Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sociologies économiques française et chinoise : regards croisés

 | 
Laurence Roulleau-Berger
, 
Liu Shiding

V. Marchés, valeurs et conventions

12. L’économie de marché et les intellectuels publics : le cas des personnels de l’industrie des médias

Zhou Yihu
Traduction de Aurélien Boucher

Texte intégral

1En Chine, le marché des médias demeure une affaire d’État, dans laquelle les besoins politiques déterminent la répartition des subventions allouées à chacun des journaux, chaînes de télévision et radios. C’est par ce commerce d’État que transite la majeure partie des revenus des médias. C’est donc en fonction des ressources politiques et à travers un système où la faveur du prince est déterminante que sont réparties les ressources économiques dans le marché de l’information. Depuis le début des réformes du marché en 1978, la Chine est entrée dans un phénomène de transition sociétale de plus en plus profond, au point que celui-ci semble désormais irréversible. Cependant, les transformations structurelles liées à la transition sociétale vers l’économie de marché affectent de manière plus ou moins importante les différentes classes sociales et professions. Dans cette contribution, nous prenons pour objet les travailleurs du domaine des médias. Nous entendons démontrer que ce commerce d’État conduit au fait que les visions politiques de la communauté des journalistes embrassent le discours officiel d’État. Nous montrerons que les restrictions inhérentes aux mécanismes de l’économie de marché permettent d’influencer le comportement politique des travailleurs intellectuels qui exercent dans les médias.

Radicalisme ou conservatisme : relations entre État et médias

2Depuis l’établissement de la République populaire de Chine, l’ensemble des médias chinois (nous entendons ici ceux de la Chine continentale) dépend d’un système de subventions régulièrement révisées par l’administration des finances publiques. En 1978, l’industrie des médias a pu bénéficier de la possibilité d’obtenir des fonds issus du marché et n’a pas cessé d’être de plus en plus financée par cette voie. En 1998, la plupart des journaux sont ainsi parvenus à devenir pleinement autonomes. Cette nouvelle autonomie économique vis-à-vis du système de pouvoir centralisé de l’État peut être interrogée à travers deux grilles d’intelligibilité théorique distinctes.

  • 1 N.d.t. Les termes utilisés par l’auteur signifient littéralement « modernisation rationnelle ». Ce (...)

3Dans la perspective de la modernisation libératrice1 (Lull 1991 ; Zha 1995 ; Pei 1994 ; Chu 1994 ; Keane 2002) on pourrait considérer que les médias se seraient autonomisés vis-à-vis du pouvoir politique central et seraient devenus davantage radicaux dans leurs points de vue. Dans une perspective critique de la modernisation (He 2000 ; Lee et al. 2000 ; Pan 2000 ; Zhao 2002 ; Zhang Xiaoli 2003 ; Zhou Yihu 2008) on pourrait considérer que les médias s’adaptent à l’économie de marché en employant des stratégies conservatrices. Des perspectives théoriques si éloignées, voire opposées, nous conduisent à nous interroger, dans le contexte de l’économie de marché, sur les relations entre l’État et les médias, et plus précisément sur l’influence de l’État sur les médias. En d’autres termes, il s’agit de déterminer si la relation entre l’État et les médias dans la société contemporaine tend vers un plus grand degré d’autonomie ou au contraire si l’État et les médias demeurent dans une relation inextricable. Cela nous conduira en dernier lieu à déterminer le rapport entre les travailleurs intellectuels du domaine des médias et l’État, puis à répondre à la question de leur degré de conservatisme ou de radicalisme.

4Dans cette perspective, le fait que la société chinoise soit organisée autour du principe « un État fort, une société faible » signifie que seul l’État produit le marché des médias. Dans ce système où le pouvoir de l’État se manifeste par la possibilité de répartir le capital économique, les journalistes deviennent de plus en plus attentifs à leur condition matérielle et demeurent conservateurs dans leurs jugements et dans leurs affirmations, au point que ce conservatisme devient une disposition consciente liée à l’exercice même de la profession. Cet accommodement avec la situation qui ne signifie pas pour autant que les journalistes soient complètement cupides révèle simplement que la cupidité fait système. Dans une société et dans un champ où prédomine la mise en concurrence économique, les nombreux travailleurs des médias qui souhaitent se maintenir dans cet espace doivent simplement se soumettre à cette règle politique du jeu économique.

