Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sociologies économiques française et chinoise : regards croisés

 | 
Laurence Roulleau-Berger
, 
Liu Shiding

V. Marchés, valeurs et conventions

13. Médias, économie et sociologie de la connaissance économique

Philippe Steiner

Texte intégral

1La sociologie économique européenne et américaine s’intéresse au rôle joué par les médias dans le fonctionnement de l’économie et de la société. Si l’État y tient une place importante, notamment parce qu’il contribue à définir les règles selon lesquelles les médias peuvent être financés, ce n’est pourtant pas lui qui tient la place principale dans les études sur le sujet, comme c’est le cas dans l’étude que propose Zhou Yihu des intellectuels publics et de leur rapport aux médias en Chine. C’est plutôt l’impact des grands groupes de presse et de la publicité qui préoccupe les observateurs occidentaux du monde des médias et, par contrecoup, les sociologues de l’économie. Mais dans un cas comme dans l’autre, le rôle des intellectuels publics est à étudier avec attention pour comprendre comment fonctionne l’économie de marché.

2Cette contribution va d’abord s’appuyer sur les résultats d’une étude récente conduite sur le journalisme économique de manière à montrer le fonctionnement de la presse économique en France dans les dernières années du xxe siècle. Cela permettra de compléter l’approche de Zhou Yihu en montrant combien les changements dans le domaine sont liés aux conditions de financement par la publicité mais également aux règles du champ qui amènent les journaux grand public à répercuter les informations données par la presse économique. Nous examinerons ensuite la manière dont les intellectuels prennent place dans le monde des médias. Là encore, il apparaît que le problème principal se trouve plutôt situé à l’intersection du monde académique (les économistes universitaires) et du monde industriel – la finance et la banque tout particulièrement. Cette question a reçu un éclairage d’autant plus vif que la crise a rendu plus sensible aux conflits d’intérêts pouvant exister entre le statut d’intellectuel public de certains économistes, détenu en raison de leur forte présence médiatique, et leur activité de conseil auprès du secteur privé.

3La dernière partie élargira le propos en considérant les divers moyens par lesquels les économistes peuvent avoir un impact sur l’activité économique en mettant l’accent sur la dimension performative des théories économiques, et donc sur l’impact direct que ces économistes peuvent avoir, tant sur les décisions de l’État que sur les évolutions des structures de marchés, indépendamment de ce qu’ils peuvent dire par le truchement des médias.

La presse économique en France

4Le rôle de l’État dans le financement de la presse papier est sensible, mais il n’est pas considérable : on estime son volume aux alentours de 13 % du chiffre d’affaires du secteur, ce qui est significatif mais faible comparativement à ce que représente la publicité – entre 42 et 48 % selon les années – dans l’économie des médias en France (Toussaint-Desmoulins 2006, p. 87-98). En fait les études récentes sur le rôle de la presse en matière économique minorent la question de la place de l’État dans l’information économique afin de mettre au jour les conditions de fonctionnement de cette presse et l’impact que celui-ci peut avoir en matière politique. Sur ce point, il est utile de rappeler les principales conclusions de l’étude conduite par Julien Duval (2004) sur le champ de la presse économique.

5Il faut avoir présent à l’esprit le fait que le journalisme économique est profondément modifié à la sortie de la Deuxième Guerre mondiale, de manière à dissocier plus fortement que durant l’entre-deux-guerres ce journalisme de l’emprise de la finance et de la banque. Au cours des années 1950-1970, la volonté de porter une information économique fiable aux citoyens et aux décideurs économiques voit le jour et se concrétise par la construction de structures professionnelles (Association des journalistes économiques et financiers en 1956) et des esquisses de chartes déontologiques (Livre blanc d’août 1972). Le champ du journalisme économique est ainsi structuré autour de deux logiques et de deux formes de capitaux (Duval 2004, p. 105-106) : le capital économique et le capital journalistique. L’emprise du premier se traduit par le fait que les journaux dépendent, comme on l’a indiqué plus haut, de recettes publicitaires autant que des recettes tirées de la vente. Le risque pour un média de déplaire à un gros annonceur publicitaire est évidemment que ce dernier lui retire son budget. Cette situation est contrebalancée par le fait que les médias doivent être crédibles, c’est-à-dire doivent apparaître comme indépendants des annonceurs, pour que ces derniers puissent précisément bénéficier des avantages associés aux informations diffusées par les médias. C’est à ce point que le capital journalistique prend le pas sur le capital financier.

