Version classiqueVersion mobile

Principes de géographie humaine

 | 
Paul Vidal de La Blache

Première partie. La répartition des hommes sur le globe

Chapitre II

Formation de densité

Texte intégral

I. Groupes et surfaces de groupements

1Depuis l’époque lointaine où l’espèce humaine se répandit sur les continents, elle a peu gagné en diffusion. Les progrès accomplis sous ce rapport dans la période qui nous est connue se réduisent à peu de chose : quelques îles au centre de l’Atlantique et surtout dans l’océan Indien et les mers australes. Que les Mascareignes, à 150 lieues seulement de Madagascar, fussent restées un asile où vivait en paix, avant l’arrivée récente de l’homme et du chien, le dronte (Dudo ineptus), cela ne laisse pas de surprendre. Le flot humain a fini par atteindre ces rogatons terrestres ; mais à ces maigres annexions se borne à peu près le bilan des conquêtes récentes de l’œcoumène. En revanche, la population a gagné prodigieusement, quoiqu’inégalement, en densité. Elle s’est moins accrue en étendue qu’elle ne s’est localisée en profondeur.

2Il faut s’unir pour collaborer, en vertu des nécessités primordiales de la division du travail ; et d’autre part des difficultés s’opposent à la coexistence de forces nombreuses réunies. Tel fut le dilemme qui s’est posé aux sociétés les plus rudimentaires, aussi bien qu’il se pose aux civilisations les plus avancées. Il n’y a pas d’hiatus entre les deux, mais seulement des différences de degrés. Quelle que soit l’importance des groupes dont il fait partie, l’homme n’agit et ne vaut géographiquement que par groupes. C’est par groupes qu’il agit à la surface de la terre ; et même dans les contrées où la population semble former un ensemble des plus cohérents, elle se résoudrait, si l’on regardait de près, en une multitude de groupes ou de cellules vivant, comme celles du corps, d’une vie commune.

Groupes moléculaires

  • 1 A. Silnitzky, La province d’Anadyr (Sibérie orientale) et son administration (Rev. sc., 4e sér., XI (...)
  • 2 F. Foureau, Documents scientifiques de la Mission saharienne (Mission Foureau-Lamy), t. II, Paris, (...)
  • 3 Missions au Sahara, par E.-F. Gautier et R. Chudeau, t. II, Sahara soudanais par R. Chudeau, Paris, (...)

3Ces groupes sont en dépendance manifeste de la nature des contrées. Comme les plantes se rabougrissent à défaut de chaleur ou d’humidité, ainsi se racornissent en pareilles conditions les groupes humains. Une douzaine de huttes, chez les Eskimaux, passe pour une grande agglomération ; et au-delà de 75° de latitude, le maximum est de deux ou trois. Un rassemblement de 14 yourtes est un village qui fait figure dans la province d’Anadyr1. La sécheresse au Sahara, dans le Kalahari, en Australie, produit le même effet que le climat polaire. Foureau note chez les Touareg « le fractionnement infini par petits groupes des habitants »2. Dans l’Air, les groupes se réduisent à 3 ou 4 tentes3. Les krals des Hottentots réunissent parfois plus de 100 individus ; on en compte à peine une douzaine dans les campements de Bochimans ou d’Australiens.

  • 4 Dr Herr, Mission Clozel dans le Nord du Congo français (1894-1895) (Annales de Géographie, V, 1895- (...)
  • 5 Cape d’Ollone, Mission Hostains-d’Ollone, 1898-1900. De la Côte d’Ivoire au Soudan et à la Guinée, (...)
  • 6 J. Bertrand, Le Congo Belge, Bruxelles, 1909, p. 86.

4Ailleurs, dans la silve équatoriale africaine, dans la montana ou les bosques du versant oriental des Andes, l’importance des établissements humains est en proportion inverse de la luxuriance végétale. Ce qu’on rencontre au Congo, entre l’équateur et le 6e degré de latitude Nord ou Sud, ce sont des villages d’une trentaine de cases ; on nous parle de villages n’en ayant que 8 ou 104. Ces chiffres ne seraient sans doute guère dépassés dans l’intérieur de Bornéo ou de Sumatra. Mais la différence entre les contrées dont le climat pèche par exubérance et celles où il pèche par anémie, se montre dans la rapidité avec laquelle les groupes grossissent dès que cesse l’oppression de la forêt ; une recrudescence subite dans le nombre et l’importance des villages se produit sur la lisière de la silve5. Tandis que la forêt elle-même accroît sa population au voisinage de la savane, celle-ci se couvre de villages dont les habitants se chiffrent par centaines, atteignent parfois le millier6.

Groupes nomadisants

5Ces groupes, à quelque genre de vie qu’ils appartiennent, sont en rapport déterminé avec une certaine portion d’espace. Ni la raison ni l’expérience n’admettent de peuple sans racines, c’est-à-dire sans un domaine où s’exerce son activité, qui assure et maintient son existence. Pas de groupe, même au plus bas degré de l’échelle sociale, qui n’ait et ne revendique âprement son territoire. On dit que les plus humbles peuplades australiennes avaient l’habitude de déterminer par des pierres ou certaines marques connues les espaces dont la contenance pouvait pourvoir à leurs besoins de chasse, de cueillette, de provisions d’eau et de bois. L’étendue suppléant à l’insuffisance, ce sont en général les groupes les plus indigents qui réclament le plus d’espace.

