Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sociologies économiques française et chinoise : regards croisés

 | 
Laurence Roulleau-Berger
, 
Liu Shiding

IV. Genre et travail

10. Identités professionnelles des femmes propriétaires d’entreprises privées en Chine

Tong Xin

Texte intégral

  • 1 Notre étude reprend le thème développé par le ministère de l’Éducation en 2010 à l’occa (...)
  • 2 Qin Feifei, « Le nombre d’entreprises privées enregistrées en Chine dépasse les 9 milli (...)

1D’après la définition du règlement provisoire des entreprises privées en République populaire de Chine, une entreprise privée, aussi appelée entreprise à capitaux indépendants, est une entreprise où les investissements sont réalisés par une seule personne1. Elle repose sur le principe du travail salarié, et l’investisseur a une responsabilité illimitée à l’égard des dettes que peut contracter son entreprise. Plus concrètement, il s’agit d’une organisation économique à but lucratif où les moyens de production sont la propriété privée d’un individu et dont le personnel doit excéder les huit membres. Après 1988, le développement très rapide des entreprises privées a incarné la nouvelle voie suivie par le marché chinois et il est devenu un des traits les plus caractéristiques de son développement économique. Au cours de la formation du PIB chinois, le secteur privé au sens large (dont sont exclues l’économie nationale et celle des holdings) occupait déjà plus de 65 % de la totalité du PIB, et celui au sens restreint du terme un peu plus de 40 %. Les propriétaires de ces entreprises privées sont devenus un nouveau groupe au sein de la structure sociale chinoise (Zhang Houyi 2008). Jusqu’en septembre 2011, le nombre d’entreprises privées recensées en Chine dépassait les 9 millions, soit 14,9 % de plus que l’année précédente2. La classe d’entrepreneurs ainsi formée est devenue une nouvelle élite économique qui a contribué à changer la structure sociale chinoise.

  • 3 China Youth Daily, 28 mars 2005 : « L’enquête du GEM montre que la Chine est un pays où (...)
  • 4 Cui Yu, 2009, « Women entrepreneurs in contemporary China », Zhongguo fu yun (Chinese W (...)

2La plupart des représentants de cette élite économique sont de sexe masculin, sans que les femmes en soient pour autant complètement exclues. En 2003, le Global Entrepreneurship Monitor (GEM) a observé que sur un échantillon de plus de 40 pays et régions du monde, le TEA (Total Entrepreneurial Activity) masculin atteignait les 11,84 % et le TEA féminin 6,90 %. Les chiffres sont respectivement de 12 et 11,16 % en Chine, ce qui l’inscrit au 6e rang mondial du meilleur TEA féminin et fait d’elle un pays où l’entrepreneuriat féminin est très actif3. D’après les statistiques de 2003 effectuées sur des femmes chefs d’entreprise, seul 1,5 % des 1,5 million d’entreprises dirigées par des femmes était déficitaire tandis que 98 % prospéraient. Une enquête révèle qu’à la fin de l’année 2008, la Chine comptait déjà 2,9 millions de femmes entrepreneurs, soit environ 20 % du nombre total. La proportion de femmes ayant créé leur propre compagnie avoisinait les 21 %, chiffre qui rejoint celui de leurs homologues masculins ; les femmes travailleurs indépendants et celles propriétaires d’entreprises privées représentaient 41 % du nombre total de femmes propriétaires4.

3À l’aide d’une analyse comparative entre femmes et hommes propriétaires d’entreprise, nous cherchons à étudier la condition féminine au sein de la nouvelle élite économique constituée lors de la libéralisation de la Chine, ainsi qu’à réfléchir aux caractéristiques de chacun des sexes qui se sont formées lorsque cette transition vers une économie de marché a complètement remodelé la structure sociale aussi bien que les élites économiques. Nous cherchons également à comprendre comment cette dernière a pu jouer un rôle dans l’apparition de cette élite économique féminine. Une recherche comparative devrait en ce sens nous aider à analyser : 1) la situation des femmes propriétaires d’entreprises privées ; 2) les différentes catégories de femmes propriétaires si tant est que ce groupe existe ; 3) l’influence que la libéralisation a pu avoir sur ces élites économiques féminines, ainsi que la dimension genrée de la marchandisation sur la nouvelle structure de la société chinoise.

