Version classiqueVersion mobile

Principes de géographie humaine

 | 
Paul Vidal de La Blache

Introduction

Sens et objet de la géographie humaine

Texte intégral

I. Examen critique de la conception de géographie humaine

1La géographie humaine est une des branches qui ont récemment poussé sur le vieux tronc de la géographie. S’il ne s’agissait que d’une épithète, rien ne serait moins nouveau. L’élément humain fait essentiellement partie de toute géographie ; l’homme s’intéresse surtout à son semblable, et, dès qu’a commencé l’ère des pérégrinations et des voyages, c’est le spectacle des diversités sociales associé à la diversité des lieux qui a piqué son attention. Ce qu’Ulysse a retenu de ses voyages, c’est « la connaissance des cités et des mœurs de beaucoup d’hommes ». Pour la plupart des auteurs anciens auxquels la géographie fait remonter ses titres d’origine, l’idée de contrée est inséparable de celle de ses habitants ; l’exotisme ne se traduit pas moins par les moyens de nourriture et l’aspect physique des hommes, que par les montagnes, les déserts, les fleuves qui forment leur entourage.

2La géographie humaine ne s’oppose donc pas à une géographie d’où l’élément humain serait exclu ; il n’en a existé de telle que dans l’esprit de quelques spécialistes exclusifs. Mais elle apporte une conception nouvelle des rapports entre la terre et l’homme, conception suggérée par une connaissance plus synthétique des lois physiques qui régissent notre sphère et des relations entre les êtres vivants qui la peuplent.

3C’est l’expression d’un développement d’idées et non le résultat direct et pour ainsi dire matériel de l’extension des découvertes et des connaissances géographiques.

4Il semblerait que la grande lumière qui se projeta au XVIe siècle sur l’ensemble de la terre eût pu donner lieu à une véritable géographie humaine. Tel ne fut pas le cas. Les mœurs des habitants tiennent assurément une grande place dans les récits et les compilations que nous a légués cette époque. Mais quand ce n’est pas le merveilleux, c’est l’anecdote qui y domine. Dans ces divers types de sociétés qui défilent sous nos yeux, aucun principe de classification géographique ne se fait jour. Ceux qui, d’après ces données, essayaient de retracer des tableaux ou des « miroirs » du monde, ne se montrent en rien supérieurs à Strabon. Lorsque, en 1650, Bernard Varenius écrit sa Géographie générale, l’œuvre la plus remarquable qui ait paru avant Ritter, il emploie à propos des phénomènes humains qui doivent figurer dans les descriptions de contrées, des expressions montrant une condescendance presque dédaigneuse. Ainsi deux siècles de découvertes avaient accumulé des notions sur les peuples les plus divers, sans qu’il s’en dégageât, pour un esprit préoccupé de classification scientifique, rien de satisfaisant et de net !

  • 1 Bacon, De augmentis scientiarum, t. I, § 43.

5Cependant la pensée scientifique avait été de longue date attirée par les influences du monde physique et leur action sur les sociétés humaines. Ce serait faire injure à une lignée de penseurs qui va des premiers philosophes grecs à Thucydide, Aristote, Hippocrate et Ératosthène, que de ne pas tenir compte des vues ingénieuses, parfois profondes, qui sont semées dans leurs écrits. Comment le spectacle varié et grandissant du monde extérieur n’eût-il pas éveillé, par un juste retour sur la marche des sociétés humaines, un écho dans ces écoles philosophiques nées sur les rivages d’Ionie ? Il s’était trouvé là des penseurs qui, comme Héraclite, véritable prédécesseur de Bacon, jugèrent que l’homme, plutôt que de river la recherche de la vérité à la contemplation de « son microcosme », aurait grande raison d’étendre son horizon et de demander des lumières « au monde plus grand » dont il fait partie1.