  • 7 Augustin Bernard et N. Lacroix, L’évolution du nomadisme en Algérie, Alger et Paris, 1906, p. 89 ; (...)
  • 8 J’ai indiqué ailleurs comment l’extension des domaines de la vie pastorale n’est pas nécessairement (...)

6Mais une très faible densité de population n’exclut nullement un certain degré de richesse et de puissance. Les tribus pastorales de l’Asie et du Sahara ont leurs pâturages attitrés qu’elles fréquentent successivement dans leurs parcours périodiques. Ces pâturages ont leur nom ; ce sont, à la différence des vagues étendues de bled, des contrées pourvues d’un état civil. Il est possible que des mois se passent sans que ces domaines soient visités par leurs possesseurs ; il faut que l’herbe ait eu le temps de pousser en l’absence de l’homme. Ces surfaces que ses pieds foulent si rarement n’en sont pas moins un domaine, une dépendance du groupe. Quelques-uns de ces groupes, surtout au cœur des déserts, ne sont que d’humbles et insignifiantes collectivités. Mais tel n’est pas toujours le cas. Certaines tribus du Sahara oriental ont des ramifications depuis l’Égypte jusqu’au centre de l’Afrique. Les Larba, dans leurs migrations périodiques entre le Mzab et les marchés de Boghar et de Teniet-el-Had7, embrassent un parcours d’environ 500 km. C’est aussi une longue étape que celle qui mène les 6 500 Kirghiz des vallées du Ferghana vers les hauts plateaux de l’Alaï. De tels exodes supposent un certain degré d’organisation territoriale. Le sort de cette richesse ambulante qui se chiffre par des centaines de mille moutons ou chèvres, sans compter ânes, chevaux et chameaux, ne saurait être livré au hasard. Il implique des dispositions relatives aux passages, aux ravitaillements en eau, aux étapes, tout ce qu’exige la jouissance régulière d’un vaste domaine pastoral. Le cercle ne peut être déterminé avec une entière rigueur ; une certaine marge est nécessaire, car il faut compter avec les caprices des saisons, suppléer au besoin à l’absence de végétation aux endroits prévus. Paissant tour à tour les herbes des dayas ou redirs, celles qu’humecte le lit des oued, les touffes aromatiques des steppes, les générations aussi vite épuisées que parues des plantes annuelles, se rabattant au besoin sur les jachères des champs limitrophes, ces troupes dévorantes ont besoin de larges disponibilités d’espace. Rarement même elles peuvent réunir tous leurs membres ; il faut se séparer pour vivre ; Abraham et Loth vont paître leurs troupeaux vers les points opposés de l’horizon. Ce n’est qu’en des occasions solennelles, joyeusement accueillies, que la tribu peut se donner à elle-même le spectacle de sa magnificence et déployer, comme Israël devant Balaam, toute la multitude de ses tentes. Ainsi est exclue du domaine où prévaut la vie pastorale toute occupation intensive du sol ; ou du moins la part qui est faite à celle-ci ne peut s’accroître sans grave dommage pour le pasteur8.

Rapports des groupes entre eux

  • 9 Noter, par exemple, le récent développement de Merv, avec ses deux marchés hebdomadaires. (Karl Fut (...)

7La silve tropicale, la savane herbeuse, la steppe pastorale se traduisent, sous le rapport de la densité d’habitants, par des groupes dissemblables, disposant d’une part très inégale d’espace. Toutefois, comme ils font partie d’un ensemble terrestre qu’anime en son entier la présence de l’homme, des réactions s’échangent entre eux. Par l’effet des transactions qui s’établissent ou des mouvements qui se répercutent entre les populations humaines, des renflements de densité tendent à se former sur les lignes où des genres de vie différente entrent en contact. Nous avons signalé plus haut l’accroissement qui correspond, en Afrique, à la zone de contiguïté entre la silve et la savane. On peut observer le même phénomène sur la marge indécise qui s’interpose, dans l’ancien continent, entre le domaine de la vie pastorale et le domaine agricole : aussi bien sur les confins sahariens du Tell et du Soudan que sur les lisières des steppes de l’Asie occidentale. Des marchés, parfois des villes9, surgissent sur ces points de rencontre, ou plutôt de soudure, car c’est un lien de solidarité qui unit ces diverses familles de groupes. Si l’on se demande, en effet, comment ont pu se former et durer ces grandes organisations pastorales qui gravitent depuis le Sahara jusqu’en Mongolie, on constate que leur existence est en rapport avec les marchés agricoles qui leur permettent d’échanger leurs produits. L’éparpillement d’un côté et la concentration de l’autre apparaissent comme deux faits connexes.

  • 10 Twelfth Census of the United States taken in the year 1900,… Statistical Atlas, prepared under the (...)

