Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sociologies économiques française et chinoise : regards croisés

 | 
Laurence Roulleau-Berger
, 
Liu Shiding

VI. Confiance, échanges économiques et interactions sociales

17. Corruption et anti-corruption : logique et crise du développement économique chinois

Wang Shuixiong
Traduction de Eva Fischer

Texte intégral

1Depuis la réforme d’ouverture, il existe au cœur de notre développement économique une logique double de corruption et lutte anti-corruption. C’est sans doute en particulier la mort du leader autoritaire qui dirigeait le parti et le pays qui a entraîné des contournements de la loi de grande envergure, et des phénomènes aussi négatifs que la corruption. L’existence d’une corruption largement répandue, son faible taux d’investigation assorti d’un fort degré de pénalisation, mais aussi le large soutien du parti et de l’État à la diffusion d’une opinion publique anti-corruption ont engendré au niveau microsociologique une forme d’éthique protestante, et au niveau macrosociologique ont permis d’atténuer les phénomènes d’inflation et de fluctuation qui apparaissent souvent dans le processus de transformation économique. Cependant avec l’augmentation des dégradations et des effets négatifs sur le développement économique de cette logique contradictoire corruption/anti-corruption, la finance, l’économie et la société chinoises recèlent aujourd’hui de nouvelles crises potentielles. Ce chapitre s’efforce de comprendre une logique centrale du développement économique chinois : celle du système dit de corruption/anti-corruption pour comprendre ce qu’on appelle le « miracle chinois », ou encore le « modèle chinois », et les crises spécifiques auxquelles il est confronté.

Problématique soulevée par le « miracle chinois »

2Beaucoup d’économistes ont déjà avancé des explications du miracle de la croissance chinoise. On peut les répartir entre deux orientations théoriques principales : la répartition des ressources et les dispositions institutionnelles. Jeffrey Sachs (Sachs et Woo 1994) et Lin Yifu (Lin Yifu, Cai Fang et Li Zhou 1999 [1994]) sont des représentants de la théorie de la répartition des ressources. Ils affirment que la réforme d’ouverture a brisé les restrictions sur la répartition de ressources telles que la force de travail, le capital, la terre, permettant d’augmenter la productivité. Parmi ceux qui mobilisent les dispositions institutionnelles, on trouve Ying Qian (Ying Qian et Roland 1998) et Bai Zhongen entre autres.

3Les premiers soulignent le rôle, lors des réformes d’ouverture, de la répartition des pouvoirs et particulièrement des pouvoirs financiers dans la constitution d’un fédéralisme ; les seconds insistent sur la stimulation permise par des dispositions institutionnelles telles que « le système des dépôts anonymes » ou encore la « compression des banques » sur les finances privées et publiques. Ainsi Su Li (2004) s’appuie sur un article de Mao Zedong intitulé « Essai sur les dix grandes interrelations » et écrit : « Accorder l’autonomie locale ou un certain degré de prise de décision permet de renouveler le système et de stimuler la concurrence. » Yang Kaizhong privilégie un troisième facteur d’explication de la croissance économique stable de la Chine actuelle (Yang Kaizhong, Tao Ran et Liu Mingxing 2003) : la dérèglementation. Qu’il s’agisse du moteur de croissance économique unanimement reconnu que représentent les entreprises locales, ou bien du facteur-clef du « Three-plus-one » trading mix expérimenté à Canton ou dans certaines provinces côtières et qui a fait décoller leurs économies, ces progrès sont essentiellement liés à la dérèglementation. Ce phénomène de dérèglementation et ses conséquences sont attestés par les travaux de nombreux sociologues réalisés avec beaucoup de précision, montrant avec succès le rôle fécond des gouvernements locaux dans la transition vers l’économie de marché, en évoquant successivement des aspects aussi divers que le « corporatisme local », l’« investissement des gouvernements locaux dans les usines », le « socialisme de marché localisé », la « prise en charge des entreprises par les gouvernements locaux » ainsi que l’« exploitation à but lucratif du pouvoir politique » (Qiu Haixiong et Xu Jianniu 2004 ; Zhang Yanlong 2006). Pourtant la dérèglementation au niveau du gouvernement central et la répartition des pouvoirs ne sont pas des phénomènes nouveaux datant de la réforme d’ouverture ; ils existaient déjà auparavant, mais la dérèglementation entraînait le désordre tandis qu’inéluctablement la reprise en main causait l’étouffement de l’économie.

4Si ce cercle vicieux a pu être enrayé après la réforme d’ouverture et si ces principes ont stimulé la croissance rapide et régulière de l’économie chinoise pendant trente ans, nous estimons que c’est largement grâce à la logique de corruption et lutte anti-corruption qui s’est mise en place en Chine continentale après la réforme. La mise en application de la réforme d’ouverture au sein du système politique a certainement engendré à grande échelle des comportements de contournement de la loi (certaines de ces lois étant sans doute tacitement considérées elles-mêmes comme bonnes à réformer), le phénomène le plus négatif étant celui de la corruption.

