Version classiqueVersion mobile

Des forêts

 | 
Frédéric Le Play

Présentation. Le Play et la science des forêts

Antoine Savoye et Bernard Kalaora

Texte intégral

Un manuscrit qui fait trace

  • 1 La Société d’économie et de science sociales (SESS) continue la Société d’économie sociale fondée e (...)
  • 2 F. Arnault en cite des extraits et l’analyse dans le chapitre V de sa thèse, « De l’art forestier à (...)

1Il n’est pas courant de découvrir un manuscrit achevé – mais resté inédit – d’une figure intellectuelle du XIXe siècle telle que Frédéric Le Play. Nous avons eu cette chance en fréquentant la bibliothèque de la Société d’économie et de science sociales1. Car Des Forêts n’était pas dissimulé au fond d’une malle, dans un grenier poussiéreux. Il dormait simplement sur les rayons de la bibliothèque de la Société où tout lecteur curieux de l’œuvre de Le Play – mais ils étaient encore rares – pouvait le consulter. Avant nous, seuls, Michael Brooke et Françoise Amault, à notre connaissance, y ont fait référence2.

  • 3 Le premier écrit de Le Play est publié en 1832 dans les Annales des Mines et son œuvre se clôt par (...)
  • 4 Escard François, « Comment travaillait Le Play », La Réforme sociale, 16 mai 1907, p. 725.
  • 5 Ribbe Charles de, Le Play d’après sa correspondance, Paris, 1884 ; Le Play Frédéric, Voyages en Eur (...)

2L’existence d’un inédit de cette importance, chez un auteur qui, loin d’être un écrivain « maudit », possède une œuvre publiée étendue, répartie sur cinquante années, laisse songeur3. D’autant que Le Play ne considérait pas cet écrit comme un travail mineur : il a tenu à le conserver, au contraire de nombreux autres papiers détruits à la fin de sa vie – nous le savons par le témoignage de son secrétaire, François Escard4. En bref, pourquoi ce manuscrit (dont nous dirons plus loin tout l’intérêt qu’il présente) n’a-t-il pas été divulgué du vivant de l’auteur, ni même après sa mort comme le furent, dès 1884, sa correspondance avec Charles de Ribbe ou, plus tard, ses lettres de voyages5 ?

3En l’absence d’indications de Le Play ou de ses proches éclairant la non-publication de ce manuscrit, force est de se livrer à des conjectures. L’explication la plus plausible nous paraît la suivante : Des Forêts fait partie d’un vaste projet intellectuel, forgé par Le Play au début des années 1840, qui, à partir de la révolution de février 1848, perd progressivement, à ses yeux, de son actualité et de son urgence jusqu’à être finalement abandonné. L’abandon de ce projet entraîne la mise au rancart du manuscrit qui, bien que terminé, perd sa raison d’être publié.

4Plusieurs faits viennent à l’appui de cette hypothèse. Rédigé en 1846 et 1847 (comme l’attestent certaines des données statistiques apparaissant dans le texte), Des Forêts appartient entièrement à la première période de la vie active de Le Play, inaugurée en 1830. Celle où Le Play, attaché à l’École des Mines dont il est un ancien et brillant élève, acquiert une notoriété nationale et internationale en matière de métallurgie et de mines. Multipliant les études spécialisées, en France et à l’étranger, souvent à la demande de son ministère de tutelle, Le Play devient un expert reconnu. Ses travaux sont publiés par les Annales des Mines et, en 1840, il se voit confier la chaire de métallurgie à l’École.

  • 6 Le Play F., La Méthode sociale, 1879, rééd. (avec une présentation d’A. Savoye), Paris, Méridiens K (...)

5Cet observatoire exceptionnel des questions minières et métallurgiques que constitue l’École des Mines permet à Le Play d’étendre ses recherches. Il forme bientôt l’ambitieux projet d’écrire un Traité de métallurgie. Dans La Méthode sociale, Le Play évoque cette œuvre spéciale à laquelle, dans les années précédant 1848, il aurait voulu, dit-il, consacrer toutes ses facultés. Il précise même : « J’en avais déjà définitivement arrêté le plan, et je lui avais donné pour titre : L’Art métallique au XIXe siècle6. »

  • 7 Ibid., p. 245, note 1.

6En dépit de sollicitations diverses qui l’empêchent de s’investir à plein temps dans cette œuvre, son travail progresse. En mai 1848, L’Art métallique au XIXe siècle, écrit-il, « était fort avancé. La méthode chimique de l’œuvre avait été fixée par un travail de six années. Les matériaux sur lesquels cette méthode devait être appliquée avaient été réunis, au prix de grandes dépenses personnelles, à l’école des mines de Paris, où ils existent encore annotés de ma main. […] Un volume entier, consacré à la métallurgie du cuivre dans le pays de Galles, avait donné un spécimen complet de la méthode qui devait être appliquée à tous les ateliers métallurgiques destinés, dans ma pensée, à devenir classiques pour chaque métal7. »

  • 8 Chevalier Michel, Les Ouvriers européens par F. Le Play, Journal des Débats, 10 avril 1856. Il s’ag (...)
  • 9 Le Play F., La Méthode sociale, op. cit., p. 426.

7Passée 1848, ni les vicissitudes de sa carrière, ni sa nouvelle orientation intellectuelle, concrétisée par les Ouvriers européens (1855), ne le font renoncer, du moins dans un premier temps, à son ambitieux traité. Michel Chevalier, en 1856 y fait allusion et parle du « traité méthodique et complet de métallurgie qu’il (Le Play, ndr) prépare avec une patience de bénédictin8 ». Mais, comme Le Play le reconnaît lui-même, le cœur n’y est plus et d’autres priorités s’imposent : « De 1848 à 1855, j’ai été contraint, sous la pression des événements, d’abandonner peu à peu (souligné par nous, ndr) la science métallurgique, que j’avais cultivée jusque-là avec passion, et que je n’aurais quittée à aucun prix dans un temps de paix et de stabilité9. »

8L’Art métallique au XIXe siècle dans lequel Le Play voyait le couronnement de son œuvre d’ingénieur métallurgiste ne verra jamais le jour. Nommé au Conseil d’État en décembre 1855, Le Play démissionne de l’École des Mines et se consacre désormais à d’autres questions, fort éloignées de la métallurgie.