8L’exploitation pastorale, qui, de nos jours, a pris possession de grandes surfaces en Australie et en Amérique, confirme, en les systématisant, ces rapports. Dans les contrées vouées à la vie pastorale, telles que le Grand-Bassin de l’Amérique du Nord, le Sud des Pampas de l’Argentine, la partie occidentale de la Nouvelle-Galles du Sud, les contrastes atteignent leur maximum entre l’exiguïté de main-d’œuvre humaine et l’abondance de capital pastoral. La disproportion est infiniment plus forte que dans l’ancien monde entre le nombre du bétail et celui des hommes. On peut estimer à 5 ou 6 moutons par homme le chiffre que possèdent les puissantes tribus pastorales dont nous avons parlé. Au contraire, en Australie, on cite des troupeaux de 50 000 à 80 000 moutons qui n’exigent qu’un personnel de 15 à 20 personnes. Dans la République Argentine, des estancias détiennent à elles seules des troupeaux de 160 000 moutons. Autre exemple : l’État de Wyoming, aux États-Unis, possédait, en 1900, plus de 5 millions de moutons et n’a pas 150 000 habitants10. C’est donc sur de grands espaces la réduction au minimum de l’élément humain ; mais cela, précisément parce qu’il existe ailleurs des centres de commerce, de puissants foyers de consommation, des ports, des villes immenses, où ces manufactures de laine et de viande ont leurs débouchés. Ces contrastes font partie de l’économie générale.

L’accumulation sur place

  • 11 « Nec componere opes norant, nec parcere parto. » (Eneide, chant 8, v. 317.)
  • 12 J. W. Powell, Seventh Annual Report of the Bureau of Ethnology, 1885-6, Washington, 1891, p. 33 et (...)

9Voulant caractériser des peuples qui végètent dans un état de civilisation rudimentaire sans un espoir de progrès, Virgile s’exprime en disant « qu’ils ne savaient ni faire masse de leurs produits ni en pratiquer l’épargne »11. On ne saurait mieux mettre le doigt sur le principe d’où sort un accroissement de densité dans les groupes humains. Seule, la vie sédentaire, directement ou indirectement, donne consistance à l’occupation du sol. Or l’agriculture est le seul régime qui ait à l’origine permis de cohabiter sur un point fixe et d’y concentrer le nécessaire pour l’existence. Toutefois n’est pas agriculteur celui qui, après avoir brûlé l’herbe, jette quelques poignées de grains et s’éloigne ; mais celui qui amasse et fait des réserves. Le pasteur, dans les régions arides, essaie de faire subsister sans provisions assemblées d’avance, à la fortune des saisons, le plus d’animaux possible. Les peuples chasseurs de l’Amérique du Nord n’ignoraient pas la culture ; mais, dit Powell, « il était de pratique presque universelle de dissiper de grandes quantités de nourriture dans une constante succession de fêtes, dont l’observation superstitieuse ne tardait pas à dissiper les approvisionnements ; et l’abondance faisait bientôt place au dénûment et même à la famine12 ». L’agriculteur ne tombe pas dans ces méprises ; la prévoyance et même l’avarice lui sont passées dans le sang. Il cumule le patrimoine des générations passées et suivantes. Le premier pas fut l’acclimatation de plantes et la domestication d’animaux ; l’ensilotage ou la mise en grange fut le second.

Noyaux de densité et lacunes intermédiaires

  • 13 Lucien Marc, Le Pays Mossi, Paris, 1909, p. 115.

10Les cultures soudanaises occupent un grand espace en Afrique. Mais il y a une infirmité inhérente à cette agriculture qui ne pratique pas la fumure du sol et ne connaît pas la charrue. Elle n’utilise que les parties où le sol meuble permet à une simple houe d’y enfouir la semence ; l’aridité des grès ou des granites la rebute. Elle est capable néanmoins, dans les conditions favorables du sol, de donner lieu à une densité considérable d’habitants. Yunker et Emin-pacha décrivent à l’envi « les files de cases qui se succèdent l’une près de l’autre pendant près d’une heure », dans l’Ouganda. Hans Meyer parle dans les mêmes termes des cultures qui s’étalent ou s’échelonnent en terrasses sur les croupes du Rouanda, par 1 600 m d’altitude. À des altitudes bien moindres, sur le moyen Chari, A. Chevalier signale « tel pays qui n’est qu’un vaste champ verger ». Il y a, dans le Soudan Nigérien, dit Lucien Marc, « des contrées où l’on peut marcher deux jours sans perdre un seul instant les cases de vue »13. E. Salesses estime à 40 habitants par kilomètre carré la population de certains districts du Fouta-Djalon. Seulement, ces foyers de densité sont sporadiques ; ils sont séparés par des intervalles vides.

  • 14 Auguste Chevalier, Mission Chari-Lac Tchad, 1902-1904, L’Afrique Centrale Française, Récit du voyag (...)
  • 15 Dans la fertile vallée du Niger, chaque village cultive autour de lui une banlieue dont le rayon pe (...)

11Incapable de subvenir à l’épuisement du sol, chaque groupe se sent bientôt à l’étroit dans l’espace qu’il exploite. Sur un sol qui nous est pourtant dépeint comme fertile, on nous apprend qu’un village a besoin de disposer d’une périphérie triple de celle qu’il cultive effectivement14. Une sorte de roulement entretient de vastes réserves de terrains buissonneux à côté des cultures. Malgré tout, il arrive un moment où le pays surpeuplé se voit obligé de rejeter une partie de sa population. Qu’arrive-t-il alors ? Ce n’est pas à proximité, mais au-delà des obstacles naturels qui circonscrivent son domaine, bien à distance, qu’il émet ce rejeton15.

12Les marches à travers des espaces vides, les journées passées sans voir ni cases, ni visages d’hommes, morne refrain de l’exploration africaine, s’expliquent ainsi. Les guerres et la traite ont contribué certes à élargir ces lacunes : nulle part le Homo homini lupus ne s’applique mieux. Mais si le groupe social est resté isolé, moléculaire, incapable de concerter sa défense, il y a surtout au fond de cela un mode imparfait d’agriculture. Des scènes d’apparence contradictoire défilent ainsi sous les yeux, et nos jugements sur les chiffres totaux de population s’en ressentent.

