Version classiqueVersion mobile

Des forêts

 | 
Frédéric Le Play

Chapitre IV. Description sommaire des travaux forestiers

§ 16. Choix à faire entre les méthodes suivies par les diverses Écoles forestières

Texte intégral

1La succession de travaux qui se font dans chaque région de forêts, pour la récolte, la reproduction et la conservation des bois constitue à proprement parler le système de culture, la méthode forestière propre à cette région. L’exposé sommaire qui vient d’être fait prouve suffisamment l’extrême diversité de ces méthodes, et l’importance qu’on doit attacher à employer en chaque lieu la méthode qui satisfait le mieux l’intérêt et les besoins qu’il faut servir. Depuis longtemps de vifs débats se sont élevés sur ce point entre les diverses Écoles, entre les praticiens des principaux districts forestiers ; chaque jour ces discussions acquièrent plus d’importance, parce que l’on voit plus clairement qu’un intérêt public de premier ordre s’attache à la meilleure solution.

2Or, il faut reconnaître qu’au milieu des assertions et des théories contradictoires émises sur ce point par les forestiers les plus éminents, il serait impossible à un homme d’État qui voudrait organiser le régime forestier de son pays, de trouver les lumières qui lui seraient indispensables pour une telle entreprise. La science forestière telle qu’elle est constituée aujourd’hui ne lui fournirait aucune de ces solutions nettes, précises, à l’abri de toute discussion, que peuvent souvent donner dans des cas analogues d’autres sciences d’observation, et par exemple, la physique, la chimie, la mécanique, la métallurgie, etc.

3Les efforts que nous avons faits, soit en étudiant les ouvrages les plus réputés, soit surtout en observant les forêts, pour nous former une opinion au milieu de cette confusion d’assertions et de théories, ont arrêté notre conviction sur les causes de l’impuissance actuelle de la science forestière. Parmi celles-ci nous plaçons au premier rang l’inobservation des faits qu’il serait indispensable de connaître pour fonder une théorie solide ; la tendance de certains esprits à trop généraliser, dans cette ignorance des faits, la théorie ou la pratique que certains cas particuliers leur ont suggérée.

4Ainsi que nous l’avons déjà indiqué, la base fondamentale de la science forestière, est la connaissance détaillée et traduite en nombres des lois de la croissance du bois, dans les divers modes de reproduction, pour toutes les essences forestières et dans toutes les combinaisons imaginables, de climat, d’habitation et de culture. Toute théorie, toute assertion qui ne s’appuie pas sur de telles données premières manque de précision et ne peut faire autorité. Or les éléments fondamentaux de la science sont sous nos yeux : il n’y a point de forêt, de bouquet de bois, d’arbre isolé, de buisson qui ne puisse révéler des milliers de faits à un observateur ingénieux et dévoué à la science ; l’exercice de l’art forestier donne occasion de constater journellement une multitude de résultats. Les archives administratives et la mémoire des agents offrent en ce qui concerne la connaissance des faits passés, des ressources incalculables. Tel garde forestier, tel bûcheron sont en mesure de ruiner par le seul énoncé des faits qu’ils constatent depuis un demi-siècle nombre de théories élaborées dans le cabinet. Tant que ces travaux préliminaires n’auront point été menés à bonne fin, la science forestière restera dans le vague où étaient les sciences physiques et chimiques, lorsqu’on n’avait point reconnu la nécessité de mesurer et de peser les phénomènes que ces sciences considèrent, et de poser, comme point de départ de toute argumentation, des faits et des nombres à l’abri de la discussion. On voit en effet, qu’un savant forestier en recommandant aujourd’hui la méthode qu’il préfère, s’appuie ordinairement sur des raisonnements abstraits ou des considérations générales de physiologie végétale, comme les anciens chimistes se fondaient dans des cas analogues, sur certains principes généraux établis a priori, ou fondés sur quelques observations inexactes ou incomplètes. Il n’est donc point étonnant que de tels systèmes conduisent rarement à la vérité, que dans aucun cas ils ne puissent commander les convictions inspirées par des systèmes contraires, et que surtout ils ne puissent prévaloir chez les praticiens dont la conviction est fondée sur une expérience séculaire.

5Ainsi, par exemple, en prenant pour point de départ d’une théorie forestière, ce principe très plausible a priori qu’il faut dans le gouvernement des futaies, se conformer autant que possible aux indications de la nature, et s’attacher à produire tous les phénomènes qui se manifestent dans la croissance spontanée des forêts, on se trouvera conduit à recommander la reproduction par le réensemencement naturel, ainsi que les coupes successives et les éclaircies faites à plusieurs reprises sur la même surface. C’est en effet dans ces conditions que se reproduisent les forêts vierges où les vieux arbres se détruisent successivement à mesure que la jeune forêt se reproduit. Cependant un tel système ne saurait être adopté par l’ingénieur forestier du Hartz qui se croit en mesure de prouver par des faits, par des nombres, que le système exactement inverse produit dans ses montagnes des résultats infiniment supérieurs : le voyageur lui-même en admirant les plus belles forêts de l’Europe, acquiert de suite la conviction que dans un tel débat la pratique aurait raison contre la théorie. La même théorie discutant la question de savoir à quelle époque de l’année, il convient le mieux d’ensemencer les espaces qui ne se repeuplent pas naturellement, sera conduite à affirmer qu’il faut choisir celle où la semence de l’essence dont il s’agit se répand spontanément sur le sol, et à recommander en conséquence dans tel cas particulier le semis d’automne. Cet axiome toutefois sera condamné infailliblement par le praticien de tel district forestier qui aura vingt fois constaté que les semis d’automne ne donnent jamais qu’un repeuplement inégal et que les semis de printemps donnent une réussite complète avec un poids de semence moitié moindre.