9Cet abandon explique en grande partie la non-publication de Des Forêts. En effet une page, jointe au manuscrit et de la main de Le Play, nous apprend que « la notice que nous publions ici est un extrait des considérations plus détaillées qui feront partie de notre traité de métallurgie ». En somme, comme cela avait été le cas avec sa précédente étude consacrée à la métallurgie galloise, Des Forêts était destiné à prendre place dans le traité général de métallurgie alors en gestation. À travers la publication de ce qu’il nomme, avec une certaine fausse modestie, un « extrait », Le Play entendait prendre date et signifier ainsi que son traité avançait, manière de tenir en haleine les spécialistes qui, prévenus, attendaient le chef-d’œuvre…

  • 10 Le contexte politique et social n’est peut-être pas étranger à cette non-parution. En effet, dans l (...)

10Pour des raisons que nous ignorons, cette notice, probablement destinée aux Annales des Mines (où c’est le terme consacré pour désigner les articles de fond), n’est jamais parue10. Privée, dès lors, d’un statut de texte autonome que lui aurait conféré sa publication, elle voyait son destin entièrement lié à l’achèvement de L’Art métallique. Celui-ci ayant été abandonné, Des Forêts rejoignit les matériaux réunis pour ce traité mort-né, trace de ce qui aurait pu être le couronnement du Le Play métallurgiste.

11Fallait-il abandonner ce manuscrit, délaissé par son auteur, à la critique rongeuse des souris, comme Marx l’a dit plaisamment d’un de ses propres écrits lui aussi longtemps oublié ? Sa lecture, au cours de laquelle nous est apparu son caractère de texte autonome et durable, nous a persuadés du contraire.

12Des Forêts est, en effet, un document remarquable à plus d’un titre. Tout d’abord, il nous éclaire sur le mode de raisonnement de Le Play qui, partant d’une question technico-pratique – ici l’exploitation des forêts –, en explore les différentes composantes (géographique, botanique, sylvicole, environnementale, économique, politico-juridique et sociale) avant de la résoudre. Paraphrasant Marcel Mauss, on pourrait dire que Le Play constitue la gestion des forêts comme un « fait technico-pratique total » dont l’analyse suppose d’intégrer ses multiples dimensions afin d’en révéler les connexions et les solidarités. Il en résulte une réflexion de grande ampleur, quasi-encyclopédique, qui, cependant, reste concrète car tournée vers l’action.

  • 11 Brooke Michael, Le Play, Engineer and Social Scientist, London, Longman, 1970.

13Des Forêts nous permet aussi de mieux comprendre comment Le Play a pu opérer sa conversion d’ingénieur métallurgiste en fondateur d’une science sociale. Celle-ci est déjà « en creux » dans ce texte qu’on aurait tort de qualifier de « technical writings », par opposition aux « social studies », comme le fait l’Anglais Michael Brooke11, dans sa biographie. En effet, comme c’est souvent le cas dans les écrits « techniques » de Le Play, l’objet principal de l’étude, en l’occurrence l’exploitation des forêts, n’est pas étudié indépendamment de ses implications sociales. Au détour du texte, on devine, sous-jacente, une science des sociétés et l’on pressent qu’il suffirait à Le Play de renverser la perspective et de focaliser l’analyse, non plus sur le fait technique, mais sur le fait social pour qu’elle émerge en pleine lumière.

14C’est ce décentrement auquel on assiste dans Les Ouvriers européens où Le Play installe au cœur de ses investigations et de son raisonnement les familles ouvrières, en lieu et place des questions industrielles et techniques. Celles-ci, toutefois, ne disparaissent pas du champ de la nouvelle science sociale. Mais elles ne tiennent plus qu’un rôle accessoire dans la théorie de la société élaborée par Le Play devenu sociologue.

  • 12 Rétrospectivement, la difficulté de sa transcription (finesse de la graphie, abondance de mots tech (...)

15Si Des Forêts éclaire l’histoire de la science sociale leplaysienne, son point fort réside bien évidemment dans le tableau des forêts européennes que nous offre Le Play. Il constitue un témoignage exceptionnel et de première main, fruit d’enquêtes menées sur le terrain, sur l’activité forestière au milieu du XIXe siècle. À lui seul, cet aspect du manuscrit justifie, nous semble-t-il, son édition et... le laborieux travail de transcription qu’elle a supposé, avec l’aide précieuse de Danielle Lemeunier de l’université de Paris VIII12.

Le Play, un savant des Lumières au XIXe siècle

  • 13 On trouvera une biographie plus complète de Le Play dans Kalaora B. et Savoye A., Les Inventeurs ou (...)

16Pour comprendre quel cheminement conduit Le Play à écrire Des Forêts, il est nécessaire d’évoquer quelques éléments de sa biographie qui en éclairent la genèse13. Certains sont relatifs à la formation de Le Play, d’autres à ses fonctions professionnelles et à la manière dont il les a exercées.