6L’existence d’une tension entre les deux logiques de production de l’information économique, ou entre les deux formes de capitaux, tient au fait que la communication d’entreprise prend un rôle de plus en plus important dans les stratégies économiques des grandes firmes au cours des années 1970, phénomène dont l’importance va grandissant avec la montée de la financiarisation de l’économie et le rôle des analystes financiers dans les cotations et les conseils d’achat et de vente de titres :

Aujourd’hui, la communication d’entreprise est un véritable secteur économique qui met au point des méthodes de plus en plus rationnelles et sophistiquées pour influer sur le journalisme sans paraître le faire. Au début des années 2000, une agence de conseils en communication, par exemple, propose aux entreprises de « communiquer autrement face à un journalisme économique plus offensif » et de tirer les leçons des mésaventures du groupe Danone dont l’image avait été momentanément dégradée par l’annonce médiatiquement peu contrôlée des licenciements. (Duval 2004, p. 80-81)

7La tension tient également au fait que, pour attirer les budgets publicitaires, les médias doivent pouvoir capter un lectorat qui soit la cible des publicités dont ils sont les supports : aussi le glissement de la structure des médias et de la nature de leur contenu est déterminé par ce qui est susceptible d’attirer le lectorat des classes supérieures détenant à la fois les compétences scolaires lui permettant de lire les informations économiques et, de l’autre, ayant les revenus qui en font les cibles de choix des agences de publicité.

8Au-delà de ces questions économiques et de leur impact sur la structuration du champ du journalisme économique, l’enquête de Duval met en évidence le phénomène de la reprise, c’est-à-dire le fait que les journalistes se lisent les uns les autres et, ainsi, sont amenés à se citer les uns les autres, ce qui revient à multiplier les supports dans lesquels les mêmes informations sont reproduites. Les informations données par Les Échos sont donc souvent reproduites dans Le Monde et Libération.

9Le dernier point pertinent par rapport à notre propos tient au fait que le degré de compétence technique des journalistes économiques demeure médiocre, notamment lorsque la sophistication des techniques financières explose à partir des années 1980. Leur formation initiale – Institut de sciences politiques le plus souvent – ne les prédispose guère à dominer intellectuellement ces techniques et le rapprochement avec tel ou tel secteur de l’économie qui fait le fond de leurs pratiques professionnelles n’y contribue guère plus, d’autant que cette spécialisation n’a rien de nécessairement durable, car les reconversions vers d’autres secteurs du journalisme sont assez fréquentes. Le journalisme économique est donc structurellement en position de dépendre de la participation d’économistes qui maîtrisent les rationalisations formelles de la théorie économique (Steiner 2001) tout en étant capables de les expliciter en des termes compréhensibles dans les formats (temps de parole, nombres de signes, formes du récit, etc.) propres aux médias. Il y a donc place pour un appariement entre des journalistes qui mettent à disposition une audience pour les économistes publics et ces derniers qui la recherchent en échange de contenus dont ces journalistes ont besoin pour leur audience.

Médias et « économistes publics » dans le capitalisme financier

10S’il y a une difficulté principale selon les sociologues qui s’intéressent à l’économie et au rôle des médias, elle provient du rapport de complicité ou de déférence que les médias ont envers le pouvoir et l’argent. C’est ce qu’exprime la critique sans concession, mais sans nuance non plus, de Serge Halimi qui voit dans la manière dont les médias rendent compte de l’activité économique les moyens d’assurer la domination du capitalisme financier sur les sociétés, en faisant accepter aux populations l’évidence de la doxa économique :

Révérence face au pouvoir, prudence devant l’argent : cette double dépendance de la presse française crée les conditions d’un pluralisme rabougri. Mais on ne peut s’en tenir là. Tout un appareillage idéologique conforte la puissance de ceux qui déjà détiennent autorité et richesse. La somme des sujets tenus à distance et des non-sujets matraqués en permanence étend le royaume de la pensée conforme. (Halimi 2005, p. 73)

  • 1 En l’occurrence, il s’agit des transformations opérées au sein du journal Le Monde lorsque ce dern (...)