6Ils commencèrent par chercher dans le milieu physique l’explication de ce qui les frappait dans le tempérament des habitants. Puis, à mesure que les observations sur la marche des événements et des sociétés s’accumulèrent dans le temps et dans l’espace, on comprit mieux quelle part il convenait d’y assigner aux causes géographiques. Les considérations de Thucydide sur la Grèce archaïque, de Strabon sur la position de l’Italie, procèdent des mêmes exigences d’esprit que certains chapitres de l’Esprit des lois ou de l’Histoire de la civilisation en Angleterre de Thomas Buckle.

7Ritter s’inspire aussi de ces idées dans son Erdkunde, mais il le fait davantage en géographe. Si, par un reste de prévention historique, il assigne un rôle spécial à chaque grande individualité continentale, du moins l’interprétation de la nature reste pour lui le pivot. Au contraire, pour la plupart des historiens et des sociologues, la géographie n’intervient qu’à titre consultatif. On part de l’homme pour revenir par un détour à l’homme. On se représente la terre comme « la scène où se déroule l’activité de l’homme », sans réfléchir que cette scène elle-même est vivante. Le problème consiste à doser les influences subies par l’homme, à faire la part d’un certain genre de déterminisme s’exerçant à travers les événements de l’histoire. Questions assurément graves et intéressantes, mais qui pour être résolues exigent une connaissance à la fois générale et plus approfondie du monde terrestre qu’il n’était possible de l’obtenir jusqu’à ces derniers temps.

II. Le principe de l’unité terrestre et la notion de milieu

  • 2 Fr. Ratzel, Anthropogéographie, 2e partie, Introduction, Die Hologäische Erdansicht, Stuttgart, 189 (...)

8L’idée qui plane sur tous les progrès de la géographie est celle de l’unité terrestre. La conception de la terre comme un tout dont les parties sont coordonnées, où les phénomènes s’enchaînent et obéissent à des lois générales dont dérivent les cas particuliers, avait, dès l’antiquité, fait son entrée dans la science par l’astronomie. Suivant l’expression de Ptolémée, la géographie est « la science sublime qui lit dans le ciel l’image de la terre ». Mais la conception de l’unité terrestre resta longtemps confinée dans le domaine mathématique. Elle n’a pris corps dans les autres parties de la géographie que de nos jours, et surtout par la connaissance de la circulation atmosphérique qui préside aux lois du climat. De plus en plus, on s’est élevé à la notion de faits généraux liés à l’organisme terrestre. C’est avec raison que Fr. Ratzel insiste sur cette conception dont il fait la pierre d’angle de son Anthropogéographie2. Les faits de géographie humaine se rattachent à un ensemble terrestre et ne sont explicables que par lui. Ils sont en rapport avec le milieu que crée, dans chaque partie de la terre, la combinaison des conditions physiques.

  • 3 3e édition refondue en 1892.

9Cette notion de milieu, c’est surtout la géographie botanique qui a contribué à la mettre en lumière, lumière qui se projette sur toute la géographie des êtres vivants. Alexandre de Humboldt avait signalé, avec sa prescience accoutumée, l’importance de la physionomie de la végétation dans la caractéristique d’un paysage, et, lorsqu’en 1836 H. Berghaus publia, sous son inspiration, la première édition de son Atlas physique3, le climat et la végétation y étaient mis nettement en rapport. Cet aperçu fécond ouvrait la voie à une nouvelle série de recherches. Il ne s’agissait plus en effet d’un classement suivant les espèces, mais d’une vue embrassant tout l’ensemble du peuplement végétal dans une contrée, de façon à noter les caractères par lesquels s’exprime l’influence des conditions ambiantes : sol, température, humidité.

10La physionomie de la végétation est bien le signalement le plus expressif d’une contrée, comme son absence en est un des traits qui nous étonne. Lorsque nous cherchons à évoquer un paysage enfoui dans nos souvenirs, ce n’est pas une plante en particulier, un palmier, un olivier, dont l’image se dresse dans notre mémoire ; c’est l’ensemble des végétaux divers qui revêtent le sol, en soulignent les ondulations et les contours, lui impriment par leur silhouette, leurs couleurs, leur espacement ou leurs masses, un caractère commun d’individualité. La steppe, la savane, la silve, le paysage de parc, la forêt-clairière, la forêt-galerie, sont les expressions collectives qui résument pour nous cet ensemble. Il ne s’agit pas d’une simple impression pittoresque, mais d’une physionomie due aux fonctions mêmes des plantes et aux nécessités physiologiques de leur existence.

