Version classiqueVersion mobile

Principes de géographie humaine

 | 
Paul Vidal de La Blache

Première partie. La répartition des hommes sur le globe

Chapitre I

Vue d’ensemble

Texte intégral

I. Inégalités et anomalies

1Pour apprécier les rapports de la terre et de l’homme, la première question qui se pose est celle-ci : comment l’espèce humaine est-elle répartie sur la surface terrestre ? ou, pour serrer de plus près, dans quelles proportions numériques en occupe-t-elle les différentes contrées ? Il est à présumer, en effet, bien que le critérium ne soit pas infaillible, que l’homme, rare ou nombreux, en groupes denses ou clairsemés, imprime au sol une marque plus ou moins durable, que son rôle est plus actif ou plus passif, qu’il s’exerce en tout cas d’une façon différente.

2Le géographe ne peut se contenter des chiffres que fournissent les statistiques officielles. Il faut bien qu’il y joigne les données que peuvent lui fournir des sources diverses, puisqu’il s’agit de déterminer, par la comparaison des espaces disponibles et des effectifs, jusqu’à quel degré est accomplie actuellement l’occupation humaine de la terre. Toutes les parties de la surface terrestre doivent entrer en ligne de compte ; ce qui, malgré l’insuffisance de certains renseignements, n’a rien aujourd’hui de chimérique. L’ensemble seul a une pleine signification, précisément par les différences, les contrastes et anomalies qu’il découvre. Ces anomalies ne laissent pas d’être suggestives. L’aire de répartition d’une espèce, qu’il s’agisse de l’homme ou de toute autre espèce vivante, n’est pas moins instructive par les lacunes et les discontinuités qu’elle révèle, que par les étendues qu’elle couvre.

  • 1 Otto Hubner’s geographisch-statistische Tabellen, 62. Ausg., Frankfurt-a-M., 1913.
  • 2 Europe, 448 millions d’habitants ; Inde (sans la Birmanie et les dépendances extérieures), 302 mill (...)

3On estime que la population de la terre, en 1913, s’élève environ à 1 631 517 000 habitants1. D’où il résulterait, pour l’ensemble de la terre, une densité moyenne de 11 habitants par kilomètre carré : chiffre qu’on peut traiter de pure abstraction, car, entre le maximum atteint par les civilisations avancées et le minimum réalisé par les sociétés rudimentaires, il ne correspond à aucune étape qui semble durable dans les contrées en voie de peuplement. Or, comment cette population est-elle répartie ? Les deux tiers des habitants de la terre sont concentrés dans un espace qui n’est que le septième de sa superficie2. L’Europe, l’Inde, la Chine propre et l’archipel du Japon absorbent à eux seuls plus d’un milliard d’habitants. C’est dans ce groupe de territoires, isolés les uns des autres, restés longtemps sans rapports directs, que se sont rassemblés tous les gros bataillons. Un autre groupe, il est vrai, s’avance depuis un siècle à pas de géant : on compte, en 1910, plus de 101 millions d’habitants aux États-Unis. Ce chiffre, toutefois, n’égale pas encore le quart de la population de l’Europe, à superficie à peu près égale.

4Bien plus fortement s’accusent les différences, si on les calcule entre contrées situées au Nord et contrées situées au Sud de l’équateur. La zone tempérée est loin d’atteindre sans doute dans l’hémisphère austral la même étendue que dans le nôtre ; mais si l’on compare la population du Sud du Brésil, des États de la Plata, du Chili, du Cap, de l’Australie et de la Nouvelle-Zélande à celle qui occupe des régions correspondantes et ni plus ni moins favorisées dans notre hémisphère, la disproportion, malgré les accroissements récents qui modifient peu à peu la balance, reste encore extrêmement marquée. Il faut évaluer à 15 millions environ de kilomètres carrés, une fois et demie l’Europe, l’étendue des contrées tempérées de l’hémisphère austral ; et ce n’est guère, tout compte fait, qu’au chiffre de 26 à 27 millions qu’on peut en estimer la population actuelle.

5Un certain rapprochement tend sans doute à s’opérer entre ces chiffres ; mais combien grande est encore la distance à conquérir, si tant est qu’elle doive être conquise ! On peut dire que, avant l’essor inouï de l’émigration européenne au XIXe siècle, phénomène qui représente un point tournant dans l’évolution du peuplement humain, la répartition de notre espèce sur le globe ne différait guère de ce que l’on observe aujourd’hui, par exemple, à Madagascar, où plus du tiers de la population s’accumule sur un espace qui n’est que le vingtième de l’île.

