Version classiqueVersion mobile

Des forêts

 | 
Frédéric Le Play

Chapitre V. Considérations relatives à l’administration des forêts

§ 21. Influence de l’exploitation des combustibles minéraux sur le régime forestier ; comparaison des frais de production des bois et de la houille

Texte intégral

1La proximité ou l’éloignement des mines de houille est sans contredit la circonstance qui doit le plus influer sur le régime forestier qui convient à chaque contrée. Les bois employés comme combustible forment au moins en Europe les 9/10 du produit total des forêts ; d’un autre côté, dans toute contrée parvenue à un certain degré de civilisation, les combustibles fournis par les forêts, se vendent à un prix beaucoup plus élevé que ceux extraits des mines de houille. La houille développe à poids égal deux fois plus de chaleur que le bois séché à l’air : elle convient mieux que ce dernier à une foule d’usages et peut le remplacer sans inconvénient grave dans la plupart des autres emplois. Si donc toutes les parties de l’Europe étaient pourvues de mines aussi riches que celles qui sont exploitées aujourd’hui dans plusieurs contrées, les forêts perdraient la plus grande partie de leur utilité et la force des choses conduirait à les remplacer par d’autres cultures dans toute localité où le sol aurait acquis quelque valeur.

2Pour mettre ces vérités dans tout leur jour, nous allons indiquer les dépenses et particulièrement les consommations de travail humain qu’exige, dans des conditions moyennement favorables, la production annuelle de 30 000 tonnes de houille : la comparaison de ce résultat avec celui qui a été présenté pour le même poids de ligneux, caractérisera beaucoup plus nettement que ne le pourraient faire de longues considérations, les avantages qu’assure à la civilisation l’exploitation des combustibles minéraux. Pour obtenir un résultat éloigné des cas extrêmes, nous nous placerons dans des conditions moyennes analogues à celles qui ont été admises pour la production du ligneux ; et nous supposerons que le terrain houiller choisi comme terme de comparaison renferme quatre couches distinctes de combustible ayant une épaisseur totale de 5m, disposées horizontalement à une profondeur moyenne de 300 mètres au-dessous de la surface. Nous supposerons aussi que le lieu de consommation soit placé à 300 kilomètres du lieu de production : que sur une longueur de 97 kilomètres le transport ait lieu sur un canal relié à la mine par un chemin de fer de deux kilomètres ; qu’enfin une route longue d’un kilomètre, joigne le même canal au lieu de consommation.

3Un tel terrain renferme à l’état de houille, sous chaque portion de la surface, une puissance calorifique telle que l’acte (?) de la végétation ne pourrait produire l’équivalent sous forme de ligneux, à raison de 3 tonnes par hectare et par an, que dans le cours de 31 000 années. Le pays qui dispose d’une telle richesse est donc exactement dans le même cas que s’il possédait une surface de forêts incomparablement plus grandes que celles du terrain houiller. Si par exemple, confiant dans les éventualités que l’avenir réserve à l’humanité, le législateur n’étend pas, en ce qui concerne l’approvisionnement du pays, ses préoccupations au-delà de trois siècles, il pourra demander à chaque hectare de terrain houiller une production annuelle de 208 tonnes de houille équivalentes à 312 tonnes de ligneux ; regarder en conséquence chaque hectare de terrain houiller comme équivalent à 104 hectares de forêts, et réduire ainsi considérablement en faveur de l’agriculture la surface de terrain que sans cette circonstance il eût fallu consacrer à la production des bois.

4Quant aux conditions de l’extraction de la houille dans de telles circonstances, elles sont indiquées dans le tableau suivant avec tout le détail nécessaire pour la comparaison que nous voulons établir.