11C’est ce que les observations et les recherches expérimentales de la géographie botanique, surtout depuis qu’elles se sont étendues aux régions tropicales et tempérées, à toutes les inégalités d’altitudes, ont démontré par l’analyse et la comparaison. La concurrence des plantes entre elles est si active qu’il n’y a que les mieux adaptées au milieu ambiant qui parviennent à s’y maintenir. Encore n’est-ce jamais qu’à l’état d’équilibre instable. Cette adaptation s’exprime de diverses manières, la taille, les dimensions et la position des feuilles, le revêtement pileux, les fibres des tissus, le développement des racines, etc. Non seulement chaque plante pourvoit de son mieux à l’accomplissement de ses fonctions vitales ; mais il se forme entre végétaux différents des associations telles que l’une profite du voisinage de l’autre. Quelles que soient les variétés d’espèces qui cohabitent, quelles que soient même les différences extérieures des procédés d’adaptation dont elles usent, il y a dans toute cette population végétale un signalement commun, auquel ne se trompe pas un œil exercé.

  • 4 Hæckel, Histoire de la création des êtres organisés, traduction française, Paris, Reinwald, 1884, p (...)

12Telle est la leçon d’œcologie, que nous devons aux recherches de la géographie botanique : œcologie, c’est-à-dire, suivant les termes mêmes de celui qui a inventé ce nom4, la science qui étudie « les mutuelles relations de tous les organismes vivant dans un seul et même lieu, leur adaptation au milieu qui les environne ». Car il est évident que ces relations n’embrassent pas seulement les plantes. Sans doute, les animaux doués de locomotion, et l’homme avec son intelligence, sont mieux armés que la plante pour réagir contre les milieux ambiants. Mais, si l’on réfléchit à tout ce qu’implique ce mot de milieu ou d’environnement suivant l’expression anglaise, à tous les fils insoupçonnés dont est tissée la trame qui nous enlace, quel organisme vivant pourrait s’y soustraire ?

13En somme, ce qui se dégage nettement de ces recherches, c’est une idée essentiellement géographique : celle d’un milieu composite, doué d’une puissance capable de grouper et de maintenir ensemble des êtres hétérogènes en cohabitation et corrélation réciproque. Cette notion paraît être la loi même qui régit la géographie des êtres vivants. Chaque contrée représente un domaine où se sont artificiellement réunis des êtres disparates qui s’y sont adaptés à une vie commune. Si l’on considère les éléments zoologiques qui entrent dans la composition d’une faune régionale, on constate qu’elle est des plus hétérogènes ; elle se compose de représentants des espèces les plus diverses, que des circonstances, toujours difficiles à préciser, mais liées à la concurrence vitale, ont amenés dans cette contrée. Pourtant ils s’y sont accommodés ; et, si les relations qu’ils entretiennent entre eux sont plus ou moins hostiles, elles sont telles cependant que leurs existences semblent solidaires. Les îles mêmes, pourvu qu’elles aient quelque étendue, ne font pas exception à cette diversité. Nous recueillons chez les naturalistes zoo-géographes, des expressions telles que « communauté de vie », ou bien « association faunistique ». Formules significatives, qui montrent que dans son peuplement animal comme dans son peuplement végétal, toute étendue de surface participant à des conditions analogues de relief, de position et de climat, est un milieu composite concentrant des associations formées d’éléments divers, indigènes, transfuges, envahisseurs, survivants de périodes antérieures, mais unies par les liens d’une adaptation commune.

14De quelle application ces données sont-elles susceptibles quant à la géographie humaine ? C’est ce que nous allons rechercher.