17Commençons par sa formation. Le Play naît en 1806 à La Rivière-Saint-Sauveur (Seine-Maritime), petit village situé à quelques kilomètres d’Honfleur où son père est agent de l’administration des douanes. De son enfance passée à la campagne, sur le littoral de la Manche, à la lisière de la forêt de Bretonne, Le Play garde un souvenir très vif. Il est persuadé qu’elle l’a préparé à son insu à l’étude de la science sociale, en raison de la relation familière, directe, qu’il noue alors avec le milieu environnant, social et naturel. « Dès que mes forces naissantes me le permirent », écrit-il dans La Méthode sociale, « je me mis à la suite des enfants qui apportaient journellement à ces pauvres logis (de pêcheurs, ndr) les produits de leurs petites entreprises de glanage, de pêche, de chasse et de cueillette […]. J’acquis ainsi, en ce qui touche l’importance des productions spontanées que récoltent les familles pauvres, une conviction qui m’est toujours restée présente à l’esprit. »

18Parvenu à l’âge scolaire, et à la suite de la séparation de ses parents survenue en 1811, le jeune Frédéric vient à Paris, confié à son oncle et à sa tante maternels. S’il souffre du régime scolaire qu’on lui impose – « un supplice », dit-il, « dont le souvenir ne m’a jamais quitté » – l’été, il retrouve l’éducation naturelle du premier âge. De ses vacances dans le pays de Bray, il nous dit : « Je devenais l’aide favori des ouvriers ruraux, des bûcherons, des chasseurs et des pêcheurs. Je commençai avec les bergers et les jardiniers, mes premières études de botanique. Je me trouvai ainsi initié, en dehors de tout système préconçu, à une foule de notions qui me permirent plus tard d’attribuer à ces travaux, leur véritable place, dans l’étude des hiérarchies rurales et manufacturières. »

19À l’adolescence qu’il passe au Havre, en compagnie de sa mère, il continue de compléter son instruction scolaire par la découverte du milieu environnant. « Durant mes longues récréations solitaires, je parcourais le rivage maritime, les champs, les prés et les bois : naviguant avec les pêcheurs-côtiers ; demandant aux livres de Linné le complément de mes études botaniques du pays de Bray ; chassant au filet les bec-figues et les alouettes à l’école d’un habile Bordelais ; enfin me mêlant aux travaux agricoles des masures cauchoises. » C’est aussi l’époque où il choisit sa carrière. Un instant tenté par le métier d’arpenteur rural, il opte finalement, sur les conseils d’un ami de la famille, ingénieur des ponts et chaussées, pour la poursuite de ses études et la préparation au concours d’entrée à l’École polytechnique, au collège Saint-Louis à Paris.

  • 14 Son premier voyage, alors qu’il est encore élève-ingénieur, lui laisse un souvenir marquant. En com (...)

20Admis en octobre 1825, il vit difficilement le casernement et la discipline militaire, mais réussit sa scolarité. Sorti quatrième, il intègre l’École des mines. Là tout change. Le Play s’épanouit dans un cadre où son « travail, redevenu libre, reprit sa fécondité ». Il perfectionne ses connaissances théoriques, se révélant, notamment en chimie, un jeune chercheur de talent, sans pour autant sacrifier sa soif d’exploration in vivo. Grâce à la pédagogie en vigueur aux Mines, il se forme au voyage d’étude14 et à l’observation, méthode qu’il pratiquera avec assiduité trente années durant.

21Classé premier à l’issue de deux années d’étude exceptionnellement brillantes, Le Play ne quitte pas l’École. Celle-ci s’attache ses services et le nomme directeur-adjoint du laboratoire. Son destin professionnel est scellé pour un quart de siècle. Il sera savant, expert et enseignant en métallurgie jusqu’en 1856.

  • 15 Ces recherches commencèrent mal puisque Le Play fut victime, en mars 1830, trois mois après sa nomi (...)

22À ses débuts, l’activité professionnelle du jeune ingénieur est double. D’une part, il entreprend des recherches physico-chimiques qui le conduiront à proposer une théorie de la cémentation des corps oxydés approuvée par l’Académie des sciences en 183615. D’autre part, il entame des études économiques concernant le commerce des produits miniers et métallurgiques. À ces travaux « de cabinet », Le Play ajoute des voyages à but scientifique qui interviennent l’été durant la vacance scolaire. En 1833, il explore la géologie du sud de l’Espagne et, l’année suivante, complète ses observations en Biscaye et en Catalogne.

  • 16 Lefébure de Fourcy, l’auteur de sa notice biographique dans les Annales des Mines de juillet-août 1 (...)
  • 17 Hippolyte Passy, ministre des Travaux publics et du commerce, au directeur général des Ponts et Cha (...)

23En 1834 intervient une première inflexion de sa carrière. Il est nommé secrétaire de la Commission de statistique de l’industrie minérale et abandonne, de ce fait, ses fonctions au Laboratoire. S’il poursuit quelques mois encore ses expérimentations, sa fonction d’expert prend progressivement le pas sur ses activités savantes. D’autant qu’à ses recherches statistiques menées depuis Paris et qui occupent le plus clair de son temps16, s’ajoutent des missions d’étude, industrielles et commerciales, effectuées en France et à l’étranger. En 1835, par exemple, il part étudier l’industrie métallurgique belge, voisine de la frontière avec la France, afin d’évaluer les conséquences d’un éventuel abaissement des droits de douane entre les deux pays. L’année suivante, le ministre du Commerce le charge d’une nouvelle étude, celle des houillères et des usines à fer de Grande-Bretagne, avec l’objectif de mettre en évidence « toutes les circonstances géologiques, topographiques et mercantiles qui sont la cause de leur supériorité17 ».

  • 18 Pour ne pas dire sociologie, mot que Le Play n’a jamais employé, lui préférant, à partir des Ouvrie (...)

