables tumuli, vestiges des anciennes populations assyriennes. Telle est la puissance de certains faits naturels qu’elle se manifeste partout par les mêmes effets. C’est le long du versant oriental des Montagnes Rocheuses que cheminèrent les migrations indigènes vers le Mexique. C’est à l’aide des oasis échelonnées au pied des Andes que les Incas du Pérou propagèrent leur civilisation vers le Sud, jusqu’au Chili14. Mais il ne s’est pas trouvé en Amérique, au bout de ces voies de transmission, une Chine ou une vallée du Gange.

IV. Chine

  • 15 Πενίη σύντροφος (Hérodote, VII, 102).

18Le peuple qui a multiplié dans les plaines alluviales du Houang-ho et du Yang-tseu, et dont le nom s’associe, pour nous, à une idée de pullulement dans l’étendue, les Chinois, rattachent leur origine aux pays de l’Ouest. Jamais, d’ailleurs, leurs relations n’ont été rompues avec l’Asie centrale, d’où ils tiraient le jade, les chevaux, où ils établirent longtemps leurs marchés de soie. La périphérie septentrionale du massif central asiatique avait pour issue naturelle, vers l’Est, la zone d’écoulement où l’érosion ravivée entraîne les eaux intérieures à la mer. Les bassins intérieurs, les anciennes cuvettes lacustres subissent dès lors une transformation : dessalées par l’afflux continuel des eaux courantes, renouvelées par l’apport continuel d’alluvions, elles entrent en liaison les unes avec les autres : liaisons encore imparfaites, il est vrai ; car le Houang-ho et ses affluents passent par des alternances de bassins et de gorges. Néanmoins cela suffit pour introduire plus de continuité entre les groupes, plus de liberté dans leurs relations réciproques. Le contact de ces régions fut décisif pour ce peuple d’agriculteurs. Un sursaut de fécondité se produit chaque fois que des groupes déjà arrivés à certain degré de civilisation, mais dans des conditions relatives de pauvreté et de rudesse, trouvent occasion de pratiquer dans un milieu plus riche, dans une ambiance plus large, les qualités auxquelles ils avaient dû leurs progrès. Les Beni-Israël ne tardèrent pas à multiplier quand ils quittèrent les steppes de l’Aram pour les terres plus fertiles de Chanaan. L’hellénisme acquit une force nouvelle de multiplication sur ces terres d’Asie Mineure et de Sicile, auprès desquelles la Grèce continentale semblait avoir « la pauvreté pour compagne15 ». Ainsi arriva-t-il aux Germains, quand, sortis de leurs ingrats domaines du Nord, ils commencèrent à s’épanouir dans les pays rhénans. C’est ce qu’avaient éprouvé les tribus chinoises lorsque, à une époque qu’il est difficile de déterminer, elles descendirent des oasis orientales de l’Asie intérieure pour se répandre dans la vallée du Veï-ho, le grand affluent du fleuve Jaune.

19Parmi les provinces historiques de la Chine, le Kan-sou et le Chen-si marquent le chemin suivi. Elles sont en liaison naturelle. Dans la première, le désert est encore pressant et partout visible ; les villes qui s’échelonnent sporadiquement depuis Sou-tcheou jusqu’au fleuve Jaune ont encore le caractère d’oasis. Mais, dès l’entrée du Chen-si, la continuité des cultures est désormais assurée ; elle se prolonge en se transformant. Les cultivateurs d’oasis apportèrent jadis dans ces plaines de lœss des arts agricoles nouveaux avec lesquels ils étaient déjà familiarisés, l’irrigation des champs au moyen des eaux dérivées des montagnes. Mais en revanche, en face de nouveaux problèmes, ils apprirent eux-mêmes à amplifier leurs méthodes et leurs efforts pour s’attaquer à de plus grandes forces naturelles.

20Un lien de filiation reste manifeste, toutefois, avec les cultures nées sur les pentes de l’Asie centrale. Même habileté à distribuer en réseau artificiel les rivières pourvues de pente, à combiner les cultures de plateaux avec celles des vallées. Cette civilisation agricole, avant de s’épanouir dans les vastes plaines deltaïques, semble à regret s’écarter des chaînes ; elle en suit le pied, en borde fidèlement la frange dans le Tche-li et le Chan-toung ; ou bien elle se prélasse dans des bassins de dimensions encore restreintes : celui de Taï-yan-fou, dans le Chan-si, un des berceaux de la civilisation chinoise, n’a qu’une étendue de 5 000 kilomètres carrés ; celui de Si-ngan-fou, sûr le Veï-ho, un des plus anciens centres populeux, n’en a guère plus du double. Mais grâce à un régime de pluies plus favorables bien qu’aléatoire encore dans ces provinces du Nord, la terre jaune manifeste pleinement sa puissance de fécondité. Elle devient le talisman auquel est attachée l’existence de ce peuple.

  • 16 Si-ngan-fou (Chen-si), Lo-yang (Ho-nan) ; celle-ci vers le iiie siècle avant notre ère, quand comme (...)

