Version classiqueVersion mobile

Des forêts

 | 
Frédéric Le Play

Chapitre V. Considérations relatives à l’administration des forêts

§ 23. Application à la France des principes généraux de la législation forestière

Texte intégral

1Pour donner plus de précision à ces généralités nous ferons l’application à un cas particulier et rechercherons avec quelque détail l’esprit de la législation qui convient à la France. Dans aucune autre contrée d’Europe le problème de l’administration des forêts ne présente autant de complications. Certains districts peuvent être à surface égale placés au même niveau que le nord de l’Europe pour leur richesse forestière ; d’autres ne le cèdent en rien à la Grande-Bretagne par leurs ressources en combustible minéral. Ici l’abondance des voies navigables permet de transporter à bon prix, malgré des distances considérables, les bois et les houilles indigènes ; ailleurs la navigation maritime amène en abondance et à peu de frais les bois du Nord et la houille de la Grande-Bretagne. Dans plusieurs localités ainsi pourvues de combustibles indigènes et étrangers, où l’industrie et l’agriculture tendent à se développer, tous les intérêts se réunissent pour conseiller l’abandon des forêts. Dans plusieurs autres, au contraire, la destruction inconsidérée des forêts, l’abus du pâturage, ont imprimé à la civilisation une impulsion rétrograde et tué tous les germes de prospérité qui se rattachent au boisement des hautes montagnes, à l’exploitation des mines, à l’égalité du climat, à l’abondance des sources et à la régularité des cours d’eau. Pour rechercher le système d’administration qui convient à des conditions aussi opposées, nous exposerons d’abord successivement les faits qui nous paraissent devoir être adoptés comme point de départ de cette étude.

2La surface entière du royaume comprend environ 52 769 000 hectares répartis à peu près comme suit entre les principaux emplois attribués au sol :

Cultures agricoles, vergers et plantations diverses 34 164 000
Forêts 8 580 000
Terres en friche (landes, pâtis, bruyères, broussailles, dunes) 7 885 000
Constructions, routes, rues, places publiques, etc. 1 475 000
Rivières, ruisseaux, étangs et canaux 665 000
52 769 000

3La surface attribuée ci-dessus aux forêts comprend outre les terrains boisés une certaine quantité de terrains vagues disséminés ça et là par faibles parcelles au milieu des terrains boisés : elle se répartit à peu près comme suit entre les principales catégories de propriétaires et les deux modes principaux de culture.

4 Des recherches fort étendues faites en 1838 à l’aide de documents recueillis par les administrations des forêts et des mines ont conduit à cette conclusion que le sol du royaume fournit à la consommation intérieure 55 000 000 stères cordés de bois. Dans une évaluation approximative on peut admettre que les forêts françaises rapportent annuellement, savoir :

2 060 000 hect. de futaies à raison de 8st par hect 16 480 000 st
6 520 000 hect. de taillis à raison de 3st8 par hect 24 780 000
= 8 580 000 hect. à raison de 4st81 par hect = 41 260 000

5Le surplus de la consommation provient surtout des plantations isolées et des clôtures vives qui, dans plusieurs provinces, fournissent aux populations la plus grande partie du combustible et du bois d’œuvre qu’elles consomment ; une quantité considérable de bois et de combustible est encore fournie par les landes, les pâtis et les bruyères dues souvent à la destruction d’anciennes forêts et qui produisent ça et là une certaine quantité de bois, de buissons, de broussailles et autres végétaux sous ligneux. Enfin la population tire encore de précieuses ressources des arbres plantés sur le bord des routes et des cours d’eau, de l’émondage annuel et de la destruction des arbres fruitiers hors d’âge, des mûriers, des vignes, etc. La quantité de bois cordé équivalente à tous ces produits serait environ : 13 740 000 stères.

6À raison d’une tonne par 3 stères, la quantité de ligneux provenant de ces deux sources serait donc en tonnes :

– forêts proprement dites à raison de de 1t6 par ha 13 753 000 tonnes
– plantations, haies, friches, arbres fruitiers 4 580 000 –
= 18 333 000 –

7La France exporte chaque année dans quelques districts étrangers adjacents à sa frontière de terre une quantité insignifiante de produits forestiers. Elle importe au contraire des pays étrangers, en partie par la frontière de terre, mais surtout par le littoral une quantité fort considérable de ces mêmes produits. Pour les deux années 1844 et 1845, l’excédent des importations sur les exportations évaluées en tonnes de ligneux s’est élevé moyennement à 628 000 tonnes.

