Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

Sociologies économiques française et chinoise : regards croisés

 | 
Laurence Roulleau-Berger
, 
Liu Shiding

Les auteurs

Volltext

1Tania Angeloff est sociologue du genre et du travail, enseignante-chercheure à l’Université Paris-Dauphine, membre de l’Institut de recherche interdisciplinaire en sciences sociales (IRISSO) et du laboratoire Enquête-Terrains-Théories (ETT) au Centre Maurice Halbwachs. Elle est également membre du comité directeur du GDRE-MAGE (Marché du travail et genre) ainsi que du comité éditorial de la revue Travail, genre et sociétés. Depuis une dizaine d’années, elle s’intéresse aux questions de genre et d’emploi dans une perspective comparative internationale en France, au Royaume-Uni et en Chine. Elle a publié, en 2010, Histoire sociale de la Chine : 1949-2009, Paris, La Découverte (Repères) et, en 2012, a codirigé avec Marylène Lieber l’ouvrage collectif Chinoises au xxie siècle. Ruptures et continuités, Paris, La Découverte.

2Céline Cholez est maître de conférences à Grenoble-INP Génie industriel et au laboratoire PACTE. Elle développe ses recherches dans les champs de la sociologie du travail et de l’activité et de la sociologie économique. Ses publications récentes sont : « Various corporate citizenships in BOP markets », avec Pascale Trompette, The Political Economy of Corporate Citizenship, K. Svedberg Helgesson et U. Mörth éd., New York, Palgrave (Citizenship Transitions), 2013 ; « Bridging access to electricity through BOP markets : between economic equations and political configurations », avec Pascale Trompette et al., Review of Policy Research, vol. 29, no 6, 2012, p. 713-732 ; « L’exploration des marchés BOP : une entreprise morale », avec Pascale Trompette et al., Revue française de gestion, no 9, 2011, p. 117-135 ; « Une écologie des activités de travail : les territoires négociés des chauffeurs-livreurs », Recherches qualitatives, vol. 30, no 1, 2011, p. 108-130.

3Didier Demazière est directeur de recherche au CNRS, membre du Centre de sociologie des organisations (CNRS et Sciences Po). Ses recherches portent sur les professions et les carrières, et, dans cette perspective, ses travaux actuels sont consacrés aux élus professionnels de la politique et aux marchés du travail sportif. Il est aussi particulièrement intéressé par les questions méthodologiques, notamment les entretiens biographiques et la comparaison internationale. Il a publié récemment : Être chômeur à Paris, Sao Paulo, Tokyo. Une méthode de comparaison internationale, avec Nadya Araujo Guimarães, Helena Hirata et Kurumi Sugita, Paris, Presses de Sciences Po, 2013 ; Comparer. Enjeux théoriques et méthodologiques, avec Olivier Giraud et Michel Lallement, vol. 55, no 2 de Sociologie du travail, 2013. Par ailleurs il prépare avec Morgan Jouvenet un ouvrage collectif présentant et discutant l’œuvre du sociologue américain Andrew Abbott.

4Morgan Jouvenet est chargé de recherche au CNRS, membre du laboratoire Printemps (UMR 8085, CNRS - Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines). Ses travaux portent sur les mondes scientifiques, sportifs et artistiques. Il a publié Rap, techno, électro… Le musicien entre travail artistique et critique sociale, ouvrage consacré à l’organisation de la production musicale, paru en 2006 aux Éditions de la Maison des sciences de l’homme, et qui a reçu en 2008 le prix « jeune sociologue » de l’Association internationale des sociologues de langue française. Outre l’enquête sur le rôle des agents de joueurs exploitée ici, il travaille avec Didier Demazière à un ouvrage collectif présentant et discutant l’œuvre du sociologue américain Andrew Abbott.