21La conquête des grandes étendues n’a pas procédé en Chine par grandes enjambées, comme elle put le faire de nos jours aux États-Unis ; mais pas à pas, minutieusement, suivant le génie menu et les habitudes ataviques de la race. Une progression graduelle est sensible dans le sens où, de plus en plus, les horizons s’ouvrent, les montagnes s’écartent, et que suit le cours des eaux. Un ciel moins avare de pluies, un sol où la terre jaune s’émiette et se disperse en alluvions, accueille dans le Ho-nan, province médiatrice entre les deux régions de la Chine, Cathay et Manzi, les immigrants venus de l’Ouest ou du Nord. Par-delà la chaîne transversale qui sépare les bassins du Houang-ho et du Yang-tseu, l’atmosphère d’ardent soleil baignée par les pluies de moussons permet, malgré la disparition du lœss, un plus riche assortiment de produits. Dans cette ambiance nouvelle, l’organisation acquise ne périt pas : les cadres étaient formés, il suffit de les élargir. Tout ce qui caractérise, en effet, une conscience collective plus large se rattache à ce groupement de provinces, Chen-si, Ho-nan, Chan-toung, où s’ouvrirent les vastes perspectives : là est le séjour des premières dynasties, le site des plus anciennes capitales16, la patrie des sages et des philosophes. Au-delà encore, la contrée intermédiaire où se fondent les contrastes du Nord et du Sud, la province de Ho-nan, au Sud du Houang-ho, a reçu de la phraséologie chinoise la qualification de « Fleur du Milieu ». La population qui, dans le Nord, s’agglomère en villages, se dissémine ici en innombrables hameaux ; image d’épanouissement et de confiance, parfois mal placée, car l’irrégularité des saisons suspend toujours la menace de famine.

  • 17 En 1850, le Houang-ho, abandonnant son ancienne embouchure, s’en creuse une nouvelle par 4 degrés p (...)

22Mais dans la région où se confondent les alluvions des deux grands fleuves, la lutte contre la nature soulève plus de difficultés. Ce n’était jadis qu’un dédale de marais et de lagunes, entre lesquels vagabondaient des rivières à fortes crues ; l’accès en est encore assez difficile pour avoir arrêté en 1856 la marche des Taïpings vers le Nord. De temps en temps « le monstre sort de sa cage » : le Houang-ho, changeant brusquement de lit, précipite un flot trouble à travers les campagnes17. La lutte contre de tels ennemis réclame force de bras ; il n’y a pour de telles contrées qu’une alternative, sauvagerie ou surpeuplement.

  • 18 Le P. Dominique Gandar, Le Canal Impérial... (Variétés sinologiques, n° 4) Chang-hai, 1894. — Cte d (...)
  • 19 Par exemple : Ferdinand von Richthofen’s Tagebücher aus China. Ausgewählt u. hrsg. v. E. Tiessen, I (...)

23La religion et l’État surent y pourvoir. L’ère des grands travaux collectifs s’ouvrit en Chine en 486 avant notre ère, par le creusement d’un premier tronçon du Grand-Canal, quatre ou cinq siècles environ avant qu’elle ne commençât au Japon18. C’est le moment où une vue d’ensemble, exigeant du peuple de travailleurs, se substitua aux entreprises particulières et locales. La question de population qui, chez cette race de petits cultivateurs, était déjà une affaire de famille, devint aussi affaire d’État. Déjà, en Chine comme dans l’Inde, la nécessité économique transformée en règle religieuse avait donné lieu à un culte de famille. Pour la morale chinoise comme pour la doctrine brahmanique, le mariage et la procréation d’une descendance nombreuse sont le devoir sacré qui assure aux ancêtres l’accomplissement des rites domestiques. Il s’y joignit en Chine un intérêt politique. L’empereur, chef de la grande famille, pratiquait des recensements plusieurs siècles, dit-on, déjà avant notre ère ; il y avait des primes à la population, des amendes sur le célibat. Si parfois l’augmentation paraissait insuffisante, la complaisance de la statistique ne se faisait pas faute d’enfler les chiffres. Mais les réalités suivaient. Le mot « effrayant » revient sous la plume des Européens à la vue du nombre d’enfants dans les foules chinoises19. Partout où se concentre l’activité chinoise, travaux de rizières, halage de bateaux, banlieues sans fin, tumulte dans les rues, on a l’impression que le réservoir humain coule à pleins bords.

  • 20 Le chiffre de 302 110 000 habitants (pour les 18 provinces), indiqué par un recensement de 1910, se (...)
  • 21 Voir Archibald Little, The Far East, Oxford, 1915, chap. VI, p. 78 et suiv. Chambre de Commerce d (...)
  • 22 La Mission lyonnaise, p. 232, 256. — De même, dans le Chan-toung, Richthofen note l’extraordinaire (...)

24On ne sait pas au juste quelle est actuellement la population totale de la Chine propre : le chiffre en a été probablement exagéré dans des estimations précédentes s’inspirant trop d’analogies européennes20. Cette population est loin de former une trame continue. Entre ces bassins où elle s’est concentrée et où elle a multiplié à plaisir, s’interposent comme des marches-frontières qu’elle n’a pas entamées, portant son effort exclusif sur le pied des montagnes, les plaines canalisées, les bassins intérieurs où se pratiquent les cultures traditionnelles. Le bassin intérieur que dessine la province dite des Quatre-Fleuves (Sseu-tch’ouan), où se rassemblent les eaux de quelques-unes des plus hautes montagnes du monde, passe à bon droit pour une des merveilles d’irrigation où triomphe l’agriculture chinoise21 ; la population y atteint, dans la plaine centrale de Tch’eng-tou, une densité qu’on peut évaluer entre 300 et 350 habitants par kilomètre carré, mais elle est à peu près concentrée dans cette partie de la province. Si l’on évalue approximativement à 45 millions la population totale du Sseu-tch’ouan, il convient d’ajouter que les deux tiers au moins se trouvent dans la partie centrale22.

  • 23 Laï, dans les montagnes du Chan-toung oriental ; — Lolos, Miao, Mantzé dans le Sseu-tch’ouan. La po (...)
  • 24 On a souvent constaté la rapidité avec laquelle s’est reconstituée la population sur les bords du Y (...)

