Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sociologies économiques française et chinoise : regards croisés

 | 
Laurence Roulleau-Berger
, 
Liu Shiding

VI. Confiance, échanges économiques et interactions sociales

16. Crise de la confiance des ouvriers-paysans en milieu urbain

Liu Aiyu

Texte intégral

Pourquoi s’intéresser à la confiance sociale des ouvriers-paysans ?

  • 1 Cette étude a été réalisée grâce au soutien financier du programme de recherche soci (...)
  • 2 N.d.t. Nous avons choisi de traduire littéralement le terme chinois de nongmingong. (...)

1La recherche contemporaine sur la confiance a pour origine les recherches en psychologie des années 1950 étudiant, par le biais d’expériences, la confiance interpersonnelle1. Après les années 1970, la recherche autour de la question de la confiance a progressivement débordé le cadre de la psychologie pour devenir un sujet de recherche important en sociologie, en économie, dans le champ des études culturelles, et le management dans les organisations. Si la communauté scientifique s’est tant intéressée à ce sujet, à travers tant de domaines de recherches, c’est que la confiance sociale des membres d’une société est la base et la garantie de l’ordre social (Luhmann 1979 ; Putnam 2000). Cette contribution s’intéresse à l’État et aux facteurs influençant la confiance sociale des ouvriers-paysans2.

  • 3 N.d.t. Le texte se contente ici d’utiliser le terme waichu nongmingong(...)

2Il y a plusieurs raisons d’analyser la confiance sociale de ce groupe particulier que sont les ouvriers-paysans. La première est qu’ils jouent un rôle capital dans le développement économique de la Chine et dans l’instauration d’une société harmonieuse. Dans le contexte d’un processus rapide d’industrialisation et d’urbanisation que connaît la Chine, ils représentent aujourd’hui une part importante des ouvriers du pays. À la fin du deuxième trimestre 2011, la population nationale d’ouvriers-paysans s’élevait à 260 millions, dont 160 millions ont quitté leur zhen d’origine3. D’après les données du cinquième recensement national, ils représentent 58 % des employés du secteur secondaire et 52 % du secteur tertiaire, 68 % des employés de l’industrie manufacturière et 80 % de ceux du bâtiment (« Ministère des ressources humaines et de la protection sociale », 2011). La deuxième raison est que, jusqu’à présent, il y a eu peu de recherches au sujet de la confiance sociale des ouvriers-paysans. Ces dernières années, les études sur ceux-ci se sont multipliées et la recherche a couvert de nombreux domaines. Toutefois, à ce jour, peu se sont intéressés à la confiance sociale des ouvriers-paysans.

3Cette contribution qui étudie l’état de cette confiance et les facteurs qui l’influencent a pour source principale une enquête par questionnaires réalisée en 2009 dans 24 entreprises du secteur du textile et de la confection situées dans 8 villes : Pékin, Shanghai, Shenzhen, Quanzhou, Ningbo, Shaoxing, Yuhang et Xinye. Les 1051 ouvriers interrogés ont permis d’obtenir un échantillon de 1021 réponses valides dont 850 d’ouvriers-paysans et 171 d’ouvriers locaux.

De la confiance sociale des ouvriers-paysans

4Dans ce chapitre nous définissons la confiance d’un point de vue sociologique, en la prenant comme « un phénomène social s’établissant sur la base de la loi (système légal) ou de l’éthique (normes culturelles de la société) » (Pang Siqing 2003). Pour en venir à la confiance des ouvriers-paysans, nous considérerons deux dimensions : celle de la confiance envers le système légal, soit leur confiance envers le gouvernement et envers la loi, et celle de la confiance sociale et des normes morales, soit leur confiance envers l’environnement urbain et envers la justice sociale. Nous mesurerons la confiance à partir de quatre thématiques :

