Version classiqueVersion mobile

Des forêts

 | 
Frédéric Le Play

Chapitre II. Considérations sur la nature physique et sur la géographie des forêts

§ 7. Nature et distribution géographique des essences forestières

Texte intégral

1Les arbres sont toujours en minorité aussi bien dans la liste générale des espèces végétales que dans celles des espèces propres à chaque district. Si d’ailleurs on ne considère que les espèces qui à raison de leur fréquence ou de leurs utiles propriétés jouent un rôle important, et peuvent être rangées au nombre des essences forestières, on trouvera que pour chacune des grandes divisions naturelles de la surface du globe, ce nombre est extrêmement restreint. Enfin ce nombre se réduit ordinairement à trois ou quatre espèces si l’on ne considère que les essences qui concourent dans une proportion notable au peuplement des forêts contiguës, situées dans des conditions semblables eu égard au degré d’humidité et à la nature du sol et du climat. Quelques-uns des plus beaux massifs boisés de l’Europe ne présentent même qu’une seule espèce. Les causes qui tendent à concentrer en certains cantons les espèces végétales se font donc sentir dans la distribution des essences forestières, plus vivement que dans celle des végétaux herbacés. Ce fait s’explique naturellement quand on considère la longueur des périodes pendant lesquelles se fait sentir en chaque lieu l’influence des végétaux ligneux.

2La situation en latitude est la cause qui influe le plus sur la nature des essences propres à chaque contrée. Aussi les essences de la région équatoriale sont-elles complètement différentes de celles de la région tempérée. Le mélange ne se peut produire entre elles : les espèces de la région équatoriale ne trouveraient pas généralement dans la région tempérée la chaleur nécessaire à leur développement. La plupart ne pourraient supporter le froid des hivers. Enfin celles qui résisteraient à cette double influence n’ayant qu’une végétation chétive seraient étouffées à la longue par les espèces propres à la région tempérée. Par la même raison, ces dernières espèces, en supposant qu’elles puissent prendre tout leur développement dans la région tropicale, seraient bientôt dominées et détruites par les espèces propres à cette région.

3L’interposition de l’océan, encore plus que l’éloignement géographique, introduit de grandes différences dans les essences forestières propres aux divers continents situés sous les mêmes latitudes. Ainsi pour une différence de longitude de 60° les arbres résineux croissant sous le même parallèle à l’Équateur, en France et dans le Canada appartiennent pour la plupart à des espèces essentiellement différentes. Au contraire, en France et dans la Sibérie orientale, c’est-à-dire aux points extrêmes de l’ancien continent, et pour une différence en longitude de 120°, on retrouve exactement les mêmes espèces. Il est digne de remarques que des usines métallurgiques séparées par un intervalle de 60° situées aux deux extrémités de la Sibérie, d’un côté dans les Monts Ourals, de l’autre dans les montagnes de Nertchinsk à l’est du lac Baïkal, emploient les mêmes essences d’arbres résineux et d’arbres feuillus associés à peu près dans les mêmes proportions. La difficulté de la propagation explique donc les différences qui se manifestent dans le peuplement des forêts des deux mondes. Cette circonstance jointe aux résultats de quelques tentatives heureuses donnent lieu de présumer que plusieurs de ces différences pourront un jour utilement s’effacer par l’intervention de l’homme.

4Les différences tranchées qui se manifestent dans le peuplement des forêts d’un même continent, d’une même contrée, souvent d’une même montagne, ne se peuvent plus s’expliquer, ni par l’impossibilité de la propagation, ni par l’absence de certaines conditions indispensables à l’existence des espèces absentes. Elles tiennent à une cause extrêmement simple et dont on peut aisément constater les effets dans les grandes forêts qui se reproduisent sans l’intervention de l’homme. La plupart des essences qui se présentent ça et là, dans une région étendue, pourraient très bien former de grands massifs en chacun des points de cette région. Leur rareté ou leur absence tient essentiellement à ce qu’elles y sont dominées puis étouffées par d’autres essences, qui par leur nature même ou à raison de quelque circonstance locale atteignent de plus grandes dimensions. Nous avons souvent observé les effets de cette élimination naturelle de certaines essences dans les forêts sibériennes, sur de vastes espaces où pour chacune des cinquante années antérieures des coupes à blanc avaient été opérées de proche en proche. La reproduction qui s’y opérait spontanément, et sans que l’intervention et même la présence habituelle de l’homme gênât en rien le jeu des forces naturelles, mettait clairement en évidence la loi qui nous paraît présider au cantonnement des essences forestières.

5Les surfaces récemment déboisées produisent d’abord une magnifique moisson de plantes herbacées, différentes en général de celles qui dominent dans les bois environnants. À celles-ci s’associent ou succèdent les années suivantes cette multitude de végétaux frutescents et demi-ligneux producteurs de baies qui sont l’un des traits les plus distinctifs de la végétation des limites septentrionales de la zone tempérée. Après quelques années, on commence à observer vers la fin de l’été, au moment où se dessèche la végétation herbacée du printemps, une assez grande variété de petits arbrisseaux propres aux clairières des bois de la contrée et plus tard au-dessous de ceux-ci, les premiers rudiments des essences forestières croissant ça et là dans cette partie de l’empire russe. Il est essentiel de remarquer que cette reproduction spontanée comprend ordinairement un certain nombre d’essences qui manquaient absolument dans la forêt détruite et que l’on cherche même vainement dans les vieux massifs contigus aux coupes. Il arrive même souvent, après la coupe des forêts séculaires, que les essences qui se montrent d’abord avec le plus d’abondance sont précisément celles qui étaient les plus rares dans ces forêts. Quelques années plus tard, les essences forestières prenant de l’accroissement ont étouffé complètement les herbes et les végétaux frutescents ; les arbrisseaux eux-mêmes, dominés à leur tour languissent peu à peu et disparaissent. Alors commence la lutte entre les essences forestières proprement dites : à ce moment, les coupes présentent parfois les neuf essences principales de cette région. Souvent ce nombre varie de quatre à six ; rarement il est inférieur à trois, jamais enfin on ne remarque moins de deux essences. À ce même moment l’espèce dominante est presque toujours une essence étrangère au canton, ou qui du moins ne se trouvait que rarement dans les anciens massifs. Souvent cette essence continue à dominer pendant une longue période, parfois, pendant trente années ; elle étouffe peu à peu la plupart des essences associées mais ne peut prévaloir contre l’espèce ou, tout au plus, les deux ou trois espèces qui composaient les anciens massifs. Celles-ci prospèrent de plus en plus sous son ombrage, reprennent chaque année une partie de l’avance que l’espèce étrangère avait d’abord acquise, atteignent enfin le niveau de celle-ci et, désormais maîtresses du sol, la dominent et l’étouffent. Si chacune des coupes successives comprend des terrains placés pour l’exposition, le degré d’humidité, la nature et la profondeur du sol végétal, dans des conditions différentes, des différences correspondantes se manifestent successivement dans la végétation des diverses subdivisions. L’inégalité des influences qui y règnent n’est pas toujours très prononcée sur les herbes et les petits buissons qui prennent d’abord possession du sol ; parfois même elle n’empêche pas l’uniforme germination des arbrisseaux et de la plupart des essences forestières, sur toute la surface d’une même coupe. Mais elle devient sensible dès que ces dernières commencent à prendre un certain développement. Telles essences qui végètent avec vigueur et dominent tout d’abord les autres sur des sols pierreux, secs, ayant l’exposition la plus chaude, sont au contraire elles-mêmes bientôt dominées, languissent et disparaissent tôt ou tard sur les sols profonds, humides, exposés aux vents les plus froids. En résumé, chaque subdivision naturelle du sol, caractérisée par des conditions physiques à peu près identiques, se recouvre spontanément de l’essence ou du très petit nombre d’essences qui se plaisent particulièrement dans ces conditions, et en excluent toutes les autres.

6Dans les forêts du centre et de l’ouest de l’Europe, où l’art intervient toujours dans la reproduction des massifs boisés, ces mêmes phénomènes plus ou moins modifiés par le travail de l’homme sont encore très visibles. Il est vraisemblable qu’ils constituent pour tous la loi fondamentale du cantonnement des essences forestières.

7Les forêts de la région chaude et celles de l’Amérique du Nord n’ont jamais été soumises jusqu’à ce jour à une exploitation méthodique ; elles n’ont même jamais été étudiées au point de vue de l’art forestier. Les recherches botaniques faites dans ces régions fournissent à la vérité des documents fort étendus sur les espèces d’arbres qui s’y trouvent ; mais les observations qui viennent d’être présentées font aisément comprendre qu’une énumération des espèces d’arbres que les botanistes ont pu rencontrer, en supposant qu’elle fut complète, ne peut donner aucune notion exacte de la composition des massifs boisés. Dans l’état actuel de nos connaissances, un tel travail ne peut être fait que pour la région tempérée de l’ancien continent. C’est à cela que nous nous bornerons ici, en insistant particulièrement sur les essences qui se recommandent par leur abondance et par leur utilité.

8Les essences forestières se subdivisent tout d’abord en deux catégories principales aussi bien par leur apparence extérieure que pour les conditions générales d’habitation, de croissance et de culture. La première comprend les arbres que les botanistes, à raison de la forme spéciale des fruits, réunissent dans la famille des conifères ; ils sécrètent des résines, surtout lorsqu’on y fait une incision jusqu’à l’aubier, et pour ce motif, sont souvent désignés par les forestiers français sous la dénomination générale de résineux. Presque toutes les espèces de cette catégorie conservent leurs feuilles pendant l’hiver, ce qui a conduit les jardiniers qui en font grand usage pour l’ornement des parcs à les nommer usuellement arbres verts. Les feuilles ont une structure toute particulière : elles sont toujours sèches, dures, d’un vert très foncé, exemptes de duvet et de poils. Ordinairement elles ont la forme de filets allongés pointus et même un peu piquants à leur extrémité, ce qui conduit les forestiers allemands à les désigner sous le nom d’arbres à aiguilles. Chacune de ces dénominations, sans être irréprochable, caractérise suffisamment cette catégorie, même pour les personnes peu versées dans la connaissance des arbres.

9Toutes les essences de la seconde catégorie n’ont aucun des caractères précédents, et se trouvent par là même suffisamment distinguées des premières. Leur trait le plus distinctif est d’être pourvues de feuilles, c’est-à-dire de ces organes membraneux, planes et minces qui se développent chaque année au printemps avec une belle couleur verte et tombent à l’automne après avoir passé par diverses nuances brunes, jaunes ou rouges. Leurs caractères sont plus variés que ceux des arbres résineux : les botanistes y distinguent au moins six familles qu’il serait superflu de considérer en détail, dans l’aperçu général que nous avons à tracer. Les ingénieurs forestiers les réunissent ordinairement sous la dénomination générale d’arbres feuillus.