4En 1993, la Chambre de commerce et d’industrie a mené sa première enquête sur les propriétaires d’entreprises privées ; à l’époque, les femmes représentaient 9,9 % de l’échantillonnage, un chiffre qui n’a cessé de croître au cours des dix dernières années. En 2008, la huitième enquête de la Chambre de commerce et d’industrie a montré que ce chiffre était passé à 15,8 %, ce qui représentait 647 des participants à l’enquête. Ce texte reprend les résultats de la première enquête ainsi que des interviews réalisées auprès de vingt femmes propriétaires.

Les particularités des femmes propriétaires par rapport à leurs homologues masculins

5Une analyse en termes de genre montre que des différences existent entre femmes et hommes propriétaires notamment en termes d’âge, de niveau d’éducation, de taille d’entreprise, de nombre de salariés, de domaine et de conditions d’activité, mais révèle aussi des similarités.

Première particularité : les femmes propriétaires sont un peu plus jeunes et ont un niveau de culture relativement plus élevé

6La plupart sont d’âge mûr : 33,4 % ont moins de 40 ans, 43,5 % ont entre 40 et 49 ans (c’est la tranche d’âge la plus représentée), ce qui donne un total de 77 % de femmes propriétaires ayant moins de 50 ans. Elles sont en cela légèrement plus jeunes que les hommes propriétaires, dont 22,8 % ont moins de 40 ans. D’autre part, 23 % de femmes continuent à gérer leur entreprise après 50 ans, pour 33 % d’hommes. Cela signifie donc que, dans cette catégorie donnée, la carrière des femmes est a priori plus courte que celle des hommes. Le niveau culturel de ces femmes propriétaires est très élevé : 12 % ont un diplôme de master, 26 % ont un diplôme de licence. C’est encore plus visible chez les jeunes femmes propriétaires : 65 % des femmes propriétaires de moins de 30 ans ont un diplôme supérieur à la licence, ce qui représente 28,5 % de plus que chez les hommes de cette même tranche d’âge (voir tableau 1).

Tableau 1 Analyse des propriétaires d’entreprises privées en fonction de leur sexe, de leur niveau d’études et de leur âge (en %)

Âge

Sexe

Master

Licence

Filières technologiques

Lycée / établissement d’enseignement professionnel

Collège

École primaire ou moins

Total

Moins de 30 ans

Homme

9,2

25

34,2

26,3

5,3

0

100

Femme

10,3

55,2

20,7

13,8

0

0

100

30-39 ans

Homme

11,6

29,3

26,9

28

4

0,1

100

Femme

13

30,8

22,2

27,6

5,9

0,5

100

40-49 ans

Homme

17,8

21,4

25,8

28,2

6,2

0,5

100

Femme

13,9

23,6

26,1

28,9

7,5

0

100

50-59 ans

Homme

8,1

16,7

29,8

31,9

12,2

1,2

100

Femme

8,9

16,1

24,2

34,7

12,9

3,2

100

Plus de 60 ans

Homme

6,2

15,2

28,7

27,5

16,9

5,6

100

Femme

9,1

18,2

27,3

31,8

9,1

4,5

100

7Le taux de femmes propriétaires de moins de 49 ans ayant un diplôme universitaire est plus élevé que celui des hommes. La différence est encore plus nette chez les femmes de moins de 30 ans, qui sont deux fois plus nombreuses que les hommes de la même tranche d’âge à avoir un diplôme universitaire. Cela signifie deux choses : 1) les jeunes femmes ayant fait des études ont plus de chances de se lancer dans une activité entrepreneuriale et de rejoindre ainsi l’élite économique ; 2) il est plus difficile pour une femme propriétaire de monter son entreprise, et celles dont le niveau d’études n’est pas assez élevé sont exclues.

Deuxième particularité : la plupart des femmes propriétaires travaillent dans le secteur des services

8Les chiffres montrent qu’il existe des différences entre sexes (x² = 132,883, p < 0,001) en fonction de l’activité entreprise :

  • Les secteurs principaux pour les deux sexes sont l’industrie de manufacture ainsi que la vente en gros et le commerce de détail (services). Mais les hommes propriétaires d’entreprises privées sont davantage représentés dans l’industrie de manufacture, et devancent les femmes de 16 points ; ces dernières ont en revanche 8 points d’avance sur eux dans le secteur de la vente en gros et du commerce de détail (voir tableau 2).
  • Les hommes propriétaires d’entreprises privées qui travaillent dans les secteurs primaire et secondaire sont plus nombreux que les femmes : ils représentent 59,7 % contre 37,3 % (soit 22,4 % de moins). Les activités entrepreneuriales des femmes se concentrent dans le secteur des services, dont elles représentent 48,4 % des effectifs totaux, soit près de la moitié, et 19,6 % de plus que leurs homologues masculins. Ce secteur comprend les services d’information, la restauration et l’hôtellerie, les services aux habitants, etc. Cela est d’abord lié aux expériences des femmes, qui s’insèrent rapidement dans un secteur qui touche à la vie quotidienne ; cela est peut-être également lié au fait que le secteur des services ne demande pas la maîtrise de techniques particulières, et que les coûts de production sont relativement bas.