Industrialisation et construction d’un soft power économique

La crise de l’administration de l’État et les mesures d’industrialisation des médias

5Après la révolution culturelle, afin de régler le problème du manque de financements, l’État a autorisé les médias à développer de nouvelles formes de gestion, notamment en permettant l’accumulation de fonds propres en plus des subventions versées par l’État et de l’exemption de taxes. Les nouveaux revenus auxquels s’ajoutaient les subventions anciennement versées constituaient ainsi un système équilibré. Dans ce système que l’on peut également qualifier d’administration financière mixte, les revenus provenant de la publicité ont littéralement explosé, tandis que les subventions d’État sont passées du statut de seule source de financement à celui de source de financement principale. En 1999, le degré d’autonomie économique des médias chinois a ainsi atteint 100 %, tandis que la majorité des médias ont été en mesure d’assumer la responsabilité de leurs profits et de leurs pertes.

La politique de marchandisation : quand les bilans comptables deviennent une fin en soi

6Le système d’administration mixte qui a amené le monde des médias à évoluer vers l’autosuffisance ne signifie pas pour autant que la totalité des revenus des médias provienne des mécanismes de marché. Bien que les médias puissent fonctionner en utilisant en majorité leurs fonds propres, ces revenus sont dans la pratique restreints par les accords conclus en 1978 entre l’État et l’industrie des médias. En effet, ces accords établis pour de courtes périodes, plaçant les médias dans une situation de dépendance et de faiblesse, sont progressivement devenus après 1999 le mécanisme de base du système de soft control de l’État sur l’industrie des médias.

7Afin que le lecteur comprenne plus précisément les mécanismes de fonctionnement économique du marché des médias, nous allons prendre le cas d’un média phare, tel que celui de la télévision centrale d’État (CCTV), pour lequel l’État intervient directement d’un point de vue économique. Nous avons choisi ce cas d’étude parce qu’il donne un aperçu représentatif du fonctionnement de l’ensemble du marché des médias. En effet, la télévision centrale et le gouvernement ont signé un accord, non seulement pour que l’ensemble des chaînes de télévision suivent cet exemple, mais aussi pour que chaque média appartenant au Parti communiste puisse conclure des accords s’en inspirant. La télévision centrale d’État est aussi l’institution qui influence le plus le marché des médias dans la mesure où elle attire plus de 100 millions de spectateurs, qu’elle emploie plus de 10 000 personnes, que ses revenus correspondaient en 2007 à 1/6 des revenus du secteur des médias télévisuels.

  • 2 N.d.t. Cai zheng bao gan a été traduit par « système de financement par objectifs ». Littéralement (...)

8La charte qui a été conclue entre la télévision centrale et l’État comprend un système de clauses qui mettent en relation des subventions avec des objectifs clairement identifiés. Par ailleurs, dans ce système de financement par objectifs (Cai zheng bao gan)2, les subventions sont déterminées à l’avance et ne peuvent connaître d’inflexion jusqu’à la fin du contrat. Ce système comprend également deux parties distinctes : la première d’entre elles, qui est la plus petite, concerne la prise en charge par l’État des salaires des travailleurs de la télévision centrale ; la seconde partie concerne l’argent destiné à financer les programmes. Une fois que la télévision centrale a utilisé l’argent de l’État afin de financer ses émissions, elle doit compléter sur ses fonds propres. Pour ce qui est des revenus de la publicité, les chaînes de télévision doivent d’abord restituer la totalité de leurs revenus à l’État, qui, après approbation et en fonction des accords conclus avec la chaîne de télévision, restitue une partie des revenus publicitaires. Ce circuit repose sur les principes communément appelés « stabilisation des revenus et des dépenses », « stabilisation des quotas et des subventions », « allocation en fonction des tâches », « réduction des dépassements » et « amélioration de l’utilisation des restes ». Politiquement, ce système d’administration par objectifs permet de prétendre que les médias ont été réformés en fonction des normes de l’économie de marché, tandis que dans la pratique, ce système transforme les revenus des médias en subventions, ce qui permet l’exercice de l’arbitraire de l’État. En effet, les médias soumis à ce système d’administration doivent d’abord finir leurs tâches de propagande (par exemple la télévision centrale doit accomplir chaque année des objectifs de temps d’antenne, respecter un équilibre entre temps d’antenne et émissions), puis une fois seulement que ces objectifs de base ont été respectés, l’État verse les subventions en fonction des termes du contrat. En d’autres termes ce système impose que les médias remplissent préalablement une partie de leur contrat d’objectifs. Si ces conditions ne sont pas remplies, l’État peut revoir à la baisse les fonds alloués.