  • la confiance envers le gouvernement : « Je crois que le gouvernement est capable de nous protéger, nous les travailleurs »4, « En cas d’atteinte à mes intérêts, me plaindre au gouvernement est inutile » ;
  • la confiance envers la loi : « Je crois qu’emprunter la voie légale permet de protéger mes droits et intérêts », « Les lois ne sont utiles qu’à ceux qui ont du pouvoir et de l’argent, pour les pauvres et les classes sociales les plus basses, elles sont tout à fait inutiles » ;
  • la confiance envers l’environnement urbain : « En ville il y a tout de même une majorité de bonnes personnes », « En ville, il y a beaucoup d’arnaques, de crimes et de pièges » ;
  • la confiance envers la justice sociale : « Il suffit de travailler dur, un employé peut aussi devenir patron », « Cette société est très juste », « Dans cette société, ceux qui paient le plus ne seront pas forcément ceux qui reçoivent le plus, travailler plus dur est inutile » et « Dans cette société, ce sont toujours ceux qui ont du pouvoir et de l’influence qui décident ».
  • 5 N.d.t. La méthode utilisée n’est pas détaillée dans le texte, l’auteur la nomme : ji (...)

5Nous mesurerons donc la confiance sociale des ouvriers-paysans sur la base de dix questions réparties en quatre catégories (confiance envers le gouvernement, envers la loi, envers l’environnement urbain et envers la justice sociale). En mobilisant les données statistiques réalisées, nous obtenons un score total pour chaque ouvrier-paysan interrogé, score obtenu par la méthode de standardisation des écarts maximaux5 sur une échelle de 0 à 1. En ce qui concerne les quatre types de confiance évoqués, pour chacun d’entre eux, le score obtenu par les ouvriers-paysans est inférieur à celui des ouvriers locaux. Le score le plus élevé obtenu par les ouvriers-paysans est celui de la confiance envers la loi (0,60), puis de la confiance envers le gouvernement (0,59), envers l’environnement urbain (0,57), et enfin, envers la justice (0,55). La différence la plus importante entre ouvriers-paysans et ouvriers locaux concerne la confiance envers le gouvernement et envers l’environnement alors que la différence est assez faible envers la loi et la justice. Les quatre formes de confiance atteignent globalement des niveaux moyens. Sur la base des 10 variables citées précédemment, nous construisons une échelle globale de confiance sociale. D’après les données statistiques, le coefficient de confiance de cette échelle est de 0,77 ; après standardisation, le niveau moyen de confiance sociale atteint 0,579 et la déviation standard 0,499.

Analyse des divergences du niveau de confiance sociale des ouvriers-paysans

Variables influençant le niveau de confiance sociale

  • 6 N.d.t. Le terme employé est celui de shequ, qui, comme le rappelle par la suite l’ (...)

6Les variables influençant le niveau de confiance sociale peuvent être étudiées au niveau individuel, au niveau de la communauté6 et de la société dans son ensemble. Dans cette perspective on voit comment les caractéristiques objectives et subjectives influencent la confiance sociale. Nous nous intéressons principalement ici aux variables suivantes : le genre, la position générationnelle, le lieu d’enregistrement du hukou (certificat de résidence), le niveau d’éducation, le statut marital et le revenu.

7Nous étudions deux types de variables liés à la communauté. Le premier est celui de la communauté résidentielle, lieu d’intégration des ouvriers-paysans où les relations interpersonnelles et leur vécu peuvent être mesurés. Les relations interpersonnelles passent par les liens amicaux, ce qui, dans le questionnaire, est testé par les questions du type : « Parmi vos amis, à l’endroit où vous travaillez, y a-t-il des travailleurs locaux ? » ou bien « Quel est le type de vos relations avec ces amis locaux ? » Le vécu de ces relations est mesuré à travers quatre propositions : « Je pense qu’il est facile de bien s’entendre avec la majorité des locaux », « Je pense qu’il est possible de devenir ami avec des travailleurs locaux », « Je pense que la majorité des locaux nous méprise, nous les ouvriers non locaux », « Par rapport aux locaux, j’ai plus confiance envers les gens originaires de mon village ». Sur la base de ces quatre propositions, l’échelle de perception des relations humaines que nous construisons a un coefficient de confiance de 0,57, une moyenne de 0,42 et un écart-type de 0,493.