11Cette situation aboutit à ce qu’il appelle « un journalisme de marché », selon lequel l’idéologie véhiculée par de tels journalistes revient à valoriser les opinions des marchés financiers, et cela quelle que soit l’orientation affichée du support ; il est vrai que les déclarations de certains journalistes économiques œuvrant dans les journaux considérés comme situés à gauche sur l’échiquier politique – Libération en l’occurrence – d’une part, les transferts des journalistes de supports classés à deux pôles différents de l’offre politique de l’autre, renforcent singulièrement son point de vue (ibid., p. 84-85)1.

12Toutefois, il est important d’avoir présent à l’esprit le fait que les journaux font une importante consommation d’expertises économiques pour remplir leurs colonnes. Cette situation, qui n’a rien de suspect en soi, provient d’une part de l’intérêt que le lectorat peut trouver à des avis d’économistes sur des sujets complexes liés aux développements de telle ou telle forme d’activité économique et financière comme le sont les marchés de produits dérivés, les marchés de l’assurance, ou bien d’autres encore. Les économistes peuvent donc à bon droit être convoqués pour expliquer ce qu’ils savent mieux que d’autres et pour lesquels ils disposent d’outils – des modèles qui permettent de simuler des évolutions complexes – dont ne disposent ni les journalistes ni les lecteurs. Mais cela provient également de la faiblesse des journalistes au sein des médias : ils sont peu nombreux et donc encore moins nombreux ceux qui possèdent le niveau d’expertise requis pour comprendre pleinement ces évolutions économiques. La voie est donc ouverte aux économistes publics, ceux qui adossent leurs prises de position publiques à des activités académiques.

13Avec l’emprise maintenant bien établie des activités de finances et de banques sur l’économie réelle, la position des économistes publics a changé, tout particulièrement, mais pas uniquement, en France. En effet, le milieu des économistes se sent en porte-à-faux vis-à-vis des nouveaux entrants et de leurs pratiques qui reposent sur le mélange des genres, avec d’un côté une face académique et, de l’autre, une face entrepreneuriale. Prenons comme exemple l’ouvrage de Laurent Mauduit (2012), un ancien journaliste du Monde, maintenant journaliste pour le site Mediapart. Il est alors question d’une série d’économistes dont la caractéristique est d’être à la fois marqués au coin de l’excellence académique et d’être profondément liés à telle ou telle institution financière. Sur le premier versant, on trouve des économistes qui, après des études dans les meilleures écoles (Polytechnique, École normale supérieure), sont professeurs dans des écoles ou des universités prestigieuses (Sciences politiques Paris, École normale supérieure, Université de Paris-Dauphine, etc.) et souvent membres d’instances politiques (le Conseil d’analyse économique auprès du Premier ministre), d’administrations chargées de la régulation économique (Autorité des marchés financiers) et professionnelles (Association française de sciences économiques). Sur le second versant, on apprend que ces mêmes personnes sont directement liées à des banques ou des entreprises financières qu’elles conseillent ou qu’elles dirigent (Natixis, Dexia, Banque Lazard, Caisse des dépôts et consignations, Crédit municipal de la ville de Paris, Meryll Linch, le fonds d’investissement Kohlberg, Kravis, Roberts, Compagnie financière Edmond de Rothschild, etc.). Et cette deuxième face est soigneusement tenue dans l’ombre, comme si seule la dimension académique comptait, comme si la dimension académique occupait à elle seule le temps de ces économistes publics.

  • 2 Ce code demande, § 1, que les financements de la recherche pour un article publié dans les journau (...)

14Une telle situation ne peut manquer de soulever des difficultés. Il y a d’abord une difficulté propre au changement que cela représente dans le cas de la France. Les travaux sur ce que signifie le terme économiste en France, en Grande-Bretagne et aux États-Unis (Marion Fourcade 2009) montrent que si aux États-Unis l’économiste combine la détention d’un titre académique (la thèse, l’enseignement) et l’activité économique elle-même (service de conseil, direction d’entreprise, etc.), tel n’est pas le cas des économistes français jusque dans les années 1990 puisqu’ils sont soit purement attachés au monde de la banque et de l’entreprise (économistes d’entreprise), soit purement académiques (professeurs d’université), soit encore attachés au service de l’État (ingénieurs économistes). Or, avec le changement que propagent la financiarisation de l’économie d’une part, les passages de plus en plus fréquents par le monde universitaire américain dans lequel le lien avec le secteur privé est fortement valorisé d’autre part, les frontières entre les trois mondes entre lesquels se distribuaient les économistes français sont profondément modifiées. L’économiste français ressemble de plus en plus à son homologue américain : il combine donc activités académiques et activités économiques, de préférence dans la banque et la finance, les secteurs où les rémunérations sont les plus généreuses (Steiner 2011). On pourrait donc penser que les problèmes sont uniquement liés à ces transformations propres au système universitaire français et à l’alignement de ce dernier sur le système anglo-saxon. Tel n’est pas le cas : le problème se pose d’une manière aussi profonde aux États-Unis même. En effet, marqués par le scénario de la crise immobilière de 2007 qui s’est ensuite transformée en crise financière mondiale à partir de septembre 2008 et par le rôle que les économistes y ont pris en assurant jusque dans les jours précédant la crise que le système financier était sain, que les outils étaient en œuvre pour éviter les problèmes alors même qu’ils étaient payés par les banques, les économistes américains, par la voix de Gerald Epstein et de Jessica Garrick-Hagenbarth, ont demandé à ce qu’un code de conduite éthique minimal soit mis en place par l’American Economic Association. Ce qui a été fait en 20122.

