Version classiqueVersion mobile

Des forêts

 | 
Frédéric Le Play

Chapitre V. Considérations relatives à l’administration des forêts

§ 24. Résumé

Texte intégral

1En résumé, les principes d’interdiction et de restriction peuvent être appliqués dans le Nord de l’Europe, sans inconvénient grave pour l’administration et les propriétaires, à des forêts particulières placées dans des conditions à peu près identiques, loin de tout gîte carbonifère, sous un climat qui ne comporte que par exception les cultures agricoles, où le sol n’a aucune valeur appréciable, où l’industrie n’a guère d’autre objet que l’exploitation des mines et la fabrication des métaux. L’application de ces mêmes principes présente au contraire d’énormes difficultés pour les États du Centre, de l’Ouest et du Midi de l’Europe, qui dans des limites assez restreintes offrent souvent des climats très variés, où le sol est appliqué avec succès à une multitude de cultures qui portent au-delà de 300F par hectare, le revenu net du terrain ; dans lesquels enfin l’essor rapide de l’industrie, favorisé par l’abondance et le bas prix de la houille, développe incessamment la population et réclame à chaque instant un progrès correspondant des cultures agricoles. Cependant ces États sont aussi intéressés que ceux du Nord à l’existence de certaines forêts ; celles-ci sont également pour eux un moyen indispensable de richesse et de puissance ; mais pour assurer l’avenir, pour soustraire les particuliers à une surveillance nécessairement gênante, à des restrictions souvent onéreuses, il faut imposer au gouvernement l’obligation de cultiver lui-même les forêts dont la conservation est impérieusement réclamée par l’intérêt du pays.

2Pour simplifier autant que possible les questions que soulève (sic) au XIXe siècle les forêts du Sud-Ouest de l’Europe, pour concilier l’intérêt général des populations avec les libertés que réclame à juste titre la propriété privée, il convient donc d’établir dans le territoire des grands États deux subdivisions très distinctes. La première comprend les régions qui doivent être exclusivement affectées à la production des bois, soit pour porter la météorologie et le régime des eaux au degré de perfection que comporte la nature des lieux, soit pour développer la population et l’industrie dans certaines contrées, où l’activité de l’homme est entièrement subordonnée à la production des bois. Cette région forestière dont la conservation et la bonne administration sont inséparables de la grandeur de l’État, doit être comprise dans le domaine national, et régie dans de hautes vues d’avenir et d’intérêt public, par des officiers préposés à cet effet par le souverain. La seconde subdivision, c’est-à-dire la région agricole, peut être cultivée, soit en bois soit en denrées de toutes sortes, selon les inspirations de l’intérêt privé, sans qu’aucune restriction, aucune surveillance, viennent restreindre l’exercice du droit de propriété. Dans ce système, la loi forestière n’impose aucune charge aux particuliers ; elle se borne à régler l’administration d’une richesse nationale ; elle peut être à la fois simple et efficace, car l’application en est confiée à des agents éclairés, animés du même esprit qui a inspiré le législateur.

3Il est digne de remarque, au reste, que ce régime est précisément celui qui tend à s’établir dans le Sud-Ouest de l’Europe, à mesure que les droits généraux des nations prennent plus de prépondérance sur les anciens pouvoirs féodaux. L’expérience en démontre depuis longtemps l’efficacité : les véritables écoles forestières de l’Europe et du monde, sont aujourd’hui ces célèbres contrées du Hanovre, de la Saxe, de l’Empire autrichien, du Wurtemberg, etc., dont les forêts font partie depuis plusieurs siècles du domaine de l’État. Dans les autres parties de l’Allemagne, en Russie, en France, l’organisation domaniale des forêts est déjà fort avancée, et sous ce nouveau régime la force des choses produit chaque jour une foule d’améliorations que ne comporte pas le principe de la propriété privée.

4Sur l’administration des Eaux et Forêts comme sur toutes les autres branches de l’activité sociale, le travail qui se poursuit aujourd’hui en Europe offrira plus tard pour les autres régions du globe un enseignement, un moyen de progrès. C’est aux ingénieurs chargés d’administrer les forêts domaniales de ce continent qu’est réservé l’honneur d’explorer la surface du globe ; de signaler tous les inconvénients qu’entraîne le déboisement inconsidéré de la planète et de faire apprécier les avantages d’un bon régime forestier. C’est également aux ingénieurs européens que revient la mission de décrire les végétaux, les essences forestières, les méthodes de culture à l’aide desquels on pourra entreprendre un jour de perfectionner les sols, les climats, le régime des eaux courantes ; de rendre habitable ces déserts qui opposent aujourd’hui tant d’obstacles aux relations humaines, et maintiennent dans la météorologie du globe tant d’éléments de perturbation. Sous ce rapport une large organisation des forêts domaniales de la France nous paraîtrait avoir une portée plus grande que l’intérêt auquel elle aurait plus spécialement pour objet de pourvoir ; nous aimons à penser que la nouvelle institution saurait s’inspirer d’un des plus nobles instincts de la société européenne ; que son influence ne s’étendrait pas seulement aux intérêts immédiats du pays, et qu’il en sortirait des conséquences plus étendues, plus générales, pour la science et pour l’humanité.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search