8Le second type de variable renvoie à la communauté de l’entreprise ou de l’usine. Nous nous intéressons ici aux caractéristiques objectives des entreprises ainsi qu’au ressenti des ouvriers-paysans envers les organisations telles que les usines et les entreprises pour appréhender leur confiance en l’organisation. On peut distinguer deux types de confiance en l’organisation : la confiance au sein d’une organisation et la confiance entre organisations. Nous ne nous intéresserons ici qu’à la confiance au sein d’une organisation qui peut prendre deux formes : la confiance entre cadres et employés et la confiance entre employés.

9Le degré de confiance envers l’entreprise est mesuré à l’aide d’une échelle fondée sur huit propositions : « Je souhaite fortement continuer à travailler dans cette usine », « Je suis prêt à recommander cette usine à mes amis », « Je pense qu’il suffit que l’entreprise soit productive pour que le salaire et les avantages sociaux des ouvriers soient bons », « Je suis convaincu que notre usine fait tout son possible pour prendre en compte les ouvriers », « Les règles et l’organisation du management de l’usine sont justes et raisonnables », « L’organisation de l’usine a toujours sa propre logique », « En cas d’accident du travail, l’entreprise fait face à ses responsabilités », « Je suis convaincu que dans le contexte de crise financière, l’entreprise ne nous laisserait pas tomber ». Le coefficient de confiance de l’échelle est de 0,89 et la moyenne de confiance des ouvriers-paysans envers l’organisation de l’entreprise est de 0,58 avec un écart-type de 0,214.

10La confiance entre employés et cadres est mesurée par les six propositions suivantes : « Je crois que les cadres de l’entreprise sont honnêtes dans tout ce qu’ils disent », « Souvent, ce que les cadres font réellement diffère de ce qu’ils disent », « Je pense que les sanctions et les récompenses que nous distribuent les cadres sont équitables », « Je suis prêt à partager franchement mes opinions et mes suggestions avec les cadres », « Les cadres sont souvent capables de se mettre à ma place pour comprendre ma situation », « En cas de problème personnel, je suis prêt à me confier à mes supérieurs ». Le coefficient de confiance sur cette échelle mesurant la confiance des ouvriers envers les cadres est de 0,80, le score moyen étant de 0,50 et l’écart-type de 0,196.

11Enfin, l’échelle de confiance entre employés est mesurée sur la base de trois propositions : « En cas de problème personnel, je suis convaincu que mes amis ouvriers m’aideraient au maximum », « Si de meilleures opportunités de poste ou de travail se présentent, les ouvriers partagent cette information entre eux », « Si un de mes collègues rencontre une difficulté ou un doute dans le cadre de son travail, il vient souvent me consulter ». Cette échelle de confiance entre employés a un coefficient de confiance de 0,60, une moyenne de 0,64 et un écart-type de 0,196. Parmi les caractéristiques objectives des entreprises étudiées nous avons retenu le type de propriété auquel est soumise l’entreprise, le lien de l’entreprise avec le marché international et la taille de l’entreprise.

12Quant aux variables liées à la vie sociale, grâce à Robert N. Bellah (1985), nous savons que plus notre sociabilité est forte, plus nous prenons conscience de l’intérêt de l’entraide, de la collaboration, de la convivialité, du consensus, du bien commun… dans la gestion de nos relations avec autrui et dans l’élargissement du système de sécurité sociale ; la qualité de ces rapports interpersonnels constitue la caractéristique centrale de la confiance sociale, et contribue à en élever le niveau. Pour Paul J. Zak et Stephen Knack (2001), dont le travail se fonde sur les statistiques de la troisième édition de l’Enquête mondiale sur les valeurs réalisée entre 1981 et 1997 dans 41 pays différents, l’indice du droit de propriété, la possibilité de reconduire les contrats, l’indice de perception de la corruption, les droits des investisseurs – tous très étroitement liés à la qualité du gouvernement et du système juridique – contribuent à élever le niveau de la confiance sociale. Jan Delhey et Kenneth Newton (2003) ont, quant à eux, remarqué que, plus les réseaux interpersonnels et amicaux sont larges, plus la sociabilité des individus est forte, plus son degré de confiance sociale est élevé.