6De telles inégalités sont-elles justifiées par les conditions naturelles ? La multiplication de l’espèce humaine rencontre de graves obstacles, en partie insurmontables, soit dans une surabondance de vie végétale et microbienne, étouffant l’activité de l’homme, comme c’est le cas dans les silves équatoriales ; soit dans une pénurie qui, par insuffisance d’eau ou de chaleur, anémie en quelque sorte toutes les sources d’existence. Au contraire, la clémence du climat, l’abondance spontanée des moyens de nourriture sont des circonstances propices. On a essayé, à la suite de Candolle, de dresser le bilan des plantes nourricières d’après l’origine : si parmi les régions les plus favorisées on compte le domaine méditerranéen et l’Inde, le Soudan pourrait y figurer au même titre, et l’on ne voit pas que sa contribution ait jamais été bien forte au peuplement du globe. Un critérium plus sûr serait dans les facilités d’acclimatation qu’offrent certains climats. Celui, par exemple, où une période pluvieuse et chaude de quatre à cinq mois succède à des hivers de température et d’humidité modérées, permet à la végétation d’accomplir par an deux cycles et à l’homme de pratiquer deux récoltes. Les Européens s’émerveillent du changement à vue qui, de mai à juin, transforme les campagnes du Sud du Japon. Aux joies bruyantes de la moisson succède en un clin d’œil l’activité silencieuse des nouveaux germes qu’on vient de déposer dans le sol. Ce régime, qui est celui de l’Asie des moussons, a sûrement stimulé la fécondité humaine ; mais l’a-t-il fait partout ?

7Un autre type de climat favorable, quoique moins libéral en somme, est celui qui ménage à la végétation, après une interruption hivernale, une période d’au moins six mois de température dépassant 10 degrés, avec des pluies suffisantes. Le cycle est assez long pour ouvrir à l’acclimatation une marge considérable ; il est peu de céréales qui n’y trouvent place, et avec elles nombre d’arbres fruitiers et de légumineuses. Cette heureuse variété, par les compensations qu’elle offre et les garanties contre ce danger de famine qui fut le cauchemar des anciennes sociétés humaines, est assurément une des circonstances les plus propices qu’ait pu rencontrer leur développement.

  • 3 Type Tennessee ; type Missouri. (A. W. Greely, Rainfall Types of the United States, dans National G (...)

8Aucune de ces causes ne peut être négligée ; aucune ne peut suffire. Tout ce qui touche à l’homme est frappé de contingence. De toutes parts, à côté de domaines propices où l’homme a multiplié, on peut en signaler de semblables dont les effets ont été faibles ou nuls : à côté du Bengale surpeuplé, l’Assam et même la Birmanie faiblement occupés ; à côté du Tonkin, le Laos. Et qu’était, avant le dernier siècle, cette vallée du Mississipi dont le climat, avec ses pluies de printemps et de commencement d’été, est, au dire de A. W. Greely3, « une des principales bases sur lesquelles repose la prospérité de la grande République » ? Un terrain de chasse qui, devenu terrain agricole, ne peut opposer à l’Europe qu’une densité inférieure à 20 habitants par kilomètre carré.

9La même impression d’inégalité et d’anomalie nous frappe, si nous tournons notre attention vers ces marches-frontières de la terre habitée que l’homme n’occupe qu’à son corps défendant, sans doute sous la pression des populations voisines. Notre race a poussé des avant-postes dans les hautes altitudes, dans les déserts, dans les régions polaires. Il y a, dans cette extension de l’homme en dépit du froid, de la sécheresse, de la raréfaction de l’air, un défi qui est bien une des affirmations les plus remarquables de son hégémonie sur la nature. Dans ces domaines qui semblaient pour lui frappés d’interdit, l’homme s’est avancé ; mais pas partout du même pas. La force d’impulsion qui a poussé l’humanité hors de ses limites naturelles, s’est exercée inégalement suivant les régions.

  • 4 F. Foureau, Documents scientifiques de la Mission saharienne (Mission Foureau-Lamy), t. II, Paris, (...)