5Dans un climat de transformations rapides, l’État comme la société ont fait preuve d’une relative tolérance, d’un acquiescement tacite face à ces phénomènes et à ces comportements (parfois par simple absence de réaction, parfois forcés à la tolérance passive par une pression extérieure), trouvant là une résolution, aux niveaux micro- et mésosociologique, du problème de la croissance économique. Or sous la pression du peuple et des « puissances étrangères », le « soutien à la lutte anti-corruption » nécessaire à la préservation de l’image du parti et du gouvernement et exigé par les factions concurrentes, a donné naissance au niveau microsociologique à une sorte d’éthique protestante dans les mentalités et la culture. Au niveau macrosociologique ce même impératif éthique a permis d’atténuer l’inflation et les fluctuations économiques. Du fait des pertes d’efficacité et des effets négatifs sur la croissance économique, chaque jour plus importants, engendrés par cette logique duale de corruption et lutte anti-corruption, la finance, l’économie et la société chinoise contiennent aujourd’hui de nouvelles crises potentielles.

La tolérance face à la corruption : promotion de l’enrichissement et du régime de responsabilité

6C’est le souhait de tout individu et de toute famille que de s’enrichir, et dès lors la promotion de l’enrichissement fait partie intégrante de nos mœurs et de nos principes de vie ; elle ne vient en aucun cas contredire notre système de valeurs, et dans l’histoire humaine, elle ne compte sans doute pas parmi les développements idéologiques les plus avancés. Cependant quand on considère les questions de réforme d’ouverture et de croissance économique en Chine, il est indispensable de tenir compte de cet encouragement à s’enrichir.

7Il est nécessaire de reconnaître que depuis la fondation de la République et jusqu’à la réforme d’ouverture, la promotion de l’enrichissement n’était en aucun cas absente de l’idéologie socialiste, cependant il s’agissait alors d’un enrichissement au niveau national, et non individuel. L’objectif était la prospérité nationale, celle des individus ne représentant qu’un moyen ou un objectif collatéral, et si les deux dimensions s’avéraient contradictoires, la seconde était sacrifiée ou du moins temporairement mise de côté. Dans la Chine nouvelle d’avant la réforme d’ouverture, l’enrichissement du peuple ne faisait guère partie de l’idéologie dominante, et l’on parlait peu de promouvoir l’enrichissement personnel, en particulier pendant la révolution culturelle. Dans ce contexte historique, bien qu’elle ne représentât pas une innovation idéologique radicale, la promotion de la richesse, amenée au moment opportun, avait, sur le plan des idées, un potentiel révolutionnaire. Les thèses que l’on connaît défendues ensuite par Deng Xiaoping marquèrent un tournant fondamental de l’idéologie commune chinoise vers la promotion de la richesse.

8Après la réforme d’ouverture, la croissance économique relativement régulière de la Chine dépendait encore de l’application et de la promotion à divers niveaux et dans de nombreux domaines du régime de responsabilité. C’est l’existence d’un tel régime qui donnait son efficacité à la dérégulation et qui permettait aux décideurs politiques de soutenir celle-ci en toute confiance, assurant enfin la stabilité et la constance. Le régime de responsabilité occupait donc une place très importante dans la pensée du grand architecte de la réforme d’ouverture, Deng Xiaoping. Et, en effet, la diffusion et l’approfondissement dudit régime furent loin de se limiter aux seuls domaines de la production, tels que l’industrie ou les infrastructures. Les politiques de taxation locales et nationales, la réforme du droit de propriété des entreprises collectives et nationales peuvent aussi être vues comme des extensions du régime de responsabilité.

  • 1 En sciences sociales il existe déjà trois significations du terme corruption : 1) le mésusage du p (...)

9La promotion de l’enrichissement et le régime de responsabilité jouent un rôle indéniable dans la stimulation de la croissance économique. Cependant de manière concomitante ces phénomènes ont aussi tendance à transformer le gouvernement, en particulier dans ses échelons les plus bas, en gouvernement à but lucratif ; si l’on ajoute à cela le système des dépôts anonymes et autres dispositifs de décentralisation des informations, on constate que l’émergence de la corruption a sans doute été grandement facilitée. Nous définirons la notion de corruption ici dans un sens relativement étroit1 comme suit : il y a corruption quand les dépositaires du pouvoir public utilisent celui-ci en rompant les procédures normales ou les règlements, à la recherche d’avantages absolument privés, ou pour satisfaire des désirs personnels. Wu Jinglian (2003) est parti d’un point de vue économique pour résumer les causes de la corruption en trois points :

  1. utiliser le pouvoir administratif pour intervenir sur le marché et mettre en place un commerce illégal ;
  2. utiliser les ajustements et les fluctuations du droit de propriété pour s’approprier des ressources publiques ;
  3. utiliser les imperfections et les irrégularités du marché pour tirer profit de procédés illégaux.