25Le reste, c’est-à-dire les flancs élevés des montagnes, les parties échappant par leur altitude ou par leur éloignement aux procédés de fécondation que nécessite la proximité immédiate de centres habités, est resté le domaine des populations antérieures, continuant à y pratiquer une culture plus ou moins primitive. Dès que cesse la région de lœss, où le sol est capable de produire sans engrais de riches moissons, et qu’à sa place, au Sud du Ho-nan, se déroulent ces terres incessamment lavées par les pluies dont il faut sans relâche reconstituer la fertilité, une marge plus grande est abandonnée à ces populations qui, sous différents noms23, représentent les couches antérieures, sinon la couche primitive, sur lesquelles se sont étendues, comme une alluvion nouvelle, les races plus avancées en civilisation. Historiquement, cela s’exprime par une colonisation procédant d’abord de l’Ouest à l’Est, puis du Nord au Sud. Elle s’épanouit en atteignant les grands bassins intérieurs qui relient le Yang-tseu et ses magnifiques affluents. Lorsque, par l’accroissement méthodique de ses ressources et sous l’impulsion de ses vieilles dynasties, elle parvient à disposer d’une technique et d’une main-d’œuvre suffisantes pour affronter les grands travaux de canalisation et d’endiguement, son domaine s’agrandit d’une conquête où cette multitude prolifique va démesurément pulluler. Mais, dans le développement organique de la civilisation chinoise, ces plaines deltaïques font l’effet d’une excroissance énorme qui s’est greffée sur le tronc principal. Là n’est point l’axe de la Chine. Le chemin de fer central de Pékin à Han-k’eou correspond mieux que la région littorale aux directions qu’a suivies ce peuple. Quand enfin les bassins et les plaines alluviales se rétrécissent et font place aux régions montagneuses et entrecoupées des provinces du Sud, le flot se divise et va s’affaiblissant24. Il s’infiltre néanmoins par les vallées, par les embouchures des fleuves. Et c’est ainsi qu’il s’insinue profondément, mais progressivement modifié, dénaturé par un métissage continuel, dans l’Indochine, l’Indonésie, le monde malais ; étapes d’où il serait prêt à déborder, en dépit des barrières qu’on lui oppose, sur tout le pourtour du Pacifique.

V. Inde

  • 25 Le peuple de l’Inde, d’après la série des recensements (Annales de Géographie, XV, 1906, p. 353-375 (...)

26L’étude des grandes agglomérations humaines qu’encadrent d’une part l’Hindou-koutch et les montagnes de l’Assam, de l’autre les Himalayas et le cap Comorin, montre les analogies profondes des grands phénomènes humains25. À l’origine des mouvements qui ont déversé sur l’Inde, comme sur la Chine, des flots nouveaux de populations, agit une cause géographique : le passage de l’Asie sèche à l’Asie humide, de la région des oasis à celle des pluies de moussons. La transition est naturelle entre les vallées que fertilisent les eaux du Naryn, du Zarafchan, de l’Oxus et le Pays des Cinq-Fleuves, le Pendjab, vestibule historique, et sans doute aussi préhistorique, des invasions et immigrations de peuples.

27Les tribus aryennes, que l’acheminement le long des montagnes guida vers la grande plaine indo-gangétique, y trouvèrent aussi vers l’Est, comme les tribus chinoises affluant du Kan-sou et de l’Asie centrale, l’attrait d’un enrichissement progressif de nature. Au-delà du seuil de Sirhind, les pluies de moussons se prononcent et se régularisent ; le sol sablonneux s’imprègne de réserves d’eau à une faible profondeur, la surface du Doab, ou Mésopotamie entre la Djoumna et le Gange, est percée d’innombrables puits. Le peuple des palmiers, figuiers, lauriers, s’enrichit de nouvelles recrues ; les cultures de riz, bananiers, canne à sucre, viennent s’ajouter à celles des saisons sèches. Comme en Chine, une sorte de consécration religieuse s’attacha à la contrée où des populations laborieuses et pauvres s’étaient vues initiées à une vie plus large. Chose remarquable, en effet, ce n’est pas le Bengale, où pourtant les facultés nourricières sont à leur comble, qui marqua ainsi dans les traditions reconnaissantes de ce peuple ; c’est la haute vallée du Gange jusqu’à la ville sacrée de Bénarès, qui dans le sanscritisme brahmanique est la contrée bénie, le Pays du Milieu, Madhia desa ! Jusque-là se conserve à peu près dans sa pureté le type de communauté villageoise que les Aryens avaient apporté avec eux, comme une organisation traditionnelle dont la discipline réglementée évoque les régions sèches d’où ils venaient.

  • 26 Richthofen, Tagebücher, I, p. 437. Voir aussi : Die wissenschaftliche Ergebnisse der Reise des Gr (...)
  • 27 Chambre de Commerce de Lyon, La Mission lyonnaise, Première partie, livre II, chapitre Ier, p. 125.
  • 28 Telle est l’image que présentent en raccourci les rituels iconographiques chinois, et que décrivent (...)

28Mais plus on avance vers les régions de pluies abondantes, soit vers l’Est dans le Bengale, soit vers le Sud vers Cochin et Travancore, plus les groupements se disséminent et se multiplient ; le village fermé fait place à une poussière de hameaux entre lesquels il est souvent difficile de tracer une séparation. Même changement en Chine. Lorsqu’on a franchi vers le Sud les provinces de Ho-nan et de Chantoung, le changement de nature se traduit par une dispersion caractéristique des habitations. « D’innombrables petites fermes, toutes semblables, groupées par douzaines de maisons en terre avec quelques arbres : rarement on voit un plus grand village26 » : ainsi se présente la physionomie des campagnes qu’arrose le Han, dans la province de Hou-pé. Et dans la plaine de Tch’eng-tou (province de Sseu-tch’ouan), les membres de la Mission lyonnaise s’étonnent de cette route qui pendant 80 km environ « n’est, pour ainsi dire, qu’une seule rue bordée de maisons27 ». L’espèce humaine s’épanouit plus librement sur un sol plus riche en promesses : toutefois les bases de l’état social ne diffèrent qu’en apparence. Le village fermé était une expansion de la famille ; le hameau, c’est la famille elle-même unissant ses forces en une petite communauté agricole28.