9En second lieu, les subventions que l’État attribue aux chaînes de télévision proviennent en fait complètement des revenus de la télévision. D’un point de vue légal, les revenus de la télévision d’État proviennent des demandes de publicités émises par le département « Société » des chaînes de télévision qui louent des temps d’antenne à une plate-forme gérée par l’État. Cependant, les revenus de la publicité ne sont pas considérés comme des fonds propres de la chaîne de télévision. L’utilisation du cadre rationnel légal qui détermine la nature des fonds conduit à considérer les revenus économiques non comme des revenus des entreprises mais comme des subventions d’État et conduit à la non-reconnaissance des revenus des médias comme relevant du droit des entreprises. Les départements compétents de l’État ont toujours le pouvoir de modifier à n’importe quel moment le type de propriété et les décrets administratifs relatifs aux médias. À travers ce système de gestion des revenus, l’État s’assure donc que sa relation aux médias tourne à son avantage.

La relation politique entre les médias et l’État

10Les chaînes de télévision ont été, sont toujours et resteront probablement longtemps l’antenne de la propagande officielle de l’État et du parti. Pour les hommes politiques, elles doivent nécessairement fournir un service de propagande de la politique d’État. Elles ont une responsabilité politique et leur fonction principale n’a rien à voir avec celle de service public. La principale conséquence de cet attribut politique est que l’État donne aux chaînes de télévision un nombre illimité d’obligations. L’analyse précédemment menée pour la télévision centrale concernant la structure du système d’administration financière dans ses trois grandes composantes (revenus publicitaires, revenus d’activité et subventions de l’administration) s’applique aussi jusqu’à maintenant à la plupart des télévisions locales. Si l’on prend l’exemple de la chaîne Shanghai TV et celui de la chaîne Dongfang TV, on se rend compte que bien que ces deux chaînes engrangent des profits importants, elles ont tout de même bien compris la contrepartie politique des subventions stables. De 1991 à 2000, ces deux chaînes ont reçu la bagatelle de 150 millions de yuans. Cette somme ne représente qu’une petite partie de leurs fonds, mais parce qu’elle représente la totalité des salaires des personnels des deux chaînes et la plupart des dépenses administratives, elle reste suffisante pour que l’État exerce son pouvoir sur les décisions de la chaîne.

11L’État fait des médias un espace entièrement sous subvention où le fait du prince remplace le pouvoir des professionnels comme si les chaînes étaient analogues à un journal provincial appartenant au parti. L’État en fonction de ses intérêts politiques propres décide des structures et répartit les ressources suivant des normes complètement arbitraires. À l’intérieur des cercles de pouvoir, certains médias obtiennent ainsi un haut niveau de protection politique. On citera par exemple l’agence Xinhua, Le Quotidien du Peuple, le quotidien Guangming, la Radio centrale de Chine, la Radio Chine internationale, les chaînes de la télévision centrale, comme des médias appartenant à des cercles et que l’État continue de financer entièrement sous forme de subventions et selon sa bonne grâce. Pour les médias situés en bas de l’échelle, c’est-à-dire à la marge du pouvoir central, l’État peut décider arbitrairement des pertes et des profits.

12Dans le domaine journalistique, l’indépendance économique est relativement importante, mais elle va aussi de pair avec la dépendance politique vis-à-vis de l’État. Il existe deux grandes raisons à ce phénomène.

13Premièrement, dans le système d’administration par objectifs, les augmentations de capitaux des journaux dépendent de l’État. Pour ce qui est des chaînes de télévision, les revenus de la publicité dépendent de la part transférée à la fin du circuit par l’État. Cette manne prend la forme de « frais » d’exploitation et non d’impôt indexé sur le revenu. Les fonds transférés aux médias à la fin du circuit proviennent du ministère des Finances, du département central de la Propagande, du département central de l’Audiovisuel et dépendent des accords temporaires passés entre chaque chaîne de télévision et ces institutions, qui ne sauraient être confondus avec de véritables règles de droit. Si ce système s’arrêtait ne serait-ce qu’un seul jour, les chaînes de télévision ne perdraient pas seulement leurs avantages politiques, elles seraient également proches de la faillite. Supposons par exemple que la télévision centrale se transforme et devienne une entreprise, le seul fait de payer elle-même les frais relatifs à l’utilisation des ondes la conduirait à la banqueroute.