10La corruption dont Wu Jinglian parle ici se limite pourtant à celle qui survient facilement dans le processus qui voit l’économie planifiée remplacée par le système du marché ; le commerce illégal, l’appropriation des biens publics, l’usage du marché pour son propre intérêt ne font que montrer la rétractation de la zone de contrôle de l’économie planifiée, et l’élargissement de l’économie de marché.

11Cependant il existe, selon nous, encore une forme de corruption qui emprunte un chemin inverse de ceux-ci, développée particulièrement à partir des années 1990 :

  1. Les occasions qui existent dans notre société de faire du commerce illégal entraînent des dépendances volontaires et augmentent les ingérences superflues.
  2. Les agents de l’État possèdent ce pouvoir particulier de vassaliser et d’en obtenir des bénéfices, et les fonctionnaires qui contrôlent d’autres fonctionnaires vont encore plus loin dans ce processus : ils se vendent et s’achètent entre eux, ils stimulent la forme de corruption précédemment citée et lui offrent une autoroute, s’assurant ainsi une prise qui leur permet de contrôler leurs collègues.
  3. La discrétion du pouvoir permet à l’un de faire des profits et impose à l’autre de subir des pertes et de se faire complètement exploiter, de là est née une sorte de course à l’armement ; et pour que le plaignant devienne alors le défendant, on cède souvent au pouvoir et les deux sortes de corruption ci-dessus se développent.

12Il paraît évident que, hormis le commerce illégal qui peut sans doute faire baisser les taxes sur les transactions (bien sûr en faisant augmenter les vassalisations et autres dépendances) et s’avère utile afin de mener à bien certaines activités économiques et d’augmenter sensiblement les bénéfices pour la société, la corruption elle-même ne sera en aucun cas directement profitable à la richesse de la société, et ne fera même, la plupart du temps, que détourner celle-ci.

13Nous considérons que la corruption est une force constructive de la société, elle est relative non seulement au système de lois mais aussi à une culture particulière : ce que l’on considère comme de la corruption dans un système législatif donné, dans une culture donnée, ne sera peut-être pas défini ainsi dans une autre culture ; au fil des évolutions d’une culture et d’un système, la conception de la corruption évoluera aussi, et des comportements autrefois considérés comme corrompus ne le seront peut-être plus. Dans la réalité, la définition de la corruption dépend souvent des actions concrètes menées par le système de lutte anti-corruption, et de l’opinion publique. Parfois quand les procédures normales ou les règlements mis en place sont trop sévères ou trop éloignés de la réalité de l’opinion publique, par exemple si les fonctionnaires n’utilisent pas pleinement le système ou négligent la recherche des intérêts et des désirs privés de leurs exécutants, ils encouragent ceux-ci à exploiter le pouvoir public contre ces procédures normales et ces règlements, et interdisent à toute action ayant une vraie valeur sociale de réussir. À ce moment-là, le système et ses exécutants se trouvent parfois dans l’illégalité, par rapport à l’ancien règlement (et si leurs profits sont trop importants, l’opinion publique parlera de corruption ; bien sûr si ces bénéfices sont jugés normaux, on parlera plutôt d’accommodations ou d’ajustements), mais il se peut que cela s’avère en réalité bénéfique pour l’amélioration de la vie sociale dans son ensemble et dans ses circonstances concrètes.

14C’est peut-être pour cette raison que des économistes ont parlé du rôle joué par « certaines formes de corruption » (à savoir celles qui permettent la libération des forces productrices) dans la croissance économique, du moins dans les premiers temps de la réforme (Zhang Shuguang 1996 ; Zhang Weiying 1995 ; Zhang Wuchang, dans Zhang Zenmin 1997). Il faut cependant prêter attention au fait que la corruption a toujours été l’objet de la haine du peuple. La théorie de la corruption dite « théorie des trois Zhang » (Zhang Shuguang, Zhang Weiying, Zhang Wuchang) mentionnée ci-dessus a reçu de nombreuses critiques de chercheurs ou de citoyens. Cette théorie des trois Zhang qui n’aborde qu’une partie limitée des formes de la corruption n’est pourtant pas sans rapports avec l’acception plus large de ce mot dans l’opinion publique. Notre position sur cette question est la suivante : si les affirmations positives sur la corruption développées dans la théorie des trois Zhang sont exactes, elles ne peuvent concerner que les capacités réformatrices que contiennent la promotion de l’enrichissement et le régime de responsabilité (ou relâche du contrôle) engendrés par la corruption malgré elle ; et même si l’on peut hésiter à employer le terme de corruption, c’est celui qu’ils ont choisi. Considérant l’influence relativement importante de leur théorie sur l’ensemble de la société, nous souhaiterions avancer que la théorie des trois Zhang a contribué à montrer l’augmentation du degré de tolérance de la société, et en particulier de certains milieux économiques, envers la corruption. Après les manifestations anti-corruption de 1989, et leur répression mortelle menée par les réformateurs du gouvernement central, le peuple impuissant ne pouvait plus que tolérer. Pour être tout à fait juste, avec l’instauration de la promotion de l’enrichissement et du régime de responsabilité, et surtout depuis 1989, avec la dégradation quotidienne du droit d’organisation et de l’idéologie, il est probable que, dans certains domaines, la Chine contemporaine soit un contexte plus favorable à l’émergence d’une corruption à grande échelle que ne l’était la Chine impériale de l’Antiquité. Les causes en sont les suivantes :