  • 3 « Deuxièmement, les propositions de réforme financière émanant des économistes faisaient moins app (...)

15La difficulté de fond est celle de l’indépendance de pensée de ces économistes publics invités à prendre la parole pour éclairer le débat public parce que maîtrisant les arcanes de la théorie économique formellement rationnelle alors qu’ils sont en même temps directement liés, professionnellement et économiquement, à des acteurs du secteur. C’est la situation classique de ce que l’on appelle le conflit d’intérêts : comment croire que des personnes aussi engagées auprès du secteur de la finance puissent prendre publiquement des positions qui risqueraient de mettre à mal les intérêts du secteur qui les rémunère ! Ainsi, dans leur étude de 19 économistes de renom ayant fait partie de deux groupes de réflexion sur la crise financière et les moyens d’y remédier, Epstein et Garrick-Hagenbarth montrent que 15 d’entre eux, soit presque 80 %, avaient des affiliations avec le monde de la finance. Par ailleurs, les prises de position et les recommandations de ces économistes sont aussi très marquées en préconisant moins de régulation de la part de l’État, plus d’innovations financières que les économistes hétérodoxes3.

16Cette situation de proximité dangereuse entre les économistes publics et le secteur financier et bancaire donne lieu à des critiques qui portent à la fois sur la manière dont les choses sont présentées au public et la manière dont la politique économique est élaborée. L’importance de ces prises de parole valorisant l’innovation financière, les bienfaits apportés par la libéralisation et le développement des marchés des capitaux tient au fait que les citoyens ne perçoivent pas directement les réalités économiques : ces dernières ne sont accessibles que par des représentations et des catégories économiques qui sont des construits sociaux. Comme l’a souligné Antonio Gramsci il y a presque un siècle, l’hégémonie suppose des appareils permettant de faire le lien entre l’économique et l’idéologique – les médias en font partie. Aussi le rôle des médias est-il scruté avec attention par les économistes américains qui s’opposent à la politique suivie par l’administration Bush, puis l’administration Obama en matière de politique économique et financière. Le jugement de Joseph Stiglitz est sans ambiguïté sur la place prééminente occupée par les personnes formant la pointe de la pyramide de la distribution des revenus (les « 1 % ») :

Nous pourrions avoir des medias plus équilibrés. À l’heure actuelle, les medias sont sous l’emprise des 1 %. Ces derniers ont les ressources pour acheter et contrôler les informations médiatiques décisives, et certains d’entre eux sont décidés à le faire, même à perte : c’est un investissement requis pour maintenir leur position économique. De même que les investissements politiques des banques, ces investissements peuvent rapporter bien plus que les investissements ordinaires – si on inclut l’impact sur la sphère politique » (Stiglitz 2012, p. 129)

  • 4 Le Monde, 8 mars 2013, relayant une information de Bloomberg.
  • 5 Pour les détails de ces deux opérations, on peut consulter Simon Johnson et James Kwack (2010, cha (...)