8Les mines indigènes et étrangères fournissent maintenant à la consommation intérieure une quantité considérable de combustibles minéraux : les éléments principaux de cette consommation sont donnés pour l’année 1845 par les chiffres suivants :

Production indigène 4 202 000 t
Importations des pays étrangers 2 207 000 t = 6 409 0001
à déduire pour exportations à l’étranger 66 000
Consommation intérieure = 6 343 000

9Ainsi qu’on l’a déjà indiqué précédemment chacune de ces tonnes de combustible minéral peut être considérée comme équivalente à 115 de ligneux. Enfin les tourbières ont fourni pendant l’année 1845, à la consommation domestique et à certaines industries un poids de 506 000 tonnes : le pouvoir calorifique d’une tonne de tourbe peut être considéré comme équivalent à celui d’une demi-tonne de houille ou de 0t75 de ligneux.

10Les études faites en 1838 n’ont point permis d’évaluer avec quelque certitude la proportion qui existe entre le bois d’œuvre et les combustibles fournis par le sol du royaume ; l’évaluation la plus probable à laquelle on ait pu parvenir porte cette proportion à 1/5 soit à 3 666 000 tonnes.

11Les principaux éléments de la consommation du bois d’œuvre et des combustibles peut (sic) donc se résumer dans les chiffres suivants :

12 Si l’on admet que le ligneux produit en France, en dehors des forêts proprement dites, absorbe la même surface que celui qui provient des forêts mêmes ; que la production du bois dans les pays étrangers, ait lieu dans les mêmes conditions qu’en France ; que celle de houilles tant indigènes qu’étrangères exige les surfaces indiquées au § (le numéro manque) ; qu’enfin chaque hectare de tourbières produise moyennement 2 000 tonnes de tourbe, la production des quantités de bois et de combustibles indiqués ci-dessus, emploiera tant en France que dans les pays étrangers, les quantités de terrain indiquées ci-après :

13Dans ce total, le terrain strictement nécessaire pour la production des combustibles minéraux ne figure point pour une proportion appréciable : aussi peut-on en faire complètement abstraction ; mais si la France devait consommer à l’état de bois l’équivalent du combustible minéral qui entre déjà dans sa consommation la surface de terrain nécessaire à la production des bois serait :

14 Si l’on représente par l’unité la surface entière du royaume, les surfaces de terrain nécessaires, dans l’état actuel des choses et dans l’hypothèse que nous venons d’exposer, pour produire les bois et les combustibles aujourd’hui indispensables, seraient représentées en millièmes par les nombres suivants :

15Ainsi dans l’état actuel des choses la France consacre les 0,216 de son territoire à la production de bois ; cette proportion s’élèverait à 0,223 si la France ne recevait pas du bois des pays étrangers, et à 0,304 si elle devait tirer de ses forêts la totalité des bois d’œuvre et de combustible qu’elle consomme. Si au contraire la France, suffisamment pourvue de houilles indigènes et étrangers, ne consommait plus de combustible végétal, elle pourrait réduire à 0,050 la surface de terrain nécessaire à son approvisionnement en bois d’œuvre, et livrer par conséquent à la culture plus du cinquième de son territoire aujourd’hui absorbé par la production du bois de feu.

16Or en recherchant la partie du sol qui est spécialement ou accessoirement consacrée à la production des diverses sortes de ligneux, on trouve que la surface totale du territoire peut être répartie approximativement ainsi qu’il suit.