10Pour abréger autant que possible les détails relatifs à la composition des forêts, et déterminer nettement le degré d’importance qu’il faut attribuer aux divers arbres, nous essayerons d’abord de caractériser par des chiffres l’abondance relative de ceux que suivant la définition déjà donnée, on peut appeler par excellence les essences forestières. Ces sortes d’évaluation, pour être rigoureuses, devraient être basées sur des observations, telles qu’en peuvent faire les ingénieurs forestiers dans les massifs soumis à une culture méthodique et à une exploitation régulière : c’est dire que pendant longtemps encore cette rigueur ne pourra être introduite dans une recherche applicable à l’ensemble de l’Europe. Nous présentons toutefois le tableau suivant en quelque confiance : nous en avons extrait les éléments d’évaluations extrêmement détaillées que nous avons faites en parcourant la plupart des grands massifs boisés existant en Europe depuis l’extrémité sud-ouest de l’Espagne jusqu’au centre de la Sibérie. Ces estimations sont beaucoup plus précises que ne le pourraient penser d’abord les personnes qui ne se sont pas exercées à ce genre de recherches. Nous avons rarement trouvé des différences de 1/10 entre nos évaluations et celles des ingénieurs forestiers des diverses localités auprès desquels nous recherchions l’occasion de contrôler nos résultats. Souvent pour des contrées étendues et comprenant 8 ou 10 essences forestières, ces évaluations se sont accordées à un centième près. Les erreurs que peut présenter le tableau suivant viennent donc moins de l’imperfection de la méthode d’évaluation que des incertitudes que présente l’évaluation des surfaces boisées et par suite le calcul des moyennes définitives. Les nombres placés dans le tableau précédent indiquent, en millièmes, le rapport du poids de ligneux de chaque essence au poids total existant sur pied dans l’ensemble des forêts d’Europe.

§ 1 arbres résineux

§ 1 arbres résineux

§ 2 arbres feuillus

§ 2 arbres feuillus

11La région forestière proprement dite où croissent les végétaux explicitement désignés dans le tableau précédent nous paraît se subdiviser très naturellement en deux zones ayant pour limite commune la ligne au-delà de laquelle les chênes à feuilles caduques cessent de croître en massifs. Cette ligne s’étend depuis le centre des montagnes de l’Écosse jusqu’à l’extrémité méridionale des Monts Ourals, par Arendal et Christiansand (en Norvège) ; Göteborg et Westerwik (en Suède) ; Dantzig (en Prusse) ; Wilna (en Pologne) ; Kalouga, Nijni-Novgorod ; Malmouich sur la Viatka et Oufa dans la Russie européenne. La zone septentrionale, située au nord de cette ligne s’étend, comme on l’a dit ci-dessus, jusqu’aux régions polaires ; la zone méridionale a vers le sud la limite même [?] de l’Europe. Dans la plaine basse et les plateaux peu élevés adjacents du bassin de la Méditerranée, en Espagne, en France, en Italie, en Grèce et dans la Turquie d’Europe, on trouve l’origine d’une troisième zone qui par sa végétation asiatique et africaine semble être déjà étrangère au continent européen : nous la désignerons sous le nom de lisière méditerranéenne. La distinction préalable de ces trois zones nous permettra d’abréger les détails relatifs à chacune des essences forestières.

12Le Sapin épicéa (Abies excelsa DC. ; Pinus abies Lin.) est de beaucoup l’espèce dominante et comprend à peu près le tiers du ligneux existant en Europe. Cette propagation si étendue est le résultat d’un ensemble de qualités très précieuses propres à cette essence. Celle-ci, en effet, peut à la rigueur s’accomoder d’un climat chaud ou très froid ; d’un sol peu profond ; d’un terrain pierreux, sec, ou argilo-tourbeux imprégné d’une grande quantité d’humidité. Elle croît donc avec vigueur dans une foule de conditions où les autres essences se trouvent gênées dans leur développement, et par ce motif elle ne tarde pas à l’emporter sur elles. Le sapin épicéa forme le fond de la plupart des forêts situées dans les plaines ou dans les médiocres montagnes de la zone septentrionale ; il y devient à peu près l’essence unique partout où le terrain est constamment imprégné d’humidité ou ne présente qu’une couche très mince de terre végétale au-dessus d’une roche compacte où les racines ne peuvent pénétrer. Tel est par exemple le cas d’une multitude de forêts de la presqu’île Scandinave, de la Finlande et du nord de la Russie. Le sapin épicéa descend rarement dans les plaines de la zone méridionale mais il abonde dans les montagnes situées au nord et à l’est de cette zone, particulièrement, dans le Hartz, en Saxe, en Bohème, en Bavière, en Wurtenberg, dans le pays de Bade, en Hongrie, en Transylvanie, dans le Bannat, en Servie. Il domine souvent dans les hautes chaînes de la Turquie d’Europe, surtout en Bosnie, en Croatie, en Albanie, de même que dans la partie orientale des Alpes. Mais il devient comparativement rare à l’ouest de cette dernière chaîne et surtout dans les montagnes de France peuplées d’arbres résineux. Enfin il devient exceptionnel dans les contrées situées au midi des plus hautes chaînes de la Turquie, des Alpes et des Pyrénées.

13Le sapin épicea atteint dans de bonnes conditions des proportions très considérables. On a cité des individus dont la hauteur s’élevait à 52m, d’autres dont le diamètre à 1 mètre au-dessus du sol dépassait 2m. Nous n’avons jamais observé ces dimensions extrêmes et nous pensons qu’elles ne se trouvent jamais réunies dans un même arbre. Les plus grands épicéas que nous ayons eu l’occasion d’observer croissent dans le midi des Monts Ourals ; plusieurs d’entre eux présentent une hauteur de 41m avec un diamètre de 1m56, plusieurs individus dont le diamètre atteignait 1m75 avaient une hauteur moindre, ordinairement inférieure à 35 m.

14Le bois d’épicéa est partout fort recherché soit comme combustible, soit comme bois d’œuvre : c’est cette essence qui fournit la plus grande partie des bois exportés sur tout le littoral maritime de l’Europe, sous le nom de sapin du Nord et de Norvège. Les célèbres fers à acier de Suède, de Norvège et de Russie sont en grande partie fabriqués avec le charbon d’épicéa ; le même combustible alimente la plupart des usines métallurgiques de l’Altaï, de l’Oural, de la Hongrie, du Hartz, de la Styrie et de la Carinthie.

15Le Pin sylvestre (Pinus sylvestris Lin.) vient immédiatement suivant l’ordre d’importance après le sapin épicéa. Il abonde dans un grand nombre de forêts de la zone septentrionale ; il s’y plaît particulièrement dans les expositions les moins froides, dans les terrains secs, légers et profonds. Il y redoute particulièrement les terrains humides et tourbeux et c’est par ce motif qu’il est étouffé par l’épicéa dans la plupart des plaines boisées de la Russie et de la Sibérie, contiguës aux régions polaires, tandis qu’il devient dominant dans le midi de la Suède et dans les plaines de la Courlande et de la Pologne contiguës à la zone méridionale. Le passage de l’une à l’autre zone est ordinairement marqué, dans cette partie de l’Europe par de magnifiques forêts où les chênes à feuilles persistantes sont associés au pin sylvestre. Le pin sylvestre continue à se montrer dans la zone méridionale dans les mêmes contrées où progresse l’épicéa ; seulement il tend toujours à l’emporter sur ce dernier dans les expositions les moins froides et les moins humides. Dans les montagnes il se tient généralement à un niveau moins élevé. Enfin c’est l’espèce qui prospère le plus dans les arides plaines de sable de l’Allemagne du Nord. De même que l’épicéa, le pin sylvestre se montre peu abondant dans les montagnes de France couvertes de bois résineux ; il devient rare ou tend à être remplacé par d’autres espèces de pins à deux feuilles dans la région la plus méridionale de l’Europe et par exemple dans la Turquie d’Europe, en Italie, dans le midi de la France, et en Espagne.

16C’est dans le centre de la Suède, dans la Courlande et la Volhynie que nous avons observé les plus belles forêts de pins sylvestres. Les plus beaux arbres que nous ayons eu occasion de mesurer s’étaient développés dans des massifs très serrés : ils avaient 46m de hauteur avec un diamètre de 0m98. Le diamètre devient beaucoup plus considérable, mais avec une diminution très prononcée sur la hauteur, dans la partie de la forêt où les arbres sont séparés par de grands espaces : nous avons souvent rencontré dans les mêmes régions et aussi dans les forêts de l’Oural, des arbres qui, avec une hauteur inférieure à 30m, avaient à 1m au-dessus du sol un diamètre de 1m90. Le pin sylvestre nous paraît être l’essence forestière qui peut former les massifs les plus serrés, et pour laquelle on peut obtenir sur une surface donnée la plus grande proportion de bois de tige et la moindre proportion de bois de branches. On rencontre fréquemment dans la région centrale des Monts Ourals des massifs de pins sylvestres où tous les arbres ont une hauteur moyenne de 30m, où les tiges sont complètement exemptes de branches, au moins sur une hauteur de 25m. Souvent la distance moyenne des arbres y est inférieure à 1m et, dans ce cas, les plus gros échantillons n’ont guère plus de 0m25 de diamètre à la base. Ce tassement extraordinaire des arbres, l’uniformité absolue de la hauteur, l’absence complète de toute branche et de toute verdure sur les tiges, enfin la couleur vive et régulière de l’écorce, rouge brune sur les 2/5 de la hauteur à partir du sol, rouge jaune sur tout le reste de la tige, donnent lieu à des effets très singuliers dans les longs percements de routes en ligne droite qui se font souvent dans les massifs pour l’établissement des communications nouvelles. Il semblerait que ces vastes tranchées à perte de vue sont revêtues latéralement d’une gigantesque tenture de ces deux nuances, bordée à la base par la verdure du sol, à son arête supérieure par le rare feuillage du massif.

17Le bois de pin sylvestre a toutes les qualités des bois d’épicea ; mais ces qualités sont encore portées à un degré plus éminent. Une densité plus considérable lui donne plus de résistance comme bois d’œuvre et plus de qualités comme combustible, aussi bien pour l’emploi en nature qu’après la conversion en charbon. Il fournit de grandes ressources aux usines métallurgiques du nord et du centre de l’Europe, les hauts fourneaux des provinces centrales de la Suède et particulièrement du Wermland fondent presque exclusivement les minerais avec le charbon de pin sylvestre. Il est également recherché pour cette destination par les usines à fer des Monts Ourals.

18Il existe dans la région sud-ouest de l’Europe et aussi dans la lisière méditerranéenne, un assez grand nombre de pins à deux feuilles ayant une grande analogie avec le pin sylvestre et qui jouent dans la région chaude de l’Europe exactement le même rôle que celui-ci dans la région froide. Ces espèces abondent particulièrement dans les montagnes élevées, dans les lieux secs, et même dans les terrains sableux impropres à toute autre végétation. Plusieurs forestiers pensent que la plupart des espèces de cette catégorie distinguées par les botanistes ne sont que des variétés produites par un climat et un ensemble de conditions physiques autres que celles qui déterminent dans le nord-est de l’Europe le type de l’espèce. Cette opinion s’applique surtout aux pins qui croissent à une grande hauteur en certains points de la chaîne des Alpes et des Carpathes, ou à ceux que les botanistes ont distingués dans quelques cantons de l’Espagne, de la France, de l’Italie, de la Turquie d’Europe, de la Styrie, de la Crimée, de l’Ukraine, etc., sous le nom de Pinus pumilio Wald. ; Pinus rubra Mill. ; Pinus hispanica Cook. ; Pinus mugho Mill. ; Pinus austriaca Hœss ; Pinus pallariana ; Pinus nigra Host. ; Pinus alepensis Mill. Pinus laricio Ivir., Pinus brucia Pen., Pinus uncinata Lap.