10C’est dans l’hémisphère boréal de l’ancien continent que les régions désertiques ont le plus d’étendue ; elles sont pourtant relativement moins dépourvues de population que les parties arides de l’Amérique et de l’Australie. L’homme a réussi à s’y accrocher à tout ce qui pouvait lui donner quelque prise. Les explorations qui de nos jours ont pénétré au plus profond des continents nous permettent de circonscrire à peu près les parties où l’homme ne paraît qu’à la dérobée et en fugitif. L’Arabie a le Dahna ; l’Iran, ses Khévir et ses Karakoum ; le Turkestan, son Taklamakan ; le Tibet, ses lugubres plateaux que l’on traverse des semaines entières sans rencontrer un être humain. Le Sahara oriental, dans le désert de Libye, qui a pourtant ses oasis, et le Sahara occidental, dans le Tanesrouft, sont des déserts au sens absolu. Mais, en dehors de ces parties tout à fait déshéritées, nous remarquons que, dans ces régions arides d’Afrique et d’Asie, pour peu que s’offre un espace moins inhospitalier, une population s’en est emparée. Dès qu’un peu d’eau apparaît ou se laisse soupçonner, l’homme, guettant ces points d’élection, a creusé des puits, pratiqué des canalisations qu’il a prolongées parfois par un effort sans cesse renaissant, obstiné devant l’aggravation des sévérités du climat à avoir tout de même le dernier mot. Il lutte comme agriculteur ; il lutte aussi comme pasteur, rôdant de pâturages en pâturages, à mesure qu’ils s’épuisent, ce qui ne tarde guère. On a dit de ces tribus touareg que, si peu nombreuses qu’elles soient, elles sont encore en excès par rapport aux ressources de la contrée4. Si donc il y a des contrées où l’on s’étonne de trouver trop peu d’hommes, il y en a d’autres où l’on peut s’étonner à bon droit d’en rencontrer trop.

11Les hautes altitudes sont l’équivalent des déserts. À 5 000 m, la pression de la colonne d’air a déjà diminué de moitié, les sources de chaleur vitale s’appauvrissent dans l’oxygène raréfié ; et cependant, dès 400 ou 500 m au-dessous de cette altitude, au Tibet, commencent à se montrer quelques bourgades en pierre et des rudiments de culture. Presque aussi haut, sur les plateaux du Pérou et de la Bolivie, se hasardent quelques établissements miniers et quelques lopins de terre. C’est dans les climats secs, exempts des brouillards intenses et de l’humidité équatoriale, que l’habitat permanent atteint ses plus grandes altitudes : il s’épanouit entre 3 000 et 2 000 m sur les plateaux tropicaux de la région sèche, au Mexique comme en Abyssinie et dans l’Yémen. Point de différence en cela entre l’ancien et le nouveau monde ; ces hauts plateaux furent même le séjour de prédilection des civilisations américaines. Mais, dans les montagnes de la zone tempérée, les choses ont pris un cours différent. La zone des pâturages, qui surmonte celle des forêts, est fréquentée dans le Pamir, l’Alaï, les Tian-chan, par les pâtres kirghiz à des hauteurs dépassant 4 000 m. Moins élevés, quoique dépassant parfois 3 000 m, sont les yaïlas, domaines où s’est implantée la vie pastorale des Kourdes et des Turcomans. Enfin le mot Alpes était déjà connu des anciens comme synonyme de hauteurs et de pâturages. Cette annexion régulière des hautes altitudes à la vie économique n’avait jusqu’à nos jours rien d’équivalent dans les Parcs des Montagnes Rocheuses, les Paramos des Andes, sans qu’aucune raison de climat ni même de faune justifiât ces différences. Sans doute la présence de l’homme n’y est que temporaire ; mais c’est précisément à l’envergure de ses migrations et de l’espace qu’elles englobent, que se mesure, dans ces régions en marge, la force d’expansion de l’humanité.

12La plus sensible inégalité, en somme pourtant, est celle qui se révèle entre le Nord et le Sud, entre l’hémisphère continental et l’hémisphère océanique, l’arctogée et la notogée de certains zoologues. C’est un fait remarquable que l’existence d’une chaîne de populations adaptées, sur presque toute l’étendue du front que les terres opposent au pôle boréal : de la péninsule des Tchouktches à la Laponie, du Groenland à l’Alaska. Numériquement faibles, elles rachètent cette infériorité par l’amplitude de leurs mouvements. On a trouvé des traces d’établissements temporaires jusqu’au-delà de 80° de latitude dans le Groenland. L’habitat ne saurait avoir, dans ces parages, de limites fixes. Un perpétuel va-et-vient y est la loi d’existence des animaux et des hommes. Il y a un flux et un reflux dans cette marée humaine qui bat les abords inhospitaliers du pôle septentrional. Nulle trace de cette énergie d’expansion, de cette force de conquête, ne se montre dans les extrémités méridionales que projettent les continents en face du pôle opposé. Le climat n’eût pas été plus défavorable ; tout au contraire. Les étapes intermédiaires n’eussent pas manqué entre la Terre de Feu et les terres antarctiques ; la distance de 700 à 800 km qui les sépare n’eût pas été au-delà des moyens de navigateurs tels que les Eskimaux. Et pourtant, il n’a pas été trouvé trace humaine dans l’intérieur des fiords relativement abrités de la Terre de Graham, à la latitude de l’Islande. L’effort a langui faute d’espace ; et l’infériorité relative que l’on constate chez les mammifères de l’hémisphère austral semble s’être étendue aux hommes.

