Version classiqueVersion mobile

Sociologies économiques française et chinoise : regards croisés

 | 
Laurence Roulleau-Berger
, 
Liu Shiding

V. Marchés, valeurs et conventions

14. Quel est le prix d’un footballeur ? Valorisation économique et mobilités sur le marché du travail

Didier Demazière et Morgan Jouvenet

Texte intégral

  • 1 Le transfert est le terme désignant, dans le football professionnel, le rachat par un club du cont (...)

1Dans l’espace européen, mais aussi de plus en plus en Amérique latine ou dans certaines régions d’Asie, le football a acquis une importance économique et médiatique sans précédent. L’acquisition des droits de retransmission télévisuelle des matchs, le rachat de clubs par des magnats, ou le développement des paris sportifs génèrent d’énormes flux financiers. Il en résulte un gonflement des budgets des clubs, qui alimente la croissance des rémunérations des sportifs et des indemnités de transferts1 (provoquant l’endettement de nombreux clubs). Les données économiques ne manquent pas pour établir ces constats (voir Drut 2011). Cette évolution, lors des dernières décennies, a nourri une accentuation des variations interindividuelles de rémunération, un accroissement des écarts de rétribution salariale. De telles distributions, fortement inégalitaires, constituent la principale caractéristique des désormais fameux « winner-take-all markets » (Frank et Cook 2010 [1995]). Elles posent ici la question des modalités de transformation de la performance sportive en valeur économique : comment le prix d’un footballeur est-il fixé ? Plus précisément, compte tenu de l’ambivalence de la valorisation économique sur ce marché du travail sportif : comment est fixée la rémunération d’un joueur, et comment est évalué le prix de rachat de son contrat de travail par un autre employeur ?

2Bien sûr, la compétition sportive donne lieu à une production constante de mesures des performances, de classements et de hiérarchisation des sportifs. La sélection individuelle est au cœur du monde du football, depuis le tri des prétendants dans les centres de formation (Juskowiak 2011 ; Bertrand 2009, 2012) jusqu’à l’attribution mensuelle ou annuelle de trophées récompensant les meilleurs professionnels. Cependant, la conversion de la valeur sportive en valeur économique n’est pas un processus immédiat ou mécanique, pour de multiples raisons. D’abord, les acteurs qui contribuent à l’évaluation sportive sont nombreux (dirigeants de clubs, entraîneurs, agents sportifs, journalistes, consultants…) et leurs jugements peuvent être dissonants. Ensuite, la performance sportive demeure incertaine, car elle est dépendante de nombreux facteurs comme les blessures, les changements d’entraîneurs, les cycles de forme, etc., qui limitent la prévisibilité des futures prestations des joueurs. Celles-ci s’apparentent dès lors aux biens singuliers au cœur de l’économie des singularités (Karpik 2007). Outre ces incertitudes, la valorisation économique de la performance sportive est aussi marquée par l’instabilité contractuelle des joueurs. Les contrats de travail présentent une grande sensibilité aux aléas de la carrière, et la fréquence des mobilités inter-employeurs et des renégociations salariales donne à leur monde professionnel une extraordinaire fluidité (Bourg 2001). Pour les joueurs, la gestion de cette instabilité est d’autant plus cruciale que les carrières sont courtes. Elles s’appuient donc sur une succession de contrats et de transactions entre clubs et joueurs.

  • 2 Le recueil des données empiriques exploitées dans ce texte s’appuie d’abord sur une campagne d’ent (...)

3Cette « instabilité structurelle » s’est amplifiée dans les dernières décennies (Lanfranchi et Taylor 2001), et cela a favorisé l’émergence d’intermédiaires prenant en charge l’organisation des appariements, participant à la négociation des transferts, et conseillant les joueurs dans la gestion de leur carrière. Ces agents de joueurs ont un rôle désormais central dans la valorisation économique des talents sportifs. En les suivant2, on voit que la mobilité des joueurs est bien au principe de cette valorisation économique, dont deux aspects seront analysés dans la suite du texte : la question de la qualité des appariements et de la négociation de la valeur des joueurs lors des transferts, et celle de la belle carrière et de l’accumulation de la valeur dans une temporalité plus longue.

La mobilité, au principe de la valorisation

4Le monde du football est traversé par des segmentations verticales redondantes : les compétitions entre clubs sont organisées en niveaux hiérarchisés, avec des mécanismes de promotion et de relégation ; les positions et mouvements dans cette hiérarchie sont associés à d’importantes modulations des capacités financières ; les palmarès accumulés renforcent encore ces classements, etc. Autrement dit, la structure de l’espace du football est aisément perceptible, et superpose niveau sportif et pouvoir économique. Dans un tel univers, il est évident que la mobilité des footballeurs est orientée en direction des strates supérieures, où culminent prestige sportif, visibilité professionnelle et salaires élevés.

Marché du travail ou marché de biens ?

  • 3 En 1947 les salaires des footballeurs professionnels en France sont compris entre 0,60 et 1,20 sal (...)

5Dans le monde du football, l’instabilité contractuelle est une conquête sociale, au sens où elle résulte d’une contestation (syndicale) par les salariés du pouvoir des employeurs. En effet, depuis les préludes du professionnalisme dans les années 1930 jusqu’au début des années 1970, les contrats de travail des footballeurs les lient à leur clubs, en contradiction avec le droit du travail, jusqu’à l’âge de 35 ans, soit approximativement l’âge de fin de carrière. Cette disposition bloque toute possibilité de mobilité à l’initiative du joueur et limite considérablement ses capacités à négocier la réévaluation de sa rémunération3. Les conditions contractuelles de l’époque provoquent dès les années 1930 une montée des conflits salariaux, tant elles restreignent la mobilité et annihilent toute possibilité pour le footballeur de maîtriser sa carrière. Les limites de ce statut entraînent des dénonciations régulières, en particulier dans le journal Miroir Sprint, proche du Parti communiste français :

[Il] réduit le joueur professionnel, non point à la condition de salarié libre de vendre lui-même sa force de travail au patron de son choix, mais au rôle d’esclave qu’un propriétaire peut vendre à un autre propriétaire. (Miroir Sprint, 18 février 1952, cité ibid., p. 147)

  • 4 Sa durée est librement consentie, avec un maximum de cinq années, sauf cas particulier (comme celu (...)
  • 5 Les données présentées dans les études démographiques du Centre international d’étude du sport (CI (...)

6Après la création d’un syndicat (1961) et une grève (en 1971), le contrat de travail dit « à temps » est créé en France en 19734, inscrit dans une Charte du football professionnel, convention collective nationale des métiers du football (Wahl 1990), et des indemnités de transfert sont instaurées (leur montant dépend du salaire du joueur et de la durée de contrat non honorée, mais aussi des négociations entre le club acquéreur et le club vendeur). Par la suite, tous les pays d’Europe adoptent des règles de contractualisation et de transfert comparables (Kuypers et Szymanski 1999), avant que le marché du travail des joueurs ne soit encore libéralisé dans les années 1990, à la faveur d’une décision de la Cour de justice des communautés européennes (Gouguet 2005 ; Manzella 2002 ; Pautot 2011). D’autres nouvelles règles viendront encore accroître par la suite la fluidité du marché du travail des footballeurs5.