III. L’homme et le milieu

15Mais avant d’aller plus loin, une question se rencontre à laquelle il faut brièvement répondre. La géographie botanique s’appuie déjà sur un nombre imposant d’observations et de recherches ; la géographie zoologique, quoique bien moins avancée, compte de fructueuses explorations à son actif : quelles sont les données dont dispose la géographie humaine ? D’où lui viennent-elles ? Sont-elles assez nombreuses pour autoriser les conclusions que nous avons déjà laissé entrevoir ?

16Dans l’étude des rapports de la terre et de l’homme, la perspective a été changée ; plus de recul a été obtenu.

17On n’envisageait guère auparavant que la période historique, c’est-à-dire le dernier acte du drame humain, un temps très court par rapport à la présence et à l’action de l’homme sur la terre. L’investigation préhistorique nous a montré l’homme répandu depuis un temps immémorial dans les parties les plus diverses du globe, armé du feu, taillant des instruments ; et, si rudimentaires que paraissent ses industries, on ne saurait considérer comme négligeables les modifications qu’a pu subir, de leur fait, la physionomie de la terre. Le chasseur paléolithique, les premiers cultivateurs néolithiques ont ouvert des brèches et créé aussi des associations dans le monde des animaux et des plantes. Ils ont opéré sur des points divers, indépendamment les uns des autres, comme le prouvent les diversités restées en usage dans les procédés de production du feu. L’homme a influé, plus anciennement et plus universellement qu’on ne pensait, sur le monde vivant.

18De ce que l’espèce humaine s’est répandue ainsi de bonne heure sur les régions les plus diverses, il résulte qu’elle a eu à se soumettre à des cas d’adaptations multiples. Chaque groupe a rencontré dans le milieu spécial où il devait assurer sa vie, des auxiliaires ainsi que des obstacles : les procédés auxquels il a eu recours envers eux représentent autant de solutions locales du problème de l’existence. Or, jusqu’au moment où, l’intérieur des continents s’étant ouvert, des explorations scientifiques en ont systématiquement observé les populations, un épais rideau nous dérobait ces développements variés d’humanités. Les influences de milieu ne se révélaient à nous qu’à travers une masse de contingences historiques qui les voile.

19La vision directe de formes d’existence en étroit rapport avec le milieu, telle est la chose nouvelle que nous devons à l’observation systématique de familles plus isolées, plus arriérées de l’espèce humaine. Les services que nous signalions tout à l’heure comme ayant été rendus à la géographie botanique par l’analyse des flores extra-européennes, sont précisément ceux dont la géographie humaine est redevable à la connaissance des peuples restés voisins de la nature, aux Naturvölker. Quelque part qu’on fasse aux échanges, il est impossible d’y méconnaître un caractère marqué d’autonomie, d’endémisme. Il nous fait comprendre comment certains hommes placés en certaines conditions déterminées de milieux, agissant d’après leur propre inspiration, s’y sont pris pour organiser leur existence. N’est-ce pas, après tout, sur ces bases que se sont élevées les civilisations qui ne sont que des accumulations d’expériences ? En grandissant, en se compliquant, elles n’ont pas entièrement rompu avec ces origines.

20Plusieurs de ces formes primitives d’existence sont périssables ; plusieurs sont éteintes ou en voie d’extinction : soit. Mais elles nous laissent, comme témoins ou comme reliques, les produits de leur industrie locale, armes, instruments, vêtements, etc., tous les objets dans lesquels se matérialise, pour ainsi dire, leur affinité avec la nature ambiante. On a eu raison de les recueillir, d’en former des musées spéciaux où ils sont groupés et géographiquement coordonnés. Un objet isolé dit peu de chose ; mais des collections de même provenance nous permettent de discerner une empreinte commune, et donnent, vive et directe, la sensation du milieu. Aussi des musées ethnographiques tels que celui qu’a fondé à Berlin l’infatigable ardeur de Bastian, ou ceux de Leipzig ou d’autres villes, sont-ils de véritables archives où l’homme peut s’étudier lui-même, non point in abstracto, mais sur des réalités.