5Michel Lallement est professeur de sociologie au Conservatoire national des arts et métiers (Paris), titulaire de la chaire d’Analyse sociologique du travail, de l’emploi et des organisations. Il s’est spécialisé dans l’étude de l’organisation du travail, des marchés de l’emploi et des relations professionnelles, avec un intérêt pour la question du genre et un goût pour les comparaisons internationales. Il mène actuellement une recherche sur la façon dont, par leur éthique et leurs pratiques, les hackers contribuent à l’invention d’un nouveau paradigme du travail. Parmi ses publications récentes, on peut noter : « Europe and the economic crisis. Forms of labour market adjustment and varieties of capitalism », Work, Employment and Society, vol. 25, no 4, 2011 ; « An experiment inspired by Fourier : J.B. Godin’s Familistere in Guise », Journal of Historical Sociology, vol. 25, no 1, 2012 ; Die gesellschaftliche Verortung des Geschlechts, co-édité avec Theresa Wobbe et Isabelle Berrebi-Hoffmann, Francfort, Campus, 2011 ; Trajectoires des modèles nationaux. État, démocratie et travail en France et en Allemagne, co-édité avec Olivier Giraud et Michèle Dupré, Francfort, Peter Lang, 2012 ; Tensions majeures. Max Weber, l’économie, l’érotisme, Paris, Gallimard (NRF Essais), 2013.

6Lei Kaichun, docteur en sociologie, est maître de conférences de sociologie à l’Institut d’études de la jeunesse à l’Académie des sciences sociales de Shanghai. Ses domaines de recherche sont la psychologie sociale, le capital social et la migration.

7Li Guowu est professeur dans le département de sociologie de l’Université centrale des finances et d’économie en Chine. Ses recherches sont centrées sur les clusters industriels, les zones de développement économique et les organisations non lucratives. Il a publié dernièrement : « Social demand, resource supply, institutional transition and the development of civil organizations », Chinese Journal of Sociology, vol. 31, no 6, 2011 ; « The tournament system and the growth of provincial development zones in China », Chinese Journal of Sociology, vol. 31, no 2, 2011 ; « Research on organizations of network forms : reviews and prospects », Chinese Journal of Sociology, vol. 30, no 3, 2010 ; « Relational embeddedness and the cooperative behavior of family workshop », Jilin University Journal Social Sciences Edition, vol. 50, no 4, 2010.

8Liu Aiyu est professeur de sociologie et vice-directrice du département de sociologie, à l’Université de Pékin. Ses principaux domaines de recherche sont la sociologie du travail, les études des organisations, les mobilités et les stratifications sociales. Ses publications principales sont : Choices. State-owned Enterprises Reform and the Workers’ Subsistence Action (2005), 3e prix des Universités du ministère de l’Éducation en Chine ; Reform of SOEs and Action Response of Laid-off Workers (2006) ; Job Satisfaction. A Comparison between Peasant Work and Urban Worker (2010) ; Becoming Urban Citizen for Migrant Workers in the Process of Urbanization (2012) ; Employment Instability and Insecurity in China (2012).

9Liu Shiding est professeur au département de sociologie de l’Université de Pékin. Il a aussi été directeur-adjoint du département de sociologie, et directeur du Centre pour la recherche sociologique et les études du développement de la Chine à l’Université de Pékin. Chercheur de premier plan en sociologie économique, il poursuit ses travaux et ses projets sur un ensemble de problématiques variées, incluant les changements institutionnels en Chine, les « townships and villages enterprises », la citoyenneté dans les zones de haute technologie, les institutions financières, les marchés du travail, et la théorie des jeux. Il a publié de nombreux articles et ouvrages. Parmi les plus récents : The Thought on « Annexing People » - « Acquiring Territory » in Xunzi [un classique d’avant la dynastie Qin, il y a deux mille ans] and the Theory of Efficient Scale of the State (2014) ; Possession to Resources of Economy and Social Definition of Property Rights : a Analytical Framework (2014) ; Game Theory Methods in the Organization Research (2013) ; Three Types of Discrimination against Migrant Workers in the Labor Markets and Logical Consequences (2012) ; State Building and Government Behaviors in China (2012, éd.) ; Chinese Family Dynamics (2011, éd.).