13Il résulte de ce qui précède que la répartition des hommes ne s’explique pas par la valeur des contrées. Celui qui, jetant un regard de connaisseur sur les climats et les sols, essayerait d’en déduire le degré d’occupation humaine, s’exposerait à des mécomptes. Le calcul d’un fermier supputant les probabilités de récoltes d’après les qualités de ses champs, n’est pas de mise pour le géographe. Une foule d’anomalies nous avertissent que la répartition actuelle de l’espèce humaine est un fait provisoire, issu de causes complexes, toujours en mouvement.

14Actuellement, nous constatons, dans un coup d’œil d’ensemble, un chiffre approximatif représentant le total des hommes très inégalement répartis sur la surface terrestre. Cet état n’est qu’un point, et nullement un point d’équilibre, dans une évolution dont nous ne pouvons encore saisir que très imparfaitement les allures. Parmi les causes dont il dérive, il y en a qui persistent, d’autres qui s’éteignent, d’autres qui entrent en jeu. Le résultat actuel est essentiellement mobile et provisoire ; néanmoins, c’est un résultat, ayant comme tel la valeur d’un point de perspective, d’où il est possible d’observer rétrospectivement la marche des phénomènes, et peut-être de hasarder quelques prévisions.

  • 5 On observe même une légère diminution dans l’État d’Iowa de 1900 à 1910.

15Sur ce point, toutefois, une grande réserve s’impose. On a exprimé, au XVIIIe siècle, l’opinion que la terre pourrait tout au plus nourrir trois milliards d’habitants. Il suffirait à ce compte que la population actuelle doublât, comme elle a fait en Europe au XIXe siècle, pour que le plein fût dépassé. Témoins du peuplement actif de nombre de contrées nouvelles, nous sommes tentés aujourd’hui de nous croire en marche vers des totaux bien supérieurs. Nous pourrions peut-être nous tromper aussi, et exagérer les chances futures de population, comme nos devanciers étaient enclins à les réduire. Rien ne dit qu’il y ait, entre régions analogues, une densité normale atteinte par les unes, vers laquelle les autres s’acheminent. Il y a trente ou quarante ans, une des contrées les plus fertiles du monde, celle des Prairie States, au centre des États-Unis, s’est élevée presque d’un bond à 16 ou 17 millions d’âmes ; ce chiffre ne représente en somme qu’une densité de 15 à 20 habitants par kilomètre carré, bien inférieure à celle des contrées agricoles d’Europe ; et il ne semble pas, d’après les derniers recensements, qu’il y ait tendance à le dépasser5.

16La civilisation contemporaine met en mouvement, à côté de causes qui favorisent l’accroissement de la population, d’autres causes qui tendraient plutôt à la réduire. Si ce sont surtout les premières qui ont agi pendant le XIXe siècle, il se pourrait que les autres prissent le dessus au cours des générations suivantes.

II. Le point de départ

17On pourrait penser que les irrégularités que présente la répartition de l’espèce humaine sont dues à un état d’évolution peu avancée. L’homme étant nouveau venu dans certaines parties de la terre, on s’expliquerait que ces régions n’eussent pas encore le nombre d’habitants que mériteraient leurs ressources. Elles n’auraient commencé que tard à être atteintes par la marée montante du flot humain. Mais cette vue n’est pas confirmée par les faits ; car il semble que, presque sur tous les points de la terre, l’homme est un hôte déjà très ancien.

18Les recherches qui ont été poussées de nos jours dans les parties les plus diverses de la surface terrestre ont mis à jour, soit sous forme de squelettes, soit sous forme d’objets travaillés, des traces presque universelles de l’antique présence de l’homme. Des enquêtes systématiques dans l’Amérique du Nord ont conclu à la diffusion générale de l’homme quaternaire sur ce continent. Ni dans l’Amérique du Sud, ni au Cap, ni en Australie, c’est-à-dire dans les parties de la terre qu’on pourrait croire arriérées, les antiques vestiges humains ne font défaut. C’est un fait acquis que dès les âges dits paléolithiques, tandis que les glaciers qui avaient envahi une partie des continents n’avaient pas encore accompli leur retrait définitif, l’humanité avait déjà réalisé un progrès qui constitue, dans la classe supérieure des êtres vivants, une véritable singularité géographique : elle avait étendu son aire d’habitat dans des proportions telles qu’elle équivalait presque à l’ubiquité. Ce privilège de quasi-ubiquité, elle l’avait communiqué déjà, ou devait le communiquer dans la suite, aux animaux entrés dans sa clientèle, notamment au chien, son précoce acolyte.