  1. Bien que les deux époques aient connu un régime législatif centralisé, du temps des empereurs : « Dans tout l’empire il n’y avait rien qui n’appartînt à l’empereur ; sur les rives de toutes les terres, personne qui ne fût sujet de l’empereur », et devant la responsabilité de transmettre le royaume et le trône à ses descendants, si l’empereur était suffisamment sage, il savait combattre la corruption de toutes ses forces ; mais dans la Chine d’aujourd’hui les dirigeants ont déjà aboli l’exercice des fonctions politiques à vie, que l’on a remplacées par des mandats à durée déterminée, sans parler de la transmission héréditaire, où le pouvoir n’expire jamais, et dès lors la lutte anti-corruption est sans doute moins efficace que du temps des empereurs ; on ira même jusqu’à utiliser des méthodes corruptrices pour obtenir des loyautés politiques.
  2. Du temps de l’empereur, les plus hauts pouvoirs étaient relativement concentrés, et dès lors la responsabilité des officiels corrompus plutôt aisée à déterminer ; dans la Chine d’aujourd’hui les hauts pouvoirs de direction sont plus éparpillés, la culpabilité des corrompus est donc plus diffuse et il est plus facile de procéder à des échanges d’argent.
  3. Dans la société chinoise actuelle où le contrôle démocratique fait gravement défaut, apparaissent facilement des interdépendances, et les tragédies communes de la corruption mènent à un état de corruption généralisée : les familles des fonctionnaires entrent en concurrence, si les enfants d’une famille manquent de talent, la compétition ne consiste plus à apporter la plus grande contribution au peuple, mais à déterminer qui s’enrichit le plus vite, quelle famille est la plus fortunée.

Le rôle équilibrant de la lutte anti-corruption et de la pression qu’elle engendre

15Évidemment, la Chine contemporaine possède aussi ses avantages propres dans la lutte contre la corruption. Hormis les réseaux de la société de l’information qui facilitent le contrôle de l’opinion publique (et ce même si ces réseaux ont eux-mêmes reçu des restrictions), et la mondialisation qui oblige aussi les décideurs politiques (généralement les plus haut placés) à prêter attention à l’image de leur pays ainsi qu’aux conséquences de leurs propres agissements sur la scène internationale, l’idéologie des sociétés communistes contribue aussi à donner aux masses, au parti et aux cadres du gouvernement une conception claire de la lutte anti-corruption, ce qui lui est toujours bénéfique. En outre, les dirigeants chinois ne sont pas issus d’une même caste de sang, mais le système ressemble plutôt à celui de l’Antiquité, dans lequel le souverain abdiquait pour céder le pouvoir à son successeur, et cette procédure est aussi efficace pour permettre à des personnes brillantes (même si elles ne sont peut-être pas les plus brillantes), et ayant vécu dans les classes moins aisées, d’accéder aux postes de direction ; ces dirigeants n’ont alors rien de commun avec les empereurs tardifs de certaines dynasties si faciles à berner.

16Dans les faits, la lutte anti-corruption a toujours été une préoccupation essentielle du parti et du gouvernement, et elle était souvent mentionnée dans les discours et les textes des dirigeants du gouvernement central, et dès lors aussi dans leurs dossiers et dans ceux du parti. Par exemple dans le troisième tome du recueil de « Morceaux choisis » de Deng Xiaoping (1993), le terme corruption apparaît 34 fois, parmi lesquelles, hormis deux mentions qui concernent « les gouvernements réactionnaires des dynasties passées » et « les empereurs de la dynastie Qing », les 32 autres occurrences concernent des problématiques comme la « lutte anti-corruption » ou la « punition de la corruption » qui doivent être menées par le gouvernement et le parti.