Analyse multivariée du niveau de confiance sociale des ouvriers-paysans

13Tout d’abord, nous contrôlerons une variable pour la tester, puis, sur la base du contrôle des variables des caractéristiques personnelles et de celles de l’entreprise, nous ajouterons quatre autres variables pour produire et tester en tout cinq modélisations.

Tableau 1 Comparaison des modélisations de la confiance sociale

Modélisations

BIC

(1) : Variable facteurs personnels + caractéristiques de l’entreprise

(2) : (1) + Revenu espéré et revenu réel

.002

4

(3) : (2) + Assimilation en ville (relations interpersonnelles + ressenti à leur sujet)

.094

-122

(4) : (3) + Confiance en l’organisation

.201

-99

(5) : (4) + Facteurs sociaux

.030

20

  • 7 L’espace étant limité, les résultats de l’analyse régressive multivariée ne sont p (...)

14En ce qui concerne la confiance sociale des ouvriers-paysans, après le contrôle des variables principales telles que le type d’entreprise, la confiance en l’organisation et l’intégration en ville, les variables que sont le sexe, le statut marital, le niveau d’études, la génération, l’origine, le niveau de salaire n’ont en moyenne, d’un point de vue statistique, pas d’effet notable7. Les conclusions de notre recherche diffèrent en ce sens nettement des études précédentes sur le sujet (Hu Rong et Li Jingya 2006 ; Yamagishi 2001 ; Wang Shaoguang et Liu Xin 2002 ; Ceng Xiao 2011).

15Cela peut être expliqué par deux raisons. Tout d’abord, les personnes interrogées dans cette recherche sont des ouvriers-paysans employés dans l’industrie textile et dans la confection dans différentes villes. Par conséquent, la représentativité est référée à un secteur d’activité et n’est pas limitée à l’échantillon d’une seule ville ou région. La seconde raison est qu’en réfléchissant aux facteurs décisifs influençant la confiance sociale des ouvriers-paysans, nous avons dû intégrer les pratiques de l’entreprise et la confiance en l’organisation.

16Les caractéristiques des entreprises et le vécu des ouvriers-paysans dans l’organisation sont des facteurs explicatifs importants des différences de degré de confiance sociale. Toutefois, le degré d’influence de ces deux facteurs est clairement différent. Si on prend le vécu dans l’entreprise comme indicateur de la confiance en l’organisation, l’influence de ce facteur sur la confiance sociale est bien plus importante que celle des caractéristiques objectives de l’entreprise. Or la confiance en l’organisation permet d’expliquer 20,1 % des différences de degrés de confiance. Par conséquent, pour comprendre la confiance sociale des ouvriers-paysans, nous pouvons nous intéresser aux règles et aux pratiques des entreprises où ils travaillent. La connaissance et l’évaluation que les ouvriers-paysans ont de ces règles, le jugement et la confiance envers l’organisation de l’entreprise et envers les cadres, permettent dans une grande mesure d’anticiper le degré de leur confiance sociale. La confiance en l’organisation et la confiance entre employés et cadres ont une influence statistiquement significative sur le niveau de confiance sociale. En contrôlant les autres facteurs, chaque fois que la confiance envers l’entreprise et que la confiance entre employés et cadres augmente, la confiance sociale des ouvriers-paysans augmente respectivement de 0,39 et 0,173. Quant au rapport entre caractéristiques des entreprises et confiance sociale, le facteur le plus influent reste le type de propriété de l’entreprise. Les ouvriers-paysans travaillant dans des entreprises étrangères ou des joint-ventures tendent à avoir un degré de confiance sociale plus faible que dans les entreprises publiques.