6 D’autres théoriciens en partant de principes tout opposés et aussi plausibles, arriveront également à des conclusions que la pratique devra repousser. Ainsi, en se tenant d’abord dans des aperçus généraux, ils pourront exposer avec beaucoup de raisons que les arbres ne trouvent pas nécessairement dans chaque localité les conditions naturelles les plus favorables à leur croissance ; qu’a priori on peut même affirmer qu’il en est autrement dans la plupart des cas ; que chaque essence en effet se présente, sur un même continent dans des conditions extraordinairement variées ; en sorte que si les conditions favorables se trouvent toutes réunies dans quelques localités déterminées, elles manquent nécessairement en partie dans toutes les autres. Ces considérations motiveront logiquement l’opinion qu’en principe l’homme peut très utilement intervenir, dans chaque localité et dans chaque période de la reproduction des forêts, pour remédier à l’imperfection des conditions naturelles de reproduction. Toutefois si ces principes conduisaient à ériger en théorie absolue que l’uniformité de la reproduction doit toujours être assurée par des plantations artificielles ; qu’il faut constamment débarrasser la forêt des herbes et des arbrisseaux qui tendent à envahir le sol ; qu’il faut extirper, dès qu’elles se développent, toutes les essences forestières qui ne font pas l’objet principal de la culture ; que des éclaircies et des élagages doivent chaque année venir en aide aux arbres qui tendent à dominer les autres, cette théorie trouverait de nombreuses contradictions. Elle ne saurait être adoptée, par exemple, par les métallurgistes sibériens qui, intéressés à employer dans les travaux de mines et d’usines une population encore rare, et bornant à la récolte du bois leurs travaux forestiers, retrouvent cependant après un demi-siècle sur des terrains complètement dénudés par cette récolte et que depuis ce temps ils avaient oubliés (voir § 5), une futaie haute de vingt mètres, aussi exclusivement et régulièrement peuplée de la meilleure essence (le pin sylvestre), aussi exempte de broussaille et d’arbrisseaux, aussi nettoyée et élaguée, aussi propre et homogène enfin que le pourrait désirer l’ingénieur le plus méthodique et le plus inquiet de perfection.

7On tombe également dans l’erreur lorsque l’on prétend partout et de toutes pièces appliquer une méthode de culture dont la convenance est parfaitement démontrée pour une localité déterminée. Aucune tendance n’a été plus nuisible aux forêts, et n’a jeté plus de défaveur sur l’une des plus justes et des plus nobles inspirations de la science, l’esprit de réforme et d’amélioration. C’est ainsi que les tentatives inconsidérées faites pour introduire dans les climats où règnent de longues sécheresses les grandes coupes à blanc étoc qui réussissent si bien sous les climats humides du Hartz et du Nord de l’Europe, ont eu pour résultat de détruire les massifs boisés qu’on voulait améliorer. La plupart des forestiers français reconnaissent que la méthode consistant à tout couper sous réserve de 20 arbres par hectare, et que la loi de 1669 imposait en vue de remédier aux inconvénients de l’ancienne méthode de jardinage, n’a produit que fort rarement le bien qu’on en attendait, et qu’en somme elle a beaucoup empiré la situation des forêts françaises.

8En résumé, il nous paraît que dans l’état actuel de la science, on ne peut recommander comme étant d’une application générale, aucune des méthodes forestières qui ont été proposées. Nous ne pensons même pas qu’une telle méthode puisse jamais se propager dans les diverses parties d’un empire où règnent des conditions physiques essentiellement différentes. De toutes les industries humaines la culture forestière est celle qui doit le plus se plier à la multiplicité des conditions premières. La diversité est son essence : le but de la science n’est donc pas de trouver une méthode générale qui devrait être préférée à toutes les autres, mais bien de déterminer par l’observation précise, méthodique de tous les districts boisés du globe, les méthodes qui conviennent le mieux aux divers cas qui se peuvent présenter. H. Cotta, le célèbre chef de l’École de Tharaund, en publiant par ses tables devenues classiques, les lois numériques de l’accroissement des futaies de la Saxe, a ouvert l’ère véritablement scientifique, dans laquelle l’art forestier, renonçant aux conceptions philosophiques établies a priori, ne reconnaîtra d’autre point de départ que l’expérience. Son travail a été pour la science des forêts, ce que la formation des premières tables chimiques a été pour la chimie analytique, avec cette différence toutefois que les lois de la composition des corps inorganiques sont les mêmes vraisemblablement pour tout notre système planétaire, tandis que celles de la croissance du bois varient en chaque point de la surface de la terre. Considérées au point de vue de l’application, les tables de Cotta ne sont donc qu’une indication des recherches plus étendues, plus complètes que réclame chaque district forestier. Tant qu’une telle entreprise n’aura pas été accomplie, aucune école ne pourra être autorisée à recommander l’adoption exclusive d’une méthode quelconque ; aucun gouvernement ne devra, sauf pour des localités très circonscrites, sanctionner par la loi de tels enseignements. La loi française de 1827, s’est montrée avec beaucoup de convenance plus réservée sur ce point que ne l’avait été celle de 1669 : elle n’a rien prescrit touchant le mode de culture applicable à l’ensemble des forêts du royaume. C’est à peine si dans l’ordonnance réglementaire jointe à cette loi, on a cru devoir indiquer ce qu’il fallait essayer pour apporter remède à l’état de dégradation où étaient tombées beaucoup de forêts domaniales. On a pensé avec raison que le meilleur parti était de laisser les ingénieurs forestiers s’inspirer en chaque lieu des indications de l’expérience.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search