17Après la disparition de personnages puissants comme Mao Zedong ou Deng Xiaoping, les particularismes des différentes factions sont apparus plus nettement au sein de la vie politique du parti et du gouvernement. Il ne fait pas de doute que les activités de lutte anti-corruption aujourd’hui obéissent de plus en plus aux intérêts de ces factions, elles sont devenues l’un des outils – si ce n’est le seul – des groupes d’intérêt pour attaquer d’autres groupes, et dissimulent donc des luttes de pouvoir. Les particularités de cette tension entre corruption et lutte anti-corruption sont donc les suivantes :

  1. la corruption répondant aux besoins des groupes d’intérêt est relativement répandue ;
  2. la lutte anti-corruption se fait par à-coups (une lutte systématique ou systémique nuirait à l’image du parti et du gouvernement) ;
  3. le taux de comportements corrompus qui ont été investigués est faible, mais le coût de ces enquêtes est assez élevé. Ces allées et venues entre corruption et lutte anti-corruption jouent un rôle moteur dans la stabilisation de la croissance économique.

18D’un point de vue microsociologique, la motivation des fonctionnaires ne vient pas seulement de l’attrait des honneurs ou de l’espoir d’une promotion mais aussi de leurs intérêts économiques personnels et familiaux. Le contact direct ou indirect avec le marché expose le pouvoir des fonctionnaires aux opportunistes et aux occasions corruptrices rémunératrices ; en outre la construction économique ordonne aux fonctionnaires d’obtenir des succès politiques précoces et réguliers, et dès lors ceux-là investissent beaucoup d’efforts dans la direction, la planification et l’harmonisation de cette construction. Sous la pression d’une lutte anti-corruption factieuse et intermittente, les fonctionnaires vaquent sans doute à leurs activités illégales avec plus de fébrilité et d’inquiétude. Le coût des opportunités qui s’offrent à leur audace et à leur avidité a augmenté avec les bénéfices de la corruption, ils s’époumonent à longueur de journée contre la corruption tout en détournant eux-mêmes des fonds, et à cause de ce décalage entre leurs paroles et leurs actions ils se sentent souvent coupables et redevables ; ils ont obtenu de gros avantages et dès lors ressentent régulièrement le besoin de montrer qu’ils dédient leur pouvoir au peuple. Par ailleurs c’est souvent grâce à des promotions qu’ils échappent à la justice : seule une position suffisamment haut placée peut assurer aux fonctionnaires une certaine sécurité et les garantir contre une arrestation, c’est pourquoi ils dépensent une énergie infinie pour promouvoir les chantiers qui leur assureront des succès politiques. Cet effort, ajouté à la nécessité pour eux d’adopter une attitude très modeste dans la vie quotidienne, laisse entrevoir, quand on considère leur seul comportement, l’ombre des protestants de Weber.

19D’un point de vue macrosociologique maintenant, dans le système traditionnel de l’époque des empereurs chinois, la monnaie utilisée était frappée dans le métal, et naturellement l’argent accumulé par la corruption était en métal, ainsi que celui constituant les stocks. Mais comme l’extraction du métal n’était pas aisée, et son accumulation assez lente, les quantités de l’approvisionnement demeuraient relativement stables. Dès lors, quand les fonctionnaires ou le souverain étaient trop lourdement corrompus, s’ensuivait une accumulation excessive des devises ; et si l’on y ajoutait les métaux précieux enterrés avec les citoyens riches, on comprend que le pays se trouvait facilement piégé et tombait dans la misère. Si la corruption en venait alors à s’aggraver encore, on pouvait certes procéder à des perquisitions dans les propriétés afin de renflouer les caisses du pays, mais les résultats de la lutte anti-corruption restaient limités, les fonctionnaires corrompus qui n’avaient pas encore été découverts se résolvaient alors à ne pas montrer leur richesse, adoptaient un mode de vie simple, et alors la probabilité que les richesses se trouvent rassemblées entre les mains d’une minorité augmentait. Sous le système impérial, si la corruption était répandue et la lutte anti-corruption relativement active, alors l’empire était souvent confronté à des crises de la monnaie qui venait à manquer, le peuple sans argent ne pouvait donc pas consommer, les capitaux et les investissements de la société diminuaient, et on tendait vers un phénomène d’appauvrissement de ceux qui auraient dû prospérer (Keynes 1999). Par ailleurs, même si les fonctionnaires confrontés à ce système dans lequel la corruption était monnaie courante se trouvaient être des gens compétents, des difficultés pratiques demeuraient quant à la manière de faire circuler l’argent vers les plus pauvres, et ne restait aux paysans que l’insurrection pour s’en sortir ; face aux insurrections la puissance impériale perdait rapidement tout pouvoir de riposter : en effet s’attaquer au capital des pauvres avait des bénéfices limités, tandis que s’en prendre aux revenus des riches aurait été bien plus payant.