17Par ailleurs les relations interpersonnelles des ouvriers-paysans et leur vécu jouent largement sur le niveau de confiance sociale. Le degré de confiance sociale des ouvriers-paysans qui ont des amis locaux mais communiquent peu avec eux sera inférieur à 0,151 par individu, et de 0,081 pour ceux qui n’ont pas d’amis locaux. L’influence des relations interpersonnelles et de leur vécu sur les degrés de confiance sociale est presque équivalente.

18Enfin, le fait que les ouvriers-paysans participent ou non à des associations non gouvernementales de travailleurs n’a pas d’influence manifeste sur le degré de confiance sociale. En revanche, les caractéristiques de la ville du lieu de travail ont, elles, un peu d’influence sur le niveau de confiance sociale. Par exemple le degré de confiance sociale des ouvriers-paysans est plus bas à Xinbie, Ningbo et Quanzhou qu’à Pékin. En conclusion, les réseaux de relations sociales peuvent expliquer 3 % des différences de niveau de confiance sociale.

19Nous avons montré que la confiance des ouvriers-paysans envers la loi, envers le gouvernement, envers l’environnement urbain et envers la justice sociale était plus basse que celle des travailleurs locaux. En effet, la confiance sociale moyenne des ouvriers-paysans atteint 0,579 alors qu’elle est de 0,643 pour les ouvriers locaux. En général, la confiance sociale des ouvriers-paysans est de niveau moyen. Les facteurs qui ont le plus d’influence sur le niveau de confiance sociale des ouvriers-paysans, en termes de degré et d’importance, restent l’intégration urbaine et la confiance en l’organisation. Plus le degré d’intégration des ouvriers-paysans en ville est important, c’est-à-dire plus ils ont de relations avec les autochtones et plus le vécu de ces relations interpersonnelles est positif, plus le degré de confiance sociale sera élevé. L’intégration urbaine représente 25 % des facteurs expliquant les différences de degré de la confiance sociale. Le vécu des relations sociales en milieu urbain a une influence légèrement plus importante que les facteurs objectifs. Plus la confiance des ouvriers-paysans en l’organisation et envers les cadres est importante, plus le degré de confiance sociale est important. En nous intéressant à l’influence de la confiance en l’organisation de l’entreprise des ouvriers-paysans sur la confiance sociale – qui faisait défaut dans les études précédentes –, nous avons remarqué que la confiance en l’organisation détermine plus fortement les différences de degré de confiance sociale que l’intégration en ville ou que les caractéristiques objectives des entreprises et peut ainsi expliquer 55 % des différences de niveau de confiance sociale. Pour ce qui est des composantes de la confiance en l’organisation, la confiance des employés entre eux n’a pas d’influence notable sur les différences de degré de confiance sociale, alors que la confiance en l’entreprise et la confiance des employés envers les cadres expliquent davantage ces différences. La confiance en l’entreprise se fonde sur l’organisation et les pratiques de leur système de responsabilité sociale ainsi que sur la connaissance et l’évaluation que les ouvriers-paysans en ont. Ainsi, la confiance envers l’organisation de l’entreprise et envers les supérieurs reflète de manière concrète leur confiance envers les règles formelles et envers la loi. L’importance de la confiance en l’organisation signifie que la construction de la confiance sociale des ouvriers-paysans nécessite que l’État instaure, au niveau de la société dans son ensemble, un système assez équitable et qui offre des garanties sociales. Cela signifie s’appuyer sur la confiance dans le système juridique, le système institutionnel et les règlementations, et également sur une répression sévère des actes malhonnêtes afin que le coût de ces derniers soit prohibitif et réduise voire élimine les craintes des ouvriers-paysans à l’égard de leur sécurité et de leurs intérêts. Toutefois, la construction de la confiance sociale des ouvriers-paysans nécessite encore plus l’instauration de règles au niveau des entreprises, car le niveau de confiance des ouvriers-paysans dépend beaucoup de la pratique des entreprises et de la façon dont ils sont traités de manière humaine et digne.