14Deuxièmement, dans le secteur des journaux, l’ensemble des capacités de capitalisation est concentré dans les mains de l’État. Bien que les chaînes de télévision puissent stabiliser leurs bénéfices, d’un point de vue juridique les capitaux sont à tout moment transférables à l’État tandis que les mécanismes d’organisation font que ces capitaux peuvent être à tout moment réaffectés à un niveau supérieur. Le statut des droits de propriété est aussi peu stabilisé, si bien que la situation des médias audiovisuels est bien moins confortable que celle des entreprises d’État. On en conclut que si en apparence, les chaînes de télévision dépendent économiquement de moins en moins de l’État, leurs capacités de prise d’initiative économique sont restreintes par le système légal. Leur autonomie économique s’oppose à un mouvement d’autonomisation politique puisque le système d’administration par objectifs assujettit des médias qui ne peuvent pas pour autant être classés comme des entreprises monopolistiques appartenant à l’État.

15La relation qui s’établit entre les médias et l’État par l’intermédiaire du système de financement par objectifs a finalement tendance à encourager l’autonomie économique des chaînes de télévision tout en renforçant la capacité de contrôle politique de l’État en maintenant les médias dans une position d’incertitude. Cette forme de contrôle par des circuits économiques constitue le caractère singulier du système de contrôle politique qui pèse sur le milieu des médias en Chine. Ce système de financement par objectifs (gérer ses pertes et ses profits), ses multiples variantes (gérer les recettes et s’autosuffire) et le monopole de l’exploitation constituent les deux piliers du management des médias. L’État possède ainsi un moyen original de contrôle de l’activité puisqu’il utilise les ressources de la propagande d’État telles que les ondes audiovisuelles pour les mettre à disposition des médias, qui collectent en retour des revenus d’exploitation qui seront transformés en subventions de l’État, puis redistribués sous forme de capitaux propres à assurer l’assujettissement économique et donc l’extension de la propagande. Ce système fonctionne selon ce que Hu Zhangzhong nomme le principe « un seul système, deux opérateurs », c’est-à-dire un système dans lequel les deux opérateurs, l’État et les médias, s’accordent tacitement sur les règles du champ médiatique. Ces règles impliquent notamment que les médias ne doivent jamais dépasser les bornes politiques s’ils veulent en retour pouvoir compter sur l’extension progressive de leur marché.

Violences et luttes dans le champ médiatique

16Poursuivant l’analyse portant jusqu’ici sur les réformes entreprises depuis 1978 dans le milieu des médias, nous allons maintenant montrer que l’autonomie grandissante des médias du point de vue de leur capacité économique à subvenir à leurs besoins n’a pas signifié une autonomie grandissante des travailleurs des médias dans l’exercice de leur profession.

17Avant d’aborder les changements liés aux réformes des médias survenues après 1999 dans le cadre de la marchandisation, nous allons poser une première hypothèse, à savoir que la plupart des journalistes sans être véritablement des personnes dévouées à la propagande, et non plus sans être enthousiastes à l’idée de défendre une presse libre et démocratique, se réclament de principes moraux d’autonomie professionnelle mais sont dans le même temps très regardants vis-à-vis de leur conditions matérielles d’existence. En d’autres termes, ils apparaissent comme un groupe d’opportunistes qui, dans le choix entre la morale professionnelle et l’intérêt matériel, ont tendance à choisir le plus petit dénominateur commun.

18Si l’on prend le cas d’un journaliste soucieux de son propre intérêt qui se pose la question de revendiquer ou non une grande autonomie politique, on peut être certain que sa réflexion sera orientée en fonction des réactions potentielles de ses associés. Or, les expériences historiques de la Chine et des pays occidentaux conduisent à constater que la plupart des médias évoluant dans l’économie de marché ont une attitude conservatrice, alors que très peu de médias deviennent radicaux, dépassant le « politiquement correct ». Si les activités des médias dépassent l’espace de contrôle du gouvernement, alors ils peuvent revendiquer un pouvoir autonome, et se libérer de la force d’inertie du système. C’est en anticipant ce cas de figure que l’État a décidé d’amplifier les réformes du marché des médias afin que les acteurs décident directement d’actions politiquement correctes.