  • 6 Ch. Darwin, Descendance de l’homme, chap. VII, p. 197 (trad. fr. de M. E. Barbier, Paris, 1874).

19Cette « vaste et précoce diffusion », suivant l’expression de Darwin6, suppose l’exercice d’une mentalité supérieure ; elle prouve qu’il était de longue date armé des dons intellectuels et sociaux qui pouvaient assurer son succès dans la lutte pour l’existence. Dès lors et pas plus tôt commence l’œuvre dont nous avons à nous occuper ici, l’œuvre géographique de l’homme. Les routes de la géographie se détachent à ce moment de celles de l’anthropologie. Par quelle suite d’acquisitions et de perfectionnements, mêlés de pertes à certains égards, l’organisme humain était-il entré en possession de ces précieux avantages ? À l’anthropologie de le rechercher. Nous ne pouvons ici que jeter un regard furtif sur ces questions d’origine. Ce n’est pas le début, mais l’aboutissement d’une longue évolution antérieure qui correspond au moment où l’homme s’est répandu sur la terre.

20À une époque où ni le climat, ni la configuration des terres et des mers ne correspondaient exactement à l’état actuel, il se présente à nous comme un être constitué de longue date en ses traits fondamentaux, en possession d’une quantité de traits communs qui excèdent de beaucoup la somme des différences. Si intéressant qu’il soit de constater chez l’Australien ou le Négrito un moindre développement de la colonne vertébrale, une gracilité plus grande des membres inférieurs servant de support au tronc, ces différences sont peu de chose en comparaison de la chaîne de ressemblances physiques et morales qui unit entre eux les membres du genre humain et en fait un tout.

21Je ne puis parler qu’en passant de l’enquête ethnographique qui, de nos jours, s’est étendue aux peuples les plus divers. Sous les variantes des milieux ambiants, une impression d’unité domine. Comment expliquer qu’à travers ces différences on ait tant d’occasions de constater entre contrées très éloignées des similitudes et des convergences ? Sur les principaux incidents de l’existence, et particulièrement sur la mort, la maladie, la survivance des âmes, des idées qu’on peut regarder comme le triste et universel partage de l’humanité ont engendré des rites, des superstitions, des représentations figurées, masques ou statuettes, tout un matériel ethnographique analogue. Il y a un fond primitif commun, sur lequel l’homme se rencontre à peu près partout semblable à lui-même. Conformément aux mêmes idées il a dressé, aligné, échafaudé des blocs ou simplement amoncelé des pierres pour abriter des sépultures. Suivant les mêmes arrangements il a construit en Suisse et en Nouvelle-Guinée des cases lacustres sur pilotis. On peut se demander si ces analogies ne s’expliquent pas par des emprunts réciproques, car les relations, même à grande distance, n’ont jamais manqué absolument. Les emprunts deviennent toutefois fort invraisemblables entre contrées arides séparées par la zone équatoriale, ou entre contrées tropicales séparées par des océans. Combien n’a-t-il pas fallu de siècles, en Europe même, pour que l’usage du fer, connu sur les bords de la Méditerranée, se répandît en Scandinavie ? L’hypothèse d’emprunts, quand elle ne s’appuie que sur ces analogies mêmes, est gratuite. Il faut se rappeler que nos conceptions et nos habitudes se sont accumulées sur un tuf plus ancien et plus profond qu’on n’imagine.

22Cette diffusion générale de l’espèce humaine s’effectua par des voies que nous n’avons pas le moyen de retracer. Soit qu’il y ait eu un centre unique de dispersion, soit qu’on admette une pluralité qui, en tout cas, ne put être qu’assez restreinte, il faut que l’humanité ait trouvé devant elle de vastes espaces continus pour se répandre. Un morcellement insulaire eût été incompatible avec les déplacements que suppose cette extension. C’est comme être terrien, par les moyens de locomotion appropriés à son organisme, qu’il put franchir des distances qui nous étonneraient si nous ne savions pas de quoi sont capables les peuples primitifs. La mer n’entra que plus tard au service des migrations humaines. Il est significatif que les tribus vivant à proximité de la mer ou même dans des archipels, comme ces Négritos épars sur les côtes méridionales de l’Asie, soient restées étrangères à toute vie maritime. L’usage de la navigation est un progrès tardivement acquis, qui resta longtemps l’apanage d’un petit nombre, et qu’on ne saurait compter au rang de ces inventions primordiales qui hâtèrent universellement la diffusion de l’humanité.