20Pour les institutionnalistes, la confiance constitue la base du système social. Les populations font confiance au système grâce aux limites que les lois leur imposent, lois auxquelles elles n’osent pas contrevenir. De même, c’est parce qu’elles croient en l’efficacité des mécanismes sociaux qu’elles ont confiance en leur prochain. En mettant en relation la notion de système avec celle de confiance sociale, on remarque que la confiance sociale s’établit avec un gouvernement efficace. Hobbes estimait qu’une société que ne régit aucune puissance commune est le lieu d’une « guerre de tous contre tous ». Il défendait l’idée que l’ordre est mis en place pour que la société et le commerce puissent s’affranchir de leurs différends et reposer sur la confiance et la marginalisation des actes malhonnêtes. Pour autant, l’individu à l’état naturel existe en dehors de tout lien social ou système ; il est à craindre qu’il ne parvienne ni à développer un sentiment de confiance ni à vaincre sa malhonnêteté. Hobbes ajoute alors que, pour élever le niveau de confiance sociale, un gouvernement doit récompenser ceux qui lui font confiance et punir les sceptiques.

21Dans un deuxième temps, il faut disposer d’un système juridique sans failles. Les institutionnalistes estiment qu’un système juridique sans faille fait grimper le prix de la méfiance, et contribue donc à faire reculer cette dernière. En allant un peu plus loin, on peut dire que la confiance qu’un peuple a en son gouvernement contribue elle aussi à élever le niveau de confiance sociale. Si des filets de sécurité sont mis en place de manière institutionnelle par la société, l’individu n’a plus à craindre de regretter toute sa vie une seconde d’inattention de sa part ; cela réduit d’autant l’influence potentiellement négative que les sceptiques peuvent avoir sur lui. De même, si la transparence des actions gouvernementales et des politiques est assurée, si le peuple a le droit de s’exprimer à sa guise et par les moyens qu’il entend, la confiance en l’équité, la stabilité et la prédictibilité du gouvernement s’en trouvera tout naturellement augmentée. Dans un tel système, la confiance sociale pourrait donc se renforcer.

22Par le passé, des chercheurs tenaient la confiance interpersonnelle comme plus importante en Chine alors que la confiance envers les institutions était perçue comme plus importante dans d’autres pays. Nous avons montré que dans le cas de la confiance sociale des ouvriers-paysans, bien qu’il y ait des facteurs liés aux relations interpersonnelles, les facteurs institutionnels ne peuvent pas être négligés et sont même plus importants. Si la confiance en la société des ouvriers-paysans doit se renforcer, elle pourrait l’être d’une part à travers l’établissement de la responsabilité sociale des entreprises et d’un système légal qui favorise la confiance des ouvriers-paysans envers l’organisation de l’entreprise et envers les cadres, et, d’autre part, par la lutte contre l’exclusion sociale que subissent les ouvriers-paysans, afin de mieux les intégrer dans la société locale.

Bibliographie

Bellah Robert N., Madsen Richard, Sullivan William M., Swidler Ann et Tipton Steven N., 1985, Habits of the Heart. Individualism and Commitment in American Life, Berkeley, University of California Press.

Ceng Xiao, 2011, « Chengshi nongmingong de shehui xinren yanjiu – Yi Xiamenshi nongmingong diaocha shuju fenxi wei lie » [Recherche sur la confiance sociale des ouvriers-paysans en ville. Analyse du cas des ouvriers-paysans de la ville de Xiamen], Xiamen tequ dangxiao xuebao [Journal de l’école du parti de la zone spéciale de Xiamen], no 2.

Delhey Jan et Newton Kenneth, 2003, « Who trusts ? The origins of social trust in seven nations », European Societies, vol. 5, no 2, p. 93-137.

Hu Rong, 2005, « Zhongguo nongcun jumin de shehui xinren » [La confiance sociale des ruraux en Chine], Zhonggong Tianjinshi weidangxiao xuebao [Journal de l’école du parti communiste de la municipalité de Tainjin], no 2.