10Liu Yuzhao est professeur et vice-directeur du département de sociologie à l’Université de Shanghai. Il a obtenu son doctorat de sociologie à l’Université de Pékin. Ses centres d’intérêt incluent le développement des institutions et des organisations en Chine, les relations entre sociétés urbaines et rurales, les populations flottantes et les immigrants dans les grandes villes. Il dirige actuellement trois programmes de recherche : l’un sur les droits de propriété collective et les transformations sociales dans les villages ; le deuxième sur la théorie et les droits et la protection des intérêts des populations flottantes en Chine ; le troisième sur l’intégration sociale des nouveaux immigrants dans les villes chinoises. Il a publié de nombreux articles et ouvrages dont récemment : Organization Changing in Rural Industrialization, avec Tian Qing, Shanghai, Gezhi Press, 2009 ; « How to put into effect of the new institutions ? Tongbian as the new mechanism of institutions changing », Sociological Studies, vol. 4, 2009 ; « The origin of properties and the boundary of villages : the division of collective properties during the process from villages to neighborhood committee », Exploration and Free Views, vol. 11, 2012 ; Taishang Study, Taibei, Wunan Press, 2012 ; Sociology, vol. 3, 2013 ; Chinese Social Science Digest, vol. 4, 2013. Depuis 2004 Liu Yuzhao est rédacteur en chef de Chinese Journal of Sociology.

11Qiu Zeqi est professeur de sociologie au département de sociologie de l’Université de Pékin. Après une licence de biologie, il a fait un master en histoire des sciences et des techniques, puis un doctorat en sociologie. Il a travaillé pendant plus de dix ans avec Fei Xiaotong sur les études du développement et plus de dix ans sur les technologies de l’information et de la communication (TIC) et les changements organisationnels. Il travaille actuellement toujours sur les impacts des TIC et les dynamiques des réseaux sociaux dans une perspective multidisciplinaire.

12Laurence Roulleau-Berger, sociologue, est directrice de recherche au CNRS, membre de Triangle, École normale supérieure de Lyon. Elle a développé ses recherches en sociologie urbaine, en sociologie économique et en sociologie des migrations en Europe et en Chine. Elle a ouvert une réflexion épistémologique sur la désoccidentalisation de la sociologie. Elle a publié un nombre important d’articles et d’ouvrages dont les plus récents sont : La nouvelle sociologie chinoise, avec Guo Yuhua, Li Peilin, Liu Shiding éd., Paris, CNRS Éditions, 2008 ; Migrer au féminin, Paris, PUF, 2010 ; Désoccidentaliser la sociologie. L’Europe au miroir de la Chine, La Tour-d’Aigues, Éditions de l’Aube, 2011 (traduction chinoise : Pékin, Social Sciences Academic Press, 2014) ; European and Chinese Sociologies. A New Dialogue, avec Li Peilin éd., Leyde-Boston, Brill Publishers, 2012 ; Sociologies et nouveaux cosmopolitismes, Toulouse, PUM, 2012 ; China’s Internal and International Migration, avec Li Peilin, Londres, Routledge, 2013. Elle dirige deux collections : De l’Orient à l’Occident, ENS Éditions ; Post-Western Social Sciences and Global Knowledge, Brill Publishers.

13Shen Yuan est professeur et directeur du département de sociologie de l’Université de Tsinghua. Il est également membre du comité de rédaction de Critical Sociology. Ses études portent sur le travail, les mouvements sociaux et le marxisme sociologique. Depuis 2012 ses principales publications sont : Social Transformation and the New Generation of Migrant Workers, Pékin, Social Files Publishing House, 2013 ; « Worker-intellectual unity : trans-border sociological intervention in Foxconn », Current Sociology, vol. 62, no 2, 2014 ; « Unstable working : a feature of the employment of young Nongminggong », Tsinghua Sociological Review, vol. 5, 2013 ; « Actions and dilemmas : the conflicts between new generation of nongminggong to the migrant labor regime », Tsinghua Sociological Review, vol. 5, 2013 ; « The politics of residence. Positive research on the protests movements of Homeowners in B city », Opening Age, vol. 2, 2012 ; « Labor studies under the perspective of social transformation », Tsinghua Sociological Review, vol. 5, 2012.

14Philippe Steiner est professeur de sociologie à l’Université de Paris-Sorbonne et membre de l’Institut universitaire de France. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages dans le domaine de la sociologie économique : La sociologie économique, 1890-1920, en collaboration avec Jean-Jacques Gislain, Paris, PUF, 1995 ; Sociologie de la connaissance économique. Essai sur les rationalisations de la connaissance économique, 1750-1850, Paris, PUF, 1998 ; La sociologie économique, Paris, La Découverte, 1999. Ses travaux récents portent sur la sociologie de la transplantation d’organes (La transplantation d’organes. Un commerce nouveau entre les êtres humains, Paris, Gallimard, 2010), les très hauts revenus (Les rémunérations obscènes, Paris, La Découverte, 2011) et l’histoire des sciences sociales (Durkheim and the Birth of Economic Sociology, Princeton, Princeton University Press, 2011).