Tableau 2 Répartition des principaux domaines d’activité en fonction du sexe des propriétaires

Agriculture et élevage

Industrie de manufacture

Construction

Services d’information

Vente en gros et commerce de détail

Hôtellerie et restauration

Services aux habitants

Autres

Total

Homme

Nombre de l’échantillon

210

1 295

185

139

468

109

59

364

2 830

En pourcentage

7,4

45,8

6,5

4,9

16,5

3,9

2,1

12,9

100

Femme

Nombre de l’échantillon

25

154

14

42

147

34

21

79

516

En pourcentage

4,8

29,8

2,7

8,1

28,5

6,6

4,1

15,3

100

À noter : la colonne « autres » comprend les secteurs minier, gaz et électricité, transports et communication, finance, immobilier, location, techniques de recherche scientifique, équipements publics, éducation, hygiène, culture, sport, gestion publique, etc. Comme ces différents domaines d’activité étaient peu représentés, nous avons choisi de les rassembler sous l’appellation « autres ».

Troisième particularité : les entreprises gérées par des femmes sont généralement plus petites, avec un nombre de salariés plus restreint

9En termes de gestion et d’organisation, les ventes annuelles des femmes propriétaires situées en dessous de la barre des 5 millions de yuans représentent 60 % du total ; chez les hommes, seulement 39,7 %. La répartition hommes-femmes dans des ventes dépassant les 10 millions est encore plus révélatrice de l’écrasante majorité masculine. La différence en termes de nombre d’employés varie considérablement d’un sexe à l’autre (X² = 107,262, p < 0,001). Les femmes propriétaires travaillent souvent avec de plus petites équipes : 1/3 des entreprises fonctionnent avec moins de 10 employés, et les 2/3 restants avec moins de 50 employés ; seul 1/5 des entreprises embauche plus de 100 salariés, ce qui revient à dire que les entreprises travaillant avec moins de 50 employés représentent 69 % de l’ensemble. La situation est quasi inverse chez les hommes propriétaires : seule 1 entreprise sur 5 embauche moins de 10 personnes, 2/3 travaillent avec moins de 50 salariés et plus d’1/3 fonctionnent avec plus de 100 salariés (voir tableau 3).

Tableau 3 Sexe des propriétaires d’entreprises privées et taille des entreprises (en %)

Nombre d’employés

Moins de 10

Entre 10 et 49

Entre 50 et 99

Entre 100 et 499

Entre 500 et 999

Plus de 1000

Total

Pour les hommes

15,6 (515)

33,9 (1 121)

14,5 (480)

27,1 (897)

5 (166)

3,9 (129)

100 (3 308)

Pour les femmes

28,9 (179)

40,2 (249)

11,3 (70)

16,2 (100)

2,3 (14)

1,1 (7)

100 (619)

À noter : les chiffres entre parenthèses représentent le nombre échantillon.

10Si l’on compare le nombre d’employés lors de la création de l’entreprise et lors de l’enquête, il augmente différemment en fonction du sexe du chef de l’entreprise, et se traduit par un écart énorme (X² = 17,794, p < 0,005). Le pourcentage d’entreprises gérées par des femmes dans lesquelles le nombre d’employés n’a pas bougé dépasse celui d’entreprises gérées par des hommes ; le nombre d’entreprises gérées par des hommes dont la masse salariale a fortement augmenté dépasse lui très largement celui d’entreprises gérées par des femmes. Il existe chez les entrepreneurs hommes une tendance à l’accroissement continu de la masse salariale.

Tableau 4 Évolution du nombre d’employés au sein d’entreprises entre leur date de création et 2008

Sexe

Croissance

Aucun changement

Croissance × 2

Croissance entre × 2 et × 5

Croissance entre × 5 et × 10

Croissance de plus de × 10

Total

Homme

En nombre

456

637

799

797

216

294

3 199

En pourcentage

14,3

19,9

25

24,9

6,8

9,2

100

Femme

En nombre

93

154

154

134

40

33

608

En pourcentage

15,3

25,3

25,3

22

6,6

5,4

100

Total

En nombre

549

791

953

931

256

327

3 807

En pourcentage

14,4

20,8

25

24,5

6,7

8,6

100

Cinquième particularité : l’écart de revenu entre les deux sexes est très important