  • 29 Le peuple de l’Inde... (Annales de Géographie, XV, 1906, p. 373). À ces liens s’ajoutent dans l’I (...)

29Ainsi se composent d’une multitude de petits groupes, cellules vivantes, ces agglomérations dont la masse nous étonne. La trame est formée d’un entrecroisement innombrable de fils ténus, mais qui n’en sont pas moins solides et résistants. Les alignements d’habitations qui se succèdent dans le Nord de la Chine sont combinés de façon à réunir en un groupe les familles qui se rattachent les unes aux autres par une communauté de descendance et de rites. Dans le village-type de l’Inde septentrionale, les liens de famille constituent une telle chaîne entre les habitants que, par suite des prescriptions et prohibitions qui règlent le mariage, les unions dans le village même sont rendues presque impossibles29. On cherche femme dans le village voisin.

  • 30 Entre les grands foyers de population de l’Inde, ceux du Nord et du Sud, on trouve (vers les source (...)

30Sur ces ensembles, toutefois, plane un air de ressemblance. Une civilisation commune les pénètre, capable de gagner de proche en proche, et douée, dans l’Inde non moins qu’en Chine, d’une force remarquable de propagation. On est en présence d’une de ces imposantes créations humaines qu’une longue histoire a façonnées. D’un nombre d’hommes d’origines diverses, rassemblés à époques successives dans certains domaines privilégiés, elle a fait un bloc. Il a fallu pour cela un apport plusieurs fois renouvelé d’activités, un patrimoine grossissant d’acquisitions. Une force de rapprochement et de concentration s’est dégagée, capable de maintenir dans un rapport de collectivité d’immenses multitudes humaines : non toutefois sans que, dans les interstices de ces grands corps, il n’y ait place pour des groupes réfractaires, restés fidèles à leur état primitif30. Il en était ainsi dans ces grandes monarchies qu’autrefois ont vues l’Égypte, la Perse, et par là ces civilisations contemporaines de l’Inde et de la Chine restent empreintes d’un trait d’archaïsme.

31Plus on étudiera la composition de ces agglomérations, mieux on verra qu’elles sont le résultat d’une sédimentation prolongée, et dans les alluvions qui ont contribué à les former, on reconnaît les apports successifs guidés par des voies naturelles. Aux peuples plus avancés dont la vague est venue en dernier lieu, il a appartenu d’imprimer sur ces contrées le sceau d’institutions sociales et politiques, qui, désormais, les désigne et les classe dans le monde. Leur rôle a consisté surtout à mettre, par l’ascendant de leur civilisation, plus de cohésion entre les groupes préexistants, à assembler en une construction des matériaux épars. Ils se sont superposés à des couches antérieures.

32Nous ne pouvons encore que soupçonner les mélanges dont se compose l’agglomération chinoise. Au Japon on distingue au moins trois ou quatre types fondamentalement différents. Quant à l’Inde, les recherches poursuivies depuis trente ans par l’Ethnographic Survey nous font entrevoir combien d’éléments divers entrent dans cet ensemble de 300 millions d’hommes. Pour ne parler que de la plaine indo-gangétique, que de variantes et quelle insondable diversité de races sont recouvertes sous ces étiquettes sommaires et provisoires : indo-aryen, aryo-dravidien, mongolo-dravidien ! Dès qu’on entre dans l’analyse des caractères ethniques, on soupçonne de bien autres diversités que celles des langues, et l’on commence à distinguer sur quels fondements et de combien de matériaux s’édifient ces blocs humains si bien cimentés qu’ils semblent désormais à toute épreuve.

  • 31 The 1910 Census of the population of China, Toung Pao ou Archives concernant l’histoire, les langue (...)

33Toutefois, leur force d’accroissement n’est pas illimitée, pas plus que la sève d’inventions qui les a animés dans le principe. La sève semble tarie et l’accroissement semble aujourd’hui arrivé à un point quasi stationnaire. Rien du moins, pas plus dans l’Inde qu’en Chine, ne peut être comparé aux progrès qu’a accomplis, dans le cours du xixe siècle, la population de l’Europe. La population de la Chine, d’après un juge bien placé pour en parler, le ministre américain W. W. Rockhill31, ne se serait que très lentement accrue pendant le siècle dernier. Là, comme dans l’Inde, l’abondante natalité est tenue en échec par une mortalité presque aussi forte. Considérée par petites périodes, la population peut accuser parfois un accroissement notable ; mais il faut, pour en bien juger, prendre du recul. C’est l’éternelle histoire des vaches grasses. Vienne ensuite la période contraire : un cortège de fléaux, famine, épidémies, défiant l’effort même de l’Administration britannique, ne tarde pas, comme en vertu d’une périodicité, à s’abattre ; et du coup disparaissent tous les êtres faibles que la misère, le défaut d’hygiène, la vie précaire, avaient prédisposés à leurs coups.

VI. Archipels asiatiques – Japon

  • 32 On connaît la sensationnelle découverte du Dr Eugène Dubois, en 1891, sur la rive gauche de la rivi (...)