  • 6 L’emploi de ce terme est justifié ici par le lexique utilisé par les joueurs eux-mêmes pour décrir (...)

7À l’issue de ces évolutions, la compétition sportive entre les clubs se double d’une concurrence pour la captation des talents sportifs, et ces clubs doivent pouvoir proposer des conditions d’emploi (de rémunération notamment) ou de travail (de possibilité d’expression des talents notamment) meilleures pour attirer les joueurs qu’ils convoitent. Ces règles du marché du travail ont ouvert de nouvelles opportunités de valorisation pour les joueurs, qui peuvent s’inscrire dans la figure de l’« individu-firme » (Zalio 2007), entrepreneur de sa carrière, anticipant les coups à jouer et maîtrisant sa mobilité. Mais symétriquement les clubs conservent la capacité à céder, contre une indemnité de transfert, leurs joueurs à d’autres clubs. Car la valorisation économique qui s’étalonne à travers la mobilité conduit les clubs à considérer leurs joueurs comme des actifs immatériels ou incorporels porteurs de valeur économique (Minquet 2004) : vendre un joueur peut être profitable financièrement, le calcul étant articulé avec une estimation du possible préjudice sportif. Ainsi, les joueurs ne sont pas seulement des salariés de leurs employeurs mais aussi, via leurs contrats de travail, des actifs intangibles appartenant aux clubs – et inscrits comme tels dans leurs bilans : l’indemnité de transfert acquittée par le club est enregistrée au bilan en tant qu’immobilisation incorporelle et passée en charges, amorties sur la durée du contrat, dans le compte de résultat (Ascari et Gagnepain 2006 ; Drut 2011, p. 82-83). D’où l’ambiguïté de leur statut : les footballeurs peuvent aussi se rapprocher de la figure de l’individu-marchandise (Poli 2007), objet de stratégies d’investissement menées par son employeur, son propriétaire6.

8La mobilité des footballeurs peut donc être lue de deux manières non exclusives, comme déplacement sur un marché du travail et comme circulation sur un marché de biens, chacune de ces dimensions correspondant à une valorisation économique spécifique : celle du salaire qui revient au joueur et qui est acquittée par l’employeur, celle de l’indemnité de transferts qui revient au vendeur et qui est acquittée par l’acheteur (employeur et acheteur étant ici le nouveau club du joueur). Cette double dimension accroît la complexité des échanges économiques, de sorte que s’est affirmé le rôle d’intermédiaire spécialisé joué par les agents sportifs. Mais avant d’aborder ce point, il est utile de rappeler la structure fortement inégalitaire de ces marchés.

Des marchés segmentés

  • 7 Ainsi, sur les deux décennies 1990 et 2000, le pourcentage des titres remportés par les trois meil (...)
  • 8 Tels que le salary cap (plafonnement de la masse salariale) ou la rookie draft (priorité inverse a (...)

9Pour leur très grande majorité, « les clubs professionnels sont [aujourd’hui] devenus des sociétés anonymes à statut particulier, mais dont la spécificité juridique s’est érodée au fil des lois. […] Cette évolution [leur] a permis de faire converger leur modèle vers l’économie de marché » (Drut 2011, p. 9-14). Les différences entre clubs restent toutefois marquées, avec des situations économiques et des budgets très disparates – et au demeurant assez peu perméables aux aléas sportifs. Car l’incertitude qui porte sur les résultats sportifs est limitée, au sommet de la hiérarchie, à la fois par des processus d’« avantages cumulatifs » (Merton 1968) et par des règlements de compétitions plutôt arrangeants pour les clubs les mieux dotés. Des « déséquilibres compétitifs autorenforçants » entre aspects sportifs et économiques expliquent ainsi que les championnats européens sont remportés par un petit nombre de clubs7, et que, de manière statistiquement improbable, certaines équipes ne sont jamais reléguées dans la division inférieure (ibid., p. 29-30). En l’absence de mécanismes correcteurs des inégalités économiques caractéristiques de la régulation « quasi socialiste » des ligues fermées américaines (Andreff 2009, p. 601)8, l’équilibre compétitif se détériore inéluctablement. Et ce schéma s’observe aussi au niveau européen, avec des vainqueurs de compétitions appartenant à un groupe au renouvellement quasi nul depuis les années 1990 (Pawlowski, Breuer et Hovemann 2010). La structure pyramidale des employeurs (les clubs) est donc relativement stable – au moins à moyen terme, c’est-à-dire un temps excédant la durée des carrières des joueurs.

  • 9 À titre d’exemple, en 2011 le record français en matière de transfert a été battu avec le transfer (...)

10Les stratégies individuelles des joueurs composent avec les politiques de recrutement et de gestion de main-d’œuvre des clubs, qui sont indexées sur leur position dans la hiérarchie économique (Kuypers et Szymanski 1999). Certains d’entre eux achètent très cher des joueurs déjà consacrés, tandis que d’autres ciblent des jeunes dont le talent n’est pas (encore) reconnu ; d’autres encore privilégient des joueurs ayant besoin de se relancer après un accident de parcours, ou bien recrutent des joueurs d’expérience en fin de carrière. Ces orientations peuvent être combinées. De même, certains clubs renouvellent à petite dose leur équipe, quand d’autres procèdent à des cessions et recrutements massifs de joueurs, ou encore oscillent entre ces deux stratégies. Les clubs qui disposent d’un centre de formation ont la possibilité d’en tirer des revenus, en vendant les jeunes joueurs qui ne parviennent pas à s’installer dans leurs équipes premières, ou qui souhaitent migrer vers d’autres clubs mieux cotés. Les clubs affirment et renforcent leur puissance économique (et leur potentiel sportif) en intervenant sur le marché du travail des joueurs, par le biais de ces achats, ventes et prêts. Ces transactions se déroulent dans un contexte très concurrentiel, où comptent la puissance financière et la notoriété sportive. Les clubs considérés comme les plus prestigieux sont aussi les plus riches, et ils disposent de ce fait d’un pouvoir d’attraction quasi irrésistible pour les joueurs sollicités. Ils peuvent dès lors injecter des ressources financières toujours plus importantes sur le marché, via les indemnités de transferts payées aux autres clubs et/ou les salaires de leurs joueurs9. Cela produit donc de grandes disparités de salaires et de situations, avec des répartitions à la Pareto : 80 % des ressources accaparées par 20 % des acteurs. Sur ce « winner-take-all market » (Frank et Cook 2010 [1995]), un petit avantage concurrentiel se traduit en une différence de gain non proportionnelle ; ou, pour le dire autrement, la valorisation économique est extrêmement sensible au différentiel de talent.