Hu Rong et Li Jingya, 2006, « Chengshi jumin de xinren goucheng ji yinxiqng yinsu » [Formation et facteurs de la confiance des citadins], Shehui [Société], no 6.

Kramer Roderick M. et Tyler Tom R. éd., 2003, Zuzhi zhong de xinren [Confiance au sein des organisations], traduction Guan Bing, Pékin, Zhongguo chengshi chubanshi [Presses de la Chine urbaine].

Luhmann Niklas, 1979, Trust and Power, Chichester, John Wiley and Sons Ltd.

Peng Siqing, 2003, « Guanxi yu xinren : zhongguoren renji xinren de yi xiang bentu yanjiu » [Relations et confiance : recherche indigène sur la confiance interpersonnelle des chinois], Zhongguo shehui zhong de xinren [La confiance au sein de la société chinoise], Deng Yefu, Peng Siqing et al., Pékin, Zhongguo chengshi chubanshi [Presses de la Chine urbaine].

— 1999, « Xinren de jianli jizhi : guanxi yunzuo yu fazhi shouduan » [Processus de construction de la confiance : opérations relationnelles et moyens légaux], Shehuixue yanjiu [Recherches en sciences sociales], no 2.

Putnam Robert D., 2000, Bowling Alone, New York, Simon and Schuster.

Wang Shaoguang et Liu Xin, 2002, « Xinren de jichu : yi zhong lixing de jieshi » [Les bases de la confiance, une forme d’interprétation rationnelle], Shehuixue yanjiu [Recherches en sciences sociales], no 3.

Yamagishi Toshio, Cook Karen S. et Watabe Motoki, 1998, « Uncertainty, trust and commitment formation in the United States and Japan », American Journal of Sociology, vol. 104, no 1, p. 165-194.

Zak Paul J. et Knack Stephen, 2001, « Trust and economic growth », Economic Journal, vol. 111, p. 295-321.

Notes

1 Cette étude a été réalisée grâce au soutien financier du programme de recherche sociologique du ministère de l’Éducation (08JJD840192), de la Fondation nationale de sociologie (08BSH059) et du programme « Processus de changement social, protection des droits et intérêts des ouvriers-paysans chinois et recherche sur les relations au travail » du Centre chinois de recherche et de développement du travail social de l’Université de Pékin et de l’Université polytechnique de Hong Kong. Nous tenons ici à remercier les familles de Wang Dongjie et de Zhuang Shuting ainsi que Pang Junqi, assistant de recherche à l’Académie des sciences sociales, pour leur préparation minutieuse et le travail de liaison qu’ils ont fournis au groupe d’enquête, ainsi que Wang Song pour la recherche et la compilation d’une partie de la littérature concernant la confiance.

2 N.d.t. Nous avons choisi de traduire littéralement le terme chinois de nongmingong. Une autre traduction possible, à savoir « travailleurs migrants », serait plus proche de l’usage commun du terme en chinois mais gomme l’origine rurale de ces migrants.

3 N.d.t. Le texte se contente ici d’utiliser le terme waichu nongmingong sans préciser la construction de cette catégorie. L’explication que nous proposons se fonde sur la construction officielle de la catégorie en question, à savoir les ouvriers-paysans qui ont travaillé plus de six mois de l’année en dehors de leur zhen (division administrative) d’enregistrement.

4 N.d.t. Le mot utilisé est celui de dagongzhe qui a une connotation de travailleur temporaire.

5 N.d.t. La méthode utilisée n’est pas détaillée dans le texte, l’auteur la nomme : jicha biaozhunhua fa.

6 N.d.t. Le terme employé est celui de shequ, qui, comme le rappelle par la suite l’auteur, fait le plus souvent référence à un quartier résidentiel.

7 L’espace étant limité, les résultats de l’analyse régressive multivariée ne sont pas présentés dans ce tableau.

Auteur

© ENS Éditions, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540