Version classiqueVersion mobile

Des forêts

 | 
Frédéric Le Play

Chapitre IV. Description sommaire des travaux forestiers

§ 12. Ordre à établir dans les coupes annuelles

Texte intégral

1Le seul travail rigoureusement indispensable à la production du bois, dans les régions où les forêts se développent spontanément, consiste dans la coupe et l’enlèvement des arbres à certains intervalles éloignés. Ainsi que nous l’avons prouvé en comparant les forêts vierges à celles qui sont appropriées aux besoins de l’homme, la destruction périodique des forêts est non seulement l’unique moyen de tirer parti des bois qu’elles produisent ; c’est aussi le moyen le plus efficace de reproduction et de conservation. Sans doute cette destruction n’est pas l’expression complète de l’art forestier ; les plus belles forêts de l’Europe sont le résultat d’une intervention plus savante et surtout plus soutenue. Cependant elle suffit à la rigueur pour conserver de magnifiques forêts et donner de grands produits. D’ailleurs, dans l’intervalle des coupes, l’intervention de l’homme ne se manifeste pas toujours, tant s’en faut, d’une manière favorable à la conservation et à la reproduction du bois ; et il n’est pas douteux que la richesse forestière de l’Europe serait beaucoup plus grande qu’elle ne l’est aujourd’hui si depuis deux siècles l’influence humaine s’était bornée exclusivement à des coupes périodiques.

2L’exploitation d’une forêt par des coupes opérées périodiquement sur la même surface, à certains intervalles, suppose toujours l’établissement d’un plan général d’aménagement qui détermine à l’avance la situation et la délimitation des coupes annuelles, ainsi que l’ordre suivant lequel celles-ci doivent se succéder. Il est rare, surtout dans les aménagements à longues périodes, que ce plan nommé assiette des coupes dans la technologie forestière, offre toute la régularité dont la convenance se présente d’abord à l’esprit. L’implantation des voies de transport, les dégradations commises à des époques antérieures et beaucoup d’autres conditions locales rejettent souvent à des termes fort éloignés l’établissement de l’ordre régulier que conseillent les convenances de la culture et de la consommation. Mais lors même qu’on cède temporairement aux obstacles de forces majeures, on se propose toujours de remplir autant que possible un certain nombre de conditions essentielles.

3L’intérêt dont se préoccupe l’exploitant détermine avant tout, comme il a été dit dans le paragraphe précédent, le mode de reproduction et la durée de la révolution, c’est-à-dire l’intervalle à établir entre deux coupes successives opérées sur la même surface. On calcule, ensuite, approximativement, à l’aide des connaissances acquises sur l’accroissement du bois dans la localité, le produit annuel moyen que l’on pourra obtenir dans l’ordre le plus régulier et dans le cas du peuplement le plus homogène. Cela fait, on divise la forêt en autant de parties ou coupes qu’il y a d’années dans la révolution adoptée, de sorte qu’en coupant chaque année le bois contenu sur l’une de ces parties, on se trouve, au terme de la révolution, ramené au point de départ. La situation et la délimitation des coupes se déterminent surtout d’après les considérations suivantes.

4Les forêts doivent pourvoir à des besoins qui pour la plupart se reproduisent annuellement ; la force productive du sol, dans un aménagement régulier, reste à peu près constante chaque année ; il convient donc par ce double motif que chaque coupe annuelle produise autant que possible, une quantité de bois constante. Sur un terrain absolument homogène et dont le peuplement serait régulier on obtient ce résultat en divisant la forêt en parties égales ; si le sol comprend diverses régions inégalement fertiles, on rétablit l’égalité de production en faisant varier l’étendue de chaque coupe suivant une proportion inverse avec le degré de fertilité.

5Les bois, qui exigent des frais de transport considérables, doivent autant que possible être consommés dans le voisinage immédiat des coupes : cette condition ne serait pas remplie dans une forêt de grande étendue, dans laquelle on ne pratiquerait chaque année qu’une seule coupe, et qui ne comprendrait, pour toute la révolution, comme on l’a admis ci-dessus, qu’une seule série de coupes. Dans ce cas on divise la forêt en régions qui ont chacune un débouché spécial, et dans chacune desquelles aussi on détermine d’après le reste précédent, une succession de coupes annuelles pour toute la durée de la révolution.

6Si la forêt dont on trace l’aménagement offre un peuplement peu homogène, on corrige autant que possible les effets de cette inégalité en donnant temporairement aux coupes une assiette différente de celle qui conviendra à l’aménagement qu’on a choisi. Si la forêt contient plus de bois sur pied qu’on n’en veut conserver dans l’aménagement définitif, on force d’abord la production annuelle de manière à redescendre ensuite par une progression régulière au produit normal. Dans le cas contraire, on suit un système inverse, c’est-à-dire qu’on restreint temporairement la production annuelle pour remonter progressivement au produit qu’on espère obtenir du nouveau mode de culture.

7La reproduction du bois sur les terrains récemment exploités se fait toujours mieux à proximité des terrains encore boisés que sur de grandes surfaces éloignées d’arbres à semence et de tout abri ; il faut donc donner à chaque coupe une étendue modérée, et disposer les coupes successives dans un ordre tel que les bois restant sur pied contribuent efficacement à la reproduction et protègent le mieux possible les jeunes bois soit contre l’action des vents, soit contre les termes extrêmes de froid et de chaleur, d’humidité et de sécheresse.

8 Les frais relatifs à l’abattage et au transport des bois, composent pour la plus grande partie le prix de revient du bois au lieu de consommation. Ces opérations donnent lieu ensuite à des dégâts lorsque les ouvriers chargés de ces travaux et les animaux qui servent aux transports doivent traverser souvent les surfaces où le bois se reproduit. Il importe donc que les coupes soient disposées de telle sorte que les frais et les dégâts soient réduits autant que possible. À cet effet, on appuie, autant que la disposition des lieux le permet, toutes les coupes d’une même série à la voie de transport par laquelle les bois doivent être conduits hors de la forêt, de telle sorte que le service de chaque coupe se fasse exclusivement dans la coupe même.

9En résumé, le plan d’aménagement d’une forêt exige que l’on ait une connaissance approfondie des conditions spéciales de la production des bois dans la localité, de l’intérêt qui doit présider à l’exploitation, des besoins auxquels les produits forestiers doivent pourvoir, des moyens de transport dont on dispose, et d’une multitude de conditions secondaires dérivant de la nature des hommes et des choses. Si l’on tient compte en outre de l’importance qu’il faut attacher dans ces prévisions, aux modifications qui se produiront nécessairement pendant de longues périodes on reconnaîtra aisément que la conception d’un plan rationnel d’aménagement est éminemment propre à développer la sagacité et l’esprit d’observation. Un tel plan, conçu dans l’intérêt d’un grand empire, comprenant toutes les forêts de son territoire, et embrassant ainsi que le paragraphe 7 en démontre la convenance, des périodes de plus d’un siècle, doit nécessairement avoir pour base une science fort élevée. L’art forestier, abstraction faite de ses résultats les plus immédiats, doit donc se placer très haut dans l’estime des philosophes, en raison de l’impulsion qu’il peut donner aux sciences physiques et à l’intelligence humaine.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search