17 On peut donc résumer par les chiffres suivants l’emploi actuel du territoire français.

Surface Proportion
Production de denrées agricoles, friches, construction, routes, etc. 40 666 000 0,771
Production des bois 11 438 000 0,216
Eaux superficielles 665 000 0,013
52 769 000 1,000

18Si l’on admet que le combustible nécessaire à la consommation intérieure puisse être en totalité extrait de mines de houille, et que le sol devenu ainsi disponible, soit le 0,216 de la surface totale, puisse recevoir un usage aussi utile que la portion du sol qui n’est point absorbée aujourd’hui par le service des forêts et des eaux, ce changement de régime permettrait d’accroître la population, l’industrie et en général la force de l’État dans le rapport de 173/771 soit de 0,224. C’est ainsi par exemple que la population qui d’après le dernier recensement était de 34 230 000 habitants, pourrait, sans autre perfectionnement agricole que la suppression de forêts devenues inutiles, être augmentée de 7 670 000 habitants ; être portée par conséquent à 42 900 000 habitants. Si donc aucun obstacle, aucun intérêt public ne s’opposait à une conversion de culture analogue à celle qui est maintenant consommée en Grande-Bretagne et qui a fourni à cet empire tant d’éléments nouveaux de richesse et de puissance, on comprend qu’un gouvernement éclairé et actif devrait provoquer de tout son pouvoir une telle révolution. Dans le nouvel état de choses le territoire recevrait la distribution suivante.

19Ces considérations nous paraissent suffire pour poser nettement les questions que soulève en France l’administration des forêts, et pour en signaler l’importance. Entrant plus avant dans l’examen de ces questions, mais restant toujours au point de vue général qui convient à l’esprit de cette notice, nous signalerons les principales solutions que semble indiquer la nature des choses.

20La France est une des régions du continent européen les plus riches en combustibles minéraux : quatre groupes de houillères sont en outre placés en dehors de ses frontières dans des conditions entièrement favorables pour alimenter toutes les provinces qui y confinent : ainsi le bassin houiller de la Belgique, ceux de la Prusse et de la Bavière rhénanes, fournissent le combustible à l’Alsace, à la Lorraine, à la Champagne et au Hainaut ; les bassins de la Grande-Bretagne alimentent surtout le littoral de la Manche et de l’Océan ; la portion la plus éloignée de ce littoral qui s’étend de l’embouchure de la Loire jusqu’aux Pyrénées est en outre appelée à recevoir concurremment le combustible du bassin des Asturies, l’un des plus riches de l’Europe, et dont l’exploitation prendra inévitablement un grand essor. Ces houilles pénètrent déjà dans toutes les parties du royaume, mais sous ce rapport, l’état des choses serait plus satisfaisant si les canaux exécutés jusqu’à ce jour, au lieu d’avoir été tracés d’après des spéculations théoriques d’hydrographie, avaient été conçus spécialement en vue de transporter la houille c’est-à-dire la matière qu’on peut appeler l’aliment par excellence des voies navigables. Si de plus les canaux rayonnant autour des principaux bassins houillers n’eussent imposé au transport du combustible qu’un faible péage, gradué de manière à compenser en partie l’inconvénient des longues distances, il n’y aurait guère aujourd’hui de centre important d’industries et de population où le prix de vente d’une tonne de houille ne fut compris entre 8 et 30F. L’une des mesures qui importent le plus à l’établissement d’un bon régime forestier consiste à compléter dans cette vue le réseau des voies navigables.

21Les seules couches houillères que l’on connaît aujourd’hui tant en France qu’à proximité des frontières, suffiraient amplement, pendant plus d’un siècle, à une consommation de combustible quadruple de celle qui a lieu aujourd’hui ; d’autres couches seront certainement découvertes par suite du progrès des exploitations ; une exploration plus attentive prouvera ainsi que beaucoup de bassins se prolongent plus loin qu’on ne le suppose maintenant sous les terrains plus modernes qui en forment la limite apparente. Les découvertes de ce genre faites depuis un siècle sont une sûre garantie de celles qui sont réservées à l’avenir. Ainsi, le gouvernement en provoquant une exploitation plus active des houillères indigènes, une importation graduellement croissante des houilles étrangères et l’exécution des voies navigables destinées à faire pénétrer la houille dans toutes les parties du territoire, serait fondé à penser que la pénurie du combustible ne se ferait pas sentir d’ici à un avenir fort éloigné lors même que les forêts qui fournissent aujourd’hui le combustible végétal seraient toutes converties en cultures agricoles. Il suffirait même que la consommation des combustibles minéraux continuât à suivre le mouvement progressif qui s’est manifesté dans les derniers temps pour que le royaume trouvât bientôt sous forme de houille l’équivalent de la consommation actuelle de combustible végétal. Pendant les 20 dernières années, la consommation de combustible minéral a plus que triplé puisqu’elle a augmenté de 2 144 000 à 6 596 000 tonnes : cette même progression assurerait avant vingt ans l’équivalent de la production actuelle des forêts. En résumé, si l’étude des autres conditions démontrait qu’il y a avantage à convertir les forêts en cultures agricoles, on serait assuré que les houillères dont la France dispose pourraient suppléer pendant longtemps au vide produit par ce changement. Sur ce point essentiel, la France n’a pas les mêmes motifs que la Scandinavie, la Russie, plusieurs régions de la Hongrie, de la Pologne et de l’Allemagne, pour interdire le défrichement des forêts sur les terrains qui dans l’état actuel de la civilisation sont plus propres à la production des denrées agricoles.