24C’est dans le cadre de ces recherches et de ces missions que Le Play forge sa conception du travail scientifique dont les temps forts sont : établir méthodiquement les faits (soit indirectement par le recueil à distance des données, soit directement par des observations in situ), puis raisonner à partir de ces faits et en tirer des inductions, enfin formuler des propositions pratiques. Autrement dit, observer-analyser-conclure-proposer. Ce quadriptyque, présent dans les mémoires nets et concis qu’il livre à ses commanditaires de la haute administration, on le retrouve aussi bien dans Les Ouvriers européens que dans Des Forêts. Une telle envergure de la pensée tranche avec les travaux de ses confrères ingénieurs, le plus souvent étroitement analytico-descriptifs. Et d’autant plus que Le Play ne se cantonne jamais à l’objet officiel qu’on lui désigne. Requis, par exemple, pour l’étude industrielle d’une région, il se livre parallèlement à des travaux d’un autre ordre : géologique, économique, de science sociale, etc. Cette polyvalence, qui évoque l’esprit encyclopédique des Lumières, tient à sa capacité à penser les inter-relations entre les phénomènes et les domaines d’étude. De la géologie à la métallurgie, de la métallurgie à l’économie et l’économie sociale18, Le Play poursuit l’enchaînement des phénomènes, explorant leurs divers tenants et aboutissants.

  • 19 À partir de 1840, survient une autre raison d’étudier à fond les forêts. Le Play est nommé au mois (...)

25Cette démarche l’amène très logiquement à étudier les forêts, situées à l’entrecroisement de ses différents domaines de recherche. Son ambition d’une science métallurgique complète, intégrant l’étude des sources d’énergie, l’impose19, sa position d’expert l’y encourage. En effet, à une époque de forte rivalité économique entre les propriétaires forestiers et les maîtres de forges, la question des forêts ne pouvait être négligée par les pouvoirs publics qui comptaient sur Le Play pour les éclairer.

26Ces quelques indications biographiques nous montrent que beaucoup d’éléments de la vie de Le Play, d’ordre personnel, intellectuel, scientifique ou professionnel, convergeaient vers Des Forêts. Rétrospectivement, on serait tenté de penser que ce texte ne pouvait pas ne pas faire partie de son œuvre, tant il apparaît à la conjonction de son goût quasi-inné pour la nature, de son ambition savante, de sa fonction d’expert et de sa conception du travail intellectuel intégrant la réflexion et l’action, le cognitif et le normatif. Parfaitement représentatif de la praxis leplaysienne, il constitue une transition indispensable pour comprendre, chez Le Play, le passage des travaux économiques et industriels à l’œuvre de science sociale.

Une analyse multidimensionnelle des forêts

27Qu’un ingénieur des mines, qui plus est savant et expert, se préoccupe des forêts à une époque où la métallurgie au bois est encore dominante, voilà qui en soi n’a rien de surprenant. Mais ce n’est pas un traité de sylviculture à l’usage des maîtres de forges que nous livre Le Play. Sans doute, cet objectif est à l’origine de sa réflexion, mais emporté par son élan, il va beaucoup plus loin. Mobilisant les ressources scientifiques de son temps, il jette les bases d’une science forestière.

Vers une science forestière concrète

28L’analyse de Le Play, complexe et à large spectre, englobe différents champs disciplinaires : la météorologie, l’hydrologie, la géographie, l’économie, l’économie sociale, le droit, l’histoire des sociétés, etc. Fondée sur des investigations menées sur le terrain, elle combine observation concrète et raisonnement logique. Rompant aussi bien avec le théoricisme des écoles – Lorentz et Parade, les maîtres de Nancy, ne sont pas cités une seule fois – qu’avec l’empirisme des exploitants forestiers, Le Play lance le projet d’une science des forêts qui sera « la connaissance détaillée et traduite en nombres des lois de la croissance du bois, dans les divers modes de reproduction, pour toutes les essences forestières, et dans toutes les combinaisons imaginables de climat, d’habitation et de culture ».

29Ni discours technique à usage des gestionnaires et des décideurs, ni théorie abstraite aux généralisations incertaines, la science concrète apparaît comme un ensemble d’énoncés théoriques formulés à partir de l’analyse d’ensembles spatio-temporels délimités (gîtes, gisements, conjonctures productives, habitations, c’est-à-dire sites forestiers).

30Le Play, bien que marqué par le positivisme comtien, est à la recherche d’une positivité renouvelée, alliant le général au particulier et s’appuyant sur une théorie du détail qui serre de près la réalité des lieux et des conditions locales. C’est en suivant cette voie que le savant fera œuvre utile, car son savoir traduit en énoncés concrets pourra être confronté à l’expérience des acteurs de terrain.

  • 20 La Revue forestière est lancée en juin 1841 ; en janvier 1842 lui succèdent les Annales forestières (...)
  • 21 Sur ces débats, cf. Blais Roger, Une grande querelle forestière, la conversion, Paris, PUF, 1936.

31Cette posture épistémologique originale, fondée sur la dialectique de l’observation in situ et du raisonnement logique, est, à ses yeux, d’autant plus nécessaire que la science officielle – celle que l’on enseigne à l’École de Nancy ou dans les revues sous son influence20 – ne fait pas l’unanimité. En effet, les énoncés théoriques et les méthodes qu’elle propose pour la reproduction et la conservation des bois sont l’objet de controverses de la part, soit d’autres écoles forestières, soit des « praticiens des principaux districts forestiers ». Pour Le Play, aucune théorie ne peut prétendre avoir une valeur universelle. S’il reconnaît les efforts de l’École de Nancy pour faire de l’administration forestière un corps savant, il ne partage pas la théorie qui y a cours, fondée sur la pensée unique de la supériorité du réensemencement naturel sur le réensemencement artificiel21.

  • 22 Peter-Simon Pallas (1741-1811), appelé en Russie par Catherine II, se rendit célèbre par son explor (...)

