Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

Sociologies économiques française et chinoise : regards croisés

 | 
Laurence Roulleau-Berger
, 
Liu Shiding

Conclusion. Entretenir l’élan

Michel Lallement

Volltext

1La sociologie économique a vécu par éclipses. Indissociable des réflexions fondatrices qui, à la fin du xixe siècle, ont donné vie et corps à la sociologie en tant que discipline instituée, les travaux consacrés à l’économique ont permis de regarder la production des richesses, la division du travail ou encore les phénomènes monétaires autrement que la vieille économie classique ou la plus jeune économie marginaliste ne le proposaient alors. Que l’on considère les œuvres respectives d’Émile Durkheim, Vilfredo Pareto, Joseph A. Schumpeter, Georg Simmel, Max Weber…, dans tous les cas, le lecteur attentif trouvera là matière à alimenter une réflexion qui éclaire d’un jour sociologique original des pratiques et des représentations encore trop communément expliquées aujourd’hui à l’aide de principes fondés sur les calculs abstraits et intéressés.

  • 1 Pour une mise en perspective historique de la sociologie économique d’hier et d’aujourd’hui, voir (...)

2En dépit de ces noces précoces entre sociologie et questions économiques, l’histoire de la sociologie économique est marquée par des mouvements de flux et de reflux intellectuels, de périodes d’associations, d’ignorance polie ou encore d’âpre concurrence avec les économistes universitaires1… À la fin des années 1950, par exemple, Talcott Parsons et Neil Smelser rédigent un ouvrage célèbre, Economy and Society, dont le sous-titre dit déjà à lui seul l’ambition qui anime ses auteurs : A Study in the Integration of Economic and Social Theory. Dédié à Alfred Marshall et à Max Weber, le livre vise à insérer la théorie économique dans un cadre conceptuel englobant. Il est nécessaire, affirment alors les deux sociologues nord-américains, « de montrer qu’il existe un cadre intellectuel général à l’intérieur duquel la théorie économique (en tant que système de concepts) peut être considéré comme un cas particulier » (Parsons et Smelser 1966, p. 7). Le moins que l’on puisse dire est que la prétention structuro-fonctionnaliste de nos deux auteurs a fait long feu. La théorie économique, dans sa version dominante du moins, a connu le succès que l’on sait, dans le monde de l’académisme universitaire mais bien au-delà également.

  • 2 Voir notamment Smelser et Swedberg (1994) ; Mikl-Horke (1999) ; Triglia (2002) ; Beckert et Zafiro (...)

3Au cours de ces deux dernières décennies, la sociologie économique a bénéficié d’un véritable renouveau dont de nombreuses publications de synthèse portent la trace2. La lecture des multiples travaux menés dans ce champ conduit rapidement à un triple constat. Par des voies multiples, on a assisté d’abord à de multiples innovations conceptuelles qui ont permis de renouveler les schémas d’analyse traditionnels des pratiques économiques. L’ébullition a cependant son revers. Loin de constituer un champ homogène, la sociologie économique est aujourd’hui traversée par des tentations théoriques multiples, depuis le paradigme du choix rationnel jusqu’à la sociologie des champs en passant par les approches de political economy, la sociologie des réseaux, l’anti-utilitarisme ou encore la théorie des conventions à la française.

4Second constat : bien que plurielle, la sociologie économique a été et demeure un outil extrêmement utile pour appréhender et penser en des termes nouveaux des objets qui, depuis longtemps, préoccupent les sociologues. Le présent ouvrage en apporte la preuve : le travail, le genre, les groupes sociaux ou les régulations politiques ne sont pas des thématiques propres aux spécialistes de sociologie économique. Mais, en s’armant de grilles de lecture qui se défont des réflexes anciens pour prendre au sérieux les nouvelles sociologies économiques, tous les contributeurs, chinois et français, éclairent d’un jour nouveau les mutations qui informent nos deux pays.

