Version classiqueVersion mobile

Des forêts

 | 
Frédéric Le Play

Chapitre III. Principes fondamentaux de l’art forestier

§ 8. Production, croissance et décadence des végétaux ligneux

Texte intégral

1Il en est de l’art forestier comme de tous ceux qui ont pour but de livrer aux sociétés les matières d’origine organique nécessaires à leur existence. Il se propose, à la fois, de produire ces matières avec la plus grande intervention possible des forces naturelles, et d’approprier aux besoins de l’homme, les matières déjà créées, avec la moindre dépense en travail humain. Un exposé des principes de l’art forestier doit donc avoir pour point de départ la description des lois les plus générales, de la reproduction, de la croissance et de la décadence des végétaux ligneux. Nous essaierons de borner cette description aux faits qu’il est indispensable de connaître, en renvoyant à d’autres subdivisions de ce recueil les considérations scientifiques qui se rattachent plus spécialement à la physiologie végétale.

2Le moyen le plus général de reproduction pour les arbres comme pour tous les autres végétaux est la germination des semences. La germination produit d’abord une tige plus ou moins rameuse et qui par sa consistance molle ne se distingue guère des végétaux herbacés. Après six mois environ, délai qui en Europe est ordinairement le terme de cette première végétation, la jeune plante a rarement atteint la hauteur des végétaux herbacés de moyenne taille ; mais en revanche, son tissu a déjà pris assez de solidité pour résister aux influences qui dessèchent et détruisent les végétaux herbacés. On y distingue déjà très bien les deux parties principales de tout végétal ligneux, le bois et l’écorce. Dans quelques régions du globe situées près de l’Equateur, la plante continue à végéter régulièrement ; plus ordinairement le passage d’une saison à l’autre amène une intermittence plus ou moins prononcée. En Europe, où pour fixer les idées, nous suivrons le détail des phénomènes, la végétation reste moyennement interrompue pendant six mois. La végétation du jeune arbre, suspendue pendant l’hiver, recommence au printemps suivant et détermine de deux manières l’accroissement des jeunes arbres. En premier lieu, l’extrémité de la tige donne naissance à une nouvelle pousse qui superpose pour ainsi dire un nouveau végétal à celui qui s’était précédemment formé. Le même phénomène se produit sur une moindre échelle aux extrémités des diverses branches avec une énergie proportionnelle à l’importance de chacune de celles-ci. En second lieu, la tige déjà formée s’accroît en grosseur de deux couches contiguës ; l’une ligneuse, comparativement épaisse et dure, enveloppe la tige de bois déjà formée ; l’autre, comparativement mince et flexible, dite liber, s’intercale à la partie intérieure de l’écorce. Le même phénomène se produit sur une moindre échelle sur chacune des branches de l’année précédente. La troisième année, et en insistant seulement, pour simplifier, sur ce qui concerne la tige, la hauteur de celle-ci s’accroît d’une nouvelle pousse, et deux nouvelles couches contiguës s’interposent entre l’ancien bois et l’ancienne écorce. Ces couches enveloppent à la fois et la tige supérieure à ligneux simple produite la deuxième année et la tige inférieure à ligneux double, formée pendant la première et la seconde années. La quatrième année une quatrième pousse augmente la hauteur de la tige. Une nouvelle couche enveloppe à la fois aux étages inférieurs de la tige, savoir : une couche de ligneux au niveau de la 3e pousse ; deux couches au niveau de la 2e pousse ; enfin trois couches au niveau de la 1re pousse, immédiatement au-dessus du sol.

3Il est facile de comprendre que les mêmes phénomènes se reproduisant chaque année, donnent à la tige une forme conique et qu’après la cinquième année par exemple, celle-ci coupée verticalement suivant son axe et horizontalement aux cinq niveaux correspondant à la pousse de chaque année, présente la disposition indiquée dans le croquis ci-contre. Pour plus de clarté on a hachuré dans les coupes les couches de ligneux correspondant aux 1re, 3e et 5e année, tandis qu’on y a laissé en blanc les couches formées pendant les 2e et 4e années.