11L’enquête révèle que 44 % de femmes propriétaires ont un revenu inférieur à 50 000 yuans par an, 12,7 % ont un revenu situé entre 50 000 et 100 000 yuans par an, 30,6 % gagnent entre 100 000 et 250 000 yuans par an, et seul un nombre extrêmement restreint d’entre elles gagnent plus de 250 000 yuans par an. En 2007, le revenu annuel moyen des femmes propriétaires s’élevait à 140 000 yuans (l’écart-type est de 24 520 yuans) ; celui des hommes à 1,55 million de yuans (l’écart-type est de 34 080 400 yuans), soit 11 fois supérieur à celui des femmes. Le revenu annuel moyen des femmes représente 14 % de celui des hommes, ce qui dépasse de loin le différentiel de revenus entre hommes et femmes pour un même travail rémunéré. L’image de nabab s’applique presque exclusivement aux hommes. L’enquête réalisée dans la zone du delta de la rivière des Perles auprès de femmes propriétaires aboutit à la même conclusion : les revenus des femmes propriétaires sont relativement bas.

Sixième particularité : les femmes propriétaires accèdent à la vie politique

12Parmi elles, 19 % ont assumé un travail de député, et 34 % ont travaillé de pair avec la Conférence consultative politique du peuple chinois (CCPPC), soit 53 % en tout. Leur participation à des activités économiques leur donne beaucoup plus d’occasions d’exercer des activités politiques ou sociales. Elles demeurent cependant en retrait par rapport aux hommes.

Tableau 5 Proportion de propriétaires d’entreprises privées assumant des fonctions de député en fonction de leur sexe (en %)

Commune

Comté

Ville préfecture

Province

Pays

Ceux qui ne sont pas députés

Total

Homme

4,3 (106)

15,2 (378)

9,5 (236)

2,4 (60)

0,7 (17)

68 (1 691)

100 (2 488)

Femme

1,5 (7)

8,4 (38)

7 (32)

1,8 (8)

0,2 (1)

81,1 (368)

100 (454)

Significativité du test : X² = 33,979, p < 0,001. À noter : les chiffres entre parenthèses représentent le nombre échantillon.

Tableau 6 Proportion de propriétaires d’entreprises privées membres de la CCPPC en fonction de leur sexe (en %)

Comté

Ville-préfecture

Province

Pays

Ceux qui ne sont pas membres du CPPCC

Total

Homme

25,1 (652)

13,1 (340)

2,2 (56)

0,3 (7)

59,3 (1 538)

100 (2 593)

Femme

19,2 (90)

12,8 (60)

1,5 (7)

0,2 (1)

66,2 (310)

100 (468)

Significativité du test : X² = 9,793, p < 0,05. À noter : les chiffres entre parenthèses représentent le nombre échantillon.

13Les associations professionnelles sont d’importantes formations politiques et économiques ; pour un entrepreneur, participer à ces organisations est un des principaux moyens de protéger les droits et intérêts de sa compagnie, ainsi que de se soumettre à la surveillance gouvernementale et de normaliser les actions dans son domaine. Par rapport à d’autres groupes, la participation sociale des propriétaires d’entreprises privées est très forte (Wang Xueqin et al. 2003). Les enquêtes montrent que la proportion de femmes propriétaires siégeant dans des associations professionnelles gouvernementales est de 51,5 % ; celle de femmes membres de la Chambre de commerce et d’industrie de 58,9 % ; celle de femmes ayant fait partie d’une association professionnelle ou d’une guilde gérées par la Chambre de commerce et d’industrie de 45,8 %. Mais elles sont environ 10 points en dessous des hommes. Il est difficile de savoir si cet écart est dû à une différence de dynamisme entre les deux sexes ou s’il s’agit d’effets de discrimination à l’œuvre dans ces organisations ; les deux facteurs doivent entrer en jeu.