11Bien qu’ils constituent une élite sportive ayant surmonté une multiplicité d’épreuves fortement sélectives (Bertrand 2009 ; Juskowiak 2011), les footballeurs professionnels ne forment pas un ensemble homogène au regard des performances et aptitudes. Sur le marché, les joueurs sont des singularités très imparfaitement substituables, bien qu’ils fassent l’objet de comparaisons incessantes. Que cette insubstituabilité soit considérée comme réelle (Rosen 1981 ; Rosen et Sanderson 2001) ou supposée (Adler 1985), elle n’empêche pas que la plus grosse partie des ressources salariales est captée par une petite minorité de joueurs. Les disparités relatives aux niveaux de rémunération sont parfois interprétées en termes de dualisme, marquant la population des footballeurs professionnels (Bourg et Gouguet 2001). Cette segmentation concerne aussi la mobilité des joueurs, dans la mesure où celle-ci n’est pas indépendante de la rareté relative : les joueurs réputés de meilleur niveau sportif sont plus rares et se trouvent dans une situation proche de l’oligopsone.

12L’abondance de joueurs s’accroît à mesure que l’excellence sportive diminue, de sorte que les joueurs professionnels reconnus de niveau moyen sont soumis à une plus forte concurrence et occupent une position moins solide dans les relations professionnelles. Non seulement leurs salaires sont beaucoup plus faibles, mais ils sont bien davantage exposés au risque de chômage. Le risque de sortie du monde professionnel est en effet plutôt plus important pour le footballeur français que pour la moyenne de ses concitoyens, puisque le taux de chômage dans le football professionnel est voisin de 20 % (soit bien au-dessus de la moyenne nationale, voir Drut 2011, p. 69), et que les joueurs sont nombreux à quitter chaque année l’élite, faute de trouver d’employeur, pour grossir les rangs des équipes amateurs des divisions inférieures (Juskowiak 2006). En outre, la longueur des carrières tend à diminuer dans les segments inférieurs du marché du travail : la durée moyenne d’une carrière en seconde division est passée de six à sept ans en 1990 à quatre à cinq ans en 1994 (Wahl et Lanfranchi 1995, p. 253). Les carrières sont donc marquées par de fortes incertitudes, pointant vers des directions opposées : vers le chômage, ou vers des clubs plus prestigieux et rémunérateurs, etc. – cette mobilité étant le mécanisme central de la valorisation économique des talents sur ce marché du travail sportif.

Négocier la valeur

  • 10 Le marché des transferts est ouvert deux fois par an à des périodes précises (intersaison et mi-sa (...)
  • 11 Lorsqu’un joueur de l’élite renégocie son contrat sans l’aide d’un agent, le fait est assez except (...)

13L’organisation du monde du football professionnel favorise la mobilité des salariés, et plus encore en fait un mécanisme clé de la concurrence entre clubs. Autrement dit, cette mobilité se déploie sur un marché, celui des transferts, et repose sur des institutions marchandes (François 2011), qui informent les négociations qui rendent ceux-ci possibles10. Car, sauf dans le cas très minoritaire des joueurs qui arrivent en fin de contrat, tout transfert s’appuie sur la négociation d’un accord tripartite (le joueur concerné et les deux clubs) portant sur l’indemnité de transfert, sur la durée du contrat, sur le montant du salaire et les rémunérations annexes, etc. L’aboutissement de ces négociations dépend d’un accord sur la qualité – celle du joueur pour le club potentiellement acquéreur-recruteur, celle du club pour le joueur concerné. Cet accord dépend aussi aujourd’hui quasi systématiquement11 de l’intervention d’un intermédiaire représentant le joueur – expert des appariements entre salariés et employeurs et des institutions marchandes supportant les transferts –, l’agent sportif. Et son activité est désormais constitutive de ce type de marché.

Représenter le footballeur

  • 12 Loi encadrant la profession d’agent sportif, promulguée le 9 juin 2010 et codifiée aux articles L2 (...)

14L’agent sportif est, selon la définition juridique, une personne qui « exerce à titre occasionnel ou habituel, contre rémunération, l’activité consistant à mettre en rapport les parties intéressées à la conclusion d’un contrat soit relatif à l’exercice rémunéré d’une activité sportive ou d’entraînement, soit qui prévoit la conclusion d’un contrat de travail ayant pour objet l’exercice rémunéré d’une activité sportive ou d’entraînement »12. C’est en réalité moins la mise en relation que l’appariement réussi qui est rémunéré : les revenus des agents sportifs sont (en principe) exclusivement tirés du travail réalisé au moment de la négociation ou renégociation des contrats. Ils sont usuellement appelés agents de joueurs, car ils sont généralement mandatés par les joueurs, dont ils sont les représentants auprès des clubs (même si ces derniers peuvent aussi enrôler ponctuellement des agents, par exemple pour trouver un autre club prêt à acquérir un joueur en disgrâce). L’agent perçoit environ 7 % du salaire total négocié pour son joueur, et chaque ajustement contractuel (augmentation de la rémunération, allongement de la durée du contrat) lui bénéficie de la même manière.

15Les joueurs s’associent avec un agent de plus en plus précocement, dès la signature du premier contrat professionnel, voire plus tôt encore (de manière informelle). Cette association est une ressource pour se repérer sur le marché du travail et y faire valoir ses intérêts, mais elle représente également, dans le monde du football actuel, un signe extérieur de professionnalité, un indice de socialisation professionnelle et d’« appropriation d’une nouvelle contrainte du métier » pour les jeunes des centres de formation (Bertrand 2008, p. 40) – contrainte perçue dans le cadre d’une carrière individualisée construite dans et par la concurrence (Roderick 2006 ; Rasera 2012).

16Lorsqu’ils représentent des joueurs, les agents effectuent un travail de prospection des opportunités d’emploi consistant à trouver des clubs susceptibles de proposer un contrat à leurs joueurs – ou au moins de les inviter à effectuer un essai (quelques séances d’entraînement, des matchs amicaux, etc.). On retrouve là le rôle, bien connu des sociologues et économistes, des intermédiaires des marchés du travail : compenser le déficit d’information – dans les deux sens. Pour le sportif, ce travail de prospection est d’autant plus précieux que le marché du travail s’est singulièrement opacifié en s’internationalisant. En effet, il ne dispose en général que d’informations partielles sur les clubs : les joueurs connaissent certes souvent le niveau des clubs des principaux championnats (premières divisions anglaise, française, allemande, italienne et espagnole), mais sont plus démunis lorsqu’il faut sortir de cette centaine d’employeurs potentiels, pour envisager un placement à un niveau inférieur ou dans d’autres pays (championnats grec, portugais, biélorusse, australien ou thaïlandais…). En outre, même si des informations partielles peuvent être glanées par les réseaux d’interconnaissance entre joueurs, les éléments dont ils disposent sur les clubs les plus connus renseignent peu sur leur fonctionnement interne (qui est président et comment exerce-t-il son pouvoir, le club est-il dans une phase de développement, les joueurs sont-ils payés régulièrement ?), la politique de recrutement (les jeunes ont-ils des chances de s’imposer, quels sont les autres joueurs au même poste ?), le management de l’équipe (quelle est l’ambiance du vestiaire, y a-t-il des clans ?), la personnalité de l’entraîneur (y a-t-il des individualités qu’il favorise systématiquement, quelles sont ses préférences en termes de jeu ?), les formes d’entraînement (quel est le volume de travail, quelle est la part du travail physique, quel est le niveau de discipline attendu ?), etc.