4À chaque instant du développement de l’arbre, l’écorce enveloppe très exactement le ligneux. Pour que la nouvelle couche conique puisse se développer entre l’ancien ligneux et l’ancienne écorce, il faut donc que celle-ci se distende sans cesse. Dans plusieurs espèces d’arbres les couches de liber composant l’épaisseur totale de l’écorce, sont à cet effet douées d’une certaine flexibilité. Toutes les parties de l’écorce restent en quelque sorte vivantes, et des sécrétions viennent sans cesse leur fournir les matières nécessaires à cette extension. Dans d’autres espèces au contraire, et surtout dans celles où l’épaisseur de l’écorce s’accroît le plus rapidement, les couches intérieures de liber gardent seules de la vie et de la flexibilité. Les couches extérieures les plus anciennement formées prennent après une certaine période, la consistance dure propre à la partie centrale du ligneux. À partir de cette époque, la partie extérieure de l’écorce ne peut suivre la croissance horizontale de la tige qu’en se fendillant et en se détruisant plus ou moins. Mais la partie intérieure est toujours composée de nombreuses couches d’un liber flexible qui préserve contre l’action de l’atmosphère le phénomène important qui s’accomplit sans cesse dans la seule partie de la tige où réside la vie, à la surface conique de contact de l’écorce et du bois, et à une faible distance de part et d’autre de cette surface dans le liber et dans l’aubier. Le cœur du bois, dans un arbre séculaire, n’est pour celui-ci qu’un support. Il n’est pas plus essentiel à son existence que les rugosités sèches de l’écorce. Le bois, parfaitement préservé contre l’action des agents extérieurs, y est ordinairement beaucoup mieux conservé qu’il ne le serait s’il était abattu et mis en œuvre. Mais il arrive souvent que le bois mis par accident au contact de l’atmosphère se détériore rapidement dans la partie centrale de la tige, sans que la croissance de l’arbre lui-même en soit notablement ralentie.

Croquis de la main de Le Play

5Quelles que soient au reste les variations qui se peuvent manifester, d’une essence à l’autre, dans l’épaisseur relative des écorces, la quantité de substance ligneuse que celle-ci contient, reste toujours sans importance : ainsi avons-nous dû en faire abstraction dans le croquis donné ci-dessus. Ce n’est d’ailleurs qu’un ligneux imparfait qui reste sans usage dans la mise en œuvre du bois et dont on ne tient compte dans l’économie forestière que lorsqu’il présente quelques propriétés particulières. C’est ainsi qu’on recherche certaines écorces en raison du tannin qu’elles contiennent, à cause de la propriété filamenteuse de leur liber, etc.

6Les branches, les rameaux, les ramilles de tout ordre formés à une époque quelconque de la vie de l’arbre suivent dans leur développement ultérieur, toute proportion gardée de leur importance dans l’ensemble du végétal, exactement les mêmes lois que le tronc auquel ils sont annexés. Dans un arbre croissant isolé, la quantité de bois ainsi formée, est ordinairement moindre que celle du tronc. Le rapport moyen entre ces deux quantités dépend essentiellement de la nature de chaque essence et se lie à ses caractères extérieurs les plus distinctifs. Toutes autres choses égales, les essences les plus précieuses sont celles dans lesquelles la proportion de bois contenue dans le tronc est un maximum ; car pour les plus importantes destinations, l’utilité et la valeur marchande du bois, augmentent dans une proportion extrêmement rapide avec le volume des pièces. Un mât de vaisseau de première grandeur, formé de la tige d’un pin sylvestre vaut cent fois autant qu’un poids égal des branches de cette même essence. Le rapport du poids des branches au poids total de l’arbre diminue ordinairement pour toutes les essences quand les arbres croissent en massifs serrés. Le défaut d’espace ne permettant pas alors aux branches de se développer la tendance à l’accroissement se résout en une élévation plus rapide de la tige. Nous avons cité le pin sylvestre comme exemple de l’une de ces essences qui, croissant en massif serré, ont une proportion de branches complètement négligeable.