19La première espèce est sans importance pour l’art forestier, et forme des buissons plutôt que des forêts. Nous l’avons toujours observée avec ce caractère en divers lieux et notamment en Hongrie sur l’une des principales chaînes des Carpathes entre les vallées de la Gran et de la Waag. Les buissons couvrent les sommets privés d’abris et ne se montrent jamais dans les forêts de pins sylvestres qui croissent (sur) les pentes inférieures des montagnes, avec d’autant plus de vigueur que le sol est mieux abrité. Il semble que les buissons résineux ne sont que du pin sylvestre défiguré par la violence des vents, comme les arbres rabougris que l’on remarque souvent sur le bord de rivages directement exposés aux vents de mer. Il existe au reste des modifications analogues du pin sylvestre dans presque toute la contrée du nord de l’Europe. Nous avons par exemple observé dans les plaines qui s’étendent en Sibérie, à l’ouest (sic) des Monts Ourals, entre Tobolsk et le centre de cette chaîne, des massifs fort étendus d’une espèce à laquelle les indigènes donnent une dénomination particulière équivalente à celle de pin des marais. Le sol formé d’une épaisse couche de tourbe toujours très humide est recouvert d’une sorte de forêt en miniature composée d’un pin à deux feuilles qui ne s’élève guère au-dessus de 5 à 6m, même lorsque les arbres ont plus de quatre-vingts ans. On peut constater aisément que leur hauteur ne s’est pas augmentée de 0m10 pendant les vingt dernières années de la croissance. Dans de telles conditions, leur port diffère beaucoup de celui du pin sylvestre, mais il m’a paru impossible de trouver dans les caractères distinctifs des feuilles et des fruits aucune différence qui ne s’expliquât très naturellement par une sorte de rabougrissement général de tous les organes. D’ailleurs sur les limites de ces vastes tourbières boisées, et sur les îlots de terrains plus secs qui s’y rencontrent ça et là, on voit le pin sylvestre reprendre graduellement les caractères ordinaires de cette espèce. L’amoindrissement progressif du pin sylvestre et de toutes les autres essences se manifeste encore d’une manière remarquable quand on pénètre dans la chaîne de l’Oural à la hauteur du 65e degré de latitude : et là encore cette modification s’explique simplement par la rigueur croissante du climat et la fréquence de plus en plus grande de terrains tourbeux. Les distinctions fondées sur l’amoindrissement de la taille des pins à deux feuilles, soit dans les hautes chaînes, soit dans les régions septentrionales, me paraissent donc être en général peu motivées.

20Le but spécial de cette notice ne nous permet pas d’insister davantage sur les modifications qu’introduit l’habitation, dans les caractères du pin sylvestre. Mais les faits rapportés ci-dessus prouvent suffisamment que les botanistes, faute d’y avoir donné une attention suffisante, ont pu être conduits à trop multiplier les distinctions spécifiques dans les pins à deux feuilles du midi de l’Europe. Plusieurs des espèces ci-dessus désignées, ne paraissent pas se distinguer par des caractères plus certains ni plus tranchés que ceux qui se peuvent observer dans les diverses parties d’une forêt exclusivement peuplée de l’une de ces espèces. Tel est, par exemple, le cas du Pinus mugho Mill. Il est même digne de remarques que la couleur jaune rouge de l’écorce, l’un des caractères distinctifs attribués à cette espèce dans la flore française et refusé par ce même ouvrage au pin sylvestre, est précisément le caractère le plus général que nous ait paru posséder ce dernier dans toutes les grandes forêts du nord-est de l’Europe.

21En admettant toutefois que les distinctions de ces diverses variétés de pins à deux feuilles fussent scientifiquement fondées, ce détail aurait peu d’importance au point de vue forestier. Toutes ces espèces, et surtout les bois qui en proviennent, ont à peu près les mêmes propriétés que le pin sylvestre et se comportent en général comme le ferait cette dernière essence dans des conditions physiques analogues. Elles n’entrent d’ailleurs que pour une faible proportion dans le peuplement des forêts d’Europe. Deux espèces, le Pin maritime (Pinus maritima Lam.) et le Pin à pignons (Pinus pinea Lin.) doivent être citées parmi les pins à deux feuilles de l’Europe qui se distinguent le plus du pin sylvestre. Le premier végète avec vigueur dans les terrains arides et même sableux de la région méditerranéenne où la plupart des autres essences forestières ne pourraient croître. Il forme d’importants massifs dans les landes du sud-ouest de la France et réussit même très bien sur les dunes de sables mouvants qui confinent à cette région. Le second se trouve assez répandu sur les collines et les basses montagnes de l’Espagne et de l’Italie, de la Turquie d’Europe et de la Grèce. Il ne forme point comme le pin maritime de massifs proprement dits : il est à demi cultivé, à raison de la qualité de ses fruits qui ont le goût de l’amande. Sous ce rapport il joue à l’extrémité méridionale de l’Europe, le même rôle que certaines des espèces dont il sera question ci-après, à l’extrémité opposée.

22Le Sapin argenté (Abies pectinata DC., Abies picea Lin.) a la plupart des caractères extérieurs du sapin épicéa. Les qualités et les usages des deux bois sont absolument identiques. Les deux espèces ne se distinguent aisément que par la feuille qui est filiforme, très aiguë, presque piquante, d’un vert uniforme dans l’épicéa ; aplatie, toujours obtuse, souvent même échancrée au sommet, verte en dessus et d’un blanc argenté par dessous, dans l’autre espèce. La distribution géographique du sapin argenté est essentiellement différente de celle du sapin épicéa. Le premier manque complètement dans la presqu’île Scandinave ; du moins nous n’en avons pas observé un seul échantillon pendant une investigation très prolongée dans les plus grandes forêts de la Suède et de la Norvège. Il manque également en Pologne et dans toutes les provinces de l’ouest, du nord, du centre et du sud de la Russie d’Europe : le sapin argenté est donc étranger à la plus grande partie du continent européen, celle qui s’étend de la mer Glaciale et de la Baltique à la mer Noire et à la Caspienne.

23Il ne se trouve qu’aux deux extrémités nord-est et sud-ouest de l’Europe formant ainsi deux séries de massifs sans aucune communication entre elles. Au nord-est le sapin argenté commence à se montrer au milieu de forêts d’épicéa et de pin sylvestre à peu de distance de Kazan près de l’embouchure de la Viatka dans la Kama. La proportion de cette essence augmente graduellement à mesure qu’on remonte la Kama ; elle augmente à la hauteur de Solikamsk vers le 60e degré de latitude au point que la forêt en est presque exclusivement composée. Le sapin argenté se montre encore fréquemment dans la partie méridionale des Monts Ourals ; mais nous n’en avons plus observé vers le 60e degré à la hauteur de Bogoslovsk ; il disparaît donc plus rapidement dans cette chaîne que dans les plaines de la Kama. À l’extrémité opposée de l’Europe le sapin argenté ne commence à se montrer comme espèce réellement indigène que dans le Hartz et dans les Carpathes ; il paraît çà et là dans la chaîne des Alpes, en Styrie, en Illyrie, dans le Salzbourg et le Tyrol. Les deux gisements principaux sont : le premier au nord-est de l’Adriatique, dans la Camiole, la Croatie et la Bosnie ; le deuxième en France, où il domine, souvent à l’exclusion de toute autre espèce résineuse, dans les forêts des Vosges, du Jura, des Cévennes, de l’Auvergne, de la montagne Noire et des Pyrénées. Il forme dans certaines partie de la Normandie de petits massifs que les sylviculteurs de ce pays considèrent comme indigènes ; enfin on le trouve également dans les plus hautes chaînes de l’Espagne. L’espèce de la Sierra de Ronda qui a été distinguée sous le nom d’Abies pinsapo (Boissier), présente, au point de vue de l’art forestier, tous les caractères du sapin argenté.

24Le Mélèze d’Europe (Larix europœa DC. ; pinus larix Lin.) est le seul des résineux indigènes de l’Europe qui perde ses feuilles pendant l’hiver. C’est également celui qui par son feuillage et l’ensemble de ses caractères extérieurs peut le moins se confondre avec les autres espèces. Le mélèze est beaucoup plus rare que le sapin argenté ; comme cette dernière essence il ne se trouve indigène qu’aux deux extrémités de l’Europe. Les gisements principaux sont, au nord-est, les montagnes de moyenne grandeur qui s’étendent d’Ekaterinebourg à Bogoslovsk ; au sud-ouest, les Hautes-Alpes de la France, de la Savoie, du Piémont, du Tyrol, du Salzbourg, de la Carinthie et de la Styrie. Il est très rare dans les massifs de bois résineux de la Turquie d’Europe sauf dans les hautes montagnes de l’Albanie et de la Thessalie. Dans la plupart de ces contrées, il se présente par bouquets disséminés au milieu des autres essences résineuses : il n’est véritablement dominant que dans l’Oural aux environs de Bogoslovsk et surtout dans le sud-ouest des Alpes vers la frontière commune de la France, de la Suisse et des États Sardes.

25Comme le sapin argenté, il manque complètement en Scandinavie, dans la Russie centrale et en Pologne ; nous ne l’avons même jamais rencontré comme essence indigène dans les Carpathes et les autres montagnes de la Hongrie. Depuis un demi-siècle, toutefois, il commence à se multiplier à l’aide de plantations artificielles dans les montagnes de l’Allemagne du nord, au Hartz, en Saxe, etc. On l’introduit même journellement, ainsi que les autres essences résineuses précédemment décrites, dans une foule de localités du Sud-Ouest de l’Europe où les essences feuillues composaient seules jusque-là les massifs boisés.

26Le mélèze ne nous a jamais paru acquérir la dimension des sapins et des pins sylvestres ce qui peut tenir en partie à ce que les occasions d’observer cette essence sont comparativement fort rares. Le plus grand mélèze que nous ayons observé dans l’Oural avait 0m90 de diamètre et seulement 32m de hauteur ; sur un arbre qui avait ces proportions et qui était parfaitement sain dans toutes ses parties, nous avons compté 264 couches concentriques.

27Les mélèzes des Alpes ainsi que les autres essences résineuses sont employés à la fois comme combustible et comme bois d’œuvre : les usines métallurgiques de cette région montagneuse et surtout les forges de la vallée d’Aoste en Piémont, en consomment, à l’état de charbon, une quantité considérable. Il en est autrement dans les Monts Ourals, où les métallurgistes trouvent le charbon de mélèze d’un emploi peu avantageux, tandis que le bois se montre admirablement propre aux constructions hydrauliques dont la longue durée est d’une si grande importance pour les usines de cette contrée. Nous avons vu des bois de mélèze qui après avoir été enfouis depuis plus d’un siècle dans des digues d’étang, avaient conservé toute leur qualité. Les mélèzes de l’Oural sont donc, sauf quelques rares exceptions, employés exclusivement à l’état de bois d’œuvre.

28Le Pin cembro (Pinus cembra Lin.) se distingue très nettement par son feuillage et l’ensemble de ses caractères extérieurs de toutes les essences précédemment décrites. C’est la seule espèce européenne du genre pin, où les feuilles soient réunies au nombre de cinq dans la même gaine.

29Cette belle espèce n’est indigène que dans les deux régions signalées précédemment comme le gisement du mélèze ; il y est même confiné dans des territoires moins étendus. Dans l’Oural il ne se montre point au midi de la Neiva tandis que le mélèze forme encore des bouquets assez fréquents au Sud de Zlatooust et de Taganaï. En revanche il s’est propagé vers le nord plus loin que le mélèze. On le voit encore au 60e degré dans les cantons préservés contre l’action trop directe des vents et contre l’envahissement des tourbières.