34Le continent asiatique était, par sa configuration taillée à grands traits, par l’étendue des rapports qu’il ouvre, seul apte à fournir à de telles agglomérations le domaine qui leur convient. Mais à l’ombre de ce continent, se déroule un monde insulaire que les moussons mettent en continuels rapports avec lui. Sumatra, Java, Bornéo n’en ont été détachés qu’à une époque postérieure au développement d’une puissante animalité parmi laquelle figurent les plus anciens spécimens connus d’espèce humaine32. À la faveur des articulations innombrables qui découpent ces archipels dont Marco Polo ébloui estimait les îles par milliers, s’est formée ce qu’on appelle la race malaise : groupe plutôt que race, né du mélange et de la fermentation de la vie maritime. Par l’une de ses extrémités il se lie aux Dravidiens du Décan et par l’autre aux races de la Corée et de la Chine.

  • 33 Les villages (kampongs) des Bataks montrent un haut degré d’organisation (maisons de chefs, magasin (...)
  • 34 Depuis le premier recensement quinquennal (1875), la population de Java-Madoura est passée de 18 mi (...)
  • 35 La population dite civilisée des Philippines a doublé de 1845 à 1903. (F. Maurette, Les Philippines (...)

35Dans cette immense diffusion, les éléments les plus hétérogènes, les degrés les plus inégaux d’état social coexistent. Entre les côtes et l’intérieur s’accusent de profondes différences : de très anciens afflux d’immigrants, Tamouls de l’Inde ou Chinois du Fou-kian, ont répandu sur le littoral des contingents sans cesse accrus d’hommes et de civilisations, tandis que, dans les vallées et sur les pentes des montagnes, végétaient des tribus demi-civilisées comme les Bataks de Sumatra ou les Dayaks de Bornéo33, et que de véritables primitifs parvenaient à maintenir leur survivance dans l’intérieur des forêts tropicales. La concentration de la population s’est réalisée dans quelques parties seulement de ce domaine insulaire : à Java où, dès les temps anciens, les Hindous apportèrent leurs cultures de riz, les éléments d’une civilisation supérieure et qu’ils prédisposèrent ainsi à profiter merveilleusement de la sécurité et des avantages de l’administration européenne34 ; enfin dans les Philippines, où la vallée centrale et la région deltaïque du Sud de Luçon montrent une densité en voie rapide d’accroissement35.

  • 36 Population du Japon (Kiou-siou, Sikok, Hondo, Yéso) en 1915 : 55 millions d’habitants, près de 200  (...)
  • 37 Voir Hugh M. Smith, The Fisheries of Japan (National Geog. Mag., XV, 1904, p. 362-364).

36Les trois principales îles de l’archipel japonais, Kiou-siou, Sikok et Hondo, représentent aujourd’hui une agglomération humaine supérieure en nombre total à celle des Îles Britanniques, à l’extrémité opposée de l’ancien continent36. Les traces de l’homme sont très anciennes dans cet archipel, de même que sur tout le pourtour sud-oriental du continent asiatique. L’idée que l’on peut se faire de la démographie de ce Japon primitif est celle d’une population à laquelle les abondantes pêcheries de son littoral maritime valurent de bonne heure une densité relativement forte. On sait à quel point le poisson entre aujourd’hui comme nourriture principale dans l’alimentation japonaise37. Un vingtième de la population actuelle se livre encore à la pêche. Dans aucune contrée, a-t-on pu dire, la mer n’a pris une plus grande part au développement matériel et moral d’un peuple. Nul doute qu’une formation précoce de densité n’ait été atteinte de ce chef sur les côtes japonaises.

  • 38 La grande plaine de Tokio était encore occupée, au premier siècle de notre ère, par ces hommes aux (...)
  • 39 Des immigrations chinoises et coréennes sont signalées dès 219 avant l’ère chrétienne. Elles se mul (...)

37Ce littoral découpé, baigné par les courants, n’est pas sans analogie avec la côte de sounds et de fiords qui s’étend, sur l’autre bord du Pacifique, entre le Puget Sound et l’Alaska. Là aussi, de riches pêcheries, à la rencontre des courants, ont amassé de bonne heure une population relativement nombreuse. Mais, pour que le Japon ne demeurât point au stade où se sont arrêtées ces tribus Nutkas, Thlinkits, etc., du Nord-Ouest américain, d’autres causes sont entrées en jeu. Le contact de l’Asie était autrement fécond que celui de l’Amérique précolombienne. La proximité d’un grand continent populeux et civilisé est historiquement sensible aux environs du viie siècle avant notre ère. C’est dans l’île la plus méridionale, Kiou-siou, la plus rapprochée de la Corée et de la Chine, que commence le travail d’organisation qui donne son estampille à la société en formation. De là, elle rayonne et multiplie. Elle gagne successivement les deux grandes îles avec lesquelles la mettent en rapports les innombrables indentations de la mer intérieure. L’île de Hondo était encore, dans l’intérieur, occupée par un peuple qui est resté pour les Japonais l’image même de la barbarie, les Aïnos38. Tandis qu’ils sont impitoyablement pourchassés vers le Nord, les dynasties impériales se font, au contraire, un devoir d’accueillir et de répartir parmi leurs sujets les immigrants qui viennent de Chine et de Corée39. Ceux-ci apportent, en effet, des arts nouveaux, soit pour l’industrie, soit pour l’agriculture et l’aménagement des rizières. Ce flot précieux d’immigrants est alimenté par les fléaux qui frappent périodiquement les populations du continent voisin : famines, révoltes, guerres civiles et étrangères. Le légendaire pays de Zipango joue à cet égard le rôle de refuge et renforce ainsi à maintes reprises son peuplement. Telle a été souvent la destinée des îles aux époques troublées qui bouleversent les populations des continents ; tel fut, en Europe, le rôle des îles Ioniennes au temps des invasions turques.