14Il est important de noter que certaines variables fortement liées au marché ne présentent aucune disparité homme-femme. On peut mentionner les variables suivantes :

  • L’origine des fonds de lancement d’un commerce : pour les deux sexes, les fonds proviennent principalement d’un commerce familial ou individuel ou encore d’accumulation de production. Lorsqu’ils créent leur commerce, les hommes à l’avoir autofinancé représentent 64,7 % du total, et les femmes 67,43 %. Ceux soutenus par des personnes extérieures représentent pour les deux sexes moins de 10 %.
  • La catégorie des entreprises : 72 % d’hommes aussi bien que de femmes propriétaires d’entreprises privées ont opté pour des sociétés à responsabilité limitée ; la proportion d’entreprises dans les mains d’une seule personne ou en partenariat et de sociétés à responsabilité limitée par actions ou unipersonnelles est minime.
  • Le taux de plus-value du capital et le ratio de dettes.
  • Les modèles de gestion : entre gestion familiale et gestion managériale, plus de la moitié optent pour une gestion familiale, c’est-à-dire un groupe dirigeant constitué de membres de leur famille, y compris leurs parents, leur conjoint, les frères et sœurs ou leurs enfants. Il n’existe pas davantage de discrimination au niveau des décideurs des grandes stratégies d’une entreprise, des responsables de leur gestion quotidienne.

15Pour résumer, les femmes propriétaires ont un meilleur niveau d’études que leurs homologues masculins, leurs revenus sont plus faibles et elles gèrent des entreprises plus petites que les hommes. Mais hommes et femmes restent égaux face à la rude concurrence sur les marchés du travail. Ces femmes propriétaires très qualifiées scolairement et travaillant dans le secteur des services continueront peut-être à se développer. Nous avons vu qu’elles sont très bien placées pour leur capacité à faire du profit.

Identification des opportunités et différenciation des catégories de femmes propriétaires

16Comment les femmes propriétaires commencent-elles leur carrière ? Différents critères correspondent à différentes catégories. Pour Israel M. Kirzner (1997), l’identification des opportunités apparaît au cœur de ce qui constitue l’esprit entrepreneurial et précède toute action : au début, la masse des ressources disponibles ne semble absolument pas être la question centrale ; en revanche, la capacité à détecter des opportunités dont la valeur est latente apparaît décisive. Ce genre d’initiative peut se manifester de deux façons : la première est la capacité de distinguer les opportunités, la seconde celle de développer ses ressources, par exemple, à la suite d’une activité commerciale, être en mesure d’acquérir davantage de capital économique, politique et social. Notre perspective ne s’inscrit pas dans la tradition de Joseph A. Schumpeter, qui a construit ses catégories de femmes propriétaires à partir de leur capacité d’innovation. Nous avons préféré prendre les capacités d’identification des opportunités comme base de notre analyse. Nous avons ainsi pu mettre au jour quatre catégories de femmes propriétaires qui correspondent à des modèles de réussite professionnelle.

17La première catégorie est celle des femmes luttant pour réaliser leur rêve : elles ont l’ambition de faire prospérer leur commerce et osent mettre en œuvre tout ce qui est en leur pouvoir pour le réaliser. C’est la catégorie la plus représentée auprès des 24 femmes interviewées, et celle dont l’esprit d’initiative est le plus fort. Elles peuvent avoir des moyens limités, ou avoir vécu différents échecs, mais leurs ambitions leur donnent suffisamment de volonté et de persévérance pour faire face aux différentes difficultés ; elles parviennent à faire fonctionner leurs entreprises à l’aide de leurs contacts, apparaissent compétentes pour identifier les opportunités. Elles font partie de la catégorie dominante. Par exemple Mme Su (38 ans, patron de restaurant) est née à la campagne ; il y a vingt ans, elle est arrivée à Pékin et a commencé par faire des ménages. Elle est parvenue à entrer dans le milieu de la restauration grâce à son courage, son intelligence et le rêve qu’elle avait ; tout d’abord serveuse, elle est ensuite devenue superviseur, et enfin manager, jusqu’à ce qu’elle puisse ouvrir son propre restaurant. Elle a transformé chacun des aléas de sa carrière en ressources sociales. Avec Internet et l’augmentation continuelle du niveau d’études des femmes, de plus en plus de femmes ont des idées innovantes et entreprenantes ; c’est surtout dans le secteur des services ou des informations qu’a pu s’épanouir cette catégorie de femmes propriétaires.