22Mais il s’en faudrait de beaucoup que l’application libre de ce principe entraînât le défrichement de tous les massifs boisés, même après l’achèvement des voies navigables qui provoqueront le transport des houilles dans toutes les principales subdivisions du royaume. Il existe beaucoup de forêts pour lesquelles la rente annuelle du terrain, est supérieure à celle que donnerait la culture agricole : c’est ainsi que les massifs boisés du Morvan et du bassin de l’Yonne qui servent à l’approvisionnement de Paris, donnent ordinairement par hectare un revenu de 30 à 60F, lorsque le revenu des premières terres cultivées en céréales est toujours inférieur à 15F. Il existe même en France beaucoup de terrains dont le sol est à peu près impropre à toute culture agricole, et qui par conséquent resteront cultivés en forêts pourvu que la vente du bois donne au propriétaire le moindre revenu. Il est clair d’ailleurs que, toutes autres choses restant égales, le défrichement d’une partie de la surface boisée amènerait une certaine augmentation sur le prix des produits forestiers et donnerait par conséquent de nouveaux encouragements à la culture des forêts conservées.

23Le commerce des bois étrangers ne paraît pas appelé à exercer sur le régime forestier du royaume une influence aussi prononcée que l’exploitation et le commerce des combustibles minéraux. La France, à la vérité, est le principal débouché des bois que la Suède, la Norvège et la Russie exportent chaque année en quantité considérable sur le littoral maritime sud-ouest de l’Europe : ce commerce paraît appelé à prendre encore dans l’avenir un certain développement ; il convient donc d’accorder à cette circonstance une très sérieuse attention. Cependant les chiffres rapportés précédemment prouvent que les bois étrangers n’entrent que pour une faible proportion, moins de 3 %, dans la consommation totale du royaume ; si l’on considère d’ailleurs le renchérissement que le transport du littoral à l’intérieur fait subir aux bois étrangers, et l’avantage qu’assurent aux bois indigènes le flottage et la navigation à la descente, on comprend qu’un grand État tel que la France, qui ne se réduit pas comme la Hollande, par exemple, à une zone maritime, devra toujours tirer de ses propres forêts, la plus grande partie de son approvisionnement.

24Trois motifs principaux nous paraissent démontrer que dans les conditions propres au territoire français, le gouvernement doit favoriser l’établissement des cultures agricoles partout où celles-ci donneraient des produits plus avantageux que les forêts. En premier lieu, ainsi que nous l’avons prouvé ci-dessus, l’abondance des combustibles minéraux permettrait au besoin de suppléer à la diminution qui se pourrait manifester dans la production du combustible végétal. En second lieu, les sols impropres à tout autre usage, que des propriétaires intelligents consacreraient toujours à la culture des produits forestiers, offrent une étendue très considérable : si le progrès de la population obligeait le gouvernement à donner une plus sérieuse attention au bon emploi du territoire, rien ne serait plus facile que de tirer de la surface boisée réduite par le défrichement, un produit plus considérable que celui qu’on obtient aujourd’hui. Les maigres taillis, les futaies dévastées qui abaissent aujourd’hui à 1t6 de ligneux le produit moyen des forêts françaises pourraient certainement produire 3t en moyenne par une culture plus convenable : selon toute vraisemblance il serait même possible, sous un climat plus propre à la végétation, d’aller dans plusieurs forêts françaises au-delà du produit moyen de 5 tonnes obtenu dans les forêts du Hartz. Enfin en troisième lieu, le territoire présente, ainsi qu’on l’a vu précédemment, 7 885 000 hectares, soit 0,15 % des terres en friches, provenant en grande partie de la destruction d’anciennes forêts. Ces terres livrées pour la plupart à une exploitation inintelligente, ne fournissent aux populations que des ressources insignifiantes. Si donc l’établissement de cultures agricoles indispensables aux progrès de la population restreignait plus qu’il ne convient la surface boisée, on trouverait aisément dans les terrains en friche une large compensation. Il ne paraît donc pas qu’en de telles conditions le gouvernement français puisse empêcher le défrichement des terrains plus propres à la culture des denrées agricoles qu’à celle du bois. L’intérêt public lui commande au contraire de provoquer cette conversion dans tous les cas où l’étude des faits locaux prouve qu’il en doit résulter un avantage.