7Après avoir indiqué le principe de la formation du bois, il reste à indiquer d’une manière plus précise la loi du développement des bois croissant en arbres isolés ou réunis en massif.

8La vie entière d’un arbre présente quatre périodes très distinctes, savoir : trois périodes d’accroissement, une de décadence.

9La première période commence à la germination. La quantité de ligneux qui s’y forme annuellement, d’abord peu considérable, augmente chaque année de telle sorte que la quantité de bois produite pendant cette année est toujours plus grande que celle qui s’était produite l’année précédente. Il arrive enfin un moment où cette tendance à l’accroissement ayant atteint sa plus grande énergie ne peut plus que décroître. Ce moment qu’on peut appeler l’époque du maximum d’accroissement annuel, marque la fin de la première période.

10Au commencement de la seconde période la quantité de bois annuellement formée devient moindre que celle qui avait été produite l’année précédente. Mais comme la force productive était à son maximum au commencement de cette période, tandis qu’au commencement de la première elle était presque nulle, on comprend que la quantité de bois produite chaque année, reste pendant longtemps supérieure à la production moyenne annuelle calculée depuis l’origine de la vie du végétal. Le moment où ces deux éléments deviennent égaux marque la fin de la seconde période. La réunion de ces deux périodes se distingue de toutes celles qui commencent à l’origine de la croissance en ce que l’accroissement annuel moyen y est un maximum.

11La force végétative continuant à décroître, la quantité de bois produite devient chaque année moins considérable. En outre à une époque plus éloignée le ligneux tout en continuant à s’accroître entre l’aubier et l’écorce, laisse voir, dans les parties anciennement formées, des symptômes de décadence, puis un dépérissement prononcé. Il arrive enfin un moment où ces deux tendances se balançant mutuellement la quantité de ligneux cesse de s’accroître : c’est la fin de la 3e période.

12Dans la 4e période enfin, les causes d’accroissement vont sans cesse en diminuant avec l’énergie vitale, tandis que la détérioration exercée sur le ligneux, par les agents atmosphériques devient chaque année plus active. Cette période prend fin naturellement lors de la destruction complète du végétal.

13Si suivant la méthode des géomètres, on représente les diverses années de la vie d’un arbre par des intervalles égaux pris sur une ligne horizontale OX ; si, au-dessus de chacune de ces divisions, on élève une ordonnée parallèle à un 2e axe OY et dont la longueur soit proportionnelle à la quantité de bois existant dans le végétal à la fin de l’année correspondante, la ligne qui réunira les sommets de toutes ces ordonnées représentera nettement aux yeux, toutes ces phases de l’accroissement et de la décadence de l’arbre. Si pour rendre cette constitution indépendante des anomalies que les circonstances atmosphériques peuvent produire d’une année à l’autre, on établit les divisions oa, aa’, a’a“, etc. pour des intervalles de 5 années, la ligne exempte des ondulations que ces anomalies eussent produites, prendra pour toutes les espèces d’arbres la courbure continue que présente la figure ci-jointe et qui n’est que la traduction géométrique de l’énoncé précédent. Les limites des quatre périodes y correspondront à 4 points singuliers. Le point A correspondant à la fin de la première période sera un point d’inflexion ; ce sera aussi le point de la courbe où l’angle que forme la tangente avec l’axe OX sera un maximum. Le point B correspondant à la fin de la seconde période sera celui pour lequel l’angle BOX, dont la tangente mesure l’accroissement annuel moyen depuis le commencement de la vie du végétal, sera un maximum. En d’autres termes c’est le seul point où la tangente à la courbe aille passer par l’origine O. Le point C correspondant à la fin de la troisième période est celui pour lequel la tangente à la courbe est horizontale. Enfin le point D correspondant à la fin de la 4e période est celui où la courbe vient se terminer à l’axe OX.