  • 40 Terres cultivées : 15 % de la superficie totale. (Dr S. Honda, L’agriculture au Japon, Paris, Expos (...)

38Si l’on met hors de compte la croissance urbaine, due surtout à l’apparition récente de la grande industrie, l’intense peuplement japonais est strictement attaché à l’aménagement des rizières et aux cultures délicates (thé) auxquelles les pentes inférieures des collines prêtent leur abri. Un aménagement minutieux et parcellaire du sol, dans des compartiments exigus qu’encadrent les montagnes, l’irrigation assurée par les pluies de moussons, l’engrais fourni par les débris de poissons ou par les herbes dont on dépouille la montagne, telles sont les bases d’une économie rurale aussi intensive que restreinte. Pas ou peu d’élevage ; pas d’exploitation des montagnes. L’homme n’a songé à demander aux versants que couvre une mosaïque fleurie de plantes herbacées (hara), qu’un engrais à enfouir dans le sol, peut-être aussi un plaisir esthétique, un principe d’art. Ce n’est pas sans surprise qu’on constate que dans les trois grandes îles où s’est constituée la civilisation japonaise et dont la population atteint une densité comparable à celle de l’Angleterre et de l’Italie du Nord, la superficie cultivée n’atteint guère que le septième du sol40. Mais c’est une culture de jardiniers, obtenant par an deux récoltes et même trois dans le Sud-Ouest. Le Japonais, en sa qualité d’imitateur, se montre encore plus spécialiste que le Chinois dans le choix des espaces qu’il met en valeur.

  • 41 Corée : 80 habitants par kilomètre carré.

39La densité s’abaisse progressivement, au Japon, vers le 40e degré de latitude (Nord de Hondo) et tombe dans l’île d’Yéso à moins de 20 habitants par kilomètre carré. Même chute brusque sur le continent, lorsqu’au-delà des plaines de Pékin et du littoral on dépasse le 40e degré. Depuis trois siècles que les plaines du Leao, au pied des montagnes de Mandchourie, ont été entamées par la colonisation chinoise, ses progrès n’ont guère dépassé encore la province de Moukden. Celle-ci n’a même qu’une densité inférieure à celle de la montagneuse Corée41 et au-delà, dans la province de Girin, par 45° de latitude, c’est à un chiffre tout à fait insignifiant que tombe la proportion relative d’habitants. Ainsi les grands rassemblements humains cessent en Asie à peu près vers la latitude où ils se renforcent en Europe. Est-ce la nature seule qu’il convient d’incriminer ? Sans doute la rudesse du climat continental, qui déjà dans le Sud de la Mandchourie ne permet que des blés de printemps, doit entrer en ligne de compte ; mais une culture perfectionnée eût trouvé un vaste champ dans ces paysages de parc, mélanges de prairies et de bouquets d’arbres, qui caractérisent la Province de l’Amour et qui représentent probablement la physionomie végétale primitive de notre Europe.

VII. Conclusion

40En réalité, cette limite asiatique des grandes agglomérations humaines est celle d’une forme de civilisation. Le Chinois comme le Japonais ont poussé le plus loin qu’il leur était possible avec leurs procédés traditionnels, la culture minutieuse dont ils avaient contracté l’habitude. Chez toutes les sociétés agricoles qui ont essaimé dans la zone terrestre que nous venons de considérer, des confins de la Libye à ceux de la Mandchourie, c’est le maniement de l’eau fournie par les pluies et les fleuves, la pratique de l’irrigation de plus en plus étendue, qui ont été les grands facteurs de développement numérique. Restreint dans les oasis, limité à une frange bordière le long des montagnes de l’Asie centrale, ce mode de culture a trouvé dans les plaines du Gange et de la Chine des domaines à souhait pour s’épanouir. Ainsi de puissants foyers d’appel se sont formés pour les hommes. Leur rayonnement s’est étendu sur toute la périphérie insulaire de l’Asie orientale.

41Le cadre spécial dans lequel ont grandi ces sociétés est géographiquement différent de celui qui délimite les populeuses sociétés d’Europe. La pénétration réciproque que favorisent les communications modernes pourra à la longue atténuer ces différences ; il est probable néanmoins qu’elles subsisteront dans les traits principaux de la démographie. Des agglomérations principalement fondées sur l’industrie et la vie urbaine présentent sous bien des rapports d’autres modes d’existence, d’autres phénomènes que celles qui se sont établies sur une collaboration agricole d’une multitude d’êtres humains groupés par familles ou par villages.

42On ne saurait méconnaître dans celles-ci un caractère d’archaïsme qui nous reporte aux premiers efforts qu’a dû faire l’espèce humaine pour se constituer en force et en nombre. La surabondance de produits obtenus par un ingénieux aménagement de l’eau dans des climats interrompant à peine la végétation de l’année, eut un effet merveilleux pour permettre la coexistence sur des points restreints de forts groupes numériques. L’adaptation de l’eau à des cultures régulières, foisonnant sur place et se succédant à prompts intervalles, contribua à concentrer les hommes, de même que, primitivement, l’usage du feu avait facilité leur dispersion dans presque toutes les parties de la terre. L’une et l’autre de ces inventions primordiales se retrouvent dans la répartition actuelle de notre espèce. C’est parce que, dès les anciens âges, des groupes se sont répandus sporadiquement à travers les étendues continentales, que nous rencontrons à l’heure actuelle tant de diversités et d’inégalités, autrement inexplicables, dans leur degré de culture. Et c’est parce que l’irrigation, après avoir appris aux hommes à se serrer sur des points déterminés, leur a fourni, en certaines contrées, un thème de perfectionnements s’engendrant les uns les autres, que nous voyons des agglomérations qui n’ont pas attendu pour grandir les facilités qu’offrent les transports modernes.