23Quand les Européens ont étendu leurs découvertes et leurs observations sur l’ensemble du globe, ils ont trouvé beaucoup de tribus qui ignoraient l’usage de la voile, d’autres qui ne pratiquaient pas la poterie, un plus grand nombre auxquelles les métaux étaient inconnus ; mais la possession du feu faisait partie du patrimoine commun. Des trouvailles d’objets calcinés accompagnent les plus anciennes traces de l’homme. La différence des procédés en usage pour obtenir le feu, par frottement, par percussion, ou autres moyens plus particuliers, indique que l’invention dut s’accomplir d’une façon indépendante en différents points de la terre. Il n’est pas interdit de penser que ce fut dans une des régions tropicales à intervalles de saison sèche que l’invention fit fortune. Lorsqu’on nous conte comment les indigènes de l’Afrique tropicale recueillent, sur une couche d’herbes sèches particulièrement inflammables, la poudre incandescente qu’ils ont fait jaillir en frottant une pièce de bois tendre avec une pièce de bois pointue, il semble qu’on assiste à une des expériences décisives qui donnèrent lieu à la conservation et au transport de la flamme une fois obtenue. Le climat qui met à portée l’un de l’autre le tapis desséché de la brousse et le bois dur, c’est-à-dire le combustible et l’allumette, représente le milieu le plus favorable à la marche de cette invention. C’est là sans doute que vécurent les Prométhées inconnus qui parvinrent les premiers à s’approprier cette force incalculable que recélait un jaillissement d’étincelle.

24L’extension presque universelle d’une très ancienne humanité s’explique par la possession de cette arme. Le feu n’était pas seulement un instrument d’attaque et de défense contre la faune rivale, à laquelle elle avait à disputer son existence ; il lui fournit la possibilité de s’éclairer, de cuire ses aliments. L’homme put ainsi s’accommoder à peu près de tous les climats, disposer d’un plus grand nombre de moyens de nourriture. Il fut plus libre de se mouvoir à travers la création vivante.

  • 7 Voir notamment les calculs de Kurt Hassert (Pelermanns Mitt., XXXVII, 1891, p. 152; carte, pl. 11).

25Ce ne fut, il est vrai, qu’une couche très mince et discontinue que la population qui se répandit ainsi sur la surface de la terre. La comparaison des peuples actuels dont les genres de vie se rapprochent de ceux que pratiquaient ces primitifs, peut donner quelque idée de la densité moyenne qu’ils pouvaient atteindre. Exceptons comme négligeable la minime somme d’habitants relégués au-delà du cercle polaire ou dans les déserts intertropicaux : il y a, aux abords de 60° latitude Nord, une série de peuples de civilisation relativement fixée, auxquels la chasse et la pêche, accompagnées chez quelques-uns d’un peu d’élevage et d’agriculture, fournissent le principal de leur subsistance. Tchouktches, Toungouses, Iakoutes, Samoyèdes, Lapons, etc., circulent ainsi à travers cet ensemble de forêts, steppes et toundras qui composent dans l’Asie septentrionale un paysage peu différent de celui où nos paléolithiques de l’Europe centrale chassaient le renne. Un nomadisme réglé d’après les migrations des animaux, ainsi que la nécessité de ne se mouvoir que par petits groupes : telles sont les conditions actuelles, analogues à celles qu’on entrevoit dans le lointain passé. Elles sont favorables à une large diffusion en espace, comme le prouve l’extension des Eskimaux, et elles s’accordent ainsi avec les faits que constate l’archéologie préhistorique. C’est donc une leçon d’archaïsme que nous donne cet état social. Lorsqu’on a essayé d’évaluer en chiffres la population de ces peuples7 qui garnissent sur une étendue immense la ceinture boréale des continents, les calculs les plus probables ne sont pas arrivés à un total de 500 000 habitants : ce n’est pas même 1 par kilomètre carré ; ils ne composeraient pas, à eux tous, la population d’une seule de nos grandes villes de deuxième ordre ! De vastes espaces n’ont pu être occupés autrement pendant la période, décisive déjà pour l’avenir, de la création vivante, où l’homme, armé du feu, entra, nouveau champion, dans l’arène.

  • 8 Musée National de Copenhague.