15Tong Xin est professeur au département de sociologie de l’Université de Pékin. Elle est directrice de recherche du Centre sur les travailleurs chinois, directrice-adjointe du Centre d’études de la femme à l’Université de Pékin, et présidente de l’Association de recherche de Pékin sur le mariage et la famille. Ses recherches sur le travail portent sur le marché du travail et l’emploi informel en Chine. Elle a aussi étudié l’histoire du travail en Chine et la réforme de la classe ouvrière. Ses recherches sur le genre concernent la socialisation professionnelle, le mariage et la famille et s’appuient sur la théorie de l’individualisation et la vie quotidienne en Chine. Ses dernières publications : « Gender, division of labor, and social mobility in the small-scale restaurants in China », Analysing Gender, Intersectionality, and Multiple Inequalities : Global, Transnational and Local Contexts, E. Ngan-Ling Chow, M. Texler Segal et Lin Tan éd., Bingley, Emerald Group Publishing (Advances in Gender Research, 15), 2011 ; « Industrial relations and labor rights in the security services industry », Comparative Economic & Social Systems, no 5, 2012, p. 36-46 ; « The balance between work and family of gender comparison », avec Zhou Lu Jun, Academia Bimestriel, no 2, 2013, p. 72-75 ; « Gender comparative study of the chinese political elites », avec Liu Aiyu, Jiangsu Social Sciences, no 1, 2014, p. 105-113 ; « Gender attitudes and the influencing factors : based on a survey of third national women’s status in China », avec Liu Aiyu, Social Sciences in China, no 2, 2014, p. 116-129.

16Pascale Trompette est sociologue, directrice de recherche au CNRS, et membre du laboratoire PACTE Politique-Organisations (CNRS - Université de Grenoble). Elle développe depuis plusieurs années des recherches dans le domaine de la sociologie des marchés et de l’ethnographie économique. Ses travaux portent sur l’organisation des marchés à partir des dispositifs sociotechniques qui cadrent les échanges économiques. Elle s’intéresse également à la dimension politique et morale des marchés, notamment dans le contexte de marchés controversés (marché funéraire, marchés BOP – Bottom of the Pyramid). Elle a publié Le marché des défunts (Presses de Sciences Po, 2008), et plus récemment au sein de revues nationales (Le Mouvement social ; Revue d’anthropologie des connaissances ; Revue française de gestion) et internationales (Journal of Cultural Economy ; Research Policy ; Management and Organizational History, etc.).

17Éric Verdier, sociologue et économiste, est directeur de recherche au CNRS, Laboratoire d’économie et de sociologie du travail (LEST), Aix-en-Provence. Ses champs de recherche actuels ont trait au travail politique, à l’action publique en matière de santé au travail, au rôle de la quantification statistique dans les politiques publiques ainsi qu’aux politiques de formation en Europe et au Maghreb. Ses dernières publications sont : Les politiques de la mesure. L’analyse comparée des indicateurs dans la conduite de l’action régionale, avec Elvire Bornand et Martine Mespoulet, Paris, Karthala, 2012 ; « Le garagiste, le restaurateur et la directive : les petites entreprises face à l’obligation d’évaluer les risques professionnels », avec Cathel Kornig, et « La gouvernance de la santé au travail : la dialogue social recadré par le paradigme épidémiologique », Risques du travail, la santé négociée, Catherine Courtet et Michel Gollac éd., Paris, La Découverte, 2012 ; « Entre travail politique et action administrative : constitution et régulation des directions générales des services des Régions », avec Sébastien Gardon, Formation Emploi, no 121, 2013 ; « Une régionalisation impossible ? La régulation des formations professionnelles initiales en France : concurrences institutionnelles et hiérarchie d’instruments statistiques », avec Hélène Buisson-Fenet, La statistique en action, vol. 43, no 2 de Sociologie et sociétés, 2011.