20Cependant dans un système sans monnaie métal, en particulier dans un système de monnaie fiduciaire contrôlé par le gouvernement (billets, jetons), avec autant de corruption, les répercussions seraient nettement moins graves. En effet le gouvernement y dispose d’un pouvoir assez efficace de fabriquer de la monnaie (et d’autant plus à l’ère de l’argent numérique) et ainsi, bien que la monnaie accumulée par les fonctionnaires corrompus ne circule pas, on ne saurait en arriver au point où celle-ci viendrait à manquer sur le marché ; le gouvernement, souhaitant soutenir le développement, choisira souvent d’augmenter la monnaie disponible pour l’investissement, s’ensuivront des crises d’inflation, et les fonctionnaires corrompus n’oseront alors plus dépenser leurs économies (la pression d’une lutte anti-corruption assidue est généralement nécessaire pour obtenir ce résultat), ce qui fera par là même baisser l’inflation. Dans un tel contexte, le gouvernement peut faire fonctionner la planche à billets en toute confiance, et adopter une série d’investissements afin de diriger la consommation et le développement économique. Bien sûr, dans un système où les forces de production n’ont pas encore été libérées ou sont en cours de libération, étant donné les ressources limitées du marché, la concentration des investissements monétaires entre les mains d’une minorité de fonctionnaires et d’individus présente encore le risque de déclencher une crise. En Chine, depuis que la construction économique est devenue le cœur du travail du parti et du gouvernement, peu importe la quantité de monnaie qui circule ; lorsque les investissements à grande échelle sont nombreux, ils constituent la problématique essentielle pour ces deux institutions. Durant les trente et quelques années du processus de croissance chinoise, la quantité des investissements annuels a été très importante et celle de la monnaie investie a augmenté rapidement. Selon les statistiques, en 2005 l’investissement monétaire net s’élevait à 256,3 milliards de yuans, et la somme en circulation sur le marché à 24 031 milliards de yuans, c’est-à-dire respectivement 150 fois et 111,5 fois les chiffres de 1978 (statistiques nationales 2007). D’un point de vue systémique, la soif d’investir se retrouve à chaque niveau des gouvernements locaux et de la société civile. Pour ce qui est des gouvernements locaux, elle provient de la recherche de succès politiques à laquelle se livrent les fonctionnaires. Et les aspirations qui naissent chez certains membres de la société civile sont déclenchées par le désir d’enrichissement préalable de ces élites. La soif d’investir et sa satisfaction conduisent facilement à l’inflation ; et les dommages de la corruption dans un système de monnaie fiduciaire contrôlé par le gouvernement apparaîtront souvent concentrés sous la forme de ces crises de l’inflation.

21Parmi les méthodes pour contrôler l’inflation, et hormis le freinage des investissements et des surchauffes de l’économie (ce qui constitue déjà une part importante du travail du gouvernement, avec des techniques concrètes comme une réforme des banques ou une politique d’harmonisation monétaire macroéconomique), l’un des recours importants est la lutte anti-corruption, et en particulier la lutte contre le blanchiment d’argent. La lutte contre la corruption et contre le blanchiment d’argent conduit souvent les fonctionnaires corrompus à conserver leur argent sous forme de liquide, en particulier depuis l’instauration, le 1er avril 2000, d’un système contraignant à donner sa véritable identité pour tout dépôt bancaire. Pour le dire plus simplement, il suffit que la pression de la lutte anti-corruption inhibe les fonctionnaires et que le marché soit suffisamment prospère pour éviter qu’ils n’investissent massivement et ne fassent circuler le capital qu’ils ont amassé. Et pour que la croissance économique durable soit protégée – dès lors que la lutte anti-corruption s’abat sur eux –, ils se voient contraints de remettre l’argent mal acquis aux autorités fiscales, ce qui pour l’État facilite son retrait et permet de résorber l’inflation ; cette technique représente donc un atout pour équilibrer le besoin d’investissement du gouvernement. Bien évidemment dans la société actuelle où la gestion financière prend une grande importance, ces sommes astronomiques laissées entre les mains de fonctionnaires corrompus et plus ou moins éclairés seront peut-être investies sur le marché régional ou dans des actions locales. Cela peut alors apporter une explication officieuse à des épisodes de surchauffes localisées ou à l’envolée du prix de certaines actions. D’après les estimations de Wang Xiaolu (2007), il ne faut pas sous-estimer l’influence latente très importante sur la vie économique des capitaux, monétaires ou autres, tombés dans des portefeuilles d’actions personnels à cause de la corruption.