Croquis de la main de Le Play

14Cet énoncé ou cette courbe conviennent également à un arbre croissant isolément, et à une série d’arbres croissant en massif. On la peut vérifier numériquement soit par des cubages faits d’année en année, soit par divers autres moyens que fournit la science forestière et dans le détail desquels il serait superflu d’entrer ici.

15La loi de l’accroissement annuel du bois varie selon l’essence, le climat, et toutes les conditions physiques qui dans une localité circonscrite influent sur le développement des arbres. On ne saurait donc présenter dans cet aperçu des résultats numériques rigoureusement applicables à une région de quelque étendue, et a fortiori, à l’ensemble de l’Europe. Cependant, pour fixer les idées autant qu’il convient à l’exposé que nous voulons faire, nous donnerons ici quelques nombres extraits d’observations détaillées faites dans les forêts de la Saxe, dans une situation géographique qui offre à peu près la moyenne des conditions de croissance propres au continent européen. Les essences dont il s’agit, ont été obtenues pour la plupart par le réensemencement naturel et toutes cultivées en massifs serrés, d’après les règles d’une École forestière justement estimée.

16La durée de la première période d’accroissement, en d’autres termes le temps après lequel l’accroissement annuel atteint son maximum est indiqué ci-après.

Bouleau 35 ans
Mélèze 35 -
Pin sylvestre 47 -
Peuplier tremble 55 -
Érable (sycomore, plane) 55 -
Sapin épicéa 65 -
Sapin argenté 65 -
Hêtre 95 -
Chêne 100 -

17La durée des deux premières périodes pour les mêmes essences, ou, en d’autres termes, celle pendant laquelle l’accroissement annuel moyen est au maximum, est indiquée par les chiffres suivants :

Bouleau 60 ans
Mélèze 65 -
Peuplier tremble 75 -
Pin sylvestre 80 -
Érable 105 -
Sapin épicéa 115 -
Sapin argenté 125 -
Hêtre 145 -
Chêne 148 -

18La durée des trois premières révolutions, c’est-à-dire l’intervalle pendant lequel les arbres s’accroissent et au-delà de laquelle ils commencent à déchoir, sont indiquées approximativement ci-après, même pour un grand nombre d’essences qui comme les précédentes ne forment [?] pas essentiellement de massifs boisés dans les contrées où toutes ces observations ont été faites.

Peuplier tremble 120 ans
Bouleau 130 –
Pin sylvestre 195 –
Mélèze 200 –
Érable 205 –
Sapin épicéa 210 –
Sapin argenté 230 –
Hêtre 250 –
Chêne 350 –

19Les exploitations régulières de l’Allemagne du Nord ne donnent point lieu de constater la durée totale de la vie des arbres jusqu’au moment où s’éteint toute végétation. Nous n’avons eu nous-mêmes aucune occasion de faire de telles observations dans la même région. Mais nous avons souvent rencontré dans les Monts Ourals des districts entiers encore peuplés de vieux troncs depuis longtemps privés de vie : en faisant scier, la partie inférieure de ces troncs, puis polir la section ainsi obtenue, nous avons pu assez exactement compter un grand nombre de ces couches concentriques d’accroissement, qui dans le nord de l’Europe mesurent toujours régulièrement le nombre des années. Nous avons par exemple souvent compter le nombre de couches concentriques indiquées ci-après :

le pin sylvestre 320 à 360 ans
le sapin épicéa 330 à 350 –
le mélèze 350 à 425 –

20Mais les couches correspondant aux derniers temps de la croissance sont toujours si minces qu’il devient impossible de les compter : la difficulté de cette observation est encore aggravée par l’altération partielle du bois ; la vie du végétal se prolonge donc selon toute vraisemblance au-delà des limites indiquées par les couches qui se peuvent compter : et nous avons été conduits à penser que pour beaucoup d’espèces la période de décadence doit durer plus longtemps que la période d’accroissement.

Table des illustrations

Légende Croquis de la main de Le Play
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/34095/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 9,6k
Légende Croquis de la main de Le Play
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/34095/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 15k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search