19Au xxie siècle, le contexte de marché dans lequel évoluent les médias chinois est ainsi toujours déplorable. La Chine est le pays du monde qui compte le plus de chaînes de télévision (plus de 3000), ce qui a pour corollaire que la compétition entre les chaînes est devenue très brutale. Si l’on a en tête que la publicité télévisuelle rapporte 3 milliards de yuans, chaque chaîne devrait recevoir en moyenne la somme de 1 million de yuans. Du côté de la presse, dans certaines villes comme Pékin, le marché est déjà arrivé à saturation. En 2004, le ratio du nombre de ménages abonnés à un journal et du nombre d’abonnés potentiel atteignait 91 %. Autrement dit, seuls 140 000 foyers n’étaient pas abonnés, tandis que les revenus de la publicité avaient déjà atteint 85 % de leur potentiel. De Pékin à Canton et dans l’ensemble des régions côtières de l’Est, l’indicateur de popularité des journaux atteint le niveau moyen de 40 %. Par conséquent, le milieu journalistique devient un véritable champ de bataille où la lutte principale n’est pas celle menée entre des journalistes et l’État pour l’autonomie politique, mais celle que mènent les médias entre eux pour l’obtention de part de marché des lecteurs et de soutiens publicitaires. La plupart des journaux maintiennent leur situation financière, mais aucun d’entre eux ne parvient à imposer sa suprématie sur le marché, alors que le développement entraîne une compétition de plus en plus violente.

20Dans cet espace où règne la loi du talion, l’État se pose comme l’arbitre et le grand gagnant des luttes à mort entre journaux. En effet, il a un pouvoir de vie ou de mort sur les journaux dans la mesure où il peut mettre à disposition des journaux les plus proches de son pouvoir de meilleurs moyens de diffusion. Par exemple, les journaux plus importants, les chaînes de télévision, les radios peuvent obtenir de meilleures informations en premier, et aussi celles correspondant le mieux à leurs créneaux. Ces différences élémentaires sur le contenu de l’information mis à disposition permettent d’orienter les luttes et de reproduire des situations de domination au sein du champ des médias. Ainsi, au quotidien, si un média national et un média local sont en conflit, il se réglera le plus souvent en fonction de la proximité politique de chacun des médias vis-à-vis du pouvoir d’État.

21En définitive, il existe un lien inextricable entre les ressources économiques et les capacités de mobilisation du fait du prince qui dissuadent les acteurs tentés de subvertir le pouvoir politique de l’État. De peur de se retrouver inéluctablement à la marge, les candidats à la subversion se résignent finalement à devenir des agents dociles du système. Dans la mesure où l’incertitude économique ne cesse de croître, les conflits d’intérêts qui s’établissent entre l’État et les journaux désireux d’autonomie politique sont relégués au second rang, loin derrière les luttes de concurrence entre journaux. En effet, les aspects éthiques pèsent peu par rapport à l’attraction et au pouvoir de persuasion de l’État. Que l’on considère un média du secteur marchand ou un média du parti, le moyen le plus sûr d’obtenir de meilleures conditions d’existence consiste à adopter la ligne politique du gouvernement, à tel point que le respect des directives politiques devient implicitement la première des responsabilités professionnelles.

22Cela conduit la communauté des journalistes à ne pas adopter un comportement politique détaché du point de vue de l’État, même si les journaux sont des entités distinctes des entités étatiques. Cela conduit également au fait que le système produit chez les journalistes la même conscience professionnelle, à savoir que dans le contexte actuel, c’est-à-dire dans le cadre légal d’un État où les résultats économiques prennent une place prépondérante, les journaux ne sont pas en mesure d’influencer la vie et les représentations de la population. Ils sont au contraire obsédés par la constante préoccupation des comportements éditoriaux de survie. Cette préoccupation logique entraîne la profession dans une logique utilitariste. L’apparition de la puissance de l’État dans l’horizon proche, et la reproduction logique de sa prééminence, écrase les éventuelles velléités politiques des journalistes. Ce système possède une telle force que les journalistes en viennent à se définir eux-mêmes comme au service de l'État.