26Ce n’est pas que, dès cette époque, il ne se soit formé sur certains points de premières ébauches de condensations humaines. La pêche, plus que la chasse, y donna lieu. Parmi les amas de rebuts de cuisine (kjökkenmöddingen) trouvés sur les côtes de Danemark, où des débris d’oiseaux et de bêtes sauvages se mêlent à des amoncellements d’arêtes de poissons et d’écailles de mollusques, il y en a qui n’ont pas moins de 400 pieds de long, 120 de large, et jusqu’à 8 pieds de haut8. Ils datent d’une époque où l’homme n’avait d’autres instruments que des os ou des silex taillés, ni d’autre animal domestique que le chien. L’abondance du menu, autant que les dimensions des amas, montrent que des groupes relativement nombreux ont vécu là. La mer, au contact des côtes ou des bancs qui favorisent l’accomplissement des fonctions vitales, est une grande pourvoyeuse de nourriture. Des témoins ont décrit, sur les côtes méridionales du Chili, les scènes qui se déroulent à marée basse, quand non seulement hommes et femmes, mais chiens, porcs et, avec de grands cris, oiseaux de mer accourent vers la provende laissée par le flot, vers la table que quotidiennement la nature tient ouverte à tous ces commensaux.

  • 9 J. W. Powell, Seventh Annual Report of the Bureau of Ethnology, 1885-86, Washington, 1891, p. 30 et (...)

27La vie de pêche côtière suppose un certain degré de sédentarité qui s’accommode d’une densité supérieure. C’est elle qui, dès les temps très anciens, a ramassé sur les côtes du Japon une population de professionnels, vivant de poissons crus, dont le nombre, encore aujourd’hui, égale le vingtième de la population totale de l’Empire du Soleil-Levant. Peut-être a-t-elle contribué aussi à condenser les populations de la Chine méridionale. Sur les côtes de la Colombie britannique, les ethnologistes américains ont remarqué que les tribus Nutkas, Thlinkits, Haïdas, qui se livraient à la pêche, avaient une densité très supérieure à celle des Algonquins vivant de chasse dans l’intérieur des continents9.

28On saisit dans ces faits le premier anneau de chaînes qui ne se sont pas rompues ; on perçoit des conséquences significatives de différences sociales déjà applicables à ces anciens âges.

29N’exagérons pas cependant. Une contrée que son isolement conserve archaïque, l’Islande, peut servir de terme de comparaison. Dressée au milieu de l’océan comme un pilier d’appel pour les êtres vivants de l’air et des eaux, elle ménage aux poissons l’abri de ses fiords, aux oiseaux de mer les anfractuosités de ses falaises, à tous des refuges où ils viennent frayer et nicher ; et dans ce pullulement de vie animale ne manquait pas encore il y a un demi-siècle le grand pingouin, l’Alca impennis, un des animaux aujourd’hui disparus dont les restes entrent dans la composition des kjökkenmöddingen. La population humaine n’a pas manqué d’affluer aussi à ce rendez-vous, particulièrement sur la côte de l’Ouest, baignée par les courants chauds. Les contingents, si clairsemés dans l’intérieur, s’y renforcent. Mais à combien se monte au total la densité de l’étroite bande littorale ? À 9 habitants environ par kilomètre carré. C’est sans doute, par analogie, le maximum qu’on puisse envisager pour les époques primitives.

30Que sur de vastes espaces, parcourus par des poignées d’hommes, certaines places favorisées en aient retenu ensemble un plus grand nombre : il faut donc l’admettre. Mais ce maximum ancien de densité ne représenterait qu’un minimum dans les conditions actuelles ; c’est le plus que puissent atteindre les libres dons de la nature.

31Il y a lieu de se demander si cette espèce humaine aux rangs si clairsemés a pu exercer déjà une influence sensible sur la physionomie de la terre. Serf des conditions naturelles, l’homme était-il en mesure de les modifier ? Il ne faudrait peut-être pas se hâter de conclure par la négative. Les usages du feu sont multiples ; rien ne prouve qu’il se soit borné à allumer des foyers fugitifs, comme ceux qui noircissent pour quelques jours le sol, là où a stationné un campement de nomades. L’idée de ménager des espaces découverts est née, comme la domestication du chien, d’un besoin de sécurité et de vigilance, qui semble avoir présidé dès les premiers temps aux moindres établissements humains. À défaut d’instruments capables de venir à bout des arbres, le feu offrait le moyen d’extirper la végétation parasite, de dégager le sol environnant, d’écarter les possibilités d’embuscades et de surprises.

