Version classiqueVersion mobile

Entre le livre et le journal

 | 
Yannick Portebois
, 
Dorothy Elizabeth Speirs

II. Des machines et des hommes

La Lanterne magique

Texte intégral

1 titre  : La Lanterne magique, journal des choses curieuses et amusantes

2 adresse  : rue des Trois-Frères, n° 11 bis, Chaussée d’Antin

3 imprimeur  : Éverat, imp., rue du Cadran, 16

4 dates de publication  : 1833-1836 ; mensuel

5 numéros dépouillés  : juin 1833 (troisième édition) - mai 1834

6 directeur  : non indiqué

7 orientation  : culture générale

8 chroniques  : littérature, science, arts, voyages, histoire, biographies, contes, bulletin dramatique, revue des modes, etc.

9 illustrations  : quelques gravures et vignettes dans le texte

10 principaux collaborateurs  : quelques signatures : de Caldavène, Bernard-Chevalier, Dubois-Aymé, comte de Lory (la plupart des chroniques ne sont pas signées)

11 abonnement  : Paris : cinq francs par an ; un fr. de plus pour les départemens ; 2 fr. pour l’étranger. « On s’abonne à Paris, au bureau de La Lanterne magique, rue des Trois-Frères, 11 bis, Chaussée d’Antin. Chez tous les libraires, les directeurs de postes, et aux bureaux des Messageries. On ne peut souscrire pour moins d’une année. L’abonnement se paie d’avance. Les lettres et paquets doivent être affranchis. » – En avril 1834, dans un « Avis aux abonnés », on donne le chiffre de 40 000 souscripteurs (chiffre répété dans le numéro de mai 1834).

12 notes  : sur la page titre : « Point de politique. – Ce Recueil, rédigé par nos hommes de lettres les plus spirituels, paraît tous les mois du 5 au 10, par livraisons de 2 feuilles très-grand in-8, composées de 64 colonnes en caractères très-lisibles, et contenant par an la valeur de dix volumes ordinaires. »

| LM-1
Anonyme, « De l’imprimerie », La Lanterne magique, janvier 1834, p. 415.
Illustration : un atelier d’imprimerie au xixe siècle – l’auteur de l’article souhaite attirer l’attention des lecteurs sur le travail de composition : « [L]es caractères se placent dans la casse, qui est une boîte à compartiments servant à les contenir. Elle est formée de deux parties, l’une supérieure et l’autre inférieure.
Ainsi qu’on le remarque dans la vignette qui se trouve en tête de notre article, cette casse présente une espèce de long tiroir de bois divisé par des lattes mises de champ, en plusieurs petits carrés nommés cassetins et destinés à recevoir les lettres » (p. 419)

Graveur : Thompson

Table des illustrations

Légende | LM-1Anonyme, « De l’imprimerie », La Lanterne magique, janvier 1834, p. 415.Illustration : un atelier d’imprimerie au xixe siècle – l’auteur de l’article souhaite attirer l’attention des lecteurs sur le travail de composition : « [L]es caractères se placent dans la casse, qui est une boîte à compartiments servant à les contenir. Elle est formée de deux parties, l’une supérieure et l’autre inférieure.Ainsi qu’on le remarque dans la vignette qui se trouve en tête de notre article, cette casse présente une espèce de long tiroir de bois divisé par des lattes mises de champ, en plusieurs petits carrés nommés cassetins et destinés à recevoir les lettres » (p. 419)
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/33570/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 66k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search