5Troisième constat : les hypothèses, les grilles conceptuelles et les acquis de connaissance circulent plus que jamais entre les espaces nationaux. Il y aurait certes quelque naïveté à ignorer la prééminence toujours écrasante de la langue et de littérature anglo-saxonnes et, de façon symétrique, la difficulté de certaines approches, pourtant heuristiques et originales, à passer les frontières nationales au sein desquelles elles ont vu le jour. Il n’empêche. Nous vivons désormais dans un univers où la discussion internationale et les connaissances réciproques sont devenues plus que jamais nécessaires si l’on veut espérer faire de la sociologie une discipline dynamique et cumulative. Le présent livre s’y emploie. Lors des séminaires qui ont permis de travailler à sa confection, les chercheurs français ont vite compris à quel point leurs homologues chinois possédaient, en plus de leur propre héritage intellectuel national, une connaissance aussi fine qu’approfondie des sociologies économiques occidentales. À quelques exceptions près, l’inverse n’est malheureusement pas avéré. C’est pourquoi les lecteurs français ne manqueront pas de tirer un double profit à la lecture des chapitres rédigés par nos collègues chinois : à la fois pour prendre la mesure des préoccupations majeures qui travaillent de l’intérieur ce géant économique qu’est la Chine d’aujourd’hui (à commencer par la question si sensible et si cruciale des migrations) et pour se frotter, à défaut de pouvoir encore entrer avec le luxe de détails qui siérait, aux modes de pensée et d’analyse dont sont coutumiers les sociologues chinois.

6On l’aura donc compris : ce livre appartient à cette génération de travaux qui souhaitent secouer les évidences sociologiques nationales et faire de l’altérité une option de recherche à part entière. Il ne tombe jamais pour autant dans un travers relativiste, comme en témoignent les examens croisés d’objets communs, depuis les processus de rationalisation jusqu’aux modes de constructions sociaux des formes de la valeur économique dans des mondes comme le sport ou les médias. L’impulsion proposée par Laurence Roulleau-Berger et Liu Shiding quand il s’est agi d’imaginer un travail commun était bien de mener les contributeurs de l’ouvrage sur le terrain d’une sociologie à dimension internationale. C’était là sans aucun doute une des conditions nécessaires pour permettre à la sociologie économique d’atteindre une étape nouvelle de son histoire intellectuelle et institutionnelle.

7Avec ce livre, un programme s’achève. Il est de notre responsabilité maintenant d’entretenir l’élan. Plusieurs leviers peuvent être actionnés à l’avenir pour agir en ce sens. Le premier, et peut-être le plus important, consiste à continuer à travailler ensemble dans le cadre de recherches communes. Nul n’ignore combien les barrières de la langue et de la culture peuvent rendre difficiles des collaborations concrètes quand, de concert et au plus près des réalités sociales, il s’agit d’interroger, d’observer, d’objectiver, d’interpréter… Mais c’est là un défi particulièrement stimulant que déjà relèvent quelques sociologues expérimentés ou encore en formation, capables de se mouvoir dans les deux mondes et de servir de passeurs pour le plus grand bonheur du reste de notre communauté professionnelle.

8On ne peut espérer entretenir l’élan impulsé par cet ouvrage sans imaginer non plus des croisements intellectuels plus fournis entre sociologies chinoise et française. La lecture, la redécouverte ou la production de nouvelles grilles d’interprétation et d’œuvres à même de nous aider à comprendre et à expliquer les mutations contemporaines demeurent de bonne stratégie. Grâce à de fructueuses collaborations menées au cours des années récentes, l’acculturation n’est plus aujourd’hui, fort heureusement, un vain regret. Le présent livre participe de ce mouvement de connaissance réciproque entamé dans les années 2000 (Roulleau-Berger et Guo Yuhua, Li Peilin, Liu Shiding 2008 ; Roulleau-Berger et Li Peilin 2012). Ces premières pierres balisent le chemin en direction d’une véritable politique scientifique à ambition internationale, qui sache amplifier ces impulsions décisives. Il faut pour cela des objectifs clairs et des ressources minimales. Il aura fallu du temps pour que la France et l’Allemagne, deux pays si proches et si lointains à la fois, se dotent d’outils (centres de recherches, bourses, programmes de financement communs, revues savantes qui publient des textes dans les deux langues en favorisant la circulation des idées grâce à la traduction d’articles séminaux3…), outils capables d’aider à la fertilisation croisée des sociologies des deux pays. Du chemin reste encore à parcourir pour que ces deux foyers de la pensée occidentale transforment les sciences sociales en discipline véritablement internationale. Mais des balises existent et elles sont solides. En empruntant la voie de la collaboration franco-chinoise, c’est d’une même logique que nous pouvons nous inspirer pour œuvrer en faveur d’une sociologie mondiale capable de faire progresser les connaissances sur les hommes et des femmes à travers le monde et d’aider très concrètement à bonifier leurs conditions de vie en société.