  • 16 Ferdinand von Richthofen’s Tagebücher aus China. Ausgewälht u. hrsg. v. E. Tiessen, I, Berlin, 1907 (...)

13Le peuplement de la terre s’est opéré par taches, dont les auréoles dans les pays les plus civilisés finissent par se rejoindre ; encore pas toujours. Richthofen, dans son journal de voyage en Chine, note entre provinces voisines et très civilisées, comme le Hou-pé et le Ho-nan, des traces de séparations anciennes et fondamentales16. Entre les chambres et chambrettes dont, suivant son expression, se compose la Chine, les cloisons, en quelque sorte, sont des marches-frontières, montagneuses ou accidentées, dont les habitants vivant en clans, par petits hameaux, pratiquent d’autres modes d’existence que ceux de la plaine. Les deux peuplements, quoique contigus, ne se fondent pas. La solution de continuité reste apparente.

14L’Inde, dit Sumner Maine, « est plutôt un assemblage de fragments qu’une ancienne société complète en elle-même ». Effectivement, sans parler des enclaves à demi sauvages qui confinent soit au Bengale, soit au pays des Mahrattes, le village hindou, type de la civilisation du Nord, est organisé pour se suffire comme si rien n’existait autour de lui. Constitué en unité agricole, avec son personnel attitré de fonctionnaires et d’artisans, il forme un microcosme. Les analyses des derniers recensements indiquent que la plupart des existences restent enfermées dans ce cadre, sauf pour contracter mariage dans le village voisin. Ce n’est pas entre villages, mais entre le régime de communautés de villages et celui de tribus que s’interpose l’isolement, tant il est vrai que c’est par l’intermédiaire de causes sociales que s’exerce l’influence des conditions géographiques !

Groupements de dates diverses en Europe

15Le spectacle qu’offre aujourd’hui le peuplement, dans la majeure partie de l’Europe, est tellement composite qu’il faudrait souvent des cartes à très grande échelle pour distinguer les soudures qui ont fini par rapprocher en une apparence de continuité les différents groupes. Toutefois, même sur des cartes à médiocre échelle, les bords de la Méditerranée montrent de singulières lacunes. À quelques kilomètres de distance la population tombe d’un haut degré de densité à un degré de raréfaction qui touche au désert. Les campos confinent en Espagne aux huertas ; les garrigues, à la coustière du Languedoc ; les plans du Var, aux bassins de Grasse et de Cannes ; la Murgia quasi déserte, au littoral populeux des Pouilles. Dans le Péloponèse, les petites plaines d’Argos, d’Achaïe, d’Élide, de Messénie et de Laconie, qui ne représentent qu’un 20e de la surface, contiennent un quart des habitants. La vie urbaine et la vie de clans sont deux plantes qui ont trouvé autour de la Méditerranée un sol favorable ; elles subsistent encore côte à côte. Cette coexistence a contribué à créer, puis à maintenir entre les divers groupes élémentaires une cohésion qui fait fâcheusement défaut dans les parties du littoral, comme le Rif, l’Albanie, les Syrtes, où le commerce et la vie urbaine n’ont pu, jusqu’à présent, pousser de fortes racines.

16La grande industrie a bouleversé depuis un siècle les conditions du peuplement dans l’Europe centrale et occidentale. Ce peuplement s’offrait déjà comme un palimpseste sur lequel dix siècles d’histoire avaient inscrit bien des ratures. Marais asséchés, forêts défrichées n’avaient pas cessé d’ajouter des touches nouvelles au fond primitif. Des formes diverses d’établissements correspondent à ces diversités d’origine ; si bien qu’un coup d’œil tant soit peu exercé ne confondra pas les pays aux vieux villages et ceux où une colonisation ultérieure a disséminé les fermes en hameaux à travers les brandes et les essarts. Puis l’industrie est venue et a fait sortir du sol une lignée nouvelle d’établissements humains.

  • 17 Robert Gradmann, Die landlichen Siedlungsformen Württembergs (Petermanns Mitt., LVI-I, 1910, p. 183 (...)
  • 18 Camille Jullian, Histoire de la Gaule, II, La Gaule indépendante, Paris, 1908, p. 16.
  • 19 Tableau de la Géographie de la France (Histoire de France d’Ernest Lavisse, tome I, Paris, 1903, p. (...)

17Cependant le noyau primitif du peuplement se laisse encore discerner. On peut affirmer, preuves en mains, que les hommes, ici comme ailleurs, se sont obstinés longtemps à s’accumuler sur certains lieux, presque à l’exclusion des autres. Quels lieux ? Ce n’était pas invariablement les plus fertiles, mais les plus faciles à travailler : les plateaux calcaires en Souabe, Bourgogne, Berry, Poitou, etc. ; les terrains meubles et friables où la forêt n’avait pu qu’imparfaitement s’implanter dans ses retours offensifs après les périodes glaciaires, et qui forment une sorte de bande depuis le Sud de la Russie jusqu’au Nord de la France. Telles furent les clairières, les espaces aérés et découverts, les sites attractifs où se rencontrèrent les premiers rassemblements européens, où ils commencèrent à prendre cohésion et force. D’intéressantes reconstitutions cartographiques, au moyen des trouvailles préhistoriques et des documents cadastraux, ont été tentées pour le Wurtemberg17 ; on y voit les établissements des époques romaine et alamannique se superposer exactement, sur les surfaces non forestières, à ceux de l’époque néolithique et du premier âge du fer. Ce n’est qu’ultérieurement que de nouveaux groupes viennent s’interposer entre eux. Il n’est pas douteux que les choses se soient passées de même en France. Lorsque M. Jullian nous dépeint le territoire d’un peuple gaulois comme « un vaste espace renfermant au centre des terres cultivées, protégé à ses frontières par des obstacles continus, forêts ou marécages, etc. »18, c’est le signalement exact d’une de ces unités fondamentales qu’il nous donne. Nous avons essayé nous-même de retracer d’après ces principes, pour la France et l’Europe centrale, une carte de l’occupation historique du sol19.