18La deuxième catégorie est celle des femmes héritant d’une entreprise de leurs parents ou de leur mari. Elles ont toutes pour ainsi dire appris le métier au contact de leurs proches, elles sont cependant entrées progressivement sur le marché du travail et doivent faire face à une pression très forte. Leurs ressources économiques, leur capital social sont élevés même si elles sont souvent contraintes par le fait que leur entreprise soit familiale ; elles bénéficient de tous les avantages que peut leur procurer le réseau familial. On peut identifier deux types de succession : la première est celle de la femme qui hérite de la famille du mari et continue à développer l’entreprise. Les raisons de cette succession sont nombreuses : soit l’élargissement de l’entreprise, soit le décès du conjoint ou encore le divorce ; on peut aussi penser au cas de figure où l’entreprise a été créée conjointement par le couple, dont chacun des membres a pris en charge un secteur différent après le succès de la compagnie. Par exemple Mme Zhang (54 ans, président du conseil d’administration d’une société dans le domaine culturel de Pékin) a repris la compagnie de location de son mari après le décès de ce dernier, elle l’a progressivement fait évoluer vers une entreprise culturelle. Après être devenue membre de la CCPPC, elle a utilisé des données politiques dont elle disposait pour faire fructifier son entreprise. Le deuxième cas de succession est celui où la femme hérite de ses parents, comme dans les nombreux exemples de dynasties familiales. Certaines de ces entreprises ont fait le choix de former la deuxième génération pour prendre la relève, ce qui explique son excellent niveau d’éducation. Mlle Hu (30 ans, PDG d’une entreprise de chimie) a été envoyée par son père – à l’époque déjà propriétaire d’une entreprise privée – étudier en Grande-Bretagne après avoir terminé ses études secondaires ; à 26 ans, une fois diplômée, elle est revenue dans l’entreprise. Ayant étudié la gestion, elle a fait des suggestions à propos de la politique de management mise en œuvre par son père, qui a décidé de lui confier une petite entreprise afin qu’elle fasse ses preuves.

19La troisième catégorie de femmes rassemble celles qui se sont réorientées dans leur parcours professionnel. Elles ont souvent plus de 40 ans, une expérience dans une structure publique ou dans une entreprise d’État qui leur donne des ressources informatives, économiques, sociales importantes pour le développement de leur entreprise. Les types d’entreprises gérées par cette catégorie de femmes sont variés ; en fonction des expériences acquises et de leurs ressources sociales elles peuvent créer des entreprises aussi bien dans le secteur industriel que des services. Il s’agit de propriétaires qui ont des contacts partout et s’en servent pour fonder leur entreprise. Par exemple Mme Liu (48 ans, PDG d’un centre de beauté) était auparavant cadre supérieur dans le secteur de l’esthétique, elle a voulu ensuite s’engager dans une nouvelle expérience. Pendant dix ans, elle n’a cessé d’accroître la taille de son entreprise, et a réussi à ouvrir trois succursales. Pour elle, la nature de son travail est tout à fait comparable à celui qu’elle a exercé dans les structures précédentes, et son expérience antérieure a été déterminante dans sa réussite actuelle.

20La quatrième catégorie rassemble les femmes qui appartiennent à plusieurs catégories : elles présentent les caractéristiques des précédentes, ce qui leur donne un accès relativement aisé à la propriété. On peut retrouver quasi les mêmes catégories chez les propriétaires hommes mais, pour ces femmes, l’ambition d’être son propre patron reste un facteur déterminant.

Conclusion et débat théorique

21La formation des élites après la réforme d’ouverture est un sujet important en sciences sociales. Les différentes recherches effectuées ont mis l’accent sur le rôle du capital culturel (diplôme) et du capital politique (appartenance au parti) dans ce processus. Ni Zhiwei (Nee 1996) a pour sa part évoqué l’hypothèse d’un cycle, en montrant que les réformes du marché chinois ont profité à de nouveaux acteurs, tandis que les anciens cadres se sont retrouvés marginalisés. Dans cette théorie des changements du marché elle explique notamment comment, une fois que le pouvoir a de plus en plus été monopolisé au niveau des instances politiques et du système du marché, la distribution des revenus a davantage bénéficié à ceux qui contrôlent le marché, et non à ceux qui détiennent le pouvoir politique. Andrew Walder et d’autres auteurs (2000) ont montré dans la théorie de la continuité du pouvoir qu’avec la transition du marché les groupes de technocrates constituant l’ancienne élite conservent leurs privilèges. Mais ces recherches n’ont pas traité de la question du sexe, et ont souvent opposé le modèle de construction des élites masculines à celui des élites féminines ; nous avons ici cherché, au moyen d’une comparaison entre les deux sexes, à analyser en quoi la transition du marché a pu influer sur la formation des élites économiques féminines.

22Tout d’abord, elle a joué un rôle très positif. Dans une société dont les structures sont en plein changement, les femmes disposent de nouvelles opportunités d’épanouissement. Un nombre important de propriétaires d’entreprises privées ont profité du développement économique : s’ils n’existaient pas hier, ils sont aujourd’hui de plus en plus nombreux, dont les femmes. L’enquête de 1993 de la Chambre de commerce et d’industrie montre qu’elles représentaient à l’époque 9,9 % de l’ensemble des propriétaires ; celle de 2008 en recense 15,8 %. Si le chiffre est toujours relativement bas, on peut tout de même noter une croissance de 6 %.