25Mais ce principe incontestable d’économie publique présente dans l’application certaines difficultés. La France où existent des alternatives extrêmement tranchées de pluies et de sécheresse appartient à la région signalée au § (le chiffre manque) et dans laquelle il importe de maintenir des forêts sur les sommets et les pentes rapides des montagnes. À la vérité les régions qu’il importe de maintenir boisées sont la plupart du temps impropres à toute autre culture ; ou du moins les cultures ou les pâturages qu’on y peut établir après le défrichement ne tardent pas à être détruits par les eaux atmosphériques qui ravinent et entraînent bientôt dans les vallées la terre végétale. Le propriétaire est donc au fond intéressé à conserver la seule culture qui puisse non seulement donner de la valeur au terrain mais encore assurer l’existence du sol végétal. Cependant l’expérience prouve que l’on ne peut toujours se confier sur ce point important aux inspirations de l’intérêt privé. Dans les hautes montagnes des Alpes et des Pyrénées par exemple, où le bois sur pied faute de voies de transport convenables n’a aucune valeur, les propriétaires détruisent les plus belles forêts pour former des pâturages et obtenir du moins un revenu temporaire de terrain qui ne rapportent rien. Plus tard, ils abandonnent complètement les cantons déboisés, dès que ceux-ci sont devenus stériles. Lorsqu’au contraire le bois a une certaine valeur, l’appât d’une réalisation immédiate peut porter encore à défricher au risque de livrer le sol à une éternelle stérilité. Les mêmes sentiments d’avidité et d’imprévoyance qui poussent tant de propriétaires à louer leur bien à des prêteurs usuriers leur conseillent à plus forte raison de réaliser, quelque onéreuse que puisse être au fond une telle opération, tout le bois existant sur pied dans leurs forêts. D’un autre coté, jusqu’à ce que l’achèvement de nos voies navigables permette au combustible minéral de pénétrer à bas prix dans toutes les parties du territoire, il existera certaines régions où la population ne pourra tirer seulement des forêts le combustible nécessaire à sa consommation ; la destruction complète des forêts produirait dans de telles régions les mêmes inconvénients que dans les contrées complètement dépourvues de combustible végétal. On comprend donc que ces deux considérations aient armé le gouvernement contre les tendances de l’intérêt privé et que la loi de 1827 par exemple ait soumis le propriétaire qui veut défricher les forêts à l’obligation de se pourvoir d’une autorisation du gouvernement. Mais pour qu’une telle loi n’apporte pas d’entraves au développement de la richesse publique et ne mette point en soupçon l’impartialité de l’administration chargée de l’appliquer, il faut évidemment que celle-ci soit sans cesse conseillée par des personnes ayant une parfaite intelligence de tous les intérêts qu’il faut prendre en considération. Il faut aussi, et c’est un des plus graves inconvénients d’un tel régime, que de nombreux agents, surveillant de près les propriétaires de forêts, suivent tous les détails de leur exploitation, distinguent les coupes de bois commandées par l’aménagement régulier des forêts, de celles qui signalent une tendance évidente au défrichement, en un mot, se tiennent toujours en mesure de réprimer les tentatives qui auraient pour but d’enfreindre directement ou d’éluder la loi.