II. Mouvements de peuples et migrations

Densité par refoulement

  • 20 La Podolie a plus de 80 habitants par kilomètre carré ; la Galicie, plus de 90.
  • 21 Dr J. Crevaux, Exploration des fleuves Yary, Parou, Iça et Yapura… (Bull. Soc. Géog., 7e sér., III, (...)

18On ne saurait trop faire part, dans la fluctuation des phénomènes humains, aux troubles dus aux chocs des peuples, aux invasions répétées, à un état chronique de guerre. Certaines contrées sont plus exposées que d’autres à ces mouvements dévastateurs : ainsi la zone des steppes qui s’étend de la Mongolie au Turkestan, ou de l’Arabie au Maghreb. L’histoire y enregistre une série d’invasions, depuis celles que mentionne Hérodote jusqu’à celles qu’ont finalement contenues les Russes, ou depuis les Arabes jusqu’aux Almoravides et Hilaliens. La poussée des Massaï dans l’Afrique orientale, celle des Cafres dans l’Afrique australe se sont répercutées au loin et ont jonché de débris de peuples une partie de ce continent. L’Amérique du Nord n’a pas échappé à ces perturbations : ne vit-on pas, au XVIIIe siècle, une tribu obscure, dite des Pieds-noirs, sortie du bord des Montagnes Rocheuses, s’étendre tout à coup, grâce à la possession du cheval, à travers les Prairies de l’Ouest ? En dehors même de ces arènes ouvertes, espaces prédestinés aux mouvements de vaste envergure, l’absence de sécurité, dans notre Europe, a longtemps frappé d’interdiction des voies naturelles qui semblaient faites pour attirer les hommes. Pendant des siècles, les plateaux de Podolie et de Galicie, si populeux aujourd’hui20, virent déboucher, le long du sentier noir, les tribus qui périodiquement, comme des nuées de sauterelles, s’échappaient des steppes. Les châteaux ou vieux burgs qui dominent les vallées du Rhin et du Rhône furent les refuges des populations de la plaine contre le « droit du poing » (Faustrecht). Hier encore, notre voyageur Crevaux nous apprenait qu’en Amazonie, pour fuir les déprédations dont le grand fleuve est le véhicule, les tribus indigènes s’en écartaient vers les vallées moins accessibles21.

  • 22 I. Cvijic, La péninsule balkanique, géographie humaine, Paris, 1918.

19Ces faits ont eu sur la répartition des populations humaines des conséquences qui ont souvent survécu aux causes qui les avaient produites. Ils ont eu pour résultat de refouler les populations dans des contrées abritées, qui ont pris de ce chef un accroissement anormal. Les montagnes de la Grande-Kabylie, les oasis du Mzab et peut-être celles du Touat et du Tafilelt, doivent à des accidents historiques de cette espèce l’excès de population qui s’y trouve. Les articulations péninsulaires de la Grèce, et surtout les îles adjacentes, ont été congestionnées à la suite des conquêtes turques. À l’invasion ottomane est imputable aussi le refoulement qui a poussé au cœur de la région forestière longtemps délaissée au Sud de la Save, dans la Choumadia, les populations qui s’étaient développées sur les plateaux découverts du centre de la péninsule22.

20L’histoire de notre Algérie, de l’Ukraine, de la Ciscaucasie, nous montre combien tardive, après ces périodes d’invasions et d’insécurité, a été parfois la revendication de ces contrées dignes d’un meilleur sort. Ces plaines ouvertes avaient cédé en partie leur population aux montagnes, qui souvent l’ont gardée. Aux exemples déjà cités on peut ajouter le Caucase, citadelle de peuples dont la diversité étonnait les anciens, les Alpes transilvaines où s’est reformée la nationalité roumaine, les Balkans où s’est reconstitué, pendant la domination turque, le peuple bulgare. Ces montagnes doivent aux refoulements une densité qu’elles n’auraient pas atteinte spontanément, par leurs ressources propres.

Densité par concentration

21Tel n’est pas cependant le cours normal des faits, tel du moins que nous pouvons l’entrevoir. Les hommes ont commencé par se porter sur certains sites d’élection que la facilité de culture avait désignés à leur choix et que peu à peu l’accumulation du patrimoine signalait à leurs convoitises. Ils y ont formé groupe, enraciné leurs établissements, s’y sont concentrés, tandis que les alentours restaient négligés ou vides. Il faut s’imaginer ces développements primitifs de population comme susceptibles d’atteindre une densité relativement forte, quoique bornés dans l’espace, enfermés dans des cadres que leurs moyens ne leur permettaient guère d’agrandir. Divers indices dans les contrées les plus différentes permettent de se rendre compte de ce mode sporadique de peuplement intensif ; et c’est un des résultats les plus curieux des connaissances récemment acquises sur l’intérieur de l’Afrique, que de nous le montrer sur le vif et encore à l’œuvre.