30Nous n’avons observé le pin cembro, ni sur les Carpathes, ni dans la partie orientale des Alpes, en Styrie ou en Carinthie ; nous ne l’avons jamais rencontré en massifs dans la région occidentale de la même chaîne où il est signalé par la flore française, ce qui nous donne lieu de penser qu’il ne s’y trouve qu’à l’état d’arbre isolé ou de bouquets épars. Son véritable gisement est dans les régions élevées de la partie centrale des Alpes, dans le Tyrol et le pays de Salzbourg. Comparé aux espèces précédentes le pin cembro ne peut être considéré que comme un arbre de moyenne grandeur. Les plus beaux échantillons que j’ai observés avaient 26m de hauteur et 0m72 de diamètre. Son bois odorant est très facile à travailler et ne se laisse point attaquer par les animaux qui détruisent les anciennes boiseries. Il convient donc particulièrement pour la confection des bahuts où se conservent les vêtements et aussi pour la décoration intérieure des habitations. Sous ce rapport, il joue en Europe le même rôle que le cèdre du Liban dans l’ouest de l’Asie. Aussi les habitants de l’Oural ne le désignent-ils que sous le nom de kédri. Cette circonstance a sans doute conduit Pallas à avancer qu’il avait trouvé à la fois dans un certain canton des Monts Ourals et le Pin cembro et le Cèdre du Liban. Cette erreur d’un naturaliste ordinairement exact en ses récits, est d’autant plus inexplicable que la dénomination usuelle appliquée par les indigènes au pin cembro lui était connue. Au reste quel que soit le motif de la méprise de Pallas, nous n’hésitons point à la signaler. Nous avons fait un long séjour dans le district même où Pallas, qui n’y était resté que quelques heures, prétend avoir trouvé le cèdre du Liban. C’est effectivement en ce point que commence dans l’Oural la région du pin cembro mais les recherches les plus attentives et les informations prises auprès des plus anciens bûcherons nous donnent la certitude que le cèdre du Liban n’a jamais existé dans ces régions.

31Dans les Alpes, le bois du pin cembro est aussi employé pour la menuiserie et pour la fabrication d’une foule d’objets sculptés. Il sert aussi comme combustible ; il fournit par exemple quelques ressources, aux forges du nord de l’Oural, aux aciéries célèbres de la Styrie et surtout aux établissements métallurgiques du Tyrol.

32On trouve fréquemment en Europe des arbrisseaux appartenant à la famille des conifères, qui dénués de toute importance au point de vue de l’art forestier fournissent cependant quelques ressources en combustible ou sont cultivés comme arbres d’ornement. Tel est le cas de l’If commun (Taxus baccata Lin.) et du Cyprès (Cupressus sempervirens Lin.), arbres de moyenne grandeur qui se trouvent assez fréquemment sur la lisière méditerranéenne. Tels sont surtout les genévriers qui croissent en abondance dans des conditions physiques fort variées et parfois au-delà des limites de la végétation des forêts sur les plus hautes montagnes de l’Europe.

33Les arbres résineux que l’on vient de décrire ont été propagés depuis un siècle en dehors des montagnes où ils sont indigènes, soit dans des forêts jusqu’alors peuplées exclusivement d’arbres feuillus, soit dans des terrains arides, et surtout dans les dunes et les plaines sableuses impropres à toute autre culture, soit enfin dans les parcs et dans le voisinage des habitations. Ces plantations, dont on a tenu compte dans le tableau présenté en tête de cette énumération des essences forestières, contribuent notablement à augmenter les ressources de l’Europe. Dans ces plantations figurent en outre un assez grand nombre d’essences exotiques ; parmi celles-ci nous citerons surtout le Pin du Lord Weymouth (Pinus strobus Lin.), le Cèdre du Liban (Pinus cedrus Lin.), dont il existe déjà dans plusieurs parcs de France, d’Angleterre et d’Allemagne d’assez beaux massifs. Plusieurs autres pins ou cèdres de l’Amérique du Nord et de l’Inde importés à une époque plus récente, y sont encore peu connus.

34Trois espèces seulement parmi les arbres feuillus constituent de grandes forêts ; quatre autres espèces d’une moindre importance composent à elles seules des massifs boisés ; toutes les autres espèces n’entrent jamais que partiellement dans le peuplement de ces massifs.

35Le Bouleau blanc (Betula alba Lin.) est la plus importante des essences feuillues, du moins par la quantité de bois qu’il livre annuellement à la consommation de l’Europe. Il se plaît particulièrement dans la région septentrionale, en Scandinavie, en Finlande et en Russie ; il se retrouve encore mais en proportion beaucoup moindre en Pologne, en Hongrie, en Allemagne, dans le Nord et l’Est de la France. On voit cette espèce diminuer peu à peu à mesure qu’on s’approche de la lisière méditerranéenne et de l’extrémité sud-ouest de l’Europe : les grands massifs de bouleaux ne se montrent plus au-delà des Pyrénées, des Alpes, et des hautes chaînes de la Bosnie, de la Servie et des Balkans. Trois espèces peu importantes, Betula pubescens Ehr., Betula fruticosa Pak. et Betula nigra Lin., sont à l’espèce principale ce que la plupart des pins à 2 feuilles de l’Europe sont au pin sylvestre. Elles se rencontrent ordinairement avec le bouleau blanc, aux limites de la zone boisée soit à proximité des régions polaires, soit dans les chaînes les plus élevées ; souvent elles y résistent plus que les essences résineuses à l’extrême rigueur du climat.

36Le bouleau forme dans le Nord de l’Europe, et surtout dans les parties centrales et septentrionales de la Russie européenne, des massifs considérables, sans mélange d’autres espèces. Toutefois dans le cas le plus ordinaire il est associé aux essences résineuses. Beaucoup d’observations nous portent à penser que cette association est une loi essentielle de la constitution des forêts de ces régions. Le bouleau nous paraît y contribuer par une véritable loi d’assolement, à la reproduction des forêts d’arbres résineux. Lorsque l’on coupe à blanc une telle forêt, dans les Monts Ourals, on ne voit presque jamais repousser immédiatement les essences résineuses. Pendant plusieurs années, le bouleau est la seule espèce forestière qui se regénère, et les essences résineuses ne commencent à se montrer que lorsque les bouleaux ont déjà pris entièrement possession du sol. Ceux-ci remplissent donc dans le développement successif et l’élimination réciproque des essences forestières le rôle remarquable dont il a été question précédemment. Après avoir donné de l’abri aux résineux pendant 30 années et plus, les bouleaux sont enfin dominés à leur tour, malgré tous leurs efforts pour conserver la suprématie dont ils avaient joui jusque-là. Les bouleaux prennent dans cette lutte une forme tellement élancée que nous avons pu souvent mesurer des arbres qui, ayant crû dans ces conditions et étant déjà dominés de 1m environ par les pins sylvestres, avaient seulement 0m10 à 0m12 de diamètre pour une hauteur totale de 14m. Les pins sylvestres associés à ces bouleaux avaient pour une hauteur moyenne de 15m, un diamètre de 0m16 à 0m20. Énervés par cette croissance hâtive et par le défaut d’espace, les bouleaux après avoir été ainsi dominés pendant quelques années, ne peuvent plus supporter leur propre poids ; rien de plus singulier que de voir dans les denses futaies de pins aux troncs rouges, les tiges argentées des bouleaux se courber par milliers dans l’espace de quelques jours et abaisser jusqu’au sol leur tête encore garnie d’un vert feuillage.

37Nous avons observé un exemple très remarquable de cet assolement naturel au midi d’Ekaterinebourg, entre Polevsk et Oufalei, sur le versant européen de l’Oural. Plusieurs montagnes de cette région étaient couvertes sur une étendue de 800 à 1 000 kilomètres carrés de vieilles futaies de pin sylvestre associé à un vingtième environ de sapin épicéa. Les bouleaux avaient été si bien éliminés par les résineux que nous en pûmes apercevoir à peine quelques-uns dans une journée entière de voyage. Au milieu de ce canton on avait pratiqué 10 et 12 ans auparavant des coupes s’étendant en tous sens sur deux à trois kilomètres, et dans lesquelles, contre l’habitude ordinaire du pays, on avait conservé, de distance en distance, de magnifiques pins sylvestres pour aider à la reproduction de cette essence. Le sapin épicéa avait été soigneusement détruit soit dans la coupe même, soit sur la lisière des massifs concernés : nous ne pûmes d’ailleurs, malgré une exploration attentive, constater la présence d’un seul bouleau sur cette même lisière. Ce fut donc avec un vif étonnement que nous constatâmes dans de telles conditions, que la coupe s’était exclusivement repeuplée avec du bouleau. En outre, dans les rares endroits où les essences résineuses commençaient à germer, on ne voyait paraître que le sapin épicéa : c’est à peine si en une journée entière de recherche nous pûmes constater la présence de quelques jeunes tiges de pin sylvestre. La reproduction naturelle du pin sylvestre se trouvait donc précédée dans cette localité par un double assolement d’abord de bouleau seul, puis d’un mélange de bouleaux et d’épicéa.

38Il est rare de rencontrer des conditions naturelles aussi propres à mettre en évidence cette tendance spontanée à l’assolement, mais l’ensemble de nos observations nous démontre que l’alternance des bouleaux et des essences résineuses est la loi la plus fondamentale de la régénération des forêts du Nord de l’Europe. L’alternance des essences résineuses et surtout celle du pin sylvestre et du sapin épicéa est aussi une loi générale. Presque toujours dans les restes d’une vieille futaie de pin sylvestre on voit croître surtout de jeunes sapins et réciproquement. Seulement, entre les deux sortes d’alternances, il y a cette différence que la croissance rapide du bouleau est ordinairement temporaire ; tandis que celle des résineux est souvent définitive et conduit à une inversion dans la proportion relative des essences constituantes des massifs boisés.

39Le bouleau est le principal ornement des paysages du Nord : c’est à lui surtout qu’ils doivent ce charme mélancolique qui les distingue. Il atteint ordinairement dans le nord-est de la Russie, en Finlande et en Scandinavie des dimensions considérables. Il n’est pas rare d’y rencontrer des bouleaux de 110 ans n’offrant encore aucun symptôme de décadence et présentant une hauteur de 25m avec un diamètre de 0,60m.

40Le bouleau a dans le Nord de l’Europe des usages extrêmement variés. C’est l’un des principaux combustibles qu’on y emploie : dans les forêts sibériennes qui commencent à être soumises à un aménagement régulier, la récolte des bouleaux dominés par les résineux suffit ordinairement à l’approvisionnement des populations, tandis que les bois résineux sont réservés pour les usines métallurgiques. Le bois du bouleau est très employé comme bois d’œuvre, par exemple pour la fabrication des charriots et des traîneaux, des tonneaux, des meubles de toute espèce et même des ustensiles de ménage. Les jeunes tiges et les rameaux sont très propres à la fabrication des cercles et des balais. L’écorce est très recherchée pour la fabrication des goudrons employés dans le Nord soit comme enduit contre l’humidité, soit pour adoucir les frottements. C’est aussi la substance que l’on emploie ordinairement pour le tannage des peaux ; c’est une préparation faite avec cette écorce qui donne par exemple aux cuirs de Russie leurs propriétés caractéristiques ; elle sert aussi à la couverture des édifices, à la fabrication de chaussures flexibles ; en cas de disette on emploie souvent l’écorce comme substance alimentaire après l’avoir mélangée avec d’autres aliments. La sève, recueillie au printemps, au moyen d’incisions, sert à fabriquer une sorte de bière. Les feuilles enfin, sont fréquemment employées pour la nourriture des bestiaux ; parfois aussi elles servent à préparer des infusions que les habitants boivent à défaut de thé. En résumé, si l’on a égard à l’abondance des bouleaux dans les deux zones forestières de l’Europe, et à l’étendue géographique de la zone septentrionale où ils ne pourraient être remplacés par aucune autre espèce, on peut dire qu’ils forment en Europe la plus importante des essences feuillues.

41Les Chênes à feuilles caduques caractérisent, dans la division que nous avons proposée ci-dessus, l’origine de la zone forestière méridionale. Ils se montrent dans toute l’étendue de cette zone, mais il s’en faut de beaucoup que dans les forêts d’arbres feuillus ils soient partout l’essence dominante. Les botanistes distinguent sous les noms suivants plusieurs espèces de chênes : Chêne à grappes (Quercus racemosa DC.), Chêne sessile (Q. sessiliflora DC.), Chêne cerris (Q. cerris Lin.), Chêne tauzin (Q. tomentosa Lam.), Chêne œgilops (Q. œgilops Lin.), etc.