Le rôle des intellectuels publics dans les changements économiques

23À partir de l’étude menée sur les médias, il apparaît que la dynamique propre au champ des médias influence le travail des intellectuels publics intimement lié à la réussite du soft power économique imposé par l’État. Bien que les réformes du système mixte des entreprises depuis ces trente dernières années aient conduit les médias à obtenir la plupart de leurs ressources par des moyens extérieurs à l’État, que 60 % des revenus des médias locaux ne soient plus payés via les mécanismes de l’économie planifiée, que les subventions d’État deviennent une infime partie des revenus des médias – c’est-à-dire bien que le corps économique des industries des médias soit directement lié au marché –, le corps politique reste lui bien ancré dans l’ancien système. L’État est toujours en situation de surplomb dans la mesure où il contrôle les ressources économiques ou les informations allouées à chacun des acteurs. En d’autres termes, le contrôle de l’État sur le langage légitime employé dans le monde des médias s’exerce désormais dans le cadre des décisions émises en 1990 concernant l’industrialisation des médias. Il s’insère dans la lignée des structures politiques de l’État chinois afin que le rapport de force entre l’État et les médias reste finalement inchangé. Finalement ce système qui permet de contrôler les canaux de diffusion et de réserver les meilleures ressources aux plus fidèles serviteurs de l’État garantit la victoire de l’État sur les velléités du monde médiatique.

24L’analyse du système des médias chinois permet donc de conclure que l’avènement des mécanismes de marché ne signifie pas pour autant une progression significative de la liberté de la presse. On peut même dire que les règles relatives à la marchandisation de l’information et de ses producteurs contiennent la force principale d’opposition à toute libéralisation de la profession. Il semble que dans le domaine des médias chinois, la seconde théorie présentée en introduction, selon laquelle le marché conduit à une reproduction des attitudes conservatrices, s’applique davantage que la première. Les deux théories de la modernisation libératrice et de la critique de la modernité sont peut-être toutes les deux vraies, mais elles ne rendent finalement compte que d’un seul aspect du processus d’industrialisation des médias en Chine depuis 1978. La théorie de la modernisation libératrice permet de mettre en lumière une partie des transformations apparues entre 1980 et 1990, lorsque les réformes ont eu pour conséquence l’apparition d’un nouveau défi en matière de contrôle des médias par l’État. Cependant, la perte d’autonomie des médias liée à la naissance d’un soft control économique des médias à la suite des réformes de 1990, donne plutôt raison aux théories critiques de la modernité. En effet, l’autonomie économique n’entraîne pas mécaniquement une autonomie politique. Le pouvoir de l’État s’applique sous la forme d’une politisation de l’économie des ressources médiatiques, laissant les médias dans une sorte de cage aux oiseaux. Il n’y a donc pas d’état de guerre entre l’État et les médias (He Zhou, 2000), mais au contraire un marché représenté comme espace économique et politique commun. Dans un tel système, les intellectuels des médias en viennent à porter un regard sur le monde plutôt bienveillant et passent d’une forme d’idéalisme professionnel à un utilitarisme résigné.

Bibliographie

Chan Joseph Man, 1993, « Commercialization without independence : trends and tensions of media development in China », China Review, J. Cheng et M. Brosseau éd., Hong Kong, The Chinese University Press, p. 25.1-25.21.

Chu Leonard L., 1994, « Continuity and change in China’s media reform », Journal of Communication, no 44, p. 4-21.

He Zhou, 2000, « Chinese Communist Party press in a tug of war : a political economy analysis of the Shenzhen Special Zone Daily », Power, Money, and Media : Communication Patterns and Bureaucratic Control in Cultural China, Chin-Chuan Lee éd., Evanston, Northwestern University Press, p. 112-151.

Hu Zhengrong, 2003, « Hou WTO shidai zhongguo meijie chanye zhongzu jiqi zibenhua jieguo – dui zonguo meijie fazhan de zhengzhi jingjixue fenxi » [Les médias chinois après les réformes. L’entrée de la Chine à l’OMC et les conséquences de la capitalisation. Une analyse de l’économie politique dans les médias chinois], Xinwen daxue zazhi [Revue de l’Université des médias], vol. 77, p. 3-10.