26Cette intervention constante de l’administration dans l’exercice de la propriété privée présente, on ne peut se le dissimuler, les plus graves inconvénients. Cette surveillance implique une quantité considérable de travail qui ne contribue en rien à la production de la richesse ; elle est nécessairement gênante pour la propriété privée si elle est exercée d’une manière efficace ; dans le cas contraire, elle n’empêche nullement l’appauvrissement du sol forestier. Aussi la loi de 1827 avait-elle admis qu’une telle entrave devait être essentiellement temporaire et décidé qu’un terme de 20 années suffirait, pour préparer un nouveau régime forestier, conforme aux exigences de l’intérêt public et laissant toute liberté aux tendances de l’intérêt privé. Ce délai que la force des choses conduit à prolonger nous paraît suffisant, comme il l’était en 1827, pour doter la France d’un régime forestier qui lève toutes les difficultés du régime actuel. Les faits et les principes exposés dans le cours de cette notice, semblent indiquer les études et les travaux énumérés ci-après, au premier rang des mesures propres à amener un tel résultat.

27 La base fondamentale du régime forestier est le tracé d’une carte forestière normale, dressée sur la plus grande échelle que comportent les documents topographiques dont l’administration dispose. Cette carte présenterait le périmètre aussi détaillé que possible des surfaces qui, dans tout état de chose, doivent être spécialement consacrées à la culture des forêts, soit dans l’intérêt de la météorologie et du régime des eaux, soit pour suffire dans toute éventualité probable aux besoins qui ne peuvent être satisfaits d’une manière plus convenable au moyen des combustibles minéraux et des bois étrangers. Ces surfaces qui comprendraient les hautes montagnes, les terrains à fortes pentes, les parties du territoire les plus stériles et les moins propres à la production régulière et soutenue des denrées agricoles, seraient déterminées par des commissions administratives où seraient réunies toutes les connaissances d’économie sociale, d’art forestier, de géologie et d’art des mines, d’agriculture, de travaux publics, de météorologie, etc. qu’exige impérieusement la solution de questions aussi complexes. Ces surfaces seraient réunies par la loi au domaine national et déclarées inaliénables : une indemnité équitable serait accordée aux anciens propriétaires suivant les règles de l’expropriation pour cause d’utilité publique, pour les terrains qui ne seraient pas déjà propriété de l’État. Un corps d’ingénieurs forestiers serait spécialement chargé de porter la culture du sol ainsi affecté aux forêts au degré de perfection que permettent d’atteindre l’état actuel de l’art et la nature du climat.

28Les mêmes commissions administratives devraient dresser une carte de la consommation normale des bois et des combustibles, signalant l’état de choses qui devrait être accompli, ou en voie avancée d’exécution à l’expiration du régime exceptionnel établi par la loi aujourd’hui en vigueur. On y indiquerait les régions qui dans l’état normal des houillères, des forêts et des voies de communication, doivent être alimentées par chaque mine, et chaque forêt située tant en France que dans les pays étrangers. On tracerait avec le plus grand détail les voies navigables à établir pour faire pénétrer dans les régions, les bois et surtout les combustibles minéraux : on donnerait la même attention au tracé des réservoirs d’eau et des voies de flottage qu’il faudrait créer à peu de frais, suivant les beaux exemples de l’Illyrie, de la Bohème, de la Hongrie, etc., pour assurer un débouché facile aux bois existant déjà, ou à produire dans les régions les moins accessibles des Alpes, des Pyrénées, du Jura, des Cévennes, etc. On indiquerait les péages à établir et les frais de transport qui ne devraient pas être dépassés pour assurer à toutes les parties du territoire le combustible à un prix modéré. En réglant les ressources qu’il faut assurer à chaque région, il faudrait considérer non seulement les besoins actuels, mais encore ceux que ferait naître un meilleur ordre de choses : il faudrait par exemple donner une sérieuse attention aux gîtes métallifères qui abondent dans les montagnes mêmes qu’il s’agit de reboiser et qui dans la suite offriront aux produits forestiers et aux combustibles minéraux des débouchés en quelque sorte illimités.