42La première espèce à laquelle on réunit ordinairement en France la seconde sous le nom de Roure est de beaucoup la plus abondante. Sauf un très rare mélange de cette seconde espèce, le chêne à grappes est le seul que nous ayons rencontré en Norvège, en Suède, en Prusse, en Pologne, au centre et au sud-est de la Russie d’Europe. Les autres espèces toujours rares ne se montrent guère qu’à l’extrémité sud-ouest de l’Europe.

43Le chêne, en réunissant sous ce nom ces diverses espèces, entre pour une part importante dans la composition de certains massifs d’arbres feuillus situés en plaines, sur des plateaux ou sur de basses montagnes au nord de la zone forestière méridionale ; au Danemark, dans l’est et le centre des États allemands. Dans le midi de l’Europe, souvent même près du rivage de la Méditerranée, on le trouve ordinairement à un niveau plus élevé par exemple en Espagne, en Italie, en Croatie, en Bosnie, en Servie et dans presque toute la Turquie d’Europe. Mais dans ces diverses localités, il constitue rarement l’essence dominante des forêts. Il a pour véritable patrie le nord de la France et les parties contiguës des îles Britanniques et de l’Allemagne. La forêt continue qui couvrait les plaines et les basses collines de ces régions à l’époque où les premiers habitants y pénétrèrent était, selon toute apparence, essentiellement peuplées de chênes. Aujourd’hui même encore, le chêne est dominant dans la plupart des massifs boisés qui y ont été conservés.

44C’est aussi dans cette région que l’essence nous paraît atteindre les plus grandes dimensions. Nous n’avons jamais vu de plus beaux chênes que ceux qui existent encore en plusieurs points du nord de la France, et particulièrement dans un canton de la forêt de Fontainebleau. On y observe encore (en 1847) dans la haute futaie de hêtres dite la Tillaie, plusieurs chênes appartenant à une génération antérieure et dont le diamètre varie entre 1m55 et 1m70 ; le plus grand de ces arbres dit bouquet du roi a environ 35m de hauteur. En dehors de la France nous avons encore remarqué de beaux chênes sur la rive droite du Rhin, sur la partie inférieure des montagnes voisines des principaux vignobles de la Hongrie, en Espagne sur le versant nord de la chaîne qui borde le golfe de Biscaye et sur les montagnes situées entre Tarifa et Gibraltar.

45Le bois de chêne possède au degré le plus éminent la qualité que l’on recherche ordinairement dans les bois d’œuvre : la résistance aux efforts mécaniques et l’inaltérabilité. Sa densité très considérable le rend propre à produire surtout à l’état de charbon, des effets calorifiques très intenses. Le chêne l’emporte sur tous les autres arbres de l’Europe par la beauté de son feuillage et par la majesté de son port. Parvenu à peu près au terme de sa croissance, il peut encore vivre pendant des siècles sans donner de symptômes de décadence. Beaucoup de chênes dont le bois est encore très sain ont une existence de quatre ou cinq siècles. À tous les titres, le chêne peut justement être considéré comme le type le plus parfait des arbres de la région tempérée, et l’on comprend très bien que les mythologies qui ont pris naissance dans le sud-ouest de l’Europe lui aient assigné en général, le rang le plus élevé.

46Le Hêtre (Fagus sylvatica Lin.), à raison de la beauté de son feuillage et de son port, mérite d’être placé à peu près au même rang que le chêne ; ainsi que le prouve le tableau placé en tête de cette énumération, cette comparaison entre les deux essences se soutient encore lorsque l’on considère leur abondance relative. La limite septentrionale des régions où il croît en massifs coincide à peu près avec celle du chêne. Il est plus abondant que ce dernier dans les moyennes montagnes du midi de la Suède et de la Norvège, du Danemark, du nord-est de l’Allemagne et de la Pologne. Il est plus rare que lui dans les plaines de la Pologne et de la Russie d’Europe. En général le hêtre et le chêne ont dans le nord de l’Europe des habitations peu différentes, seulement le hêtre se tient de préférence sur les montagnes de médiocre hauteur, le chêne se plaît plus particulièrement sur les plateaux peu élevés ou dans les plaines. C’est ainsi que dans la région signalée précédemment comme la patrie principale du chêne, les montagnes des terrains de transition de la Basse Normandie, de l’Ardenne, de la Westphalie, etc. sont essentiellement peuplées de hêtres. Dans le midi de l’Europe, les différences d’habitation des chênes et du hêtre deviennent beaucoup plus prononcées et paraissent tenir essentiellement à ce que le hêtre résiste moins que le chêne aux sécheresses qui règnent dans les lieux peu élevés. Le hêtre manque complètement dans les collines, les plateaux et les montagnes de médiocre hauteur où le chêne peut déjà prospérer : tandis qu’il domine presque exclusivement dans les régions immédiatement supérieures. C’est ainsi que dans les Pyrénées et dans la chaîne asturique, dans les Appenins, et dans toute les chaînes de la Turquie d’Europe, les forêts de chênes se montrent à des niveaux compris entre 400 et 1 100m ; tandis que la région des hêtres, qui ne commence guère qu’à 900m, se prolonge jusqu’à 1 500m.

47C’est à ces mêmes niveaux que le sapin argenté prospère le mieux dans les forêts de la Carniole, de la Croatie et de la Bosnie ; aussi le hêtre y est-il fréquemment associé à cette essence résineuse. Le même cas est assez fréquent plus au nord et à des niveaux inférieurs, sur la pente nord des Pyrénées et sur les sommets inférieurs des Cévennes, de l’Auvergne, du Jura et des Vosges.

48Le hêtre est moins propre que le chêne aux usages qui exigent une grande résistance et surtout de l’inaltérabilité ; sous ces rapports il convient beaucoup moins que ce dernier, à la charpente des grands édifices, aux constructions navales, à la tonnellerie. Mais il fournit soit en nature, soit à l’état de charbon, un combustible excellent. C’est le bois d’œuvre le plus employé dans l’Europe méridionale, par les tourneurs, les boisseliers, les sabotiers, etc. et en général par les ouvriers qui fabriquent dans les forêts cette multitude d’ustensiles que leur bon marché fait rechercher dans les arts et surtout dans l’économie domestique.

49Les peupliers forment un genre d’arbres assez important soit dans les forêts proprement dites, soit dans les plantations isolées qui commencent à se multiplier dans les contrées dépourvues de forêts. Elles s’y plaisent en général dans les lieux humides. Le Tremble (Populus tremula Lin.), principale espèce du genre, habite, dans les deux zones forestières, les mêmes régions que le bouleau avec cette particularité que celui-ci prédomine d’autant plus que le terrain est plus sec. C’est dans le sud des Monts Ourals que nous avons observé les plus belles forêts de trembles. L’espèce cesse de croître après 60 ans ; les plus beaux arbres, après avoir crû en massif serré ont alors une hauteur de 18m avec 0,30m de diamètre à la base. Les peupliers cultivés dans les lieux chauds et humides du sud-ouest de l’Europe et entre autres P. alba Lin., P. nigra Lin. et P. dilatata Ait. y acquièrent des dimensions beaucoup plus considérables. Mais ces belles espèces font rarement partie des forêts, et sont plus ordinairement plantées dans des lieux humides et surtout sur le bord des ruisseaux.

50Les espèces assez nombreuses du genre aulne ont à peu près le même gisement que les peupliers. La principale essence forestière est l’Aulne glutineux (Alnus glutinosa DC. ; Betula alnus Lin.). Elle se plaît dans les mêmes conditions que le tremble et plus particulièrement encore sur le bord des marais et des ruisseaux. Les aulnes sont beaucoup plus fréquents dans les forêts que les peupliers, mais plusieurs espèces forment des arbrisseaux qui ne peuvent fournir d’autres bois de feu que des fagots. Ils sont cultivés en plantations isolées beaucoup plus rarement que les peupliers ; par ces deux motifs ils contribuent moins que ceux-ci à l’approvisionnement de l’Europe. Dans plusieurs régions de la zone septentrionale, où la rigueur du climat et l’extrême humidité du sol s’opposent à la croissance des forêts les buissons d’aulnes offrent pour le chauffage domestique de précieuses ressources. Ce cas est fréquent aux environs de Saint-Petersbourg. Les plus belles futaies d’aulnes que nous ayons eu l’occasion d’observer sont situées en Suède, au nord de la province d’Upsal. Nous y avons mesuré des arbres qui avec un diamètre de 0,40m avaient environ 20m de hauteur. Le principal usage de l’aulne est le chauffage domestique, particulièrement dans les plaines marécageuses du nord de l’Europe, dans quelques cantons de la Scandinavie et des Alpes, dans les plaines basses de la Silésie et de la Saxe, etc. Dans ces mêmes contrées et surtout dans l’ouest et le midi de l’Europe, l’aulne est employé avec grand succès pour tous les usages qui exigent une constante immersion dans l’eau, particulièrement pour les pilotis et les conduites d’eau, les parties inférieures des pompes. Comme tous les autres bois légers, il sert aussi dans la menuiserie commune.

51Le Châtaignier (Castanea vulgaris Lam. ; Fagus castanea Lin.) est une des plus belles essences forestières de l’Europe ; pour être placée au premier rang avec le chêne et le hêtre, il ne lui manque que d’être plus répandue. La région où croissent les forêts de châtaigniers est en effet fort restreinte. Elle commence en France et sur les bords du Rhin à peu près aux points où la proportion des chênes à feuilles caduques commence à diminuer : de là jusqu’à l’extrémité sud et sud-ouest de l’Europe la proportion des châtaigniers va généralement en croissant, du moins relativement aux autres essences. On voit des massifs et surtout de belles futaies claires de châtaigniers dans l’ouest et le sud de la France, au nord de l’Espagne, en Savoie, en Italie, en Corse, en Sardaigne, en Sicile, en Grèce, en Croatie, en Albanie et çà et là dans plusieurs autres régions de la Turquie d’Europe. Nous l’avons rarement observé en Hongrie, en Autriche, en Illyrie, et même dans le centre, le sud et l’ouest de l’Espagne. Le châtaignier croissant en futaie atteint des dimensions aussi considérables que le chêne : il prend surtout des dimensions horizontales extraordinaires lorsqu’il croît isolé ; et sous ce rapport il paraît l’emporter sur tous les autres arbres de l’Europe. Nous avons souvent rencontré des châtaigniers d’une hauteur inférieure à 20m, dont le tronc avait à la base plus de 2,50m de diamètre. Tous les voyageurs en Sicile citent le fameux chêne creux de l’Etna auquel on croit pouvoir attribuer un diamètre moyen de 17m. Le bois du châtaignier a presque toutes les qualités utiles du chêne, et rend les mêmes services soit comme matière à mettre en œuvre, soit comme combustible. Le fruit du châtaignier connu en France sous le nom de marron ou de châtaigne fournit d’ailleurs un aliment très facile à préparer et qui remplace très bien les céréales. Les contrées d’Europe pourvues de châtaigniers et de bons pâturages sont vraisemblablement au nombre de celles où les hommes ont dû trouver d’abord les plus faciles moyens d’existence. Cette réunion de conditions a exercé sans doute une certaine influence sur les premiers développements de la civilisation dans le midi de l’Europe et dans le nord de l’Asie Mineure.