5En groupant comme nous l’avons fait les principaux éléments de ce prix de revient, et les rapprochant des éléments analogues relatifs à la production des deux sortes de combustibles, on arrive aux résultats indiqués ci-après :

6En comparant le prix de revient de la houille et du ligneux, on voit que la tonne de houille revient à 13F55 dans les conditions analogues à celles où la quantité équivalente de ligneux (1,5 tonne) reviendrait à 44F10. Ces résultats démontrent que dans toute contrée, pourvue de bonnes voies de communication, où le sol atteint la valeur modérée correspondant à une rente annuelle de 24F par hectare, les forêts en ce qui concerne la production du combustible ne peuvent soutenir la concurrence des houillères. Si même pour rendre la comparaison plus favorable au ligneux, on suppose qu’au lieu d’être transporté à 100 kilomètres, ce dernier puisse être consommé sur place et ne revienne en conséquence au consommateur qu’au prix de 38F82 ; si d’un autre côté on admet que pour se répandre sur toute la surface du territoire la houille supporte des frais de transport plus élevés de 50 % que le prix moyen payé dans l’exemple précédent sur l’ensemble des voies parcourues, on trouvera encore qu’au milieu même des forêts la houille serait préférée au ligneux dans toute localité située à moins de 450 kilomètres d’une houillère. Dans de telles conditions l’industrie privée réprouvera naturellement à produire ce combustible végétal ; elle introduira les cultures agricoles sur les neuf dixièmes au moins de l’ancienne surface boisée et ne conservera d’autres forêts que celles qui sont indispensables à la production des bois d’œuvre. Si à la faveur des gîtes de houilles, l’industrie minérale et manufacturière a déjà pris un grand développement, cette conversion de culture se fera à tous égards avec un grand avantage : on s’empressera en effet de réaliser le capital considérable représenté par les bois sur pied, avant que les progrès incessants des houillères et des voies de communication, n’en aient trop déprécié la valeur ; et l’on prélèvera sur les produits de cette réalisation le capital nécessaire à l’établissement des nouvelles cultures ; enfin la demande croissante de denrées agricoles par une nombreuse population manufacturière assurera aisément par hectare un revenu net supérieur aux 24F que la concurrence des houillères ne permettrait plus d’obtenir du sol forestier. Si enfin la même contrée présente une grande étendue de rivages maritimes, si les ports situés sur ce rivage peuvent recevoir à bas prix et expédier dans l’intérieur des bois d’œuvre provenant de pays étrangers, on conçoit que la surface du sol boisé, tendra encore à se réduire ; que les forêts proprement dites pourront disparaître à peu près complètement, et que des plantations isolées, associées ça et là aux cultures agricoles, pourront suffire aux besoins des régions qui ne sont point en position de s’approvisionner de bois étrangers. Il est évident d’un autre coté que ces tendances de la propriété privée ont pour résultat d’accroître la population et le revenu net c’est-à-dire la puissance et la richesse de l’État. Le gouvernement devra donc s’associer à ces tendances si, d’ailleurs, les houillères connues peuvent suffire à la consommation pendant plusieurs siècles, si, à raison de l’humidité constante du climat, la suppression des forêts ne doit nuire en rien à la météorologie et au régime des eaux, si enfin la conversion des cultures, exempte d’inconvénients, vient servir tous les intérêts.

7Toutes les hypothèses que nous venons de faire sont aujourd’hui réalisées pour la Grande-Bretagne : la conversion des forêts en cultures agricoles, commencée et poursuivie progressivement depuis plusieurs siècles est maintenant accomplie à ce point que l’économie domestique et les usines n’y consomment guère à l’état de bois et de charbon de bois que cinq millièmes de la consommation totale de combustible ; encore est-il vrai de dire que cette consommation n’implique pas toujours une culture spéciale, et est en partie fondée (par exemple en Staffordshire, en Yorkshire, en Cornouailles, etc.) sur les déchets de la culture du bois d’œuvre.

8La prépondérance prise depuis un siècle et demi par la Grande-Bretagne, la direction imprimée à son commerce et à son industrie, les tendances qui se révèlent chaque jour dans sa politique, sont en grande partie le résultat de la révolution consommée sous ce rapport dans son régime économique. La législation devait donc y favoriser la conversion des forêts en cultures sous peine de compromettre le développement des germes de puissance que renfermaient les innombrables gîtes houillers ; de retarder l’accomplissement des hautes destinées que présage une si grande richesse naturelle.