21Autre progrès : nous sommes mieux instruits sur la répartition de notre espèce, nous savons mieux dans quelle proportion numérique l’homme occupe les diverses parties de la terre. Je n’affirmerais pas qu’on possède un inventaire exact de l’humanité, et que le chiffre de 1 700 millions représente positivement celui de nos semblables ; mais ce qui est certain, c’est que grâce à des sondages pratiqués un peu partout dans l’océan humain, à des recensements répétés, à des estimations plausibles, on dispose de chiffres déjà assez précis pour permettre d’établir des rapports.

22Dans la mobilité qui préside aux rapports de tous les êtres vivants, l’état numérique et territorial de chaque espèce est une notion scientifique de haute valeur. Elle jette un jour sur l’évolution du phénomène. La population humaine est un phénomène en marche ; c’est le fait mis pleinement en évidence, lorsque, par-dessus les statistiques particulières des États, on considère l’ensemble de sa distribution sur le globe. Il y a des parties qu’elle occupe en force, où elle semble avoir utilisé, même outre mesure, toutes les possibilités d’espace. Il y en a d’autres où, sans que des raisons de sol et de climat justifient cette anomalie, elle est restée faible, clairsemée. Comment expliquer ces inégalités, sinon par des courants d’immigration ayant pris naissance en des temps antérieurs à l’histoire et dont la géographie seule peut nous aider à trouver la trace ? Et naturellement aujourd’hui ces contrées négligées deviennent des foyers d’appel pour les mouvements qui agitent l’humanité actuelle.

23Un des rapports les plus suggestifs est celui qui existe entre le nombre d’habitants et une certaine portion de surface ; autrement dit la densité de population. Si l’on met en regard des statistiques détaillées de population avec des cartes également détaillées, comme en possèdent aujourd’hui presque tous les principaux pays du monde, il est possible, par un travail d’analyse, de discerner des correspondances entre les rassemblements humains et les conditions physiques. On touche ainsi à l’un des problèmes essentiels que soulève l’occupation de la terre. Car l’existence d’un groupement de population dense, d’une cohabitation nombreuse d’êtres humains dans un minimum d’espace, garantissant à la collectivité des moyens assurés de vivre, est, si l’on y réfléchit, une conquête qui n’a pu être réalisée qu’à la faveur de rares et précieuses circonstances.

  • 5 E. Levasseur, La répartition de la race humaine (Bulletin intern. de statistique, XVIII, 2e liv., p (...)

24Aujourd’hui les facilités du commerce nous masquent les difficultés qu’ont rencontrées, pour former sur place des groupes compacts, les hommes d’autrefois. Cependant, la plupart des groupements actuels sont des formations qui remontent haut dans le passé ; leur étude analytique permet d’en comprendre la genèse. En réalité la population d’une contrée se décompose, comme l’a bien montré Levasseur5, en un certain nombre de noyaux, entourés d’auréoles d’intensité décroissante. Elle se groupe suivant des points ou des lignes d’attraction. Les hommes ne se sont pas répandus à la façon d’une tache d’huile, ils se sont primitivement assemblés à la façon des coraux. Une sorte de cristallisation a aggloméré sur certains points des bancs de populations humaines. Ces populations y ont, par leur intelligence, accru les ressources naturelles et la valeur des lieux, de telle sorte que d’autres sont venues pour participer, de gré ou de force, aux bénéfices de ce patrimoine, et des couches successives se sont accumulées sur les terrains d’élection.

  • 6 Le peuple de l’Inde d’après la série des recensements (Annales de Géographie, XV, 1906, p. 353-375 (...)

