Version classiqueVersion mobile

Des forêts

 | 
Frédéric Le Play

Chapitre III. Principes fondamentaux de l’art forestier

§ 11. Les lois de la végétation et les intérêts sociaux donnent lieu à trois cultures principales : les futaies, les taillis, les arbres isolés

Texte intégral

1En résumé les divers modes de reproduction qu’on vient de signaler sont la base des trois systèmes de culture dont l’usage est le plus général en Europe.

2La reproduction par semences donne lieu au système des futaies qui a pour avantages essentiels d’assurer à un pays pour une surface déterminée consacrée à la culture du bois, la plus grande richesse forestière et le maximum de production annuelle. La supériorité par laquelle les futaies à long aménagement, se recommandent aux préférences d’un homme d’État, consiste essentiellement en ce point, qu’à surface égale de terrain, les futaies fixent annuellement sur le sol, aux dépens de l’atmosphère, une quantité de ligneux beaucoup plus considérable que celle qui est due à tous les autres systèmes. Les hautes futaies remplissent au degré le plus éminent les utiles influences météorologiques qui ont été signalées. Elles donnent des bois de grandes dimensions qui conviennent seuls à certains usages de choix, et qui dans tous les cas sont éminemment propres à être employés comme combustibles. Ce système est exclusivement employé pour les bois résineux : il fournit par conséquent au continent européen ses plus grandes ressources. Il n’est guère appliqué en Europe aux essences feuillues que dans les forêts domaniales, ou du moins dans les propriétés administrées avec des vues d’avenir plus larges que celles que comporte ordinairement l’intérêt privé dans les plus modernes (illisible) de l’Europe.

3La reproduction par rejets de souche constitue le système du taillis qui se propose surtout, nonobstant la diminution de force productive qui en résulte, de restreindre la quantité de bois à entretenir sur pied, et d’accélérer le moment où ce bois doit être récolté.

4Un taillis toujours coupé à de courts intervalles, avant le moment où les rejets peuvent fournir des semences, cesserait à la longue de se régénérer par suite de la destruction des vieilles souches. Il convient donc d’y conserver ça et là de beaux brins qui subsistent pendant la durée de plusieurs périodes d’aménagement, et produisent surtout à proximité des plus vieilles souches une certaine quantité d’arbres de semence. Les forêts aménagées d’après ces principes forment en quelque sorte le passage du second au premier système et se nomment en effet taillis sous futaie. Les taillis indépendamment des arbres de grande dimension qu’ils recèlent ça et là, produisent de petites pièces de charpente et du bois d’œuvre propres à une multitude d’élaborations. Les bois provenant d’essences feuillues sont pour la plus grande partie cultivés en Europe dans le système du taillis.

5 Les plantations isolées, toujours associées à des cultures agricoles impliquent toujours l’idée d’une reproduction préalable opérée par semis dans une pépinière, puis d’une plantation régulière dans le lieu même où doit être établie la culture. Les récoltes périodiques de rejets provenant d’une section de la tige, à une certaine hauteur au-dessus du sol, constituent le système de l’étêtage ou de la culture par têtards. Ce système ne produit guère que du combustible et particulièrement des bois à charbon ; il fournit cependant aussi des perches, des échalas, des manches d’outils, des liens, des matières propres à la vannerie, et en général tout le bois d’œuvre qui n’exige dans le brin qu’une faible section transversale. Ce mode de culture n’absorbe jamais comme le font les deux précédents la totalité de la force productive du sol ; ordinairement les têtards sont disposés en bordure le long des chemins, des ruisseaux, des limites de propriétés ; dans certaines contrées, et par exemple dans le nord de l’Espagne, ils couvrent uniformément, à des intervalles réguliers, de grandes surfaces dont la partie inférieure est cultivée en céréales ou en végétaux herbacés de toute nature. La hauteur de la tige du têtard est alors déterminée par la condition que les travaux de culture, la circulation de l’homme, des animaux et au besoin des chariots puissent se faire aisément au-dessous du niveau d’où partent les rejets. Dans les climats où les récoltes herbacées ont à souffrir de la trop grande ardeur du soleil, ce mode de culture ajoute singulièrement à la fertilité du sol et à la richesse du pays : c’est lui, qui dans les provinces basques, a permis presque partout le développement simultané de l’agriculture et de la métallurgie du fer. Il nous paraît appelé à prendre dans le midi de l’Europe un certain développement.