  • 13 Le travail de séduction prend parfois la forme de pratiques plus fantaisistes : c’est le cas lorsq (...)

17D’un autre côté, les agents tirent aussi profit de l’asymétrie d’information des clubs à l’égard des joueurs. Certes, les joueurs de l’élite sont fortement médiatisés, et il est aisé de glaner nombre d’informations sur leurs performances et leurs qualités sportives (et bien plus). En outre, les clubs se sont dotés de personnels spécialisés dans le repérage des joueurs jeunes et à potentiel, et ces scouts assistent à de nombreux matchs des divisions inférieures pour localiser d’éventuelles recrues. Mais pour la plupart des joueurs, le travail d’information, de promotion et de séduction réalisé par l’agent auprès des clubs démultiplie grandement leurs opportunités de mobilité professionnelle – et donc leur pouvoir de négociation (salariale notamment). Ce travail s’appuie sur une connaissance approfondie du joueur, non seulement de ses qualités sportives, mais aussi de ses capacités d’adaptation, de son style de vie, de son caractère13… autant d’éléments qui permettent de construire une promesse de performance vis-à-vis d’un nouveau club, une anticipation sur le travail adaptée à une nouvelle situation, bref une façon de réduire les incertitudes sur ses qualités. Ici, « l’action [sur le marché] réclame une connaissance personnalisée », et donc « l’efficacité des réseaux est plus grande que celle des dispositifs impersonnels » (Karpik 2009, p. 176).

Conclure un transfert

  • 14 Certains championnats nationaux (ceux des pays du Golfe, notamment), peu attractifs sportivement, (...)

18Le succès de ce travail de représentation du joueur dépend des capacités de l’agent à anticiper la bonne mobilité, c’est-à-dire la plus valorisante sur le plan économique mais aussi en termes d’exposition et d’apprentissage. Ici encore les différenciations sont fortes en fonction des positions atteintes par les joueurs dans la hiérarchie professionnelle. Quand cette position est élevée, alors le nombre de destinations possibles est réduit puisqu’elles ne peuvent concerner que les grands clubs, mais l’attractivité du joueur est forte, de sorte que les risques d’échec de la négociation sont faibles. À l’inverse, quand le joueur occupe une position plus basse, l’éventail des mobilités peut être plus ouvert, en particulier quand le joueur est jeune (« prometteur »), mais l’incertitude sur le talent étant plus grande, les négociations peuvent être plus difficiles. Cherchant à maximiser les gains de leurs joueurs (et les leurs), les agents identifient donc les emplois supposément appropriés, et effectuent un travail d’approche des clubs, et dans certains cas, trient les offres de clubs en relayant (ou pas) l’intérêt de leurs dirigeants pour le joueur. Suivant la situation des joueurs, l’objectif peut être l’évitement du chômage pour des joueurs arrivant en fin de contrat et difficiles à placer (en raison de leur âge, de blessures, de leur réputation, de leurs performances en baisse, etc.), un transfert dans un club plus riche (plus ou moins prestigieux14), ou encore une revalorisation salariale en échange d’un report de la mobilité (prolongation de contrat).

  • 15 L’attaquant Zlatan Ibrahimovic (aujourd’hui au Paris SG) a par exemple touché une prime de 4 milli (...)

19La négociation contractuelle, et les stratégies qui lui sont associées, constitue en quelque sorte le cœur de métier de l’agent de joueur. Ce travail suppose des compétences relationnelles permettant d’inscrire les rémunérations les plus élevées possible dans le contrat. Pour cela, il profite de l’individualisation des contrats, qui peuvent comprendre des clauses diverses, indexées aux performances à venir ou non. Ainsi, l’accord contractuel peut prévoir des primes relatives au nombre de buts marqués (pour un attaquant), au nombre de matchs joués (soit en tant que titulaire, soit en tant que remplaçant), etc. Le joueur est souvent aussi contractuellement intéressé aux futures performances de l’équipe, objectivées par le nombre de matchs gagnés, la victoire dans une compétition nationale ou européenne, le classement final de l’équipe, etc. De manière plus générale les clauses contractuelles, celles qui fixent les conditions de rémunération comme les conditions de mobilité, se sont énormément complexifiées : fixation d’un montant minimal de la future indemnité de transfert, définition d’un calendrier de renégociation de la rémunération, insertion de clauses relatives à des primes spécifiques (en cas de qualification dans une compétition européenne), inclusion de clause de sortie en cas de mauvaises performances de l’équipe (descente en deuxième division, absence de qualification pour une compétition européenne…) ou de mauvaise entente avec l’entraîneur (nombre de matchs joués dans la saison), ou de changement d’entraîneur, versement d’une prime à la signature15 ou d’avantages en nature (logement, voiture), etc.

20Cette marge de manœuvre et cette créativité contractuelle sont cependant réservées aux agents qui représentent les joueurs les plus recherchés. Pour ceux-là, la sélection des opportunités d’emploi s’apparente en effet davantage à un travail de sélection des prétendants qu’à un travail de prospection. Pour les autres, se retrouver dans le bureau d’un dirigeant pour signer un contrat suppose au contraire un travail préalable important de recherche et de séduction. Dans les deux cas, la négociation de la mobilité ne peut être réduite à l’obtention d’un nouveau contrat (ou à l’aménagement du contrat existant) et à la valorisation financière qui y est attachée. Au-delà de cette conversion immédiate d’une valeur sportive en valeur marchande, il s’agit aussi de considérer une mobilité dans un temps plus long, celui de la carrière, et d’évaluer les conditions institutionnelles et contractuelles du développement de la valeur sportive et d’accroissement de la valeur marchande d’un joueur.

Accumuler de la valeur

21La valorisation économique du talent sportif est un processus qui s’étale tout au long de la carrière, et celle-ci peut être marquée par des stagnations, des progressions fulgurantes, des régressions, des interruptions, des rétablissements, et tout autre mouvement caractéristique d’un travail incertain. Les agents doivent ainsi veiller au projet de carrière du joueur, dans une tension entre une valorisation immédiate de ses talents sur le marché, et une accumulation différée et potentiellement plus grande de profits et de performances. La conduite du projet de carrière est donc particulièrement complexe compte tenu, d’une part, de la variété des dimensions à prendre en compte pour estimer la valeur d’un transfert et d’une position d’emploi, d’autre part de celle des temporalités que la valorisation de la carrière engage.