22Ce qui oppose aujourd’hui à l’expansion sur place des groupes agricoles soudanais des obstacles qu’ils ne sont pas parvenus à surmonter, c’est, avons-nous vu, l’imperfection de l’outillage et l’absence de science agricole. La forêt, le marécage furent, en Europe, aussi des forces hostiles auxquelles il était difficile et paraissait même chimérique de se mesurer. Elles cernaient les groupes dans des espaces restreints. Il a fallu, pour briser ces cadres, un concours de circonstances et d’efforts dont la série, entrevue seulement par échappées, est l’histoire des conquêtes du sol.

  • 23 L’Agriculture au Japon (Exposition Universelle de Paris 1900, Paris, Maurice de Brunoff), p. 20. — (...)

23La collaboration d’entreprises collectives et méthodiques, l’invention de meilleurs instruments, l’introduction de plantes s’accommodant de sols plus pauvres, et par-dessus tout la substitution de la science aux procédés empiriques, ont à peu près réalisé en Europe la solidarité des divers modes d’exploitation qui unit la contrée en un tout. Mais nous voyons encore, en d’autres grandes contrées de civilisation et de peuplement, telles que la Chine et le Japon, les cultures concentrées dans les plaines ou sur les terrasses inférieures, et les montagnes frustrées de tout emploi pastoral. L’étendue des terres cultivées n’atteindrait même, au Japon, que 15 % de la superficie totale23. Tous ces faits, actuels ou historiques, permettent d’envisager le surpeuplement comme la conséquence précoce de cet instinct ou de cette nécessité qui porta les hommes à se rassembler et à former groupe sur certaines places, pour y poursuivre obstinément les mêmes routines.

Surpeuplement et émigration

  • 24 Die wissenschaftlichen Ergebnisse der Reise des Grafen Béla Széchenyi in Ost-Asien, 1877-1880, I, W (...)

24Le surpeuplement, en ces conditions, ne peut trouver d’issue que l’émigration. La Chine, qui est sans doute aujourd’hui le pays d’ancienne civilisation où subsistent davantage les irrégularités primitives, est le théâtre d’une foule de ces migrations anonymes, obscures, dont le total finit par changer la face du monde. Les voyageurs qui en ont parcouru l’intérieur ont été souvent témoins du spectacle suivant. Ils rencontrent sur leur route des familles entières se déplaçant d’une contrée à une autre. Une famine, une épidémie, ou simplement la difficulté de vivre les a forcées à abandonner leurs foyers. L’un d’eux nous dépeint « ces familles de cultivateurs, d’aspect décent, qui campent sur les bords des chemins, emportant avec elles la nourriture pour le voyage »24. Ainsi il ne s’agit pas d’un prolétariat vagabond, mais de groupes formés, cohérents, dont femmes, enfants et vieillards font partie, à la recherche d’un terrain propice pour y planter leurs pénates et continuer leurs habitudes traditionnelles. C’est ce qu’il y a de plus résistant dans la société chinoise, la famille, qui se transplante dans son intégrité pour faire souche ailleurs, et qui, grâce à sa cohésion, y réussira. N’est-ce pas en raccourci l’image du mécanisme par lequel s’opèrent les phénomènes de peuplement ? C’est par essaims à la manière des abeilles, plutôt que par agglutination à la manière des coraux, que les hommes se multiplient. Le surplus de population ne cherche pas à se déverser sur les espaces vacants qui existent dans le voisinage immédiat : qu’y ferait-il s’il n’y peut vivre suivant ses habitudes et ses moyens ? On franchit au besoin de grandes distances, en quête d’un milieu analogue à celui qu’on est contraint de quitter.

25C’est ce système, que les Chinois ont su élever à la hauteur d’une colonisation méthodique, qui les a guidés à travers les compartiments de leur domaine. Une carte des agrandissements successifs de la Chine, telle par exemple que l’a esquissée Richthofen dans son grand ouvrage, montre moins une extension progressive, comme le ferait une carte historique de France, qu’une série de colonisations poussées en avant-postes. Des bassins séparés les uns des autres ont été successivement acquis à la civilisation supérieure qu’avaient su former les fils de Han. Comme des vases communicants, si l’équilibre vient à être rompu, ces bassins le rétablissent d’eux-mêmes. Lorsque, au XVIIe siècle, le riche « Pays des Quatre-Fleuves », le Sseu-tch’ouan, eut été ruiné par les incursions tibétaines, des groupes d’immigrants affluèrent pour combler les vides, apportant si fidèlement avec eux leurs dieux lares et leurs traditions domestiques que leurs descendants savent encore dire de quelle province étaient venus leurs ancêtres.

  • 25 Capt. James Forsyth, The Highlands of Central India, London, 1871, p. 45. Voir : P. Vidal de la B (...)