43Ces impulsions initiales ont donné le branle et orienté le développement géographique de l’humanité. On peut, au reste, constater ce fait, qu’à chacune des étapes de ce développement correspond une appropriation nouvelle de ressources ou d’énergies naturelles. C’est par des efforts d’invention que l’homme d’aujourd’hui comme de jadis parvient à se faire une place de plus en plus considérable sur la terre.

Notes

1 P. H. Havret, Note sur le bas Yang-tsé-kiang (Annales de Géographie, III, 1893-1894, p. 102-104, 1 fig. carte). — Dans le delta du Tonkin, la densité est toujours de 200 à 300 hab. au moins par kilomètre carré et atteint jusqu’à 500 ou 600 dans le Bas-Delta. (E. Chassigneux, L’irrigation dans le delta du Tonkin, dans Rev. de Géographie (N. Sér.), VI, 1912, p. 57.)

2 J. de Morgan, Recherches sur les origines de l’Égypte. II. Ethnographie préhistorique..., Paris, 1897, p. 67.

3 « Les Égyptiens avaient commencé par manger sans discernement tous les fruits que le pays produit. » (G. Maspero, Histoire ancienne des peuples de l’Orient classique, I, Paris, 1895, p. 64.)

4 « Pour la plupart aussi facilement construits que démolis, les petits villages, hameaux, fermes, peuvent quelquefois changer d’emplacement : la population se transporte alors sur un point à proximité qui présente de meilleures conditions de résidence, et les anciennes demeures sont abandonnées. Ce fait explique le nombre considérable de locaux vides dont le recensement a dû tenir compte. » (Ministère de l’Intérieur, Recensement général de l’Égypte, mai 1882, Rapport, 5e section, Le Caire, 1884, p. XII.)

5 « Les circonscriptions situées au Sud d’Assouan forment la région communément appelée Nubie, qui est le pays d’origine des Barbarins. » (Ibid., p. XXVII.)

6 Voir Sir William Willcocks, Mesopotamia : Past, Present, and Future (Geog. Journ., XXXV, 1910, p. 1-18, 4 pl. phot. et carte).

7 Πóλν πλήθος άνθρώπων άλλοεθνών, dit Bérose au iiie siècle avant notre ère. — Πάμμιατον, avait dit Eschyle.

8 Ammien Marcellin (XXIV, 3, 12), témoin de l’expédition de Julien, décrit vivement ces forêts de palmiers, « instar ingentium nemorum ».

9 Voir la discussion de Hermann Wagner : Die Uberschätzung der Anbaufläche Babyloniens (Nachrichten K. Ges. Wiss. Göttingen, Phil.-hist. Klasse, 1902, Heft 2, p. 224-298, 1 pl.).

10 La densité, dans l’ensemble des districts agricoles du Ferghana, ne dépasserait guère 30 habitants au kilomètre carré. Mais, dit A. Woeikof, « le Ferghana est le pays des contrastes. On y trouve des oasis à population fort dense : à peine a-t-on dépassé les murs en lœss des jardins d’un grand village, qu’on aperçoit les jardins du village suivant. » (Le Turkestan russe, Paris, 1914, p. 139.)

11 Commission Impériale de Russie à l’Exposition Universelle de 1900, La Russie Extra-Européenne et Polaire..., par P. de Semenof, Paris, 1900, p. 143.

12 P. de Semenof, ouvr. cité.

13 Ajouter celui-ci non moins caractéristique : « Si un Sarte s’enrichit, il bâtit une maison. » (A. Woeikof, ouvr. cité, p. 130.)

14 Voir Isaiah Bowman, The Regional Population Groups of Atacama (Scottish Geog. Mag., XXVI, 1910, p. 1-9, 57-67, 1 fig.).

15 Πενίη σύντροφος (Hérodote, VII, 102).

16 Si-ngan-fou (Chen-si), Lo-yang (Ho-nan) ; celle-ci vers le iiie siècle avant notre ère, quand commencent les premiers travaux de canalisation entre les deux grands systèmes fluviaux.

17 En 1850, le Houang-ho, abandonnant son ancienne embouchure, s’en creuse une nouvelle par 4 degrés plus au Nord.

18 Le P. Dominique Gandar, Le Canal Impérial... (Variétés sinologiques, n° 4) Chang-hai, 1894. — Cte de Yanagisawa, Histoire critique des travaux statistiques au Japon depuis l’Antiquité jusqu’à la Restauration impériale (Bull. Institut int. de Stat., XIX, liv. 3, La Haye, (1912), p. 245-307).

19 Par exemple : Ferdinand von Richthofen’s Tagebücher aus China. Ausgewählt u. hrsg. v. E. Tiessen, I, Berlin, 1907, p. 55, 564.

20 Le chiffre de 302 110 000 habitants (pour les 18 provinces), indiqué par un recensement de 1910, semble se rapprocher de la vérité. (The Statesman’s Year-Book 1917, p. 763.)

21 Voir Archibald Little, The Far East, Oxford, 1915, chap. VI, p. 78 et suiv. Chambre de Commerce de Lyon, La Mission lyonnaise d’exploration commerciale en Chine, 1895-1897, Lyon, 1898, première partie, livre II, p. 125 ; p. 175, note 2 ; « Dans les parties accidentées, le cours d’eau a été supprimé ; la surface du sol est transformée en une série de gradins, et l’eau s’écoule de l’un à l’autre. »

22 La Mission lyonnaise, p. 232, 256. — De même, dans le Chan-toung, Richthofen note l’extraordinaire inégalité de la répartition des habitants. (China, Bd. II, Berlin, 1882, p. 256.)