Corruption, lutte anti-corruption et croissance économique

22Le rôle du couple corruption et lutte anti-corruption dans l’équilibre de la croissance économique chinoise de ces dernières années est crucial. À l’ère de la communication, la multiplication des canaux et leur profonde interdépendance, la puissance de traçabilité des monnaies numériques par les enregistrements holographiques, la puissance d’intimidation de la société internaute grâce à des moteurs de recherche comme Sousuo jouent sans aucun doute un rôle important au sein de la logique corruption et anti-corruption. Cependant ladite logique a aussi des effets négatifs très importants sur la vie politico-économique et culturelle. En outre ces dernières années son rôle dans la croissance économique a diminué au fur et à mesure que les sociétés par actions et autres systèmes de propriété mixte ont pris une place dominante dans l’économie, que les jeunes générations ont accordé de plus en plus d’importance à leurs avantages matériels, que la tolérance envers la corruption a augmenté, que l’influence de l’idéologie socialiste a diminué.

23Le phénomène dit « des deux générations » chez les bénéficiaires de la corruption est en train d’effacer progressivement les traces de celle-ci, et les revenus des enfants de hauts fonctionnaires prennent chaque jour un peu plus des formes légales (Zhao Xiao 2006). Cette deuxième génération considère encore bien davantage que la première ces capitaux comme allant de soi, et le degré de culpabilité chez elle ne fait que baisser. Avec la multiplication des départs à l’étranger des fonctionnaires avec leur famille pour profiter de l’argent sale, il est de plus en plus clair que certains d’entre eux travaillent en Chine pour gagner de l’argent que femme et enfants dépensent ensuite en dehors de la Chine. Même si cette consommation externe a l’avantage de faire pression sur la crise de l’inflation en interne, elle ne contribue pas à stimuler la production nationale, le marché de l’emploi et la progression des revenus.

24Au fil du perfectionnement quotidien du système d’économie de marché, alors que le rôle de la connaissance et de la créativité est de plus en plus important pour la croissance économique, l’apport direct des fonctionnaires à la construction économique diminue. Dans une société de l’information, celle-ci demeure encore largement censurée en Chine, ce qui contribue à affaiblir le rôle de la société internaute dans la lutte anti-corruption. Non seulement divers sites web sont contrôlés par la police d’Internet, mais les moteurs de recherche sont eux aussi limités. Cette rétention de l’information ne permet pas non plus d’escompter que la pression de l’opinion internationale pourrait avoir un effet sur la corruption. Et même pour ce qui est de la démocratisation que demandent certains intellectuels, si l’on veut la promouvoir en Chine par des méthodes relativement pacifiques et stables, il faudra sans doute encore commencer par établir avec certitude la liste de ceux qui se sont enrichis par la corruption.

25Pour conclure, on peut affirmer que le couple corruption et anti-corruption contribue à la croissance économique équilibrée de la Chine avec un affaiblissement quotidien évident de la pression exercée par la lutte anti-corruption, croissance qui rencontre chaque jour des difficultés plus importantes. L’expansion des investissements et la diminution des besoins domestiques se trouvent confrontés à une entrave sur les exportations, provoquant rapidement des crises de l’économie interne. En même temps, si surviennent des troubles sociaux, le risque est celui d’une crise financière ; en effet, les biens financiers mal acquis, accumulés sur de grandes échelles par des fonctionnaires corrompus, se trouveront facilement exposés en cas de turbulences, entrant en concurrence avec les ressources normales du marché, ce qui entraîne une inflation des prix et fait plonger l’économie dans un cercle vicieux. De plus, la sortie des capitaux risque d’entraîner une crise de confiance nationale. Cependant parmi les outils de contrôle macroéconomique dont dispose l’État, en dehors des politiques financières et monétaires, la lutte anti-corruption est un atout qui ne saurait être négligé. Évidemment il faut noter que cette utilisation de la lutte anti-corruption n’est qu’une proposition parmi d’autres afin de promouvoir la construction d’un système et d’une structure sociale rationnels.

Bibliographie

Bureau national des statistiques, 2006, Zhongguo tongji nianjian [Annales statistiques de Chine], Pékin, Presses statistiques de Chine.

Deng Xiaoping, 1993, Deng Xiaoping Wenxuan [Morceaux choisis], t. 3, Viroinval, Éditions du Peuple.

Keynes John M., 1999 [1936], The General Theory of Employment, Interest, and Money, traduction Gao Hongye, Hong Kong, The Commercial Press.

Lin Yifu, Cai Fang et Li Zhou, 1999 [1994], Zhongguo de qiji : fazhan zhanlüe yu jingji gaige [Le miracle chinois : stratégie de croissance et réforme économique], Shanghai, Shanghai Joint Publishing Company.

Mao Zedong, 1976 [1956], « Lun shi da guanxi » [Essai sur les dix grandes relations interpersonnelles], Le Quotidien du Peuple, 26 décembre 1976.