32Seule les observations tirées des enquêtes et de l’expérience de terrain peuvent valider les méthodes de culture dont la « convenance est parfaitement démontrée pour une localité déterminée ». Les principes généraux ne peuvent découler que des faits concrets, observés, traités et mis en forme par le savant arpenteur. La démarche rigoureuse suppose d’abord la fréquentation assidue du terrain par le voyageur, laquelle ne prémunit pas toujours des erreurs. Ainsi, Le Play ne manque pas de souligner la méprise du célèbre botaniste Pallas22 concernant l’implantation du cèdre du Liban dans les Monts Ourals : « Cette erreur d’un naturaliste, ordinairement exact en ses récits, est d’autant plus inexplicable que la dénonimation usuelle appliquée par les indigènes au pin cembro lui était connue […]. Nous avons fait un long séjour dans le district même où Pallas, qui n’y était resté que quelques heures, prétend avoir trouvé le cèdre du Liban. C’est effectivement en ce point que commence dans l’Oural la région du pin cembro, mais les recherches les plus attentives et les informations prises auprès des plus anciens bûcherons nous donnent la certitude que le cèdre du Liban n’a jamais existé dans ces régions. »

  • 23 Dès 1842, à propos de ses recherches sur les gisements houillers du Donetz, Le Play avait énoncé le (...)

33Cette primauté donnée à l’observation méthodique s’applique, par exemple, à la nature et à la disposition des essences forestières. Les lois d’implantation et de croissance doivent s’appuyer sur des informations recueillies sur place23. C’est ce qui fait leur fiabilité, comme les tables de croissance établies par le forestier allemand Cotta pour la Saxe. De même, en ce qui concerne les propriétés physiques et les modes d’évaluation du prix des bois, les données doivent être recueillies sur le terrain, en recoupant sources archivées et informations prises auprès des habitants impliqués dans les activités forestières.

34Cet inventaire rigoureux des données locales, s’il est indispensable, ne constitue pas, à lui seul, la science forestière qui fait aussi appel à un raisonnement de type multifactoriel. L’évaluation économique de la production des bois, par exemple, se présente comme une méthode complexe qui tient compte de différents facteurs (qualités intrinsèques et usages du matériau, conditions de transport et d’accès au marché, unités de mesure pratiquées dans les régions considérées, prix de denrées comparables, etc.) et les met en relation. On aboutit ainsi à une connaissance pratique des prix en usage et non à une évaluation abstraite et formelle.

  • 24 Depuis 1834, Le Play est chargé de dresser les statistiques annuelles de l’industrie minière et mét (...)

35Les tableaux numériques contenus dans Des Forêts traduisent cette faculté de Le Play à procéder à des analyses factorielles et typologiques. Le recours à de telles (re)présentations graphiques n’est d’ailleurs pas une nouveauté dans ses recherches, mais plutôt la transposition d’un procédé auquel il fait couramment appel pour les statistiques de l’industrie minérale24. Quelques années plus tard, les tableaux (typologie des modes d’engagement, classification des ouvriers, budgets des recettes et dépenses annuelles, etc.) que contiennent les Ouvriers européens (1855), confirmeront combien Le Play est passé maître dans ce mode de raisonnement qu’il applique avec une même réussite à l’industrie métallurgique, aux forêts et... aux sociétés.

36Soulignons que Le Play évoque également un autre procédé de représentation des résultats de la recherche : la carte. Il voit dans une cartographie forestière un double avantage. Non seulement, elle faciliterait, grâce à une visualisation spatiale, la lecture des données scientifiques et leur mise en relation, mais cela servirait de support à l’analyse stratégique des gouvernants.

37Ambitieuse, la cartographie suppose un dispositif de recueil des données de grande ampleur que seule l’administration est capable de mettre en place. Aussi ce projet s’accompagne-t-il de la création de « commissions administratives » auxquelles il reviendrait de « dresser une carte de la consommation normale des bois et des combustibles ».

Les forêts, un révélateur de l’état de civilisation

38La science des forêts que veut fonder Le Play ne se caractérise pas uniquement par sa méthode. Elle présente aussi l’originalité d’inclure dans son objet le lien entre les forêts et les sociétés. En effet, Le Play énonce, d’entrée de jeu, que les forêts sont à la croisée de déterminations naturelles et de conditions sociales ou, pour reprendre sa formule, qu’elles résultent « de lois naturelles et d’intérêts sociaux ». En conséquence, après avoir étudié la reproduction des arbres et la distribution géographique des essences, il explore la place des forêts dans le développement économique et social.

39Tout d’abord, dans une vision qui évoque le regard saint-simonien, il met en évidence, à l’échelle de la planète, la correspondance existant entre les régions forestières et la puissance des nations qui y habitent : « La région du globe caractérisée par le développement spontané de grandes forêts comprend donc seulement le territoire des États-Unis d’Amérique et de la Nouvelle Bretagne, la France, les îles britanniques, les États allemands, le Danemark, la presqu’île Scandinave, la Finlande, la Pologne, la Russie d’Europe et d’Asie et le nord de la Chine. Il est digne de remarque que dans cette même région sont concentrées toutes les sociétés qui, par leurs idées ou par leur puissance, exercent aujourd’hui sur les autres parties du monde un certain ascendant. » Suggérant l’existence d’une causalité supérieure, il questionne cette correspondance, à la manière de Montesquieu : « Il semble donc que les mêmes conditions physiques qui se prêtent le mieux à la croissance des forêts sont également propices à développer l’ensemble des causes matérielles et morales de la civilisation. »

40On discerne là, en germe, une idée chère à l’administration forestière, laquelle établira un parallélisme entre une « saine » gestion des forêts et la « supériorité » sociale.

  • 25 F. Amault développe une idée analogue lorsque, résumant le projet de Le Play, elle écrit : « […] l’ (...)