52Le Tilleul (Tilia microphylla DC., Tilia europœa Lin.) peut encore être compté au nombre des essences qui constituent des massifs boisés d’une certaine étendue. La beauté de son feuillage et de son port, la grandeur des dimensions qu’il peut atteindre, la longue durée de son existence, permettent aussi à plusieurs égards de le ranger au nombre des essences forestières de premier ordre. La dénomination spécifique de Linné nous paraît être parfaitement en rapport avec le gisement de cette essence qui prospère dans presque toutes les parties de l’Europe. Le climat de la région méridionale et plus particulièrement des contrées qu’habitent le chêne et le hêtre, est celui qui paraît le mieux convenir au tilleul. C’est dans celles-ci en effet que les tilleuls croissant en plantations peu serrées nous ont paru atteindre les plus grandes dimensions. Il n’est pas rare de rencontrer en France et en Allemagne des arbres offrant un diamètre de 1,70m avec une hauteur de 28m. On y cite un grand nombre d’arbres de moindre hauteur qui en croissant tout à fait isolés ont acquis un diamètre supérieur à 3m. Mais il s’en faut de beaucoup que le tilleul y acquière de telles dimensions quand il croît dans les forêts. À partir d’une certaine époque il tend à être dominé puis étouffé par les autres essences feuillues : il est même rare de rencontrer dans la zone méridionale, des cantons de quelque étendue où le tilleul d’Europe forme partie principale du peuplement. Seulement dans la Turquie d’Europe, en Italie et en Espagne, dans les basses montagnes où les chênes à feuilles caduques croissent en massifs peu serrés, on voit parfois paraître, mais toujours en quantités peu considérables, une autre espèce, le Tilleul argenté (Tilia argentea Dsf.). Dans la zone septentrionale, au contraire, particulièrement dans les terrains médiocrement humides, abrités contre les vents les plus froids, le tilleul d’Europe tend souvent à dominer le bouleau et même les résineux et forme jusqu’à une latitude assez élevée des massifs importants. Les plus belles forêts de tilleuls se trouvent dans ces conditions au nord-est de la Russie, dans le gouvernement de Viatka : le diamètre des arbres y atteint souvent 0,80m avec une hauteur de 30m.

53Le bois léger du tilleul ne fournit qu’un combustible médiocre ; il convient mieux pour la sculpture commune et la menuiserie légère. Dans plusieurs parties de l’Europe, mais surtout dans le gouvernement de Viatka, son principal emploi est tiré de la propriété filamenteuse de son liber ou écorce intérieure. Après une préparation très simple cette matière sert à fabriquer des cordes, des nattes et des toiles grossières. C’est par exemple avec ces matières que se fait l’armement des grandes barques qui, descendant la Kama et remontant le Volga, transportent vers Nijni Novgorov, Moscou et Saint-Petersbourg les métaux des Monts Ourals.

54Le Charme commun (Carpinus betulus Lin.), malgré l’importance qu’il a dans certaines contrées ne peut guère plus que les espèces suivantes être compté au nombre de celles qui composent essentiellement les grands massifs boisés. Il est propre à la zone méridionale et se montre presque partout où habitent le chêne à feuilles caduques, et surtout le hêtre. Le charme offre par l’ensemble de ses caractères extérieurs une certaine analogie avec cette dernière essence, et nous avons souvent constaté que dans une reconnaissance rapide, on pouvait parfois, à distance, confondre les deux espèces. Il abonde surtout dans le nord de la France, et dans les montagnes de Hongrie voisines de la région des vignobles : mais dans la localité même il ne forme essence dominante que dans des bois de peu d’étendue. Il n’acquiert que des dimensions médiocres, même dans les localités les plus favorables : on n’a d’ailleurs jamais intérêt à le laisser atteindre les dernières limites de sa croissance. Le charme prend aisément la forme régulière que l’on veut lui donner : c’est l’essence la plus employée pour cet usage par les jardiniers français qui appliquent à toutes les décorations le nom générique de charmilles.

55Le Charme d’orient (Carpinus orientalis Lin.) qui paraît être indigène de l’Asie Mineure, ne paraît pas avoir pénétré au-delà des limites de la Turquie d’Europe. Dans cette contrée même, il est fort rare et ne peut être considéré comme partie essentielle des massifs boisés, de la région des chênes.

56Le bois de charme est l’un des plus denses que produise l’Europe : il est partout fort recherché comme combustible, soit pour l’emploi immédiat, soit après la conversion en charbon. Son tronc de faible dimension, toujours ondulé dans la section transversale, et en quelque sorte cannelé suivant sa longueur, ne se prête guère au travail de la charpente. Mais, comme le bois de hêtre, il convient parfaitement pour le charronnage, et pour la fabrication d’une foule d’objets et d’ustensiles qui doivent résister au choc et au frottement.

57Le Coudrier (Corylus avellana Lin.) est l’essence la plus fréquente dans la région des hêtres et des chênes ; on le voit même parfois s’avancer un peu plus vers le nord, avec le tilleul. Le coudrier se présente ordinairement en buisson, en cépée, ou en arbrisseau dans les lisières ou dans les clairières des bois feuillus. Il pousse d’abord avec vigueur dans les coupes ; mais dans l’intérieur des massifs il ne tarde pas à être dominé par les autres essences. Dans quelques cantons cependant, par exemple dans le pays de Luxembourg, il forme essence dominante et acquiert d’assez grandes dimensions. Nous y avons souvent rencontré de véritables arbres ayant 15m de hauteur avec un diamètre de 0,24m.

58 Le bois de coudrier et le charbon qu’on en fabrique sont de médiocres combustibles ; les beaux rejets de souche sont employés pour des usages assez variés. La noisette, fruit du coudrier, offre dans plusieurs contrées un aliment de quelque importance.

59Les Érables (Acer) forment un genre important si l’on considère la grandeur et la beauté des espèces qu’il comprend : mais celles-ci n’entrent, en Europe du moins, que pour une proportion peu considérable dans le peuplement des forêts.

60L’Érable champêtre (Acer campestre Lin.) espèce la plus commune du genre, se montre à peu près dans toute la région du hêtre et du chêne ; mais ce n’est qu’un arbrisseau toujours très disséminé dans les massifs d’arbres feuillus et qui ne forme presque jamais partie notable du peuplement.

61L’Érable sycomore (Acer pseudo-platanus Lin.) peut être classé par la beauté de son feuillage et de son port au nombre des beaux arbres de l’Europe : aussi est-il souvent employé pour l’ornement des parcs, des routes et des promenades publiques. Il croît très bien dans la région méridionale et résiste aux froids rigoureux mieux que la plupart des arbres feuillus. On le trouve rarement dans les bois de hêtres et de chênes parce qu’à la longue il tend à être détruit par ces espèces ; mais il se montre assez fréquemment dans les hautes montagnes du midi de l’Europe, particulièrement dans les Alpes, la Croatie, la Bosnie, et les autres grandes chaînes de l’Europe méridionale, aux niveaux où le hêtre cesse de croître et où commencent les arbres résineux. On le trouve aussi dans des conditions analogues mais à des niveaux moins élevés dans le nord de l’Allemagne, en Danemark, et vers l’origine de la zone septentrionale.

62 L’Érable plane (Acer platanoïdes Lin.) se trouve exactement dans les mêmes conditions que le précédent : il paraît même mieux résister encore au climat rigoureux des hautes montagnes. C’est ordinairement la dernière espèce d’arbres feuillus que l’on rencontre en passant les cols des Alpes, particulièrement dans les chaînes qui séparent les nombreuses vallées du Milanais et de l’État vénitien. Sa tige comme celle de l’érable sycomore dépasse quelquefois la hauteur de 20m. Plusieurs autres espèces (Acer opulifolium, Vill., Acer monspessulanum Lin., Acer neapolitanum Ten., etc.) se rencontrent également, mais en moindre quantité dans le midi de l’Europe et surtout dans les hautes montagnes voisines de la Méditerranée.

63On peut à peine les classer parmi les essences forestières. Le bois des érables est très propre à la menuiserie et même à l’ébénisterie. Leur sève contient une assez grande quantité de sucre ; mais ils sont trop rares en Europe pour que cette propriété y soit mise à profit par l’industrie.

64Les Saules (Salix) forment en Europe le genre de végétaux ligneux le plus riche en espèces. La plupart de celles-ci ne sont que des arbrisseaux ; quelques unes seulement peuvent être classées au nombre des arbres de 3e grandeur. Les saules se plaisent en général dans les terrains humides ; leur gisement est à peu près le même que celui des aulnes : quelques saules-arbrisseaux s’avancent aussi loin vers les régions polaires. Mais la grande masse des espèces se trouve beaucoup plus rapprochée de l’extrémité méridionale de l’Europe. Certains saules abondent même, encore dans la lisière méditerranéenne où les aulnes manquent presque complètement. Deux espèces de saules seulement nous ont paru avoir en Europe une certaine importance forestière.

65Le Saule commun (Salix alba Lin.) se plaît surtout dans la région des chênes et des hêtres, y peut acquérir une hauteur de 18m avec un diamètre de 0,50m. Ordinairement dans les bois, ses dimensions sont beaucoup moindres. Son bois très propre à la menuiserie légère est souvent employé comme combustible et surtout pour la fabrication du charbon.

66Le Saule marceau (Salix caprea Lin.) est aussi fort commun dans les bois d’Europe, et pénètre vers le nord un peu plus loin que le précédent : il s’accomode mieux que lui de terrains peu humides. Sa hauteur dépasse rarement 12m. Son bois ordinairement de petite dimension n’est guère employé dans la menuiserie ; il fournit surtout des perches, des échalas, etc. Il est plus dense que le précédent et d’un meilleur usage comme combustible.

67Les jeunes pousses de ces deux espèces, à raison de leur flexibilité, sont parfois employées pour la vannerie ; mais les contrées où l’on s’adonne à cette industrie si essentielle à l’économie sociale, cultivent trois autres espèces qui y sont plus spécialement propres et que nous citons ici suivant l’ordre de leur importance relative : le Saule osier jaune (Salix vitellina Lin.) ; le Saule osier-pourpre (Salix purpurea Lin., Salix monendra DC.) ; le Saule osier vert, noir ou blanc (Salix viminalis Lin.). Ces modestes arbrisseaux, sont pour certaines populations laborieuses une source de richesse bien supérieure à celles que peuvent fournir nombre de cultures et d’industries renommées.

68Le saule blanc et plusieurs autres saules sont fréquemment cultivés pour l’ornement des jardins : l’une des espèces la plus remarquable est le Saule du levant (Salix babylonica Lin.), qui à raison de la disposition de ses rameaux pendants et flexibles est plus connu en France sous le nom de Saule pleureur.

69Le genre Sorbier est représenté dans les diverses parties de l’Europe par trois espèces. Le Sorbier domestique (Sorbus domestica Lin.), arbre de 2e grandeur, connu dans plusieurs parties de la France sous le nom de Cormier, n’habite que la zone méridionale. Il ne paraît pas y atteindre partout la limite nord du chêne et du hêtre, mais en revanche il s’étend dans la direction opposée jusque dans la lisière méditerranéenne : son fruit est partout fort recherché. Le Sorbier des oiseleurs (Sorbus aucuparia Lin.), se montre assez souvent dans les bois de la zone méridionale et surtout dans les montagnes, au-dessus de la région du chêne et du hêtre. Mais sa véritable patrie est la zone septentrionale ; on l’y rencontre fréquemment dans les bois de tilleuls et de bouleaux, dans les clairières et sur les lisières des bois résineux. Les plaines qui bordent la rive droite de la Kama au-dessous de Solikamsk, dans le gouvernement de Perm, sont le lieu d’Europe où nous l’avons observé en plus grande quantité. Ses fleurs blanches et ses fruits rouges qui tranchent successivement sur son feuillage d’un vert clair font le principal ornement des forêts du nord. Le Sorbier hybride (Sorbus hybrida Lin.) assez semblable, par l’ensemble de ses caractères, au sorbier des oiseleurs, ne se trouve que dans la zone septentrionale où il est d’ailleurs moins répandu.