Huang Zhongzhi, 2000, Huabei de xiaonong jingji yu shehui bianqian [Les petites exploitations paysannes et la transition de la société], Pékin, Éditions Zhonghua.

Keane Michael, 2002, « As a hundred television formats bloom, a thousand television stations contend », Journal of Contemporary China, vol. 11, no 30, p. 5-16.

Lee Chin-Chuan, Chan Joseph Man, Pan Zhongdang et Clement Y. K. So, 2005, « National prisms of a global media event », Mass Media and Society, 4e édition, J. Curran et M. Gurevitch éd., Londres, Edward Arnold, p. 320-335.

Li Mingjie, 2004, « Guangxi zhuangzu zhiziqu baoye xianwhuang zongshu » [Résumé sur la situation des journaux dans les régions autonomes du Guangxi], Zhongguo bao ye nianjian [Livre annuel des statistiques chinoises], Pékin, Maison d’édition de l’association du commerce et de l’industrie de Chine, p. 150-157.

Li Xiaoping, 2002, « Focus (Jiaodian Fangtan) and the changes in the Chinese television industry », Journal of Contemporary China, vol. 11, no 30, p. 17-34.

Lull James, 1991, China Turned on Television, Reform, and Résistance, New York, Routledge.

Pan Zhongdang, 2000, « Improvising reform cctivities : the changing reality of journalistic practice in China », Power, Money and Media : Communication Patterns and Bureaucratic Control in Cultural China, Chin-Chuan Lee éd., Illinois, Northwestern University Press.

Pei Minxin, 1994, From Reform to Revolution. The Demise of Communism in China and the Soviet Union, Cambridge (Mass.), Harvard University Press.

Ye Wenping, 2004, « Difang xing zonghe ribao waibu jingying huqnjing de pinggu » [Évaluation de la provenance des revenus d’activités de différents journaux locaux], Zhongguo bao ye nianjian [Livre annuel des statistiques chinoises], Pékin, Maison d’édition de l’association du commerce et de l’industrie de Chine, p. 245-255.

Zha Jianying, 1995, China Pop, New York, New Press.

Zhang Xiaoli, 2003, « Le super-contrôle de l’opinion publique vu par la critique du Nanfang Zhoumo », 30 juillet 2003. En ligne : [https://www.cddc.net/shownews.asp?newsid=4647].

Zhao Dingxin, 2002, « The 1999 Anti-US demonstrations and the nature of student nationalism in China today », Problems of Post-Communism, no 49, p. 16-28.

Zhou Yihu, 2008, Ziyou de kangzheng yu zijuede ru long [La bataille pour la liberté et le sentiment de captivité], thèse de doctorat, Pékin, département de sociologie de l’Université de Pékin.

Notes

1 N.d.t. Les termes utilisés par l’auteur signifient littéralement « modernisation rationnelle ». Cette théorie stipule qu’il y aurait un lien entre liberté en matière économique et liberté dans l’exercice de la citoyenneté. Pour ces raisons, nous préférons traduire ce concept par le terme de « modernisation libératrice ».

2 N.d.t. Cai zheng bao gan a été traduit par « système de financement par objectifs ». Littéralement cette expression signifie « administration financière en fonction de ce qui est fait ». Concrètement, ce système consiste à allouer seulement une partie des subventions pour une unité de production, à vérifier après une courte durée que les fonds ont bien été employés pour remplir la tâche assignée par l’État, avant que l’État ne verse le reste de la subvention à l’unité de production. Dans ce système, on trouve donc bien la notion d’un objectif à remplir, dont l’accomplissement détermine les futurs financements.

Auteur

Maître de conférences, est docteur en sociologie de l’Université de Pékin et rédacteur en chef à la China Central TV Station. Son champ actuel de recherche comprend la marchandisation et la théorie démocratique, la modernité de la société chinoise, l’analyse historique du système totalitaire de la Chine, les mécanismes de fixation des prix du marché de l’art, la communication et la production des idéologies. Ses principales publications : From Hard to Soft Control. State-Media Relationship in China since 1978 (2011) ; The Unit System of China (1999) ; The National Power and Chinese Journalism (2008) ; Market Economy and Contemporary Public Intellectuals. Chinese Media Workers (2009) ; Network’s Public Opinion and Understanding. The Rise of Society Transition and Network’s Public Opinion (2009).

Aurélien Boucher (Traducteur)

© ENS Éditions, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540