29Des mesures décisives seraient immédiatement prises pour constituer un corps d’ingénieurs forestiers placé par son savoir et son expérience à la hauteur de la mission que lui assignerait le nouveau régime. Les élèves seraient pris à l’École polytechnique ainsi que cela a déjà lieu pour tous les services publics dont la pratique implique la connaissance des sciences exactes et des sciences d’observation : l’éducation spéciale serait donnée dans une école où l’étude des sciences élémentaires se trouverait naturellement supprimée et dans laquelle l’enseignement aurait essentiellement pour objet la théorie et la pratique de l’art forestier. Conformément aux convenances précédemment signalées, on s’y abstiendrait de ces spéculations théoriques ayant pour but d’étayer des systèmes conçus a priori, et qui nous ont toujours paru occuper trop de place dans l’enseignement des grandes écoles forestières de l’Europe. La partie essentielle de l’enseignement consisterait en un exposé approfondi et détaillé des procédés de culture pratiqués dans toutes les contrées où les forêts donnent les plus beaux produits : le choix des méthodes décrites serait tellement fait que les élèves connussent au moins un exemple de tous les cas importants qu’offrirait la culture des forêts domaniales du royaume. L’instruction des élèves serait complétée par des voyages et par des stages dans les diverses régions boisées de la France et de l’Europe. Les ingénieurs et les élèves les plus distingués seraient chargés de décrire les conditions générales de la végétation et les procédés de culture suivis dans les diverses régions du globe et fourniraient ainsi à la science en général et plus spécialement à l’administration et à l’École forestière les connaissances dont l’absence se fait si regrettablement sentir aujourd’hui. Un tel mode de recrutement produirait certainement ses fruits avant un délai de 20 années ; il assurerait aux ingénieurs forestiers soit en France, soit dans les pays étrangers, l’influence qu’un système analogue d’éducation assure depuis longtemps aux ingénieurs de l’artillerie, du génie militaire, des Mines, des Ponts et Chaussées, etc.

30Les dépenses qu’entraînerait l’acquisition d’une partie du sol forestier domanial, la mise en valeur de ceux de ces terrains qui sont aujourd’hui déboisés, enfin la création successive de voies de transport et de flottage dont l’exécution aurait été arrêtée en principe sur les cartes de consommation, seraient acquittées en partie par les réalisations effectuées sur les portions du domaine actuel qui ne devraient pas être conservées et qu’il serait avantageux de livrer à la culture. Le surplus serait fourni par un emprunt. Le nouveau régime aurait pour résultat d’ajouter au domaine national des propriétés qui dans l’avenir acquèreraient une valeur considérable ; toutes les propriétés agricoles recevraient également dans l’avenir, du boisement des montagnes, de l’amélioration du climat, de la régularité donnée aux sources et au régime des eaux superficielles, un énorme accroissement de valeur : il serait donc convenable de ne point prélever sur les revenus ordinaires de l’État les dépenses nécessaires à l’établissement du nouvel ordre de choses et de rejeter en partie sur l’avenir les charges d’une entreprise qui doit profiter à l’avenir aussi bien qu’au présent. L’emprunt est d’ailleurs le seul moyen d’imprimer aux travaux une impulsion assez décidée pour que la génération présente soit soustraite aux inconvénients du régime exceptionnel établi par la loi de 1827. Pourvue de moyens financiers convenables, l’administration serait immédiatement en mesure de commencer cette grande réforme : elle dispose déjà d’un personnel distingué d’ingénieurs forestiers et d’agents inférieurs dévoués à la profession et formés à la culture des forêts domaniales ; l’École forestière actuelle fournit d’utiles moyens d’éducation qui se perfectionneraient aisément, dès que l’École se recruterait (sic) plus haut qu’elle ne le fait aujourd’hui. L’impulsion donnée tant en France qu’à l’étranger à l’exploitation des houillères peut suffire désormais à toutes les éventualités du nouveau régime, et devancer au besoin les nécessités que feront naître les nouvelles voies de transport qui seront créées. Le mouvement s’accélérerait d’année en année, et il y a lieu de présumer qu’après un nouveau délai de vingt ans les montagnes complètement reboisées préserveraient la totalité du territoire contre les fléaux qui le dévastent aujourd’hui ; les éclaircies pratiquées sur les jeunes plantations commenceraient déjà à livrer des produits ; les combustibles minéraux amenés par de nouvelles voies navigables et les bois fournis par le défrichement progressif des terrains dorénavant consacrés aux cultures agricoles, combleraient le vide causé par la conversion des taillis en futaies dans certaines forêts rattachées au domaine national. L’existence des forêts indispensable à la prospérité publique étant dorénavant garantie contre toute inspiration de l’intérêt privé, il deviendrait inutile d’apporter sous ce rapport aucune entrave à l’exercice du droit de propriété.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search