25Nous possédons aujourd’hui des données anthropologiques sur quelques-unes des contrées où se sont ainsi superposées des alluvions humaines. L’Europe centrale, le bassin méditerranéen, l’Inde anglaise6, nous présentent, à titres divers, des exemplaires d’après lesquels il est possible de se rendre compte de la composition des peuplements humains. La complexité de ces peuplements est, d’une façon générale, ce qui nous frappe. Lorsqu’on essaie de distinguer, d’après les indices anthropologiques réputés les plus persistants, les éléments qui entrent dans la population non seulement d’une grande contrée, mais d’une circonscription régionale de moindre étendue, on constate qu’à peu d’exceptions près c’est l’absence d’homogénéité qui est la règle. L’anthropologie distingue en France des éléments très anciens, remontant aux temps préhistoriques, à côté d’éléments venus ultérieurement, souvent d’une région, d’un département même. Il y a dans cette diversité des degrés qu’expliquent suffisamment la nature et la position des contrées ; mais, dans l’état actuel de l’évolution du peuplement humain, bien rare sont les parties qui semblent avoir entièrement échappé aux flots d’invasions qui ont circulé à la surface de la terre : quelques archipels lointains, quelques cantons montagneux, tout au plus. Même dans la région des silves africaines, les Nègres de haute taille et les Pygmées à teint plus clair coexistent en rapports réciproques. On peut dès à présent considérer comme acquise, contrairement aux habitudes du langage courant qui les confond sans cesse, la distinction fondamentale du peuplement et de la race. Sous les conformités de langue, de religion et de nationalité, persistent et ne laissent pas de travailler les différences spécifiques implantées en nous par un long atavisme.

26Cependant ces groupes hétérogènes se combinent dans une organisation sociale qui fait de la population d’une contrée, envisagée dans son ensemble, un corps. Il arrive parfois que chacun des éléments qui entrent dans cette composition s’est cantonné dans un genre de vie particulier : les uns chasseurs, les autres agriculteurs, les autres pasteurs ; on les voit, en ce cas, coopérer, unis les uns aux autres par une solidarité de besoins. Le plus souvent, à l’exception de quelques molécules obstinément réfractaires tels que gypsies, gitanes, tziganes, etc. – dans nos sociétés d’Europe, l’influence souveraine du milieu a tout rallié à des occupations et à des mœurs analogues. Des signes matériels traduisent ces analogies. Telle est la force assouplissante qui prévaut sur les différences originelles et les combine dans une adaptation commune. Les associations humaines, de même que les associations végétales et animales, se composent d’éléments divers soumis à l’influence du milieu. On ne sait quels vents les ont réunis, ni d’où, ni à quelle époque ; mais ils coexistent dans une contrée qui, peu à peu, les a marqués de son empreinte. Il y a des sociétés de longue date incorporées au milieu, mais il y en a d’autres en formation, qui vont se recrutant et se modifiant de jour en jour. Sur celles-ci, malgré tout, les conditions ambiantes exercent leur pression et on les voit en Australie, au Cap, ou en Amérique, s’imprégner aussi des lieux où se déroulent leurs destinées. Les Boers ne réalisent-ils pas un des plus remarquables types d’adaptation ?

IV. L’homme facteur géographique

27Par-dessus le localisme dont s’inspiraient les conceptions antérieures, des rapports généraux entre la terre et l’homme se font jour. La répartition des hommes a été guidée dans sa marche par le rapprochement et la convergence des masses terrestres. Les solitudes océaniques ont divisé des œcoumènes longtemps ignorantes les unes des autres. Sur l’étendue des continents les groupes qui ont essaimé çà et là, ont rencontré entre eux des obstacles physiques qu’ils n’ont surmontés qu’à la longue : montagnes, forêts, marécages, contrées sans eau, etc. La civilisation se résume dans la lutte contre ces obstacles. Les peuples qui en sont sortis vainqueurs ont pu mettre en commun les produits d’une expérience collective, acquise en divers milieux. D’autres communautés ont perdu, par un long isolement, la faculté d’initiative qui avait mis en œuvre leurs premiers progrès ; incapables de s’élever par leurs propres forces au-dessus d’un certain stade, elles font songer à ces sociétés animales qui semblent avoir épuisé la somme de progrès dont elles étaient susceptibles. Aujourd’hui toutes les parties de la terre entrent en rapport ; l’isolement est une anomalie qui semble un défi, et ce n’est plus entre contrées contiguës et voisines, mais entre contrées lointaines qu’est le contact.

28Les causes physiques dont les géographes s’étaient précédemment attachés à montrer la valeur, ne sont pas pour cela négligeables ; il importe toujours de marquer l’influence du relief, du climat, de la position continentale ou insulaire sur les sociétés humaines ; mais nous devons envisager leurs effets conjointement sur l’homme et sur l’ensemble du monde vivant.