17C’est la raison pour laquelle, Stiglitz parle d’un « gouvernement des 1 %, par les 1 % et pour les 1 % », autre manière de désigner la ploutocratie – un phénomène qui prend également de l’ampleur en Chine puisque la presse rapporte que 90 membres de l’actuelle Assemblé nationale populaire figurent parmi les 1000 plus grandes fortunes chinoises4. Cette ploutocratie combine maîtrise du marché et accès au pouvoir politique, et ne manque pas de s’en servir au mieux de ses intérêts. Il faut dire que le jeu en vaut la chandelle quand on sait la manière dont la crise a été gérée. Lorsque au mois d’octobre 2008, Henry Paulson, secrétaire d’État au Trésor et ancien dirigeant de Goldman Sachs, offre aux neuf plus gros groupes bancaires du pays du capital au taux de 5 % contre des actions que l’État n’utiliserait pas pour peser sur la gestion des banques alors que les investisseurs privés prêtaient à ces banques à 10 % et recevaient des actions dont ils comptaient exercer le pouvoir qui y était lié ; lorsque au mois de novembre de la même année, le sauvetage de l’assureur AIG à hauteur de 180 milliards de dollars signifie un versement de 25 milliards à quatre banques américaines lourdement engagées auprès d’AIG, dont Goldman Sachs pour la moitié de cette somme5, il est important d’avoir des médias pas trop exigeants quant aux explications données à ces opérations et des économistes convaincus des bienfaits de la banque et de la finance pour les justifier !

Sociologie de la connaissance économique

18Un dernier point mérite d’être souligné, une dernière question posée : finalement, le mélange des genres académiques et journalistiques est-il bien important ? Est-ce là que se joue l’acceptation des formes modernes de l’économie ?

19Il y a de bonnes raisons de croire que tout ne se joue pas avec les prises de parole, fussent-elles répétées, dans les médias de ces économistes devenus des intellectuels publics. Leur parole n’est pas à l’abri des critiques, car des médias existent dans lesquels des économistes prennent la parole pour contredire les premiers, et avec de bons arguments. Certaines de ces critiques sont d’ailleurs portées par des économistes de premier plan, tant en France avec le collectif des Économistes atterrés ou les économistes se rangeant sous la bannière d’écoles dites hétérodoxes, comme l’économie des conventions ou l’école de la régulation, qu’aux États-Unis avec les écrits aussi nombreux que vigoureux des deux lauréats du prix Nobel d’économie que sont Paul Krugman et Joseph Stiglitz. Par ailleurs, ils ne s’adressent pas à une foule inculte et nombreux sont les lecteurs des journaux, les auditeurs des radios ou les spectateurs des journaux télévisés à avoir une culture en économie et des avis qu’ils ont pu se former par d’autres canaux que ceux des médias.

20Mais surtout, il ne faut pas manquer un autre moyen par lequel les économistes jouent un grand rôle dans la mise en forme de l’activité économique. Dans la sociologie économique contemporaine, ce phénomène est connu sous le nom de théorie de la performativité. La première expression de cette théorie est issue d’un article de Michel Callon (1996), qui défend l’idée selon laquelle l’activité économique est encastrée dans le discours de la science économique. Par cette formule qui donne un nouveau sens à l’idée d’encastrement chère à Karl Polanyi et à Mark Granovetter, Callon avance l’idée que la théorie économique sert de cadre à l’activité économique, lui donne sa forme, contribue à définir ses caractéristiques bien plus qu’elle ne sert à décrire l’activité économique. Découlant des particularités de la sociologie relationnelle de la théorie de l’acteur-réseau, la thèse de la performativité a été appliquée avec succès dans la recherche de Donald Mackenzie sur la mise en place du marché financier de produits dérivés à Chicago à la fin des années 1970, puis sur le rôle qu’ont joué les théories de Black, Scholes et Merton sur la fixation des prix de ces marchandises complexes (Mackenzie 2006).