  • 5 Qin Feifei, « Le nombre d’entreprises privées enregistrées en Chine dépasse les 9 mil (...)

23Ensuite, les femmes propriétaires d’entreprise sont pour la plupart des femmes d’âge mûr ; 55 % des femmes de moins de 30 ans à être propriétaires sont diplômées d’une université, soit 30 % de plus que chez les hommes du même âge. Elles se spécialisent dans la production de services ; en effet, on peut voir grâce à certains rapports que la croissance rapide des entreprises de services et des demandes de fonds dépasse de loin la croissance générale. Ainsi, de 2009 à 2011, le nombre d’entreprises dans le secteur des services a dépassé les 6,5 millions, ce qui représente une augmentation de 70 % ; les demandes de fonds ont dépassé les 160 milliards de yuans, soit une augmentation de 2/35. On peut supposer que si elles se servent de la croissance de leur capital culturel et de l’essor du secteur des services, les femmes vont à leur tour devenir une élite économique importante.

24Par ailleurs, si l’on considère les femmes propriétaires comme élites économiques, leurs revenus dépassent largement les niveaux bas et moyen de la société, mais restent encore très loin du niveau de revenus des hommes propriétaires. Au sein d’une même élite économique, les femmes ont donc beaucoup plus de difficultés que les hommes à obtenir des revenus très importants. Nous sommes alors invités à ne pas nous référer seulement au niveau des revenus pour définir la place des individus dans la société.

25Enfin, quand une femme devient propriétaire d’une entreprise privée, elle entre non seulement dans la catégorie des élites économiques mais elle devient aussi un acteur privilégié du monde politique ; elle a ainsi la possibilité de devenir député ou de siéger à la CCPPC, réalisant ainsi le double exploit de faire partie des élites économique et politique.

26Il est important de souligner que les carrières de ces femmes propriétaires sont souvent différentes de celles de leurs homologues masculins : en effet leurs parcours professionnels sont largement déterminés par différents événements comme le mariage, la maternité et les tâches éducatives. Une enquête menée auprès de femmes managers montre que famille et travail s’influencent mutuellement, et que la vie familiale influence davantage la vie au travail que l’inverse ; la plupart des femmes managers arrivent à bien concilier les deux, et plus elles sont haut placées dans la hiérarchie, mieux elles y parviennent (Guanghua School of Management 2006). Nous avons découvert que les femmes propriétaires mettent quant à elles au point différentes stratégies visant à concilier vie familiale et vie professionnelle.

27Les entretiens réalisés ont mis en évidence un esprit d’entreprise propre aux femmes propriétaires ; elles aspirent à une réussite sociale qui leur permette de pénétrer des territoires jusque-là réservés aux hommes et de s’y faire reconnaître. Cette force de caractère et cette volonté de relever les défis pourraient être définies comme composantes principales de l’esprit propre aux femmes propriétaires. Cet esprit d’entreprise est aussi lié à la façon dont les hommes gèrent leurs équipes et développent une culture d’entreprise. Dans la culture dominante il existe deux conceptions de la femme propriétaire d’entreprise : la première correspond à celle d’une épouse et d’une mère forte, résistante et très engagée ; la seconde est celle d’une femme volontaire, combative, obstinée, compétitive, insoumise et voulant tout contrôler. Ces images, véhiculées aussi bien par la société que par les médias, ont tendance à enfermer de plus en plus de femmes dans des clichés, et ont joué un rôle important dans la production de modèles sociaux qui ont donné le jour à deux mentalités chez les femmes propriétaires : une partie d’entre elles espèrent pouvoir conserver leur féminité en dépit de leur travail, préférant donner une part plus importante aux relations humaines et privilégier l’harmonie dans leurs relations avec autrui ; on peut parler d’esprit de gestion familial. Les autres se préoccupent davantage de la compétitivité et de leur style de gestion rationnelle, elles espèrent dépasser les hommes dans tous les domaines, on peut alors parler d’esprit de gestion déféminisé. Voici ce que dit Zhou Xiaoping (présidente du conseil d’administration de l’entreprise pharmaceutique de Tongde à Canton) à propos de l’esprit de gestion familial :

  • 6 « Zhou Xiaoping : les entreprises gérées par des femmes ressemblent à une famille », (...)