29C’est ainsi que nous pouvons le mieux apprécier le rôle qu’il convient d’attribuer à l’homme comme facteur géographique. Actif et passif, il est à la fois les deux. Car, suivant le mot bien connu, « natura non nisi parendo vincitur ».

  • 7 De l’influence de l’homme sur la terre (Annales de Géographie, tome X, 1901, p. 98).

30Un éminent géographe russe, M. Woeïkof, a fait remarquer que les objets soumis à la puissance de l’homme sont surtout ce qu’il appelle « les corps meubles »7. Il y a en effet sur la partie de l’écorce terrestre qui est directement soumise à l’action mécanique des eaux courantes, des gelées, des vents, des plantes par leurs racines, des animaux par les transports de molécules et le piétinement, un résidu de désagrégation sans cesse renouvelé, disponible, susceptible de se modifier et d’accueillir des formes diverses. Dans les parties les plus ingrates du Sahara les dunes sont le dernier asile de la végétation et de la vie. L’action de l’homme trouve plus de facilités à s’exercer dans les contrées où ces matériaux meubles sont répartis avec abondance que dans celles où une carapace calcaire, une croûte latéritique par exemple ont endurci et stérilisé la surface.

31Mais il faut ajouter que la terre elle-même, suivant l’expression de Berthelot, est quelque chose de vivant. Sous l’influence de la lumière et d’énergies dont le mécanisme nous échappe, les plantes absorbent et décomposent les corps chimiques ; les bactéries fixent dans certains végétaux l’azote de l’atmosphère. La vie, transformée en passant d’organismes en organismes, circule à travers une foule d’êtres : les uns élaborent la substance dont se nourrissent les autres ; quelques-uns transportent les germes de maladies qui peuvent détruire d’autres espèces. Ce n’est pas seulement à la faveur des agents inorganiques que se produit l’action transformatrice de l’homme ; il ne se contente pas de mettre à profit, avec sa charrue, les matériaux de décomposition du sous-sol ; d’utiliser les chutes d’eau, la force de pesanteur accrue par les inégalités du relief ; il collabore avec toutes ces énergies vivantes qui se groupent et s’associent suivant les conditions de milieu. Il entre dans le jeu de la nature.

32Ce jeu n’est pas exempt de péripéties. Il faut remarquer que, dans beaucoup de parties de la terre, sinon dans la totalité, les conditions de milieu déterminées par le climat n’ont pas la fixité que semblent leur attribuer les moyennes enregistrées par nos cartes. Le climat est une résultante qui oscille autour d’une moyenne, plutôt qu’il ne s’y tient. Les données beaucoup trop imparfaites encore que nous possédons, ont toutefois mis en lumière le fait que ces oscillations semblent avoir un caractère périodique, c’est-à-dire qu’elles persistent plusieurs années tantôt dans un sens, tantôt dans un autre. Des séries pluvieuses alternent avec des séries sèches ; et si ces variations n’apportent pas grand trouble dans les contrées abondamment arrosées, il n’en est pas de même dans celles qui ne reçoivent que le minimum nécessaire. On comprend la portée de cette observation, car l’intervention de l’homme peut consolider le moment positif, asseoir sur un état temporaire un état fixe, fixe du moins jusqu’à nouvel ordre.

33Prenons un exemple : du Nord de l’Afrique au centre de l’Asie, les observateurs sont frappés de spectacles de désolation qui contrastent avec les vestiges de culture et les ruines qui attestent une ancienne prospérité. Celle-ci reposait sur le fragile échafaudage de travaux d’irrigation, grâce auxquels l’homme réussissait à étendre aux périodes sèches le bénéfice des périodes humides. Que la fonction bienfaisante soit interrompue quelque temps, tous les ennemis que combattait l’irrigation prendront le dessus. Surtout, chose plus grave, l’adaptation aura pris un autre cours. D’autres habitudes auront prévalu chez les hommes ; leur existence sera liée à d’autres moyens, à d’autres êtres exigeant d’autres disponibilités d’espace. La forêt n’a pas de plus grand ennemi que le pasteur ; les digues et les canaux ont un adversaire acharné dans le Bédouin dont elles gênent les pérégrinations.