21De cette étude, quelques points de la théorie de la performativité peuvent être dégagés. Premièrement, les équations de Black, Scholes et Merton reliant les valeurs des produits dérivés à leur sous-jacents produisent bien un effet sur les marchés en ce sens que, dès lors qu’elles ont été introduites sur les marchés, soit sous formes de listes de valeur des paramètres de ces équations, soit sous forme de logiciels informatiques, les prix effectifs se sont rapprochés des prix théoriques, alors que tel n’était pas le cas antérieurement. Cela ne dure que peu de temps, puisque avec l’éclatement de la crise boursière de 1987, un nouvel écart entre les prix théoriques et les prix effectifs apparaît – ce que Mackenzie qualifie un peu mystérieusement de contre-performativité. C’est l’exemple le plus net que l’on puisse trouver à l’heure actuelle de la performativité de la théorie économique. Deuxièmement, cette étude met en évidence le sens précis de la performativité callonienne : celle-ci décrit une situation spécifique en ce sens que la théorie n’est pas nécessairement connue, ni comprise par ceux qui l’appliquent. La théorie est incorporée dans la machine et son utilisateur peut ne connaître que ce qui est nécessaire à sa prise de décision sans pour autant apprendre à maîtriser les mathématiques complexes qui les sous-tendent, ni avoir à peser la validité des hypothèses économiques – très restrictives – sur lesquelles elles reposent. Troisièmement, l’encastrement de l’activité économique dans la théorie économique n’est qu’une des formes d’encastrement à l’œuvre sur le marché financier. En effet, Mackenzie montre que la mise en place du marché de produits dérivés à Chicago a demandé un important travail relationnel de la part de ses promoteurs en direction des plus hautes autorités politiques du pays, dont le secrétaire d’État au Trésor, le directeur de la régulation des marchés financiers (Security and Exchange Commission). Pour ce faire, l’aide apportée par des économistes de renom, au premier rang desquels figure Milton Friedman, a joué un rôle important en donnant une légitimité intellectuelle sinon scientifique au projet.

22La sociologie de la connaissance économique admet ainsi l’existence de deux modalités selon lesquelles les idées économiques interviennent pour modifier le déroulement de l’activité économique elle-même.

23D’une part, il existe un ensemble de canaux à travers lesquels la théorie économique dominante se diffuse et sert à légitimer des décisions économiques prises tant par des acteurs privés que par des acteurs publics. Dans ce cadre, la presse joue un rôle et celui-ci sera d’autant plus important que les économistes publics auront su se faire discrets quant à leurs différentes affiliations avec le secteur financier, et mettre en avant leur appartenance académique. D’autre part, les économistes jouent un rôle important et nouveau en sautant l’étape de la diffusion des idées auprès du public dès lors que la théorie économique peut être matériellement installée sur les marchés financiers, mais également sur d’autres marchés comme les marchés du travail des médecins, les différents marchés d’enchères dont l’exemple le plus fameux est celui de la vente des droits d’émission radio en 1994 aux États-Unis.

24Ainsi, dans le cadre du capitalisme financier contemporain, le rôle de la diffusion de la théorie économique demeure important et contribue puissamment à produire « la croyance économique », selon la belle formule de Frédéric Lebaron (2000). Mais lorsque l’économiste se fait ingénieur économique et qu’il transforme ses théories en programmes informatiques capables de faire fonctionner des dispositifs d’appariement dans un temps très bref, alors c’est par un tout autre registre que la théorie économique influe sur la société.

25Le principe selon lequel « l’économie est une chose trop sérieuse pour être laissée aux mains des économistes » impose de faire porter les contrôles démocratiques sur les médias et sur les économistes publics qui y interviennent. Il reste également à trouver les moyens de faire porter le contrôle démocratique sur les dispositifs de marchés pour s’assurer que l’économiste devenu ingénieur ne sert pas d’une manière injuste certains intérêts au détriment d’autres. Mais il faut également envisager une étape plus radicale dans laquelle les dispositifs créés par les ingénieurs économistes ou les ingénieurs sociaux serviront à performer d’autres théories que celle de l’échange marchand, comme cela a déjà été fait dans le monde de la médecine de pointe (Steiner 2010).

Bibliographie

Callon Michel, 1996, « Introduction : the embeddedness of economic markets in economics », The Laws of the Markets, M. Callon éd., Oxford, Blackwell, p. 1-57.

Callon Michel et Muniesa Fabian, 2009, « La performativité des sciences économiques », Traité de sociologie économique, P. Steiner et F. Vatin éd., Paris, PUF, p. 289-324.

Duval Julien, 2004, Critique de la raison journalistique. Les transformations de la presse économique en France, Paris, Seuil.

Epstein Gerald et Carrick-Hagenbarth Jessica, 2012, « Dangerous interconnectedness : economists’ conflicts of interest, ideology and financial crisis », Cambridge Journal of Economics, no 36, p. 43-63.

Fourcade Marion, 2009, Economists and Societies. Discipline and Profession in the United-States, Britain, & France, 1890s to 1990s, Princeton, Princeton University Press.

Halimi Serge, 2005, Les nouveaux chiens de garde, Paris, Raison d’agir.

Halimi Serge, Lambert Renaud et Lordon Frédéric, 2012, Économistes à gages, Paris, Les liens qui libèrent.