23 Laï, dans les montagnes du Chan-toung oriental ; — Lolos, Miao, Mantzé dans le Sseu-tch’ouan. La population qui vit sur le fleuve de Canton serait un reste des habitants primitifs. — Sur les tribus aborigènes entre Fou-kien, Kiang-si et Tcho-kiang, voir : The Book of Ser Marco Polo... Translated... by Colonel Sir Henry Yule, Third edition, revised... by Henri Cordier, II, London, 1903, p. 228, note 3. — On entrevoit dans toute la Chine un substratum ethnique sur lequel s’est déposée l’alluvion chinoise.

24 On a souvent constaté la rapidité avec laquelle s’est reconstituée la population sur les bords du Yang-tseu, après l’insurrection des Taïpings (1852-1864), qui avait coûté la vie à des millions d’hommes. Cependant il n’en est pas ainsi dans les provinces montagneuses du Sud. Le Koueï-tcheou n’a pas réparé encore après un demi-siècle, malgré les immigrants venus du Sseu-tch’ouan, les vides laissés par la grande révolte. (De Mecquenem, Le Koueï-Tchéou Essai sur le commerce extérieur de la province, dans Bull. de Géog. hist. et descriptive, XXIV, année 1909, p. 384-395.)

25 Le peuple de l’Inde, d’après la série des recensements (Annales de Géographie, XV, 1906, p. 353-375, 419-442, 8 fig., cartes et diagr.). — D‘après le recensement de 1911, la population de l’Inde (provinces britanniques et États indigènes compris, mais défalcation faite de la Birmanie et du Béloutchistan) est d’environ 302 millions d’habitants (environ 280 millions en 1901).

26 Richthofen, Tagebücher, I, p. 437. Voir aussi : Die wissenschaftliche Ergebnisse der Reise des Grafen Béla Széchenyi in Ost-Asien (1877-1880), I, Wien, 1893, p. 113.

27 Chambre de Commerce de Lyon, La Mission lyonnaise, Première partie, livre II, chapitre Ier, p. 125.

28 Telle est l’image que présentent en raccourci les rituels iconographiques chinois, et que décrivent sur le vif plusieurs voyageurs. Richthofen, par exemple, dans ses notes sur la province de Tcho-kiang, écrit : « C'est une des plus jolies scènes de famille qu’on puisse voir, que le grand-père avec sa nombreuse descendance, en train de surveiller la cueillette et les préparations diverses des feuilles de thé, où chacun a son rôle désigné. Les meilleurs jardins de thé sont ici à des hauteurs de 500 à 800 mètres... » (Tagebücher, II, Berlin, 1907, p. 35.)

29 Le peuple de l’Inde... (Annales de Géographie, XV, 1906, p. 373). À ces liens s’ajoutent dans l’Inde ceux que noue le système des castes. « Il est, écrivions-nous, plus malaisé à l’Hindou qu’à tout autre homme de se détacher de son groupe social. Les prescriptions de caste sont telles que, dès qu’il s’en éloigne, les difficultés se multiplient pour lui à chaque acte de la vie. » Il en résulte que plus des neuf dixièmes des habitants sont recensés aux lieux mêmes de leur naissance.

30 Entre les grands foyers de population de l’Inde, ceux du Nord et du Sud, on trouve (vers les sources de la Nerbudda), les Baigas, petits hommes vivant de chasse et armés de flèches empoisonnées. Non loin de là les tribus des Bhils et des Gonds n’ont pas un état de beaucoup supérieur.

31 The 1910 Census of the population of China, Toung Pao ou Archives concernant l’histoire, les langues, la géographie et l’ethnographie de l’Asie orientale, XIII, 1912, p. 117-125 (voir aussi : Bull. American Geog. Soc, XLIV, 1912, p. 668-673).

32 On connaît la sensationnelle découverte du Dr Eugène Dubois, en 1891, sur la rive gauche de la rivière Bengavan (centre de Java). — Bornéo possède une faune remarquablement riche de mammifères (175 espèces connues).

33 Les villages (kampongs) des Bataks montrent un haut degré d’organisation (maisons de chefs, magasins de riz, ateliers de forgerons). — Les Dayaks ont aussi un état de civilisation assez avancé. Mais chez tous ces peuples de l’intérieur la population est stationnaire ou diminue.

34 Depuis le premier recensement quinquennal (1875), la population de Java-Madoura est passée de 18 millions à 36.

35 La population dite civilisée des Philippines a doublé de 1845 à 1903. (F. Maurette, Les Philippines d’après le recensement de 1903, dans Annales de Géographie, XVI, 1907, p. 257.)

36 Population du Japon (Kiou-siou, Sikok, Hondo, Yéso) en 1915 : 55 millions d’habitants, près de 200 habitants au kilomètre carré, si l’on fait abstraction de Yéso.

37 Voir Hugh M. Smith, The Fisheries of Japan (National Geog. Mag., XV, 1904, p. 362-364).

38 La grande plaine de Tokio était encore occupée, au premier siècle de notre ère, par ces hommes aux traits frustes, à l’abondante pilosité, d’aspect étrange pour les Japonais. Mais dès le quatrième siècle les habitants de Yéso commencent à être soumis à l’influence de l’Empire.

39 Des immigrations chinoises et coréennes sont signalées dès 219 avant l’ère chrétienne. Elles se multiplient dans les siècles suivants. (Cte de Yanagisawa, mém. cité.)

40 Terres cultivées : 15 % de la superficie totale. (Dr S. Honda, L’agriculture au Japon, Paris, Exposition Universelle de 1900, p. 20.)

41 Corée : 80 habitants par kilomètre carré.

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search