Accompagner pour développer la carrière

  • 16 Il peut dans ce cadre prendre de multiples initiatives, en fonction des circonstances. Ainsi il pe (...)

22Le spectre du travail de l’agent dépasse en réalité très souvent l’activité de « mise en relation » évoquée dans le Code du sport, pour articuler diverses dimensions d’un accompagnement personnalisé du joueur, d’une assistance à la gestion de sa carrière. Pour cela, l’agent développe de multiples activités destinées à renforcer les conditions de réussite sportive dans le temps, ce qui permettra de négocier une valorisation économique à travers les transferts. La gestion de l’image du joueur sur le marché du travail et la consolidation de sa réputation professionnelle en constituent un premier volet. Ainsi, le rôle d’intermédiaire joué par l’agent est fréquemment étendu des relations entre le joueur et son club (y compris hors période de négociation salariale) aux relations avec des agences de publicité (pour la signature de contrats publicitaires) ou avec des journalistes (pour obtenir des interviews, diffuser des informations, etc.). Dans ce cas, les activités débordent, sous la rubrique « conseils », sur le territoire traditionnellement dévolu aux attachés de presse et autres spécialistes de la communication. Elles visent aussi à répondre à des urgences ou à des moments de crise, quand un joueur est pris dans un emballement médiatique (problème médical, écart de conduite, affaire de mœurs…). Entrepreneur de réputation, l’agent tente ainsi de préserver la valeur marchande de son joueur16.

23Un autre volet de l’assistance à la gestion de carrière concerne l’ensemble des activités contribuant au confort de la vie quotidienne des joueurs, et se traduit concrètement par la prise en charge de divers aspects de leurs besoins matériels (voiturage, recherche d’appartement, places de concert, réservation de restaurant, conseil en défiscalisation ou placement financier… jusqu’à la négociation d’une police d’assurance permettant à un jeune conducteur d’assurer une voiture de très grosse cylindrée). À cette délégation logistique (la « conciergerie de luxe », dit-on) s’ajoute un rôle de soutien psychologique, destiné à faciliter l’acclimatation dans un nouvel environnement après un transfert, à gérer les temps de récupération après une blessure, à rebondir après une mise l’écart par l’entraîneur, etc. (ou à un réconfort amical après une rupture sentimentale). Cette exigence de polyvalence apparaît clairement dans le discours de l’un des agents français les plus fameux, Jean-Pierre Bernès – qui mêle habilement proximité relationnelle, connaissance du marché et expertise juridique :

  • 17 Entretien avec Jean-Pierre Bernès, « l’agent numéro 1 du football français aujourd’hui » (site du (...)

Je gère mes joueurs en bon père de famille, qui est une notion de droit, afin de leur transmettre le maximum d’atouts pour réussir leur carrière. Il y a des choix importants à effectuer. À 24-25 ans, tu ne connais rien à la vie […]. C’est un métier compliqué où l’expérience est nécessaire. Le plus intéressant dans le métier d’agent est la capacité à faire les bons choix de carrière pour le joueur. C’est dans ce domaine que le bon agent fait la différence. Il sait donner le bon conseil au bon moment […]. L’agent qui n’a aucune notion du prix d’un transfert ne va pas loin. Ce ne sont que les bons qui s’en sortent. […] C’est dans la difficulté que je dois être présent. Quand je fais mille kilomètres de nuit en voiture pour aller retrouver Franck Ribéry à Munich parce qu’il traverse un moment compliqué (Ndlr : l’affaire Zahia), c’est là que je me sens efficace. […] Je vais tout faire pour aider le joueur, mais également l’homme.17

  • 18 Un jeune joueur recruté dans un grand club avec un très bon contrat peut aussi vite déchanter, et (...)

24Cet accompagnement protéiforme est invariablement justifié par les agents comme une manière de permettre au joueur de se consacrer le plus possible à une pratique professionnelle exigeante. De ce point de vue (normatif et indigène), le rôle de l’agent consiste à accompagner la maturation du footballeur, à lui permettre d’exploiter au mieux ses talents. On se rapproche du rôle de coach personnel aussi revendiqué aujourd’hui par les agents artistiques les plus jeunes (voir Lizé, Naudier et Roueff 2011), où ce modèle est distingué de celui plus ancien de l’imprésario, agissant de manière plus ponctuelle). L’étendue de cette prise en charge dépend des joueurs : un père de famille et en fin de carrière n’a pas les mêmes attentes qu’un jeune célibataire sortant du centre de formation. Mais dans tous les cas, le développement de cette logique de service contribue à renforcer la relation entre l’agent et son joueur, nourrissant la confiance mutuelle. Celle-ci est d’autant plus importante, pour les jeunes joueurs en particulier, qu’elle autorise une gestion de la carrière privilégiant la recherche du temps de jeu, seul moyen d’exposer ses talents et partant de les faire advenir, au détriment de leur valorisation économique à court terme18.

25Le professionnalisme de l’agent est fondé sur le déploiement de ce type de raisonnement, qui s’appuie sur une perception sans cesse affinée des caractéristiques attachées à chaque sportif et à chaque emploi potentiel. La valorisation est donc ici un processus cumulatif et progressif, et le rôle de l’agent est de l’accélérer le plus possible, en fonction de ses propres interprétations des talents sportifs du joueur et des évolutions possibles de ses performances.

Le couplage des carrières

  • 19 Cette stratification économique est redoublée par une opposition syndicale, entre l’Union des agen (...)

26Il est évident que les carrières des footballeurs déterminent en retour celles de leurs agents, puisque la progression des premiers dans la hiérarchie sportive pourra être convertie en capitaux professionnels par les seconds. En constituant son portefeuille de joueurs, en l’étoffant, en le valorisant, l’agent développe sa propre carrière. Ainsi, de même que celui des joueurs, le groupe professionnel des agents est organisé de manière pyramidale. En France, une minorité d’agents sportifs (le « cartel des vingt », selon l’expression souvent utilisée pour désigner cette élite économique) traite les transferts des joueurs les plus réputés et les mieux rémunérés. C’est dire que les joueurs les plus recherchés par les clubs (et donc les mieux payés) sont associés à un petit nombre d’agents, qui drainent l’essentiel des ressources. Autrement dit, le vedettariat dont jouissent certains joueurs a son équivalent chez les agents19.