Johnson Simon et Kwack James, 2010, 13 Bankers. The Wall Street Takeover and the Next Financial Meltdown, New York, Pantheon Book.

Lebaron Frédéric, 2000, La croyance économique, Paris, Seuil.

Mackenzie Donald, 2006, An Engine, Not a Camera. How Financial Models Shape Financial Markets, Cambridge (Mass.), MIT Press.

Mauduit Laurent, 2012, Les imposteurs de l’économie. Comment ils s’enrichissent et nous trompent, Paris, J.-C. Gawsewitch éditeur.

Steiner Philippe, 2011, Les rémunérations obscènes, Paris, La Découverte.

— 2010, « Gift-giving or markets ? Economists and the performation of organ commerce », Journal of Cultural Economy, no 3, p. 343-260.

— 2001, « The sociology of economic knowledge », European Journal of Social Theory, no 4, p. 443-458.

Stiglitz Joseph, 2012, The Price of Inequality, New York, Norton.

Toussaint-Desmoulins Nadine, 2006, L’économie des médias, Paris, PUF.

Notes

1 En l’occurrence, il s’agit des transformations opérées au sein du journal Le Monde lorsque ce dernier était dirigé par Edwy Plenel. Le service « Économie » ayant été modifié en service « Entreprises », Plenel explique que c’est « un choix dénué d’ambiguïtés, la microéconomie, les marchés, la finance sans complexe, sans ce rapport trouble, voire hypocrite, au monde de l’argent qui nous a parfois handicapés » (Halimi 2005, p. 95) – les changements dans la structure des rubriques économiques du Monde sont présentés par Duval (2004, p. 199-209). Depuis, Plenel dirige le site Mediapart, lequel se porte volontiers vers la critique du capitalisme financier.

2 Ce code demande, § 1, que les financements de la recherche pour un article publié dans les journaux de l’Association soient rendus explicites ; § 2, que l’origine professionnelle de rémunérations de plus de 10 000 dollars reçus au cours des trois dernières années soient signalées ; § 3, la même chose pour des positions de direction, même bénévole ; § 4, que cela inclue les proches ; § 6, que soient indiqués les conflits d’intérêts potentiels ; enfin, dans le § 7, l’American Economic Association « encourage fortement ses membres et tous les autres économistes à appliquer ces principes dans les autres publications : revues scientifiques, journaux, magazines, commentaires présentés à la radio ou à la télévision, témoignages devant les commissions législatives fédérales ou nationales ou toute autre agence ».

3 « Deuxièmement, les propositions de réforme financière émanant des économistes faisaient moins appel à l’intervention étatique et à la régulation des marchés financiers que les propositions avancées par des groupes progressistes. […] Dans les dix dernières années, de nombreux éminents économistes, y compris ceux de notre échantillon, ont été favorables à l’innovation financière associée à la dérégulation. Cette combinaison et l’accroissement des risques financiers, en parti dû aux produits financiers complexes, ont significativement contribué à la crise financière. La principale réponse à la crise a été une politique d’austérité plutôt qu’une puissante réforme financière. On en trouve la trace dans notre étude, à l’occasion de laquelle les économistes proposent des réformes favorables aux acteurs du marché accompagnée d’une faible régulation gouvernementale des marchés financiers » (Epstein et Garrick-Hagenbarth 2012, p. 52).

4 Le Monde, 8 mars 2013, relayant une information de Bloomberg.

5 Pour les détails de ces deux opérations, on peut consulter Simon Johnson et James Kwack (2010, chap. 6) et Joseph Stiglitz (2012, chap. 9).

Auteur

Professeur de sociologie à l’Université de Paris-Sorbonne et membre de l’Institut universitaire de France. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages dans le domaine de la sociologie économique : La sociologie économique, 1890-1920, en collaboration avec Jean-Jacques Gislain, Paris, PUF, 1995 ; Sociologie de la connaissance économique. Essai sur les rationalisations de la connaissance économique, 1750-1850, Paris, PUF, 1998 ; La sociologie économique, Paris, La Découverte, 1999. Ses travaux récents portent sur la sociologie de la transplantation d’organes (La transplantation d’organes. Un commerce nouveau entre les êtres humains, Paris, Gallimard, 2010), les très hauts revenus (Les rémunérations obscènes, Paris, La Découverte, 2011) et l’histoire des sciences sociales (Durkheim and the Birth of Economic Sociology, Princeton, Princeton University Press, 2011).

© ENS Éditions, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540