26Lorsque, en 1861, les Anglais, pénétrant de plus en plus dans les profondeurs de leur empire indien, entreprirent l’organisation des Provinces Centrales, ils constatèrent non sans surprise combien récente était l’occupation agricole de ces contrées25. Elle remonte aux progrès que fit, vers la fin du XVIe siècle, sous l’empereur Akbar, la puissance mongole dans les vallées de la Nerbudda et de la Tapti. Ces contrées étaient restées un terrain de chasse des Gonds. Mais le sol y est formé de ces couches noires de regur, dit cotton soil, qui depuis longtemps était fructueusement cultivé dans le Goudjerat et autour du golfe de Cambaye. De la population pressée sur la côte occidentale partirent des groupes qui graduellement installèrent le travail agricole dans ces terres de grand avenir. L’infiltration se poursuit encore ; elle fait tache autour d’elle. Elle gagne peu à peu, dit-on, les chefs de clans, jaloux de se relever à leurs propres yeux par un vernis superficiel d’hindouisme.

  • 26 D. Charnay, Manuscrit Ramirez. Histoire de l’origine des Indiens qui habitent la Nouvelle-Espagne, (...)

27Quand la ruche est trop pleine, des essaims s’en échappent. C’est l’histoire de tous les temps. Ce n’est pas par hasard que les livres où sont consignés les plus vieux souvenirs de l’humanité, le Vendidad-Sadé, la Bible, les documents chinois, les chroniques mexicaines, sont pleins de récits de migrations. Il n’est guère de peuple chez lequel ne survive la réminiscence obscure d’un état d’inquiétude, de Trieb, suivant l’expression de K. Ritter, qui le forçait à émigrer de place en place jusqu’au moment de trouver ce séjour définitif, sans cesse promis par la voix divine, sans cesse écarté par des maléfices. Ce sont toujours des domaines limités, à la taille de ceux qu’ils pouvaient connaître, qui sont le terme poursuivi d’étapes en étapes : pour les Hébreux la terre de Chanaan, pour les Iraniens les jardins successifs de Soughd (Sogdiane), Mourv (Margiane ou Merv), Bakhdi (Bactriane). Non moins accidentée est l’odyssée des Nahuatlacas pour atteindre enfin « la terre des joncs et des glaïeuls », les bords du lac où se fonda Tenochtitlan, la ville de Mexico26.

28La vieille Italie pratiquait sur ses populations déjà trop pressées dans l’Apennin ces amputations qui en détachaient la fleur de jeunesse (ver sacrum), pour l’envoyer chercher fortune. L’histoire primitive de l’Europe celtique et germanique se résume en une série de migrations, contre lesquelles la puissance romaine et plus tard carlovingienne s’efforcèrent, souvent en vain, de réagir. Les Helvètes qu’attire la renommée des plaines de Saintonge, les Suèves qui cherchent à se substituer aux Séquanes dans ce que César appelle la meilleure partie de leur domaine, sont des groupes en mal d’espace, en quête de territoires, faute de savoir tirer parti du leur. C’est par centaines de mille que les paysans russes de la terre noire se précipitaient en Sibérie, si le Gouvernement russe n’eût opposé une digue à l’irruption trop brusque du flot.

Sens général de l’évolution du peuplement

29Ce n’est pas à la façon d’une nappe d’huile envahissant régulièrement la surface terrestre que l’humanité en a pris possession solide et durable. Des intervalles vides ont persisté longtemps, persistent encore en partie, à maintenir la séparation des groupes. Ceux-ci obéissent à une loi de nécessité en se séparant, en s’écartant les uns des autres.

30De divers côtés, par amas irréguliers, comme des points d’ossification, de petits centres de densité ont apparu de bonne heure. Combinant leurs aptitudes, transmettant un patrimoine d’expériences, ils furent d’humbles ateliers de civilisation. Quelques-uns de ces groupes, profitant de conditions favorables, ont pu servir de laboratoires à la formation de races destinées plus tard à s’étendre et à jouer leur rôle dans le monde.

31Il est arrivé cependant que, dans des contrées situées à l’écart, l’isolement a été érigé en système. Les bénéficiaires du sol se sont efforcés de maintenir autour d’eux la séparation par des moyens artificiels ; car l’idée de frontière est aussi enracinée que celle de guerre. Ainsi les silvatiques africains sèment d’embûches les abords de leurs villages ; les clans montagnards, tels que Tcherkesses, Kourdes, Kafirs, se sont retranchés dans les parties les moins accessibles ; les Tibétains eux-mêmes ont relégué dans les vallées les plus écartées leurs sanctuaires nationaux.

32Aujourd’hui, ces centres d’isolement font l’effet d’exceptions. Les destinées de l’humanité eussent été frappées de paralysie si ces conditions primitives avaient prévalu. L’isolement exposait ces sociétés à s’atrophier, à rester perpétuellement asservies aux habitudes contractées sous l’impression du milieu où s’était révélé pour eux le secret d’une existence meilleure. Ces communautés humaines auraient fini par ressembler à ces sociétés animales que nous voyons figées dans leur organisation, répétant les mêmes opérations, vivant sur le progrès jadis réalisé une fois pour toutes.

  • 27 E. Renan, Histoire du peuple d’Israël, I, Paris, 1887.

33Mais un ferment travaillait ces sociétés élémentaires, les poussait à croître et à se répandre au dehors. Leurs rejetons se trouvaient ainsi, dans le vaste monde, en face de conditions dont la nouveauté pouvait rebuter les uns, mais qui ouvrait aux plus supérieurement doués des sources de rajeunissement et d’expansion. Renan a bien décrit la transformation qui s’opéra chez les Beni-Israël quand ils entrèrent en contact avec la terre de Chanaan27. Cette histoire s’est souvent répétée dans la suite. Une ventilation salutaire, dans la plus grande partie des contrées, a fécondé les rapports des hommes.