D’après moi, les femmes actuellement à la tête d’entreprises ont contribué au fait qu’on s’y sente plus chez soi. Dans un premier temps, elles mettent davantage l’accent sur une connaissance de tout ce qui se rapporte à son bon fonctionnement, et sont plus à même d’avoir des relations de bonne entente avec les clients ou leurs subordonnés ; elles dirigent leur entreprise comme elles s’occupent leur famille. Ajoutez à cela qu’elles considèrent comme primordial tout ce qui se rapporte à la communication, l’aide mutuelle et la collaboration ; la minutie et la ténacité les caractérisent souvent, caractéristiques qui sont autant de qualités.6

28Ce mode de gestion reste intimement lié aux expériences vécues. En revanche, les femmes pratiquant une gestion déféminisée souscrivent elles à un style plus rationnel tourné vers la compétitivité. En conclusion, dans le processus de transition de la société chinoise, l’émergence du groupe de femmes propriétaires prend une signification importante dans la structure sociale ; en se servant de la croissance de leur capital culturel, les femmes peuvent, à l’heure du développement des services et d’Internet, fonder leur entreprise et faire partie des nouvelles élites économique et politique. Par ailleurs, leurs jugements, leurs valeurs, leurs aspirations sociales et les changements de contextes les obligent à faire preuve d’un dynamisme sans faille et à développer, dans un but bien précis, une image et un style qui leur sont propres.

Bibliographie

Guanghua School of Management / Guanghua guanli xueyuan, 2006, Nüxing guanlizhe diaocha baogao [Rapport d’une enquête sur les femmes managers], Peking University, nüxing lingdaoli yanjiu ketizu [groupe d’étude sur les qualités des dirigeants femmes]. En ligne : [http://finance.sina.com.cn].

Kirzner Israel M., 1997, « Entrepreneurial discovery and the competitive market process : an Austrian approach », Journal of Economic Literature, no 35, p. 60-85.

Nee Victor, 1996, « The emergence of a market society : changing mechanisms of stratification in China », American Journal of Sociology, no 101, p. 908-949.

Walder Andrew G., Bobai Li et Treiman Donald J., 2000, « Politics and life chances in a state socialist regime : dual career paths into the urban Chinese elite, 1949-1996 », American Sociological Review, no 65, p. 191-209.

Wang Xueqin et al., 2003, « Beijingshi siying qiyezhu shehui junti yishi yanjiu » [Étude de la participation sociale des propriétaires d’entreprises privées de Pékin] (juin 2001 - janvier 2003), Shehui jingji wenti yanjiu [Recherches sur des questions socio-économiques], no 3.

Zhang Houyi, 2008, « Zhongguo siying qiyezhu jieceng:chengzhang guochengzhong de zhengzhi canyu » [La classe des propriétaires d’entreprises privées en Chine : quelle participation politique au cours de sa croissance ?], Nian zhongguo shehui xingshi fenxi yu yuce [Analyse et prédictions des tendances de la société chinoise en 2008], Ru Xin, Lu Xueyi et Li Peilin éd., Pékin, Zhongguo shehui kexue wenyan chubanshi [Presses universitaires de sciences sociales], p. 290-302.

Notes

1 Notre étude reprend le thème développé par le ministère de l’Éducation en 2010 à l’occasion du programme de résolution des problèmes de la recherche philosophique et en sciences sociales « Étude des rythmes de croissance et des stratégies de développement du personnel féminin hautement qualifié » (10JZD0045-1). Elle a été enrichie sur les conseils et avec les données de M. Dai Jianzhong, par les statistiques réalisées par Lai Suying et Su Yihui, que nous remercions ici. Un extrait en a été publié dans la 5e édition du Journal of Yunnan University of the Nationalities, 2010, p. 5-11.

2 Qin Feifei, « Le nombre d’entreprises privées enregistrées en Chine dépasse les 9 millions », Shanghai Securities News, 12 janvier 2012.

3 China Youth Daily, 28 mars 2005 : « L’enquête du GEM montre que la Chine est un pays où l’entrepreneuriat féminin est très actif. »

4 Cui Yu, 2009, « Women entrepreneurs in contemporary China », Zhongguo fu yun (Chinese Women’s Movement), no 1. Y sont recensés dans la catégorie entrepreneurs les travailleurs indépendants, qui devraient faire partie des « auto-recrutés » ; c’est la raison pour laquelle nous ne les incluons pas dans notre travail.

5 Qin Feifei, « Le nombre d’entreprises privées enregistrées en Chine dépasse les 9 millions », Shanghai Securities News, 12 janvier 2012.

6 « Zhou Xiaoping : les entreprises gérées par des femmes ressemblent à une famille », China Women’s News, édition B2 du 13 août 2009.

© ENS Éditions, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540