34L’action de l’homme tire sa principale puissance des auxiliaires qu’elle mobilise dans le monde vivant : plantes de culture, animaux domestiques ; car il met ainsi en branle des forces contenues, qui trouvent grâce à lui le champ libre, et qui agissent. La plupart des associations végétales formées par la culture se composent d’éléments primitivement dispersés. C’étaient des plantes nichées sur des pentes exposées au soleil, ou sur les bords des fleuves, qu’avait reléguées sur certains points la concurrence d’espèces groupées en plus grandes masses et constituées en plus gros bataillons. Du cantonnement propice où elles s’étaient retranchées, ces plantes, que la reconnaissance des hommes devait un jour bénir, guettaient le moment où des circonstances nouvelles leur livreraient plus d’espace. L’homme, en les adoptant dans sa clientèle, leur a rendu ce service, il les a déliées. Du même coup, il a frayé la route à un cortège de végétaux ou d’animaux non conviés ; il a substitué des associations nouvelles à celles qui avaient avant lui pris possession de l’espace.

35Jamais, sans l’homme, les plantes de culture qui couvrent aujourd’hui une partie de la terre, n’auraient conquis sur les associations rivales l’espace qu’elles occupent. Faut-il donc penser que, si la main de l’homme se retirait, les associations aux dépens desquelles elles se sont étendues, reprendraient leurs droits ? Rien de moins certain. Une nouvelle économie naturelle peut avoir eu le temps de se substituer à l’ancienne. La forêt tropicale en disparaissant a fait place à la brousse ; et ce changement, en modifiant les conditions de lumière, a éliminé en partie les êtres qu’elle abritait, notamment les glossines redoutables qui en écartaient d’autres espèces. Ailleurs c’est le sous-bois qui, sous forme de maquis ou de garrigues, a succédé à la forêt : d’autres enchaînements se sont produits, transformant aussi bien le milieu vivant que les conditions économiques. On entrevoit qu’un champ nouveau, presque illimité, s’ouvre aux observations, peut-être à l’expérimentation. En étudiant l’action de l’homme sur la terre, et les stigmates qu’a déjà imprimées à sa surface une occupation tant de fois séculaire, la géographie humaine poursuit un double objet. Elle n’a pas seulement à dresser le bilan des destructions qui, avec ou sans la participation de l’homme, ont si singulièrement réduit depuis les temps pliocènes le nombre des grandes espèces animales. Elle trouve aussi, dans une connaissance plus intime des relations qui unissent l’ensemble du monde vivant, le moyen de scruter les transformations actuellement en cours et celle qu’il est permis de prévoir. À cet égard, l’action présente et future de l’homme, maître désormais des distances, armé de tout ce que la science met à son service, dépasse de beaucoup l’action que nos lointains aïeux ont pu exercer. Félicitons-nous-en, car l’entreprise de colonisation à laquelle notre époque a attaché sa gloire, serait un leurre si la nature imposait des cadres rigides au lieu d’ouvrir cette marge aux œuvres de transformation ou de restauration qui sont au pouvoir de l’homme.

Notes

1 Bacon, De augmentis scientiarum, t. I, § 43.

2 Fr. Ratzel, Anthropogéographie, 2e partie, Introduction, Die Hologäische Erdansicht, Stuttgart, 1891.

3 3e édition refondue en 1892.

4 Hæckel, Histoire de la création des êtres organisés, traduction française, Paris, Reinwald, 1884, page 551.

5 E. Levasseur, La répartition de la race humaine (Bulletin intern. de statistique, XVIII, 2e liv., p. 56).

6 Le peuple de l’Inde d’après la série des recensements (Annales de Géographie, XV, 1906, p. 353-375 et 419-442).

7 De l’influence de l’homme sur la terre (Annales de Géographie, tome X, 1901, p. 98).

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search