Notes

1 A. Silnitzky, La province d’Anadyr (Sibérie orientale) et son administration (Rev. sc., 4e sér., XI, 1 et 8 avril 1899, p. 391-402, 426-433).

2 F. Foureau, Documents scientifiques de la Mission saharienne (Mission Foureau-Lamy), t. II, Paris, 1905, p. 840.

3 Missions au Sahara, par E.-F. Gautier et R. Chudeau, t. II, Sahara soudanais par R. Chudeau, Paris, 1909, p. 64 et suiv.

4 Dr Herr, Mission Clozel dans le Nord du Congo français (1894-1895) (Annales de Géographie, V, 1895-1896, p. 316).

5 Cape d’Ollone, Mission Hostains-d’Ollone, 1898-1900. De la Côte d’Ivoire au Soudan et à la Guinée, Paris, 1901, p. 305. L’auteur note « la densité étonnante des populations de la forêt près de la lisière ».

6 J. Bertrand, Le Congo Belge, Bruxelles, 1909, p. 86.

7 Augustin Bernard et N. Lacroix, L’évolution du nomadisme en Algérie, Alger et Paris, 1906, p. 89 ; voir aussi p. 68.

8 J’ai indiqué ailleurs comment l’extension des domaines de la vie pastorale n’est pas nécessairement conditionnée par des causes physiques, mais peut être aussi bien le résultat d’empiétement. (Les genres de vie dans la géographie humaine, dans Annales de Géographie, XX, 1911, p. 298.)

9 Noter, par exemple, le récent développement de Merv, avec ses deux marchés hebdomadaires. (Karl Futterer, Durch Asien, I, Geographische Charakter-Bilder, Berlin, 1901, p. 6.)

10 Twelfth Census of the United States taken in the year 1900,… Statistical Atlas, prepared under the supervision of Henry Gannett, Washington, 1903, carte, pl. 148.

11 « Nec componere opes norant, nec parcere parto. » (Eneide, chant 8, v. 317.)

12 J. W. Powell, Seventh Annual Report of the Bureau of Ethnology, 1885-6, Washington, 1891, p. 33 et suiv.

13 Lucien Marc, Le Pays Mossi, Paris, 1909, p. 115.

14 Auguste Chevalier, Mission Chari-Lac Tchad, 1902-1904, L’Afrique Centrale Française, Récit du voyage de la mission, Paris, 1907 (couverture : 1908), p. 250.

15 Dans la fertile vallée du Niger, chaque village cultive autour de lui une banlieue dont le rayon peut atteindre 1 500 ou 1 800 m. « Lorsque le nombre d’habitants vient à augmenter, ce village n’augmente pas le nombre de ses maisons. Il lance à 2 ou 3 km. une colonie qui fonde un petit village du même nom que le premier. » (Commt Toutée, Du Dahomé au Sahara…, Paris, 1899, p. 122.)

16 Ferdinand von Richthofen’s Tagebücher aus China. Ausgewälht u. hrsg. v. E. Tiessen, I, Berlin, 1907, p. 437.

17 Robert Gradmann, Die landlichen Siedlungsformen Württembergs (Petermanns Mitt., LVI-I, 1910, p. 183-186, 246-249; 3 cartes à 1/1 000 000, pl. 31 ; 6 réductions de plans cadastraux à 1/5 000, pl. 40).

18 Camille Jullian, Histoire de la Gaule, II, La Gaule indépendante, Paris, 1908, p. 16.

19 Tableau de la Géographie de la France (Histoire de France d’Ernest Lavisse, tome I, Paris, 1903, p. 55-57). — Cette planche figure à la fin de l’édition de 1908 : La France, Tableau géographique.

20 La Podolie a plus de 80 habitants par kilomètre carré ; la Galicie, plus de 90.

21 Dr J. Crevaux, Exploration des fleuves Yary, Parou, Iça et Yapura… (Bull. Soc. Géog., 7e sér., III, 1882, p. 696).

22 I. Cvijic, La péninsule balkanique, géographie humaine, Paris, 1918.

23 L’Agriculture au Japon (Exposition Universelle de Paris 1900, Paris, Maurice de Brunoff), p. 20. — Voir aussi la brochure publiée, pour la même Exposition, par la Direction des Forêts au Ministère de l’Agriculture et du Commerce de l’Empire du Japon : Description des zones forestières du Japon, préparée par le Dr S. Honda.

24 Die wissenschaftlichen Ergebnisse der Reise des Grafen Béla Széchenyi in Ost-Asien, 1877-1880, I, Wien, 1893, p. 223.

25 Capt. James Forsyth, The Highlands of Central India, London, 1871, p. 45. Voir : P. Vidal de la Blache, Le peuple de l’Inde, d’après la série des recensements (Annales de Géographie, XV, 1906, p. 368).

26 D. Charnay, Manuscrit Ramirez. Histoire de l’origine des Indiens qui habitent la Nouvelle-Espagne, selon leurs traditions (Recueil de voyages… publiés sous la direction de Ch. Schefer et Henri Cordier, XIX, Paris, E. Leroux, 1903), p. 13 et suiv., 25 et suiv.

27 E. Renan, Histoire du peuple d’Israël, I, Paris, 1887.

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search