70Le bois des sorbiers et surtout celui du cormier ont une densité et une résistance considérables ; on en tire grand parti pour la fabrication de tous les objets qui doivent supporter fréquemment des chocs ou des frottements. En raison de cette aptitude particulière et de sa rareté, il est rarement employé comme combustible.

71Les frênes, trop peu répandus en Europe, n’y ont point, pour ce motif seulement, une importance proportionnée aux excellentes qualités de leur bois. L’espèce la moins rare est le Frêne commun (Fraxinus excelsior Lin.). C’est un arbre de première grandeur qui recherche les terrains frais, sinon très humides de la région méridionale. Il y forme rarement partie notable du peuplement des forêts : mais il se trouve çà et là en bouquets et surtout en plantations isolées. Il se présente souvent dans les hautes montagnes dans la même région que l’érable plane, aux limites de la végétation des arbres feuillus, aux niveaux où commencent les essences résineuses. Nous l’avons vu atteindre une hauteur de 30m avec un diamètre de 0,65m dans plusieurs parties de la chaîne des Alpes. Le Frêne à fleurs (Fraxinus omus Lin.) et le Frêne à feuilles rondes (Fraxinus rotonda folia Lam.) sont des arbres de 3e grandeur, propres à la lisière méditerranéenne. Ils se rencontrent surtout en Sicile, en Calabre, dans les États romains et dans quelques parties de la Turquie d’Europe. Le suintement qui se produit naturellement sur la tige et les branches de ces deux espèces, et que l’on excite souvent par des incisions pratiquées dans l’écorce, donne une matière saccharine, d’un blanc jaunâtre, fort employée en médecine sous le nom de manne.

72Tous les bois de frêne conviennent éminemment à la confection des objets qui exigent de la dureté, de la résistance et de l’élasticité. Il était particulièrement recherché par les Anciens qui en fabriquaient des arcs et des manches de pique. Aucune sorte de bois ne convient mieux en carrosserie pour la fabrication des timons et des brancards ; comme tous les bois denses, le frêne fournit aussi un combustible d’excellente qualité.

73Les Alisiers ont beaucoup d’analogie avec les sorbiers, leurs bois ont les mêmes qualités et servent aux mêmes usages ; mais ils entrent en proportion beaucoup moindre que ces derniers dans le peuplement des forêts d’Europe, parce qu’ils pénètrent à peine dans la zone septentrionale. L’Alisier torminal (Crataegus torminalis Lin.) qui dans des conditions favorables atteint une hauteur de 15m se trouve dans toute la région des chênes et du hêtre ; deux autres espèces de moindre grandeur, l’Alisier allouchier (Crataegus aria Lin.) et l’Alisier à large feuille (Crataegus latifolia Lin.) se trouvent plus particulièrement dans le sud de cette même région. Deux autres espèces ne forment que des arbrisseaux sans importance. Les fruits d’alisier très recherchés par le gibier contribuent avec un ensemble d’autres conditions naturelles à déterminer en automne dans l’est de la France un passage considérable d’oiseaux voyageurs.

74Les cerisiers indigènes de l’Europe ne comprennent guère que trois espèces ; le Cerisier merisier (Cerasus avium DC., Prunus avium Lin.), le Cerisier mahaleb (sic) (Cerasus mahaleb DC.), le Cerisier à grappes (Cerasus padus DC.). Toutes croissent dans la région des chênes ; mais la première est la plus commune et la plus remarquable par sa hauteur qui dépasse souvent 15m. Il forme partie notable du peuplement des bois d’essence feuillues dans plusieurs cantons de l’ouest de l’Allemagne et de l’est de la France. Par leurs couleurs vives et leurs qualités odorantes les bois de cerisier rappellent ceux de la région équatoriale plus que toute autre essence européenne. Ils sont par ce motif recherchés pour l’ébénisterie. Les fruits du merisier sont un aliment de quelque importance : on en extrait par la fermentation et la distillation une liqueur très connue, la kirschen-wasser.

75Les Poiriers et les Pommiers indigènes des forêts d’Europe y sont comparativement rares : deux espèces seulement forment partie notable du peuplement de quelques cantons. Le Poirier sauvage (Pyrus communis Lin.) est un arbre de seconde grandeur qui s’élève parfois jusqu’à 20m ; le Pommier sauvage (Malus communis Lam., Pyrus malus Lin.) ne devient jamais aussi gros ni surtout aussi élancé. L’un et l’autre se plaisent dans la partie la plus tempérée de l’Europe au centre de la région des chênes. Les collines situées en Hongrie, au sud des Carpathes, près de la grande plaine du Danube sont la contrée d’Europe où nous avons observé à l’état sauvage la plus grande proportion de ces deux essences. Leur bois dense, d’un tissu très fin, est propre à l’ébénisterie et à la sculpture. Le poirier sauvage est même employé comme le buis pour la gravure sur bois.

76Le genre Orme est surtout représenté en Europe par l’Orme champêtre (Ulmus campestris Lin.). Les distinctions d’espèces et de variétés que font très péniblement les botanistes n’ont jusqu’à ce jour aucune importance pour l’art forestier : on peut donc sans inconvénient les comprendre toutes sous la dénomination générique. L’orme est un arbre de première grandeur qui peut croître sans aucun symptôme de décadence pendant plusieurs siècles : il ne le cède à cet égard qu’au hêtre et au chêne. L’orme croît dans toute la zone méridionale de l’Europe : cependant, dans les îles Britanniques, dans le nord de la France, en Belgique, en Allemagne, en Danemark, en Norvège et en Suède, où il se rencontre assez souvent, il a rarement le caractère d’une espèce indigène. Il en est autrement dans la région méridionale. C’est ainsi qu’il forme partie intégrante des forêts, entre les Monts Ourals et la mer d’Azof ; en Hongrie entre les Carpathes et l’origine des grandes plaines du Danube ; enfin plus au sud encore, en Espagne, en Italie, en Grèce et dans la Turquie d’Europe. Il est douteux qu’il soit véritablement indigène des forêts de France où il s’est d’ailleurs peu propagé jusqu’à ce jour. Les plantations considérables qui ont été faites en France sur les routes et sur les promenades publiques et qui se continuent encore de nos jours furent commencées au XVIe siècle à la suite des guerres d’Italie. La préférence qui a généralement été donnée à l’orme pour cette importante destination ne paraît pas être très motivée : les qualités utiles des arbres et des bois sont pour la plupart moins développées dans l’orme que dans les principales essences forestières. La seule destination pour laquelle il paraisse l’emporter sur les autres bois est le charronnage et surtout la fabrication des roues. Peut-être serait-il à désirer que la France suivant l’exemple des nations voisines, donnât dorénavant à l’orme une moindre importance dans les plantations publiques.

77Le Platane d’Orient (Platanus orientalis Lin.) bel arbre de première grandeur, n’est indigène qu’en Grèce et dans la Turquie d’Europe ; encore l’y trouve-t-on disséminé en bouquets et même en arbres isolés à proximité des lieux habités, plutôt que comme partie intégrante des forêts. Il est assez répandu maintenant dans les jardins et les promenades publiques en France, en Angleterre et en Allemagne. Son bois est très recherché pour l’ébénisterie.

78Le Micocoulier du Midi (Celtis australis Lin.) est indigène de la lisière méditerranéenne, où il s’élève parfois jusqu’à 20m. Il s’y trouve ordinairement en plantations isolées ou en arbres épars, dans les mêmes conditions que le platane. Le bois du micocoulier a toutes les propriétés utiles du frêne et de l’orme et convient en outre plus que ces deux espèces à l’ébénisterie. Ses jeunes pousses tenaces et flexibles sont particulièrement propres à la fabrication des manches de fouet. Le midi de la France en expédie pour cette spécialité dans toute l’Europe.

79Pour compléter cette énumération des végétaux ligneux d’Europe, il faut encore tenir compte de plusieurs espèces d’arbres trop rares pour mériter ici une mention spéciale, d’une multitude d’arbrisseaux et de végétaux sous-ligneux appartenant aux genres : buis, troëne, lyciet, chèvrefeuille, viorne, sureau, cornouiller, tamaris, néflier, rosier, ronce, spirée, prunier, ajonc, fusain, houx, nerprun, vinettier, groseillier, etc.

80Les détails qui viennent d’être présentés relativement à la distribution géographique des principales essences forestières, nous ont conduit à constater que la lisière méditerranéenne de l’Europe est beaucoup moins riche en forêts que les contrées situées plus au nord. À l’exception du royaume de Naples, les forêts n’ont guère été conservées, par exemple dans l’île de Corse, en Dalmatie, en Bosnie, etc., que dans les montagnes jusqu’à ce jour inaccessibles aux troupeaux domestiques. Il s’en faut de beaucoup cependant que les parties les plus accessibles de ces mêmes régions soient entièrement dépourvues de végétaux ligneux : on y rencontre au contraire des massifs considérables d’arbrisseaux, plus nombreux et plus variés que les essences forestières. Ces forêts en miniature, nommées macchie en Corse, monte bajo en Espagne, si touffues que les plus petits animaux y peuvent seuls pénétrer, envahissent ordinairement tous les terrains incultes où les forêts proprement dites sont incessamment détruites par l’intervention de l’homme. Elles forment sans contredit le trait le plus caractéristique des paysages de l’Espagne, du Roussillon, de la Provence, de l’Italie, des îles de la Méditerranée, de la Grèce et des rivages contigus de la Turquie d’Europe. Outre les espèces qui telles que certains Nerpruns appartiennent aux genres déjà signalés pour les régions plus septentrionales, les macchie se composent d’une multitude d’arbrisseaux appartenant à des genres propres à la région méditerranéenne, ou qui prennent seulement dans cette région une structure ligneuse. Tels sont, entre autres les genres chalef, lilas, philaria, ricin, jasmin, nérium (représenté sur les bords de tous les ruisseaux par les lauriers roses) ; plaqueminier, aliboufier, bruyère, arbousier, myrte, caroubier, anagyris, cytise, genet, anthylide, coronille, baguenaudier, sumac, pistachier (représenté surtout par les genres Pistacia therebinthus (sic) Lin. et Pistacia lentiscus Lin qui composent peut-être le quart des macchie à l’ouest de la Méditerranée), staphylier, jujubier, paluire, ciste (représentés surtout par le Cistus ladaniferus, Lam. fl. fr. le plus bel ornement des macchis de l’Estramadure et de la Sierra Morena), lavatere, etc. Parmi ces arbrisseaux nous citerons particulièrement les Lauriers roses (Nerium oleander) qui forment d’épais taillis sur le bord des ruisseaux ; le Thérebinthe et le Lentisque (Pistacia therebinthus et Pistacia lentiscus Lin.) qui forment souvent les essences dominantes des lieux secs ; un Ciste à fleurs blanches (Cistus cadaniferus Lam. fl. fr.) le plus bel ornement des macchie de l’Estramadure et de la Sierra Morena.

81En attendant que les nations européennes unissent enfin les ressources dont elles disposent pour entreprendre la grande amélioration qu’appelle l’état actuel de la planète, en attendant par exemple que l’on puisse reboiser les montagnes de la lisière méditerranéenne, les macchie peuvent y fournir temporairement de précieuses ressources en combustibles. Leurs bois souvent imprégnés de substances gomineuses ou résineuses donnent une flamme très vive : beaucoup d’espèces telles que les arbousiers, les bruyères ligneuses, etc. donnent des charbons, extrêmement denses préférables à ceux des meilleures essences forestières. Les célèbres usines d’Almaden en Espagne qui sont aujourd’hui la source presque unique du mercure, ne consomment pas d’autre combustible. Il en est de même de plusieurs établissements qui commencent à s’élever pour traiter les minerais métalliques qui abondent dans le bassin de la Méditerranée.