41Puis, affinant son analyse, Le Play étudie le rôle des forêts au sein des sociétés de la « région forestière » définie ci-dessus. À l’intérieur de cette région, la distribution inégale des forêts n’est pas due aux seules conditions physiques. Elle reflète une situation d’équilibre entre les activités sylvicole, agricole et industrielle qui varient d’une société à l’autre. Ainsi, en Angleterre, la régression du domaine boisé au profit de l’agriculture et de l’industrie n’est pas un signe de décadence. Elle est simplement l’expression du stade de développement économique et social atteint par la société anglaise. L’observation révèle que les grands massifs boisés, notamment en raison de la richesse en charbon de terre, n’y ont plus d’emploi, et que de simples plantations isolées suffisent à pourvoir aux besoins des populations. Il n’existe donc pas un modèle universel ou européen de forêt (ou de gestion forestière), mais des situations variées où la forêt se combine plus ou moins harmonieusement et de manière bénéfique avec l’agriculture et l’industrie. En interdépendance avec les autres secteurs économiques, la forêt peut constituer un révélateur du stade économique et social25.

42Enfin, cernant de plus près les rapports singuliers qu’une société noue avec ses forêts, Le Play entre dans le détail des pratiques sociales. Sous l’appellation d’« économie sociale », il multiplie les notations et les observations sur la dimension sociale de l’activité forestière.

L’économie sociale forestière

43La vision sociale des forêts est présente, chez Le Play, dans sa conception générale qui pourrait être qualifiée d’« utilitarisme social ». Il évalue les forêts à l’aune des services qu’elles rendent à l’homme, services industriels certes, mais aussi services domestiques. La qualité d’une essence, par exemple, se mesure autant à son utilité qu’à ses caractéristiques intrinsèques. À la différence des forestiers officiels, il n’oppose pas les essences nobles (chêne, hêtre, pin) aux essences plus communes. Toutes sont inventoriées et estimées en fonction de leurs usages sociaux, grands ou petits. Il n’est pas jusqu’aux maquis corses, tant décriés, qui, du fait de la variété des arbrisseaux qui les composent, puissent « fournir temporairement de précieuses ressources en combustible ».

44Le déboisement lui-même n’est pas considéré comme un mal en soi. Il peut être compensé par « la culture des arbres ou arbrisseaux fruitiers », et Le Play insiste sur le fait que « les plantations isolées, faites dans un but d’utilité ou d’agrément, tendent chaque jour à remédier en partie au manque de végétaux ligneux ». Loin du « tout boisement » prôné par les forestiers, indépendamment des conditions locales, il se montre attentif au développement d’une sylviculture paysanne qui se marierait harmonieusement avec l’agriculture.

45L’étude des outils forestiers et des moyens de transport des bois est spécialement l’occasion de développer ses vues d’économiste social. Dans une analyse digne de Leroy-Gourhan, sur l’utilisation respective de la hache et de la scie, il montre que l’utilité d’un outil ne se mesure pas qu’à son efficacité technique, mais aussi à son adaptation à un mode de vie et de travail. De ce point de vue, la hache, multifonctionnelle, peut s’avérer supérieure à la scie, pourtant plus efficace. C’est le cas, par exemple, dans l’Oural, où la hache se révèle un instrument universel pour les charbonniers qui séjournent de longues semaines en pleine forêt. Elle leur rend des services multiples (pour l’abattage des arbres, bien sûr, mais aussi la construction de huttes, la défense contre les animaux, etc.) qu’ils n’obtiendraient pas de la scie.

46À propos des transports, Le Play établit une causalité entre la nature physique des lieux, le type de communication et les moyens de locomotion. Ainsi, en Russie, plusieurs mois par an, la neige gelée assure des communications aussi aisées et rapides que les meilleures routes de France. On peut souvent aller d’un point à un autre en ligne droite, au moyen du traîneau. Toute politique d’amélioration des infrastructures routières, qui ne tiendrait pas compte de ces particularités et voudrait à tout prix imiter la France ou l’Angleterre, raterait son but. En général, les sociétés élaborent, en fonction des conditions géographiques et climatiques qui leur sont propres, des moyens de transport qui ont une valeur d’usage localisée et que l’on aurait tort, au nom de principes abstraits ou de l’imitation d’expériences étrangères, de disqualifier.

47Par ailleurs, le mode de transport et les moyens de locomotion utilisés peuvent générer une organisation du travail à laquelle correspondent de véritables institutions sociales. C’est le cas, par exemple, du flottage du bois, depuis les massifs du Morvan où ils sont abattus, jusqu’aux lieux de consommation comme Paris, à travers le réseau de l’Yonne et de la Seine.

48Tous ces exemples tendent à prouver combien l’exploitation des forêts est intimement liée à l’organisation des sociétés. En même temps, apparaît le double objectif de la science concrète voulue par Le Play : approfondir la connaissance des forêts, tout en l’englobant dans celle des sociétés.

Des forêts et après ?

  • 26 Une mention particulière doit être faite, cependant, de son dernier mémoire publié dans les Annales (...)

49Des Forêts constitue l’apogée de l’intérêt de Le Play pour la forêt, l’ouvrage où se cristallise sa pensée. Car, si la forêt n’est pas absente de ses productions ultérieures, elle occupe désormais une place subordonnée, au regard des questions sociales26.

50Ainsi, dans son œuvre maîtresse, Les Ouvriers européens (1855), plusieurs des monographies de familles ouvrières fourmillent de notations sur le rôle des forêts. C’est le cas du « mineur du Hartz » (qui met en évidence la portée sociale de l’administration locale des forêts), du « Forgeron de Dannemora (Suède) » (pour le régime des Bergslags), du « Fondeur de Schemnitz (Hongrie) » (pour le régime de la propriété privée), du « Fondeur du Nivernais », du « Forgeron et Charbonnier de l’Oural », etc. Ces analyses sont quelquefois empruntées à Des Forêts – qui trouve là, in extremis, une utilisation –, mais, le plus souvent, elles sont originales. De la veine des meilleures pages de Des Forêts consacrées à l’économie sociale forestière, elles sont nourries, comme elles, de l’observation de l’activité forestière que Le Play a poursuivi après la rédaction de son manuscrit. Elles confirment l’interpénétration existant, pour certaines populations, entre leur organisation sociale et l’exploitation des ressources forestières.

