Version classiqueVersion mobile

Des forêts

 | 
Frédéric Le Play

Premier chapitre. Considérations préliminaires

§ 1er. Définition des forêts et de l’art forestier

Texte intégral

1On désigne sous le nom de forêts les espaces couverts d’arbres, c’est-à-dire de cette catégorie de végétaux que distinguent tout d’abord, la nature solide de leur tige, leurs énormes proportions et la longue durée de leur existence. On nomme art forestier l’ensemble des connaissances et des travaux qui se rapportent à la culture des forêts, et surtout à la production du bois, le principal des produits forestiers.

2Les arbres, à raison de la majesté de leur port, forment sans contredit le plus bel ornement de notre planète et le vulgaire est naturellement porté à les considérer comme la plus parfaite expression de la vie végétale. La science toutefois ne s’associe pas à cette impression : les méthodes de classement fondées sur certains détails de la structure des végétaux, ne conduisent pas à grouper tous les arbres dans une classe particulière. La botanique pousse l’indifférence sur ce point jusqu’à réunir dans la même famille le fraisier et le cerisier ; l’ortie et le figuier ; le trèfle et le robinier, etc. Mais tout en respectant le principe des classifications, nous constatons que la botanique est singulièrement en défaut pour ce qui concerne l’étude et la description des arbres. La science a classé aujourd’hui les plus humbles végétaux qui croissent dans les régions polaires et sur les montagnes les moins accessibles. Le microscope fait rarement découvrir des espèces nouvelles dans les plantes imperceptibles à l’œil nu que recueillent au loin d’intrépides voyageurs. Cependant les arbres magnifiques qui donnent tant de splendeur aux régions équatoriales restent pour la plupart à peu près inconnus. Souvent ces géants du règne végétal ne sont ni nommés dans les catalogues, ni représentés dans les collections où figurent en détail les herbes qui croissent sous leur feuillage et les parasites qui vivent dans les anfractuosités de leur écorce. Dans l’état actuel de la botanique, il y a moins de chance de rencontrer en Europe une plante cachée jusqu’à ce jour sur quelque rocher inaccessible que de découvrir une espèce nouvelle dans un arbre composant des forêts entières et dont le bois sert depuis nombre de siècles aux besoins des populations. Évidemment, la science ne perdrait rien de sa dignité à considérer plus attentivement des productions naturelles qui jouent un si grand rôle dans la météorologie de notre planète, et dans l’économie des sociétés. Il est donc à regretter, dans l’intérêt de la science pure, de l’art forestier et de l’économie sociale que la botanique ne se soit pas mieux inspirée du sentiment si naturel et si juste qu’a fait naître dans tous les temps, chez tous les peuples, la vue des arbres et des forêts.

3Au reste si la botanique ne peut encore rien enseigner sur la constitution physique et sur les lois naturelles de la reproduction des forêts qui croissent spontanément sur une grande partie de la surface du globe, l’art forestier qui a déjà atteint, dans l’Europe centrale, un haut degré de perfection, laisse peu à désirer sous ce rapport pour la connaissance des forêts, qui depuis longtemps sont soumises dans cette région à une culture savante, et subviennent régulièrement aux principaux besoins des populations.

4Trois motifs principaux concourent à ranger les forêts au nombre des richesses naturelles dont la bonne administration importe le plus à l’économie des sociétés. 1 – Elles forment le moyen d’action le plus puissant dont l’homme puisse disposer pour améliorer la météorologie et les climats de la planète, pour accroître par conséquent la fertilité du sol, les bonnes conditions d’hygiène et en général le bien-être de l’espèce humaine. 2 – Elles fournissent à l’homme des produits d’une utilité si spéciale, si impérieuse, qu’ils ne sauraient être remplacés par aucun autre, et que la disette de ces produits entraîne nécessairement, dans les lieux où elle se manifeste, la décadence de la civilisation. 3 – Les conditions physiques de la formation des produits forestiers, entièrement distinctes de celles qui sont propres à tous les autres produits végétaux et animaux, imposent aux gouvernements l’obligation de veiller avec sollicitude à la reproduction et à la conservation des forêts. Quelques considérations sommaires mettront ces vérités dans tout leur jour.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search