Literaturverzeichnis

Beckert Jens et Zafirovski Milan éd., 2006, International Encyclopedia of Economic Sociology, New York, Routledge.

Maurer Andrea éd., 2008, Handbuch der Wirtschaftssoziologie, Wiesbaden, VS Verlag.

Mikl-Horke Gertraude, 1999, Historische Soziologie der Wirtschaft, Munich-Vienne, R. Oldenbourg Verlag.

Parsons Talcott et Smelser Neil, 1966 [1956], Economy and Society, 4e édition, Londres, Routledge - Kegan Paul Ltd.

Roulleau-Berger Laurence et Guo Yuhua, Li Peilin, Liu Shiding éd., 2008, La nouvelle sociologie chinoise, Paris, CNRS Éditions.

Roulleau-Berger Laurence et Li Peilin éd., 2012, European and Chinese Sociologies. A New Dialogue, Leyde-Boston, Brill Publishers.

Smelser Neil J. et Swedberg Richard éd., 1994, The Handbook of Economic Sociology, Princeton, Princeton University Press.

Swedberg Richard, 1994 [1987], Une histoire de la sociologie économique, Paris, Desclée de Brouwer.

Steiner Philippe et Vatin François éd., 2009, Traité de sociologie économique, Paris, PUF.

Triglia Carlo, 2002, Sociologie économique, Paris, Armand Colin.

Anmerkungen

1 Pour une mise en perspective historique de la sociologie économique d’hier et d’aujourd’hui, voir Swedberg (1994).

2 Voir notamment Smelser et Swedberg (1994) ; Mikl-Horke (1999) ; Triglia (2002) ; Beckert et Zafirovski (2006) ; Maurer (2008) ; Steiner et Vatin (2009).

3 C’est là la mission que s’est donnée la revue Trivium (http://trivium.revues.org).

Autor

Professeur de sociologie au Conservatoire national des arts et métiers (Paris), titulaire de la chaire d’Analyse sociologique du travail, de l’emploi et des organisations. Il s’est spécialisé dans l’étude de l’organisation du travail, des marchés de l’emploi et des relations professionnelles, avec un intérêt pour la question du genre et un goût pour les comparaisons internationales. Il mène actuellement une recherche sur la façon dont, par leur éthique et leurs pratiques, les hackers contribuent à l’invention d’un nouveau paradigme du travail. Parmi ses publications récentes, on peut noter : « Europe and the economic crisis. Forms of labour market adjustment and varieties of capitalism », Work, Employment and Society, vol. 25, no 4, 2011 ; « An experiment inspired by Fourier : J.B. Godin’s Familistere in Guise », Journal of Historical Sociology, vol. 25, no 1, 2012 ; Die gesellschaftliche Verortung des Geschlechts, co-édité avec Theresa Wobbe et Isabelle Berrebi-Hoffmann, Francfort, Campus, 2011 ; Trajectoires des modèles nationaux. État, démocratie et travail en France et en Allemagne, co-édité avec Olivier Giraud et Michèle Dupré, Francfort, Peter Lang, 2012 ; Tensions majeures. Max Weber, l’économie, l’érotisme, Paris, Gallimard (NRF Essais), 2013.

© ENS Éditions, 2014

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540