  • 27 Le Play Frédéric, La Réforme sociale en France, Paris, E. Dentu, deuxième édition, 1866, p. 249-250 (...)

51Dans La Réforme sociale en France (1864), en revanche, le paragraphe consacré à l’« Art forestier » apparaît d’une autre teneur. Le registre prescriptif prend le pas sur le registre descriptif et explicatif. Persuadé de détenir, grâce à ses travaux antérieurs, les clés de toute réforme sociale en profondeur, Le Play entreprend d’en faire la démonstration à travers l’analyse, secteur après secteur, de l’ensemble de la société française. Dans ce projet de réforme, l’institution de la « famille souche » tient une place centrale. Il s’agit d’une forme familiale supérieure, capable de produire stabilité sociale et progrès économique, en conciliant « dans une juste mesure […], le respect de la tradition et l’amour de la nouveauté27 ».

52Examinant la situation de l’agriculture, Le Play estime que la famille-souche fait la preuve, là où elle existe (notamment, dans le cas de la petite propriété individuelle), de ses résultats bénéfiques tant sur le plan économique que social. Elle enraye les effets néfastes du partage forcé (comme la division des propriétés), imposé en matière successorale par le code civil napoléonien. Facteur de conservation, elle est aussi le vecteur de progrès techniques.

53Ce qui vaut pour l’agriculture est encore plus vrai pour la propriété forestière, en raison de la spécificité de sa production. Les lois naturelles de reproduction des bois appellent l’existence de familles-souches, capables de prévoyance et donc d’exploiter les forêts de manière optimale. « La réforme des forêts », dit Le Play, « s’accomplira d’elle-même par le rétablissement des familles-souches incorporées au sol ». Persuadé de la congruence entre la forêt et la famille-souche, Le Play en vient à forger une image idéalisée de la forêt « réformée » où transparaît son idéologie ruraliste : « Celles-ci [les familles-souches, ndr], préoccupées du bien-être des générations futures, aimant à jouir des vieux ombrages qui ont abrité les ancêtres, mettront un légitime orgueil à accumuler les splendeurs de la création sur le domaine patrimonial qu’elles veulent rendre cher aux enfants, et dans lequel elles voient toujours un abrégé de la patrie. » Mais, quelques lignes plus loin, son réalisme l’emporte et il conclut froidement : « Tant que subsistera l’esprit d’individualisme […], on tentera vainement de fonder sur la propriété privée une bonne économie forestière. Pour conserver à la France, les nobles futaies de l’Alsace et de la Lorraine, il faudra continuer à les régir par le système de la propriété domaniale. » Il y a encore loin du rêve à la réalité...

  • 28 Du moins, ceux qui prônent une politique de restauration forestière non autoritaire, ménageant les (...)
  • 29 On trouve une analyse de cette rencontre et des travaux qui en ont découlé dans Kalaora B. et Savoy (...)

54Cette vision politique et sociale des forêts qui situe la place des propriétaires privés, sans négliger le rôle de l’État, trouve un écho à la fois chez les exploitants forestiers et les représentants de l’administration28. La science sociale leplaysienne fait des adeptes dans ces milieux qui nouent une collaboration durable – organique – avec l’École de Le Play. Les travaux qu’ils consacrent à la forêt29, constituent, à leur insu, la postérité de la science concrète voulue par Le Play et restée dans les limbes manuscrites de Des Forêts.

Notes

1 La Société d’économie et de science sociales (SESS) continue la Société d’économie sociale fondée en 1856 par Le Play. C’est en préparant La Forêt pacifiée (1986), que nous avons pris connaissance de cet inédit de Le Play. Devenus membres de la SESS, nous avons proposé que la Société le publie.

2 F. Arnault en cite des extraits et l’analyse dans le chapitre V de sa thèse, « De l’art forestier à l’art des forêts » p. 36-45. Cf. Amault Françoise, Frédéric Le Play. De la métallurgie à la science sociale, thèse pour le doctorat d’État, université de Nantes, 1986.

3 Le premier écrit de Le Play est publié en 1832 dans les Annales des Mines et son œuvre se clôt par La Constitution essentielle de l’humanité (1881). Cf. en fin de présentation, la bibliographie de ses ouvrages.

4 Escard François, « Comment travaillait Le Play », La Réforme sociale, 16 mai 1907, p. 725.

5 Ribbe Charles de, Le Play d’après sa correspondance, Paris, 1884 ; Le Play Frédéric, Voyages en Europe 1829-1854. Extraits de sa correspondance, Paris, Plon, 1899.

6 Le Play F., La Méthode sociale, 1879, rééd. (avec une présentation d’A. Savoye), Paris, Méridiens Klincksieck, 1989, p 423.

7 Ibid., p. 245, note 1.

8 Chevalier Michel, Les Ouvriers européens par F. Le Play, Journal des Débats, 10 avril 1856. Il s’agit d’une longue étude, publiée sur plusieurs numéros, consacrée à l’ouvrage de Le Play édité l’année précédente.

9 Le Play F., La Méthode sociale, op. cit., p. 426.

10 Le contexte politique et social n’est peut-être pas étranger à cette non-parution. En effet, dans les années 1840, une vive polémique sur la question forestière oppose des représentants de l’École de Nancy comme Lorentz et Parade, des agents de l’administration, des propriétaires forestiers et des maîtres de forges (cf. Buttoud Gérard, L’État forestier, thèse pour le doctorat d’État, université de Nancy). Il est possible que ces conflits d’intérêts aient empêché la prise de position publique de Le Play.

