Version classiqueVersion mobile

Des forêts

 | 
Frédéric Le Play

Chapitre V. Considérations relatives à l’administration des forêts

§ 19. Nécessité d’une législation exceptionnelle

Texte intégral

1La production des aliments, comme celle des bois exige une certaine surface de terrain ; sur un territoire limité, les exigences de ces deux sortes de culture impliquent nécessairement une certaine opposition, puisque l’une d’elle ne peut s’étendre qu’aux dépens de l’autre. Or la nourriture que produisent les cultures agricoles est le plus impérieux besoin des populations : l’habitation, le chauffage auxquels les forêts ont spécialement pour objet de pourvoir ne viennent qu’en seconde ligne. Dans la lutte qui s’établit sous ce rapport, chez les peuples qui mettent à profit tout leur territoire, les intérêts privés se trouvent donc naturellement conduits à sacrifier la forêt à l’agriculture. D’autres motifs très puissants tendent sans cesse à pousser dans cette voie les populations.

2Les aliments sont en général d’une conservation très difficile : ce qui serait produit au-delà des besoins serait ordinairement perdu d’une année à l’autre ; il est donc fort rare qu’à l’époque d’une récolte quelconque, on possède encore en réserve 1/10 de la récolte précédente. Dans le cas le plus favorable, et par exemple pour les céréales qui s’altèrent moins avec le temps que la plupart des autres aliments, la conservation au-delà du terme d’une année entraîne des frais considérables dus surtout au déchet de la matière, aux pertes d’intérêts sur le capital concerné, aux magasins étendus qu’exigent des substances qui pour un volume déterminé n’ont qu’une faible valeur marchande. Au point de vue de l’intérêt public on a pu être conduit assez logiquement à supprimer ces dispendieuses réserves de grains que plusieurs administrations prévoyantes croient devoir encore conserver pour remédier aux disettes partielles et locales que produit nécessairement un tel état de choses. Les administrations les plus éclairées de l’Europe croient pouvoir compter sur l’association en chaque lieu de cultures très diverses, et sur la solidarité qu’établissent entre tous les peuples les progrès du commerce et des voies de communication. L’expérience prouve toutefois que l’on ne peut complètement remédier ainsi à l’insuffisance des récoltes locales : le raisonnement même prouve que dans le système de l’économie moderne, on ne pourra jamais conjurer complètement les chances, très rares sans doute mais possibles, qui de loin en loin amènent une diminution générale des récoltes sur une grande étendue de la surface du globe. Il est donc dans la nature des choses que la disette ou du moins le renchérissement des denrées agricoles, stimule fréquemment les populations à augmenter aux dépens des forêts, la culture agricole, alors même que la production de celle ci, considérée pendant plusieurs années successives, serait parfaitement en harmonie avec les besoins du pays. Jamais la tendance inverse ne se manifeste par suite de l’irrégularité de la végétation. Dans chaque contrée, la production du bois implique l’existence d’une quantité de bois sur pied vingt fois, souvent même cinquante fois plus grande que la récolte annuelle : cette réserve naturelle conjure toute éventualité de disette. La production annuelle est d’ailleurs à peu près indépendante de la régularité des saisons ; enfin la récolte portant toujours sur le ligneux produit pendant un grand nombre d’années, est de fait complètement indépendante des irrégularités annuelles.

3Dans toute contrée où le sol fournit convenablement aux besoins de la population, celle-ci tend irrésistiblement à s’accroître : si on suppose que sur un tel sol complètement mis à profit, les deux cultures présentent un juste état d’équilibre, il semblerait au premier aperçu que le progrès de la population devrait être doublement arrêté par l’insuffisance du sol consacré à chaque culture. Il n’en est point ainsi cependant : la population pourra pendant quelque temps continuer à s’accroître, et à consommer une quantité croissante d’aliments et de bois, en remplaçant les forêts par les cultures agricoles et en convertissant, dans les forêts conservées, les futaies en taillis. Mais ce progrès, hors de proportion avec les ressources du territoire, aura nécessairement pour limites l’épuisement des réserves créées par l’ancienne économie forestière. À dater de ce moment, la pénurie de bois fera nécessairement retomber la civilisation, au-dessous du point où elle était parvenue par une juste pondération des deux cultures. Abandonnée ainsi à son instinct naturel, la population sera donc impérieusement poussée, vers sa ruine : à un essor factice de courte durée succédera une longue période de décadence qui ne prendra fin qu’avec le rétablissement des futaies donnant sur une surface déterminée le plus grand produit en matière.

4Nous avons prouvé que dans toute contrée où le sol et le combustible ont une grande valeur, chaque propriétaire de forêt se trouvait conduit, indépendamment des tendances générales signalées ci-dessus, et en tenant compte du capital que représente le bois sur pied dans les futaies, à convertir ces futaies en taillis : sous l’influence de cette seule cause, l’intérêt privé se trouve directement opposé à l’intérêt général qui commande de tirer d’un territoire limité la plus grande somme de produits.

5Le danger d’un tel état de choses s’est plus ou moins fait sentir dans toute l’Europe et c’est pour le conjurer que les gouvernements les plus éclairés ont compris la nécessité de réprimer par une législation particulière les tendances de l’intérêt privé. La nécessité d’une telle législation, démontrée à la fois par le simple raisonnement que nous venons de faire et par la pratique des peuples les plus avancés en civilisation, ne peut être l’objet d’un doute : il reste maintenant à rechercher quelles doivent être les bases principales de cette législation exceptionnelle.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search