9On ne connaît jusqu’à ce jour en Europe aucune autre grande division naturelle du sol, où l’abondance des gîtes houillers permette de renoncer presque complètement à la production du combustible végétal ; mais plusieurs districts en France, en Belgique, dans les provinces rhénanes, en Westphalie, en Silésie, en Pologne, en Espagne, etc. sont à surface égale aussi libéralement dotés, que beaucoup de régions carbonifères de la Grande-Bretagne. Ces districts houillers exercent sur les provinces dont ils font partie une profonde influence ; déjà même plusieurs d’entre eux ont pris sous le rapport industriel une prépondérance qui balance à quelques égards celle de la Grande-Bretagne. Il importe donc que dans le rayon d’activité de ces gîtes carbonifères, on cesse de produire à grand frais le combustible végétal ; il convient que la totalité du sol y soit consacrée à l’agriculture puisqu’en présence d’une accumulation de combustible indéfinie, l’accroissement de la population industrielle n’a d’autres limites que celles qui résultent de l’approvisionnement en denrées alimentaires. Lorsque de tels gîtes houillers font partie de grands empires qui sur d’autres points devront toujours demander le combustible aux forêts, il faut évidemment que le législateur établisse une distinction entre les deux sortes de régions. Une loi générale qui prétendrait régler uniformément, dans toutes les parties du territoire, les moindres détails de l’économie forestière, et qui par exemple imposerait au XIXe siècle, la conservation de toutes les forêts situées près des plus riches mines de houille, anéantirait en pure perte les principaux éléments de la richesse et de la grandeur de l’État.

10La Grande-Bretagne présente sur les deux rivages de la Basse-Écosse, sur les côtes des comtés de Northumberland, de Durham, de Sommerset, de Glocester, de Chester, de Lancaster, de Cumberland, sur les rivages Nord et Sud de la principauté de Galles, des bassins carbonifères qui paraissent s’étendre à de grandes distances sous les mers contiguës. Les gîtes qu’on y a reconnus jusqu’à ce jour pourraient seuls suffire pendant dix siècles à la consommation de toutes les provinces maritimes de l’Europe. Dans de telles conditions, les exploitants de ces bassins se sont trouvés conduits depuis le commencement de ce siècle à prendre, en ce qui concerne le commerce des combustibles, un rôle analogue à celui que remplissent, pour le commerce des bois de construction, les propriétaires des forêts de Russie et de Scandinavie. Déjà les houilles anglaises pénètrent dans toute l’étendue des rivages maritimes de l’Europe, depuis le cap Nord et Saint-Petersbourg jusqu’à Odessa : ce sont elles qui sauf quelques rares exceptions alimentent la navigation à vapeur du monde entier. Chaque jour le progrès des moyens d’exploitation et de transport, réduit le prix de vente de la houille ; chaque jour aussi l’attrait du bon marché fait renoncer aux habitudes et aux préjugés qui jusqu’alors avaient fait préférer le combustible végétal. L’emploi de houille de Grande-Bretagne est donc appelé à prendre sur le littoral maritime de l’Europe un très grand développement ; et il est évident que les législations forestières du continent et des îles adjacentes doivent tenir compte de la zone maritime qui, dans le cours naturel des choses, doit demander aux mines de Grande-Bretagne son approvisionnement de combustible.

11Sans doute les raisons qui conseillent la destruction des forêts et l’adoption de cultures plus profitables dans les contrées qui se peuvent aisément pourvoir de combustible minéral, seront parfois balancées par celles qui motiveraient en tout état de choses la conservation des forêts. Mais sans contredire les considérations exposées au § (le numéro manque), on peut conclure de ce qui précède qu’aucune législation forestière applicable à une partie importante du territoire européen ne peut omettre au XIXe siècle de donner une très sérieuse attention à la distribution géographique des bassins carbonifères.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/34175/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 32k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search