27L’accès à la fonction est certes juridiquement régulé par l’obtention de la licence, mais il existe un décalage important entre le succès à l’examen et l’exercice de l’activité (voir aussi Demazière et Jouvenet 2011). En effet, d’une part tous ceux qui obtiennent la licence par cette voie ne sont pas actifs sur le marché, loin de là, tant l’exercice de cette activité exige de solides connaissances et contacts dans le monde du football ; d’autre part de nombreux agents (ou « conseillers ») exercent sans licence, éventuellement en s’associant à un agent licencié (qui apparaît alors comme le seul intermédiaire officiel). La difficulté est moins de démarrer une activité comme agent, en s’accordant avec des joueurs jeunes, venant de contrées éloignées ou de divisions inférieures, que d’en dégager suffisamment de revenus pour en vivre. Il n’est donc pas surprenant que les débutants conservent souvent un autre emploi, pratiquant une multi-activité bien connue dans d’autres domaines où les incertitudes pesant sur les investissements professionnels initiaux sont élevées (notamment dans les domaines artistiques, voir Menger 1989 ; Bureau, Perrenoud et Shapiro 2009). La difficulté majeure est plutôt de trouver la perle rare (le bon coup) qui pourra générer un revenu significatif, et d’accumuler une réputation permettant de se lier avec d’autres joueurs de niveau sportif supérieur. Étoffer son portefeuille de joueurs, en quantité comme en qualité, peut alors ouvrir l’accès à un segment supérieur du marché, et enclencher un mécanisme d’auto-renforcement de la position occupée. Aussi, c’est dans la durée, et donc en termes de survie professionnelle, que la concurrence joue un rôle régulateur.

  • 20 Dans sa satire très informée du milieu du football, Denis Robert met aussi en évidence les liens f (...)
  • 21 C’est le cas lorsque l’agent de l’entraîneur est systématiquement associé aux transferts de nouvea (...)

28Le couplage des carrières des agents et de leurs joueurs a une limite importante, qui tient à la fragilité des mandats qui les lient. Aujourd’hui, l’obligation de déclarer ses mandats auprès de la Fédération française de football n’est pas respectée, de sorte que ceux-ci s’apparentent davantage à des accords oraux et moraux. Cette fragilité accentue l’importance de la construction d’une relation de confiance, et explique aussi l’extension de la gamme des services personnalisés que les agents fournissent aux joueurs : les accompagner de manière continue, c’est renforcer le lien interpersonnel et stabiliser une relation marchande volatile. Il est en effet fréquent qu’un joueur quitte un agent pour un autre mieux placé dans la hiérarchie professionnelle, afin de profiter de son savoir-faire ou de ses contacts auprès de clubs mieux dotés. Réciproquement les agents prospectent auprès des joueurs, à qui ils proposent leurs services et vantent leur carnet d’adresses. Ces rapports de concurrence directe sont renforcés par les échanges entre footballeurs, qui célèbrent l’efficacité de leur agent ou se plaignent de son efficacité insuffisante. Les processus de cumulativité des avantages jouent ici pleinement : un agent disposant dans son portefeuille de joueurs reconnus peut plus facilement placer ses joueurs moins consacrés, par exemple. En outre, il est mieux connu des grands clubs, et il les connaît mieux, parce qu’il y a déjà placé de grands joueurs… il y placera donc par la suite d’autres plus facilement qu’un nouveau venu20. Par ce jeu des appariements sélectifs, les joueurs qui connaissent une carrière ascendante ont tendance à changer d’agent, en optant pour quelqu’un qui opère sur le segment supérieur. Certains agents disposant des portefeuilles importants se sont en outre imposés comme des partenaires obligés dans les relations avec certains clubs, et sont parvenus à conquérir un monopole sur les transactions21.

29Dans le football professionnel, la valorisation économique du talent sportif est double, puisque marché du travail et marché des biens se superposent. Elle s’actualise ainsi à la fois dans le salaire versé au joueur et prévu dans le contrat de travail, et dans l’indemnité de transfert versée au club vendeur et prévue dans le contrat commercial de cession entre les clubs. C’est par le jeu des mobilités dans un espace professionnel fortement hiérarchisé et sélectif que la performance sportive est valorisée. Les agents sportifs jouent un rôle central dans cette dynamique, non seulement parce qu’ils réalisent le travail d’intermédiation et négocient les transactions, mais aussi parce qu’ils effectuent un travail d’accompagnement des joueurs et de développement de leur carrière. Notre enquête en cours sur cette activité montre que la compréhension de cette conversion économique des valeurs sportives exige de croiser plusieurs pistes d’analyse concourant au développement de la sociologie économique : celle des conditions de réalisation de l’activité et des expertises qui y sont engagées (Karpik 2007, 2009) ; celle de la culture professionnelle et de la légitimité des pratiques associées (Hughes 1963, 1984) ; celle de la gestion de la concurrence interprofessionnelle et des régulations collectives (Abbott 1988, 2005) ; celle des logiques entrepreneuriales adoptées par des acteurs apparaissant comme des individus-firmes (Zalio 2007, 2009).

Bibliographie

Abbott Andrew, 2005, « Linked ecologies : States and universities as environments for professions », Sociological Theory, vol. 23, no 3, p. 245-274.

— 1988, The System of Professions, Chicago-Londres, The University of Chicago Press.

Adler Moshe, 1985, « Stardom and talent », The American Economic Review, vol. 75, nº 1, p. 208-212.

Andreff Wladimir, 2009, « Équilibre compétitif et contrainte budgétaire dans une ligue de sport professionnel », Revue économique, vol. 60, no 3, p. 591-633.

Ascari Guido et Gagnepain Philippe, 2006, « Spanish football », Journal of Sports Economics, vol. 7, no 1, p. 76-89.

Beaud Stéphane, en collaboration avec Guimard Philippe, 2011, Traîtres à la nation ? Un autre regard sur la grève des Bleus en Afrique du Sud, Paris, La Découverte.

Bertrand Julien, 2012, La fabrique des footballeurs, Paris, La Dispute.

— 2009, « Entre “passion” et incertitude : la socialisation au métier de footballeur professionnel », Sociologie du travail, vol. 51, no 3, p. 361-378.

— 2008, « Se préparer au métier de footballeur : analyse d’une socialisation professionnelle », STAPS, vol. 82, no 4, p. 29-42.

Besson Roger, Poli Raffaele et Ravenel Loïc, 2013, Demographic Study 2013, Lausanne, Éditions CIES.

Bourg Jean-François et Gouguet Jean-Jacques, 2001, Économie du sport, Paris, La Découverte.

Bureau Marie-Christine, Perrenoud Marc et Shapiro Roberta éd., 2009, L’artiste pluriel. Démultiplier l’activité pour vivre de son art, Villeneuve-d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion.

Demazière Didier et Jouvenet Morgan, 2011, « Les agents sportifs dans le football. Rôles professionnels et régulation de l’activité », Football, Europe et régulations, G. Robin éd., Villeneuve-d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, p. 191-199.

Drut Bastien, 2011, Économie du football professionnel, Paris, La Découverte (Repères).