32L’humidité du climat ne protège la forêt que lorsqu’elle n’est pas interrompue périodiquement par le retour de longs mois de sécheresse. Les incendies de brousse qui avaient frappé le navigateur Hannon le long des côtes du Sénégal, se pratiquent encore en grand jusque dans les parties les plus intérieures de l’Afrique. La cendre de certaines plantes fournit le sel, condiment essentiel de nourriture ; l’herbe croît plus fine et plus savoureuse, plus recherchée par les antilopes, à la suite des incendies qui ont amendé le sol. Et si le chasseur tire parti de ces avantages, il n’est pas dit qu’ils aient passé inaperçus pour ceux de ses compagnons ou de ses compagnes qui pratiquaient déjà la cueillette de certaines graines alimentaires. L’usage de semer des grains sur brûlis, pour en tirer successivement deux ou trois récoltes, est une des formes les plus universellement répandues de culture primitive. Elle s’associe naturellement à la vie de chasse ; comme on le voit encore chez les tribus Gonds, Bhils ou autres, qui hantent les plateaux herbeux de l’Inde centrale.

33Beaucoup de parties de la terre ont échappé sans doute à toute modification sensible pendant ces périodes, puisqu’il en reste encore aujourd’hui que l’action de l’homme n’a pas atteintes. Mais il n’en fut pas de même partout. Le paysage naturel fut entamé à l’endroit le plus sensible. La réduction de l’étendue forestière au Nord et au Sud de la zone équatoriale est un fait qui frappe les observateurs spéciaux. L’existence de nombreux représentants du sous-bois dans des espaces aujourd’hui découverts, la transformation de lianes qui, d’aériennes, sont devenues quasi souterraines pour s’adapter à de nouvelles conditions d’existence, semblent indiquer qu’une partie du domaine immense occupé par la savane a été taillé aux dépens de la forêt. Si l’on voit celle-ci, dès qu’on s’éloigne de quelques degrés de l’équateur, se réfugier, pourchassée des plateaux et des croupes, dans les ravins et vallées, le climat seul n’est pas responsable de cette élimination. Beaucoup de vestiges de l’âge de pierre, par exemple dans le Fouta-Djalon et le Soudan occidental, nous avertissent qu’il faut beaucoup tenir compte de l’homme. C’est dans ces régions que s’est déroulé le premier acte de cette lutte aveuglément sans merci que l’homme a engagée et qu’il poursuit encore contre l’arbre.

34Son action s’exerçait à cet égard, de complicité avec la puissante faune d’herbivores que l’époque miocène avait répandue dans le monde. Réunies par bandes énormes, telles que les ont décrites avec stupéfaction certains observateurs, dans l’Afrique centrale, les antilopes sont, à certains moments de l’année, une armée dévorante, dont les jarrets nerveux étendent au loin les ravages. D’immenses quantités de nourriture herbacée ont dû alimenter les besoins de ces troupeaux d’hémiones, onagres, chevaux, éléphants sauvages, ainsi que de ces bisons qui, avant 1870, s’étaient multipliés par plusieurs dizaines de millions dans les Prairies des États-Unis. L’herbe renaît à la pluie suivante, mais les jeunes pousses d’arbres sont détruites. Dans la concurrence toujours allumée entre l’herbe et l’arbre, l’action de ces armées d’herbivores, dont nous ne voyons plus aujourd’hui que des effectifs réduits, pesa certainement d’un grand poids. L’homme, plus tard, eut à les combattre pour défendre contre eux ses cultures ; mais à l’origine il avait trouvé en elles des auxiliaires pour l’aider à se faire place nette.

Notes

1 Otto Hubner’s geographisch-statistische Tabellen, 62. Ausg., Frankfurt-a-M., 1913.

2 Europe, 448 millions d’habitants ; Inde (sans la Birmanie et les dépendances extérieures), 302 millions ; Chine propre, 326 millions ; Japon (sans les dépendances), 52 millions.

3 Type Tennessee ; type Missouri. (A. W. Greely, Rainfall Types of the United States, dans National Geog. Mag., V, 1893, p. 46.)

4 F. Foureau, Documents scientifiques de la Mission saharienne (Mission Foureau-Lamy), t. II, Paris, 1905, p. 840.

5 On observe même une légère diminution dans l’État d’Iowa de 1900 à 1910.

6 Ch. Darwin, Descendance de l’homme, chap. VII, p. 197 (trad. fr. de M. E. Barbier, Paris, 1874).

7 Voir notamment les calculs de Kurt Hassert (Pelermanns Mitt., XXXVII, 1891, p. 152; carte, pl. 11).

8 Musée National de Copenhague.

9 J. W. Powell, Seventh Annual Report of the Bureau of Ethnology, 1885-86, Washington, 1891, p. 30 et suiv.

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search