6Les récoltes périodiques de rejets latéraux sur une tige conservée intacte, constituent le système de l’émondage, et ne produisent guère que du combustible employé sur place sous forme de fagots par les populations agricoles. Ces bois sont impropres à la fabrication du charbon : tout au plus on peut en tirer des liens et des matériaux pour clôtures temporaires. Mais indépendamment des produits de l’émondage proprement dit, ce système de culture donne par le développement de la tige, des bois de grosse dimension, éminemment propres à la charpente ; en sorte que les populations qui cultivent les bois de cette manière peuvent concilier les avantages propres aux aménagements à longue période, et ceux d’une jouissance presque immédiate. Ce mode appliqué à des forêts proprement dites, où les arbres croissent en massif serré donnerait certainement des résultats beaucoup moins avantageux que la culture normale des futaies ou des taillis. Le produit de l’émondage qui resterait sans valeur dans les forêts vu la longueur et la difficulté des transports à effectuer, rend au contraire des services infinis à des populations qui, privées d’autres combustibles, récoltent les branches sur le lieu même où elles doivent les consommer.

7Les arbres soumis à l’émondage se cultivent ordinairement en bordures dans une multitude de circonstances où ils n’enlèvent rien à la force productive du sol ; ces plantations contribuent au contraire à la fertilité, à la salubrité et à l’agrément du pays, en préservant celui-ci contre l’action des vents, et l’ardeur du soleil. C’est aux plantations qui comprennent aussi beaucoup d’arbres isolés non régulièrement émondés, que les plus riches plaines de la Belgique, des Flandres, du midi de l’Angleterre, de la Normandie, du Maine, de l’Anjou, de la Touraine, du Poitou, de la Marche, du Périgord, de la Saintonge, de la Guyenne, du Languedoc, du Piémont, de la Toscane, du Milanais, etc. doivent en partie leur richesse et l’aspect agréable qui les distingue. Dans l’ouest de l’Europe, et en France particulièrement, où abondent les terrains montagneux exclusivement propres à la culture des forêts, une distribution rationnelle du sol exigerait que les plaines propres à la production des céréales n’eussent pas d’autres cultures forestières que les diverses sortes de plantations isolées. Les provinces agricoles qui en détruisant leurs forêts ont su se préserver par le secours de ces plantations de la pénurie des bois sont précisément celles où les populations ont atteint le plus haut degré de prospérité. La culture simultanée des plantes agricoles et des arbres à haute tige avec ou sans émondages périodiques, nous paraît devoir devenir un jour le caractère distinctif des plus riches régions du globe.

8La culture des arbres fruitiers implique souvent une sorte d’aménagement intermédiaire entre l’étêtage et l’émondage ; elle se lie très bien, comme ces deux dernières, aux cultures herbacées ; elle donne déjà à certaines contrées, outre les avantages immenses attachés à la récolte des fruits, ceux qui sont propres à la culture des arbres isolés. Comme nous l’avons déjà dit, cette industrie assurera un jour à toute la région méridionale de l’Europe la prospérité dont jouissent déjà à un si haut degré presque toutes les provinces de France, la vallée du Rhin, plusieurs districts de l’Andalousie, et du Royaume de Valence, de la Ligurie, de la Toscane, du Milanais, de la Sicile, de la Grèce. Enfin les plantations ayant pour but spécial l’ornement des habitations, des routes, des promenades publiques, jouent déjà un rôle fort important dans la richesse forestière de l’Europe : elles produisent au terme de la croissance des arbres, de superbes matériaux pour la construction. Bien qu’on se garde en général de détruire par des émondages complets le principal attrait de ces plantations, elles ne laissent pas que de fournir accessoirement quelque ressource en combustible aux populations.

9Les terrains consacrés en totalité à la culture des futaies et des taillis, c’est-à-dire des forêts proprement dites, contribuent aussi parfois dans certaines contrées à la production des denrées agricoles. Lorsque dans ces systèmes adaptés pour l’aménagement de la forêt, le moment est venu de récolter le bois existant sur une surface déterminée, on enlève, comme à l’ordinaire, tout le bois en âge d’être exploité puis on détruit aussi complètement que possible en les brûlant, les débris de l’exploitation et tous les végétaux herbacés et sous-ligneux qui encombrent souvent le sol des coupes récentes. Sur le terrain ainsi préparé on procède à la culture des céréales comme on le ferait dans un champ, puis après avoir obtenu une ou plusieurs récoltes, on livre de nouveau le sol à la reproduction des bois. Les longs assolements que comporte la culture des forêts livrent ordinairement un sol admirablement disposé pour la production des céréales. Dans le Nord de la Suède, par exemple, sous le climat et sur les sols les moins propres à l’agriculture, on obtient dans ces conditions des récoltes infiniment supérieures à celles que donnent les contrées les plus renommées par la richesse de leurs produits. La culture du seigle y produit parfois plus de 15 fois la semence. Ce genre de culture est spécialement désigné dans quelques contrées sous le nom d’essartage ; il est fréquent en Suède et en Norvège, dans plusieurs cantons du Nord de l’Allemagne, en Illyrie, en Westphalie, dans le pays de Luxembourg, dans les terrains sableux situés au nord de la Loire, etc. Pratiqué avec intelligence, il rend de grands services dans certains terrains qui ne peuvent être, avec avantage, constamment consacrés à l’agriculture.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search