François Pierre éd., 2011, Vie et mort des institutions marchandes, Paris, Presses de Sciences Po.

Frank Robert et Cook Philip, 2010 [1995], The Winner-Take-All Society. Why the Few at the Top Get So Much More Than the Rest of Us, New York, Virgin Books.

Gouguet Jean-Jacques éd., 2005, Le sport professionnel après l’arrêt Bosman : une analyse économique internationale, Limoges, Presses universitaires de Limoges.

Hughes Everett, 1984, The Sociological Eyes. Selected Papers, New York, Transaction Publishers.

— 1963, « Professions », Daedalus, vol. 92, no 4, p. 655-668.

Juskowiak Hugo, 2011, Un pour mille. Éléments de sociologie de la formation au métier de footballeur, thèse de doctorat de sociologie, Université d’Artois.

— 2006, Le chômage dans le football professionnel français : à la recherche de causalités, mémoire de master Staps, Université d’Artois.

Karpik Lucien, 2009, « Éléments de l’économie des singularités », Traité de sociologie économique, P. Steiner et F. Vatin éd., Paris, PUF, p. 165-208.

— 2007, L’économie des singularités, Paris, Gallimard.

Kuypers Tony et Szymanski Stefan, 1999, Winners and Losers : the Business Strategy of Football, Londres, Penguin.

Lanfranchi Pierre et Taylor Matthew, 2001, Moving with the Ball. The Migration of Professional Footballers, Oxford, Berg.

Lizé Wenceslas, Naudier Delphine et Roueff Olivier, 2011, Intermédiaires du travail artistique. À la frontière de l’art et du commerce, Paris, Ministère de la Culture et de la Communication.

Manzella Andréa, 2002, « La dérégulation du football », Pouvoirs, no 101, p. 40-48.

Menger Pierre-Michel, 1989, « Rationalité et incertitude de la vie d’artiste », L’Année sociologique, vol. 39, p. 111-151.

Merton Robert, 1968, « The Matthew effect in science », Science, vol. 159, no 3810, p. 56-63.

Minquet Jean Paul-Louis, 2004, « Sports, football et finance », Revue française de gestion, vol. 160, nº 3, p. 141-160.

Pautot Michel, 2011, « Un football sans frontières avec les arrêts Bosman et Malaja », Football, Europe et régulations, G. Robin éd., Villeneuve-d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, p. 145-150.

Pawlowski Tim, Breuer Christoph et Hovemann Arnd, 2010, « Top clubs’ performance and the competitive situation in European domestic football competitions », Journal of Sports Economics, vol. 11, no 2, p. 186-202.

Poli Raffaele, 2007, « Transferts de footballeurs, la dérive de la marchandisation », Finance & Bien commun, vol. 26, no 1, p. 40-47.

Rasera Frédéric, 2012, « Le corps en jeu : les conditions sociales de l’arrêt de travail des footballeurs professionnels », Sociologie du travail, vol. 54, no 3, p. 338-355.

Robert Denis, 2006, Le milieu du terrain, Paris, Les Arènes.

Roderick Martin, 2006, The Work of Professional Football. A Labour of Love ? Londres, Routledge.

Rosen Sherwin, 1981, « The economics of superstars », The American Economic Review, vol. 71, no 5, p. 845-858.

Rosen Sherwin et Sanderson Allen R., 2001, « Labour market in professional sports », Economic Journal, vol. 111, p. 47-68.

Slimani Hassen, 1998, « Les centres de formation des clubs. Les contradictions d’un enjeu national », Sociétés et représentations, no 7, p. 353-361.

Wahl Alfred, 1990, « Le Mai 68 des footballeurs français », Vingtième Siècle, no 26, p. 73-82.

Wahl Alfred et Lanfranchi Pierre, 1995, Les footballeurs professionnels des années trente à nos jours, Paris, Hachette.

Zalio Pierre-Paul, 2009, « Sociologie économique des entrepreneurs », Traité de sociologie économique, P. Steiner et F. Vatin éd., Paris, PUF.

— 2007, « Les entrepreneurs enquêtés par les récits de carrières : de l’étude des mondes patronaux à celle de la grammaire de l’activité entrepreneuriale », Sociétés contemporaines, no 68, p. 59-82.

Notes

1 Le transfert est le terme désignant, dans le football professionnel, le rachat par un club du contrat de travail d’un joueur jouant dans un autre club.

2 Le recueil des données empiriques exploitées dans ce texte s’appuie d’abord sur une campagne d’entretiens menée auprès des acteurs du monde du football professionnel français. Cette campagne vise principalement les agents de joueur, mais aussi leurs partenaires professionnels : joueurs, entraîneurs, dirigeants des clubs et des instances fédérales, journalistes spécialisés. L’enquête s’appuie également sur une analyse documentaire, à partir d’un corpus mêlant des matériaux d’origines diverses : articles de presse, rapports sur le football professionnel, textes de loi, etc. (voir Demazière et Jouvenet 2011).

3 En 1947 les salaires des footballeurs professionnels en France sont compris entre 0,60 et 1,20 salaire ouvrier moyen, sans compter les primes, qui permettent aux mieux lotis d’atteindre quatre fois ce salaire (Wahl et Lanfranchi 1995, p. 115).

4 Sa durée est librement consentie, avec un maximum de cinq années, sauf cas particulier (comme celui du premier contrat professionnel liant un joueur et son club formateur : la durée est alors fixée à quatre années, manière de garantir au club un retour sur ses investissements de formation, voir Slimani 1998).

5 Les données présentées dans les études démographiques du Centre international d’étude du sport (CIES) permettent d’objectiver l’extrême fluidité actuelle de ce marché (Besson, Poli et Ravenel 2013).

6 L’emploi de ce terme est justifié ici par le lexique utilisé par les joueurs eux-mêmes pour décrire leur rapport à leur employeur : « J’appartiens à tel club », « Tel club m’a vendu », etc.

7 Ainsi, sur les deux décennies 1990 et 2000, le pourcentage des titres remportés par les trois meilleures équipes est de 90 % dans les championnats anglais et espagnol, de 84 % en Serie A italienne, de 75 % en Bundesliga allemande, et de 63 % en Ligue 1 française.

8 Tels que le salary cap (plafonnement de la masse salariale) ou la rookie draft (priorité inverse au rang sportif atteint par le club pour le recrutement des nouveaux joueurs juniors).

9 À titre d’exemple, en 2011 le record français en matière de transfert a été battu avec le transfert de l’Argentin Javier Pastore de Naples au Paris-Saint-Germain, pour 43 millions d’euros, et le plafond salarial mondial s’est élevé avec le contrat signé par le Camerounais Samuel Eto’o à l’Anzi Makhatchkala, un club russe de la République du Daguestan (20 millions d’euros net par an). Autre exemple exotique : sa signature avec le club chinois du Shanghai Shenhua a permis au Français Nicolas Anelka de recevoir un salaire annuel d’environ 12 millions d’euros, pendant deux ans.