82 On rencontre assez souvent dans la région des macchie, des arbres isolés, réunis par bouquets ou même en petits massifs appartenant à quelques-unes des essences forestières qui ont été précédemment signalées. On y voit aussi des espèces propres à cette région, et qui souvent ne perdent point leurs feuilles pendant l’hiver. Parmi les chênes toujours verts on peut citer surtout le Chêne yeuse (Quercus ilex Lin.), le Chêne liège (Quercus suber Lin.) ; à ce même genre appartient aussi, un arbrisseau à feuillage persistant, le Chêne au kermès (Quercus coccifera Lin.), très fréquent dans le macchie de l’Espagne, de la Grèce et de la Turquie méridionale. Des pins à deux feuilles plus ou moins distincts du pin sylvestre se trouvent particulièrement dans la lisière méditerranéenne et les montagnes adjacentes. Enfin, on y trouve fréquemment à l’état sauvage des espèces d’arbres et d’arbrisseaux qui ailleurs sont cultivés comme arbres fruitiers ou arbres d’ornement : tels sont les figuiers, les mûriers, l’olivier, le grenadier, l’abricotier, l’amandier, le pêcher, le citronnier, le laurier, etc.

83Le déboisement qui depuis un temps immémorial s’opère incessamment en Europe, en partie pour les justes exigences de la civilisation, trop souvent par une imprévoyance ou par un regrettable esprit de destruction, a été combattu de tout temps, mais surtout depuis quelques siècles, par diverses tendances qui sont aussi inspirées par le progrès de la civilisation et qui, en se développant davantage, établiront enfin sur ce point essentiel, un régime régulier.

84En premier lieu, l’art forestier inspiré par le besoin de conserver les richesses actuelles et d’en assurer la régénération, offre déjà des multitudes de travail d’une efficacité reconnue, et dont le principe sera exposé ci-après. En second lieu, la culture des arbres ou arbrisseaux fruitiers, les plantations isolées faites dans un but d’utilité ou d’agrément tendent chaque jour à remédier en partie au manque de végétaux ligneux.

85Les arbres fruitiers indigènes pour la plupart, du moins depuis un temps immémorial, du bassin de la Méditerannée, se plaisent particulièrement sur les rivages mêmes de cette mer et dans les contrées telles que la France, l’Espagne, l’Italie, la Grèce, la Turquie d’Europe, l’Illyrie et la Hongrie qui y confinent immédiatement. Ils ne réussissent qu’imparfaitement ou manquent tout à fait dans les régions plus septentrionales. Plusieurs de leurs productions sont indispensables à la civilisation ; la plupart d’entre elles le deviennent également aux classes riches qui multiplient chaque jour l’industrie et le commerce. Elles sont pour les pays producteurs un bienfait d’autant plus grand que de tous les produits recueillis pour les besoins de l’homme ce sont ceux qui s’obtiennent avec la plus grande intervention des agents naturels et la moindre somme de travail humain. Les peuples privés des jouissances que donne la récolte des fruits, en sentent vivement la privation. Cet avantage naturel a dû contribuer à attirer les premières sociétés vers le bassin de la Méditerranée ; plus tard il a pu aussi déterminer dans cette direction des migrations de peuples septentrionaux. De nos jours cet attrait se satisfait par des moyens plus réguliers et donne lieu en Europe seulement, à un immense commerce d’échange entre les zones du midi et du nord.

86Dans le midi de l’Europe, et en France plus que partout ailleurs, la culture des arbres et arbrisseaux fruitiers est parvenue à un haut degré de perfection. Favorisée par une aptitude toute particulière du climat, l’art du jardinage y a créé pour ainsi dire des milliers de fruits de qualité exquise qui ne se fussent jamais produits spontanément par le jeu des agents naturels. Dans cette direction comme dans tous les autres modes d’activité humaine, les conquêtes de l’homme doivent être en quelque sorte indéfinies. D’un autre côté, une grande partie de la surface du globe qu’enrichissent l’agriculture, l’industrie minérale et le commerce, sera toujours impropre à la culture des fruits. On peut donc prévoir que l’adaptation [?] des arbres fruitiers prendra chaque jour une plus grande extension et y accroîtra dans une proportion considérable les ressources en végétaux ligneux. Les arbres et les arbrisseaux fruitiers qui dès aujourd’hui jouent un grand rôle dans l’économie sociale de l’Europe, sont, à peu près selon l’ordre d’importance : la vigne, l’olivier, les mûriers, le châtaignier, les pommiers, les poiriers, les pruniers, les noyers, les cerisiers, les citronniers et les orangers, les pêchers et amandiers, les figuiers, les abricotiers, les groseilliers, les dattiers, les noisetiers (sic), les sorbiers, alisiers et néfliers, les frênes et les pins à fruits doux, etc. L’homme en asservissant chaque jour les agents naturels et en les forçant en quelque sorte à travailler pour lui, tend sans cesse à augmenter, entre autre jouissance, le loisir qu’il peut prendre à la fin de son travail. L’un des plus nobles usages qu’il en puisse faire est l’embellissement de sa demeure : il ne saurait mieux atteindre ce but qu’en s’entourant des arbres que la nature du climat permettent de cultiver. Le goût des plantations doit se développer dans une société en progrès d’autant plus naturellement qu’on y peut toujours joindre l’utilité à l’agrément. Celles-ci sont presque toujours le moyen le plus assuré de faire fructifier à un gros [?] intérêt, pour la génération suivante, le capital qu’on y consacre. Les qualités utiles du bois et des fruits se trouvent en effet réunies assez souvent à la majesté du port et à la beauté des feuillages, surtout dans les espèces qui prospèrent sous le climat de la zone forestière méridionale. À cet égard on n’y a pour ainsi dire que l’embarras du choix.

87Chaque contrée peut d’ailleurs faire en ce genre de précieuses conquêtes en acclimatant chez elle les arbres qui se recommandent dans les autres parties du monde, par quelque qualité générale ou pour une propriété plus développée que dans les essences européennes. C’est ainsi par exemple que, depuis la fin du XVIe siècle, on a importé en Europe avec succès le Cèdre du Liban (Pinus cedrus Lin.) indigène du rivage méridional de la Méditerranée, le Pin du Lord Weymouth (Pinus strobus Lin.) et le Robinier faux acacia (Robinia pseudoacacia Lin.) l’un et l’autre indigènes de l’Amérique du Nord, le Marronnier d’Inde (Æsculus hyppocastanum Lin.) originaire de l’Asie.

88Cependant les tentatives faites jusqu’à ce jour pour acclimater et cultiver sur une grande échelle, les arbres des autres régions, n’ont point encore produit en Europe de notables résultats. Elles ont eu trop souvent pour objet des essences qui dans leur propre patrie sont décidément inférieures aux essences européennes ou qui ne se distinguent par aucune qualité éminente. Les essais qu’il convient de poursuivre devraient toujours être précédés d’une longue étude faite sur les lieux mêmes et dans laquelle on apprécierait toutes les conditions physiques de la reproduction et de la croissance des arbres, ainsi que la qualité du bois et des autres produits qu’on en peut tirer. Il n’en est pas en effet des arbres comme des plantes annuelles dont la qualité peut être parfaitement jugée en quelques années : avant de constater l’inutilité de l’importation d’une essence forestière, il faut y consacrer improductivement le travail de plusieurs générations. Les gouvernements éclairés de l’Europe devraient se préoccuper constamment des avantages qui peuvent résulter de l’importation de nouvelles espèces. Ils devraient confier, à d’habiles ingénieurs forestiers, la mission d’explorer dans ce but la surface du globe. De telles entreprises suivies avec persévérance, amèneront infailliblement d’utiles modifications dans la distribution géographique des essences forestières. Elles fourniront un jour le moyen d’embellir et de rendre fertile, la totalité des terres que les glaces ne condamnent point à une éternelle stérilité.

89Les forêts proprement dites, peuplées surtout de chênes, de hêtres, de bouleaux et de pins sylvestres n’occupent plus en Grande-Bretagne qu’une faible étendue. Mais ce même pays peut être aujourd’hui cité comme la terre classique de plantations isolées. On y exploite, avec les diverses nuances que comporte ce mode de culture, toutes les essences indigènes du continent européen, et une grande quantité d’arbres d’origine étrangère. Ces plantations ont pour objet soit l’agrément des habitations, soit la clôture des pâturages, soit surtout et dans tous les cas la production de bois d’œuvre de toutes dimensions. Les usages qui absorbent en Grande-Bretagne les plus grandes quantités de bois sont à peu près, selon l’ordre d’importance, les constructions civiles, les constructions maritimes, l’ébénisterie, la fabrication de charbon pour forges et aciéries ; le charonnage (sic), la carrosserie et la sellerie ; l’emballage, la tonnellerie, la boissellerie, les perches à houblon, la fabrication de manches d’outils et des montures d’instruments divers, les modèles de fonderie, la fabrication de fuseaux de filature, la fabrication de cercles et de tonneaux, la vannerie ; l’établissement des clôtures et des espaliers, etc. Les plantations qui fournissent ces divers produits portent souvent au triple, dans certains cas, au décuple, le produit net que donneraient, dans les mêmes conditions, les terrains exclusivement consacrés aux cultures agricoles.

1. Village russe sur le bord du Volga

Dessin de M. Moynet, Le Tour du Monde, 1867, 1, p. 73

2. La poste extraordinaire

Dessin de d’Henriet, Le TDM, 1865, 2, p. 133

3. Forêt de sapins en Russie

Dessin de M. Moynet, Le TDM, 1867, 1, p. 80

4. Ouvriers charpentiers revenant de leur ouvrage, Le TDM, 1865, 2, p. 157

5. Les charbonniers du Harz, le TDM, 1863, p. 60

6. Un tilleul dit de Sully

Dessin de Jules Laurens d’après nature, Le TDM, 1, p. 69

7. Châtaigner de la Nave, Dessin de H. Clerget

d’après une photographie de M. Paul Berthier, Le TDM, 1866, 1, p. 399

8. Les cèdres du Liban, Dessin de Riou

d’après M. Jules Coignet, Le TDM, 1861, L p. 13

Table des illustrations

Titre § 1 arbres résineux
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/34085/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
Titre § 2 arbres feuillus
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/34085/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 46k
Légende 1. Village russe sur le bord du Volga
Crédits Dessin de M. Moynet, Le Tour du Monde, 1867, 1, p. 73
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/34085/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 283k
Légende 2. La poste extraordinaire
Crédits Dessin de d’Henriet, Le TDM, 1865, 2, p. 133
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/34085/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 282k
Légende 3. Forêt de sapins en Russie
Crédits Dessin de M. Moynet, Le TDM, 1867, 1, p. 80
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/34085/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 319k
Légende 4. Ouvriers charpentiers revenant de leur ouvrage, Le TDM, 1865, 2, p. 157
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/34085/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 258k
Légende 5. Les charbonniers du Harz, le TDM, 1863, p. 60
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/34085/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 235k
Légende 6. Un tilleul dit de Sully
Crédits Dessin de Jules Laurens d’après nature, Le TDM, 1, p. 69
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/34085/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 309k
Légende 7. Châtaigner de la Nave, Dessin de H. Clerget
Crédits d’après une photographie de M. Paul Berthier, Le TDM, 1866, 1, p. 399
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/34085/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Légende 8. Les cèdres du Liban, Dessin de Riou
Crédits d’après M. Jules Coignet, Le TDM, 1861, L p. 13
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/34085/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 316k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search