11 Brooke Michael, Le Play, Engineer and Social Scientist, London, Longman, 1970.

12 Rétrospectivement, la difficulté de sa transcription (finesse de la graphie, abondance de mots techniques ou géographiques, etc.) peut aussi expliquer que le manuscrit soit resté aussi longtemps inédit.
Il n’est pas fortuit que les rares cas d’édition des manuscrits de Le Play, avant notre entreprise, aient été le fait de ses très proches (ses amis et correspondants, Charles de Ribbe et Emmanuel de Curzon, son propre fils, Albert), rompus au décryptage de son écriture…

13 On trouvera une biographie plus complète de Le Play dans Kalaora B. et Savoye A., Les Inventeurs oubliés, Champ Vallon, 1989.

14 Son premier voyage, alors qu’il est encore élève-ingénieur, lui laisse un souvenir marquant. En compagnie de son ami Jean Reynaud (futur adepte du saint-simonisme, militant républicain sous la Monarchie de Juillet, coéditeur de l’Encyclopédie nouvelle et sous-secrétaire d’État à l’Instruction publique du Gouvernement provisoire en 1848), il se rend en Allemagne et séjourne plusieurs semaines dans le Hartz.

15 Ces recherches commencèrent mal puisque Le Play fut victime, en mars 1830, trois mois après sa nomination, d’un grave accident de laboratoire où il faillit perdre l’usage de ses mains, et qui le tiendra éloigné de la révolution du mois de juillet.

16 Lefébure de Fourcy, l’auteur de sa notice biographique dans les Annales des Mines de juillet-août 1882, qui fut son collaborateur à la Commission de statistique, se souvient : « Chaque année, les ingénieurs eurent dès lors à dresser (quelques-uns en les maudissant) sept tableaux de dimensions uniformes, dont les têtes de colonne avaient été libellées par Le Play […]. C’est ainsi que 602 tableaux venaient, vers la fin de l’année, couvrir les tables de la mansarde donnée comme cabinet de travail au secrétaire de la Commission de statistique […] En quatre ou cinq mois, ces tableaux soigneusement dépouillés, se résumaient en un in-4°, de format, de caractère, de disposition toujours les mêmes, et contenant, en outre, pour relever l’intérêt de cette monotone publication, d’instructives notices sur les houilles, les fers, sur les métaux. »

17 Hippolyte Passy, ministre des Travaux publics et du commerce, au directeur général des Ponts et Chaussées, lettre du 18 juin 1836, A.N. F14, 2731 (2). D’autres missions suivront : en Russie méridionale (1837), dans le sud de la France et en Italie du nord (1838), le Nivernais (1839), à nouveau le Centre et le Midi de la France (1840), en Grande-Bretagne (1842), etc.

18 Pour ne pas dire sociologie, mot que Le Play n’a jamais employé, lui préférant, à partir des Ouvriers européens, celui de science sociale.

19 À partir de 1840, survient une autre raison d’étudier à fond les forêts. Le Play est nommé au mois de mai professeur de minéralurgie à l’École des mines. Il intègre, dans la quarantaine de leçons qu’il donne chaque année, un enseignement sur les propriétés physiques des bois, les principes de culture et d’exploitation des forêts, la fabrication du charbon de bois, etc.

20 La Revue forestière est lancée en juin 1841 ; en janvier 1842 lui succèdent les Annales forestières et métallurgiques. Toutes deux organes officieux de l’École de Nancy.

21 Sur ces débats, cf. Blais Roger, Une grande querelle forestière, la conversion, Paris, PUF, 1936.

22 Peter-Simon Pallas (1741-1811), appelé en Russie par Catherine II, se rendit célèbre par son exploration de la Sibérie, bientôt suivie d’autres voyages, notamment en Russie méridionale. Le Play ne pouvait qu’être sensible à son parti pris d’observation directe et à son esprit encyclopédique qui embrasse des disciplines aussi variées que l’histoire naturelle, la physique, l’agriculture, la linguistique, les arts, etc.

23 Dès 1842, à propos de ses recherches sur les gisements houillers du Donetz, Le Play avait énoncé le principe méthodologique d’une primauté donnée à l’observation directe : « Je me suis d’abord imposé la règle de n’indiquer aucun fait que je n’aie observé moi-même pendant mon séjour dans le pays […] » (Le Play F., Exploration des terrains carbonifères du Donetz, Paris, Bourdin, 1842, in Demidoff A., Voyage dans la Russie méridionale et la Crimée, 1840-42, tome IV).

24 Depuis 1834, Le Play est chargé de dresser les statistiques annuelles de l’industrie minière et métallurgique (cf note 15).

25 F. Amault développe une idée analogue lorsque, résumant le projet de Le Play, elle écrit : « […] l’étude de la forêt (telle que la conçoit Le Play, ndr) peut être dans sa totalité considérée comme une étude sociologique où la connaissance des lois naturelles est nécessaire pour apprécier une pratique forestière qui servira ensuite de révélateur à une organisation sociale » (op. cit., p. 42).

26 Une mention particulière doit être faite, cependant, de son dernier mémoire publié dans les Annales des Mines (III, 1853) qui concerne la métallurgie au bois : « De la méthode nouvelle employée dans les forêts de la Carinthie pour la fabrication du fer, et des principes auxquels doivent recourir les propriétaires de forêts et d’usines à bois pour soutenir la lutte engagée en Europe entre le bois et le charbon de terre. »

27 Le Play Frédéric, La Réforme sociale en France, Paris, E. Dentu, deuxième édition, 1866, p. 249-250. Le Play y énonce les caractéristiques de la famille-souche parmi lesquelles la sauvegarde du patrimoine productif (atelier, exploitation agricole) transmis intégralement à un « héritier-associé », désigné de leur vivant par les parents, les autres enfants étant dédommagés en argent.

28 Du moins, ceux qui prônent une politique de restauration forestière non autoritaire, ménageant les intérêts des populations.

29 On trouve une analyse de cette rencontre et des travaux qui en ont découlé dans Kalaora B. et Savoye A., La Forêt pacifiée, Paris, L’Harmattan, 1986.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search