Qiu Haixiong et Xu Jianniu, 2004, « Shichang zhuanxing guochengzhong difang zhengfu jiaose yanjiu shuping » [Rôle des gouvernements locaux dans les processus de transformation du marché], Shehuixue yanjiu [Recherches en sciences sociales].

Sachs Jeffrey et Woo Wing Thye, 1994, « Structural factors in the economic reforms of China, Eastern Europe and the Former Soviet Union », Economic Policy, no 18, p. 102-145.

Su Li, 2004, Dangdai zhongguo de zhongyang yu difang fenquan – chongdu Mao Zedong « lun shi da guanxi » diwujie [Le partage du pouvoir entre gouvernement central et autorités locales dans la Chine contemporaine. Une nouvelle lecture de la cinquième section de l’« Essai sur les dix grandes interrelations » de Mao Zedong], Pékin, Institut des sciences sociales de Chine.

Wang Xiaolu, 2007, « Gray income widening income gap among Chinese people », China Reform, no 7.

Wu Jinglian, 2003, « Fubai he fanfubai de jingjixue sikao » [La théorie économique de la corruption et de la lutte anti-corruption], Zhanluë yu guanli [Stratégie et gestion], no 2.

Yang Kaizhong, Tao Ran et Liu Mingxing, 2003, « Jiechu guanzhi, fenquan yu zhongguo jingji zhuangui » [Déréglementation, séparation des pouvoirs et transition économique chinoise], Zhongguo shehui kexue [Sciences sociales de Chine], no 3.

Ying Qian et Roland Gérard, 1998, « Federalism and the soft budget constraint », American Economic Review, vol. 88, no 5, p. 1143-1162.

Zhang Shuguang, 1996, Geren quanli yu guojia quanli [Droit personnel et droit étatique], Chengdu, Sichuan Literature and Arts publishing House.

Zhang Weiying, 1995, « You xie fubai de cunzai, bu shi zui hao ye shu ci you » [L’existence d’un certain degré de corruption n’est pas l’idéal mais s’en approche], Jingqi xinwen [Les Nouvelles économiques], 8 décembre 1995.

Zhang Wenmin éd., 1997, Zhongguo jingji dalunzhan [L’économie chinoise en débat], t. 2, Pékin, Economic Management Press.

Zhang Yanlong, 2006, « Caizheng fenquan yu sheng yixia zhengfu jian guanxi de yanbian – dui 20 shiji 80 niandai A sheng caizheng tizhi gaige zhong zhengfu guanxi bianjian de ge’an yanjiu » [Partage des pouvoirs financiers et évolution des relations gouvernementales au niveau sub-provincial. Une étude de cas des transformations des relations intergouvernementales dans la province de A au moment des réformes du système financier dans les années 1980], Shehuixue yanjiu [Recherches en sciences sociales].

Zhao Xiao, 2006, « Yizuzu lingren xinjing de shuzi beihou » [Les surprenants dessous des chiffres], Shanghai Securities News, 20 octobre 2006.

Notes

1 En sciences sociales il existe déjà trois significations du terme corruption : 1) le mésusage du pouvoir public ; 2) un phénomène nuisible à la société ; 3) la dégradation du système. Dans le langage courant, le terme a pris un sens élargi. Par exemple lorsqu’un chauffeur de taxi fait un détour sur la route, on parle de corruption, de même que le plagiat chez les étudiants peut être qualifié de corruption ou encore le fait qu’un chef de classe reçoive des cadeaux des autres élèves, enfin les internautes iront jusqu’à qualifier de corrompu celui qui se rend au restaurant pour y faire un repas luxueux.

Auteur

Maître de conférences de sociologie dans le département de sociologie de l’Université du Peuple à Pékin. Il a obtenu son doctorat de sociologie en 2004 à l’Université de Pékin. Il a été élu maire-adjoint de 2011 à 2012 dans une ville du sud-est du Jiangsu et a été Visiting Scholar de 2012 à 2013 dans le département de sociologie de Georgetown University aux États-Unis. Il développe ses recherches en sociologie économique et en théorie des organisations. Parmi ses ouvrages : The Game-Structural Functionalism : the Basic Mechanism for Building a Harmonious Society, Pékin, Renmin University of China Press, 2012 ; Embedded-form Games. An Analysis of the Market Order in China’s Transformation, Shanghai, The Shanghai People Press, 2009 ; The Logic of Behavior during the Institutional Transformation, Pékin, The Knowledge Copyright Press, 2005. Parmi ses articles : « The nature of guanxi and choice : a study based on experimentation », Youth Studies, no 2, 2011, et « Embedded games and the supply structure of public goods : a case from a village », Society, no 3, 2009.

Eva Fischer (Traducteur)

© ENS Éditions, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540