10 Le marché des transferts est ouvert deux fois par an à des périodes précises (intersaison et mi-saison). La mobilité est donc contenue par des bornes temporelles, justifiées par des règles de compétition sportive : les concurrents ne peuvent se renforcer en cours de compétition, sauf dans des conditions très précises (notamment en cas de blessure grave d’un joueur).

11 Lorsqu’un joueur de l’élite renégocie son contrat sans l’aide d’un agent, le fait est assez exceptionnel pour être souligné par la presse sportive.

12 Loi encadrant la profession d’agent sportif, promulguée le 9 juin 2010 et codifiée aux articles L222-5 à L222-22 du Code du sport.

13 Le travail de séduction prend parfois la forme de pratiques plus fantaisistes : c’est le cas lorsque l’agent transforme le profil d’un joueur pour mieux le placer (en faisant passer un arrière central pour un milieu défensif, ou vice versa), ou bien invente une distinction individuelle qui lui aurait été décernée (par exemple le titre de « meilleur joueur du championnat national [la 3e division française] »). Stéphane Beaud évoque les cas de deux joueurs, devenus par la suite internationaux algériens : Majid Bougherra est prêté à un club anglais de 3e division parce que « son agent le fait passer pour un arrière central (alors qu’il jouait demi défensif) », tandis que l’agent de Mehdi Lacen « parvient à le placer en Espagne » en l’affublant du titre de « meilleur joueur de national 2005 » – qui n’existe pas (Beaud 2011, note 2, p. 263-264).

14 Certains championnats nationaux (ceux des pays du Golfe, notamment), peu attractifs sportivement, opposent néanmoins des clubs très fortunés, qui attirent les joueurs que leur avenir financier rend soucieux. Ces championnats sont ainsi animés par nombre de footballeurs en fin de carrière ou bien choisissant de privilégier la sécurité financière (les joueurs évoquent alors l’attrait du « challenge économique » [sic], par opposition au « challenge sportif » plus communément mentionné).

15 L’attaquant Zlatan Ibrahimovic (aujourd’hui au Paris SG) a par exemple touché une prime de 4 millions d’euros, officiellement pour « s’adapter au club et à la ville » lors de sa signature avec le FC Barcelone (site internet du magazine So Foot, 8 septembre 2010).

16 Il peut dans ce cadre prendre de multiples initiatives, en fonction des circonstances. Ainsi il peut arriver qu’il organise une contre-expertise médicale et fasse publier un communiqué dans la presse, lorsque les médecins d’un club ont mis en doute la santé des joueurs qu’il représente (a fortiori lorsque ce diagnostic a fait avorter un transfert aux retombées médiatiques importantes). Ce fut le cas de l’agent de Modibo Maiga, qui déclara : « Modibo est en parfaite condition physique, ce qui a été confirmé par l’un des plus grands spécialistes en la matière [le docteur Jaeger, français]. Je suis assez surpris des moyens – trop légers à mon goût – mis en œuvre lors de sa visite médicale et par le diagnostic établi par les docteurs mandatés par le club. Je suis convaincu que le futur nous donnera raison et que Modibo prouvera par son efficacité qu’il reste l’un des meilleurs attaquants du Championnat de France » (site de L’Équipe, 16 décembre 2011).

17 Entretien avec Jean-Pierre Bernès, « l’agent numéro 1 du football français aujourd’hui » (site du Figaro, 18 janvier 2011).

18 Un jeune joueur recruté dans un grand club avec un très bon contrat peut aussi vite déchanter, et perdre à la fois sa valeur et ses capacités en étant confiné au banc des remplaçants (qui sont nombreux dans les grands clubs), voire à la réserve de l’équipe première, ou en perdant le contact avec la compétition. Certains jeunes joueurs peuvent aussi mal supporter la pression intense qui s’exerce dans les plus grands clubs. Il peut donc être préférable pour eux de s’aguerrir et progresser dans des clubs de niveau intermédiaire, où ils verront s’accroître encore leur crédit (à défaut de remplir leur palmarès).

19 Cette stratification économique est redoublée par une opposition syndicale, entre l’Union des agents sportifs du football, et le collectif Agents 2006. Ce dernier regroupe les agents occupant les positions les moins élevées dans la hiérarchie économique de la profession. Son appel à une régulation juridique externe indique assez bien l’actuelle faiblesse des régulations officielles : le jeu des réseaux relationnels et de la concurrence interindividuelle (et donc les effets de cumul d’avantages) est aujourd’hui le mécanisme majeur de distribution des places et rangs. Le conflit entre les deux syndicats est formulé autour de questions « déontologiques », mais celles-ci sont en fait fortement connectées avec des enjeux marchands et de régulation de la concurrence.

20 Dans sa satire très informée du milieu du football, Denis Robert met aussi en évidence les liens familiaux et amicaux entre agents, joueurs, dirigeants et journalistes (Robert 2006, p. 164-173, 182).

21 C’est le cas lorsque l’agent de l’entraîneur est systématiquement associé aux transferts de nouveaux joueurs dans l’équipe.

Auteurs

Directeur de recherche au CNRS, membre du Centre de sociologie des organisations (CNRS et Sciences Po). Ses recherches portent sur les professions et les carrières, et, dans cette perspective, ses travaux actuels sont consacrés aux élus professionnels de la politique et aux marchés du travail sportif. Il est aussi particulièrement intéressé par les questions méthodologiques, notamment les entretiens biographiques et la comparaison internationale. Il a publié récemment : Être chômeur à Paris, Sao Paulo, Tokyo. Une méthode de comparaison internationale, avec Nadya Araujo Guimarães, Helena Hirata et Kurumi Sugita, Paris, Presses de Sciences Po, 2013 ; Comparer. Enjeux théoriques et méthodologiques, avec Olivier Giraud et Michel Lallement, vol. 55, no 2 de Sociologie du travail, 2013. Par ailleurs il prépare avec Morgan Jouvenet un ouvrage collectif présentant et discutant l’œuvre du sociologue américain Andrew Abbott.

Chargé de recherche au CNRS, membre du laboratoire Printemps (UMR 8085, CNRS - Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines). Ses travaux portent sur les mondes scientifiques, sportifs et artistiques. Il a publié Rap, techno, électro… Le musicien entre travail artistique et critique sociale, ouvrage consacré à l’organisation de la production musicale, paru en 2006 aux Éditions de la Maison des sciences de l’homme, et qui a reçu en 2008 le prix « jeune sociologue » de l’Association internationale des sociologues de langue française. Outre l’enquête sur le rôle des agents de joueurs exploitée ici, il travaille avec Didier Demazière à un ouvrage collectif présentant et discutant l’œuvre du sociologue américain Andrew Abbott.

© ENS Éditions, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search