18Dominique Vinck est professeur d’études sociales des sciences et des techniques à l’Université de Lausanne et enseigne au sein du Collège des humanités de l’École polytechnique fédérale de Lausanne. Il est directeur du Laboratoire de cultures et humanités digitales de l’Université de Lausanne et chercheur associé au laboratoire PACTE Politique-Organisations (CNRS - Université de Grenoble). Ses recherches portent sur la sociologie des sciences et de l’innovation. Il s’intéresse actuellement au domaine de l’ingénierie des cultures et humanités digitales. Il a publié notamment : Ingénieurs au quotidien. Ethnographie de l’activité de conception et d’innovation, Grenoble, PUG, 1999 (édition américaine, MIT Press, 2003 ; édition brésilienne, Fabrefactum, 2013) ; Pratiques de l’interdisciplinarité, Grenoble, PUG, 2000 ; Sciences et sociétés. Sociologie du travail scientifique, Paris, Armand Colin, 2007 (édition anglaise, E. Elgar, 2010) ; L’équipement de l’organisation industrielle. Les ERP à l’usage, Paris, Hermès, 2008 ; Les nanotechnologies, Paris, Le Cavalier bleu, 2009 ; Comment les acteurs s’arrangent avec l’incertitude, Paris, EAC, 2009 ; Les masques de la convergence, Paris, EAC, 2012.

19Wang Shuixiong est maître de conférences de sociologie dans le département de sociologie de l’Université du Peuple à Pékin. Il a obtenu son doctorat de sociologie en 2004 à l’Université de Pékin. Il a été élu maire-adjoint de 2011 à 2012 dans une ville du sud-est du Jiangsu et a été Visiting Scholar de 2012 à 2013 dans le département de sociologie de Georgetown University aux États-Unis. Il développe ses recherches en sociologie économique et en théorie des organisations. Parmi ses ouvrages : The Game-Structural Functionalism : the Basic Mechanism for Building a Harmonious Society, Pékin, Renmin University of China Press, 2012 ; Embedded-form Games. An Analysis of the Market Order in China’s Transformation, Shanghai, The Shanghai People Press, 2009 ; The Logic of Behavior during the Institutional Transformation, Pékin, The Knowledge Copyright Press, 2005. Parmi ses articles : « The nature of guanxi and choice : a study based on experimentation », Youth Studies, no 2, 2011, et « Embedded games and the supply structure of public goods : a case from a village », Society, no 3, 2009.

20Wen Xiang est assistant de recherche à l’Institut de sociologie de l’Académie chinoise des sciences sociales. Ses domaines de recherche concernent la sociologie industrielle et la sociologie historique. Il a publié plusieurs articles sur les politiques du travail dans la Chine contemporaine. Sa dernière publication examine l’histoire des études sur le travail en Chine avant 1949 dans une perspective de la sociologie du savoir.

21Yan Jun a effectué son doctorat de sociologie au département de sociologie de l’Université de Pékin en 2010. De 2008 à 2009, il a étudié à l’Université de Lyon 2 et à l’ENS de Lyon comme doctorant, sous la direction de Laurence Roulleau-Berger. Après avoir obtenu son doctorat, il a débuté en tant que chargé de cours et chercheur-associé au sein du département de sociologie économique de l’Université des finances et d’économie de Shanghai. De 2013 à 2014, il a travaillé comme chercheur invité au sein de l’Institut d’études du Pacifique et de l’Asie de l’Université de Duke, en coopération avec le professeur Gao Bai. Pendant cette période, il a été rattaché au département de sociologie et de sciences politiques de l’Université de Shanghai. Il a principalement effectué sa formation en sociologie économique, notamment sur le marché de l’art, la fixation des prix et des activités des artistes. Ses dernières publications sont : « What makes art ? », Journal of China Agricultural University, no 2, 2011, p. 106-113 ; « The pricing mechanism of art market : a theoretical discussion of aesthetic value and artistic reputation », Journal of Shanghai University of Finance and Economics, vol. 15, no 4, 2013, p. 19-26 ; « Labor and consumption », Introduction of sociology, Liu Haoxing éd., Pékin, Foreign Language Teaching and Researching Press, 2012 ; « An empirical study on the human resource of cultural industry in Zhejiang province », Human Resource of Modern Service Industry, Chen Shida éd., Hangzhou, Zhejiang People’s Publishing House, 2013.

22Gloria Zarama-Vasquez est responsable de recherche à l’Institut des sciences sociales à l’Université de Lausanne. Ses recherches portent sur l’ethnographie des activités de recherche et sur la mobilité des docteurs en sciences humaines et sociales. Elle a publié récemment « Façonnage des espaces de travail d’un collectif de recherche en micro et nanotechnologies », Terrains et travaux, no 18, 2010, p. 5-23.

23Zhang Wenhong, docteur en sociologie, est professeur et doyen de la faculté de sociologie et de sciences politiques à l’Université de Shanghai. Ses recherches portent sur la stratification et la mobilité sociale, l’analyse des réseaux sociaux et du capital social, la sociologie économique de la migration. Ses récentes publications comprennent : Social Capital and Marketization in Chinese Labor Market (2012) ; Organizational Characteristics of Visual Social Groups and Its’ Social Effects (2011) ; Social Network Analysis and Social Capital Studies : 1980-2000 (2011) ; Structural Model of New Immigrants’ Social Self-identity (2009) ; Class Structure and Social Networks in Urban China (2006).

24Zhang Maoyuan est maître de conférences à la South-China Normal University et a obtenu son doctorat en philosophie de la sociologie à l’Université de Pékin en 2008. Ses champs de recherche incluent le changement social, l’innovation technique, l’urbanisation. Il a dirigé plusieurs projets lancés par le ministère de l’Éducation et par des provinces chinoises. Plusieurs de ses articles ont été publiés dans Social Sciences in China (« Social status, organizational capability and the distribution of technological dividends », « Why does the application of technology fail ? ») ainsi que dans Sociological Research (« The technological changes and social changes in filature industry in Pearl River Delta »).

25Zhang Xiang est maître de conférences dans le département de sécurité sociale à l’École de l’administration publique de l’Université du Zhejiang. Elle est titulaire d’un doctorat de sociologie économique de l’Université de Pékin obtenu en 2009. Elle a été visiting student à Yale University de 2007 à 2008. Elle travaille en sociologie de la finance sur les mécanismes informels des contrats financiers. Elle a publié : « Production of innovative public goods and the choice of organizational form : a case study of Wenzhou private lending service center », avec Xiang Jinglin, Sociological Study, vol. 5, 2014 ; « Government credit as signal : information mechanism of private depository institution in Wenzhou and Taizhou after reform », Sociological Study, vol. 4, 2010 ; « Exit cost, information and conflict : a case of massive failure of bidding-ROSCAs », Sociological Study, vol. 1, 2008 ; « The dynamics of massive failure of bidding-ROSCAs », avec Zou Chuanwei, Journal of Financial Research, vol. 11, 2007 ; « The information-pooling mechanism of ROSCAs : preliminary evidences from Wenzhou and Taizhou »,Sociological Study, vol. 4, 2006.

26Zhou Yihu, maître de conférences, est docteur en sociologie de l’Université de Pékin et rédacteur en chef à la China Central TV Station. Son champ actuel de recherche comprend la marchandisation et la théorie démocratique, la modernité de la société chinoise, l’analyse historique du système totalitaire de la Chine, les mécanismes de fixation des prix du marché de l’art, la communication et la production des idéologies. Ses principales publications : From Hard to Soft Control. State-Media Relationship in China since 1978 (2011) ; The Unit System of China (1999) ; The National Power and Chinese Journalism (2008) ; Market Economy and Contemporary Public Intellectuals. Chinese Media Workers (2009) ; Network’s Public Opinion and Understanding. The Rise of Society Transition and Network’s Public Opinion (2009).

27Zou Chuanwei a obtenu son doctorat d’économie à l’Université de Tsinghua, Pékin. Ses recherches portent sur le crédit, les régulations financières et les risques en matière de management. Ses récentes publications : « A new approach to study macroprudential banking regulation », avec Xie Ping, Financial Regulation Research, no 8, 2013 ; « An empirical study on the effects of Basel III countercyclical capital buffer », Journal of Financial Research, no 5, 2013 ; « The theory of Internet finance », avec Xie Ping, Journal of Financial Research, no 12, 2012 ; « The interactions among housing price, inflation and monetary policy in China : facts and implications », avec Xu Zhong et Xuechun Zhang, Journal of Financial Research, no 6, 2012 ; « Banks’ loan approval right allocation and incentive mechanism design under the framework of hard and soft information », avec Xu Zhong, Journal of Financial Research, no 8, 2010.

© ENS Éditions, 2014

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540